Navigation – Plan du site

L’archivage du fonds Louis Leprince-Ringuet

Yannick Le Fur
p. 25-26

Texte intégral

1L’inventaire des archives Louis Leprince-Ringuet a commencé à la fin de l’année 1994. Il s’agissait de classer, de trier, de répertorier et de conserver parmi les documents conservés par M. Louis Leprince-Ringuet les pièces les plus importantes.

2Cet archivage a concerné le bureau de travail qu’il avait gardé à Paris, rue Descartes, à l’ancien siège de l’Ecole polytechnique, et son bureau personnel, à son domicile. Il a été réalisé par le service des Archives de l’Ecole polytechnique, à la demande de M. Leprince-Ringuet et avec sa collaboration active, ainsi que celle de sa secrétaire, Madame de Maistre.

3La difficulté fut de déterminer, parmi l’ensemble volumineux des dossiers que M. Leprince-Ringuet était prêt à confier à l’Ecole polytechnique, ceux dont la valeur historique réclamait un archivage immédiat.

4Le choix le plus large fut adopté, par crainte de perdre des documents d’apparence anodine qui pourraient se révéler précieux dans l’avenir, et au risque d’occuper une grande partie du rayonnage encore disponible des archives de l’Ecole. Des documents non conservés ont parfois fait l’objet d’un enregistrement partiel et sont restés à la disposition personnelle de M.Leprince-Ringuet. Parmi les pièces finalement entreposées à Palaiseau, il faut notamment signaler :

  • toutes les pièces manuscrites concernant ses travaux de recherche ;

  • beaucoup de pièces originales diverses (correspondance, manuscrits de livres,...) ;

  • des dossiers concernant les associations diverses dont M. Leprince-Ringuet s’occupait ;

  • des dossiers concernant son activité de vulgarisation scientifique ;

  • une partie de la bibliothèque scientifique qui se trouvait à son bureau, rue Descartes.

5L’intérêt scientifique du fonds est donc triple ;

  • enrichir d’éventuelles études sur la vie de chercheur et d’enseignant de M. Leprince-Ringuet et donc sur l’histoire de la physique au XXème siècle ;

  • nourrir des travaux concernant (a vulgarisation scientifique et plus particulièrement l’usage des grands média à des fins didactiques, phénomène dont M. Leprince-Ringuet fut un représentant précoce en France ;

  • enfin, dans une moindre mesure, alimenter des recherches sur quelques grandes associations, comme les jeunesses musicales de France (JMF) ou le Mouvement Européen.

6Si un travail de reclassement fut nécessaire avant l’archivage, le répertoire fait cependant état de la place où ont été trouvées les pièces dans les bureaux, et, dans la mesure du possible, le classement original a été conservé. Le répertoire permet par ailleurs, une consultation thématique du fonds.

7L’intérêt de M. Leprince-Ringuet pour ce travail a été constant, donnant chaque fois qu’il a paru nécessaire les informations utiles au classement et à la conservation. La mémoire de Mme de Maistre fut aussi très sollicitée, et sa grande connaissance des pièces a permis à ce travail de se dérouler avec efficacité et bonne humeur. Cet archivage devrait donner satisfaction aux étudiants et aux chercheurs désireux de compléter les travaux historiques existants en histoire des sciences.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yannick Le Fur, « L’archivage du fonds Louis Leprince-Ringuet », Bulletin de la Sabix, 17 | 1997, 25-26.

Référence électronique

Yannick Le Fur, « L’archivage du fonds Louis Leprince-Ringuet », Bulletin de la Sabix [En ligne], 17 | 1997, mis en ligne le 03 mars 2012, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sabix/818

Haut de page

Droits d’auteur

© SABIX

Haut de page
  • Logo SABIX
  • OpenEdition Journals