Navigation – Plan du site

Le réseau, un « entre-deux » liens ? De quelques facettes et dynamiques du lien hypertexte

The network as an «in-between» links? About some facets and dynamics of the hyperlink
Nathalie Pinède
p. 94-105

Résumés

Les problématiques du réseau s’inscrivent largement au plan numérique et viennent s’articuler encore aux dynamiques sociales. Le réseau se pose dès lors dans son rapport aux liens – de l’hypertexte au social – et aux lieux. La question participe aussi de la réflexion autour du réseau, dont la topologie s’appuie sur de multiples « entre-deux » liens, espace dense et complexe du maillage du web. Nous interrogeons quelques unes des dimensions du lien hypertexte et analysons comment il participe à la création de réseaux et d’espaces topologiques identifiables. Est encore explorée la façon dont les modalités d’approche et d’interprétation des liens hypertextes construisent des espaces sémantiques protéiformes et différenciés. Nous nous intéressons alors aux méthodologies de classement de liens hypertextes, aux cartographies de liens, ou encore aux explorations d’ordre sémiotique ; et revenons au final à la question du réseau en tant qu’entrelacement, dans ses nombreuses dualités et ambivalences.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

hypertexte, lien, lieu, réseau, web
Haut de page

Texte intégral

1Les problématiques du réseau s’inscrivent aujourd’hui largement au plan numérique et viennent se superposer, s’articuler aux dynamiques sociales. Dès lors, les jeux d’interrelations de l’un à l’autre, et d’influences réciproques, constituent un champ d’interrogation majeur. La question du réseau se pose dès lors dans son rapport aux liens (de l’hypertexte au social) mais aussi aux lieux. Cette articulation lien/ lieux se trouve au cœur de la dimension réseau en général, et réseau numérique en particulier. Elle participe aussi de cette réflexion autour du réseau, dont la topologie s’appuie sur de multiples « entre-deux » liens, pour créer cette toile et ce maillage du Web bien connu, ces espaces denses et complexes. Mais cette notion d’« entre-deux » nous entraîne également vers des formes intermédiaires, d’une certaine façon indéfinies, voire des formes de vide, qui dépassent et transcendent les logiques visibles des flux, pour créer d’autres lieux, hybrides.

2Dans cette perspective, il nous paraît intéressant d’interroger quelques-unes des dimensions du lien hypertexte, d’explorer quelquesunes de ses facettes et d’analyser comment il participe, de multiples manière, à la création de réseaux et d’espaces topologiques identifiables, sans pour autant échapper à une forme de dialectique plein / vide.

3Dans un premier temps, nous proposerons une approche de la notion de réseau, de lien et de lien hypertexte, en particulier. Dans un deuxième temps, nous explorerons plus avant, à partir de différents exemples, représentations et méthodes, la façon dont les modalités d’approche et de d’interprétation des liens hypertextes construisent des espaces sémantiques protéiformes et différenciés, en interactions plus ou moins appuyées avec des dimensions externes au web. Dans cette perspective, nous nous intéresserons notamment aux méthodologies de classement de liens hypertextes, aux cartographies de liens, aux formes de représentation des identités numériques, ou encore aux explorations d’ordre sémiotique. Ces différents plans d’analyse nous permettront, dans une troisième partie, de revenir sur la question du réseau en tant qu’entrelacement d’« entre-deux » liens, dans ses dualités et ambivalences, ses « vides » et ses « pleins », à la croisée de plusieurs mondes.

Des réseaux et des liens

4D’une façon générique, la notion de réseau est féconde et renvoie à de multiples dimension et acceptions, évolutives au cours du temps. Jacques Perriault, dans un article récent, identifie historiquement trois types de réseaux, réseaux du premier type (transports et infrastructures – chemins de fer, par exemple), réseaux de second type (réseaux humains, organisations sociales ayant un objectif commun – réseaux de la Résistance, par exemple) et enfin réseaux de troisième type, dits aussi « sociotechniques », multipolaires et impliquant la communication sous ses différentes formes (Perriault, 2012, 148). Mais au-delà des objets, moyens, imaginaires mobilisés, que cela se situe à un plan matériel ou plus immatériel, le réseau, ainsi que cela est marqué par son étymologie, renvoie au maillage, à l’entrelacement, et in fine, au(x) lien(s). Entre faits techniques aux faits sociaux, l’emblématique réseau Internet, et surtout son modèle de navigation associé qu’est le web, éprouve et renouvelle cette approche hybride et multipolaire des liens.

  • 1 Protocole http

5Le lien hypertexte est intrinsèquement inscrit dans la nature et le fonctionnement du web : en permettant la mise en relation de contenus sous-tendue par une infrastructure logicielle adaptée1, le lien hypertexte fonde l’essence même de nos pratiques numériques. L’aisance de navigation, au sens des infinités de parcours possibles, de lien en lien, forge le succès du web et autorise tous les fantasmes, notamment ceux d’une acculturation « universelle » par les ressources en ligne, quelle que soit leur nature. L’hypertexte en réseau contribue à créer de nouvelles modalités d’apprentissage, de nouvelles situations d’usages, ainsi que de nouveaux espaces de connaissances. « Le nouvel encyclopédisme doit être à présent plutôt conçu comme celui des points de vue et des processus, comme celui des morphogénèses. Il doit être multifractal et réflexif, capable de donner accès pour partie au moins, aux éthologies conceptuelles qui le constituent, au monde de relations internes qui lui donnent vie » (Noyer, 2010, 190).

6En arrière-plan de cette mise en culture des contenus, réseau et liens hypertextes nous ramènent à des approches d’ordre topologique et à des logiques de flux. Nœuds (ou sommets), liaisons (ou arcs), arêtes, densité… sont autant d’éléments de lecture possibles, projetés selon des approches géographiques, des dynamiques sociales, politiques, des prismes d’analyse (comme ce que développe J-C Plantin à travers la représentation cartographique des controverses – Plantin, 2013), etc. La force et l’impact de ces approches résident notamment dans les visualisations associées, qui donnent à voir ce qui ne se voit pas, qui rend « limpide » ce qui est caché.

7Pour autant, au-delà de cette mise en transparence, il ne faut pas occulter le fait que le lien hypertexte est un lien complexe et multidimensionnel, qui ne se réduit pas à sa nature technique, ou à sa capacité à activer un parcours de nœud en nœud. Ainsi, dénonçant « la fausse évidence du lien hypertexte », Davallon et Jeanneret (2004) mettent en évidence le fait que le lien hypertexte possède une épaisseur qui transcende cette linéarité. Ils proposent d’ailleurs de substituer la notion de « signe » à la notion de « lien », et l’expression « signe passeur » en lieu et place de celle d’« hyperlien », afin de mettre en garde par là contre les pièges et brouillages incarnés par un terme, « lien », qui déclenche immédiatement un imaginaire sous forme de nœuds reliés entre eux.

8Ainsi, pour ces auteurs, il est important de ne pas percevoir le lien hypertexte selon une approche unidimensionnelle, et donc d’appréhender les liens sous forme de « signe », car dès lors, « le couple de termes nœud/lien glisse ainsi d’un domaine technique défini, où il a sa pleine pertinence, la programmation informatique, vers un espace de formes complexes […], l’activité de mise en texte et lisibilité » (Davallon, Jeanneret, 2004, 47). Dès lors, le lien hypertexte prend vie et sens au cœur d’un contexte, d’un agencement d’éléments, d’une organisation visuelle et logique, qui fait aussi appel à nos sens. Alexandra Saemmer explore d’ailleurs plus avant cette piste de la dimension sensorielle, en s’intéressant au geste et aux effets iconiques associés à la manipulation d’un texte cliquable, en considérant « l’enchaînement de gestes couplé au signe linguistique, par exemple l’appui rapide et non répété sur une zone manipulable dans le cas de l’hypertexte cliquable, comme un signe « iconique » (Saemmer, 2011, 48). Dans les approches sémiotiques présentées rapidement ici, au-delà de l’action programmée du lien hypertexte (d’un point à un autre point, d’un ancrage textuel ou graphique à un autre ancrage textuel ou graphique, interne / externe, d’un usager à un autre), il y a donc non seulement mise en scène mais aussi mise en action tactile de ce lien. Et les nouveaux écrans et interfaces qui misent de plus en plus sur l’haptique, renforcent cette connexion entre toucher et action (Bouchardon, 2011), ou pour jouer sur des effets d’involution et de redondance, du sens (tactile) au sens (cognitif).

9Il est donc crucial de garder à l’esprit cette inscription du lien dans un espace visuel, sur une interface qui en encadre la perception sémantique, et qui mobilise évidemment l’intention et la gestuelle d’un usager agissant, qui anticipe, interprète et finalement active la liaison imaginée par le concepteur, rédacteur, créateur… Dès lors, le lien hypertexte se trouve toujours inscrit à l’articulation de plusieurs niveaux de contextualisation : Dupuy identifie trois éléments à propos du document numérique que l’on peut appliquer au lien hypertexte – le texte (ici, ce serait le lien hypertexte), le paratexte (ici, ce qui accompagne le lien hypertexte dans l’espace de l’écran) et le contexte qui, hors de l’espace de l’écran, correspond aux conditions de sa production et de sa réception (Dupuy, 2008). Dans le même esprit, Davallon et Jeanneret (2004, 53) parlent d’un triple contexte dans lequel est enchâssé le signe passeur, i.e. le lien hypertexte : le contexte de la mise en page de l’écran où s’inscrit le lien hypertexte, le contexte de la liaison opérée avec un autre site, le contexte de l’activité dans laquelle l’usager est situé. Et c’est bien entendu ce système d’éléments en interaction qui produit du sens…

De quelques modalités d’approche des liens hypertextes

10Le lien hypertexte apparaît donc inscrit au cœur de différentes logiques, sociales, techniques, éditoriales, d’usages. En amont, il est projeté selon ses concepteurs selon certaines représentations ; en aval, il est perçu par les usagers du web selon d’autres dimensions, parfois dissonantes par rapport à l’intentionnalité initiale. Dans sa mobilisation et sa mise en action, il ouvre des espaces, génère des connivences et des proximités inédites, où les réseaux sociaux pourront s’ancrer (ou pas ou partiellement) à travers un maillage d’hyperliens.

11Dès lors, en matière de programmes d’analyse des liens hypertextes, se mettent en place deux voies principales, qualitatives ou quantitatives. L’approche sémiotique empruntera plutôt la démarche qualitative qui offre l’opportunité à travers des exemples diversifiés de faire émerger au niveau micro des analyses fines décryptant les mécanismes et articulations à l’œuvre. Par ailleurs, il est aujourd’hui très compliqué d’automatiser, ne serait-ce que pour partie, des approches d’ordre sémiotique.

12Par ailleurs, pour saisir toute la mesure (et la démesure) de la dynamique des liens hypertextes, les approches d’ordre quantitatif, produisant des statistiques, des cartes, des graphes, des visualisations de connexions (sociale/ technique) sont également indispensables et complémentaires pour mettre à jour l’invisible, pour avoir un outil de décryptage de la « petite » mécanique du web et de ses ressorts cachés, ses territoires sous-jacents. C’est bien là, dans ces approches méthodologiques, avec toutes leurs limites et contraintes, que l’on peut tenter de mieux comprendre la nature complexe du lien hypertexte.

13Nous allons nous appuyer sur les échelles de contextualisation proposées par Jeanneret, Davallon ainsi que Dupuy (cf supra) pour donner quelques exemples de la palette des investigations possibles autour du lien hypertexte. Du micro au macro, nous nous positionnerons donc au niveau :

  • du lien hypertexte « en soi » (notamment dans sa facette lexicale) ;

  • de l’inscription et de la mise en scène du lien hypertexte dans une page ;

  • du lien vers un autre site (externe) ;

  • de l’activité et de l’usage.

14Ces échelles de contextualisation sont évidemment indicatives, voire arbitraires, car les approches méthodologiques sont souvent (et heureusement) mixtes, sollicitant simultanément plusieurs niveaux d’inscription et de perception du lien hypertexte, ce qui correspond à cette épaisseur du lien hypertexte. Néanmoins, force est de constater que les méthodologies appliquées au web et à l’hypertexte tendent à privilégier une échelle de contextualisation plutôt qu’une autre, car il est difficile de mobiliser toutes ces dimensions dans une déclinaison méthodologique.

Le lien hypertexte en soi

15Nombre de travaux anglo-saxons se sont développés autour de la problématique de classement des liens hypertextes Au début des années 2000, émergent des méthodes de classement principalement appuyées sur les motivations, explicites ou supposées, qui conduisent à mettre en place un lien entre deux sites web. Deux voies sont dès lors exploitées pour mettre à jour cette motivation. Des entretiens avec les auteurs des pages web concernées permettent d’identifier et codifier ensuite leur motivation explicite, c’est-à-dire les raisons pour créer un lien (Park, 2002). L’autre voie est de repérer la motivation supposée, c’est-à-dire les intentions apparentes qui peuvent être identifiées pour un corpus de liens entre sites, à partir du couple texte du lien/ cible du lien. Pour donner un exemple dans le domaine académique, à partir d’un corpus aléatoire de 404 liens entre sites web universitaires de Grande-Bretagne, Wilkinson et alii (2003) ont produit un schéma de classification des liens hypertextes répertoriant dix raisons apparentes pour la création des liens : « student learning material, information for students, research support and resources, research partners, recreational, page creator or sponsor, research reference, tourist information, libraries and e-journal, similar department ». Mais bien d’autres études dans cet esprit pourraient être mentionnées.

16Nous avons pour notre part développé une méthodologie de taxonomie des liens hypertextes qui s’inscrit pour partie dans la lignée de ces travaux : en effet, on retrouvera des récurrences et proximités du fait d’une démarche de type classificatoire, de la nature de l’objet étudié (lien hypertexte) ainsi que du terrain d’étude ici observé (monde académique). Pour autant, notre méthode se démarque assez nettement de celles vues précédemment. En effet, nous nous intéressons aux liens internes d’un site web, notre point de départ étant la page d’accueil du site comme lieu principal de citation pointant vers des contenus sous-jacents, en laissant de côté les liens pointant à l’extérieur du site et du domaine organisationnel considéré. D’autre part, si nous travaillons également sur la motivation d’un lien, l’expression de celle-ci n’est pas détectée à partir d’entretiens avec les auteurs ou à partir d’une analyse conjointe de la source et du lien pour qualifier celui-ci. Notre démarche d’analyse s’appuie sur le libellé associé au lien hypertexte pour effectuer une classification de celui-ci en référence à son contexte organisationnel (Pinède et al., 2011). Cette classification permet, à partir des liens hypertextes, de générer des caractérisations informationnelles et communicationnelles de sites web organisationnels.

17Ces quelques exemples de méthodes illustrent un plan d’approche du lien hypertexte dans la médiation qu’il induit notamment, à travers son « étiquette textuelle », entre l’intention de conception et la perception de l’usager.

Inscription et mise en scène du lien hypertexte dans une page

18L’échelle de contextualisation liée à la mise en page du lien hypertexte implique plus précisément les analyses d’ordre sémiotique. Dans cette perspective, l’écran au sein duquel agissent les signes passeurs sera vu comme « un espace unique à la surface duquel se cristallisent toutes les fonctionnalités de l’écriture. Confrontés à cet « unimédia » saturé de signes et de codes, nous disposons de « signes outils », de « signes passeurs » qui nous donnent accès aux multiples modalités du texte » (Souchier, Jeanneret & Le Marec, 2003, 23). Les liens hypertextes ou signes passeurs sont donc envisagés dans leur design, leur localisation, leur occupation d’un espace à la fois circonscrit et ouvert (une page web), ou encore dans les fragments d’identité, les traces furtives ou affirmées que l’on peut trouver sur les services de réseaux sociaux. Et c’est bien dans le positionnement, l’argumentation situés des uns aux autres que le sens prend forme, et que l’une des facettes sémantiques du lien hypertexte se révèle.

19Au-delà de la richesse de cette vision du lien hypertexte, notamment au plan symbolique, quelques-unes des difficultés résident peut-être dans la stabilisation de méthodologies partagées ainsi que dans l’extension à de grands corpus de données. Peter Stockinger (Stockinger, 2005) a proposé une méthodologie d’analyse des sites web, en distinguant de prime abord deux niveaux d’analyse, le niveau technologique et informatique du niveau sémiotique et symbolique. En tant que lieu de prestations, de services, d’interactions, le scénario sémiotique du site web inclut dès lors la dimension hypertextuelle en tant qu’appropriation du contenu et parmi de multiples autres dimensions.

20L’articulation entre approche sémiotique et traitements statistiques afin de traiter des corpus de données important reste un enjeu de taille. Parmi les propositions méthodologiques intéressantes à ce sujet, citons les travaux de Fanny Georges sur l’identité numérique calculée à partir d’une approche sémiotique et statistique appuyée sur FaceBook et MySpace (Georges, 2009). On peut mentionner également les travaux de Jean-Marc Leblanc et Christine Barats autour d’une approche sémiotique des pages d’accueil de sites web d’université selon des méthodes statistiques multidimensionnelles.

21Le lien hypertexte est dans ces approches un signe parmi d’autres, l’un des éléments en actions et en significations sur une interface ou dans un espace flexible de traces. Ainsi que nous l’avons dit plus haut, si la richesse est indéniable, les écueils de structuration et de transférabilité de l’analyse ou de décomposition en critères observables et mesurables restent réels.

De lien en lien

22Les approches autour du lien hypertexte dans son potentiel de connectivité sont sans doute les plus emblématiques, ou en tout cas, les plus parlantes au plan de l’imaginaire et les plus spectaculaires au plan de la visualisation. En effet, dans cette dimension cachée des liens entre eux, les différentes méthodes et techniques utilisées fonctionnent comme des révélateurs de l’invisible, certes à portée de main (de clic…) mais qui se dérobe dans sa globalité (et sa complexité) à notre regard.

23Les approches webométriques, par exemple, permettent de mettre en évidence l’inscription relationnelle (au plan hypertexte) du ou des sites web considérés sous forme de graphes révélant une structure réticulaire sous forme de nœuds et de liens (arcs) (Thelwall, 2006) Appuyées sur les principes de citation hérités de la bibliométrie et de la scientométrie, sans s’y réduire pour autant du fait de l’ambivalence et de la plasticité des hyperliens, les cartographies produites peuvent dès lors dévoiler des phénomènes d’alliance, des mécanismes sociaux cachés, des logiques de flux, des stratégies d’acteurs, des jeux d’identité, etc. Parmi les nombreux travaux réalisés en la matière, et en sciences de l’information et de la communication, citons par exemple ceux de Franck Ghitalla (Ghitalla, 2008) ou de Jean-Christophe Plantin (Platin, 2013).

  • 2 Logiciel IssueCrawler, par exemple, ou NaviCrawler

24Néanmoins, et a contrario des approches sémiotiques, ces mises en cartes, en réseaux des relations hypertextuelles entre sites, individus, organisations, aussi séduisantes et frappantes soient-elles, ne sont pas exemptes de risques. La collecte de données, généralement automatisée2 au vu des quantités de données à traiter, suppose à la fois la définition d’un périmètre délimitant un corpus, le paramétrage des critères, la sélection et la qualification des données permettant la lisibilité des résultats dans un format de représentation également orienté. Il n’y a donc rien de naturel et d’évident dans ces lectures et visualisations du lien hypertexte, saisi dans son pouvoir intrinsèque de mise en connexion.

Le lien en activités et usages

25Sur ce dernier niveau de contextualisation identifié pour le lien hypertexte, nombre d’études et de travaux sont également menés, selon des approches méthodologiques et dans des situations sensiblement différentes. Il y a notamment une grande richesse d’études et de réflexions en ce qui concerne les situations d’apprentissage (Simonian, 2010). Par ailleurs, le prisme d’investigation est souvent ancré dans les démarches cognitique, psychologique et ergonomique. Des situations d’expérimentation peuvent être élaborées, avec des protocoles et des scénarios précis. Les techniques de type eye-tracking peuvent être utilisées afin de faire émerger les parcours visuels des usagers. Ainsi, Colombi et Baccino (Colombi & Baccino, 2003), après avoir réalisé une classification des liens hypertextuels à partir de quatre dimensions identifiées (tâche, destination, texte, mise en forme / mise en page), ont mis au point un protocole d’expérimentation incluant la technologie de l’eye tracking afin de repérer des stratégies d’inspection des pages numériques et des liens hypertextes proposés.

26Nous avons également eu l’occasion d’étudier le niveau de compréhension des liens hypertextes et les représentations associées à partir de tests utilisateurs réalisés sur deux sites web universitaires et intégrant plusieurs méthodologies: entretien, eye-tracking, dessin, questionnaire, etc. Deux éléments saillants émergent des résultats : les écarts récurrents entre le point de vue (implicite) du concepteur de lien et le point de vue de l’usager ; l’extrême prudence avec laquelle interpréter les données générées par l’eye tracking (absence de relation directe entre les zones fixées (attention visuelle) et les éléments correctement schématisés (représentation mentale et mémorisation). Cette difficulté à utiliser et reproduire au plan de la recherche les données de mesure recueillies à travers un système de type eye-tracking, au-delà d’une pure justification marketing, est également soulevée dans des travaux comme ceux de Koszowska-Nowakowska et Renucci (2011).

27Mais bien d’autres méthodes et approches peuvent être mobilisées, comme l’enregistrement des parcours de navigation, avec des visualisations sous forme de graphes. Dans un autre registre, des méthodes d’observation participantes, incluant le recueil de traces (électroniques, visuelles, discursives, graphiques) et permettant de saisir l’usager dans sa pratique, dans son activité, en dehors d’un protocole expérimental peuvent être déployées. L’objectif ici est de comprendre et interpréter le lien hypertexte dans son rapport à un usager pour lequel il a été pensé, imaginé, en dehors d’un cadre référentiel qui va l’activer et lui donner raison -ou pas...

28Cette approche des méthodes autour du lien hypertexte en fonction des niveaux d’échelle et d’observation (du micro au macro, selon différentes focales) n’a évidemment pas prétention du tout à l’exhaustivité. Par ailleurs, l’hybridation des niveaux d’observation est une réalité nécessaire, avec en arrière-plan tous les dynamiques d’interdisciplinarité que cela suppose, que cela soit dû à l’instrumentation croissante de la collecte de données ou de la visualisation ou à la manipulation de certaines formes de représentation, telle la carte (ancrage géographique) ou les graphes (ancrage mathématique-informatique).

Liens, lieux, entre-deux liens

29Ainsi que nous avons pu le percevoir à travers cette problématique du lien hypertexte et des plans d’analyse qui le traversent, une réelle complexité émerge, au-delà d’une fausse naturalité. Par « fausse naturalité » (ce que Davallon et Jeanneret appellent « fausse évidence »), il s’agit de pointer cet implicite d’une évidence dans la conception, mise en scène et manipulation des liens hypertextes. Ce « naturel », à rapprocher de la « transparence », tendrait dès lors à notre regard le miroir limpide et sans fard des réponses à nos attentes, à nos désirs. Or, il y a de l’épaisseur dans tout cela, au sens où l’entend par exemple M. Akrich à propos de la médiation technique (Akrich, 1993), de la distance également (d’un lien à un autre, d’un parcours d’usage à un autre…), et de la construction de sens évidemment, d’amont en aval (par les choix méthodologiques, les objectivations réalisées, les représentations choisies…).

30Le « territoire » du web peut dès lors être lu comme un entrelacement de liens hypertextes à n dimensions, maillant réel et virtuel, social et technique, ancrage et flux, superposant des régimes d’espaces, à différentes échelles (individuelles/ collectives). Il est intéressant à ce niveau de rappeler que du lien au lieu, il n’y a qu’un pas, ou plus exactement, qu’une subtile allitération : lien et lieu ont fort à faire ensemble, et pas seulement par leur proximité syntaxique. Comme le rappelle Anne Cauquelin, « le lieu est lien, celui que j’ai avec ce qu’on appelle l’« environnement » (Cauquelin, 2010, 77). Dans les environnements numériques, et notamment celui du web, la question du lieu, en tant qu’ancrage géographique et physique, se trouve soumis à tensions. « Avec l’usage quotidien que nous faisons des outils numériques comme le Web », nous nous retrouvons finalement à vivre selon « deux régimes de lieu : l’un que l’on peut appeler « réel » et l’autre « virtuel »…et que nous nous partageons entre les deux (Cauquelin, 2010, 80), et ce, non pas de façon cloisonnée et disjointe, mais de façon perméable et simultanée.

31Le lien hypertexte ne peut être réduit à sa seule dimension hypertextuelle. Le terme de « lien » occupe une place aussi importante, et qu’il est important de maintenir, notamment en lieu et place d’hyperlien (« hyperlink » en anglais) qui tend justement à éluder cette densité sémantique propre au « lien », qui relie ou enferme, qui rapproche ou éloigne, qui se décline au plan social ou individuel, qui est plus ou moins solide... A propos de la sociabilité en ligne, Dominique Cardon (Cardon, 2011) distingue par exemple les liens « forts » (« peu nombreux, réguliers et chargés d’une dimension affective ») des liens « faibles (plus importants en volume, plus éphémères aussi…). Au-delà de la connexion entre deux sites, entre des individus et des connaissances, entre des individus ou des communautés (plateformes de réseaux sociaux), le lien hypertexte génère des mises en relation complexes et instancie des formes de réseaux à géométrie variable. A propos de la forme des réseaux sociaux, D. Cardon souligne que « la dynamique même des réseaux diffère fortement selon la visibilité qui est donnée au profil […]. Les plateformes en clair obscur favorisent un entre-soi qui à la manière d’un système de communication interpersonnelle ancrent les individus dans un système de référence souvent très homogène socialement » (Cardon, 2008, 128).

32Entre-soi, entre-deux… liens. La « mécanique » du web, appuyée sur ces « sauts » (quantiques ?) entre deux liens hypertextes, génère nombre d’entre-deux liens. Des espaces qui sont autant d’univers à écrire et à décrire, selon diverses perspectives et modalités, des espaces à matérialiser, à mesurer, à cartographier, à décrypter. Mais dans cet entre-deux liens, il y a aussi le vide, ce que l’on ne voit pas ou ce qui n’est pas.. Comment représenter le vide ? Le lien hypertexte, dont il est déjà difficile de démêler tous les pleins et les déliés, inscrit aussi en creux l’absence, qu’il est évidemment complexe d’appréhender et qui dessine pourtant d’autres formes de réseaux.

Haut de page

Bibliographie

Akrich M., 1993, « Les formes de la médiation technique », Réseaux, n° 60, 87-98.

Bouchardon S., 2011, « Des figures de manipulation dans la création numérique », Protée, vol. 39, n° 1, 37-46.

Cardon D., 2011, « Réseaux sociaux de l’Internet », Communications, vol. 1, n° 88, 141-148.

Cardon D., 2008, « Le design de la visibilité. Un essai de cartographie du web 2.0 », Réseaux, vol. 6, n° 152, 93-137.

Cauquelin A., 2010, « Parler du lieu », Communications, vol. 2, n° 87, 77-84.

Colombi T., Baccino T., 2003, « Le rôle de la mise en page et la structure syntaxique dans la sélection des liens hypertextuels », Le Travail humain, n° 1, vol. 66, 45-64.

Davallon J., Jeanneret Y., 2004, « La fausse évidence du lien hypertexte ». Communication & Langages, n° 140, 43-54.

Dupuy J.-P., 2008, « Structure de la page web : texte et paratexte », Revue des Interactions humaines médiatisées, 9(1), 25-42.

Georges F., 2009, « Identité numérique et représentation de soi : analyse sémiotique et quantitative de l’emprise culturelle du web 2.0 », Réseaux, vol. 2, n° 154, 165-193.

Ghitalla F., 2008, « La “Toile européenne”. Parcours autour d’une cartographie thématique de documents web consacrés au thème de l’Europe et à ses acteurs sur le web francophone », Communication & Langages, n° 158, 61-75.

Koszowska-Nowakowska P., Renucci F., 2011, « L’hypertexte : approches expérimentales et herméneutiques », Les Cahiers du Numérique, vol. 7, 71-91.

Noyer J.-M., 2010, « Connaissance, pensée, réseaux à l’heure numérique. Pour une nouvelle Renaissance », Les Cahiers du Numérique, vol. 6, n° 3, 187-209.

Perriault J., 2012, « Réseaux de communication horizontale, un aperçu à travers le temps », Le Temps des Médias, vol. 1, n°18, 148-158.

Pinède N., Reymond D., Le Blanc B., Lespinet-Najib V., 2011, « Approche diachronique de marqueurs lexicaux hypertextuels. Application aux sites web d’universités », in Bellafkih M., Gardes J., Ramdani M., Zreik K., eds, Proceedings of cide’12, the 14th International conference on electronic document, Paris, Europia, 135-152.

Plantin J.-C., 2013, « D’une carte à l’autre. Le potentiel heuristique de la comparaison entre graphe du web et carte géographique », in Barats C., dir., Manuel d’analyse du web, Armand Colin, 228-243.

Saemmer A., 2011, « Hypertexte et irradiation iconique », Les Cahiers du Numérique, vol. 7, n° 3, 47-69.

Simonian S., 2010, Hypertexte et processus cognitifs, quels enjeux pour l’apprentissage ?, Hermès Science-Lavoisier.

Souchier E., Jeanneret Y. & Le Marec J., dir., 2003, Lire, écrire, récrire. Objets, signes et pratiques des médias informatisés, Paris, Bibliothèque publique d’information.

Stockinger P., 2005, Les sites web. Conception, description et évaluation, Hermès-Lavoisier.

Thelwall M., 2006, « Interpreting social science link analysis research: a theoritical framework », Journal of the American Society for Information Science and Technology, vol. 57, n° 1, 60-68.

Wilkinson D., Harries G., Thelwall M., Price L., 2003, « Motivations for academic web site interlinking: evidence for the web as a novel source of information on informal scholarly communication », Journal of Information Science, 29(1), 49-56.

Haut de page

Notes

1 Protocole http

2 Logiciel IssueCrawler, par exemple, ou NaviCrawler

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Pinède, « Le réseau, un « entre-deux » liens ? De quelques facettes et dynamiques du lien hypertexte », Sciences de la société, 91 | 2014, 94-105.

Référence électronique

Nathalie Pinède, « Le réseau, un « entre-deux » liens ? De quelques facettes et dynamiques du lien hypertexte », Sciences de la société [En ligne], 91 | 2014, mis en ligne le 16 avril 2015, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sds/1299

Haut de page

Auteur

Nathalie Pinède

mcf en Sciences de l’information et de la communication, laboratoire mica, axe Information-Connaissance, Université Bordeaux Montaigne.
nathalie.pinede <at> iut.u-bordeaux3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals