Navigation – Plan du site

Le correspondant, un amateur de local engagé par son territoire

The local stringer, a local amateur engaged through its territory
El corresponsal de prensa, un aficionado de lo local comprometido con su territorio
Christophe Gimbert
p. 51-65

Résumés

Presque aussi nombreux que les titulaires de la carte de presse, les 35 000 correspondants locaux de presse, des travailleurs indépendants, sont fréquemment analysés par comparaison avec les premiers et l’univers journalistique. Notre étude interroge les motivations, la longévité, l’intérêt de ces correspondants pour leur activité en dépit de l’inconfort de leur statut. En adoptant une approche qui s’intéresse aux caractéristiques de l’attachement à la pratique et à celles de l’engagement, nous montrons comment le correspondant entretient un lien plus étroit avec le territoire local dans lequel il s’inscrit qu’avec son journal.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jean-Marie Charon (2004), à propos des clp, évoque un « sous prolétariat journaliste, employé quasi (...)
  • 2 Aux alentours de 35 000 selon nos estimations (cf. infra).
  • 3 Donnée extraite de l’analyse « Les journalistes encartés en 2010 », réalisée par l’Observatoire des (...)

1Dans les recherches antérieures sur la population des correspondants locaux de presse (clp), la présentation du modèle organisationnel de la presse de proximité s’extrait difficilement de la récurrence de la comparaison aux journalistes (Drouet, 2004 ; Derèze, Grevisse, 2004 ; Charon, 2004), fondée sur des luttes symboliques et/ou des effets de structures1. Bien souvent, les travaux publiés se sont limités à démontrer comment les contraintes de production de l’information locale contribuent à déterminer la place du clp dans l’« univers journalistique » (Drouet, 2004). Alors même que le nombre de correspondants en France2 est quasi égal à celui des 37 415 journalistes possesseurs de la carte de presse en 20103, et cinq fois plus important que celui des journalistes encartés de presse régionale et locale, peut-on se contenter de n’envisager le clp qu’au prisme de cette comparaison ?

  • 4 « Compromis d’aspirations » entre les intérêts du journal et ceux des correspondants : l’entreprise (...)

2Notre propos n’est pas de contester l’ambiguïté de la position du correspondant : la législation le place indéniablement dans une posture défavorable au regard de l’organisation du travail. Nous n’avons pas la volonté d’attribuer aux récits d’expérience qui appuient notre raisonnement une représentativité qui engloberait l’ensemble d’une population dont on connaît finalement assez peu les caractéristiques morphologiques. Dans le « compromis d’aspirations »4 (Ruellan, Rochard, 2003) qui le lie au journal, le clp jouit souvent localement d’un prestige certain : il est une figure qui incarne la couverture du journal, ancrée dans la réalité sociale d’un territoire. Ce qui ferait désormais défaut aux journalistes rédacteurs, en rupture progressive du rapport de proximité, absorbés par des tâches de mise en page et de journalisme assis (traitement de l’information formatée par les outils de communication, de communiqués, etc.).

  • 5 Ce terme désigne ici à la fois un espace local et l’ensemble des relations qui concourent à sa spéc (...)

3Notre objectif est d’approfondir une recherche qui interroge les motivations, la longévité, l’intérêt pour certains de ces acteurs sociaux à poursuivre une telle collaboration malgré l’inconfort réel du statut. En questionnant les modalités d’attachement à la pratique (Hennion, 2003 et 2009) et d’engagement (Becker, 1960 et 2006) du correspondant, nous souhaitons montrer comment il se positionne comme une figure centrale d’un système qui lui est propre, c’est-à-dire sa communauté, son territoire5 (Guyot, Pailliart, 1988), par la médiation du journal.

4Notre étude s’appuie sur un corpus d’entretiens et de récits d’expérience de correspondants locaux de presse quotidienne et hebdomadaire, collectés par nous-mêmes et par d’autres6. Ce corpus permet d’interroger les expériences de ces clp dans la durée7, souscrivant en cela à la démarche de « mise en évidence d’un rapport étroit entre pratiques communicationnelles et pratiques du temps » (Carayol, 2005). Il rend également saillantes les conséquences biographiques de l’engagement (Fillieule, 2001). S’y ajoutent des entretiens avec plusieurs cadres de différents groupes de presse : le rédacteur en chef adjoint, en charge des correspondants, de l’un des titres de presse régionale dominants du marché, son homologue d’un groupe plus modeste couvrant trois départements et un responsable de la gestion des correspondants d’un quotidien départemental. Nous complétons ce matériau par l’analyse de contenu d’une contribution produite, en 2008, par les correspondants locaux eux-mêmes, à travers l’une des rares organisations qui les fédèrent, l’Association interdépartementale des correspondants de presse8.

5Une première étape de notre réflexion nous conduira à rappeler le contexte d’exercice et la réalité sociodémographique, dont les contours restent flous, dans lequel s’inscrivent aujourd’hui les correspondants locaux en France. Nous aborderons à cet égard les formes de typologisation de cette population des clp, dont le cadre légal pousse à une autonomie néanmoins assez ambiguë. Nous verrons qu’il subit ces dernières années une véritable mise à distance des rédactions, résultante de la numérisation croissante des modes de production et de transmission de l’information.

6Une deuxième partie nous permettra de saisir combien le correspondant local évolue en dehors du journal comme œuvre d’un collectif (Gimbert, 2011) et à quel point son attachement à son activité se construit autour d’autres objets. Nous faisons nôtre l’approche sociologique du goût et de l’amateur – en tant que passionné par son objet – qu’Antoine Hennion propose (2003 et 2009) et notamment les quatre éléments sur lesquels elle se fonde : le collectif, les dispositifs et conditions de pratique (les médiations), l’engagement du corps et les retours de l’objet auquel l’amateur se rattache. L’objet dont le correspondant apprécie les retours n’est donc pas vraiment le journal, mais bien plutôt le territoire. Il y puise des retours très personnels, comme le plaisir de la pratique, la réalisation de soi, le sentiment d’en tirer des bénéfices culturels ou sociaux, mais il y trouve aussi une forme de réflexivité, des retours réciproques avec ce territoire. Il bâtit, certes, sa légitimité et sa visibilité dans la communauté de vie locale par la médiation du journal. Toutefois, le journal ne forme pas son tout dès lors que l’on interroge son identité et son activité.

  • 9 Pari subsidaire ou adjacent, selon les traductions admises du terme original de » side bet ».

7Nous proposons de compléter l’approche de l’attachement empruntée à Antoine Hennion en nous intéressant aux formes d’engagement (Becker, 1960 et 2006) des clp. Nous souhaitons mieux cerner l’objet et les effets de cet engagement. Howard Becker invite notamment à s’appuyer sur la notion de « pari subsidiaire »9. Ce pari est un élément externe aux actions, qui engage l’individu à agir, dans une situation donnée, de façon cohérente, sans forcément en prendre pleinement conscience. Une troisième partie nous permettra ainsi de répondre au postulat selon lequel le clp pourrait développer, sur un temps long, un engagement davantage marqué à l’égard du territoire et de la communauté, à l’instar des militants syndicaux ou associatifs (Guillaume et Pochic, 2009 ; Vermeersch, 2004) dans leurs domaines respectifs. Son « pari subsidiaire » conduit, selon nous, le clp à se révéler au territoire plus qu’il ne prévoyait de s’y incarner. Il devient ainsi un expert, au sein d’une communauté de vie locale, en particulier au nom des habitants et d’une représentation qu’il se figure de son territoire.

Ébauche de sociologie du correspondant local de presse

Une population aux contours mal définis

  • 10 Défini par l’article 16 de la loi n 93.12 du 27 janvier 1993.

8Jamais une étude morphologique n’a été publiée sur la population des cor­res­pondants locaux de la presse française. En 1992, selon les calculs de la com­mis­sion chargée d’élaborer le futur statut du clp 10, la population pouvait être estimée à environ 30 000 pour 38 publications quotidiennes régionales, 29 quo­ti­diens départementaux et 250 hebdomadaires régionaux. Ce chiffre est parfois contesté puisqu’il serait fondé sur la supposition selon laquelle cha­cune des 36 000 communes de France, ou presque, serait dotée d’un corres­pondant local de presse. Jean-Marie Charon (2004) annonce pour sa part 25 000 « non journalistes » collaborant à la rédaction des pages de presse locale.

  • 11 Dans son rapport annuel en 2006, le sphr évaluait la population des correspondants rémunérés à 41 e (...)
  • 12 Une estimation déclarative basée sur les données diffusées par les titres sur leurs sites Internet (...)

9Par notre évaluation, nous parvenons à une estimation proche des 35 000 cor­res­pondants locaux de presse en activité. Sur leurs sites Internet respectifs, en 2010, le Syndicat de la presse quotidienne régionale (spqr) totalisait 59 titres, 5 600 journalistes, 25 000 clp et le Syndicat de la presse hebdo­ma­daire régio­nale (sphr) annonçait pour sa part 287 titres, pour 1 000 journalistes et 9 758 clp11. S’il ne nous a pas été possible, matériellement, de confirmer les don­nées de la presse hebdomadaire, nous avons procédé à une vérification pour la presse quotidienne régionale, qui concorde avec les estimations du spqr12, soit environ 23 000 clp en activité en presse quotidienne de proximité.

10Dans l’ensemble de la presse régionale hexagonale, le recours massif aux corres­pondants puiserait sa raison d’être dans les contraintes économiques et édito­riales. Le maillage informationnel de la couverture territoriale sur lequel la presse locale et régionale entretient sa proximité ne saurait se contenter de la pré­sence des journalistes localiers dans les villes centres. Mais il n’est pas non plus question, pour les groupes de presse, de détacher autant de jour­na­lis­tes qu’il y a de communes ou de regroupements de communes. Le statut de correspondant reflète ces impératifs gestionnaires, pour le distinguer avec force de celui de journaliste professionnel défini par la loi Brachard de 1935, remodelé pour la catégorie des pigistes par la loi Cressard de 1974. Le clp pré­sente, pour la pqr, de gros avantages : faible coût (la production est exter­na­li­sée, le journal ne paye pas de charges sociales), souplesse (absence de contrat).

Les CLP souvent inscrits dans des perspectives durables

  • 13 Catherine Pleeck a tiré un « portrait-robot » du correspondant belge (dont la population est estimé (...)

11Quelques travaux se sont attachés à proposer une typologie du correspondant, dont on sait qu’il est fortement lié à la région d’exercice et à la ligne éditoriale du titre. Denis Ruellan et Yvon Rochard (2003) se sont ainsi penchés sur une population de quinze correspondants d’un hebdomadaire local breton à fort tirage, Le Trégor. Nous avons prolongé leurs interrogations auprès de correspondants encore en activité avec lesquels ils s’étaient entretenus en 1996. On retient, du point de vue sociologique, l’équilibre hommes-femmes dans le corpus, la moyenne d’âge autour de 40 ans, un niveau d’études élevé (autour de Bac + 3), la forte stabilité familiale. Autres données qui viennent souligner que la correspondance peut être le fait de personnes inscrites dans des perspectives durables : ces clp totalisent, en moyenne, treize ans de présence dans la commune d’exercice et plus de cinq ans au service du journal. Concernant leurs professions, on trouve des cadres, des enseignants, des personnels administratifs, un retraité de l’armée de l’air, un artiste. On constate qu’à quelques données près, comme le genre, cette étude a été corroborée par le travail mené en Belgique (Pleeck, 2004) sur les « correspondants locaux non professionnels »13.

12On note par ailleurs des distinctions opérées autour de la notion de « correspondants des villes » et « correspondants des champs » (Drouet, 2004). Les premiers sont spécialistes d’un domaine (sport, culture, économie), les seconds spécialistes d’un secteur géographique. Marie Drouet propose de différencier les clp « utilitaristes-individualistes » et les « missionnaires-messagers ». Les utilitaristes publieraient pour satisfaire une vocation, pour être socialement reconnus et retirer un profit personnel de leur activité. Les missionnaires auraient le souci affirmé de rendre compte de la ou des communautés dont ils sont membres actifs, sans négliger de retirer quelques profits personnels. Cette présentation quelque peu dichotomique est à nuancer. Nous verrons ainsi en quoi l’engagement, souvent non objectivé par les correspondants à forte longévité, peut les amener à rejoindre presque malgré eux la catégorie des missionnaires. De plus, quelles que soient leurs motivations de départ et celles qui leur ont succédé, les clp assument le plus souvent leur fonction comme un service à la collectivité (Ruellan, Rochard, 2003). L’Association interdépartementale des correspondants attribue quant à elle des ressources individuelles non négligeables à la fonction, puisque les qualités d’un clp n’additionnent rien d’autre qu’« audace, curiosité, franchise, franc-parler, courage, témérité, rigueur, respect, mais aussi psychologie, conscience professionnelle, et secret professionnel » !

13Catherine Pleeck indique enfin qu’« être correspondant est avant tout une activité sociale » et insiste sur le fait que cette activité, « humainement très enri­chi­ssante, constitue manifestement ce qui plaît le plus aux correspon­dants » (Pleeck, 2004 : 9). La passion – de leur région, de l’écriture, de la photo­graphie ou d’une discipline sportive ou culturelle – constituerait un mo­teur. Catherine Pleeck en vient par conséquent à émettre l’hypothèse que le déficit de reconnaissance du champ professionnel perçu par les correspondants est « sans doute compensé par la reconnaissance de leur tissu social ». Le clp, on le voit, puise dans la reconnaissance mutuelle (Honneth, 2002) qu’il entretient avec les acteurs de sa communauté de vie locale, les conditions de sa longévité dans la fonction, et par-delà une approbation à son action.

Autonomie ambiguë et sous conditions

14Comment ne pas déjà repérer que cet « attachement au monde » par la médiation du journal constitue non pas un simple élément d’explication à la pratique de la plupart des correspondants interrogés, mais bien un point d’ancrage de cette activité sociale du correspondant ? Les publications antérieures relèvent le lien distancié, dans leurs discours sur leurs pratiques, que les correspondants entretiennent avec le journalisme professionnel. Lien qui continue de s’effiler du fait de la réorganisation du travail au sein de la presse régionale qui amplifie la mise à distance physique des correspondants par des politiques de numérisation de la production : les clp ont été incités à se doter d’ordinateurs personnels, d’appareils photos numériques et de téléphones mobiles. Textes et photos sont acheminés par Internet via un logiciel spécifique, dans des espaces dédiés en fonction du territoire de parution et du volume de l’article et de la photo. Il est frappant de relever à quel point les correspondants de notre corpus en font un tournant de leur pratique depuis le milieu des années 2000 : auparavant, ils se rendaient au moins une fois par semaine au siège de l’hebdomadaire, « pour apporter les photos, les disquettes, les textes ». Depuis, « environ cinq ou six ans », la visite s’est espacée en moyenne à un mois. Avec les agences, le lien se maintient désormais par un seul canal, celui du téléphone. En revanche, des cadres des directions de rédaction y voient une source de renouvellement de génération et commencent à mesurer les conséquences de ces changements sociodémographiques sur le rapport au journal :

15« On va dire que les correspondants ne sont plus intégrés physiquement dans les agences, oui, ça a changé cette relation-là. […] La nouvelle génération, depuis quatre-cinq ans, n’est pas dans cette culture, elle travaille vraiment à distance. Ils ne sont pas attachés au titre comme l’étaient les anciens. Ça se distend de deux façons : la distance kilométrique et pas de véritable attache­ment au titre, c’est générationnel. » (Responsable de la gestion des correspondants locaux de presse, cadre journaliste, dans un groupe régional de presse qui couvre trois départements, octobre 2011).

16Il est par ailleurs manifeste que les correspondants autant que les chercheurs témoignent depuis longtemps d’une très large autonomie de gestion de leur agenda des événements à relater sur les communes ou les cantons qu’ils couvrent. Les directions de journaux peuvent aujourd’hui se satisfaire de cette forme d’autonomie, dont on constate qu’elle reste sous conditions… notamment financières. Pour ce cadre d’un groupe régional, la mise à distance des rédactions est d’ordre naturel, pas seulement en raison d’une application plus stricte de la loi de 1993 qui proscrit la présence des clp dans les locaux rédactionnels :

17« Le contact physique est moins régulier qu’avant, mais en même temps, il était presque trop régulier. On avait des correspondants qui étaient parfois en permanence dans la rédaction, ce n’était pas forcément mieux. Le correspondant, ce n’est pas à la rédaction qu’il doit être, c’est dans sa commune, il vit dans sa commune, et il nous parle de sa commune. » (Rédacteur en chef adjoint chargé de la gestion des correspondants dans un groupe de presse dominant du marché, septembre 2011).

18Nombre de titres sont même parvenus à tarir à la base un système qui alimentait jusque-là, en grande partie, les revenus des correspondants, c’est-à-dire la production des informations dites « services », ces petites brèves d’annonces de réunions, de spectacles, d’événements. Des applications de traitement des brèves ont été conçues – comme le logiciel « Infolocale », développé par le groupe Sipa-Ouest-France – désormais accessibles par Internet aux producteurs d’informations brutes comme les associations, les mairies, les clubs de sport, privant ainsi le clp de la rétribution que ce type de brève pouvait lui procurer. Ces évolutions nourrissent chez les correspondants le sentiment d’être désormais soumis à des logiques de gestion financière plus contraignantes.

Le goût du local par la médiation du journal

19Partant de ce constat de l’éloignement physique du clp par rapport au journal, nous soutenons l’hypothèse qu’il faut envisager le clp non comme une figure décentrée du journal, mais comme une figure centrale de son propre système – sa communauté, son territoire, voire son domaine de spécialité – par la médiation du journal. Il y construit ici son attachement au monde, une manière d’être à son monde, plus qu’à celui de son journal. Comme le passionné d’escalade ou de musique, le correspondant local existe en dehors de la question professionnelle, de l’inéluctable comparaison au profes­sionnel. En cela, nous avons montré (Gimbert, 2011) combien l’approche de la notion de l’amateur (Hennion, 2009) – celle du passionné par son objet, par goût, et non pas l’amateur dévalorisé par comparaison au professionnel – appliquée à l’activité de correspondant local de presse pouvait s’avérer concluante. Antoine Hennion envisage quatre appuis (Hennion, 2003 : 293) pour définir la relation à l’activité d’amateur : les dispositifs, le collectif, les retours et l’engagement. Sur les dispositifs et conditions, c’est-à-dire le cadrage temporel et spatial, les outils, les circonstances, les règles, nous avons observé cette forme d’autonomie mal définie et ambiguë, mais bien spécifique à l’activité de la correspondance. Sur le collectif, qui donne le cadre, la pertinence de l’effort, garantit des résultats, guide ou accompagne, et les retours de l’objet dont on est l’amateur, de ce qu’il fait, de ce qu’il fait faire, voire du plaisir qu’il procure (Vermeesch, 2004), nous allons envisager, dans cette partie, combien le correspondant va puiser les moteurs de son attachement hors de son support de diffusion.

Un attachement qui se noue hors le collectif du journal

20Dans quel collectif peuvent se reconnaître les correspondants ? Assurément très peu dans celui qui est constitué des journalistes et de la hiérarchie intermédiaire de leur titre. En dehors de quelques centaines de corres­pon­dants qui ne pratiquent qu’en milieu urbain et sont associés de près au fonctionnement quotidien des rédactions de villes-centres, le sentiment d’isolement est désormais trop prégnant pour se sentir véritablement appartenir au collectif des rédactions. La contribution de l’Association interdépartementale des correspondants l’indique avec amertume :

« Le cpl travaille seul, sans aucun contact avec ses collègues. N’étant pas convié aux réunions de comité de rédactions, il n’y assiste pas, n’en faisant pas partie, puisque « travailleur indépendant ». Tout le reste, le cpl l’apprend à ses dépens en autodidacte, avec parfois des retours de bâtons… et quelques remerciements chaleureux... Pas très nombreux. »

  • 14 Pour Mac Adam, outre l’assentiment des proches, les deux autres variables sont le contact avec les (...)

21Deux collectifs dominent nettement : celui de la famille et celui de la commu­nauté locale. Le premier, s’il peut surprendre, apparaît pertinent si l’on prend la mesure de l’investissement personnel de la plupart des pratiquants de la correspondance dans leur activité et les effets sur leur environnement familial et amical. Ce dernier doit souvent en accepter certaines formes d’intrusion, comme les appels téléphoniques réguliers, les passages au domicile, ou encore les soirées imposées par tel ou tel événement à couvrir. Dans cette forme d’assentiment nécessaire des proches, associés de près à l’activité, on observe que se met en œuvre l’une des variables facilitant l’engagement, relevée par Mac Adam (1988), en particulier pour les engagements militants14. Parmi les cinq correspondants avec lesquels nous nous sommes entretenus, la démarche apparaît particulièrement ancrée, puisqu’ils affirment que la correspondance s’est liée à la vie familiale avec force. Dans deux cas, elle a mené à ce que le conjoint participe au travail de terrain ou de rédaction. Dans l’un des deux, il est même devenu correspondant. Dans un autre couple, retraité, il s’est fortement investi. Dans deux autres foyers, les conjoints sont très accompagnants. L’un est engagé dans la vie associative de la commune et apporte des idées de sujets d’articles. Le second relit systématiquement la production avant l’envoi au journal. Toute la famille est parfois associée : « C’est aussi une source d’échange familial. »

22Quant au second collectif vers lequel les clp reviennent systématiquement, il s’agit bien de celui des interlocuteurs du local, les associations, les élus, les sources. Ce collectif possède bien d’autres vertus que celle de procurer matière à nourrir des articles : il permet de s’intégrer, d’exister dans l’espace public, de nouer des relations. « Quand je suis arrivé ici, ce n’était pas ma ville. Je ne connaissais personne, donc effectivement, c’est un vecteur d’intégration important. Ça c’est indéniable. C’est sûr.... je dois connaître trois quarts des habitants maintenant, je pense… » (Correspondant local 1, novembre 2010).

23Dans la durée, le sentiment d’intégration et la fonction de notabilité peuvent se compléter d’une sorte d’obligation de réciprocité envers ce « collectif » du territoire : « Forcément qu’il y a un attachement ! Il y a des gens qu’on côtoie depuis... vingt ans, dix ans, cinq ans ! Il y a quand même la dimension de relations humaines ! Et c’est presque comme si on leur devait quelque chose. Parce que, faut pas se leurrer hein, nous c’est les clubs de troisième âge, euh... [rires] le comité des fêtes... » (Correspondante locale 2, décembre 2010).

24Le collectif nous semble bien extérieur à la structure du journal, même si ce dernier offre la possibilité de médiation au correspondant.

Des retours et un plaisir pour « sortir de soi »

25Pour mesurer l’intensité d’une pratique amateur, la sociologie de l’attachement invite à interroger les retours de l’objet dont on est amateur, de ce qu’il fait, de ce qu’il fait faire (Hennion, 2004 : 12). Il importe donc de s’intéresser aux moments, aux lieux, aux agents avec qui se manifestent ces retours pour le correspondant. L’analyse des entretiens a soulevé deux principaux retours, autour de la question du plaisir de la pratique de correspondance et des effets sur la construction individuelle et la participation sociale des acteurs. Ces retours semblent provenir et se jouer dans d’autres espaces que celui du collectif du journal. On repère, ainsi, l’expression d’un plaisir personnel à réaliser un article qui a nécessité plus d’enquête, de recherche : « C’est le fait de te dire : bon ça y est, t’as bouclé ton article… Un peu comme quand tu peins un tableau, un peu quoi. T’es content. Parce que t’as bossé dessus, et ça tu le sais, et il y a vraiment... là il y a vraiment plus de travail personnel si tu veux. […] Moi je trouve que ça, c’est de la satisfaction personnelle point barre. » (Correspondant local 1, novembre 2010).

26Autour de cette question du « plaisir », il est intéressant de relever ici une certaine proximité avec les discours sur la structuration des motivations des militants qu’ont pu rapporter d’autres enquêtes dans le milieu associatif bénévole par exemple (Vermeesch, 2004). Plaisir pour soi-même, pour la reconnaissance de soi. Mais on le verra également, plaisir porté par la notion d’engagement et fondé sur la capacité à « sortir de soi », grâce au triptyque formé par l’action, l’utilité et la sociabilité, qui met l’individu en relation avec le monde social et avec autrui. La correspondance représente une voie pour y parvenir : « On ferait autre chose sinon, sûrement hein. Je sais pas quoi, mais euh... il faut voir du monde ! Il faut bouger… Et c’est bien d’être connu aussi, moi j’aime bien être connue », dit l’une des clp interrogés (Correspondante locale 3, novembre 2010).

Engagé par et pour son territoire

27La sociologie de l’engagement permet de compléter notre analyse du goût du local par la médiation du journal. Nous verrons ainsi de quelle façon cet attachement à la chose locale engage le correspondant, tout autant qu’il s’y est engagé. En nous intéressant à des collaborateurs à forte longévité – de 18 à 30 ans dans notre corpus du Trégor ­­– ce qui constitue une variable majeure de l’observation de cet engagement, nous étudierons en quoi la pratique de la correspondance peut favoriser des trajectoires d’engagement en situation de travail (Guillaume, Pochic, 2009), voire les influencer de façon parfois presque imprévue par les agents eux-mêmes. Cette hypothèse se vérifie à travers les entretiens que nous avons menés, mais les recherches antérieures en soulevaient le questionnement à leur façon, non sans critiques d’ailleurs. Ainsi Marie Drouet appelait à faire preuve d’attention quant à une possible forme d’inversion du stigmate opérée par les correspondants : puisqu’ils peuvent difficilement vivre de leur fonction, ils investiraient dans une mise en scène du don de soi à l’activité, « de sorte que ce qui est « perdu » au plan de la reconnaissance professionnelle peut être capitalisé au plan de la reconnaissance symbolique et morale » (Drouet, 2004 : 162). Nous persistons malgré tout à ne pas voir uniquement dans la pratique de la correspondance une perpétuelle quête de reconnaissance professionnelle journalistique.

L’engagement ou la cohérence du comportement

  • 15 Les sociologues utilisent le concept d’engagement pour rendre compte des lignes d’actions cohérente (...)

28Le processus d’engagement individuel, notamment dans l’étude des carrières professionnelles, présente l’intérêt de rendre compte de la cohérence15 du comportement des individus. Voire de rendre compte de situations où l’engagement d’un individu dans une organisation sociale a, en fait, engendré des « paris subsidiaires » à sa place, imposant ainsi une contrainte à ses activités futures (Becker, 1960, 2006). Un « pari subsidiaire » est un élément externe aux actions et contribue à les rendre cohérentes les unes par rapport aux autres ; il est ce qui engage l’individu à agir, dans une situation donnée, de façon cohérente. Ce qui nous sensibilise dans le cas des correspondants, ce sont les caractéristiques qui font entrevoir la notion d’engagement comme particulièrement heuristique. Il faut, en premier lieu, que l’engagement persiste dans le temps, et ce en dépit de multiples activités. Chez le correspondant local de presse, cette activité doit, au regard de la loi, être secondaire, mais elle s’agence bien souvent avec les composantes d’une trajectoire de vie sociale et professionnelle établie, que l’on soit en emploi, au foyer, bénévole local, etc. En deuxième lieu, on doit considérer que les engagements ne sont pas toujours pris sciemment et délibérément. Certains résultent de décisions conscientes, mais d’autres se forment progressivement. Pour en prendre conscience, il faut bien souvent que l’individu soit confronté au changement. Ainsi, c’est quand le journal cesse de faire appel à ses services ou bien encore quand il envisage de mettre fin à son activité de clp qu’un correspondant local prend la pleine mesure de son implication dans cette activité et les interactions engageantes qu’elle implique, en particulier au local. Ces actes, presque par défaut tant ils sont parfois routinisés, relèvent des paris subsidiaires ou adjacents qu’Howard Becker envisage dans toute forme d’engagement durable.

29Qui dit engagement dit, bien souvent, dispositions favorables à cet engagement (Guillaume, Pochic, 2009). Ces dispositions incitent à poursuivre ou à intensifier une implication par la pratique de la correspondance. Cette prédisposition penche, nous l’avons constaté, plus vers son périmètre géographique et social de travail que vers les pratiques journalistiques. Le corpus des correspondants du Trégor l’illustre : parmi les quinze interrogés dans l’enquête menée par Denis Ruellan et Yvon Rochard, neuf étaient impliqués, avant d’être correspondants, dans le monde associatif local, les conseils d’école, une bibliothèque municipale, un centre culturel, une amicale laïque ou encore un parti politique. Parmi les cinq correspondants de ce corpus auprès desquels nous avons mené de nouveaux entretiens, quatre démontraient de tels investissements. De sorte que l’on peut insister sur les effets de ces formes d’engagements antérieurs dans des sous-mondes sociaux (Fillieule, 2001, Vermeesch, 2004 ) non seulement sur la décision de s’investir dans la correspondance, mais aussi sur la corrélation avec la longévité qui semble plus importante dans la fonction lorsque le futur clp a fait preuve, auparavant, d’un investissement local plus ou moins important à travers diverses activités sociales.

Des militants du local plus que du journal

30Les rédactions en chef ont beau tenter de s’en persuader, en affirmant avec force que les correspondants « sont souvent militants du journal, ils aiment leur journal », c’est bien souvent pour nuancer le propos par la suite : « Quand on fait nos réunions, ils parlent de leurs communes, de leur territoire, de ne pas les oublier. On aime bien quand on se fait secouer un peu par eux, car ils ont envie qu’on parle de leur pays, ils sont vraiment dans leur rôle. Le bon correspondant, c’est celui qui est militant de sa commune, qui a envie que sa commune vive dans le journal, et en même temps, est fier quelque part d’être correspondant chez nous. » (Responsable de la gestion du réseau de correspondants dans un quotidien régional dominant, septembre 2011).

31Compte tenu de l’isolement à l’égard des rédactions qui est bien souvent le sien, le correspondant doit désormais se contenter d’évoluer dans un monde social qui lui est propre, et finalement assez distinct de son support de diffu­sion. Aux yeux de l’Association des correspondants précédemment citée, « par ses écrits, il amène les lecteurs à se poser des questions, ou à les aider dans le quotidien. Nous sommes un lien essentiel avec les associations. Nous sommes les témoins et les échos du travail de terrain des élus auxquels il est souvent reproché le fait d’être loin des électeurs ». Les clp que nous avons entendus convergent, eux aussi, dans leurs récits, pour s’envisager « à la dis­po­sition » ou « aux côtés » des associations, ou bien encore, comme en témoi­gne l’un d’eux, pour affirmer que « c’est un des éléments qui me font conti­nuer ». Il n’est pas rare que les correspondants s’approprient même le terme d’engagement pour exprimer l’impératif qui semble être le leur : « On a pris un engagement, moi je trouve : c’est pour bosser […] On doit informer les gens. Comme quelqu’un qui est salarié doit aller bosser, ben nous, on doit aussi faire notre travail. Sinon, on ne s’engage pas. » (Correspondante locale 2, décembre 2010).

32S’agit-il, dans ces propos, de répondre singulièrement aux attentes du titre, ou d’assurer à l’acteur du territoire que sa contribution à la vie sociale sera bien mise en lumière ? Le regard et le discours obliquent prioritairement vers le second, en faisant quasiment abstraction des contingences du journal ­– en termes de diffusion, de couverture de la zone territoriale, d’importance ou de fraîcheur de l’information. Ce qui importe, nous disent les correspondants interrogés, c’est bien de faire exister les sources locales : « C’est une façon de reconnaître tout ce que ces gens-là font. Ça paraît tout petit comme ça, tous ces gens-là animent un territoire, ils font vivre un territoire. Et je trouve qu’on leur doit ça ! On leur doit de parler de ce qu’ils font et d’essayer de les porter. Parfois de les aider aussi. […] Où il y a pas beaucoup de monde, il y a pas assez de thunes pour payer l’animatrice... ben tu fais un papier alors que tu l’aurais pas fait. » (Correspondante locale 2, décembre 2010).

Les paris subsidiaires de la correspondance locale

33Puisque les engagements ne sont pas toujours délibérés, certains se forment progressivement. Dès lors, ils peuvent être perçus comme des paris subsidiaires, en apparence supposés externes aux actions – pour le correspondant, les actions sont censées se limiter à la collecte et au traitement de l’information – et engagent l’individu à agir, dans une situation donnée, de façon cohérente. Chez les correspondants, nous avons repéré que ces actes se situaient à deux niveaux, le premier étant plus personnel et renvoie à la manière dont la pratique peut façonner les individus dans le temps et les y ancrer dans des nouvelles habitudes. Le second est lié plus singulièrement à la capacité qu’ont les individus de développer une expertise, non pas de « sous-journalistes », mais bien de spécialistes de leur terrain.

34D’une part, la correspondance transforme et forge de nouvelles expériences : ce constat semble partagé par l’ensemble de notre corpus. Parce que la correspondance oblige à la polyvalence sur des sujets variés, impose des rencontres et nécessite des entretiens. Elle ouvre de nouvelles compétences nous dit l’un des correspondants du Trégor : « Avant, j’aurais toujours hésité, par exemple, avant de rentrer dans une galerie. J’aurais même pas trop osé, parce que je me serais dit : Tiens, c’est pas pour moi… j’ai pas de connais­sances culturelles. » (Correspondant local 1, novembre 2010). Elle influence aussi les dispositions sociales malgré soi : « Nous, on est très casaniers autrement. Ça fait sortir, ça fait voir du monde, et c’est très important ! Autrement, on n’a pas de vie sociale hein ! » (Correspondant local 4, novembre 2010). « J’ai horreur, mais horreur... toujours, et encore aujourd’hui, d’aller faire tout ce qui est repas : vous entrez dans une pièce, vous avez euh... deux cent, ou cent paires d’yeux qui... pfff ! Quelle horreur ! » (Correspondante locale 3, décembre 2010).

35D’autre part, la seconde forme de « pari subsidiaire » qui engage probablement le correspondant bien plus qu’il n’en a initialement conscience ou l’intention, réside dans le développement d’une forme d’expertise du territoire : « Il a beaucoup appris sur le fonctionnement associatif, sur les différentes compétences attribuées, les interactions entre les diverses administrations ou communautés de communes, les différentes études, les soirées associatives, les métiers oubliés, la faune et la flore, la sociologie, la vie des gens tout simplement. » (Association interdépartementale des correspondants, décembre 2008).

36Cette expertise, les sources la reconnaissent et les clp eux-mêmes savent se saisir de cette posture. L’un des correspondants nous cite l’exemple d’une petite commune où il n’est pas rare que le maire se serve du compte-rendu du conseil municipal réalisé par ce correspondant pour rédiger le document administratif officiel : « Parce que ses comptes-rendus, après, il met une semaine à les faire… L’autre fois, il était tout content parce que : ah, c’est bien vous avez bien résumé le conseil, je savais pas comment faire ». (Correspondant local 4, novembre 2010). Un autre correspondant assure qu’il a bien chasse gardée sur certains domaines : « C’est vrai que pour certains dossiers, certains points - je vais prendre le cas de là où je bossais - c’est vrai que je tiens un dossier quoi […] Je garde, je conserve disons... » L’autorité sur le dossier ? « Ben oui, enfin l’autorité c’est un grand mot. Non, le, le... un œil quoi ! » (Correspondant local 5, décembre 2010). Ce qui frappe chez les correspondants rencontrés, c’est l’affirmation quasi unanime qu’il est difficile de se désengager de la correspondance, en particulier après de longues années de pratique : « Je n’arriverai pas à arrêter. J’ai l’impression qu’on va prendre ma place quelque part. Enfin je ne sais pas, c’est assez particulier. Des fois, je me fais remplacer pendant un moment, parce que j’en peux plus... je me dis : oh merde ! ça c’est pas bien fait, ou moi j’aurais pas fait comme ça. C’est comme ça. C’est notre territoire quoi ! » (Corres­pondante locale 2, décembre 2010).

Conclusion

37Objet quelque peu délaissé des recherches sur la presse écrite, le correspondant local de presse, dans toute la complexité de son statut, peut s’observer à travers d’autres caractéristiques que celles qui le condamnent à incarner une sous-catégorie de producteurs de contenus aux frontières du champ journalistique. Se saisir, dans une perspective compréhensive, de ses pratiques et de ses discours sur la durée permet d’éclairer le rapport que le correspondant entretient au journal, de plus en plus distendu, et au territoire, bien plus proche. Si le clp forge sa légitimité dans sa communauté de vie locale par la médiation du journal, son statut légal de travailleur indépendant et les revirements des politiques éditoriales, nous l’avons vu, l’éloignent progressivement de son titre de presse. Il s’en saisit pour revendiquer une forme d’autonomie dans ses choix rédactionnels mais cette autonomie, dont nous avons mesuré l’ambiguïté, reste contrôlée par les directions des groupes de presse.

38Comme nous avons pu le démontrer en nous appuyant sur l’exemple des correspondants du Trégor inscrits dans des perspectives durables, s’ils fournissent leur production au journal dont ils sont des collaborateurs, ils s’incarnent bel et bien en dehors du collectif du journal, par la pratique d’une activité qui leur est propre à de nombreux points de vue. Elle renvoie aux éléments constitutifs du goût et de la réflexivité des « grands amateurs » (Hennion, 2003 : 303). Relativement au cas du correspondant, cela signifie que celui-ci demeure plus attaché aux collectifs extérieurs – les acteurs du territoire qu’il couvre, ses proches – aux retours et à la reconnaissance, que lui procure sa pratique dans son territoire, qu’à sa position dans l’organisation de l’entreprise de presse.

39Quant à son engagement, il converge lui aussi vers le territoire et sa communauté plus que vers son journal. D’une part, en raison, bien souvent, de dispositions favorables qu’il entretenait auparavant comme acteur de ce monde social, au sein d’associations ou par des responsabilités politiques par exemple. Mais aussi parce que les caractéristiques de sa pratique rendent son engagement cohérent au regard des critères qui le fondent : il s’inscrit dans des perspectives durables, combine plusieurs activités et milite en faveur de ceux qu’il estime devoir représenter. Son « pari subsidiaire », qu’il ne mesure pas forcément et donne de la cohérence à son engagement, fait de lui un expert de son territoire, au nom des représentations qu’il s’en figure et de ceux qui le composent.

Haut de page

Bibliographie

Becker (H.S.), 2006, « Notes sur le concept d’engagement » », dans Tracés. Revue de Sciences humaines [en ligne], mis en ligne le 28 septembre 2008, consultable en ligne, url : <http://traces.revues.org/index257.html>, texte original paru dans « Notes on the Concept of Commitment », The American Journal of Sociology, 66 (1), 1960, 32-40.

Bussi, (M.), Debaurain, (M.-H.), Freire-Diaz, (S.), 2001, « Presse locale et organisations territoriales : la Presse Hebdomadaire Régionale » dans Annales de Géographie. n° 619, 287-290.

Charon (J.-M.), 2004, « Les correspondants locaux en France », dans Non-professionnels de l’information, in Médiatiques, Louvain-la-Neuve, n° 35, 12-16.

Derèze (G.) et Grèvisse (B.), « Au détour d’une approche du champ journalistique », in Médiatiques, Louvain-la-Neuve, n° 35, 3-5.

Drouet (M.), 2004, « Autonomisation et rationalisation des pratiques journalistiques : l’enjeu du rapport de forces localiers/correspondants locaux de presse. L’exemple des Dernières nouvelles d’Alsace », in Legavre (J.-B.), dir., La presse écrite : objets délaissés, Paris, L’Harmattan, 145-165.

Fillieule (O.), 2001, « Propositions pour une analyse processuelle de l’engagement individuel » dans « Devenirs militants », Revue française de science politique, 51, 199-215.

Gimbert (C.), 2011, « Le correspondant, un amateur du local mis à distance du journal », communication, Colloque : Le journalisme, une activité collective, formes, acteurs, pratiques, enjeux, 17-18 mars 2011, IFP-Université Panthéon-Assas, Paris.

Guillaume (C.), Pochic (S.), 2009, « Un engagement incongru ? Les cadres et le syndicalisme, l’exemple de la cfdt », Revue française de science politique, Presses de Sciences Po, vol. 59, 535-568.

Guyot (B.) et Pailliart (I.), 1988, « Les médias construisent-ils un nouveau territoire ? », Quaderni. n° 6, hiver 88/89, 35-43.

Hennion (A.), 2009, « Réflexivités. L’activité de l’amateur », in Réseaux, n° 153, 55-78.

Hennion (A.), 2003, « Ce que ne disent pas les chiffres… Vers une pragmatique du goût », in Donna (O.), Tolila (P.), dir., Le(s) public(s) de la culture. Politiques publiques et équipements culturels, dep/ Ministère de la culture/ ofce-Fondation nationale des sciences politiques, Paris, Presses de Sciences Po, vol. I, 287-304.

Honneth (A.), 2002, Lutte pour la reconnaissance, Paris, Le Cerf.

Ringlet (G.), 1981, Le mythe au milieu du village. Comprendre et analyser la presse locale, Bruxelles, Vie ouvrière.

Ruellan (D.), 2004, « Un journalisme de source », in Médiatiques, Louvain-la-Neuve, n° 35, 37-40.

Ruellan (D.), Rochard (Y.), 2003, « Un journalisme du coin du feu », Recherches en communication, Louvain-la-Neuve, n° 20, 189-203.

Vermeersch (S.), 2004, « Entre individualisation et participation : l’engagement associatif bénévole », Ophrys, Revue française de sociologie, vol. 45, 681-710.

Haut de page

Notes

1 Jean-Marie Charon (2004), à propos des clp, évoque un « sous prolétariat journaliste, employé quasiment à plein temps, mais totalement précarisé et sous-payé ».

2 Aux alentours de 35 000 selon nos estimations (cf. infra).

3 Donnée extraite de l’analyse « Les journalistes encartés en 2010 », réalisée par l’Observatoire des métiers de la presse, p. 5. Texte disponible en ligne : url http://www.metiers-presse.org/?uid=19, dernière consultation en septembre 2011.

4 « Compromis d’aspirations » entre les intérêts du journal et ceux des correspondants : l’entreprise de presse bénéficie d’un maillage fin de la collecte de l’information à moindre coût, tandis que les correspondants rendraient service à la collectivité, sans trop s’y impliquer, tout en retirant un revenu.

5 Ce terme désigne ici à la fois un espace local et l’ensemble des relations qui concourent à sa spécificité.

6 Nous en avons nous-mêmes menés, avec la collaboration de Joël Langonné, ingénieur d’étude au Crape, en nous concentrant sur l’étude des « carrières » de ces correspondants, et nous exploitons également l’analyse des discours collectés dans des publications antérieures (Ruellan et Rochard, 2003 ; Pleeck, 2004 ; Drouet, 2004).

7 Nous avons mené des entretiens en 2010 avec cinq correspondants déjà interrogés dans une enquête de Denis Ruellan et Yvon Rochard réalisée en 1996. Ils présentent une longévité qui va de 18 à 30 ans de pratique. Il s’agit de trois hommes : un ancien militaire de 59 ans déjà retraité en 1996, un technicien supérieur de 65 ans retraité depuis 2005, un correspondant de carrière de 63 ans et deux femmes, l’une mère au foyer de 59 ans, ancienne institutrice, l’autre ex-mère au foyer de 48 ans, qui a repris une activité professionnelle après son divorce. Ils se consacrent quotidiennement à cette activité.

8 Disponible en ligne : url http://www.etatsgenerauxdelapresseecrite.fr/pole1/?pole_id=209, dernière consultation le 23 septembre 2011.

9 Pari subsidaire ou adjacent, selon les traductions admises du terme original de » side bet ».

10 Défini par l’article 16 de la loi n 93.12 du 27 janvier 1993.

11 Dans son rapport annuel en 2006, le sphr évaluait la population des correspondants rémunérés à 41 en moyenne par entreprise pour une enveloppe annuelle de 46 000 euros par titre. Selon le syndicat patronal, 87 % des entreprises rémunéraient la majorité de leurs correspondants et 30 % des hebdomadaires locaux faisaient appel à des correspondants bénévoles.

12 Une estimation déclarative basée sur les données diffusées par les titres sur leurs sites Internet en 2011, dans des citations de leurs directeurs publiées récemment ou obtenues lors d’entretiens avec les responsables de la gestion des clp, nous fournit le chiffre d’environ 23 000 correspondants en presse quotidienne régionale et départementale. Ouest-France : 2 500 ; Le Dauphiné Libéré : 2 200 ; La Dépêche du Midi : 2 000 ; La Montagne : 2 000 ; Le Progrès de Lyon : 1 700 ; Sud-Ouest : 1 400 ; Groupe Midi Libre, L’Indépendant, Centre Presse : 1 400 ; L’Est Républicain : 1 200 ; La Voix du Nord : 1 000 ; Les Dernières Nouvelles d’Alsace : 1 000 ; Le Républicain Lorrain : 1 000 ; Groupe Le Berry Républicain, Le Journal du centre et Le Populaire du Centre : 800 ; La Provence : 700 ; Le Télégramme de l’Ouest : 600 ; L’Alsace : 500 ; Nice Matin, Var Matin, Corse Matin, 430 ; L’Est Eclair : 400 ; Le Courrier de l’Ouest : 350 ; Paris-Normandie : 350 ; L’Union : 330 ; Presse Océan : 200 ; Le Bien public : 200 ; Le Maine Libre : 150 ; Le Courrier Picard : 140 ; La Charente libre : 100 ; La République du Centre : 80 ; L’Yonne républicaine : 80 ; L’Echo Républicain : 75 ; La Marseillaise : 50.

13 Catherine Pleeck a tiré un « portrait-robot » du correspondant belge (dont la population est estimée à 850 personnes) : 42,5 ans d’âge moyen, 90 % d’hommes, huit ans de pratique en moyenne, 16 heures d’activités par semaine consacrées en moyenne à la correspondance, 43 % en possession d’une diplôme d’études supérieures non universitaires, un tiers diplômé de l’université, 50 % de fonctionnaires, 22 % d’employés et 17 % de pensionnés.

14 Pour Mac Adam, outre l’assentiment des proches, les deux autres variables sont le contact avec les autres militants et une situation personnelle permettant de minimiser les contraintes professionnelles et familiales.

15 Les sociologues utilisent le concept d’engagement pour rendre compte des lignes d’actions cohérentes d’un individu dans les mondes sociaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Gimbert, « Le correspondant, un amateur de local engagé par son territoire », Sciences de la société, 84-85 | 2012, 51-65.

Référence électronique

Christophe Gimbert, « Le correspondant, un amateur de local engagé par son territoire », Sciences de la société [En ligne], 84-85 | 2012, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sds/1820 ; DOI : 10.4000/sds.1820

Haut de page

Auteur

Christophe Gimbert

mcf associé en Sciences de l’information et de la communication, iut de Lannion (Université Rennes 1)/ crape-iep de Rennes.
christophe.gimbert@univ-rennes1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals