Navigation – Plan du site

Quand le web colle au territoire : l’exploration de l’information hyperlocale à Chicago

When the web sticks to the territory: exploring hyperlocal news in Chicago
Cuando la Web se adapta al territorio : exploración de la información hyper-local en Chicago
Sylvain Parasie et Eric Dagiral
p. 81-101

Résumés

Aux Etats-Unis, des acteurs provenant d’horizons divers expérimentent actuellement des manières d’élaborer, via les technologies du web, une information journalistique qui soit plus locale que celle qui est habituellement proposée par les médias traditionnels. Après avoir resitué les différentes traditions de la presse locale à Chicago, nous identifions quatre voies innovantes vers une information plus locale à l’intersection des territoires institués et des territoires imaginés.

Haut de page

Notes de l’auteur

 Enquête menée dans le cadre de l’anr basicom (bases informatiques et coopération entre mondes sociaux) et d’une recherche intitulée « La presse locale en ligne et ses publics : quelle reconfiguration des relations ? » financée par le ministère de la Culture (département des études, de la prospective et des statistiques).

Texte intégral

1Depuis le milieu des années 2000, des acteurs provenant d’horizons divers expérimentent collectivement des manières d’élaborer, via les technologies du web, une information journalistique qui soit plus locale que celle qui est habituellement proposée par les médias locaux traditionnels. Se revendiquant parfois du qualificatif « hyperlocal » (Metzgar et al., 2011), ces initiatives partagent le souci de concevoir une information qui soit plus proche des territoires, majoritairement urbains, dans lesquels vivent les individus. Cette exploration est particulièrement intense aux Etats-Unis où elle implique à la fois les organisations de la presse traditionnelle (les grands journaux métropolitains tels que le Chicago Tribune, le Los Angeles Times ou le Miami Herald), des journalistes indépendants, des acteurs majeurs du web (America On Line, Yahoo), des blogueurs, des militants locaux mais aussi des informaticiens. Animés d’intentions diverses, ces acteurs prétendent exploiter les possibilités du web pour assurer la couverture des espaces urbains délaissés par les médias locaux traditionnels.

2Ces territoires médiatiquement « délaissés » peuvent varier considérable­ment. Il peut s’agir d’un quartier défavorisé, dont les médias locaux ne parlent habituellement que pour mentionner les crimes qui y sont commis. Ou cela peut être une zone urbaine si précisément délimitée – un boulevard, une place, la partie d’une rue située devant un immeuble – qu’elle ne peut recevoir une attention continue de la part des médias locaux. Il peut encore s’agir d’une banlieue résidentielle privilégiée, dont les habitants sont souvent plus au fait de ce qui se passe dans le centre de la métropole que de ce qui se passe dans l’église du coin ou dans les réunions du conseil municipal local. Ou encore, il peut s’agir d’un territoire urbain plus vaste, pour lequel on juge que certaines thématiques (politiques, culturelles, religieuses, environ­ne­men­ta­les, etc.) sont l’objet d’une sous-couverture systématique.

3De telles initiatives nord-américaines associées au web témoignent-elles d’un bouleversement profond de la manière dont l’information journalistique s’articule aux territoires locaux ? Correspondent-elles à une transformation significative du rôle qu’entendent jouer les journalistes dans les espaces sociopolitiques locaux ? Faut-il y voir une entreprise de démocratisation des espaces urbains locaux, ou au contraire une extension des logiques commerciales d’une information ajustée à l’individu considéré dans son environnement le plus immédiat ?

4Pour répondre à ces questions, il est indispensable de se prémunir contre un regard ethnocentrique sur les médias locaux nord-américains. Non seulement ce type de médias y est beaucoup plus développé qu’en France, mais il entretient historiquement des rapports très différents avec les territoires locaux. En outre, bien davantage qu’en France, d’intenses débats traversent depuis plusieurs décennies aussi bien le monde journalistique que le monde académique nord-américain sur la question des rapports entre médias et démocratie locale. Depuis les années 1960-1970, l’essor du journalisme de communauté (community journalism) associé aux journaux suburbains (suburban newspapers) et à la presse de quartier (neighborhood newspapers) ont ainsi fait apparaître une opposition entre les chercheurs qui prétendent que les journaux centrés sur un quartier ou une zone suburbaine échouent à servir les besoins des citoyens en matière de discussion des affaires publiques locales (McLeod et al., 1995 ; Adkins-Covert et al., 2000) et ceux qui considèrent que ces médias sont davantage susceptibles de servir la démocratie au niveau local (Kaniss, 1991 ; Ryan, 1991 ; Hindman, 1998). Il s’agit donc dans cet article d’identifier clairement dans quelle mesure le recours au web déplace les formes stabilisées – élaborées historiquement – de relation entre les journalistes, le territoire urbain et les publics locaux.

5Dans cet article, nous étudions les principaux chemins d’innovation (cf. Boczkowski, 2004) qui sont aujourd’hui explorés à Chicago en matière d’articulation entre information locale et territoire urbain. L’argument que nous défendons ici, c’est qu’en proposant différentes manières d’élaborer une information hyperlocale, les acteurs impliqués travaillent collectivement la tension entre un territoire considéré sous l’angle des institutions et un territoire considéré sous l’angle des représentations. Réalisée en septembre 2010 à Chicago, notre enquête a porté sur neuf sites d’information apparus depuis 2007 et couvrant une partie de cette agglomération. Pour chaque site, nous avons interrogé un ou plusieurs membres de l’équipe productrice des contenus diffusés en ligne. Au total, nous avons ainsi réalisé 14 entretiens approfondis avec des personnes qui produisent les contenus d’un site web d’information et, pour une partie d’entre eux, en assurent eux-mêmes le développement technique. Presque toutes se présentent comme des journalistes, même si leurs trajectoires et leurs expériences dans les organisations de presse sont très diverses. Enfin, nous avons archivé et analysé un corpus de publications mises en ligne sur les sites d’information hyperlocaux sélectionnés et présentés ci-dessous (tableau n° 1).

Tableau n° 1 – Description des sites d’information hyperlocaux étudiés

Tableau n° 1 – Description des sites d’information hyperlocaux étudiés
  • 1  Ce découpage est statique et ne correspond pas entièrement à une division administrative : la vill (...)

6Afin de saisir de quelle façon ces sites d’information s’articulent avec le territoire et les publics locaux, il est nécessaire de préciser quelques aspects de l’organisation urbaine de Chicago. Parfois désignée par le terme « Chicagoland », la métropole de Chicago réunit la ville de Chicago et l’ensemble de ses banlieues (suburban areas). Avec ses 9,7 millions d’habitants répartis sur 28 000 km², c’est la troisième métropole urbaine la plus importante des Etats-Unis après New York et Los Angeles. Depuis les années 1920, la ville de Chicago est découpée en neighborhoods (quartiers) aussi appelés community areas (aires communautaires). Forgées dans les années 1920 à partir des analyses de Robert Park et Ernest Burgess, ces 77 aires s’identifient historiquement à un découpage socio-économique, migratoire et ethnique de la population1. Les suburbs (banlieues) sont situés en dehors des villes et gérés par des gouvernements locaux autonomes.

7Dans une première partie, nous retraçons les grandes étapes de l’articulation entre l’information journalistique et le territoire de Chicago depuis la fin du 19e siècle. Puis nous analysons, dans une deuxième partie, les quatre chemins d’innovation qu’explorent aujourd’hui les acteurs engagés dans l’information hyperlocale à Chicago.

Journalisme et territoire urbain à Chicago depuis la fin du 19e siècle

8Dans les grandes métropoles américaines, on assiste à la fin du 19e siècle à l’expérimentation de nouvelles manières de lier l’information journalistique et le territoire urbain. Cette expérimentation est particulièrement intense à Chicago où l’urbanisation connaît une croissance extraordinaire – la popula­tion passe de 300 000 habitants en 1870 à 1,7 millions en 1920 – qui désta­bi­lise aussi bien les élites que la majorité des habitants d’origine rurale ou étran­gère. Le modèle qui émerge alors est le journal métropolitain (metro­politan newspaper), qui apparaît sous sa forme moderne dans les années 1880 et domine jusqu’à aujourd’hui en dépit des remises en cause. Mais en marge des quelques grands journaux métropolitains de Chicago, coexistent depuis la fin du 19e siècle une grande variété d’autres journaux qui s’adres­sent à des publics particuliers souvent définis par leur ancrage territorial.

Le modèle du journal métropolitain

9Au début du 19e siècle, les journaux sont liés à des villes, mais ils en parlent assez peu. C’est l’apparition de la presse populaire dans les années 1840 qui donne d’abord lieu à une couverture plus intense de l’actualité urbaine. Comme l’écrit M. Schudson, « le journalisme (...) cesse d’être un mélange de faits et de fantaisies concernant des étrangers situés très loin, des informations pratiques pour faire des affaires, des essais politiques occasionnels et des morceaux de folklore, pour devenir un mélange d’informations concernant la propre communauté de chacun, à la fois dans ses manifestations locales et ses liens plus larges » (Schudson, 1995 : 47). C’est alors qu’apparaissent les journaux métropolitains à Chicago – le Chicago Times (fondé en 1844) et le Chicago Tribune (fondé en 1847) – qui couvrent l’actualité de l’ensemble de la métropole.

10Mais le modèle du journal métropolitain moderne n’apparaît que dans les années 1880 à Chicago et dans le reste des Etats-Unis. L’historien David P. Nord a montré qu’une rupture s’est opérée à cette époque à Chicago entre ce qu’il appelle la « vieille presse populaire » et la « nouvelle presse métropolitaine » (Nord, 2001 : 108-132). À l’image du Times et du Tribune des premiers temps, les journaux antérieurs aux années 1880 se présentent comme une accumulation d’informations à la fois locales et très diverses. Ces quotidiens reposent sur la vision d’une ville qui se réduit à une somme d’intérêts particuliers : ils ne cherchent pas à faire émerger un véritable espace public urbain, et prétendent couvrir la vie urbaine en accumulant des informations très localisées et déconnectées les unes des autres. Selon Nord, la création du Chicago Daily News en 1875 opère une rupture majeure en ce qu’il ne prétend plus satisfaire les différents intérêts locaux des habitants de Chicago mais s’adresse au contraire aux goûts communs d’une communauté de lecteurs. Melville Stone, son fondateur, innove en choisissant de traiter un nombre plus limité d’informations locales – mais d’une façon qui intéresse l’ensemble des habitants de la ville – et en mettant l’accent sur les problèmes publics métropolitains. La nouvelle presse métropolitaine incarne alors une vision de la ville qui n’est plus géographique : il ne s’agit plus de donner la même importance à l’ensemble des zones locales mais de privilégier les institutions publiques locales et plus largement de traiter prioritairement ce qui prend sens du point de vue d’une « communauté publique » (Nord, 2001).

11Le journal métropolitain s’impose alors à partir des années 1880 dans l’ensemble des grandes métropoles américaines, comme un modèle à la fois éditorial et économique. À Chicago, il joue un rôle central dans l’émergence d’une identité locale et régionale, laquelle est toutefois largement déconnectée des lieux géographiques qui composent le territoire chicagoan. Comme l’écrit M. Schudson, ces journaux ont « contribué à forger une entité psychologiquement forte – une « communauté » – qu’on ne peut situer nulle part sur le sol » (Schudson, 1995 : 15).

Le journalisme de communauté

  • 2  Communément utilisée par les habitants, la notion de « communauté » pour décrire l’organisation de (...)

12En marge des trois ou quatre grands quotidiens, on compte à Chicago depuis la fin du 19e siècle un très grand nombre de journaux dont la diffusion est beaucoup plus réduite et qui s’adressent chacun à une « communauté ». Selon l’historien Jon Bekken, on compte 82 journaux communautaires en 1910, 181 en 1950 et environ 300 au début des années 2000 (Bekken, 2004). Ces journaux prennent des formes différentes selon les traits de la communauté en question2. Il peut s’agir d’un groupe immigrant et linguistique qui, étant donné l’importance de la ségrégation urbaine à Chicago, s’identifie souvent à une aire spécifique de la métropole (Halbwachs, 1932). Plus de 125 quotidiens sont ainsi publiés entre 1880 et 1930, la moitié en langue étrangère. Jusque dans les années 1930, la plupart des communautés immigrantes (allemandes, russes, tchèques, etc.) ont alors leur propre journal quotidien, souvent détenu par des associations religieuses ou ouvrières (Bekken, 1997).

13Mais il peut s’agir aussi de couvrir une communauté définie par son ancrage territorial et son organisation politique : une ancienne ville intégrée à Chicago ; un quartier ; une ou plusieurs zones suburbaines. Bien souvent, le public considéré partage certaines caractéristiques sociales et économiques. Dès le début du 20e siècle, on compte un nombre important d’hebdomadaires locaux si bien qu’en 1929, certains quartiers sont couverts par plusieurs journaux locaux (Bekken, 2004). À partir des années 1960, Chicago voit surtout se développer les journaux suburbains (suburban newspapers), qui ont pour particularité de couvrir uniquement une ou plusieurs zones suburbaines proches – géographiquement et socialement – les unes des autres. À la même époque, le Chicago Tribune ou le Chicago Sun-Times participent au mouvement en commençant à couvrir certaines zones suburbaines favorisées. C’est ainsi que le Tribune lance le Suburban Trib en 1967, une publication intégrée au quotidien qui cible les résidents de suburbs spécifiques (Wendt, 1979 : 764). C’est aussi à cette époque que le « journalisme de communauté » (community journalism) se constitue aux Etats-Unis à la fois comme catégorie journalistique et comme une spécialité enseignée dans les écoles (Reader, Hatcher, 2011). Cette forme de journalisme met l’accent sur la façon de couvrir l’actualité locale, d’intéresser les habitants par une écriture simple et accessible et de nouer des rapports de confiance avec les sources institutionnelles locales.

14Derrière un sigle commun, ce journalisme de communauté a connu à Chicago des formes très différentes selon que le journal poursuivait ou non un but lucratif, qu’il était possédé par un consortium médiatique ou qu’il était associé à des militants locaux. En opposition avec la grande majorité des journaux destinés aux suburbs, une partie de la presse de quartier (neighborhood press) s’est donné un objectif militant, cherchant à donner une voix aux résidents d’un quartier dans le but de démocratiser un espace politique local (cf. Hindman, 1998).

15On voit donc que le modèle du quotidien métropolitain est devenu incontour­na­ble à Chicago dès la fin du 19e siècle jusqu’à nos jours. Couvrant prio­ri­tai­re­ment le centre-ville et ses institutions publiques, qu’ils investissent d’un fort capital symbolique (Kaniss, 1991), ces journaux ont fait émerger une com­munauté publique régionale, en déconnectant relativement l’information de son ancrage géographique. Mais ces quotidiens n’ont jamais été en posi­tion de monopole : les formes de journalisme ciblant des communautés situées géographiquement ont à la fois été très nombreuses et très diverses. Depuis les années 1970, leur position s’est même largement affaiblie suite à la concur­rence croissante exercée par les médias locaux, les radios et les télévisions locales. Les deux métropolitains qui subsistent aujourd’hui – le Tribune et le Sun-Times – sont dans des positions financières instables en dépit de leurs investissements dans l’innovation. Mais plus fondamentalement, dans quelle mesure l’essor de sites hyperlocaux déplace-t-il les formes établies d’articulation entre l’information et le territoire métropolitain ?

Quatre chemins vers une information hyperlocale à Chicago

  • 3  Entretien avec Owen Youngman, qui a dirigé le département internet du Chicago Tribune entre 1995 e (...)
  • 4  Doté de 5 millions de dollars distribués chaque année entre 2007 et 2012 sous forme de bourses, ce (...)

16Dès 1996, le Chicago Tribune lance une série de sites web couvrant l’actualité de suburbs particuliers (« Digital city Evanston » par exemple). S’appuyant sur les bureaux suburbains mis en place à partir des années 1960, des reporters couvrent les écoles et conseils municipaux de plusieurs suburbs. Mais les usages d’internet n’étant pas suffisamment développés à cette époque pour générer des audiences et des revenus substantiels, le Tribune met rapidement fin à l’expérience3. C’est ensuite au milieu des années 2000 que plusieurs acteurs d’horizons divers lancent des sites web offrant une information « plus locale » que les médias locaux traditionnels. La rupture se fait à l’automne 2006 quand la fondation Knight lance un programme intitulé « Knight news challenge », destiné à financer des projets journalistiques innovants orientés vers l’information locale4. Ouvert à toutes les candidatures aux Etats-Unis et même dans le monde, le programme finance une demi-douzaine de projets basés à Chicago.

17Si l’ensemble des acteurs partagent alors l’idée de produire une information plus locale, les voies qu’ils empruntent sont plurielles. En interrogeant des membres fondateurs et des personnes engagées dans la production quotidienne des contenus de chaque site, nous avons dégagé plusieurs chemins d’innovation à partir des logiques qui les sous-tendent.

Comment produire une information plus locale ?

18Il est possible de distinguer deux axes principaux qui organisent les différentes voies qu’empruntent les acteurs pour produire une information assurant la couverture des espaces de Chicago qu’ils jugent médiatiquement délaissés. Le premier axe concerne le territoire métropolitain tel qu’il a été historiquement institué en aires communautaires. Face à un tel découpage institutionnel qui fait correspondre des zones géographiques avec des groupes sociaux définis par un ensemble de traits culturels, ethniques et socio-économiques, produire une information plus locale implique de se confronter à une alternative. Soit il s’agit de prendre appui sur ce découpage institutionnel du territoire métropolitain, en couvrant un quartier précis, un suburb particulier. Soit il s’agit de produire une information qui soit plus éloignée du territoire institué sous la forme des aires communautaires. Dans le premier cas, la démarche est proche de celle du journalisme de communauté qui a fleuri à Chicago depuis la fin du 19e siècle : il s’agit de couvrir une zone géographique précisément délimitée, laquelle s’identifie à une communauté définie par des institutions communes, une histoire commune, des traits ethniques, culturels ou socio-économiques relativement communs. Nous parlerons ici d’une information moins « étendue » au sens où il s’agit de s’ajuster au public préexistant d’un quartier ou d’un suburb. Dans le second cas, le caractère local de l’information n’est pas prioritairement défini en lien avec une zone géographique restreinte correspondant au découpage institutionnel de la métropole. Produire une information plus locale signifie ici couvrir l’actualité du territoire métropolitain en étant plus attentif à certains phénomènes qui échappent au découpage institutionnel du territoire et qui pour autant ne sont pas couverts par les journaux métropolitains tels que le Tribune ou le Sun-Times. Nous parlerons ici d’une information plus « profonde », au sens où il s’agit de rendre visible un ensemble d’occurrences qui ne font pas immédiatement sens du point de vue des quartiers ou des suburbs. Considérée sous cet angle, l’élaboration d’une information plus locale implique de ne plus s’adresser à des publics définis par leur appartenance à une aire communautaire.

19Mais l’agglomération de Chicago n’est pas seulement un territoire institué. Elle correspond aussi à un ensemble de représentations partagées par les habitants, et qui sont le produit de l’histoire et de leur usage de la ville.

20Pour reprendre l’expression de Gerald Suttles, les habitants partagent une « carte cognitive de la ville » qui peut s’opposer à la carte physique de Chicago (Suttles, 1972 : 22). Or, c’est un trait spécifique des médias d’infor­ma­tion que de contribuer à la construction ou au déplacement de ces représentations collectives concernant la ville. Le second axe concerne donc le positionnement éditorial des sites tel qu’il a été défini par ses responsables et mis en œuvre dans la production quotidienne des contenus. S’agit-il pour ces sites de remettre en cause les représentations collectivement associées au territoire métropolitain et à ses parties ? Parmi l’ensemble des voies explorées en direction d’une information plus locale à Chicago, certaines démarches mettent en question le découpage symbolique du territoire métropolitain, en se donnant pour objectif de lutter contre les stéréotypes entretenus par les médias locaux classiques. D’autres s’écartent au contraire de cette voie en tâchant de fournir aux individus un ensemble d’informations ayant trait à leur environnement immédiat et quotidien. Dans le premier cas, l’information est plus locale dans la mesure où elle remet en question les représentations du territoire, par exemple en donnant à voir une réalité qui apparaît le plus souvent invisible ou déformée dans les médias locaux traditionnels. Nous parlerons ici d’une information qui est plus locale parce qu’elle prétend être moins « stéréotypée » que celle qu’offrent les médias traditionnels. Dans le second cas, l’information offerte à l’internaute est plus locale parce qu’elle est conçue pour lui permettre de mieux s’orienter dans son environnement quotidien – en tant que consommateur, usager des services publics, citoyen dépendant des décisions prises par les autorités locales, etc. Ici, l’information est plus locale parce qu’elle prétend être plus « ajustée à l’individu situé localement ».

21Le croisement de ces deux axes permet de distinguer quatre chemins différents de localisation de l’information sur le web qui ont été expérimentés à Chicago depuis le milieu des années 2000 (figure 1). Ce sont ces différentes voies que nous allons maintenant présenter, en analysant leurs spécificités à partir des cas étudiés.

Figure 1 – Les chemins vers une information plus locale à Chicago

Figure 1 – Les chemins vers une information plus locale à Chicago

22Parmi les différents sites dont nous avons étudié l’organisation productive, nous avons isolé un site (parfois deux) qui correspond de façon typique à chacun de ces quatre chemins d’innovation. C’est donc à partir de l’analyse de ces cas typiques que nous allons maintenant présenter ces quatre démarches.

Refléter un quartier stigmatisé

23Une première voie consiste à produire une information en ligne qui est défi­nie comme davantage locale à la fois parce qu’elle couvre une zone géogra­phi­que bien délimitée du territoire métropolitain, correspondant à un décou­page insti­tu­tionnel (un quartier), et parce qu’elle entend donner une voix à des habitants qui souffrent traditionnellement de la sous-couverture et de la stigmatisation de leur quartier. L’exploration d’une telle voie doit beaucoup à une certaine for­me de journalisme de communauté historique­ment incarnée par les jour­naux de quartier (neighborhood newspapers). Souvent liés à des acti­vis­tes lo­caux, leurs responsables se donnaient pour objectif de produire une infor­ma­tion en adoptant le point de vue des habitants d’un quartier défa­vo­risé, et en allant contre les stéréotypes communément véhiculés sur ce quartier dans les journaux métropolitains (Hindman, 1998). Sous cet angle, l’environnement du web est perçu comme présentant deux qualités prin­ci­pa­les : d’une part, il permet de diminuer les coûts liés à l’impression et la distri­bu­tion des journaux ; d’autre part, il rend plus facile la contribution de certains habitants.

24Lancé en avril 2010, AustinTalks.org incarne cette voie particulière vers une information plus locale. Ce site indépendant et à but non lucratif est dirigé par Suzanne McBride, qui est une ancienne journaliste – elle a été reporter puis rédactrice en chef de journaux dans l’état de l’Indiana – et depuis 2005 enseignante dans une école de journalisme située dans le centre de Chicago (Columbia school of journalism). Avec l’aide de Barbara Iverson, une autre enseignante au long passé de community activist, elle a choisi de couvrir le quartier d’Austin, qui est l’un des 77 quartiers répertoriés de la ville de Chicago. Austin est un quartier défavorisé où résident 117 000 habitants, qui sont à 90 % afro-américains. Avant le lancement du site, le quartier était couvert par deux journaux hebdomadaires (Austin Weekly News, Austin Voice). Suzanne McBride explique que le Tribune ne s’intéresse jamais à Austin – comme à aucun des quartiers qui composent la ville – si ce n’est pour couvrir les crimes qui y sont commis :

25« Si vous regardez l’histoire du Tribune, vous verrez que ça fait très très longtemps qu’ils n’ont pas couvert les 77 quartiers de Chicago. Ils vont dans l’un des quartiers pour couvrir un triple meurtre qui y a été commis, mais jour après jour, ils n’assisteront pas aux réunions du conseil de l’école locale. Ni aux réunions de la police de quartier, ce genre de choses... » (S. McBride, 3 septembre 2010).

26Selon elle, AustinTalks.org doit permettre de lutter contre les stéréotypes habituellement associés à ce quartier, et d’encourager les habitants à en faire un meilleur endroit :

27« L’un de mes espoirs, c’est que ce site soit le reflet d’une communauté, dans ses aspects positifs comme négatifs. [...] Mais notre objectif est aussi d’en­cou­ra­ger nos lecteurs à faire d’Austin un meilleur endroit. Mon espoir, c’est que parce que nous écrivons chaque jour des articles que vous ne trouverez nulle part ailleurs, nous contribuons à faire un portrait plus complet de ce qu’est Austin. [...] Austin, ce n’est pas juste une poignée de pauvres qui n’ont pas fait d’études. C’est une communauté très riche historiquement parlant [...]. C’est l’une de ces communautés auxquelles les gens n’accordent pas suffisamment d’attention, ou quand ils le font, c’est en supposant de très mauvaises choses à son sujet » (S. McBride, 3 septembre 2010).

28Comme elle l’explique elle-même, le passage au web ne modifie pas fon­da­mentalement une démarche qui s’inscrit dans la continuité d’un journalisme de communauté. Mobilisant une dizaine d’étudiants et quelques anciens diplômés, S. McBride veille à ce que soient couvertes les réunions officielles locales, certaines opérations menées par des organismes publics locaux ainsi que la mobilisation des associations militantes d’Austin. Elle intervient dans les écoles, de façon à solliciter les contributions d’écoliers et de professeurs, et cherche continuellement à être en prise avec les associations locales. Mais les sources de l’information diffusée sur le site se trouvent marginalement en ligne : les institutions et associations locales n’ont souvent pas de site web mis à jour, et tout au plus y a-t-il une poignée de blogs tenus par des résidents d’Austin. La population étant moins connectée que dans les autres quartiers de la ville, la diffusion en ligne ne permet pas fondamentalement de modifier la manière d’exercer le journalisme de communauté.

29Dans ces conditions, les tensions associées au travail quotidien de l’infor­mation sont largement celles qui ont déjà été pointées par les chercheurs qui ont étudié les neighborhood newspapers (Altschull, 1996 ; Barney, 1996). Elles ont trait à l’indépendance à l’égard des sources : la frontière est souvent difficile à tracer entre la posture du militant et celle du journaliste – S.McBride dit ne pas vouloir adhérer aux associations locales qui lui proposent de le faire, afin de conserver son indépendance. Une autre tension est liée aux conflits qui traversent le quartier (Hindman, 1998) : il est parfois difficile de maintenir l’indépendance du site en réservant la même place à l’ensemble des opinions. Enfin, il n’est pas évident de proposer aux habitants une information qui fasse une place mineure aux crimes et faits divers – les résidents d’Austin sont en effet très demandeurs de ce type d’informations.

Figure 2 – AustinTalks.org

Figure 2 – AustinTalks.org

[Une marche contre la violence prévue la semaine prochaine]

Rendre service aux habitants d’un suburb

30Une deuxième voie consiste à couvrir encore une partie du territoire métro­po­litain correspondant au découpage institutionnel, mais sans qu’il soit ques­tion cette fois-ci de contrebalancer le traitement stigmatisant dont souffrirait habituellement cette partie. Il s’agit plutôt d’utiliser le web pour élaborer une information qui soit davantage ajustée à l’environnement quotidien dans lequel évoluent les individus. En couvrant une ou plusieurs municipalités favorisées de la métropole situées en dehors de la ville de Chicago, chacun de ces sites cherche avant tout à se mettre au service du résident perçu comme consommateur, citoyen ou usager des services publics locaux. Comme nous l’avons expliqué, une telle démarche est loin d’être nouvelle et s’inscrit très largement dans la forme du journalisme de communauté qui a connu un essor très important à partir des années 1960. Dès leur lancement, ces sites web sont d’ailleurs confrontés à une concurrence très vive sous la forme de plu­sieurs hebdomadaires et des suppléments des grands journaux métropolitains. Mais les conglomérats qui portent ces initiatives attendent des technologies du web qu’elles permettent de cibler plus précisément des individus dans leur vie quotidienne et au sein de territoires plus homogènes. À Chicago, deux conglomérats majeurs se sont inscrits dans cette démarche. Le premier est un acteur traditionnel de l’information à Chicago – le Tribune – tandis que le second est un des acteurs majeurs de l’internet en Amérique du Nord – aol.

31Présent depuis plus de quatre décennies sur le marché de l’information destinée aux suburbs, le Tribune lance à partir de 2007 plusieurs sites (on en compte 88 en septembre 2011) sous l’appellation TribLocal. Chaque site couvre une zone qui a été délimitée à partir d’enquêtes de marché selon une logique à la fois éditoriale et publicitaire. On cible d’abord les districts scolaires – qui peuvent regrouper plusieurs municipalités – parce que l’infor­mation liée aux activités scolaires (événements sportifs, bals de promotion, etc.) est jugée particulièrement intéressante pour les habitants. On s’assure ensuite qu’il existe un marché publicitaire suffisamment important en dénombrant les entreprises et commerces de la zone. Chaque site est ensuite alimenté par un reporter et par les contributions envoyées par les habitants.

32« Le Tribune était en dehors des écoles. Il ne couvrait pas vraiment les activités associées à l’école et plus largement tout ce qui se passait au niveau hyperlocal. Donc l’idée, c’était d’expliquer aux gens que nous avions eu des diminutions de personnel, mais que nous savions qu’ils voulaient que leur ville soit couverte. Les gens veulent une couverture, ils veulent qu’on parle des événements qui se déroulent dans leur ville. Donc, nous leur avons expliqué que nous avions besoin de contenus générés par les utilisateurs pour couvrir les lieux où les reporters ne peuvent pas se trouver » (Nancy Munson, TribLocal digital managing editor, 14 septembre 2010).

33Le Tribune a donc investi le web à la fois pour cibler des zones plus déli­mi­tées et plus homogènes que par le passé, et pour tirer parti de la partici­pa­tion des habitants. Le travail est précisément divisé entre le reporter, char­gé de couvrir l’actualité de la zone, et les community producers, qui rencon­trent les contributeurs, les incitent à participer et mettent en forme leurs contributions.

34Arrivé en 2010 sur ce marché de l’information associé aux suburbs de Chicago, aol a profité de moyens financiers importants et d’une bonne image de mar­que auprès des populations. Son service intitulé Patch.com se décline sous la forme de sites web focalisés sur plusieurs suburbs choisis pour leur potentiel socio-économique (Evanston, Skokie, etc.). Chaque site est ici alimenté par un seul journaliste, qui habite dans la commune (c’est une obligation) et met à jour le site. Contrairement au TribLocal, Patch.com refuse de faire con­tri­buer les habitants : on peut y voir le souci d’un acteur étranger au journalisme de gagner en légitimité dans le domaine de l’infor­mation.

35En dépit de leurs différences, les deux opérations partagent plusieurs traits. D’une part, le découpage administratif et socio-économique apparaît primordial pour les deux conglomérats qui visent la rentabilité à court terme. D’autre part, notre enquête montre que les modes de travail des journalistes rejoignent ceux qui marquent classiquement le journalisme de communauté. Les sources du travail journalistique sont très proches dans les deux cas : il s’agit en priorité de couvrir les réunions du conseil municipal, de consulter les rapports de la police locale, les activités scolaires et les manifestations de charité. Ces sources sont assez rarement disponibles en ligne, et leur mobili­sation implique un investissement important du journaliste dans les réseaux institutionnels locaux. Certains éléments de la production des infor­mations sont toutefois plus spécifiques au web. D’une part, dès leur instal­lation dans une municipalité, les reporters de Patch constituent ainsi une base de données de l’ensemble des commerces et lieux officiels de la ville, afin que les internautes puissent accéder à ces informations. Ces différentes localités permettent ensuite de générer automatiquement des cartes qui sont associées aux articles lorsque ceux-ci évoquent ces lieux (cf. figure 3). D’autre part, les journalistes utilisent des techniques propres au web pour toucher leur public : utilisation des termes qui correspondent à un meilleur classement dans les moteurs de recherche, utilisation des sites de réseaux sociaux, notamment.

  • 5  La tradition du journalisme de communauté n’est pas homogène, et conduit à des réalisations très d (...)
  • 6  Cette nécessité est d’autant plus forte que ces sites sont soumis à une forte concurrence, et que (...)

36Les tensions que rencontre cette forme de journalisme local à Chicago rejoignent celles plus généralement associées au journalisme de commu­nauté5. Parmi les questions les plus sensibles figure celle de l’engagement du journaliste dans la communauté : faut-il que celui-ci s’engage personnellement auprès d’associations locales ? Comment peut-il conserver l’initiative face à des sources institutionnelles dont il dépend tant ? La nécessité, associée à la publication en ligne, dans laquelle il se trouve de publier de nombreux contenus en un minimum de temps accroît encore sa dépendance aux sources locales6.

Figure 3 – Skokie Patch

Figure 3 – Skokie Patch

[Deux attaques à main armée en deux jours]

Regarder la métropole sous un autre jour

37Mais les nouveaux sites d’information ne choisissent pas tous comme préalable la couverture d’une zone du territoire métropolitain définie en réfé­ren­ce à un découpage administratif, socio-économique ou ethnique pré­exis­tant. Une troisième voie consiste en effet à vouloir couvrir l’ensemble de la métropole de Chicago, sans autre spécification, tout en cherchant à rendre visible une réalité qui échappe aux médias locaux traditionnels. L’espace jugé médiatiquement délaissé est ici moins une zone géographique délimitée qu’une manière inhabituelle de considérer l’ensemble du territoire métro­po­li­tain. L’utilisation du web est ici perçue comme permettant de faire émerger de nouvelles sources d’information, systématiquement inexploitées par les médias traditionnels, et de donner la parole à des individus et organisations médiatiquement peu visibles. Une telle démarche est sensée faire émerger des thèmes qui sont rarement traités en profondeur, et finalement de rapprocher l’information locale des particularités sociales et culturelles de la métropole. Cette démarche peut trouver ses racines au sein de la sphère journalistique, mais aussi en dehors. C’est notamment le cas du site GapersBlock.com, fondé en 2003 à l’initiative d’un groupe de blogueurs de Chicago.

38Au début des années 2000 se constitue à Chicago un groupe d’une dizaine de blogueurs qui partagent un intérêt pour la vie culturelle et artistique de la métropole. Diplômés et souvent proches des professions intellectuelles (étudiants, architectes, chercheurs, etc.), ils décident de rassembler leurs voix sur un seul site. C’est ainsi que GapersBlock.com naît en 2003, moins comme un projet médiatique en tant que tel que comme un espace indépendant de libre expression pour des individus qui se reconnaissent les uns les autres, s’apprécient et souhaitent continuer à pouvoir s’exprimer. Propre à la région de Chicago, le terme « gapersblock » désigne le fait de regarder ce qui se passe sur le bord de la route alors que la circulation est ralentie. « Quel meilleur nom pour un site qui vous demande de ralentir et de regarder toutes les choses cool qui se passent dans la ville ? », écrivent les responsables du site. Accueillant de plus en plus de contributeurs (une centaine à l’époque de l’enquête), GapersBlock diffuse un agenda de la vie culturelle à Chicago, relaie de nombreux liens vers les événements locaux (expositions, concerts, etc.), publie des critiques de films, livres, concerts, etc. et organise même des événements (« l’artiste du mois à Chicago »). Les responsables du site conçoivent le site à partir d’une critique des grands médias, qui ne seraient pas capables de percevoir l’intensité de la vie culturelle à Chicago :

39« Les plus grands médias s’occupent des gros trucs. Ils peuvent faire des arti­cles de fond ou des portraits, ce genre de choses. Mais c’est le plus près qu’ils puissent s’approcher d’une sorte de réflexion locale ou sous-culturelle. [...] Ils ne font pas attention à la vibration et au changement qui existent partout mais surtout ici, pour nous, à Chicago » (D. Schalliol, 15 septembre 2010).

40Depuis les débuts en 2003, le périmètre des thèmes traités s’est étendu, à la fois du fait des préoccupations des nouveaux contributeurs, mais aussi à l’incitation de la fondation Knight qui les finance depuis 2007. Il est ainsi question de la politique à Chicago (de la mairie principalement), des immeubles en cours de destruction, de la compagnie des transports publics, des affaires sociales, et plus largement des groupes sociaux qui se constituent au sein de la métropole et qui ne reçoivent pas l’attention des médias locaux :

41« Nous avons étendu notre couverture des communautés sous-couvertes pour inclure une variété de groupes culturels, de groupes d’handicapés ou d’activistes. Ça peut tout aussi bien être des organisations artistiques. Tous ces groupes ne reçoivent pas la même attention que les autres » (D. Schalliol, 15 septembre 2010).

42Une telle démarche est étroitement associée au web. D’abord parce que les principaux contributeurs sont étrangers au monde journalistique et ont collectivement élaboré ce média local à partir de leurs expériences de blogueurs. Ensuite parce qu’une grande part des matériaux exploités par les contributeurs du site sont des sources en ligne – les liens vers d’autres ressources locales en ligne prennent une grande place sur le site.

43Depuis 2007, le site a connu une profonde réorganisation dans le sens d’une plus grande professionnalisation vers laquelle a poussé la fondation Knight. Des procédures éditoriales ont été mises en place afin d’évaluer, de sélec­tion­ner et d’éditer les projets d’articles. La relative égalité des contributeurs a laissé la place à une variété de statuts correspondant à des responsabilités spécifiques (managers, editors, freelance writers). Par ailleurs, la liberté qu’avait chaque contributeur de choisir le thème de ses articles a considéra­blement été réduite. Cela est allé dans le sens d’une plus grande distanciation (Lemieux, 2000) : désormais, les responsables du site veillent à ce qu’un sujet ne soit pas attribué à une personne qui est par ailleurs militante de la cause concernée.

44Ce cas montre que des individus ont pu prendre appui sur leur expérience, à la fois individuelle et collective, de l’expression sur le web, pour proposer une nouvelle forme de média local. Cette nouveauté tient au fait de prétendre couvrir la métropole dans son ensemble – en la considérant comme une « communauté publique » selon l’expression de D. Nord (Nord, 2001) – tout en cherchant à rendre compte de phénomènes systématiquement négligés par les médias locaux traditionnels.

Figure 4 – GapersBlock.com

Figure 4 – GapersBlock.com

[Le 47e festival international du film de Chicago]

Donner aux citadins un accès à leur environnement quotidien

45Enfin, une dernière grande approche explorée par les acteurs de l’information hyperlocale à Chicago consiste à fournir à l’individu un ensemble d’informations ajustées à son expérience quotidienne d’habitant d’un quartier, mais cette fois-ci sans viser une zone préalablement définie par un découpage administratif, socio-économique ou ethnique. Autrement dit, il s’agit d’offrir un traitement plus profond de l’ensemble de la ville, tout en se plaçant dans une logique de service aux individus. Plus spécifiquement associée aux nouvelles technologies du web, cette démarche est sans conteste la plus radicale de l’ensemble des chemins explorés : elle consiste à diffuser des données qui concernent le citadin dans son environnement le plus proche et le plus quotidien : le coin de rue dans lequel il réside, la place où il promène ses enfants, etc. À Chicago, cette approche s’identifie à plusieurs initiatives lancées par des personnes qui s’inscrivent à l’intersection du monde de l’informatique et du monde de la presse (Parasie, 2011 ; Cohen, Hamilton et Turner, 2011).

  • 7  Comme dans le cas des sites de Patch qui couvrent l’actualité d’un suburb, les données sont ici ég (...)

46Depuis 2007, le site EveryBlock.com propose aux habitants de Chicago d’accéder à des informations qui ont pour particularité d’être directement associées à une adresse précise : un numéro de rue, une intersection, une place, etc. En entrant son adresse dans le moteur de recherche, le site fournit automatiquement, et de façon actualisée au fil de la journée, de courtes mentions7 indiquant notamment les derniers crimes et délits commis, les permis de construire ou de vendre des boissons alcoolisées qui viennent d’être délivrés, les dernières transactions immobilières, mais aussi les avis de restaurants ou les photographies du quartier que des internautes ont publiés sur le web (figure 5). Conçu par Adrian Holovaty, qui est à la fois diplômé en journalisme et programmeur, ce site est perçu à Chicago et aux Etats-Unis comme un produit journalistique innovant. Son fonctionnement quotidien repose en partie sur le traitement de bases de données qui sont récupérées auprès des autorités de la ville. Ceci implique soit le recours à des procédés automatiques d’extraction de données en ligne – par exemple via le site du département de police de la ville de Chicago –, soit la négociation des données auprès des autorités selon des procédés traditionnels (Parasie et Dagiral, 2011). Tirant parti de la mise à disposition d’un volume croissant de données par les autorités dans le cadre du mouvement pour les données publiques, ces « journalistes/programmeurs » ou « journalistes hackers » ont considéré qu’il y avait là matière à développer de nouveaux produits journalistiques permettant aux habitants de la ville d’accéder à des informations ajustées à leur expérience quotidienne de résidents et d’usagers des services publics.

47Comme il est matériellement impossible pour les journaux locaux traditionnels de couvrir le moindre coin de rue de façon systématique, le recours aux technologies du web – et tout particulièrement aux bases de données en ligne – rend ici possible le traitement médiatique d’une grande partie du territoire urbain jusqu’ici négligée. Ce qui fait l’originalité de cette démarche, c’est que tous les éléments du territoire urbain sont traités avec la même importance, quel que soit leur poids économique, politique ou symbolique. Les responsables d’EveryBlock.com considèrent en effet que l’obtention de données granulaires – au niveau du « block », c’est-à-dire des quelques immeubles situés entre deux rues – est un préalable indispensable afin de produire une information ajustée à l’environnement des individus.

48Bien plus que les autres chemins vers une information plus locale, cette opé­ra­tion se distingue assez radicalement des traditions journalistiques établies – même si le rapprochement peut être fait avec une certaine tradition d’utili­sa­tion de l’informatique dans le journalisme nord-américain (computer-assisted reporting) (Parasie, Dagiral, 2011). Non seulement parce que ses animateurs sont largement engagés dans les mondes informatiques, mais aussi parce que ceux-ci prennent leurs distances avec le format narratif de l’information jour­na­listique. À leurs yeux, le rôle du journaliste local ne consiste pas seulement à offrir des articles textuels qui présentent des faits et des interprétations au public : il peut s’agir de mettre à disposition de l’individu un ensemble de données à partir desquelles il dégagera sa propre interprétation :

49« Il peut s’agir d’un citoyen qui veut en savoir plus sur un sujet en particulier, qui consulte le site et qui alors prend une décision au sujet du quartier : quel est le thème qu’il va évoquer à la prochaine réunion de son quartier, ou bien s’il va décider d’habiter là ou non. Pour tout un chacun, c’est donc un outil de recherche et un outil pour prendre des décisions » (Daniel O’Neil, cofon­da­teur d’EveryBlock.com, 8 septembre 2010).

50A. Holovaty et son équipe considèrent donc que le site permet aux individus de prendre connaissance rapidement des changements qui affectent leur environnement immédiat, leur permettant ainsi d’opérer un ensemble de choix économiques (acheter un logement, fréquenter un nouveau restaurant, etc.) et politiques (voter pour tel conseiller municipal, demander des comptes en cas d’augmentation des délits, etc.).

51En dépit de son succès – à l’été 2009, EveryBlock.com a été racheté par msnbc puis étendu à une quinzaine de grandes villes américaines –, le site a donné lieu à plusieurs réserves parmi les journalistes plus traditionnels. Parmi celles-ci, on peut noter la critique qui concerne la manipulation que les sources peuvent exercer sur les données – tout particulièrement la police de Chicago, qui peut modifier la qualification des crimes et délits selon des motifs politiques.

Figure 5 – EveryBlock.com

Figure 5 – EveryBlock.com

[L’actualité vue des n° 842-926 du nord de l’avenue Humboldt]

Tableau 2 – Principales caractéristiques des chemins explorés à Chicago

Tableau 2 – Principales caractéristiques des chemins explorés à Chicago

Conclusion

52Dans les premiers temps du web, il a souvent été dit que ces technologies rendaient possible l’émergence de communautés d’intérêt dont les membres ne partageaient pas le même ancrage géographique (Rheingold, 1993). L’analyse des innovations dans la presse montre que dans le même temps, le web est aujourd’hui mobilisé pour articuler encore plus fortement l’information aux territoires locaux. Pour autant, il existe une pluralité de façons de réaliser cette articulation. Ce que montre cette analyse des sites hyperlocaux à Chicago, c’est qu’au cœur de cette réarticulation opérée via la mobilisation du web, on interroge collectivement les tensions entre le territoire institué et le territoire représenté. Certains sites, à l’image d’EveryBlock, diffusent une quantité incroyable d’informations lapidaires et géographiquement situées, de façon à opposer aux journaux métropolitains une information « plus proche du sol », sans prétendre contribuer au découpage symbolique du territoire de Chicago. D’autres sites, au contraire, se donnent pour but de travailler la symbolique des territoires – à l’image de ce que proposaient les journaux métropolitains de la fin du 19e siècle.

53Cette exploration collective – qui n’en est aujourd’hui qu’à ses débuts – repose en grande partie sur la longue histoire de la presse locale aux Etats-Unis. Celle-ci fournit plusieurs cadres donnant sens à la manière dont le web est mobilisé, même si cette mobilisation des outils en ligne ne laisse pas ces cadres inchangés. L’émergence de nouveaux acteurs – des blogueurs, des programmeurs et militants de l’ouverture des données publiques – porteurs de nouvelles technologies (bases de données géolocalisées, etc.) conduit à des déplacement importants dans les façons d’articuler information locale et territoire urbain.

54Dans quelle mesure cette analyse nous dit-elle quelque chose de la manière dont le web est utilisé pour élaborer une information locale dans un pays tel que la France ? Les spécificités nord-américaines en matière d’organisation urbaine et d’articulation entre médias et territoires locaux ne rendent-elles pas toute comparaison impossible ? Sans répondre à cette question bien difficile, nous nous limiterons à constater que plusieurs sites d’information locale apparus ces dernières années en France cherchent eux aussi à mettre en question les représentations attachées aux territoires, à l’image du Bondy Blog qui se donne pour tâche de produire une actualité sur « la banlieue » comme espace de relégation à la fois territorial et social (Sedel, 2011).

Haut de page

Bibliographie

Adkins-Covert (T.), Ferguson (D.), Philips (S.), Washburn (P. C.), 2000, « News in my Backyard : media and democracy in “All American” city », The Sociological Quarterly, 41(2), 227-244.

Altschull (J. H.), 1996, « A crisis of conscience : is community journalism the answer ?  », Journal of Mass Media Ethics, 11 (3), 166-172.

Barney (R. D.), 1996, « Community journalism: good intentions, questionable practice », Journal of Mass Media Ethics, 11 (3), 140-151.

Bekken (J.), 1997, « The Chicago newspaper scene : an ecological perspective », Journalism and Mass Communication Quaterly, 74 (3), 490-500.

Bekken (J.), 2004, « Neighborhood Press », in Grossman (J.), Keating (A.), Reiff (J.), dir., The Encyclopedia of Chicago, University of Chicago Press.

Boczkowski (P.J.), 2004, Digitizing the News. Innovation in online newspapers, Cambridge, mit Press.

Cohen (S.), Hamilton (J.), Turner (F.), 2011, « Computational journalism », Communications of the acm, 54 (10), 66-71.

Halbwachs (M.), 1979 (1932), « Chicago, expérience ethnique », in Joseph (I.), Graf­meyer (Y.), dir., L’école de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, Paris, Aubier, 283-331.

Hindman (E. B.), 1998, « Community, Democracy and Neighborhood News », Journal of Communication, 48 (2), 27-39.

Kaniss (P.), 1991, Making local news, Chicago, University of Chicago Press.

Lemieux (C.), 2001, Mauvaise presse. Une sociologie compréhensive du travail journalistique et de ses critiques, Paris, Métailié.

Metzgar (E. T.), Kurpius (D. D.), Rowley (K. M.), 2011, « Defining hyperlocal media : proposing a framework for discussion », New media and society, 13 (5), 772-787.

Nord (D. P.), 2001, « The public community : the urbanization of journalism in Chicago », in Communities of journalism : A history of American Newspapers, Chicago, University of Illinois Press, 108-132.

Parasie (S.), 2010, « Le journalisme hacker : une nouvelle utopie pour la presse ? », La vie des idées, 21 juin 2010.

Parasie (S.), Dagiral (É.), 2011, « Data-driven journalism and the public good : “computer-assisted reporters” and “programmer-journalists” in Chicago », working paper.

Reader (B.), Hatcher (J. A.) (dir.), 2011, Foundations of community journalism, Los Angeles, Sage publications.

Rheingold (H.), 1993, The Virtual Community in Cyberspace, Reading, Massachussets, Addison-Wesley Publishing.

Schudson (M.), 1995, The power of news, Cambridge & London, Harvard University Press.

Sedel (J.), 2011, « Bondy blog. Le travail de représentation des « habitants de la banlieue » par un média d’information participative », Réseaux, 170, 103-133.

Suttles (G.), 1972, The Social Construction of Communities, Chicago, University of Chicago Press.

Wendt (L.), 1979, Chicago Tribune : the rise of a great American newspaper, Chicago, Rand McNally.

Haut de page

Notes

1  Ce découpage est statique et ne correspond pas entièrement à une division administrative : la ville est par ailleurs divisée en wards, qui correspondent chacun à la circonscription d’un Alderman, l’équivalent d’un conseiller municipal siégeant au conseil législatif de la ville de Chicago.

2  Communément utilisée par les habitants, la notion de « communauté » pour décrire l’organisation des villes américaines et de Chicago en particulier a fait l’objet de nombreuses recherches depuis les travaux fondateurs de Park et Burgess. Cf. Gerald Suttles (1972).

3  Entretien avec Owen Youngman, qui a dirigé le département internet du Chicago Tribune entre 1995 et 1999.

4  Doté de 5 millions de dollars distribués chaque année entre 2007 et 2012 sous forme de bourses, ce programme se donne cet objectif : « advance the future of news by funding new ways to digitally inform communities ».

5  La tradition du journalisme de communauté n’est pas homogène, et conduit à des réalisations très différentes selon que les personnes qui le pratiquent appartiennent à des conglomérats médiatiques (aol, Tribune company) ou sont des indépendants engagés dans les mondes militants. C’est fondamentalement ce qui explique la distinction entre la démarche consistant à « rendre service aux habitants d’un suburb » et celle qui vise à « refléter un quartier stigmatisé ».

6  Cette nécessité est d’autant plus forte que ces sites sont soumis à une forte concurrence, et que la valeur de l’information se périme rapidement durant la semaine.

7  Comme dans le cas des sites de Patch qui couvrent l’actualité d’un suburb, les données sont ici également accessibles sous la forme de cartes générées automatiquement.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau n° 1 – Description des sites d’information hyperlocaux étudiés
URL http://journals.openedition.org/sds/docannexe/image/1847/img-1.png
Fichier image/png, 28k
Titre Figure 1 – Les chemins vers une information plus locale à Chicago
URL http://journals.openedition.org/sds/docannexe/image/1847/img-2.png
Fichier image/png, 15k
Titre Figure 2 – AustinTalks.org
Légende [Une marche contre la violence prévue la semaine prochaine]
URL http://journals.openedition.org/sds/docannexe/image/1847/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Figure 3 – Skokie Patch
Légende [Deux attaques à main armée en deux jours]
URL http://journals.openedition.org/sds/docannexe/image/1847/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Figure 4 – GapersBlock.com
Légende [Le 47e festival international du film de Chicago]
URL http://journals.openedition.org/sds/docannexe/image/1847/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 5 – EveryBlock.com
Légende [L’actualité vue des n° 842-926 du nord de l’avenue Humboldt]
URL http://journals.openedition.org/sds/docannexe/image/1847/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Tableau 2 – Principales caractéristiques des chemins explorés à Chicago
URL http://journals.openedition.org/sds/docannexe/image/1847/img-7.png
Fichier image/png, 35k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Parasie et Eric Dagiral, « Quand le web colle au territoire : l’exploration de l’information hyperlocale à Chicago », Sciences de la société, 84-85 | 2012, 81-101.

Référence électronique

Sylvain Parasie et Eric Dagiral, « Quand le web colle au territoire : l’exploration de l’information hyperlocale à Chicago », Sciences de la société [En ligne], 84-85 | 2012, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sds/1847 ; DOI : 10.4000/sds.1847

Haut de page

Auteurs

Sylvain Parasie

Resp. mcf en Sociologie, latts, Université Paris-Est et docteur en Sociologie, latts, Institut catho­li­que de Paris.
sylvain.parasie@univ-paris-est.fr,

Eric Dagiral

Resp. mcf en Sociologie, latts, Université Paris-Est et docteur en Sociologie, latts, Institut catho­li­que de Paris.
eric.dagiral@univ-paris-est.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals