Navigation – Plan du site

Presse municipale et territoires représentés. Quartiers, commune, intercommunalité à Villeurbanne

Municipal Press and territories represented. Neighborhoods, common inter Villeurbanne
Prensa municipal, territorios, barrios, municipios, grupo de municipios
Julien Auboussier
p. 103-118

Résumés

Nous étudions les échelles du local mobilisées dans le journal municipal de la ville de Villeurbanne. Après avoir abordé la dynamique communautaire qui prévaut à l’information relative au territoire communal, nous traitons le quartier et les justifications politiques et culturelles qui tendent à l’instaurer comme territoire pertinent. Nous terminons en nous interrogeant sur la capacité de l’échelon intercommunal à s’imposer, lui aussi, comme territoire.

Haut de page

Texte intégral

1Les bulletins municipaux ont une longue histoire et apparaissent dès le début du xxe siècle. Néanmoins, leur généralisation comme support et outil de communication date des années 1970. Face à l’Etat centralisateur, l’infor­mation municipale contribue alors à la mise en scène du pouvoir municipal et de l’action de son premier représentant. Elle participe ainsi «  à la politisation progressive du territoire à travers la création d’un espace politique autonome  » (Pailliart, 2006) propre à fonder la légitimité du maire et de son équipe. C’est alors autour de la ville comme échelon unique de la vie locale que se construit le territoire et se déploie la rhétorique iden­titaire des discours.

2Deux évolutions marquent ensuite le discours des collectivités locales des gran­des villes et viennent troubler une revendication identitaire jusqu’alors lar­ge­ment fondée sur l’autonomie du territoire communal. D’un côté, depuis les années 1990, la montée du localisme et l’avènement de la communication de proximité érigent le quartier en unité minimale pertinente pour penser la vie de la cité et de ses habitants. D’un autre côté, et dans une logique d’échelle opposée, le développement de l’intercommunalité et la mise en place pro­gressive d’une gouvernance d’agglomération imposent à la vie locale un nou­vel échelon. Ces deux grandes évolutions se conjuguent pour rendre les frontières actuelles de la ville de plus en plus incertaines.

3En nous concentrant sur la collection du journal municipal de la ville de Villeurbanne (1977-2007), nous proposons d’étudier les différentes échelles du local mobilisées dans le discours de la municipalité. En étudiant la mise en rubriques et en proposant une analyse, pour chacun des échelons, des genres discursifs et des modes de configuration de l’information privilégiés, nous souhaitons rendre compte des nouveaux territoires de la communication municipale, de leurs contradictions et des enjeux identitaires que leur émergence soulève. Il s’agit d’évaluer la constitution ou non de ces trois échelons en territoire, défini comme « l’appropriation sociale de l’espace géographique par des groupes qui se donnent une représentation identitaire » (Di Méo, 2000) par le journal municipal. Et puisque le territoire revêt le plus souvent une dimension politique au sens, notamment, où il constitue le support de la représentation, l’étude des différentes échelles du local s’accompagne naturellement d’une réflexion sur le gouvernement de la ville et ses mutations. Cette dimension est en outre renforcée par l’identité éditoriale du support étudié, forcément politique.

4Après avoir abordé la dynamique communautaire qui prévaut à l’information relative au territoire communal, nous traitons le quartier et la justification politique et culturelle qui tendent à l’instaurer comme nouveau territoire pertinent. Nous terminons en nous interrogeant sur la capacité de cet échelon intercommunal à s’imposer comme nouveau territoire à même de répondre aux nouveaux régimes de gouvernement des villes concernées. La perspective diachronique doit permettre de mettre en valeur l’évolution des stratégies territoriales et identitaires qui contraignent les discours dans le journal municipal.

La commune comme territoire : la justification identitaire

Les maires et le territoire

5« La montée en puissance des villes » (Lorrain 1989) encourage les lois de décentralisation de 1982. Si ces dernières « dotent les communes en droit et en pratique d’une capacité accrue d’autogouvernement, elles ne font surtout qu’officialiser la position devenue centrale des maires urbains dans le système politique français » (Oblet, 2005). Dans un espace de plus en plus concurrentiel, les villes s’instituent en acteurs collectifs et s’inscrivent dans une logique de promotion territoriale. Dès lors, « à la promotion d’un homme doit s’associer la promotion d’un territoire » (Oblet, 2005) qui doit être remarquable tant pour les habitants que pour les entreprises susceptibles d’offrir emplois et recettes fiscales. C’est dans ce contexte que le bulletin municipal de la ville de Villeurbanne adopte à partir de 1977 une forme modernisée dont le contenu dépasse largement le seul compte-rendu des conseils municipaux (ce à quoi le bulletin municipal se réduisait jusqu’alors). Cette évolution illustre l’emprise de la communication et du marketing sur l’information municipale à partir des années 1980. Aujourd’hui, le bulletin revêt la forme d’un magazine local et urbain ; et relève plus d’un « journa­lisme de communication » que « d’information » (Charron, De Bonville, 1996). Il s’agit avant tout d’entretenir du lien entre le pouvoir municipal et les lecteurs-usagers-administrés. Malgré ces profondes évolutions, l’instance éditoriale –politique- reste bel et bien la municipalité et le discours est naturellement légitimiste. Les discours s’inscrivent clairement au cœur des stratégies de mise en scène et de valorisation du pouvoir en place.

6A Villeurbanne, les années 1980 sont celles d’une convergence du marketing politique et territorial. Elles correspondent aux mandats de Charles Hernu, député maire de 1977 à 1990, ministre de la Défense de 1981 à 1985 et figure emblématique de Villeurbanne, notamment pour ses prises de position vis-à-vis des visées hégémoniques de Lyon. Car, en effet, la question territoriale s’impose à Villeurbanne avec une acuité particulière. Elle est clairement, pour Charles Hernu, un instrument dédiée à l’affirmation identitaire vis-à-vis de Lyon.

7La convergence, ou confusion, entre promotion du maire et du territoire résulte notamment de l’entreprise identitaire menée alors par la municipalité. C’est que « la maîtrise de l’image du territoire devient la forme contemporaine de la prétention à maîtriser le territoire » (Le Bart, 1999). C’est aussi que la valorisation d’une identité territoriale répond à la nécessité d’instituer un espace politique (Pailliart, 2006) qui, dans le cas de l’échelon municipal, fait correspondre les limites du territoire promu aux limites de l’espace électoral. En ce sens, le territoire communal est à la fois un cadre d’expression pour l’action politique et le cadre de son évaluation.

Territoires et identité dans les éditoriaux

8Si l’on constate un effacement progressif de la figure du maire-notable au cours des années 1990 et 2000, reste que le journal municipal s’ouvre toujours sur l’éditorial du maire depuis 1977. Il est toujours accompagné d’une photographie du maire. Sa signature, dont l’individuation est renforcée par une forme manuscrite offrant l’illusion d’une communication épistolaire, est accompagnée de ses fonctions actuelles voire passées (« Charles Hernu, maire de Villeurbanne, député du Rhône et ancien ministre », par exemple) qui fonctionnent comme autant d’arguments d’autorité.

9Les titres des éditoriaux relèvent du mot d’ordre («  Pour une commune plus libre et plus forte  », «  Construire notre ville pour demain  », etc.) dont beau­coup fonctionnent à la manière des slogans électoraux  : des formules conci­ses, frappantes et incitatives qui condensent le discours. Très souvent la ville est nommée («  Gagner pour Villeurbanne  », «  Villeurbanne rassemblée  », etc.) renforçant ainsi un effet d’identité : sous le régime de la métonymie, le maire est la ville. Il « parle en surplomb, du haut d’un rôle sacralisé, il parle le premier, il parle à tous et au nom de tous, il dit l’intérêt général » (Le Bart, 2000). En ce sens, le rôle de l’éditorial, situé en ouverture, ne peut être réduit à sa fonction phatique. C’est aussi la parole du chef, performative au sens où elle est fondatrice d’une autorité et d’une légitimité (Le Bart, 2003). A ce titre, l’éditorial participe clairement à la symbolique du pouvoir. En signant l’éditorial d’ouverture, le maire affirme sa responsabilité première dans la réussite d’une municipalité que le journal s’attache dans les pages suivantes à illustrer (réussite des entreprises locales, inaugurations, vitalité univer­sitaire, rendez-vous festifs…).

10L’éditorial est aussi un espace privilégié pour la personnification de la ville. Le maire n’hésite pas à adopter une lecture anthropomorphique de la ville et à lui accorder une véritable personnalité, naturellement assez consensuelle pour être partagée. Ainsi, « s’il est quelques mots qui caractérisent notre ville avec ceux de l’audace, du courage, c’est bien le mot de solidarité. […] Villeurbanne solidaire, c’est Villeurbanne qui accueille les réfugiés d’Arménie fuyant le génocide et l’extermination. C’est le Villeurbanne, qui, entre deux guerres, donnait le nom Des Bienvenus à une de ses rues, pour accueillir les immigrés italiens et espagnols qui fuyaient les régimes nazis ou fascistes à l’œuvre dans leurs pays. Villeurbanne solidaire, c’est le Villeurbanne qui accepte ceux venus d’ailleurs. » [G. Chabroux, mai 1999]. Ou encore : « “Tous venus d’ailleurs, et tous devenus d’ici” n’est pas un slogan, une formule, c’est un air mi-frondeur, mi-séducteur que Villeurbanne aime se donner. Une mèche rebelle sur un front populaire » [J.-P. Bret, mars 2003]. Et cette personnalité est censée être partagée par tous ceux qui font la ville : « Villeurbanne est une ville populaire. Elle l’a toujours été. Ses habitants sont des gens simples dont les revenus sont modestes mais qui savent cultiver la solidarité » [J.-P. Bret, novembre 2005].

11Les différents maires de Villeurbanne partagent une même propension à user, alternativement, du « je/vous » de la représentation politique et du « nous » communautaire. Chacun semble renvoyer à une modalité spécifique du leadership : décisionnel ou expressif (Le Bart, 2003). L’usage du « je/vous » s’inscrit dans une perspective dialogique qui mime le dialogue entretenu par le maire et ses administrés. Surtout, il relaie la dialectique singulier/collectif qui fonde la démocratie représentative. Le maire se présente, par ses décisions et son action, comme le garant des intérêts de ses administrés. L’usage du « nous », lui, rend compte d’une appartenance commune à la ville et d’un consensus, imaginé, autour de valeurs perçues comme partagées. Il exprime un leadership expressif, fondateur de la communauté. Si le « je » mayoral peut être, rarement, mobilisé dans la justification partisane des actions de la municipalité (face à l’opposition), l’usage du « nous » s’accompagne d’un retrait complet vis-à-vis de l’engagement politique.

12L’identité apparaît comme un instrument de cohésion sociale en ce qu’elle permet de dépasser les clivages : « Affirmer l’identité villeurbannaise, telle est la volonté, j’en suis sûr, des milliers de villeurbannais qui sauront se rassembler, au-delà des oppositions politiques, pour affirmer pleinement la place de notre cité » [C. Hernu, décembre 1988]. Pour autant, si l’on veut offrir une consistance (et une efficacité) à cette identité, encore faut-il lui offrir des attributs qui lui permettront d’être reconnue par ses habitants.

Le territoire villeurbannais et ses totems

13Les journaux municipaux participent à la «  réactivation incessante du territoi­re  » (Pailliart, 1995) par la mise en commun de ressources identificatoires que Christian Le Bart propose d’appréhender comme autant de totems qui, « ainsi érigés, s’additionnent pour conférer au territoire et à la collectivité qui la peuple une irréductible singularité » (Le Bart, 2000, 179). Ces mises en totems sont sans aucun doute aussi des mises en récit : les totems s’additionnent moins qu’ils ne s’articulent dans un récit que les habitants sont appelés à s’approprier. A travers leur révélation, leur valorisation et leur patri­mo­nialisation, la ville se raconte et propose un récit à même de fonder la communauté, à même d’inscrire la ville dans un continuum passé/ présent/ avenir et dans une culture politique locale. Ce continuum est d’autant plus facilement mobilisé à Villeurbanne que la vie politique y est marquée par une forte stabilité politique qui l’impose comme une ville « de gauche » (radicale, socialiste, jamais communiste).

14Il serait hasardeux de proposer une liste exhaustive des totems propres à Villeurbanne. Pour autant, nous avons montré, ailleurs, comment le centre-ville, quartier des Gratte-ciel, constitue à Villeurbanne une ressource identi­fi­catoire fondamentale (Auboussier, Garcin-Marrou, 2011). Ensemble archi­tectural composé de deux tours monumentales, de l’avenue Henri-Barbusse et de l’hôtel de ville qui clôt la perspective, les Gratte-ciel, véritable œuvre d’avant-garde sont construits sous le mandat de Lazare Goujon et inaugurés en 1934. Alors grande cité ouvrière, Villeurbanne doit se doter de logements décents pour les nouveaux travailleurs et, dans le même temps, créer de la centralité dans un espace fragmenté et ainsi affirmer son autonomie face à Lyon. Autrement dit, l’ensemble s’impose dès son origine comme une forme de communication et offre, aujourd’hui, une consistance à l’histoire de la ville. Le patrimoine, en effet, est à la fois inscrit dans l’espace et doté d’un sens qui dépasse sa consistance matérielle. Le contexte politique dans lequel apparaît (une œuvre d’avant-garde portée par une municipalité socialiste) et auquel répond la construction des Gratte-ciel, l’imaginaire que celui-ci mobilise, tout concorde à faire du centre-ville un lieu symbolique que la ville célèbre au cours de grandes cérémonies et dont le journal municipal rend largement compte. Il est remarquable que le quartier des Gratte-ciel s’impose comme le symbole de l’unité du territoire en même temps qu’il constitue le lieu d’exercice du pouvoir municipal puisqu’il abrite l’hôtel de ville.

15Sous Charles Hernu, le quartier des Gratte-ciel jouit d’un quasi-monopole symbolique au sens où il est le seul lieu de la ville qui profite d’un véritable investissement mémoriel. Les multiples commémorations dont il est l’objet s’inscrivent alors en plein dans les stratégies d’opposition à Lyon du maire. Elles participent aussi à rappeler la modernité d’une ville en avance sur son temps dès le début du xxe siècle. Cet imaginaire de la modernité promu sous Charles Hernu explique que le monde de l’industrie est alors uniquement présent sous la forme de portraits d’entreprises dont la réussite illustre la vitalité du territoire local. Clairement, l’important passé industriel de Villeurbanne ne trouve pas sa place dans les bulletins municipaux jusqu’aux années 2000, illustrant ainsi un conflit entre imaginaires : d’un coté la modernité revendiquée dans une entreprise de valorisation de la ville, de l’autre un passé industriel renvoyant la ville à un passé parfois douloureux.

16Pour autant, la mise en totems et la mise en récit de la ville relèvent de processus dynamiques. Ainsi, avec l’arrivée de Gilbert Chabroux (1990-2001) puis de Jean-Paul Bret (depuis 2001) à la mairie, et alors que l’opposition à Lyon en vient de moins en moins à alimenter la revendication identitaire villeurbannaise, le monopole symbolique des Gratte-ciel se dilue et de nouveaux lieux apparaissent. La participation de Villeurbanne aux journées du patrimoine depuis 1996, puis les activités du « Rize. Centre Mémoires et société » (institution publique ouverte au public depuis 2008), s’inscrivent dans une perspective de la révélation. C’est que « territorialiser un espace consiste pour une société à multiplier les lieux, à les installer en réseaux à la fois concrets et symboliques » (Di Méo, 1998). La représentation politique de la ville fondée sur la figure imposante des Gratte-ciel se défige et des lieux oubliés de l’information municipale profitent d’une nouvelle visibilité et deviennent signifiants. Les cheminées d’usines, par exemple, jusqu’alors perçues comme autant de stigmates du passé industriel (et dont le journal municipal, sans nostalgie, égrenaient les destructions), sont valorisées comme autant de signes d’un temps passé que l’on souhaite « retrouver ». Le récit de la ville est donc à fois assez figé pour en permettre la recon­nais­sance et assez souple pour en permettre l’actualisation.

17Les totems peuvent prendre différentes formes. A titre d’exemple, et pour ne pas les limiter aux éléments urbains, relevons les nombreux événements culturels qui, depuis la fin des années 1970, rythment la vie de la cité : « La culture à Villeurbanne apparaît comme un élément fondamental de différenciation et d’identité propre de la ville » [C. Hernu, juin 84]. Ces événements relèvent des totems propres à la ville car ils mettent en scène la communion des habitants dans leur espace de vie et célèbrent ainsi le territoire. La fête abolit les distances, tant spatiales que sociales, au sein du territoire communal. De plus, elle durcit le trait entre la commune et le reste de l’agglomération puisque cette culture de la fête est pensée comme spécifique à Villeurbanne.

18L’ensemble de ces totems participent à la construction et à la diffusion d’un fond de représentations commun qui vise à sublimer la grande diversité d’un lectorat qui ne partage a priori qu’une inscription géographique.

Les quartiers comme territoires : justification politique et culturelle

19«  L’information municipale est aujourd’hui parcourue par la tension qui s’exerce entre le désir de faire territoire […] et la volonté de reconnaître aux quartiers leurs spécificités et, ce faisant, admettre la fragmentation de l’espace urbain » (Auboussier, Garcin-Marrou, 2011). Autrement dit, si le journal municipal est « un outil de construction des référents identitaires » qui vise « une expérience collective du territoire » (Pailliart, 2006), force est de constater que cette construction se déploie aujourd’hui à deux niveaux : à l’échelle communale donc, mais aussi à l’échelle des quartiers.

20Cette tension entre le centre et la périphérie de l’espace urbain apparaît au moment où la proximité s’impose comme le nouveau leitmotiv de la politique locale (Girod, 2003). En 2002, la loi institutionnalise la démocratie de proximité en imposant notamment, aux villes de plus de 80000 habitants, une nouvelle instance consultative : les conseils de quartiers. De manière générale, il s’agit d’encourager l’implication des citoyens au débat public relatif à la vie des quartiers. Mais cet essor de la proximité ne se justifie pas seulement politiquement, il revêt aussi une justification culturelle en encourageant une reconnaissance des particularismes et des spécificités des quartiers et de leur population.

Une nouvelle distribution de l’information

21Longtemps, le dispositif du journal municipal se structure autour d’une répartition thématique de l’information. Se succèdent ainsi des rubriques intitulées « économie », « vie sociale », « associations », « culture »… Cette mise en ordre de l’information ne recouvre aucune distinction spatiale et relaie une appréhension globale de la commune et de ses habitants autour d’enjeux communs.

22Cette organisation thématique perdure tout au long des quatre mandats de Charles Hernu. Avec la disparition de ce dernier, la revendication autonomiste vis-à-vis de Lyon et le désir de « faire centre » tend à s’estomper. Au même moment, la proximité commence à s’imposer comme valeur fondamentale du gouvernement de la ville et le quartier comme unité signifiante pour penser l’espace urbain et l’action publique. Les premiers conseils de quartiers apparaissent à Villeurbanne dès 1996 (anticipant ainsi de six ans la loi du 27 février 2002). Dès lors, le dispositif du journal municipal va rendre compte de cette parcellisation de l’espace en proposant des rubriques spécifiques à chaque quartier. Autrement dit, une large partie de l’information municipale ne se distribue alors plus selon une réparti­tion thématique mais selon une répartition spatiale – un «  ordre territorial  » (Teissier, 1995). L’information est localisée.

23Dans ces rubriques, le commun identitaire ne relève plus seulement d’une appartenance partagée à la commune mais aussi, et surtout, au quartier. Au fil du temps, les pages quartiers en viennent à se désolidariser du reste du bulletin jusqu’à constituer un cahier indépendant intitulé « Les quartiers ». Distribué avec le bulletin, il rompt complètement avec le dispositif de ce dernier et propose un format, une mise en page et un dispositif sémio-discursif qui lui est spécifique. La vie de la commune et la vie des quartiers se désolidarisent et à l’appropriation des référents identitaires constitutifs du rapport à la commune s’associe une expérience du micro-territoire urbain.

24Le contenu des pages «  quartiers  » répond d’abord à une fonction de «  service  ». L’information fonctionnelle vise à rationaliser la vie quotidienne en offrant au lecteur-usager-administré l’information nécessaire à ses démarches quotidiennes. Cette information tend indirectement à réduire la ville et ses quartiers à une juxtaposition d’unités fonctionnelles. Pour autant, une autre part de l’information produite sur les quartiers contribue à faire de ces espa­ces différenciés des territoires à part entière entre politique (le quartier comme échelle de la démocratie de proximité) et expérience (le quartier comme espace vécu).

La justification politique : le quartier comme espace démocratique 

25La fragmentation de l’espace urbain est relayée par les pratiques discursives de ceux qui portent leur regard sur la ville et « ses parties ». Le langage comme pratique d’objectivation sociale participe à instituer ces distinctions en représentations collectives. C’est à travers un processus de catégorisation que le territoire peut être saisi et ainsi être l’objet d’une appropriation individuelle et collective. A ce titre, il est remarquable que la dénomination et la classification des quartiers dans le bulletin municipal (autrement dit le rubriquage propre aux cahiers « quartiers ») recouvrent la division de l’espace urbain proposée par les conseils de quartiers. Le fait semble conférer aux quartiers une dimension politique évidente et, effectivement, ils s’imposent dans le journal municipal comme l’échelle pertinente de la politique de proximité et de sa mise en scène.

26Le quartier comme espace politique illustre la fragmentation de l’espace urbain en micro-territoires. Si la participation du lecteur-citoyen à la vie de la cité est stimulée, ce n’est que dans le cadre du quartier. Les enjeux relèvent de la vie quotidienne : cadre de vie, services de proximité, activités socioculturelles. Loin des grands enjeux de l’aménagement urbain, il s’agit le plus souvent de penser l’élargissement d’un trottoir, la mise en place d’un nouveau dos d’âne, la réalisation d’une fresque sur le mur de l’école…

27Le compte rendu des réunions des conseils de quartiers constitue le genre privilégié de l’information politique propre à la démocratie de proximité. Ordre du jour, personnes présentes, lieux de la réunion, autant d’éléments qui contribuent à éloigner le discours du pôle commentaire (du pôle politique) pour privilégier une information très factuelle. Finalement, il s’agit moins de relayer les débats et les éventuelles oppositions que de mettre en scène des habitants impliqués dans la vie de leur quartier. Si l’on considère que les dispositifs délibératifs s’imposent moins comme des instruments de démocratisation de la décision que comme des outils pour la gestion des conflits sociaux (Blondiaux, 2005), la mise en scène de l’implication citoyenne favorise sans doute l’acceptation sociale des décisions.

La justification culturelle : le quartier comme espace vécu

28Les stratégies de dénomination des quartiers (et leur objectivation dans la distribution de l’information) transforment ces fragments de ville en des espaces évocateurs, suscitant des récits, mobilisant des imaginaires et des mémoires. S’il s’impose comme un espace politique, le quartier reste avant tout le lieu du vécu. Le bulletin municipal l’investit d’enjeux identitaires importants. Mais, à la logique d’intégration propre à l’évocation de la commune, le discours s’inscrit là dans une logique de la reconnaissance de la diversité de la ville et de ses habitants.

29Dans leurs éditoriaux, les différents maires s’attachent à présenter Villeurbanne comme une ville ouverte et solidaire. Cette représentation suppose que la municipalité intègre dans son travail de construction de l’identité collective locale les populations immigrées présentes depuis plus ou moins longtemps à Villeurbanne. Il s’agit, dans un même geste, d’intégrer les différentes communautés dans l’identité communale et de leur reconnaître les spécificités culturelles qui sont les leurs.

30Dans un espace urbain forcément éclaté, la valorisation de la commune et de ses totems encourage une dilution des spécificités au profit de l’affirmation performative de la communauté. Comme pour compenser, le traitement médiatique du quartier s’inscrit clairement dans une politique de la reconnaissance des particularismes. L’information municipale trouve ainsi dans le quartier un espace où peuvent se déployer les spécificités de chacun (sociales, culturelles, religieuses) sans, pour autant, nuire à la revendication identitaire de la commune.

31Espace privilégié de la proximité, le quartier est le lieu du vécu et des souvenirs. Il est l’échelon dans lequel s’insèrent les récits de vie et, par là même, se voit investi d’affects importants. Il exprime une appropriation sociale, culturelle et affective de l’espace par un groupe qui se donne une représentation identitaire. Le portrait et le récit de vie offrent ainsi une consistance à l’histoire des migrations. La valeur du portrait dépasse largement le récit de vie individuel ; il donne à voir l’histoire d’une communauté et s’inscrit dans une stratégie de valorisation de la politique d’accueil de Villeurbanne et de mise en scène de l’appropriation de l’espace. Evoquer le quartier Saint-Jean, c’est raconter l’immigration algérienne. Evoquer le quartier de la Poulette, c’est raconter l’immigration italienne. Les quartiers comme territoires fonctionnent donc moins par l’appropriation de totems que par l’identification à des récits de vies partagées.

32Par ailleurs, l’évocation du quartier est alimentée par les micro-événements qui rythment la vie des habitants. Repas de quartier, fêtes,… autant d’événements qui alimentent le mythe d’une convivialité retrouvée et d’une sociabilité spontanée. A ce titre, l’information n’est signifiante que pour les habitants susceptibles de la cadrer dans leur expérience du quartier. Le discours sur la commune insiste notamment sur la modernité de la ville et son inscription dans un avenir prometteur ; les discours qui portent sur les quartiers relaient quant à eux une vision plus passéiste, nostalgique qui fait du quartier une valeur refuge. Le maire et son équipe sont mis en scène dans un cadre d’action correspondant au territoire communal (et donc à l’espace de l’élection) ; les habitants mis en scène sont, quant à eux, ancrés (perclus) dans leur quartier, dans des micro-territoires qui ne rendent évidemment pas compte des changements incessants des échelles du vécu.

33Dans le cas des pages « quartiers », l’action municipale est moins relayée par la mise en scène du maire et de ses actions que par « la mise en scène d’habitants heureux, qui réussissent, qui portent une parole positive » (Girod, 2003). Ainsi, si la commune trouve sans mal à s’incarner dans la figure et la parole du maire, les quartiers trouvent leur consistance dans la parole des habitants. A l’articulation du social et de l’expérience, de l’individuel et du collectif, le quartier s’impose comme territoire. Les justifications politiques et culturelles du quartier se rejoignent et l’on conclut, à la suite d’Alain Girod, que « la proximité, le repli sur le quartier, la démocratie locale […] risquent fort de conduire, volens nolens, à une accentuation de la fragmentation de l’espace public et à la multiplication d’espaces parcellisés sans véritables relations les uns avec les autres » (Girod, 2003). Les habitants sont tenus à distance des enjeux qui dépassent leur cadre de vie supposé et des grandes orientations qui alimentent les stratégies politiques de la ville (plan d’occupation des sols, urbanisme…).

La communauté de communes comme territoire ?

34Après avoir illustré la façon dont la commune et les quartiers s’instituent en territoires différenciés au sein du journal municipal, il s’agit maintenant de s’interroger, dans une logique d’échelle inversée, sur la prise en compte par le journal municipal de l’espace intercommunal et sur les capacités de ce dernier à se fonder, lui aussi, comme territoire c’est-à-dire comme un espace producteur de représentations identitaires et capable de susciter une appropriation sociale par les Villeurbannais.

Le contexte d’émergence de l’intercommunalité à Villeurbanne

35Le concept d’intercommunalité désigne les différentes formes de coopération qui peuvent exister entre communes. Dans un pays qui se caractérise par le nombre important de ses communes, l’intercommunalité apparaît, tout au long du xxe siècle, comme un remède à l’émiettement territorial. Une vieille idée, en fait, puisque, dès 1890, la loi de coopération syndicale initie une coopération institutionnelle entre les communes.

36Entre Villeurbanne et Lyon, une collaboration technique et pragmatique, relative à la gestion des réseaux d’eau, d’assainissement et de transport, existe depuis le début du xxe siècle : « Parce qu’ils relient des points situés à distance dans l’espace, les réseaux techniques urbains ont précocement posé la question de la pertinence des périmètres communaux comme territoire de référence » (Scherrer, 1995). Ainsi, une intercommunalité de gestion s’impose lentement jusqu’en 1969, date de création de la Communauté urbaine de Lyon. Un virage décisif est en effet pris alors avec la décision de l’Etat, arbitraire, prise en 1966, de créer une communauté urbaine dans quatre agglomérations françaises : Lille, Bordeaux, Strasbourg et Lyon. Les grandes lois de 1982 et 1983 relatives à la décentralisation ne s’attachent que secondairement à la question de l’intercommunalité. Mais la question profite d’un nouvel élan en 1992 avec la loi «  atr  » ou « loi Joxe » qui privilégie la coopération entre les communes plutôt que leur fusion tout en encourageant des « projets de territoire ».

37Ces évolutions introduisent un changement d’échelle et de fonctionnement du phénomène urbain. Aujourd’hui, la communauté urbaine de Lyon (nommée Courly à partir de 1971 puis Grand Lyon à partir de 1991) administre une large part des services publics urbains et apparaît comme « l’instance décisive pour la définition et la conduite des principales politiques urbaines de l’agglomération, […] le pivot incontournable du système local d’acteurs qui compose le gouvernement urbain contemporain » (Authier et al., 96, 2010). Autrement dit, ces évolutions semblent mettre à mal l’unicité de la commune et son statut d’échelon fondamental de la politique locale.

Sous Charles Hernu : une intercommunalité adversative

38A partir de 1977 et jusqu’au milieu des années 1980, une rubrique titrée « Communauté urbaine » et sous-titrée « L’action des élus villeurbannais » apparaît au sein du dispositif du journal municipal. Notons bien : « Communauté urbaine » et non « Communauté urbaine de Lyon » ou son acronyme « Courly ». La dénomination est ainsi amputée de sa référence à la ville centre. Notons aussi que le sous-titre « L’action des élus villeurbannais » rend compte, explicitement, d’un espace intercommunal perçu au prisme du local. La communauté urbaine de Lyon apparaît dans cette rubrique comme un lieu de conflit au sein duquel les conseillers communautaires villeurbannais s’efforcent « d’éclairer les choix, de peser sur les décisions et de déterminer de nouvelles orientations en ayant toujours le souci de défendre les intérêts des Villeurbannais » [janvier 1978] et au sein duquel ils « défendent les intérêts de notre cité, de ses quartiers et de toutes les catégories de la population » [janvier 1979].

39Les questions en débat au sein de la communauté urbaine restent alors relativement techniques : il s’agit donc moins de défendre l’identité villeurbannaise (que ce nouvel échelon ne vient pas encore menacer) que de défendre les intérêts de la ville (fiscalité, transport, etc.). Loin de fragiliser le leadership territorial du maire, le traitement de la communauté urbaine le renforce en l’imposant comme garant et défenseur des intérêts des administrés villeurbannais. Comme le note Christian Le Bart, « les maires, dont on sait qu’ils sont en position de force […] sur le terrain de l’information et de la communication, traitent de l’intercommunalité à partir des bénéfices qu’ils sont parvenus à en obtenir » (Le Bart, 2009).

40En octobre 1979, la rubrique « Communauté urbaine » propose un large dossier « La Courly. 10 ans après ». Le constat est sévère et l’institution est accusée de deux maux : elle est un gouffre à finance (avec rappel de la part d’impôts locaux qui revient à l’institution) et souffre d’une centralisation excessive. Charles Hernu est cité pour conclure : « Il n’y a pas d’esprit d’agglomération mais bel et bien, dans chaque commune, un esprit communal ; l’agglomération n’existe pas, nos villes, oui. » [octobre 1979]. Puis, à partir du début des années 1980, la rubrique « communauté urbaine » ne figure plus que par intermittence avant de disparaître de l’ordre territorial instauré par le rubriquage du journal municipal. Elle ne réapparaîtra jamais.

41Sous Charles Hernu, le territoire intercommunal n’est donc pas conçu comme un espace de définition de l’intérêt général communautaire. Artisan d’une identité villeurbannaise construite par opposition à Lyon, Charles Hernu le conçoit comme un espace de compétition entre des communes aux intérêts différenciés et, surtout, comme un espace d’opposition entre la ville centre et les communes périphériques. Pour autant, la communauté urbaine existe, fait sens et s’impose, un temps du moins, dans l’ordre territorial relayé par le rubriquage du journal municipal. Cette période se distingue, de manière générale, par le souci de rendre visible la complexité des lieux du gouvernement urbain. En effet, le journal municipal propose alors également les rubriques « A l’assemblée nationale » et « Au Conseil général ». Au-delà de la mise en scène de l’ubiquité d’un maire qui cumule les fonctions, il existe alors une véritable volonté de dépasser l’unique référence au territoire communal.

42L’année précédant son décès en janvier 1990, les enjeux de la métropolisation encouragent l’Etat et certains acteurs locaux à envisager une fusion, Charles Hernu fulmine dans son éditorial : « L’idée d’une fusion entre Lyon et Villeurbanne, non seulement ne respecte pas l’identité des deux villes, mais est anti-communautaire. […] Lyon et Villeurbanne sont toutes deux villes centre » (mai 1989). Autrement dit, la communauté urbaine doit rester ce qu’elle est : une institution aux prérogatives techniques et non une institution supra-communale dans laquelle risquerait de se diluer l’identité villeurbannaise. C’est pourtant là les ambitions nouvelles de la communauté urbaine à partir du début des années 1990.

Sous Gilbert Chabroux et Jean-Paul Bret : l’invisible communauté urbaine

43L’affirmation d’une identité villeurbannaise, inscrite dans une démarche rele­vant du marketing territorial, se heurte au développement, initié par le nou­veau maire de Lyon Michel Noir (1989-1995), d’une identité inter­com­mu­nale. Les noms que se donne la communauté urbaine se révèlent de pré­cieux indicateurs de la façon dont se pense l’institution. Le premier acrony­me, Courly, reste une dénomination relativement opaque au sens où il n’est pas aisé d’y reconnaître les premières lettres de l’intitulé complet de l’institu­tion : communauté urbaine de lyon. Cette opacité rend compte d’une institution qui se soucie avant tout de considérations techniques et qui constitue une communauté de moyens peu soucieuse des enjeux identitaires propres à la construction d’un nouvel échelon territorial (période Charles Hernu).

44Quand il prend la tête de la municipalité à Lyon (au moment même où la pério­de Charles Hernu se clôt à Villeurbanne), Michel Noir entend bien in­suf­fler un nouvel élan à la vie politique locale en revendiquant une appro­che métropolitaine, la seule, à ses yeux, capable d’affirmer Lyon et sa périphérie au niveau international. En 1991, le terme « Grand Lyon » est adopté pour faciliter l’identification du territoire métropolitain. Il illustre « la dynamique du pouvoir urbain et le changement des échelles de référence : la ville comme agglomération dans un espace de plus en plus concurrentiel et inter­nationa­le­ment défini » (Authier et al., 2010). Dans l’agglomération lyonnaise, comme dans beaucoup d’autres (« Grand Toulouse », « Marseille Provence Métro­pole, etc.), le nom de la ville centre s’impose donc. L’effet est remarquable : la logique performative semble davantage instaurer une extension de la ville centre qu’elle ne semble rendre compte d’un nouveau territoire (Le Bart, 2009). Il ne s’agit plus simplement de gérer ; il s’agit dorénavant de construire une identité d’agglomération. Suite à l’adoption de la nouvelle appellation, un logo voit le jour l’année suivante, reprenant le code couleur de celui de Lyon afin de marquer la synergie entre les deux entités. Le tout est accompagné d’une grande campagne de communication pour diffuser les nouveaux attributs identificatoires de la communauté urbaine.

45Il n’est guère étonnant que Villeurbanne, notamment au regard des antécédents historiques qui l’opposent à Lyon (Bonneville, 1997), conçoive les stratégies du « Grand Lyon » comme une menace pour l’intégrité de sa propre identité. Comme vu précédemment, le journal municipal villeurbannais s’inscrit dans une logique de promotion territoriale qui suppose, en creux, le développement de stratégies de différenciation vis-à-vis des communes limitrophes et, plus encore, vis-à-vis de Lyon. La difficulté à concilier la valorisation d’une identité et d’un territoire communal et l’échelle intercommunale se devine facilement.

46Les stratégies identitaires du Grand Lyon restent ainsi lettre morte au sein du journal municipal. A titre d’illustration, une seule occurrence du logo du Grand Lyon est identifiée dans l’ensemble du corpus (et c’est dans un article rappelant la part d’impôts locaux que chaque Villeurbannais verse à la communauté urbaine !). De même, dans leurs éditoriaux, Gilbert Chabroux puis Jean-Paul Bret (troisième puis premier vice-président de l’institution depuis 2001) privilégient encore largement la désignation « Communauté urbaine » à celle de « Grand Lyon ». Et si le maire incarne la commune et les habitants incarnent leur quartier, personne, pas même le président du « Grand Lyon », ne vient incarner l’institution intercommunale dans le journal municipal (et il faut ici préciser que le maire de Lyon remporte traditionnellement la direction de la communauté urbaine). De même encore, les grandes missions de prospectives lancées par le Grand Lyon (type « Millénaire 3 », « Lyon 2010 », ou « Lyon 2020 ») et qui visent explicitement à renforcer une identité d’agglomération ne sont pas traitées.

47La ville et les quartiers renvoient à deux échelles que l’on peut saisir dans les formes sensibles de l’urbain et dans les formes symboliques de la commu­nication (appropriation des symboles, des totems, des récits…). La commu­nauté de commune reste, elle, dans le cadre de l’information municipale villeurbannaise, un espace sans consistance, un être sans parole. Ce manque de visibilité et de consistance du « Grand Lyon » s’explique, à la fois, par une logique de préservation de l’identité villeurbannaise et par les logiques d’« auto-imputation » propres aux stratégies discursives des maires (Le Bart, 2009). Ces deux éléments concourent à réduire l’espace public au territoire de diffusion, donc à la commune.

48Une précaution pour finir : affirmer l’absence de consistance de l’institution dans le journal municipal ne dit rien des pratiques politiques effectives ; et il ne fait aucun doute que les élus villeurbannais jouent aujourd’hui le jeu de l’intercommunalité. Ainsi, Jean-Paul Bret, depuis 2001, est à la fois maire de Villeurbanne et troisième puis, depuis 2004, premier vice-président de l’institution. Maire de Villeurbanne dans le journal municipal, son discours est souvent celui de l’élu communautaire dans Le Progrès, le quotidien régional. A ce titre, si le « Grand Lyon » ne dispose pas de rubrique spécifique dans Le Progrès, les pages « Lyon et sa région », elles, rendent largement compte des activités de l’institution (notamment des débats qui ont lieu au cours des conseils communautaires). Dans les pages « Lyon et sa région », Le Progrès propose une perspective moins individualisée des villes. L’information les situe dans des logiques territoriales qui se déploient moins à l’échelle spécifique des communes qu’à l’échelle de l’agglomération, voire du département et de la région.

Conclusion

49Cette contribution ne vise en aucun cas à identifier l’échelon territorial pertinent pour penser la ville et son gouvernement. Celui-ci n’existe pas au sens où la ville moderne ne peut échapper à une multi-dimensionnalité territoriale. L’habitant éprouve ainsi au quotidien sa multi-appartenance, à la ville, à son quartier… De même, le gouvernement de la ville ne peut plus être pensé dans le cadre unique de la commune : la valorisation du quartier impose de nouvelles pratiques politiques (du moins de nouvelles mises en scène du politique) ; la dynamique intercommunale, quant à elle, propose de dépasser la ville. Ce qu’illustre la contribution, c’est la difficulté éprouvée par les acteurs de l’information et de la communication municipale à rendre compte, dans un même mouvement, des différentes échelles du territoire. C’est que chacune s’inscrit dans des stratégies identitaires spécifiques. La commune est au fondement de la ville et sa valorisation s’inscrit dans une volonté d’intégration de l’ensemble des habitants dans une communauté de valeurs et de destin. A l’unicité de la commune s’oppose la valorisation des micro-territoires que constituent les quartiers. Cette valorisation est, quant à elle, motivée par une volonté de reconnaître les spécificités des populations présentes. Elle est aussi motivée par la volonté de s’inscrire en plein dans la démocratie de proximité. Dans une logique d’échelle opposée, les stratégies identitaires de la commune, nées dans un contexte de mise en concurrence des villes, peinent aujourd’hui à s’articuler à celles privilégiées par les communautés de communes. Attachée à produire de l’identité, donc de la distinction, Villeurbanne est aujourd’hui appelée à se fondre dans des dispositifs de solidarité propres à fonder une identité supra-communale intégrée à une concurrence qui n’oppose plus des villes à l’échelle nationale mais des agglomérations, voire des métropoles régionales, à l’échelle internationale. A ce titre, le manque de consistance actuelle du « Grand Lyon » dans les bulletins municipaux ne renseigne pas sur le traitement en devenir de l’institution intercommunale au sens où il ne faut pas oublier le caractère lent et progressif de la construction et de la légitimation d’un territoire (Scherrer, 1995).

Haut de page

Bibliographie

Auboussier (J.), Garcin-Marrou (I.), 2011, « Mémoire(s) et territoire(s). Les bulletins municipaux de Villeurbanne », Etudes de communication, n° 37, 47-62.

Authier (J.-Y.) et al., 2010, Sociologie de Lyon, Paris, La Découverte.

Blondiaux (L.), 2005, « L’idée de démocratie participative : enjeux, impensés et questions récurrentes », in Sintomer (Y.) et Bacqué (M-H.), dir., Gestion de Proximité et Participation démocratique, Paris, La Découverte, 119-138.

Bonneville (M.), 1997, Lyon. Métropole régionale ou euro-cité ?, Paris, Anthopos.

Charron (J.), De Bonneville (J.), 1996, « Le paradigme du journalisme de communication : essai de définition », Communication, vol. 17, n° 2, 51-97.

Di meo (G.), 2000, La géographie en fête, Paris, Ophrys.

Di meo (G.), 1998, Géographie sociale et territoires, Paris, Nathan Université.

Girod (A.), 2003, « Territoires, proximité et espace public », Etudes de communication, n° 26, 69-82.

Lorrain (D.), 1989, « La montée en puissance des villes », Economie et humanisme, n° 312, 39-58.

Oblet (T.), 2005, Gouverner la ville, Paris, PUF.

Le bart (C.), 2009, « L’identité intercommunale », in Doare (R.), Charles-Le Bihan (D.), dir., Les cadres renouvelés de l’intercommunalité, Rennes, PUR, 257-269.

Le bart (C.), 2003, « Le leadership territorial au-delà du pouvoir décisionnel », in Smith (A.), Sorbets (C.), Le leadership politique et le territoire, Rennes, PUR, 145-161.

Le bart (C.), 2000, « Les bulletins municipaux : une contribution ambiguë à la démocratie local », Hermès, n° 26-27, 175-184.

Scherrer (F.), 1995, « Genèse et métamorphose d’un territoire d’agglomération : de Lyon au Grand Lyon », Revue de géographie de Lyon, vol. 70, n° 2, 105-114.

Pailliart (I.), 2006, « Territoires, identités et communication », in Olivesi (S.), dir., Sciences de l’information et de la communication. Objets, savoirs, disciplines, Grenoble, PUG, 113-128.

Pailliart (I.), 1995, « L’identité des villes en question », in Tétu (J.-F.), dir., Ville et information, Lyon, Recherches en sciences humaines, 73-79.

Teissier (D.), 1995, « Territoires en mouvement », in Tétu (J.-F.), dir., Ville et information, Lyon, Recherches en sciences humaines, 91-104.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Auboussier, « Presse municipale et territoires représentés. Quartiers, commune, intercommunalité à Villeurbanne », Sciences de la société, 84-85 | 2012, 103-118.

Référence électronique

Julien Auboussier, « Presse municipale et territoires représentés. Quartiers, commune, intercommunalité à Villeurbanne », Sciences de la société [En ligne], 84-85 | 2012, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sds/1864 ; DOI : 10.4000/sds.1864

Haut de page

Auteur

Julien Auboussier

Docteur en Sciences de l’information et de la communication, elico, Université de Lyon.
julien.auboussier@sciencespo-lyon.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
rabeleiippppppppppppppppppnwsletteppppppppppiiiiiiiiiiiiiiiiiipppppppppppppppppp ivvvvvvvivvvvvvvppppppppppiinwsletteppppnwsletteppnwslettenwsletteppppormatioNa ivvvvvvvivvvvvvv< de l’info="16" ="16- < l:lang=" pppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppp atioioioioioh2h2 cd est mis à disposition selcd ="94">pppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppp atioioioioioh2h2 ct>En b.orl:nwstf="94">pppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppp atioioioioioh2h2 cd ="94">pppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppp ivvvvvvvivvvvvvvio'étudon>pppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppelchtteppppppppppiiiiiiiiiiiiiiiiii href="httppppppppppppppppppppppppppppppppppppp atioioioioioElux pppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppp atioioioioioh2h2 cd src="docannexe/image/627/logo_elcd ="94">ppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppp atioioioioioh2h2 ct>Supportl:nwstf="94">pppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppp atioioioioioh2h2 cd sstron

cd ="94">ppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppp atioioioioioh2h2 ct>E ISSN :nwstf="94">pppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppp atioioioioioh2h2 cd 2275-2145iccd ="94">ppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppp atioioioioioh2h2 ct>ISSN imprimmailto:ju:nwstf="94">pppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppp atioioioioioh2h2 cd 1168-1446iccd ="94">ppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppelchtteppppppppppiiiiiiiiiiiiiiiiiiii href="httppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppp atioioioioioAccmagrave;su:nwstf="94">pppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppp atioioioioioh2h2 cd /div-ac lss Freemium cd ="94">ppppppppppppppppppppppppppppppelchtteppppppppppiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii href="httppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppp atioioioioioVoir ispnoti daa>Dzalogcon/div>

/DOI / R sdicatiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii atioioio