Navigation – Plan du site

Elle et le travail des femmes

Claire Blandin
p. 118-135

Résumés

Le journal Elle proclame qu’il a soutenu les luttes pour les droits des femmes dans les années 1960, mais l’étude du discours du magazine sur la question du travail salarié féminin oblige à nuancer le propos. Les articles représentant les femmes au travail mettent en avant les stéréotypes de Genre. Les femmes qui travaillent sont présentées comme des héroïnes hors du commun, les figures proposées étant peu accessibles aux lectrices. Il faut attendre Mai 68 pour constater une évolution des représentations et un engagement en faveur de l’insertion professionnelle des femmes. Le magazine accompagne alors une nouvelle phase de la médiatisation de la deuxième vague du féminisme.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Créé en 1938 par Jean Prouvost, Marie-Claire avait en son temps apporté un véritable renouvellement (...)
  • 2 Ce sont souvent des femmes, comme Françoise Giroud rédactrice en chef du magazine de 1945 à 1953.
  • 3 http://ipjblog.com/lapressemagazine/elle/, page consultée le 20 février 2012.

1Créé en 1945 par Hélène Gordon Lazareff, Elle se présente comme l’hebdomadaire de la femme moderne. Il vient occuper la place laissée vacante par l’interdiction de Marie-Claire à la Libération1. Dans un paysage médiatique en recomposition, le magazine connaît rapidement le succès. Il tire à plusieurs dizaines, puis plusieurs centaines de milliers d’exemplaires chaque semaine. Hélène Gordon-Lazareff forme de jeunes journalistes2, mais sait aussi attirer régulièrement des plumes renommées. Le titre adopte dès sa naissance la forme magazine, se rend attrayant par ses couvertures achetées aux Etats-Unis, et s’impose dans le domaine de la mode par ses reportages en couleur. Surtout, c’est le premier magazine féminin à diffuser des annonces publicitaires en couleur. Ces publicités représentent près de la moitié des pages de chaque numéro, et élaborent un discours parallèle au discours rédactionnel du titre. Elle est un généraliste, désigné dans l’Histoire générale de la presse comme un « magazine de documentation pratique et de lecture » (Bellanger 1976, 388). Pour la période que nous étudions, Elle est avec Marie-Claire le premier magazine féminin en France. Son lectorat est un peu plus jeune et plus urbain que celui de son concurrent. En 1966, Elle tire à 591 000 exemplaires. En 1971, ce chiffre descend à 555 0003.

  • 4 La réforme du régime matrimonial de 1965 permet aux femmes d’ouvrir un compte en banque sans l’auto (...)
  • 5 Sur l’histoire du féminisme, voir Thébaud (2007). Pour un exemple de recherche sur la deuxième vagu (...)

2Le magazine revendique aujourd’hui d’avoir soutenu le mouvement de l’émancipation des femmes dans les années 1960 et 1970 (Colombani et al., 2005 ; Pringle, 1995). L’enquête réalisée dans le cadre du gmmp ayant montré la carence de la représentation médiatique du travail des femmes, on a choisi de revenir ici sur le regard porté par le magazine féminin sur ce travail dans les années 1964 à 1974. La période chronologique correspond à l’évolution de la législation sur le travail des femmes4 et à la deuxième vague du féminisme. Symbolisée par une revendication, « Notre corps nous appartient », et par un mouvement (le mlf), la deuxième vague du féminisme, née aux Etats-Unis, se développe en France du milieu des années 1960 au milieu des années 19705.

3Sur le plan de l’histoire de la presse magazine, c’est l’époque de l’apparition des news-magazines : les hebdomadaires d’actualité imprimés sur papier jour­nal prennent la forme de magazine avec couverture en quadrichromie. Le Nouvel Observateur et L’Express adopte tous deux ce nouveau format en 1964. De son côté, Elle tente un moment de devenir un magazine d’actualité pour les femmes. Le développement des magazines est alors très important en France et accompagne les nouveaux modes de consommation de la fin des Trente Glorieuses. Avec l’arrivée de la crise, 1974 marque l’entrée dans une nouvelle ère. Cette chronologie de l’histoire des médias doit être mise en paral­lè­le avec celle de l’histoire des femmes : en 1964, le débat sur la légali­sa­tion de la contraception émerge dans l’espace public. Il devient légitime lorsque le candidat Mitterrand l’inscrit à son programme en 1965. Après la loi Neuwirth de 1967 légalisant la contraception en France, la deuxième vague du féminisme porte la demande d’une nouvelle loi sur l’interruption volontaire de grossesse, qui est élaborée en 1974 par Simone Veil.

  • 6 Le corpus exploré se compose donc de 25 numéros par an environ, pour dix années, soit 250 numéros d (...)
  • 7 La méthode utilisée ne cherche pas à produire des données quantitatives sur la place de la thématiq (...)

4Le travail présenté ici se fonde sur l’étude de la collection du magazine Elle de 1964 à 1974. La lecture des numéros a été systématique (pour un mois sur deux) au cours de ces dix années, et a permis le repérage de toutes les références au travail salarié des femmes6. On a effectué un repérage thématique des articles montrant les femmes au travail. Le travail présenté ici est centré sur le discours rédactionnel du magazine, les annonces publicitaires ayant été étudiées par ailleurs. Le repérage thématique à l’intérieur du discours rédactionnel vise à étudier les formes de représentations de ce travail, et éventuellement leur évolution7. Les fiches thématiques d’analyse de contenu réalisées ont été analysées en fonction de la chronologie de l’histoire sociale et militante des femmes, et confrontées aux travaux des historiens du travail. Ces fiches ont également été regroupées par proximité de sens, pour dégager les angles d’approche de la question du travail par le magazine et leurs évolutions.

5Si les femmes ont toujours travaillé, la mutation de la deuxième partie du xxe siècle réside dans la généralisation de leur participation au marché du travail salarié (Perrot, 1978). C’est souvent la Première Guerre mondiale et le départ des hommes pour le front qui a obligé les femmes à trouver un emploi salarié, mais c’est avec l’entre-deux-guerres que les femmes conquièrent leur place dans le secteur tertiaire en développement (Wailly, 2004 ; Martin, 1987). Après la Libération, le phénomène du travail salarié des femmes se généralise à l’ensemble des catégories sociales (Battagliola, 2000). Le mouvement qui « arrache les épouses et les mères à leur foyer et à leur famille pour les entraîner vers l’usine, le bureau ou la vie publique » est dénoncé par l’Eglise (Chaperon, 2000). Le parti communiste a, lui, fait sa mutation : après s’être longtemps opposé à la concurrence déloyale faite par le travail féminin aux travailleurs, il défend la nécessité pour les femmes de « se libérer de la dépendance économique de la famille ou du mari » (Chaperon, 2000, 69). Il faut rappeler qu’en 1945 seules 17 % des femmes mariées exercent une activité professionnelle indépendante. La politique familiale de la Libération n’encourage pas le travail des femmes ; elle fait la promotion de la famille et, en rendant obligatoire un enseignement ménager et familial pour les jeunes filles, montre la persistance de la division sexuelle du travail (Chaperon, 2000).

6Ces débats de la Libération, cèdent la place à des positions plus nuancées dans les années 1960. Le machisme des syndicats recule (Guillaume, 1993). Le travail salarié des femmes est présenté de manière plus positive et la présence permanente de la mère au foyer est moins valorisée. Il faut dire que le travail féminin est aussi une nécessité démographique : « De 1963 à 1968, la population active n’augmenta que de 400 000 personnes. Le taux d’activité masculin déclinait même et ne reprit qu’à la fin des années 1960 quand arrivèrent sur le marché du travail les générations nombreuses nées après la guerre. Pour faire face aux besoins de l’économie, il fallait faire appel aux femmes, qui formaient 34, 6 % de la population active en 1962 et 40, 7 % en 1982, et aux immigrés » (Schor, 2004, 277). Plus que les statisti­ques, ce sont les représentations de ce travail des femmes qui évoluent alors : « Entre les recensements de 1962 et 1968, le taux d’activité des femmes de 25 à 54 ans, par exemple, passe seulement de 42, 3 % à 44, 5 %. La majorité des femmes de cet âge ne travaille donc pas, mais l’idéal de la mère au foyer perd de sa consistance » (Chaperon, 2000). Les magazines sont pris ici comme des fenêtres ouvertes sur les représentations circulant dans les produits culturels de masse : retrouve-t-on dans leur discours cette perte de con­sis­tan­ce de l’idéal de la mère au foyer évoqué par Sylvie Chaperon ? Comment le plus lu des magazines féminins de l’époque accompagne-t-il ces mutations des représentations du travail des femmes ? Quelles images du travail salarié des femmes renvoie-t-il à ses lectrices ? Peut-on parler d’un rôle pionnier, comme celui qui est revendiqué dans l’historiographie du journal ?

7On envisage ici la diversité des discours du magazine en direction de ses lec­tri­ces. L’analyse permet de répartir les articles étudiés en trois tiers, selon l’an­gle qu’ils choisissent pour représenter le travail des femmes. Cette répar­ti­tion thématique se double d’un classement chronologique, puisque la der­niè­re thématique n’est présente qu’après les événements de Mai 68. Une première série d’articles montre que le magazine Elle présente tout d’abord à ses lectrices des figures d’héroïnes du monde du travail, des femmes remar­qua­bles qui s’accomplissent à travers une vie professionnelle hors du commun. Mais la question centrale reste celle de l’articulation de cette vie professionnelle avec la vie de famille, qu’on peut envisager à travers l’étude d’une deuxième série d’articles. On verra enfin que le journal cherche, après Mai 68, à devenir lui-même un acteur dans le monde du travail des femmes, avec des articles informatifs sur les différents secteurs professionnels et la publication de propositions d’emploi.

Des femmes remarquables

  • 8 Claude Le Roux, « Dans les coulisses de Gallimard : douze femmes », Elle, n° 1030, 16 septembre 196 (...)

8Dans les articles de portraits et de reportages, autant que dans les courriers des lectrices ou les éditoriaux du journal, les femmes représentées dans un milieu professionnel sont rares. Et lorsque le magazine Elle des années 1960 propose un reportage sur des femmes dans leur milieu professionnel, c’est avant tout parce que ce sont des femmes jugées remarquables, parce que leur pratique professionnelle paraît exceptionnelle. Le journal présente ainsi en 1965, une enquête sur les coulisses de la maison Gallimard8 :

« Douze femmes heureuses : leur métier s’identifie à leur passion : les livres. Chez Gallimard, la plus prestigieuse maison d’édition française, on rencon­tre des femmes : à tous les postes-clés. Certaines sont venues d’Auteuil, avec beaucoup de diplômes, d’autres sont passées d’un collège de Romorantin à la rue Sébastien-Bottin, pour classer des documents ou taper à la machine. Toutes ont réussi. […] L’édition, c’est la découverte, l’acharnement, l’enthou­siasme, la disponibilité : tous les feux d’une adolescence têtue. Les mêmes qualités qui donnent de l’allure, aux jupes comme aux caractères, les lignes qui dessinent un style, le vôtre, le style Elle ».

9Plus que la satisfaction d’une ambition professionnelle, la journaliste valorise donc l’épanouissement personnel de ces femmes. Chacune est interrogée sur ses missions, elle est photographiée et trois lignes de présentation précisent sa situation familiale. On commence par Simone Gallimard, et on descend dans la hiérarchie. On voit la diversité des qualités personnelles qui ont été nécessaires à ces « modèles » pour percer dans le monde professionnel, et comment le journal termine sa présentation en justifiant le lien de cet article avec le reste de la publication : le « style Elle » est ce qui rapproche ces femmes des conseils de mode dispensés par ailleurs.

  • 9 « Madame le conservateur », Elle, n° 1052, 17 février 1966, p. 101.
  • 10 Claude Le Roux, « Une femme-sculpteur parle de son métier : « C’est comme au Moyen-Age » », Elle, n (...)
  • 11 Sur la place de ces figures d’intellectuelles en histoire des femmes, voir « Intellectuelles », Cli (...)

10Toujours dans la catégorie des professions intellectuelles, Elle nous présente quelques mois plus tard « Madame le conservateur » : « Marielle Latour dirige le musée des Beaux-Arts de Marseille9. » Le magazine vante son « allure très jeune » à 47 ans, et souligne qu’elle dirige une équipe de jeunes femmes. Le journal explique comment elle a mis au service de sa ville des qualités artistiques, comme il vante dans le reste de ses pages les talents de la femme au foyer pour aménager son intérieur. Pour ces modèles de femmes extraordinaires, passionnées par leur métier, le journal utilise cependant le terme de « carrière ». Par exemple, à l’intérieur des pages « Vie moderne » situées au début du magazine et animées par Claude Le Roux, Elle ouvre en 1969 une sous-rubrique « Carrières » pour présenter Janine Janet qui sculpte depuis trente ans10. Ses sculptures sont des formes baroques (figuratives) utilisées au cinéma (par Cocteau) mais aussi dans les grands magasins. Elle vend aussi à des collectionneurs étrangers. Interviewée par Elle, l’artiste explique la difficulté de son métier, l’exigence physique que cela représente. Le journal ne fait pas de commentaires, mais met en avant une figure artistique assez atypique. Intellectuelles et artistes sont ainsi les premiers types de femmes remarquables présentées aux lectrices de Elle11.

  • 12 Contrairement à ce que nous avons vu plus haut pour les intellectuelles ou les artistes, le terme d (...)
  • 13  François Blanc, « Quand le maire est une femme », Elle, n° 1317, 15 mars 1971, p. 90-94.
  • 14 Cet article fait partie d’un ensemble de publications qui montrent une médiatisation importante des (...)

11La seconde grande catégorie de femmes remarquables est constituée par des séries de modèles de femmes qui se mettent au service de la communauté. On trouve ainsi des reportages sur des élues locales12. A l’occasion des élections municipales de 1971, on trouve les interviews de trois maires femmes qui se présentent13 : « Ces trois femmes maires ont su obtenir chacune à leur manière la confiance des hommes… et des autres femmes ». Les interviews portent sur les réalisations (le plus souvent des immeubles modernes et des supermarchés) dans les trois communes, mais le caractère exceptionnel de la présence des femmes dans ces fonctions est toujours souligné. Toutes expliquent comment elles parviennent à concilier leur charge municipale avec leur vie de famille, parlant de « double vie »14. Surtout, la charge municipale est comparée aux tâches éducatives traditionnelles des femmes. Pour présenter Paulette Billa, le magazine met en exergue la citation suivante : « Une commune en expansion c’est un enfant qu’on voit grandir ». Il s’agit donc bien de rapprocher les engagements civiques des femmes de leur rôle maternel traditionnel.

  • 15 Anne Kergoat, « Il faut avoir les reins solides », Elle, n° 1384, 26 juin 1972, p. 146-149.
  • 16 Michèle Duby, « Un métier que les femmes ont conquis : vétérinaire », Elle, n° 1324, 3 mai 1971, p. (...)
  • 17 Jean-Claude Buguin, « Demain, elles sauveront des vies sur les routes », Elle, n° 1326, 17 mai 1971 (...)
  • 18 La presse magazine contribue à la construction de la représentation des femmes comme responsable de (...)
  • 19 Françoise Tournier, « Médecin en anesthésie réanimation », Elle, n° 1375, 24 avril 1972, p. 162-171

12Toujours sous la forme de série de portraits, Elle présente à ses lectrices trois jeunes femmes qui ont choisi de devenir juge d’instruction, parce que « Plusieurs affaires récentes ont fait du juge d’instruction une vedette15 ». Le journal explique que 46 femmes exercent en France cette profession, mal payée pour les très nombreuses heures de travail qu’elle demande. Là aussi, le fait de gagner peu d’argent est valorisé, puisque c’est « la passion » qui guide avant tout les femmes. C’est aussi le cas pour les vétérinaires, profession con­qui­se par les femmes qui ne comptent pas leurs heures16. Certains des métiers présentés sont d’ailleurs proches du bénévolat, comme pour ces secouristes volon­taires qui apprennent le parachutisme pour être larguées sur les lieux de n’importe quel accident et pouvoir porter les premiers soins avant l’évacuation du blessé17. Il faut dire que dans les représentations des femmes en général, et de leur insertion professionnelle en particulier, le domaine du soin, et plus lar­ge­ment des professions médicales, est très présent18. Le journal cherche alors une spécialité un peu originale, qui soit l’occasion de montrer le dévouement très spécifique des femmes. Elle publie ainsi en avril 1972, un long portrait en images de Marie-Christine G., 28 ans, mère de trois enfants et anesthésiste dans un hôpital19. On la suit pendant une garde pour montrer la diversité de ses tâches et comment elle garde son calme de manière exemplaire. L’article est illustré de nombreuses photos, notamment une pres­que double page en couleur en ou­ver­ture, ce qui est tout à fait exceptionnel dans le journal en dehors des pages de mode. C’est sans doute aussi parce que le lieu de travail de cette jeune fem­me pouvait offrir un cadre original à un reportage que l’exemple a été choisi.

  • 20 François Blanc, « Dieppe : la ville dont le « gardien » est une femme », Elle, n° 1353, 22 novembre (...)

13Les photographies réalisées dans la ville de Dieppe ont pu motiver également le reportage suivant20. Il s’agit pour la première fois de présenter la carrière militaire d’une femme. Geneviève Le Creurer, 51 ans, commandant, est responsable de l’école du personnel féminin de l’armée de terre. Le portrait s’engage sur le terrain des représentations de Genre :« Certes, son uniforme bleu fantassin, son béret, sa chemise d’homme, sa cravate, sa démarche un peu rigide et le salut militaire qu’elle rend aux élèves n’ont rien de très féminin. Mais vite on s’aperçoit qu’à la rigidité militaire elle préfère le charme et la gentillesse féminine. Chassez le naturel, il revient au galop. A priori, une femme soldat, c’est paradoxal. La femme n’est pas faite pour détruire, mais pour créer, construire. Par instinct, elle a horreur de la violence ». Les thèses essentialistes sur la nature féminine sont présentées par le magazine comme des évidences. L’interviewée explique ensuite les charges dévolues aux femmes dans l’armée (elles ne touchent pas aux armes) et raconte ses expériences d’Indochine et d’Algérie. L’article se termine sur son regret que les grades supérieurs soient encore fermés aux femmes. Lorsqu’une femme est représentée dans une profession relevant d’un secteur marqué comme masculin, le discours médiatique s’efforce de pointer ce qu’elle peut apporter de spécifiquement féminin. L’insertion professionnelle est plus lue sous l’angle du Genre que sous celui de la compétence.

14Plus souvent présents après 1968, presque réguliers au début des années 1970, ces reportages sur les femmes au travail mettent en avant certains types de métiers, plus fondés sur le dévouement que sur la conquête du monde du travail. Ils participent ainsi à la construction d’une représentation genrée du monde du travail dans lequel les motivations féminines seraient l’accomplissement personnel ou le fait de placer sa force de travail au service d’une communauté (dans un glissement du service de la famille au service de la société) alors que les hommes devraient songer à leur carrière et à l’argent gagné. Il faut dire que le magazine insiste sur la spécificité d’un travail féminin en s’interrogeant à de nombreuses reprises sur la difficulté de la gestion des contraintes domestiques pour les femmes salariées. Elle n’envisa­ge pas, alors, que ces tâches puissent être partagées avec les hommes.

Travail ou famille ?

  • 21  Yves Lequin a en particulier travaillé sur ces figures de femmes célibataires au travail. Voir par (...)
  • 22 Le Métier de femme est le titre d’un ouvrage de Ménie Grégoire, journaliste à Elle, publié chez Plo (...)
  • 23 Claude Le Roux, « Madame France 1968 : « J’aurais aimé être ingénieur en efficacité » », Elle, n° 1 (...)

15Dans les premières années de la période étudiée, on observe une opposition entre la mère de famille et la femme qui travaille. Anne-Marie Dardigna a bien montré que lorsque la presse féminine aborde le thème de la maternité, il s’opère un glissement de la fonction biologique de procréation à l’éducation des enfants (Dardigna, 1978). La femme étant présentée comme seule responsable de cet « élevage », l’auteure trouve dans Elle une avalanche de déclarations visant à décourager les femmes d’avoir un métier loin de leur foyer. Dans les articles étudiés ici, il apparaît en effet que Elle publie, dès 1964, des annonces pour des formations dans lesquelles il est bien précisé que les candidates doivent être célibataires. Le modèle de l’entre-deux-guerres, symbolisé par l’institutrice ou l’employée des postes qui avaient fait le choix du célibat, est donc encore prégnant21. Cette césure dans le « métier de femme »22 est présente dans l’ensemble du discours rédactionnel du magazine. Ainsi, « Madame France 1968 » a repris des études, mais c’est à la maison que ses compétences sont les plus précieuses23. Gisèle Barbaut a 35 ans et cinq enfants ; un mari artisan et une grande maison, qu’elle a en partie construite elle-même. Elle vient d’être désignée « Madame France 1968 » par France-Soir, et Elle lui tire le portrait. Elle prend des cours par correspondance pour passer le capes car l’enseignement est pour elle le seul secteur pouvant accueillir une femme de 35 ans avec 5 enfants. Mais elle gère sa cuisine et sa vie en améliorant gadgets et machines : elle aurait rêvé d’être ingénieur. Le journal lui demande comment elle fait pour accomplir tant de choses, et la regarde admirativement préparer le dîner tout en répondant aux questions. Le magazine entérine par là la prégnance des dichotomies (ici travail/famille) dans les identités féminines, aujourd’hui bien étudiées en sciences sociales (Bock, 2010).

  • 24 Denise Dubois-Jallais, « Deux mères deviennent un romancier », Elle, n° 1342, 6 septembre 1971, p.  (...)

16Les professions intellectuelles semblent, à nouveau, permettre une meilleure conciliation des deux versants de la vie des femmes. Le journal propose par exemple le portrait des deux auteures du Fils de Manon Lescaut. Fatiguées d’entendre depuis plusieurs années leurs maris imaginer cette suite de Manon Lescaut sans jamais l’écrire, les deux mères de famille de 37 ans (7 enfants à elles deux) se sont réparti le travail et ont pris la plume. Leur roman vient d’être publié24. Elle porte un regard positif et bienveillant sur cette entreprise.

  • 25 Claude Le Roux, « Une vie de femme avec quelque chose de plus », Elle, n° 1372, 3 avril 1972, p. 4- (...)

17Une variante de cet aménagement du dilemme se trouverait dans le cas de celles qui choisissent de faire du bénévolat25 : « La profession ou la maison ? Les femmes modernes sont déchirées par ce choix. Sauf celles qui trouvent une troisième voie. Voici l’histoire de l’une d’entre elles ». L’héroïne de l’article a ouvert une bibliothèque et un centre culturel dans la petite ville de grande banlieue où son mari et elle s’étaient installés depuis plusieurs années. Expliquant ce que cet engagement a pu apporter aux habitants du village, le journal conclut : « Au fond, c’est pour justifier leur vie que les femmes veulent travailler. Pour avoir été quelque chose de plus qu’un relais géniteur. A J.-sur-J., commune rurale, les femmes qui musclent en riant leurs abdominaux et la jeune fille que Picasso ne fait plus ricaner bêtement justifient assez bien le passage terrestre de madame E. Entre autres ». Ce sont ici les rôles traditionnels de soin des enfants et de la maison qui sont réduits aux termes de « relais géniteur ». Le travail des femmes chercherait une origine presque métaphysique, celui de justifier de la place des femmes sur la Terre. Pourtant, madame E. reste bien dans des fonctions de dévouement à la communauté et d’éducation des plus jeunes.

  • 26 Christian Bretagne, « Travailler avec son mari », Elle, n° 1372, 3 avril 1972, p. 24-34.

18Le problème principal du travail salarié est qu’il éloigne la femme de son foyer, c’est-à-dire certes, de ses enfants, mais aussi, dans un premier temps, de son mari. Le magazine s’interroge : est-il possible de travailler avec ce mari ? Deux millions de Françaises travailleraient en couple. Quatre couples répondent aux questions du journaliste sur leur mode de vie, les contaminations entre le travail et la maison26… La première interviewée (directrice du service conception de l’agence de publicité dirigée par son mari) est ravie de voir son mari dans les moments où il est le plus brillant et de passer le plus de temps possible avec lui. La deuxième a rencontré son mari sur les bancs de la fac : ils étaient tous les deux en stomatologie et ont ouvert leur cabinet dentaire commun en se mariant. Son fauteuil à lui a toujours fait le plein d’adultes tandis qu’elle n’a jamais réussi à se constituer la clientèle d’enfants qu’elle espérait. Elle est devenue l’assistante de son mari et n’exerce plus que rarement. Lui estime qu’ils sont toujours deux dentistes dans le même cabinet, et qu’il faut bien que quelqu’un tienne la barre. Quand on lui dit que sa femme aurait également pu tenir la barre (elle était plus brillante que lui), il répond : « Restons réalistes. Lorsqu’un client entre dans un cabinet dentaire, c’est évidemment un homme qu’il compte y trouver. D’ailleurs, ma femme est très heureuse ». Ce discours ne satisfait pas la journaliste de Elle qui, dans son commentaire pour les lectrices, se moque du dentiste. Le troisième couple est celui qui semble le plus pathétique pour la lectrice d’aujourd’hui. Lui s’est lancé dans le music-hall ; elle y est devenue sa partenaire et il jalouse maintenant le succès qu’elle rencontre. Le dernier couple : André et Coqueline Courrège, qui travaillent ensemble depuis vingt ans. Elle semble surtout au service du grand homme, mais, l’article souligne que tout le monde trouve son compte dans cet arrangement ; cela fonctionne bien pour les deux. L’article se termine sur l’avis du psychiatre qui estime que pour qu’un couple puisse travailler ensemble, il ne faut pas qu’une des deux membres soit infériorisé. Or, ce rapport de domination existait dans la plupart des exemples donnés par le reportage. De la confrontation de ces exemples émerge une fois de plus l’idée que le travail des femmes est réservé à une élite artistique et passionnée. Il ne serait donc pas accessible à la plupart des lectrices de Elle. Dans tous les autres cas, il menace l’identité féminine et l’équilibre des couples.

  • 27 Claude Le Roux, « Dickie des USA un an à Guéret », Elle, n° 1268, 6 avril 1970, p. 128-135.

19C’est avec le regard d’une étrangère, celui d’une adolescente américaine séjournant en France, que le journal voit, pour la première fois, dans l’importance du rôle domestique des femmes, une spécificité française27. Dickie a 19 ans et vient de passer une année dans la Creuse. Elle a été accueillie par une famille d’enseignants ayant déjà deux enfants. Elle l’interroge sur ses études, les relations avec les garçons, mais aussi la vie de famille : «  Dans la famille américaine, chacun fait ce qui lui plaît, quand ça lui plaît. Cela ne veut pas dire qu’on ne s’aime pas, mais cela manque de chaleur. Monsieur Corrieu (et les Français en général) sont des hommes gâtés. Madame Corrieu porte même le petit déjeuner au lit à son mari. En échange, il est « mignon » ! ». La qualité principale de monsieur Corrieu serait donc cette galanterie française, mais elle n’est qu’un retour des attentions de son épouse.

  • 28 Jean Duché, « Le prix des enfants », Elle, n° 1343, 13 septembre 1971, p. 5
  • 29 Jean Duché, « Le choix des femmes », Elle, n° 1373, 10 avril 1972, p. 11.

20Ce n’est donc le type d’insertion professionnelle des femmes qui différerait d’un pays à l’autre (puisque madame Corrieu comme la mère de Dickie sont enseignantes), mais la place occupée par la vie conjugale et familiale. C’est d’ailleurs pour permettre à leurs familles d’avoir un peu plus d’argent que les femmes travaillent. C’est en tout cas le postulat d’un éditorial de Jean Duché, qui part d’un article paru dans le numéro spécial de Population sur la famille pour montrer que les familles françaises sont plus souvent en situation financière délicate que celles des autres pays, et que, plus il y a d’enfants, plus il est nécessaire que les mères travaillent. Il suggère de développer le travail « temporaire » ainsi que les modes de garde des touts petits28. Il conclut son texte en estimant que « concilier la maternité et l’activité extérieure est une des plus grandes questions à résoudre dans les années qui viennent », ouvrant effectivement le champ de la « double-journée » qui est l’enjeu des luttes des femmes des années 1980. L’éditorialiste utilise les témoignages de ses lectrices, qui lui ont décrit l’énergie nécessaire à la gestion conjointe de ces deux emplois du temps29.

  • 30 Rose Vincent, « Voici pourquoi le plus beau métier de femme est en crise », Elle, n° 1351, 8 novemb (...)

21Autre pilier du journal, Rose Vincent est sur la même longueur d’ondes. Elle publie les bonnes feuilles de son livre LeMétier de mère dans lequel elle se demande si les femmes doivent travailler à l’extérieur de la maison30. Rose Vincent revient sur les termes du dilemme : la mère qui travaille est surmenée, la femme au foyer risque d’accaparer ses enfants et n’est pas armée en cas de crise. Elle fait donc l’inventaire des mesures nécessaires pour améliorer la vie de l’une (temps partiel, crèche, ouverture plus large des magasins) et de l’autre (halte garderie, salaire social). Et, pour tout le monde, elle préconise la journée continue et le partage des tâches à la maison.

  • 31 Marcelle Ségal, « Courrier du cœur », Elle, n° 1351, 8 novembre 1971, p. 114. Marcelle Ségal tempèr (...)
  • 32 Pour Le Nouvel Observateur, voir par exemple l’article de Jacques Ozouf, « Les Français et le bonhe (...)

22Après l’éditorialiste et la titulaire de la rubrique d’éducation, tournons-nous maintenant vers le courrier des lectrices. C’est Marcelle Ségal qui y répond. Elle encourage avant tout ses lectrices à être de bonnes mères de famille. Lorsque l’une d’entre elles écrit qu’elle plaint les jeunes femmes obligées de travailler à l’extérieur, elle lui répond « que l’âme d’un enfant est certainement plus précieuse qu’une machine à laver »31. On retrouve ici un discours de dénonciation de la course à l’équipement (en particulier électro-ménager), de distance par rapport à la modernité et aux exigences modernes du confort. Si ces arguments sont rares dans Elle, on les retrouve dans la presse de gauche (Le Nouvel Observateur de l’époque s’interroge régulièrement sur les réels besoins matériels des Français), mais aussi dans la littérature32. Dans Les Petits enfants du siècle, Christiane Rochefort montre l’engrenage dans les classes populaires, du besoin d’équipement avec l’arrivée des enfants, et des achats possibles grâce aux allocations familiales. Paulette Mauvin caresse ainsi son ventre rond en disant « C’est mon frigidaire » (Rochefort, 1961).

23Le principal enjeu du travail des femmes semble être la possibilité qu’il laisse, ou non, aux mères de famille, de s’occuper de leurs enfants et de leur foyer. C’est en tout cas le dilemme sans cesse mis en avant dans les articles de Elle. Au gré des rubriques, le journal apporte des clefs différentes pour résoudre cette difficile équation. Ce n’est qu’à la toute fin de la période étudiée, après 1971, qu’il s’engage clairement en faveur des droits des femmes, dans la vie quotidienne et le monde du travail.

Les droits des femmes

  • 33 Fanny Deschamps, « Monsieur le ministre, ne nous protégez pas trop », Elle, n° 1038, 11 novembre 19 (...)

24La réforme du régime matrimonial votée en 1965 permet à chacun des époux de gérer ses biens propres acquis avant ou après le mariage. Si le mari reste l’administrateur des biens communs, il doit répondre devant sa femme « des fautes qu’il aurait commises dans sa gestion » (Guillaume, 1993, 160). Les femmes peuvent exercer n’importe quelle profession sans l’autorisation de leur mari et ouvrir un compte bancaire personnel. Cette avancée législative est la première d’une série de réformes qui font évoluer la personnalité civique et légale des Françaises. Dans un premier temps, le magazine Elle ne semble pas soutenir les évolutions législatives ; il en est peu question, ou alors pour mettre en garde les lectrices contre des évolutions rapides. Intervenant dans la rubrique « Société », Fanny Deschamps titre ainsi en 1965 un article « Monsieur le ministre, ne nous protégez pas trop »33. Après cette formule-choc, l’article milite pour le développement de la formation et du travail des femmes. Le titre souligne que, pour la journalistes, les femmes ont moins besoin d’une législation spécifique que d’un développement de la formation professionnelle, car ce sont ces compétences qui leur permettront, par exemple, de retourner sur le marché de l’emploi après avoir élevé leurs jeunes enfants. L’article dénonce les effets d’annonce pendant le temps de la campagne électorale des présidentielles et la journaliste souhaite que les femmes ne restent pas cantonnées dans les postes les moins intéressants  (ibidem, 68-71) : « La France a toujours estimé que la formation professionnelle des femmes était une dépense inutile, puisqu’à peine en possession de son métier, la femme l’abandonne pour se marier. S’il est exact qu’un bon nombre de femmes « décrochent » lorsqu’elles sont mères, il n’en reste pas moins vrai que plus de six millions et demi de travailleuses ne sont pas que des jeunes filles ou des épouses stériles ! »

  • 34 Simone Mesnil-Grente, « Comment vivre la vie moderne. Travail », Elle, 4 mai 1967, n° 1115, p. 75.
  • 35 Simone Mesnil-Grente, « Savoir prendre des risques calculés », Elle, n° 1365, 21 février 1972, p. 1 (...)
  • 36  « Le travail féminin : des situations, des emplois », Elle, n° 1365, 21 février 1972, p. 183.
  • 37 Jean Duché, « Les fées Electricité », Elle, n° 1383, 19 juin 1972, p. 9. On retrouve « la plombière (...)

25Elle défend donc l’idée que les femmes reviendraient plus facilement au travail après une maternité si elles étaient mieux formées et disposaient de modes de garde adéquats. Simone Mesnil-Grente leur propose donc une rubrique spécifique pour cela34. Il s’agit de petits encadrés, à l’intérieur d’une rubrique « Comment vivre la vie moderne » présentant aux femmes les professions qui leur sont accessibles, comme par exemple : « Un nouveau métier : bibliothécaire », « Préparation aux écoles d’infirmières », « On demande des professeurs de tennis » ou « Concours pour futurs architectes ». En 1972, le journal tient même une rubrique « Recyclage » qui cherche comment les femmes peuvent reprendre un travail salarié, lorsque leurs enfants ont grandi. Elle propose par exemple un entretien avec une femme qui reprend des études grâce à un congé formation35. La jeune femme interviewée sera la première femme dans la structure de formation qu’elle a choisie, et, à la sortie, aura une meilleure situation que son mari. La journaliste l’interroge sur toutes ces questions. La démarche d’aide dans le retour à l’emploi se poursuit à travers la publication de petites annonces (une double page régulière à partir de 1972). Dans le numéro du 21 février 1972, on trouve ainsi une douzaine d’annonces pour des métiers de la vente ou du secrétariat36. L’éditorialiste du magazine lui-même se permet d’ailleurs de faire aux lectrices des suggestions de métiers. Dans un texte de juin 1972, il explique que les artisans se font de plus en plus rares, et qu’il est surpris de n’avoir jamais vu débarquer chez lui une électricienne ou une plombière : « Je ne vois pas ce qui empêche les femmes d’être des artisanes, sinon le préjugé et la routine. Le mouvement de libération passe aussi par là »37. Il souligne que ces professions donneraient aussi aux femmes une grande liberté dans l’organisation de leur travail.

  • 38 « La femme cette inconnue. Etes-vous pour ou contre le travail des femmes ? », Elle, n° 1199, 9 déc (...)

26Comme sur d’autres thèmes (l’accès à la contraception, la légalisation de l’avortement, etc.), la mutation du discours de Elle semble dater de Mai 68. Après les quelques semaines d’interruption de la parution et le séisme social qui a secoué la France, le journal ose un discours différent (Sirinelli, 2008). La première manifestation en est la publication d’un supplément encyclopédique mensuel (« La femme cette inconnue ») dont le premier numéro porte sur le corps des femmes. L’encart est détachable, pour permettre aux lectrices de laisser comme à leur habitude le journal traîner à la maison sans risquer que leurs enfants découvrent par hasard ce petit traité de gynécologie. La question du travail des femmes est au cœur du quatrième numéro de l’encyclopédie de Elle38. En introduction, le journal interroge :

« Travailler ? Rester à la maison ? Pour vous permettre d’en décider en connaissance de cause nous avons essayé de rassembler dans ce nouveau dossier de notre encyclopédie ce qu’une femme doit savoir du travail féminin, aujourd’hui, à l’orée de 1969. Est-ce que, pour une femme, c’est vraiment rentable de travailler ? Est-ce qu’elle se réalise au mieux en travaillant ? La paie-t-on, la traite-t-on comme un homme ? Ou est-elle toujours dans son métier un « être inférieur » ? Quels sont ceux qui lui restent fermés ? 

  • 39 Sur ces figures de pionnières, voir Rennes, 2007

27Le dossier présente donc le travail des femmes en 1968 en France. Il propose aussi une double page sur les premières femmes dans chaque profession39. Il y est question du poids du travail domestique et du travail salarié, selon le nombre d’enfants. La parole est donnée par le magazine à des hommes plutôt favorables au travail des femmes. Plus de trois pages sont enfin consacrées à la répartition des femmes par secteur professionnel.

  • 40 « La femme cette inconnue. Choisir votre métier », Elle, n° 1205, 20 janvier 1969, encart p. 55 à 7 (...)
  • 41 Simone Mesnil-Grente, « Il y a de plus en plus de femmes qui font des métiers intéressants », Elle, (...)
  • 42 Michèle Duby, « Les pièges et les abus du travail à domicile », Elle, n° 1307, 4 janvier 1971, p. 2 (...)

28On va plus loin avec un numéro 7 de l’Encyclopédie, lui aussi consacré à la question du travail40. Le projet de ce supplément est d’aider les lectrices à choisir un métier, quel que soit leur âge. Après un article général, il propose en encadré une courte interview de madame Dienesch, secrétaire d’Etat aux Affaires sociales, qui dit souhaiter que les femmes soient présentes dans tous les corps de métier. De grands tableaux présentent ensuite par secteurs, des métiers, les études à faire pour pouvoir les exercer, et les aptitudes nécessaires. Dans chaque cas, Elle indique (feu vert, orange ou rouge) si le secteur embauche. L’encart propose au milieu des tableaux des zooms sur les métiers de la couture, ceux du secrétariat et la question du travail des femmes de quarante ans. En plus de ce supplément, le journal se félicite alors régulièrement d’une ouverture plus large des métiers41. Illustré par les photos de femmes sur un chantier et dans un laboratoire, cet article donne les dernières statistiques parues : les femmes sont de plus en plus nombreuses à travailler et elles montent dans l’échelle sociale. Dans les dernières années considérées pour cette étude, de 1968 à 1974, le journal cherche donc à informer et défendre les femmes contre les abus et risques du travail. La journaliste Michèle Duby répond ainsi à des petites annonces… Elle se rend alors compte qu’il n’y a pas d’embauche à la clef, mais qu’on cherche à vendre des formations aux lectrices de Elle. Elle regrette cette manipulation des annonceurs alors que les enjeux sont importants pour les femmes : « Le travail est actuellement l’une des principales préoccupations des Françaises. Le récent congrès, désormais historique, des états généraux de la femme l’a nettement mis en évidence. Pour toutes celles qui recherchent un emploi à domicile, même momentané, nous avons fait l’expérience des petites annonces ».42 Avec la publication de ces cahiers spéciaux qui sont presque des guides pratiques et de cet article, il semble que la question ne soit plus pour Elle de représenter les femmes au travail, ni de discuter la légitimité de leur insertion professionnelle, mais bien d’aider et de conseiller ses lectrices dans la gestion de leur double-vie quotidienne. Le magazine adopte en cela une posture la plus fréquente dans la presse féminine dans les années suivantes.

29Organisés en 1971, les « Etats généraux des femmes » sont une mutation dans l’histoire du journal et essentiels pour cette question du travail des femmes :

  • 43 « Les états généraux de la femme : et maintenant ? », Elle, n° 1315, 1er mars 1971, p. 33. Les Etat (...)

« Le travail féminin, parmi les grands thèmes débattus, est celui que nous avons choisi, quant à nous, de traiter en priorité. Pas par hasard : parce qu’il est celui pour qui des solutions réelles peuvent être trouvées et appliquées dans les délais les plus brefs. Inégalité des salaires, horaires, recyclage, orientation professionnelle réaliste, promotion sont des problèmes criants »43.

  • 44 « Petites annonces : le travail a-t-il un sexe ? », Elle, n° 1317, 15 mars 1971, p. 94-95.

30Le magazine invite ses lectrices à participer aux réunions qui se tiennent dans toute la France et à faire part de leur expérience. Quelques mois plus tard, à la suite de ces états généraux, Elle lance à nouveau une grande enquête sur le travail des femmes44 : « Pour 74 % des Françaises, il est préférable que les femmes exercent un métier (enquête IFOP). Et pour presque toutes, le travail pose un problème. C’est lui qui a fait exploser l’univers féminin d’autrefois. C’est à lui que nous avons choisi de consacrer nos prochains états généraux ». L’article explique qu’une évidence est apparue dans la préparation du livre blanc qui va suivre les états généraux, le problème du travail est la clef de tout ; il concentrerait toutes les difficultés de la condition féminine contemporaine : « C’est le travail qui a libéré les femmes en leur permettant d’échapper à l’univers parfois étouffant du gynécée, donc aux servitudes de la prétendue nature féminine ; c’est lui qui les aide à prendre conscience de leur aptitude à toutes les tâches, à se reconnaître comme « valant bien les hommes », à se légitimer psychologiquement et socialement. Mais c’est lui aussi qui les opprime ». Le journal veut donc lancer une vaste enquête sur ce thème, en faisant le bilan des recherches en cours, en questionnant les lectrices de Elle et en organisant des groupes d’études dans les régions. Et pour commencer, le magazine crée une rubrique de petites annonces d’emplois « féminins », en regrettant que les emplois aient un sexe mais en expliquant que c’est une réalité et que leur travail sera déjà de déjouer les annonces-pièges.

  • 45 Agnès Maury, « La fin des inégalités de salaire entre hommes et femmes ? », Elle, n° 1374, 17 avril (...)

31Dans les mois qui suivent, l’hebdomadaire prête une attention plus grande aux évolutions législatives. Alors que les modifications du régime matrimonial en 1965 apparaissaient peu dans ses colonnes, Elle évoque largement le projet de loi sanctionnant les infractions au principe « à travail égal, salaire égal »45. Agnès Maury interviewe madame Marcelle Devaud, présidente du Comité du travail féminin (organisme chargé de proposer des solutions pour l’insertion des femmes dans la vie professionnelle) et vice-présidente du Sénat. Elle présente la loi que propose Joseph Fontanet, ministre du Travail, interviewé ensuite. Madame Devaud ne se fait pas vraiment d’illusions sur les effets de la loi, mais estime qu’elle pourra au moins permettre de mettre fin aux scandales les plus criants.

  • 46 Christian Bretagne, « Histoire d’une souffre-douleur », Elle, n° 1325, 10 mai 1971, p. 22-25.

32Autre nouveauté de cette dernière période : Elle parle de la souffrance au travail. Le magazine fait ainsi le portrait de Simone, souffre-douleur de ses collègues de bureau46. L’article prend la forme d’un témoignage de cette rédactrice dans une agence de publicité qui subit les brimades de deux de ses chefs qui lui disent à longueur de journée qu’elle est grosse et moche. La jeune femme seule se confie au journaliste et sanglote. La dernière partie de l’article tente une analyse du phénomène, présenté comme inhérent à toute vie de groupe. Le terme de « souffrance au travail » n’est jamais employé, il s’agit de parler d’une posture psychologique. La posture de l’article entérine de plus le diktat de l’apparence et l’injonction à être belle, dans l’ensemble des activités sociales, y compris le travail.

  • 47 Jean Duché, « Ce vide qui nous menace », Elle, n° 1366, 28 février 1972, p. 4.
  • 48 François-Henri De Virieu, « Le prix d’un Français », Le Nouvel Observateur, 30 septembre 1974, n° 5 (...)

33Plus clairement engagé en faveur du développement du travail salarié des femmes au début des années 1970, Elle s’interroge pour le développement de la formation des jeunes filles. Dans un éditorial de févier 1972, Jean Duché souligne qu’il faut que les formations évoluent pour que le travail des femmes change et permette aux femmes « d’exprimer leur personnalité »47. La dénonciation de l’inégalité entre hommes et femmes dans le monde du travail se retrouve à l’époque dans la presse magazine généraliste. Dans la série d’articles qu’il consacre au « Prix d’un Français », Le Nouvel Observateur dénonce par exemple la sous-qualification des femmes, qui les cantonne dans des postes moins bien payés48. Le même article pointe comme principal handicap à la carrière des femmes « les soins des enfants et l’entretien du foyer ».

34Après 1968, Elle s’engage plus fermement pour l’évolution des droits des fem­mes. Ainsi, après avoir seulement rendu compte des débats sur la contra­cep­tion, le journal s’engage plus clairement dans la lutte pour la légalisation de l’avortement. Il publie opinions et témoignages en faveur de la légalisa­tion de l’avortement. On peut parler d’une stratégie opportuniste, au moment où les revendications de la deuxième vague du féminisme deviennent visi­bles. La mutation se produit au même moment sur la question du travail des fem­mes : le magazine les invite à faire respecter leurs droits, et sensibilise les mères à l’importance de l’éducation des filles, seul chemin de l’émancipation.

  • 49 Les publi-reportages sont des annonces prenant la forme d’un texte rédactionnel de reportage. Le jo (...)
  • 50 Bonbel est une marque de fromage du groupe laitier Bel.
  • 51 Publi Informations, « Pour ou contre les femmes qui travaillent sans en avoir besoin ? », Elle, n°  (...)

35Il faut, pour finir, souligner que ce questionnement est plus largement au cœur des débats dans l’espace public à ce moment-là. On en donne pour dernier signe un publi-reportage paru dans le magazine féminin49. En 1972, Bonbel50 et Europe 1 s’associent pour parler de la vie de famille des Français. Après une première enquête dans le numéro du 13 mars 1972 sur le thème « Etes-vous pour ou contre l’argent de poche ? », on pose la question du travail des femmes51 : « Dans notre numéro 1369, nous vous avons présenté l’Enquête nationale Bonbel-Europe 1. Au cours de cette campagne d’un genre nouveau, un fromage, apprécié des enfants et des parents, a décidé de s’intéresser aux problèmes de la famille moderne. Comment ? En leur offrant les moyens de réfléchir sur leur vie quotidienne. Trois fois par semaine, sur les antennes d’Europe 1 (…) et Radio Monte-Carlo un débat public traite d’un problème concernant la vie et les mœurs de la famille française d’aujourd’hui. En avant-première, voici deux opinions sur le thème qui sera débattu la semaine prochaine. Vous êtes invités à prendre parti pour ou contre ». Suivent les témoignages d’une femme ravie de poursuivre son métier d’avocate et d’une autre enchantée d’avoir arrêté de travailler dans la publicité. Les lecteurs peuvent renvoyer un bulletin de participation à découper en bas de la double page pour donner à leur tour leur opinion (et gagner du fromage, bien sûr). Tout le système médiatique de la pseudo-participation du public et de l’orchestration d’un faux débat est présent. Les enjeux du travail des femmes sont résumés à une prise de parole favorable et à une autre hostile. La présence du questionnement dans une démarche publicitaire montre en revanche que les représentations du travail des femmes se sont à la fois multipliées et banalisées dans les discours médiatiques au cours de la période étudiée.

36Si nous avons observé l’évolution propre du magazine Elle, qui, de 1964 à 1974 va vers plus d’engagement en faveur des droits des femmes, il faut souligner que ce mouvement est général à l’ensemble des médias. Il correspond à une médiatisation massive de la deuxième vague du féminisme. Après 1968, les revendications du mouvement touchent le grand public. Le 11 juillet 1975, la loi française autorise le divorce par consentement mutuel. « Demandé dans 55 % des cas par la femme en 1965, il l’est dans 66 % des cas dix ans plus tard, ce qui est lié à l’indépendance professionnelle croissante de la femme » (Guillaume, 1993). Débute ainsi la mesure statistique des évolutions sociales engendrées par l’extension du travail salarié des femmes. Au cours de la décennie précédente, le magazine féminin Elle a accompagné les évolutions produites par ce phénomène dans la vie des femmes. Il n’anticipe pas les questionnements du mouvement des femmes, et ne s’engage qu’une fois qu’ils sont largement médiatisés par ailleurs. Les articles étudiés montrent que Elle a présenté à ses lectrices des modèles remarquables de femmes au travail, pris position, après Mai 68, pour les aider à défendre leurs droits, mais surtout, a continué de s’interroger sur les mutations produites dans les rôles sociaux de Genre par ces nouvelles pratiques. Si la question centrale est celle de l’emploi du temps de la mère de famille (la question de la « double journée des femmes » devient centrale dans les années 1980), c’est l’ensemble des représentations de Genre qui sont questionnées par le salariat des femmes. Presse des devoirs, presse des désirs, Elle incite les femmes à l’émancipation tout en leur rappelant leurs devoirs d’épouses et de mères. Le discours du journal dans les années 1960 et 1970 prépare ainsi les dilemmes des doubles journées des femmes actives des années 1980. Dans le même temps, le discours publicitaire, qui montre peu les femmes au travail mais insiste sur le dilemme des mères de famille salariées (pour leur vendre toute une nouvelle catégorie de produits, de l’électroménager aux plats préparés) apporte un contre-point systématique aux pages rédactionnelles pour construire une représentation nuancée de ces évolutions sociales. Les liens entre ces deux discours sont complexes. Dans la période étudiée, le discours « progressiste » de Elle peut séduire les annonceurs, proposant des appareils électro-ménagers aux femmes qui travaillent.

Haut de page

Bibliographie

Badinter (E.), 2010, L’Amour en plus. Histoire de l’amour maternel (xviie-xxe siècles), Paris, Flammarion, (première édition 1980).

Battagliola (F.), 2000, Histoire du travail des femmes, Paris, La Découverte, coll. « Repères ».

Bellanger (C.), 1976, « Les structures de la presse », Histoire générale de la presse française, Paris, PUF.

Blandin (C.), Eck (H.), 2010, (dir.), La Vie des femmes. La presse féminine xixe-xxe siècles, Paris, Université Panthéon-Assas.

Bock (G.), 2010, « Les dichotomies en histoire des femmes : un défi », Clio, Histoire, femmes et sociétés, n° 32, 53-88.

Chaperon (S.), 2000, Les Années Beauvoir (1945-1970), Paris, Fayard.

Charon (J.M.), 2008, La Presse magazine, Paris, La Découverte.

Colombani (M.F.), Fitoussi (M.), Toranian (V.), 2005, Elle1945-2005. Une histoire des femmes, Paris, Filippacchi.

Dardigna (A.M), 1978, La Presse féminine : fonction idéologique, Paris, Maspero.

Guillaume (P.), 1993, Histoire sociale de la France au xxe siècle, Paris, Masson.

Lequin (Y.), Vandecasteele (S.), 1990, L’Usine et le bureau. Itinéraires sociaux et professionnels dans l’entreprise (xixe-xxe siècles), Lyon, PUL.

Martin (M.), 1987, « Ménagère : une profession ? Les dilemmes de l’entre-deux-guerres », Le Mouvement social, n° 140, 89-106.

Pavard (B.), 2009, « Genre et militantisme dans le mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception », Clio, n° 29, 76-96.

Perrot (M.) 2008, Mon histoire des femmes, Paris, Le Seuil.

Perrot (M.), 1978, « De la nourrice à l’employée. Travaux de femmes dans la France duxixesiècle », Le Mouvement social, n° 105.

Pringle (C.), 1995, Telles qu’Elle. Cinquante ans d’histoire des femmes à travers le journal Elle, Grasset.

Rennes (J.), 2007, Le Mérite et la nature. Une controverse républicaine : l’accès des femmes aux professions de prestige (1880-1940), Paris, Fayard.

Rochefort (C.), 1961, Les Petits enfants du siècle, Paris, Grasset.

Schor (R.), 2004, Histoire de la société française au xxesiècle, Paris, Belin.

Sirinelli (J.F), 2008, Mai 68. L’événement Janus, Paris, Fayard.

Thébaud (F.), 2007, Ecrire l’histoire des femmes et du genre, Lyon, ENS éditions.

Wailly (J.M.), 2004, « Les différentes phases du travail des femmes dans l’industrie », Innovations, n° 20, 131-146.

Haut de page

Notes

1 Créé en 1938 par Jean Prouvost, Marie-Claire avait en son temps apporté un véritable renouvellement à la presse féminine en proposant l’image d’une jeune femme moderne inspirée par les magazines américains. Il se développe avec l’envol de l’industrie cosmétique et séduit les classes les plus aisées de la population française. Ayant poursuivi sa publication pendant toute l’Occupation, le titre tombe sous le coup des ordonnances de 1944 et doit attendre 1954 pour être de retour dans les kiosques. Sur la révolution apportée par Marie-Claire dans l’univers de la presse féminine, on peut consulter Blandin et Eck (2010). On peut aussi se demander si l’hebdomadaire de Jean Prouvost envisage la question du travail salarié des femmes, voir à ce sujet : Claire Blandin, « Le métier de femme dans Marie-Claire », Actes du colloque Masculin/Féminin Presse, Lyon 2010, à paraître aux PUL en 2012.

2 Ce sont souvent des femmes, comme Françoise Giroud rédactrice en chef du magazine de 1945 à 1953.

3 http://ipjblog.com/lapressemagazine/elle/, page consultée le 20 février 2012.

4 La réforme du régime matrimonial de 1965 permet aux femmes d’ouvrir un compte en banque sans l’autorisation de leur mari, et de disposer donc de l’argent qu’elles gagnent. En 1972 sont promulguées les premières lois sur l’égalité salariale entre hommes et femmes.

5 Sur l’histoire du féminisme, voir Thébaud (2007). Pour un exemple de recherche sur la deuxième vague : Pavard (2009). Un premier bilan de cette vague a été posé avec le colloque organisé par Christine Bard « Les féministes de la deuxième vague, actrices du changement social » qui s’est déroulé à Angers en avril 2010 et dont les actes vont être publiés aux PUR.

6 Le corpus exploré se compose donc de 25 numéros par an environ, pour dix années, soit 250 numéros de Elle. L’étude présentée ici porte sur une trentaine d’article évoquant la question du travail des femmes, directement ou indirectement. Ce travail est extrait d’une recherche plus large sur les représentations de la vue de famille dans la culture de masse dans les années 1960, réalisée à partir des collections des magazines Elle, Télé 7 Jours et Le Nouvel Observateur. Il bénéficie donc également de la lecture et de « l’imprégnation » de l’ensemble de ces publications.

7 La méthode utilisée ne cherche pas à produire des données quantitatives sur la place de la thématique « travail » par rapport aux autres centres d’intérêt du magazine, mais à voir comment, au sein de la presse magazine féminine la question du travail salarié est abordée pour les lectrices.

8 Claude Le Roux, « Dans les coulisses de Gallimard : douze femmes », Elle, n° 1030, 16 septembre 1965, p. 114-117 puis 124-127. Claude Le Roux est une femme. Les reporters de Elle sont majoritairement des femmes ; toutes les chroniques régulières sont tenues par des plumes féminines, sauf l’éditorial régulièrement signé par Jean Duché.

9 « Madame le conservateur », Elle, n° 1052, 17 février 1966, p. 101.

10 Claude Le Roux, « Une femme-sculpteur parle de son métier : « C’est comme au Moyen-Age » », Elle, n° 1232, 28 juillet 1969, p. 6-10.

11 Sur la place de ces figures d’intellectuelles en histoire des femmes, voir « Intellectuelles », Clio, n° 13, 2001.

12 Contrairement à ce que nous avons vu plus haut pour les intellectuelles ou les artistes, le terme de « carrière » n’est pas employé par le magazine pour évoquer le parcours de ces femmes. Leur engagement est présenté comme militant, ou comme une forme de service à la communauté.

13  François Blanc, « Quand le maire est une femme », Elle, n° 1317, 15 mars 1971, p. 90-94.

14 Cet article fait partie d’un ensemble de publications qui montrent une médiatisation importante des femmes candidates dans cette campagne. L’émission « Alsace Panorama », consacre par exemple un reportage de plus de dix minutes à la question (« Les femmes et les municipales ») le 27 février 1971.

15 Anne Kergoat, « Il faut avoir les reins solides », Elle, n° 1384, 26 juin 1972, p. 146-149.

16 Michèle Duby, « Un métier que les femmes ont conquis : vétérinaire », Elle, n° 1324, 3 mai 1971, p. 100-104.

17 Jean-Claude Buguin, « Demain, elles sauveront des vies sur les routes », Elle, n° 1326, 17 mai 1971, p. 106-109.

18 La presse magazine contribue à la construction de la représentation des femmes comme responsable des soins, aux enfants et à l’ensemble de la famille. Sur cette élaboration, voir Badinter, 2010, p. 391 et suivantes.

19 Françoise Tournier, « Médecin en anesthésie réanimation », Elle, n° 1375, 24 avril 1972, p. 162-171.

20 François Blanc, « Dieppe : la ville dont le « gardien » est une femme », Elle, n° 1353, 22 novembre 1971, p. 192-194.

21  Yves Lequin a en particulier travaillé sur ces figures de femmes célibataires au travail. Voir par exemple Lequin et Vandecasteele, 1990.

22 Le Métier de femme est le titre d’un ouvrage de Ménie Grégoire, journaliste à Elle, publié chez Plon en 1965.

23 Claude Le Roux, « Madame France 1968 : « J’aurais aimé être ingénieur en efficacité » », Elle, n° 1215, 31 mars 1969, p. 7-11.

24 Denise Dubois-Jallais, « Deux mères deviennent un romancier », Elle, n° 1342, 6 septembre 1971, p. 134-135.

25 Claude Le Roux, « Une vie de femme avec quelque chose de plus », Elle, n° 1372, 3 avril 1972, p. 4-7.

26 Christian Bretagne, « Travailler avec son mari », Elle, n° 1372, 3 avril 1972, p. 24-34.

27 Claude Le Roux, « Dickie des USA un an à Guéret », Elle, n° 1268, 6 avril 1970, p. 128-135.

28 Jean Duché, « Le prix des enfants », Elle, n° 1343, 13 septembre 1971, p. 5

29 Jean Duché, « Le choix des femmes », Elle, n° 1373, 10 avril 1972, p. 11.

30 Rose Vincent, « Voici pourquoi le plus beau métier de femme est en crise », Elle, n° 1351, 8 novembre 1971, p. 72-75.

31 Marcelle Ségal, « Courrier du cœur », Elle, n° 1351, 8 novembre 1971, p. 114. Marcelle Ségal tempère ensuite ce discours en disant que les mères trop présentes peuvent aussi être néfastes pour leurs enfants.

32 Pour Le Nouvel Observateur, voir par exemple l’article de Jacques Ozouf, « Les Français et le bonheur », Le Nouvel Observateur, n° 460, 3 septembre 1973, p. 37-47.

33 Fanny Deschamps, « Monsieur le ministre, ne nous protégez pas trop », Elle, n° 1038, 11 novembre 1965, p. 68-71.

34 Simone Mesnil-Grente, « Comment vivre la vie moderne. Travail », Elle, 4 mai 1967, n° 1115, p. 75.

35 Simone Mesnil-Grente, « Savoir prendre des risques calculés », Elle, n° 1365, 21 février 1972, p. 179-180. L’interviewée suit une formation continue dans la comptabilité.

36  « Le travail féminin : des situations, des emplois », Elle, n° 1365, 21 février 1972, p. 183.

37 Jean Duché, « Les fées Electricité », Elle, n° 1383, 19 juin 1972, p. 9. On retrouve « la plombière » dans les études réalisées pour l’enquête GMMP présentées ici ; cette figure féminine est donc présente dans les imaginaires depuis plus de quarante ans.

38 « La femme cette inconnue. Etes-vous pour ou contre le travail des femmes ? », Elle, n° 1199, 9 décembre 1968, p. 101-116.

39 Sur ces figures de pionnières, voir Rennes, 2007

40 « La femme cette inconnue. Choisir votre métier », Elle, n° 1205, 20 janvier 1969, encart p. 55 à 70.

41 Simone Mesnil-Grente, « Il y a de plus en plus de femmes qui font des métiers intéressants », Elle, n° 1246, 3 novembre 1969, p. 17.

42 Michèle Duby, « Les pièges et les abus du travail à domicile », Elle, n° 1307, 4 janvier 1971, p. 28-31.

43 « Les états généraux de la femme : et maintenant ? », Elle, n° 1315, 1er mars 1971, p. 33. Les Etats généraux de la femme se réunissent à Versailles, à l’invitation du magazine Elle, en novembre 1970. Ils rassemblent 350 déléguées et plus de 1500 femmes y assistent.

44 « Petites annonces : le travail a-t-il un sexe ? », Elle, n° 1317, 15 mars 1971, p. 94-95.

45 Agnès Maury, « La fin des inégalités de salaire entre hommes et femmes ? », Elle, n° 1374, 17 avril 1972, p. 158-162.

46 Christian Bretagne, « Histoire d’une souffre-douleur », Elle, n° 1325, 10 mai 1971, p. 22-25.

47 Jean Duché, « Ce vide qui nous menace », Elle, n° 1366, 28 février 1972, p. 4.

48 François-Henri De Virieu, « Le prix d’un Français », Le Nouvel Observateur, 30 septembre 1974, n° 516, p. 54.

49 Les publi-reportages sont des annonces prenant la forme d’un texte rédactionnel de reportage. Le journal Elle en publie très régulièrement, et signale le statut du texte en haut de page.

50 Bonbel est une marque de fromage du groupe laitier Bel.

51 Publi Informations, « Pour ou contre les femmes qui travaillent sans en avoir besoin ? », Elle, n° 1372, 3 avril 1972, p. 136-137.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Blandin, « Elle et le travail des femmes », Sciences de la société, 83 | 2011, 118-135.

Référence électronique

Claire Blandin, « Elle et le travail des femmes », Sciences de la société [En ligne], 83 | 2011, mis en ligne le 26 février 2016, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sds/2205 ; DOI : 10.4000/sds.2205

Haut de page

Auteur

Claire Blandin

Maîtresse de conférences en Histoire contemporaine, upec, crhec et chsp, blandin@u-pec.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals