Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Marlène Coulomb-Gully, Présidente : le grand défi. Femmes, politique et médias

Paris, Payot, 2012
Caroline Courbières
p. 161-162
Référence(s) :

Marlène Coulomb-Gully, Présidente : le grand défi. Femmes, politique et médias, Paris, Payot, 2012.

Texte intégral

1Le dernier ouvrage de Marlène Coulomb-Gully livre une étude minutieuse du regard que portent les médias sur les femmes candidates à la présidence de la République. Après avoir analysé la médiatisation télévisuelle des élections présidentielles de 1995 (La démocratie mise en scène. Télévision et élections, Paris, cnrs Communication, 2001), l’auteure étudie ici le processus médiatique de « coconstruction des identités des candidates » à partir des campagnes présidentielles de la Vème République. Le déroulement principalement chronologique du propos en trois parties (les campagnes de 1965 à 1981, celles de 1995 et 2002, celle 2007) nous amène à suivre l’élaboration de ces figures féminines construites au travers du prisme des médias. Pour ce faire, le corpus constitué embrasse quotidiens nationaux (Le Monde, Libération, Le Figaro), émissions télévisuelles (un chapitre distinct se consacrant aux Guignols de l’info), presse people (pour la campagne de 2002), et fictions télévisuelles mettant en scène des femmes présidentes (« Vérités de la fiction 2 »). Outre les épouses de candidats (« compagnes électorales ») ­– évoquées en début d’ouvrage puis de manière ponctuelle (lors des campagnes de 1974, 1981 et 2002) –, et les candidates à la campagne de 2012 – abordées en conclusion –, neuf femmes politiques sont donc précisément examinées : Arlette Laguiller (« la matrice androgyne »), Huguette Bouchardeau (la féministe « intellectu-elle »), et Marie-France Garaud (« la reine des abeilles »), toutes trois formant « la trinité pionnière » ; Dominique Voynet (« One of the Boys », Jeanne d’Arc ou « moderne Amazone »), Corinne Lepage (« la grenouille verte de Jacques Chirac »), Christine Boutin (« la pasionaria anti-pacs »), et Christine Taubira (« Vénus noire sous l’arbre à palabres ») pour les campagnes de 1995 et 2002 ; Marie-Georges Buffet (« moins féminine que féministe ») et Ségolène Royal (« un modèle inédit de féminité ») pour la campagne de 2007.

2L’approche sémiologique de ces portraits successifs met à jour les prétextes genrés sur lesquels se fabriquent les représentations médiatiques qui figent voire stigmatisent les femmes politiques, « toujours trop belles ou trop laides, probablement parce qu’elles sont toujours de trop dans cet univers masculin ». Reprenant la notion d’« identité stratégique » d’Annie Collovald, l’auteure relève la confrontation incessante des marqueurs féminins et masculins au détour des termes et figures de styles employés, du jeu énonciatif utilisé et des imaginaires convoqués par les médias, mais aussi des dires, de la voix ou des tenues vestimentaires des candidates. À ce titre, les quelques références faites à la mode – des « vêtements simples, ethos de gauche oblige » d’Huguette Bouchardeau, au « style BCBG » de Paule Ka pour Ségolène Royal, en passant par le tailleur Chanel, emblème de « la beauté bourgeoise classique » de Marie-France Garaud, « le style féminin classique des femmes politiques », ou la volonté populaire de « faire chic » d’Arlette Laguiller –, soulignent bien l’importance au sein de la vie publique de ce qu’Éric Landowski nomme « la modalité théâtrale de la présence ». Loin d’être simplement anecdotique, cette mise en scène de la (re)présentation renvoie à la question de l’incarnation ; la sémantisation du corps permet ici d’approfondir les rapports entre féminité et masculinité dans leur instrumentalisation médiatique. Le parcours interprétatif réalisé détaille méthodiquement le double combat que doivent livrer ces femmes pour exister dans ce « très masculin univers politique ». On voit ainsi comment le Genre opère à différents niveaux, à la fois en tant qu’argument ou contre-argument des discours médiatiques et des discours politiques, mais aussi comme objet de message dans sa représentation même.

3Bien que le travail d’analyse extrêmement serré souffre parfois de sa richesse même – (citations et références des sources systématiques, nombreux liens entre différents moments du développement, notes fouillées) –, il autorise cependant la saisie de chaque femme politique dans sa singularité et permet d’observer « la construction et les mutations de ces identités dans le temps » ; on lit par exemple la trajectoire inédite d’Arlette Laguiller, identité féminine jugée atypique dans le paysage politique des années 1970 accédant au statut de star vingt ans plus tard. Si l’un des intérêts de cet ouvrage est de montrer pourquoi le sexisme des médias, « fonctionne comme un piège dans la mesure où il finit par imposer sa grille de lecture et son cadrage », un autre réside dans le décryptage de ces identités dont la complexité ici dépliée semble dévoiler l’être sous les représentations, elles-mêmes aux prises du « monstre sous les mots ». Car le stéréotype, ici comme ailleurs, participe d’une « grille de lecture imposée par les médias [qui] est d’abord une grille d’enfermement… voire d’exclusion ». La fabrique de ces (re)présentations d’un féminin politique a priori dévalorisé ou illégitime se trouve démontée au travers du panorama méticuleusement composé de ces figures de femmes métamorphosées par le discours médiatique en femmes-figures. L’ouvrage se termine – ou plutôt s’ouvre – sur l’idée déjà avancée par Marlène Coulomb-Gully : celle d’une « érotologie (paritaire) du politique », c’est-à-dire sur « l’exigence d’une érotique fondée sur la redéfinition du Genre ». Programme d’envergure dans lequel s’inscrit « ce travail d’archéologie médiatico-politique » qui nous fait passer de l’autre côté de ces miroirs de sorcière érigés par la doxa médiatique et que les femmes politiques, ne pouvant fuir, tentent de dresser.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Courbières, « Marlène Coulomb-Gully, Présidente : le grand défi. Femmes, politique et médias », Sciences de la société, 83 | 2011, 161-162.

Référence électronique

Caroline Courbières, « Marlène Coulomb-Gully, Présidente : le grand défi. Femmes, politique et médias », Sciences de la société [En ligne], 83 | 2011, mis en ligne le 26 février 2016, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sds/2245

Haut de page

Auteur

Caroline Courbières

mcf hdr en Sciences de l’information et de la communication, lerass, Université Toulouse 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals