Skip to navigation – Site map

Une politique de la recherche – une expérience

A research policy, a pratice
Patrick Baudry
p. 12-23

Abstracts

Vice-president of the scientific concil of the University of Bordeaux Montaigne from 2009 till 2012, Patric Baudry testifies here of his commitments and of choices which he had to take in this situation. He shows the force of the speech administrator of the policies of national research and the choices made and locally applied He links the project carried by the team with which he was elected the list PAR (For another representativeness) and the realizations or the non-realizations during its mandate.

Top of page

Full text

1La politique de la recherche qui s’est mise en place à Bordeaux 3 entre 2009 et 2012, tient d’une volonté (celle qui s’était exprimée dans le programme d’une équipe) et elle est bien entendu liée à un contexte.

Un contexte et une volonté

2Ce contexte est, pour l’essentiel, celui d’une dotation globale qui succède aux dotations fléchées du ministère ; il est marqué par l’imposition d’un système d’évaluation généralisé, qui vise à hiérarchiser et distinguer selon une logique de classement les universités comme les enseignants-chercheurs. C’est le lien entre notation et dotation qui est également nouveau. La valeur scientifique des équipes peut s’énoncer quantitativement en euros. À proprement parler, cela n’est pas nouveau, car toutes les équipes de recherche ainsi que les UMR bénéficiaient bien entendu d’une dotation. Ce qui est nouveau, c’est que le chiffre soit mis en évidence et que le mode de calcul soit établi sur une base a priori « rationnelle », selon le « calcul » de la valeur de l’unité de recherche en fonction de critères permettant d’établir ses « performances ». Ce qui est nouveau, au fond, ce n’est pas l’arbitraire d’une dotation (deux équipes tout à fait semblables selon des critères qualitatifs et quantitatifs ont 10.000 euros de différence pour leur budget), mais la naïveté confondante d’une « norme » qui prétend établir le diagnostic d’une scientificité.

3Durant ces années, c’est encore une mentalité qui prévaut, relayée par des personnes du ministère et de l’AERES. On parle d’indicateurs, d’objectifs, on parle aussi de « bonnes pratiques ». Tout un vocabulaire se généralise qui vise à diffuser l’esprit d’une mutation, étant entendu que celle-ci est nécessaire. C’est notamment l’argument de la requalification des universités, et celui de leurs relations avec les écoles (mais il faut écrire les Écoles et comprendre que les sciences politiques de Bordeaux en ferait partie) et le monde socio-économique qui est mis en avant. Sur fond d’un soupçon – l’université n’a pas les compétences qu’elle devrait avoir – une aide à la modernisation est présentée. On dit que nombre d’universitaires sont bien convaincus qu’une page doit être tournée, que leurs établissements doivent se positionner de manière nouvelle, plus efficiente, plus ancrée dans le monde contemporain. On peut savoir que des idéologues veulent conserver des pratiques de recherche et d’enseignement qui desservent, en vérité, leurs propres intérêts. Les liens entre notation et dotation par le biais du comptage des chercheurs produisant ou encore la stratégie du grand emprunt, rebaptisé « initiative d’excellence », contraignent, dans les faits, à prendre un tournant. Les précédentes réformes des universités touchaient à des aménagements. Celles qui se sont mises en place ont directement visé leur fonctionnement. Données comme des progrès, éventuellement attendus par ceux qui n’auraient pas su les imaginer eux-mêmes, ces réformes s’assortissent de grandes réunions où l’on explique les bénéfices que l’on est en droit d’attendre, et d’une technicité dont il n’est pas, a priori, possible de discuter. Censée être neutre, tout en même temps qu’elle est présentée comme le mode d’emploi du progrès impératif, la nouvelle technique de la présidence des universités fonctionne en fait comme manière de provoquer les changements attendus. La gouvernance des établissements doit manier un nouveau langage. De nouveaux acronymes apparaissent. Des expressions sont dans toutes les bouches. L’adjectif « impacté » acquiert un emploi fréquent. On dit que l’on « consolide ». Il n’est pas mauvais non plus, au moment d’un tour de parole, de parler de « granulométrie ». On manipule de nouveaux outils (des « tableaux de bord » en toute occasion) et l’on entre dans la possibilité d’une variation des salaires avec des systèmes de prime générant discussions, tensions et éventuellement conflits.

4Il faut en fait se demander si l’expression « bonne pratique » n’est pas typique d’une pseudo-moralisation. C’est surtout une désorganisation au prétexte d’un changement, et une dérégulation au nom de la modernisation qui constituent des menaces d’autant plus fortes que les universitaires sont invités à participer activement à leur mise en œuvre, comme si étant acteurs de la réforme au lieu d’avoir à la subir, celle-ci devait redoubler en efficacité. Quand le discours de l’aliénation est repris par celui qu’il aliène, la technicité semble à elle seule organiser le monde. Il n’existe plus de distance entre l’agent promu comme acteur et un monde objectif dont il en vient à dire qu’il est le seul possible.

5L’équipe à laquelle j’ai appartenu, avait précisément comme volonté celle d’empêcher les sorties de route. Consciente d’une nouvelle donne et de nouvelles contraintes qu’il faudrait subir, nous avions comme but de résister le plus possible aux pressions « modernistes » et à l’impératif managérial. Nous avions également comme intention, dans la mesure du possible, de détourner le jeu des nouvelles règles. Au ministère comme à l’AERES, il était dit (ce qui semble de simple bon sens) qu’une politique scientifique suppose des choix. La technicité dans laquelle nous étions engagés, incitait en fait à des mesures sélectives dans une quête de « l’excellence ». En tant que vice-président, j’avais « le choix », m’a dit un expert de l’AERES, de diminuer le niveau de financement d’une équipe au profit d’une autre. Et, pourquoi pas, de privilégier une unité de recherche moins bien notée. Mon choix a été très clairement celui de ne faire aucun choix de la sorte et de défendre une stratégie collective. Je me rappelle aussi cette recommandation d’un autre expert : celle de « contrôler quotidiennement la présence physique des enseignants-chercheurs dans leur laboratoire ». Je me suis employé, sans y réussir suffisamment, à tenter de connaître le mieux possible les unités de recherche et mes collègues, leurs pratiques, leurs exigences et leurs qualités. Je me suis efforcé aussi de comprendre leurs points de vue, quand la politique scientifique mise en place leur semblait relever de l’effet d’annonce, d’une simple opération de communication, ou qu’elle leur paraissait ressembler étrangement à celle à laquelle elle était censée résister. C’est l’une des critiques les plus radicales qui a été portée à notre politique scientifique : qu’on oblige à se conformer à la procédure de la recherche par projet. Outre sa lourdeur, on critiquait le fait qu’en interne on impose des contraintes qu’il fallait déjà subir de la part de l’ANR notamment. Pour d’autres de mes collègues, mais ils étaient minoritaires, la logique de l’excellence devait s’imposer et il ne servait en rien de pratiquer une sorte de nivellement dans l’optique d’un égalitarisme.

6Avec le faible recul que je peux avoir en écrivant ces lignes, il me semble que nous étions de fait dans une sorte de contradiction : l’équipe politique réticente à la logique du projet, et opposée à celle-ci si elle devait se généraliser au point de devenir une norme, l’aura pourtant encouragée et finalement (on le verra plus tard) mise en place en interne. Au sein de notre propre université, la « pression » s’exerçait néanmoins de manière légère ; elle était canalisée par le souci de n’exclure aucune équipe et de rendre accessible une démarche qui, de fait, s’imposait de plus en plus.

7« Aller chercher l’argent ailleurs », c’est-à-dire trouver des financements au-delà de la dotation anciennement fléchée, tel est bien l’impératif. Une discussion pouvait ainsi s’engager entre des collègues refusant un tel devenir et invoquant une liberté de la recherche et d’autres pour qui la plainte relative à une diminution des crédits était mal venue quand elle émanait de personnes ne faisant aucun effort pour monter un dossier. La politique qui a été menée a consisté à encourager le montage de projets d’ANR par le financement de séminaires et surtout à contribuer financièrement de manière significative aux projets déposés à la Région. Ces projets soutenus par notre université ont en 2011 (et ce sera encore le cas en 2012) permis d’obtenir une somme quasi équivalente à celle du budget recherche de l’établissement. On ne peut certainement pas dire que ce résultat quantitatif (mais il s’agit aussi du soutien aux jeunes chercheurs sous forme de contrats doctoraux et de post-doc) suffise pour justifier la politique mise en œuvre. Mais il me paraît qu’on ne peut pas non plus ignorer ce résultat (comme celui de l’augmentation du préciput).

  • 1 Robert Boure fait mention de cette pratique dans le texte critique qu’il fait de l’évaluation de l’ (...)

8S’agissait-il de privilégier l’excellence ? La vision gouvernementale qui voulait s’imposer, faisait de cette qualité l’argument d’une exclusion. Au plan social, c’est une catastrophe que l’on produit. « L’ascenseur social » peut-il encore exister si les moyens financiers accordés aux meilleurs justifient que les « petites universités » n’aient plus d’autres moyens que ceux de la reproduction de leur « petitesse » ? Nous avions de l’excellence une autre conception. Celle d’une exigence collective, générant des pratiques collégiales et solidaires. Par ailleurs, que penser du classement établi par l’AERES ? On verra dans la suite de cet article où je cite largement des extraits des textes de la politique scientifique de Bordeaux 3, que ce classement est souvent mis en avant. Comment ne pas le faire, puisqu’il nous était favorable ? En même temps, je n’en étais pas dupe. L’équipe présidentielle s’était battue pour tirer son épingle du jeu dans cette logique, mais cela ne signifiait pas pour autant qu’elle en épousait l’idéologie. Si tel avait été le cas, alors nous aurions pu décider que seules pouvaient prétendre à destin régional, national ou international des unités de recherche classées « A+ »1.

Un programme et sa mise en œuvre

  • 2 « Pour une Autre Représentativité », liste regroupant des collègues candidats aux différents consei (...)

9Je citerai ici les principaux points du programme de la liste « PAR2 », en le ponctuant de quelques commentaires.

« La recherche doit être située au cœur de la vie universitaire ; elle doit être comprise comme le support principal de l’identité de l’université et en assurer la visibilité aux niveaux national et international. Plus que jamais, en cette période où chaque université devra lutter pour préserver sa place dans un contexte régi par une concurrence accrue entre établissements, le conseil scientifique de l’université doit redevenir le lieu d’élaboration réfléchie, concertée, d’une politique de recherche entendue comme élément vital de l’identité et de la force de l’université. Le conseil scientifique doit être un organe de pilotage et de prévision, visant à construire un projet d’avenir autour d’axes forts [...] : les ressources et les compétences de notre université ; les partenaires les plus directs de l’université au sein du PRES (MSHA, CNRS, autres universités, IUFM) ; les institutions impliquées dans l’orientation de la recherche aux niveaux régional, national et international (Conseil régional, ANR, programmes européens). La question de la recherche dans les universités de sciences humaines et sociales, particulièrement à Bordeaux 3, doit être posée à partir d’un constat, général et local, en prenant en compte, dans le contexte lié à la loi LRU, des mutations prévisibles et en dressant un bilan des fonctionnements passés. »

10Le programme veut ainsi donner à la recherche toute sa place. Cet objectif, qui peut sembler une pure évidence, est lié au contexte (local et national) que j’ai évoqué plus haut. La volonté de la liste PAR était de se démarquer dans ce contexte qui faisait notamment planer, sur les enseignants-chercheurs déclarés « non-produisant », le risque d’une modulation de service à la hausse. Ce programme scientifique prône un « un fonctionnement éthique » autour de trois engagements :

« 1- Cesser de réduire le conseil scientifique à une instance réunie a minima pour gérer le saupoudrage du bonus qualité recherche (BQR), les aides aux centres de recherches, aux équipes émergentes, les soutiens aux revues. Il ne doit plus être cette instance où les primes ou promotions des chercheurs de rang A sont attribuées sans discussion transparente ni critères nets déterminés collégialement, mais à partir de dossiers présélectionnés par des commissions dépourvues de légitimité. L’activité scientifique de l’université doit cesser d’être gérée à court terme en fonction de logiques administratives sans vision politique globale. Désormais, le conseil scientifique se réunira régulièrement, autant de fois que nécessaire pour réfléchir à l’orientation et à la structuration de la politique de recherche de l’université. Il aura aussi pour mission, à partir d’un état des lieux, de faire émerger des axes de recherche notamment au moment de la préparation du contrat quadriennal, préparation qui devra s’envisager bien en amont. Ce travail devra s’effectuer en concertation avec les responsables d’équipes ainsi que les membres du conseil de l’école doctorale.

2- Attribuer les primes et les promotions relevant de la compétence du conseil scientifique en fonction de critères préalablement débattus et définis en concertation avec les directeurs d’équipe. Ces critères seront affichés. Le travail préparatoire sera effectué par des sous-commissions internes au conseil.

3- Engager au sein du conseil scientifique une réflexion sur le montant et l’affectation du BQR. Une proportion de ce BQR sera affectée au fonctionnement des équipes. Une part importante sera allouée à des projets innovants, émergents hors des équipes déjà constituées. »

11Les arguments d’un tel programme en disent sans doute suffisamment long sur les divergences qui opposaient des listes et sur les reproches faits à une équipe sortante, ou plus précisément à un mode de présidence. Ces reproches portent sur sa faible capacité a priori à résister aux mutations qui s’engagent et sur sa gestion peu imaginative des procédures de recherche. Des équipes peuvent être prises en compte au plan de leur propre logique, mais la pensée d’une logique d’établissement n’existe pas. Or, c’est l’émergence d’une telle logique, comprise comme une stratégie de résistance à des menaces, qui nous paraît nécessaire. Ce ne sont pas quelques favoritismes qui inquiètent le plus. Mais l’espèce d’inertie qui semble dominer au moment même où il semble urgent de s’organiser.

12En matière de politique de recherche, le programme de la liste PAR visait également à faire évoluer le rôle du conseil scientifique en relai avec l’école doctorale et à conforter les équipes de recherches reconnues par les pairs, tout en renforçant leur lisibilité autour d’axes transversaux stucturants :

« 4- Le conseil scientifique de l’Université devra, en articulation avec l’école doctorale et les partenaires de l’université, en s’appuyant sur des structures et services transversaux efficaces, accompagner, coordonner et orienter une dynamique de recherche volontariste, forte et lisible, en concertation attentive et constante avec les acteurs de l’université. Cette politique profitera à l’ensemble des enseignants-chercheurs : nous sommes opposés à une réforme des statuts impliquant que la qualité de chercheur puisse être demain refusée à certains. La spécificité forte de l’université, reposant sur l’articulation entre enseignement et recherche, doit être préservée. L’affaiblissement du rôle de la recherche ne nuirait pas seulement à quelques-uns ; elle participerait d’un discrédit global porté sur les établissements d’enseignement supérieur, en remettant en cause l’originalité de leur mission.

5- Conforter, dans le respect de la singularité de chacun, les UMR et les équipes d’accueil, lieu d’insertion immédiate des doctorants et des collègues nouvellement recrutés dans le tissu local de la recherche. Parallèlement, des axes transversaux forts rassemblant des chercheurs venus d’équipes différentes, contribuant à la définition et la visibilité de notre spécificité en tant qu’université, doivent être encouragés, soutenus et développés, politiquement et financièrement. »

13Le programme de la liste « PAR » visait également à se doter d’outils et des moyens nouveaux en matière de pilotage, de communication et d’infrastructures de recherche :

« 6- Installer un comité de pilotage scientifique, chargé d’une mission d’état des lieux et de prospective, sera constitué, à l’initiative du président et du VP recherche, réunissant des représentants du conseil scientifique de l’université, de l’école doctorale, de la MSHA, du CNRS, du bureau scientifique du PRES, du Conseil régional, pour communiquer au conseil Scientifique des orientations stratégiques. »

14Ceci n’a jamais été mis en place. La commission de la recherche jouant dans les faits ce rôle, sans qu’il soit besoin de diminuer sa légitimité en la « redoublant ».

« 7- Renforcer le service administratif « Revaled ». Il sera préservé et conservé aux services centraux et dirigé par un enseignant-chercheur. Le pilotage de la recherche sur les axes transversaux ne saurait en effet s’effectuer à l’échelle des UFR. Par ailleurs, le service Revaled, très efficace dans l’aide à l’organisation d’événements scientifiques pour les petites et moyennes équipes, doit jouer plus pleinement son rôle de cellule de veille d’informations et d’aide au montage de dossiers sur appel d’offre (Région, ANR, projets internationaux). Il doit aussi jouer un rôle de valorisation à destination de la presse, des partenaires culturels, des étudiants, du grand public. La recherche doit enfin disposer d’une vitrine (site internet) constamment actualisée de la vie des équipes. Cette mission nécessite le recrutement de personnels qualifiés en ce sens. »

15Je reviendrai plus loin sur les modifications apportées à ce service. Nommé « Revaled » par la précédente équipe, nous aurons à cœur de le rebaptiser « service » puis « direction de la recherche ».

« 8- Faire bénéficier l’école doctorale, au sein de Revaled, d’une autonomie administrative. Elle sera dotée d’un secrétariat spécifique. Les activités telles que les séminaires inter-universités et les journées de la recherche seront encouragées et développées dans le cadre du PRES ».

16L’évolution de l’école doctorale aura été un fait remarquable. Ce qu’il faut souligner, ce n’est pas seulement son dynamisme sous l’impulsion d’un directeur très compétent, mais surtout l’amélioration considérable des relations entre cette école doctorale et les unités de recherche. Celles-ci peuvent en effet voir dans celle-là une sorte d’instance concurrente, portant atteinte à leur autonomie de fonctionnement. C’est toute l’ambigüité d’une politique transversale de recherche : qui s’appuie sur les compétences des équipes, mais qui peut être perçue comme une remise en cause de leur périmètre. De manière plus générale, l’on peut dire qu’une politique de type interdisciplinaire, parfois plus incantatoire que réellement mise en œuvre, peut participer d’un affaiblissement des unités de recherche si la mise en avant de thématiques communes tend à faire disparaître les spécificités des compétences et, non pas seulement la différence, mais la divergence des pratiques de recherche. On lève peut-être une telle ambiguïté si l’interdisciplinarité qui se met en place, vient au service de la « disciplinarité » des doctorants et des enseignants-chercheurs.

« 9- Lancer le projet d’une maison de la recherche et de l’école doctorale qui sera présenté au prochain contrat de Plan État-Région. Il s’articulera avec la politique de réaménagement du campus telle qu’elle est exposée dans nos engagements sur la Vie à l’Université. Cette Maison devra disposer d’infrastructures permettant d’accueillir conférences et colloques et tout événement organisé à l’adresse des doctorants. Doctorants et docteurs pourront y trouver une logistique leur permettant d’accéder aux ressources rendues disponibles par les « cellules de transferts », autrement dit écloseries d’entreprises. Cette maison de la recherche et de l’école doctorale hébergera le service Revaled, le secrétariat de l’école doctorale, et les équipes d’accueil. Elle permettra la tenue annuelle d’événements scientifiques à l’adresse du grand public, en partenariat avec des institutions culturelles (musée, bibliothèque, cinéma, associations, etc.). Ce bâtiment, doté d’une cafétéria et de structures d’hébergement de chercheurs étrangers, devra aussi être, dans sa conception et sa réalisation une vitrine de l’innovation en matière d’architecture et de haute qualité environnementale ».

17Nous avons pu annoncer le soutien financier du Conseil régional d’Aquitaine pour la réalisation de cette maison. Mais il n’est pas aujourd’hui certain que les travaux puissent s’engager dans les délais prévus. Il faut surtout souligner que cette maison, souhaitée par des équipes d’accueil qui ne possèdent pas de locaux propres, aura pu être considérée avec certaines suspicions. Pour certaines de ces équipes, ladite maison serait de toute façon trop étroite. Elle bénéficierait surtout à la direction de la recherche. Et elle ne serait au mieux qu’une sorte de vitrine. En comparaison de la maison de la recherche de Toulouse, il est en effet évident que les moyens en mètres carrés ne seront pas du tout du même ordre. Mais les enjeux, qualitatifs, sont ceux d’un rapprochement des personnels administratifs avec les enseignants-chercheurs et d’une plus facile collaboration de ceux-ci pour élaborer des projets communs.

Un bilan

18La politique de la recherche dans notre université entre 2009 et 2012, aura été marquée par l’accomplissement de grands changements. Nombre de ces changements étaient annoncés dans le programme de la liste « PAR » (journées de la recherche, visibilité donnant lieu à des axes prioritaires, restructuration du service de la recherche, par exemple). Une telle volonté politique ne peut être isolée d’un contexte dont elle dépend évidemment et qui a été évoqué. Sa force était de ne pas se situer en une pure dépendance d’un contexte subi (fin des crédits fléchés et passage à la dotation globale, prise en compte du nombre des « produisants » dans le calcul de la dotation générale de fonctionnement), mais de se porter vers une exigence de qualité qui protège la singularité des unités de recherches et de chaque enseignant chercheur. La politique interne de la recherche devait aussi se penser dans une relation au site bordelais et aquitain. À ce sujet, il faut rappeler que l’équipe présidentielle sortante héritait de dossiers à mince épaisseur et d’une réputation peu favorable.

19Enracinée dans les champs scientifiques des arts, lettres, langues et sciences humaines et sociales, l’université Michel de Montaigne Bordeaux 3 (avec 13 unités de recherche sur 15 (classées en A et A+) bénéficiait d’un potentiel scientifique de qualité. L’ambition de la politique scientifique, entre 2009 et 2012, aura été de marquer l’identité de l’université en affirmant ses différences et ses spécificités. Le principal objectif a été de structurer les activités scientifiques et de renforcer ainsi la place de Bordeaux 3 dans le paysage régional, national et international.

  • 3 Sachant que l’expérience d’un projet Région peut être le prélude à un projet ANR, notre intention e (...)

20Les objectifs de la politique que j’ai conduite en tant que VPCS sont les suivants : i) réduire l’auto-exclusion qui continue d’être constatée dans le cadre des candidatures aux AAP Région et ANR ; ii) aider les équipes à soumettre des projets Région et/ou ANR3 ; iii) inciter les équipes à expliciter leur démarche scientifique sans limiter l’expression de leur travail de recherche à la citation de colloques et de publications ; iv) favoriser une interconnaissance des logiques scientifiques des équipes et provoquer un intérêt pour une discussion interdisciplinaire débouchant sur des stratégies concertées dans le cadre de la conférence des directeurs d’unités de recherche, de la commission de la recherche et du conseil scientifique, qui sont réunis une fois par mois ; v) inciter les équipes à faire connaître les résultats de leurs recherches (à cet effet, est notamment prévu un bilan des activités des équipes) en visant le renforcement de partenariats avec le monde économique et social, par des actions de valorisation.

21Les résultats sont assez faciles à apprécier. Ils se traduisent par des changements dans les 7 domaines suivants :

  1. une restructuration du service de la recherche devenue une direction de la recherche. Derrière le changement de vocabulaire, il faut comprendre que s’est accomplie une mutation réelle de la vie en interne de ce service et un changement radical de ses relations avec les enseignants-chercheurs et les unités de recherche. Naguère une information sur les thèses soutenues et les colloques. Aujourd’hui une veille digne de ce nom, une information régulière par voie électronique des appels d’offre, des réunions, des mails aux directeurs d’unité et à « tous enseignants ». Aujourd’hui aussi une assistance à l’ingénierie de projet. Ce changement s’est matérialisé par des progrès quantifiables : l’augmentation du préciput et une hausse de la dotation de la Région dans le cadre de ses appels à projets depuis 2009 ;

  2. un passage de la logique de saupoudrage du BQR (répartition de petites sommes) aux PSE (projets scientifiques d’établissement), ce qui a permis de mieux doter des projets ambitieux. La régulation de ces PSE a fait l’objet de concertations nombreuses et régulières, impliquant la conférence des directeurs d’unités de recherche réunie une fois par mois, la commission de la recherche et le conseil scientifique pour une vision et des décisions budgétaires collectivement décidées ;

  3. un usage du préciput venu de l’ANR (la précédente équipe s’était contentée de le thésauriser) avec la règle d’affectation suivante : 30 % du préciput vont à l’équipe du porteur de projet, 70 % à l’établissement. Pour l’établissement cette règle introduit une certaine souplesse budgétaire pour la politique de la recherche : le préciput permet des provisions, donc une souplesse budgétaire. La politique ainsi défendue avait un but précis : composer avec la règle des non-reports et permettre à des projets d’envergure de se construire au-delà d’une annualisation forcée ;

  4. l’instauration de journées de la recherche (les « Transverses »), favorisant, dans une ouverture aux autres universités du site bordelais, une mise en commun des travaux, des objets de recherche, des méthodologies, des problématisations. Cette transversalité (plus qu’une pluri ou interdisciplinarité,) visait la mise en partenariat d’équipes et la définition de programmes qui identifient Bordeaux 3. L’enjeu n’était pas seulement de renforcer une réputation, mais bien plus concrètement de pouvoir être sollicités par d’autres établissements dans le montage de projets ;

  5. la définition d’axes prioritaires (« environnement, nature, ville » et « mobilités, hybridations, identités plurielles ») à vocation fédérative et la nomination d’animateurs de ces axes. Ces axes issus de discussions en conseil scientifique ont pu être perçus comme des définitions arbitraires d’une politique scientifique d’établissement, vécue elle-même comme une concurrence par rapport aux programmes des équipes. Aujourd’hui, ils peuvent être considérés comme ce qu’ils ont à être, et ce pour quoi ils ont été conçus : non pas des cadres qui figeraient des activités, mais comme des supports à des rapprochements profitables, à des possibilités d’invention, à des logiques d’émergence. La thématique du genre, les questions liées à la ville et à l’environnement constituent aujourd’hui des pistes de programmation. Il convient de souligner que ces axes n’ont jamais été construits pour réduire les marges de manœuvre des équipes, mais pour renforcer les capacités des unités de recherche. Les nouveaux liens tissés depuis la direction de la recherche (où le vice-président du conseil scientifique a quotidiennement été présent) avec les chercheurs et les enseignants-chercheurs, ont permis d’aller dans ce sens ;

  6. l’implication dans des pôles d’excellence dans le cadre du programme « Investissements d’Avenir ». L’excellence en archéologie s’illustre notamment au travers de l’interface entre les équipes AUSONIUS (Institut de Recherche sur l’Antiquité et le Moyen-Age) et IRAMAT (Institut de Recherche sur les Archéomatériaux) de l’université Bordeaux 3 et l’équipe PACEA de l’université Bordeaux 1, dans le laboratoire d’excellence « L’usage du monde par les sociétés anciennes : processus et formes d’appropriation de l’espace sur le temps long – LaScArBx », (Labex). Par ailleurs, le projet « Digital Humanities » piloté par l’EA MICA (Médiations, Informations, Communication, Arts) associe des UMR des établissements du site bordelais avec pour objectif le développement d’outils numériques pour la recherche en sciences humaines et sociales, dans le cadre du projet d’initiative d’excellence (Idex) ;

  7. un renforcement de l’école doctorale « Montaigne Humanités ». Cette école dont la qualité, tant en termes de gouvernance que d’adossement scientifique a été soulignée par l’AERES, favorise une interdisciplinarité aujourd’hui nécessaire pour la consolidation des connaissances disciplinaires des docteurs et pour favoriser leur entrée dans le monde du travail. En plus de formations proposée par cette École, des soutiens ont été apportés aux initiatives des doctorants pour qu’ils soient eux-mêmes les organisateurs d’ateliers de recherche. L’École Doctorale a notamment pour objectif le développement d’outils de communication et de promotion des doctorants. La revue Les Essais, dont le premier numéro a paru en octobre 2012, constitue une réalisation concrète de cet objectif. Elle témoigne d’un esprit critique à distance du savoir clos et du propos de mode. L’université qui se nomme à présent « Bordeaux Montaigne » (et non plus Bordeaux 3) tient ainsi à marquer sa différence d’avec les logiques quantitatives qui voudraient mesurer l’importance des métiers de connaissance. Cette revue marque aussi l’alliance féconde des arts, des langues et des lettres avec les sciences humaines. En partenariat avec nombre d’universités, dont celles bien entendu de la « nouvelle université de Bordeaux » (anciennement Bordeaux 1, 2 et 4), Bordeaux Montaigne affirme une singularité. Un collègue des sciences dites dures me disait un jour son étonnement que l’on puisse encore faire des études sur Louis XV. Un autre, plus innocent sans doute qu’agressif, me disait : « nous avons un avantage sur vous : nous, on ne se trompe pas ». On conviendra sans doute que l’accumulation d’erreurs n’est guère profitable à une réputation. Mais la politique scientifique que j’ai présentée ici, imparfaite par bien des aspects, visait à défendre, avec toute la rigueur nécessaire et en rappelant la modernité de Montaigne, le caractère processuel d’une pensée en mouvements.

Top of page

Notes

1 Robert Boure fait mention de cette pratique dans le texte critique qu’il fait de l’évaluation de l’AERES : De l’évaluation collégiale à l’évaluation à dominante gestionnaire – Le cas de l’AERES. Communication et Organisation, n° 38, décembre 2010, 60.

2 « Pour une Autre Représentativité », liste regroupant des collègues candidats aux différents conseils de l’établissement.

3 Sachant que l’expérience d’un projet Région peut être le prélude à un projet ANR, notre intention est d’habituer les équipes à la pratique du projet, et, à partir d’un cadre réglementaire qui demeure encore peu contraignant, de les initier à une telle démarche.

Top of page

References

Bibliographical reference

Patrick Baudry, « Une politique de la recherche – une expérience », Sciences de la société, 93 | 2015, 12-23.

Electronic reference

Patrick Baudry, « Une politique de la recherche – une expérience », Sciences de la société [Online], 93 | 2015, Online since 01 June 2016, connection on 17 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/sds/2286 ; DOI : 10.4000/sds.2286

Top of page

About the author

Patrick Baudry

Professeur de sociologie, Université Bordeaux Montaigne, MICA, Bâtiment MSHA, 10 Esplanade des Antilles, 33607 Pessac cedex.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals