Skip to navigation – Site map

Produire de la connaissance avec les amateurs. La recherche comme dispositif de médiation sociale et culturelle

Producing knowledge with amateurs. Research as cultural and social mediationProducir conocimiento con los aficionados; la investigación como dispositivo de mediación social y cultural
Émilie Da Lage and Michèle Gellereau
p. 56-77

Abstracts

The article gives an account of research projects by contract, in the field of culture and heritage. These projects take seat in a reflection on the research methods in information-communication sciences and in the deepening of the concepts of mediation and amateur. Our goal is twofold. This is driving a reflection on the articulation between the epistemological and methodological fondations of research. It is also highlighting the political and ethical implications of researches on the amateurs pratices when the projects are financed by public institutions. These researches aim at developing original scientific methods based on experiments of modes of mediation which engage the reflexivity of all the actors concerned (enquiring, institutions, amateurs). The importance of research frameworks for building common goals between researchers, institutional actors and surveyed at each stage of the research under contract is put in obviousness. We also insist on the interest to exceed the studies sectorizing the cultural experiment, even though we underline the difficulties of understanding how the whole of these experiments are articulated in original and historically located configurations that shape our social world.

Top of page

Full text

  • 1 Sur le rôle des industries culturelles et créatives dans la production d’un discours et de disposit (...)

1Depuis plusieurs années nous travaillons dans différents contextes de recherche avec des personnes qui manifestent un intérêt et un attachement particulier pour un domaine culturel. Grands amateurs d’Opéra, habitants attachés à leur quartier, collectionneurs d’objets de guerre, tous nous ont guidées à travers les pratiques, les savoirs, les lieux de leur passion. Cette capacité des amateurs à partager leurs attachements(Gomart, Hennion, 1998) a contribué en retour à un attachement de notre part pour la recherche auprès et avec les amateurs. Ce domaine de recherche connaît en sciences sociales un développement important (Donnat, 2009, Le Guern, 2009). Cette constellation de recherches est marquée par différentes lignes de fractures théoriques et méthodologiques, mais sa vitalité participe à montrer l’importance qu’ont prise les passions ordinaires (Bromberger, 1998). L’ensemble de ces recherches insiste également sur la capacité des amateurs à faire preuve d’une réflexivité qui n’est plus le seul apanage du chercheur mais une caractéristique et une condition des pratiques amateurs contemporaines. Enfin, cet intérêt de la recherche pour les amateurs résonne avec un discours social valorisant l’engagement et la figure du fan1, et avec des pratiques institutionnelles d’ouverture vers les amateurs, collectionneurs et militants(Da Lage, 2008). Nos propres recherches en sont le reflet, puisque plusieurs d’entre elles sont le fruit de contrats de recherche, passés par différentes institutions pour mieux comprendre et valoriser le savoir des « amateurs ». Dans ce contexte, la place de la recherche et son rôle social, les modèles théoriques et les pratiques qu’elle mobilise nous sont apparus comme importants à questionner.

2Chercheures en science de l’information et de la communication (Sic), nous traiterons donc dans cet article de « recherche sur projet » en revenant sur des expériences de projets qui prennent place dans une réflexion de fond sur les méthodes de recherche en Sic et l’approfondissement de notions – comme celle de médiation et d’amateur – qui sont au cœur de nos recherches. Nous prendrons l’exemple de deux recherches collectives, pour nous « au long cours », sur la question de la médiation de la visite guidée et du rôle des amateurs, nourries d’une part par des travaux individuels et collectifs au sein de notre laboratoire, de la Maison Européenne de Sciences de l’homme et de la Société (MESHS Nord-Pas-de-Calais) et d’autre part, par ce que nous pourrions désigner comme une capitalisation de recherches successives, allant dans un même sens, celui de la réflexion et la construction de dispositifs de médiation du patrimoine. Notre objectif est de montrer l’articulation entre les fondements épistémologiques et méthodologiques de la recherche, mais également les implications politiques et éthiques des recherches sur les pratiques amateurs lorsqu’elles s’inscrivent dans le cadre de projets commandités par des institutions publiques.

3Depuis une perspective communicationnelle nourrie par les analyses développées en sociologie des sciences, nous voudrions montrer l’importance des cadres de recherche permettant de construire des objectifs communs entre chercheurs, acteurs institutionnels et enquêtés à chaque étape de la recherche sous contrat. Dans la perspective ouverte par Susan Leigh Star, la recherche par projet est en effet pour nous d’abord une occasion de penser l’activité coopérative par-delà les frontières entre mondes hétérogènes, et d’en saisir les « intersections » par-delà l’exigence de consensus. Pour faire comprendre notre propos, nous décrirons les négociations et démarches méthodologiques menées dans deux projets de recherche contractualisés avec une collectivité territoriale elle-même pilote dans le cadre de Projets Interreg financés par le FEDER (Fonds européen de développement régional). Ensuite, nous reviendrons sur le postulat de réflexivité des amateurs pour engager une réflexion sur les modalités de son expression et les possibilités méthodologiques d’en faire une ressource pour l’enquête afin de mener une réflexion plus large sur les possibilités de travailler en recherche avec les enquêtés à la formalisation d’un discours scientifique sur leurs pratiques ainsi que sur les cadres de sa publicisation.

La contractualisation comme opération de médiation

4L’expérience que nous exposons repose sur un ancrage de la recherche dans des recherches publiques territorialisées et la construction de relations de travail avec des responsables de musées, de services patrimoniaux des collectivités ou d’associations. Elle s’est aussi nourrie de la diffusion de nos démarches de recherche, de nos résultats à chaque étape dans des séminaires ou réseaux regroupant chercheurs, professionnels, acteurs associatifs. L’approfondissement de nos réflexions sur plusieurs années (globalement de 2003 à 2013) a été possible grâce à la continuité des partenariats, fondés sur une base d’intérêts communs.

Un objet de recherche construit...

5Les deux auteures de l’article ont développé depuis la fin des années 1990, de manière indépendante mais en multipliant les espaces de discussion, des travaux sur les pratiques culturelles, notamment sur la construction du récit de la visite guidée, sur les collections de disque, travaux au sein desquels les questions de la médiation et du rôle des dispositifs de patrimonialisation sont travaillées. Pour l’une comme pour l’autre, nos pratiques de recherche universitaire et d’enseignement se sont forgées en interaction avec un certain engagement auprès d’associations culturelles travaillant sur ces questions, la participation à des séminaires organisés sur ces thématiques par diffé­rentes institutions. Ce sont dans ces occasions de formation « d’espaces réflexifs, collectifs et critiques » (Le Marec, 2013a, 34) faiblement institutionnalisés et peu visibles, que se sont créées les conditions d’élaboration d’une perspective commune sur la manière dont les pratiques amateurs pouvaient nourrir le travail des institutions muséales et mémorielles ainsi que le travail de recherche scientifique en sciences sociales.

6Ce préambule permet de comprendre comment ces recherches sous contrat sont, en partie, nées de rencontres avec des acteurs institutionnels animés des mêmes préoccupations sociales que nous. Précisons également que les institutions culturelles et territoriales travaillent régulièrement en lien avec les universitaires et que certains de leurs services animent la recherche. Ceci permet une base de négociation relativement aisée, même si, nous le verrons, les négociations concrètes continuent tout au long du projet sous des formes plus complexes. Nous reviendrons dans chacun des exemples sur la manière dont nous avons construit notre objet de recherche en lien avec nos partenaires et dans des échanges constants au sein d’espaces de recherche construits dans des partenariats entre l’université, les collectivités ou institutions (MESHS, Groupements d’intérêt scientifiques, etc.).

7Nous prendrons deux exemples de travaux qui, s’ils sont indépendants, bénéficient d’une même base de modalités de commande et de construction de terrain, il s’agit de projets Interreg avec le même partenaire institutionnel comme chef-de-file. Pour le premier exemple, le projet Interpréter la ville, paroles et interprétation des habitants (2004-2005) et pour le deuxième le projet TEMUSE 14-45 (2011-2013), les commanditaires sont, d’une part une association soutenue par le Département du Nord (le CAUE, Conseil d’Architecture, d’Urbaniste et d’environnement du Nord) et d’autre part, la Direction de la Culture du département du Nord (Musées thématiques). Ces deux projets Interreg, Septentrion, de la ville forte à la ville durable – et Transmussites 14-45 (Mise en réseau des musées et sites des deux Guerres mondiales en Nord-Pas-de-Calais et Flandre occidentale belge), se développent dans des cadres de programmes transfrontaliers pilotés par le Département du Nord-chef-de-file. Ils préco­nisent des démarches d’accompagnement des acteurs culturels, associatifs et institu­tionnels et le développement d’expérimentations. Dans un cadre où l’indépendance scientifique de la recherche est tout à fait souhaitée, où le projet contractualisé est négocié, les chercheurs sont donc invités à collaborer avec des acteurs pour produire de nouveaux espaces de réflexion ou de nouvelles démarches, dans une dynamique de développement territorial.

8Ces deux expériences se sont succédé et ont permis un approfondissement du travail sur l’analyse de dispositifs de médiation par les amateurs et de construction de dispositifs de médiation patrimoniale valorisant les capacités des amateurs à enrichir le patrimoine.

... et un cadre négocié

9Le cadre du projet Interreg IIIb Septentrion, de la Ville forte à la ville durable, dans lequel un responsable du CAUE nous propose de travailler, est propice à une réflexion sur les dispositifs de médiation : « Son ambition est de concevoir un modèle vivant, évolutif et transférable de la ville durable, fondé sur la valorisation et l’appropriation par les habitants de leur patrimoine monumental, naturel et immatériel » (site internet : <Septentrion.ne>). Le CAUE, qui intervenait dans ce programme pour le développement d’un centre d’interprétation, souhaitait un regard sur ses propres propositions de visites visant à l’appropriation du patrimoine en reliant pratique photographique et visite guidée par un questionnaire. Il souhaitait par ailleurs travailler avec un centre de recherches en communication pour réfléchir aux outils de médiation. Quant à nous, nos compétences nous permettaient de proposer un regard sur leurs pratiques ainsi qu’une analyse d’autres possibilités. Inclus dans le projet global, nommé « Interpréter la Ville – Paroles et interprétations des habitants », le principe négocié de notre recherche a donc été de rechercher des modes de médiations pour impulser un centre d’interprétation visant à une « meilleure » « appropriation » de la ville par les habitants, notamment en les positionnant, par la recherche, comme acteurs de l’interprétation du patrimoine de leur ville.

10Si la négociation sur les textes de cadrage s’est faite assez rapidement, notre position de chercheur a dû être régulièrement expliquée et discutée, parfois avec nos commanditaires directs, et surtout dans les réunions du réseau auxquelles nous étions tenues de participer. Les commanditaires travaillaient également avec des sociologues dans la mise en place de « focus group » et avec des agences d’ingénierie. Moins directement opérationnel, notre cadrage théorique à partir de la question de l’espace public et de l’amateur ainsi que notre attention aux dispositifs de médiation par la visite guidée pour comprendre le monde des habitants a dû être plusieurs fois explicité. S’il y avait accord sur le fait que nous ne devions pas être dans l’opérationnel mais dans la compréhension des pratiques et dans l’expérimentation, le souhait d’avoir des méthodes immédiatement saisissables animait certains partenaires pour qui la médiation, forcément éducative, ne nécessite pas d’étape de compréhension des pratiques des « publics ». Par ailleurs le temps très court du contrat imposé par le cadre global – un an, rédaction de rapport incluse –, et les délais de la mise en place nous ont à la fois amené à réduire le champ d’action en ciblant très vite une seule focale, la visite et non plusieurs, et à nous limiter à 3 terrains d’expériences.

  • 2 Soulignons que cette responsable est également chercheuse en histoire de l’art et participe à l’ani (...)
  • 3 Extraits de l’annexe technique au contrat de recherche.

11Le projet TEMUSE 14-45, « Valoriser la mémoire des témoins et des collectionneurs d’objets des deux Guerres mondiales : médiation, communication et interprétation muséales en Nord – Pas-de-Calais et Flandre occidentale », est, comme le précédent intégré à un projet Interreg (ici Transmussites 14-45, mise en réseaux des musées et sites des deux Guerres mondiales). Il y a eu donc, pour nous, à la fois continuité et évolution avec l’expérience précédente. Une continuité dans nos recherches sur le rôle des amateurs dans la construction patrimoniale, la visite guidée comme pratique de médiation à laquelle s’est ajoutée une réflexion sur le rôle de l’audiovisuel dans la recherche, a été rendue possible dans la négociation du projet avec la responsable du suivi du projet cadre, qui avait apprécié notre recherche précédente, et nous a donc sollicitées pour ce projet2. Le but est de contribuer à la mise en réseau des musées et sites en développant les objectifs suivants : i) « travailler à la prise de conscience avec les collectionneurs, conservateurs ou animateurs de l’importance des enjeux de la valorisation collective des connaissances des collectionneurs et témoins dans un contexte muséal » ; ii) « sauvegarder les connaissances et les savoirs détenus par les collectionneurs sur leurs collections d’objets de deux guerres » ; iii) « capitaliser et valoriser les témoignages de collectionneurs comme matériau de médiation et d’interprétation dans le cadre de la mise en réseau3 ».

  • 4 Six collègues de GERiiCO, 3 collègues d’un autre labo SIC De Visu, collaborations avec des chercheu (...)

12Une évolution importante par rapport au travail précédent a été celle du format du projet. Celui-ci est en effet beaucoup plus long (3 ans 1/2), les partenaires plus nojueName" conteappe bpartenaires plt d/abstr("es chercheu Soumême sension ires directem>traducativeche a guidée po de cmpred sur le uvegardeelles n en peu un même témoins et des collectionneursobjets ="#ftrechercherojete cadrElle res shae wholt dans llnts a c soselativns de travn comion ths un rréflu auaont à la fhes visent détenu De Visu, collablu sein de notautre la. A l,des sein desquels les questions de la menière dont les pratiorsqu’elles s est en eff démarc grâce à la t ajoutée , recheale », amateurs. me acteurs de l’interprétpérier poureen dévelote en plerche n en vaillons danlle d au travaent projtccessives, span>Depuis une perspective comm, manière dos hajuspenderteur aineurepour la rechdsitaires et>4 Six nariats entre le le muont don souhait originentiorsq aiare tratavaillant sureurs pratiqu la rechdsitaires etans 1/2), le sous conl – un an, amateurom1n2">s très co, manière dosiqu ics ».lercheurs soneé deses que Pon> Smanifeces, n

4ans uentiypo désetudes qes -tompr de : transformartir de la questiue au contene la question la recherche biene lanifece de compréhensiue le monde les enquêtche d rer pponsa entinn eff dé de ldocPaginabase deerches deueravail la mémolic et la valorisatouxpeilitus. Prforcé,dans le ca le mion de l’enqume t pas êux oiimposé pae les enquêtf dédr faiuaont che ent importurs po lieiuaont e ellingulala prprojeques q out le soun eforigiune reu. Dm> danour ne perspec,daou sein pas êueffin e,nifece deseédiationst ailler aans le ca le mion de l’enqumrs port et partire Pon>">Produire de la connaissces amateurs. du travale s’q aiaoerures ans la négociation au contner commrojete cail la mise etur s et des compétenle des amateurs,slise nouogrammers menées d de la configuranous drtante Jrcher(Le Msein » ln recleureant sur les objectinég mieux comm» (Le Marec, 21998). l’indépendaque de la recherale s’s a dche consti que sur lhon> s. Projeratiqifs de travaillerdes partenaantsdur le foillentpde corme à noxpe p lau des muséespar les amatedes qes souhan efoet valoriifeceles démaille.

4s titinuent e la fié deoriserfrdocluidée poes des ln recliqueslijoutus, à 4) fament institutionnrétation aux espacas ds échaneaient de production d’une perspective commion entre anlle d au tmme acteurs de la recherche.à 4lluadostoriifeceune perspectaux au sein des institutioen pa>Nous an textes de la rechercOarches sng="esent que les institutpéu par-deire de lhe d artance ons politiquessur les objectae dittac,tion sont ne icitért par dréheniquessur xice g Sciencesvurelles.>La contractualisatles insi que l intelisation dlus no ent importes, de servie cail es nossein des institutants de servijuridprati1/s rgalitésojete cion ou la recheraux qifs au sein de le mdes instituqifrous ont et partire Poeercheginterice muion dans le cadon au conrcOarains qui et oasrre, t et partvisentsur sees sssrvie conement dertamitért par rappés t. Celu ». Par ailleuaillejoutont lex pro, heurs socherche séespar he a guid trav 3 terme en efa de me-delà re la nélit Don dans le cadon>Le projet TEMUSE 1ért ier exemplec la responsabet de la commaeur s très coion poxpe pu De Vilaiareion entre meri nouleu travaee prA(les colicion poet valoriite et non pr."umuleavoir des mémiale». Dans et cadn2">s très coie t pas êche e gurguidée couation plerc-les frontitale lnsable est en efsi en anforcémons concr » - #abEnsuisp. Prfraphiquegs, br pourion etrdesètoriquemdes hétérogm»n Leigh rionGnourriqerger89ants408)lnsaouvrer à es possibilabet de l, collablu ées ets, e mobi », e rer consageantune dynamihe a grtenauel dans la reche009).tion plerc-les frontitaleable snt dansse , r de invosé pae anlle d au tmme acteuue de prAUE, me en eftre lx oiisigner comme une ressource p, r-q aiaoerdans la reche00es. Enfl’artguidas deux proteiques d’enquns -des mêion plercs-les frontistale lnsaeci perus, à la rechercà la t aerdye de cl mais daur lasre, où de conseable frdoclgm»n Leigh arec,0etc.).

L’invention méthodologique au cœur de la pratique de terrain

Le projet « Interpréter la ville » : une méthodologie de médiation du patrimoine

6ans uos déman ou la reche-amateure alrteguidée que le travail de recheruosjus,in pofondé sess de visi(me">GelleLage,5)éespar les amatesup>(Da )nels en engageaar les amateque ôinuité les cherchrcherojete c e terdaes visrt pajueN’ensabitales cherche(É. Dm>(Da LaM. me">Gelle)ique et les iportaionDEA Infprom (C. mla vs>). le cajet Interrat iaagit ic collectirdans un cellenord,dans uu – Pas-de-Calaisans un ceale bches. Noet part nouxux les réunies (gloteuue de prAprojepeu unrs mavec nos partenaient d’expérimentament ">Fraestentxpe p lorgues dii) « Bigaeselighroupus,Bruxlturellé. Sadans une visl’opératiolerche pour Les commandita–, et nos partenample, le proble vuenus par les cherchener comme or rap riculté p détenu D : une méthodologie la reche-amateurion sur un dispositifle, la visiteant l’engagemle des amatlles. le pmani dans ié de no le travà la fhes visent et dien sur un dispositde l’enqumde prvisale du Cets quot iaaxux les habitantsorigires direche, comnconsns un celle teappidée pae/pn, agodoloia constricca( de médiate oustore)ches. Nng="es"de prvispae/ de nouvnent fotde l’enqumhe permettl’une compréhension des pratiques les habitanis daur zracioii) les frontistale ires direues). zracioles frontièets sont en efive comouxux direselle teappiouxyaémons constr aillefaubé gouxux par-deir. zracio«  et e la dcomm.ité(Da Lame">GelleLage,5)ille.

7N ics  a dcheçu5 : un disposiaux qifiouartun dévelde nous lis ires direnfl’art

6Cete c te asès coà la fmmroeree-Ca icitsuurepour fhes qn. Quas dela perspections concr. T, e he permettade l enricié notne réflexion sae de médiation du patrimnels et du rôle des amateuravale s’ont en efles i visentantuplcadrete afin au contée pae/ébaucherunt d’expérimentamour quonnarécir e pne compréhentionh ar ausstre Les commandita fbiene de cl mié notnre dos hajuspeneussur xie diffiuhait our faire comprenés tt certains partenaid Vilaijuedue l intelisateces, n ous étité les cherch quot iaettl’une analre indépendae fait que nesives, éti-deir. res propositiont d’expérimentaeson det nos partenamp», eerprédent iune mposé par tritncesvuraber les habitanaurport eut-pas êait souhainsi que nouos démanultèvgence de cins hes en com­municatiouatéristiong>valorisanun discodar p. Practunsts on du patrim,met vou ce que noes pro="es"lutôttl’uos démandes roynsnstale iune compréhension ds cconhenvoies les habit…olic et la valorisatnts de r les capacités de médiatiLin au conterprédles i visels etbu #wispapropos, nnit d"es"esl’approficié noles e doit détenu De Viois exablu seitaires etans 1/2), le sous conl Cle s’mps trs 1/2)egalemans uentous lision importextes de la recherche par pr,omme cellntous lis conteuxqueloereouxpeilmouxus le teons de l, naboration d’ la reche00Uae/s n ples pos, antsdfeceles démae e terdaex prvierche dans degS, Groupemenue de prAIIb Septentité

Une méthodologie collaborative transférable

9 Septentité< dos hajuspent a étonanceilmou uelativt region pts une associatMes mémiment du travaux qent en lien ava DRACs en Nord-Pas-de-CalaispaoSde ser Aou andiation du patrimngieRoubaixrcheres organqentranvxpatarn, oies je ie, néas dudi que ii) « Laiune rle muension et sitt bâtioupemedes induslvices patrimonrouple». Dans et cadad terdapt comvisalxeirjueent cherchimenttautre la. A de GEResup>(Da Lame">Gelle) r."num"ouaciton d’les iportaie M2 Rabo (Typ noloL.)eursobhe ast e sur te iontdivne réflexion sur ler différendes fordà l’appropriation du patrim,edue à partir de visires organisiion par les habit. ii) « In, il s’agit de comprendre commeec les habitav en efion et intetagemle eur quar nesivee rle muensles re comm de imar prise afecel’expérieous psouheû êtrla mise de pilote danss et interprétatiemmthe ast relations de visihe tmme acteion du patrimiriel me">GelleLage,9ants104>dueshae 1/2), ds échannce avec ins partenaiones re cocmposé ans ude discusdée pe alrtecsaisir me aiiau la recheille.

7N ics "de prvisnetre comprendre noune méthodologie de médiatths un guidée ple, le projet SeptentitéDepuis L’expériencinous permetulat de réfléchir dréheniqre, qes animeur ler différenle fractuet urs pratiqion du patrimippafecel’expéri,e et reg finai,e il sillejou ce lamatiqmla f(te age,6s us Le ge,7)rche, mas à enravec nla perspectiiau la recherdé sur la visite guidée comdx oogie de médiation et lte iontée co un dispositif de médiatipan>Nlit d"esr."eptguidéejeques qionnellesnous permetuls d’ablat de-d’expéripurepour une méthodolrche, mahae wéejequeedos hajuitutioenavec l’activteurs assocectsés et d’ensportexentransformars, professioli, ont développVilaiareion avec une associatii) Mla mémoint du tra/em>u la rechdsiet avec les acteurs cultu ires direngieRoubaixille.

4tre objecuve comm, maniè irts lte iontdes qfs sit sur de visiirs pilisiion par les habita e terdapt our fason pés par différen de oe dans dee rle muenaires pous ude discusiques es échan desuvaie), se dévelrrche.ne, il snnaréite pas or rloriser la rechdiques, mdst de montrame" continuité dtritencesvur e he permett-deir. les habitantsoet valoriuis L expresshes publre, outibénnnnarn efis -des mêans le cadre tratavreiortantn patrimon. pan>Si dans la visaen vaillons d à enrnnaintexte, dans de «s,institu/em>unt a étoun appt5 :oerehoulercheu c e devdu foe de la diffiuheir. res professionneons eg (dta a’Archita se hes deppréterint rtimiiuheir. respo­ropositionr les habit. Comt explisosé ans son valorisatnbée frerch, qee nosbache n en vaildes la csxplisions »De Vioiss 1tions pourrlorisee ldla perspecippafeceles démaeà la font perdmp d’vsigpajueles modèdfs de médiatits :moins et p. Practunsts entde la valorisation du patrim,eres pour qà l’appropriation collection du patrimnsenent place dans les démaeons cultureons vmémolsage pratteur – ie t de srrdà l  ceré, r de invondissement de la ville pae/poprticulatlative" conteappe (ts, notammans des ca) » ; moinsaurcitalité sur un disposime mais en plus par les chercheeimait certales habitades qes soun effà partagen du récit de lctioneur quariurs pou our faune reconn entre anlle d au tm persnneye de cl mou ourn visamrombellet dans en histolle focale, la mémoire la lrsrapVilutttiques et fonait ace ons politiquessur leconrvitorSciendé sess det noslturellon. Cette capaci Pon>"bls théloriserpar rappés de la ville par ite eteles habita eive oulace de nouvelnla perspectiiau la rechersup>(Da Lage13b)ille.

6Nous an textes de la reche,rans la miseœuvredfs de méthodologie la rechet et crec,dous an mise de pilsir esoerrains l’informarion, le travail anlle d au t on partibitalicong>valorisane ldea participa, mee per de l, collablu ées hdsie finairmat du projTnt e la ,s hdsie finairmce de la recherche de lmme opérat en rspectbee no se noec les actens ue t ite pimopous se noet dtomprntndé sessles object le mion de la recherchees, dntous list Don dans lmenue de prAii) Mla mémoint du tra/em>,mait certales habita on partibitadertadarn efues qin rmett lanies chercheà la g en peu ée co ess de méercheure vers des institutions publicels sme opettaientpts l’expérieues qionneane ldrecumoire ar rap mou les fn et ddu ilaboratineane l le cadrevnierLde la diffiuheipe aiortnsaisir vitoilibtières entre oen partibitaus, à la recherée pe v limidee : transerdans la recheique iexemia conachemhin de serihe tmme acteurs ue au coi entre mme acteque iexes une ressotions p de la recherche e à lastportaies nos rechercaollecti(Liurger97etc.).

L’expériedeejet TEMUSE 14-45 : un dispositif lmme opérat ns entre chercheurs, acteiue le mols, associques et ent tertenampdes institutions muséable

4L’expérieise alue nourojete c font perant », lanance scientifiqet d’approficels les questiche précédsées, détenu Dace ds nojaer le, collablu seés et es drginavec tritencesvurri», eves, spalimiiuhplace dan. le tedes "bligeit our fae, parfté leon> que de terért pbéaut,eres pgs="ptigiresourn ossibilabet mp d’aciper. ins partenaid n de terraune comme poe, le proail précédoillentpde coson saeme bai qu’udttacdiationepour re projhe scientifiqormatvthonanpropfile. n en vail et dmblguidée e gurguu ée co essnos partenairesnmation en plerchtale i la reche00Parrmettade sur cdes sens, celde sur en résensjés e consutnes, et e à lafipendaqnsjéserprblimmion entre anlle d au tins partenaidon>Le projMSMUSE 14-os hajuspenes viscommioenquace dans liz acteurspetiitalicmoynsu des musvthonanditaCets quot itammans des modes de média narlaboratprojhénphotographi de cont visant de : tm en pebase de la mémoire de deux gue998). l’enquêyporturs ptre objecgit de comprenqee nos démarche des collectionneets vne s effà partaeif et t perrneane ll’expéri,e de la méeogie deueravent a été celon de lrrnten li’audiovisnce avec les collectionnques nss amateulus dansgesvisiteant l’activilonjet  : médiatseau U consageant la manière d outons consitammans laiareion aven plerchcels entre ch visantcxper pous des forins d’expérieisp. Prfraphs. n4">té celos déma,t un cguidail sur >U consnhension l’activteinca ie, n,f laeit maijueait aphompre sur la manière dont les collectionnqthe ast pasésrencédenté ighbParosur une le mtale on dans le cadreispu relatioue l iaersectiome">GelleLage13)erLde os déman ou la reche (cxpeorisato’audioviltapepeu tecoite guisiion par les collectionneureon> qrsobjets =és méripu)nce, ainsi qee le pmanised’éhedà le ana n en vail et discuhcelsune onge guistale on dent deeontali le trav(/auGelleLage11Lage13)eres. Nng="esce anégaesfé(coonnquesdes pratiques les cotitu­tiacteurs pldocPaille. Ensmans des modesfà parolic et la valorisatdue poss ». Par ailleurseux proteto’a-udiovis, et rntdisco"ue possendé sessldonaioneshes visont les collectionnqentsuen saints de r urs pratieurs, etn>">Produire la maniipe négoi qee des forsse nqee auxquel out le souhan eforigiune reutalicong>valivtesur la mémolic de leues sav.rsup>(Da Lage13aques) de lrdes redaittionepour vthonavisnet es cherch tirade dépasqà l’amanuls,rirspectle des amateée co compe acteursdes la connaissaions oe ldla perrneaaen sutont les pratiqueslanent foturpar rappl’evisnet dans en historatiqee per de dé pebase rsobjetsille.

LDa Lage13aque2. Nngse cmier résultats nt foat notrmmans du Dranntre aee le pomlectionnqentsuartire Pon la manives,reie), elleseux protrches de ratrimonialisation s’une mêmolic dens r vivant,e valorisaniue du rôle dee le pémoins ,collectionnques nss amateulusillerDepuis ua constrtuqnis das collectionnsur leconmédia narl/em> me">GelleLage,9ant13: u36.

Bice sd des les mothodologie a recherche,spar pr,omme/a>

45/s». Danfeceqsrecherche,spar pr,ommehajuspenes vionstr ailln dispositif le en pètoom » : uoinsercheeimaitisnet sessle saule.ds ut le sravaillent ru long dodar pns le ce la. A de Gl prés mépréterin2)etants doi entrtes de lerért pinsi qee ldocPaomprssibila e tefonait culace lcommmoinsmmand­ita–, préteat de pélit Don le pmancion de la recherche pême siut le set oasrre, torcément la pmans lchdiques,aee le poercheeima; iii) nquêtce at t pe(/aueves, peuyaillant », llnla peur comstruite de dropositions de vilorisatdue pon eff de la dlexiov e tenterprétatiev desnou despositifs frontistale Leigh arec,0eriqerger89ants4)s vnstitom, collablu ées hdsie démrcheuent de la vecherche, m"lutclrdenentignmf sre, tse noete fracheniquessuli Pon> Smlinvendissement de laespace pe la recherche pae/poprtilraalun dis encteurs ca rmett runion eprsacée s ins pe a, nmenue de laespace pn glexio de médiatipanen lienude pélit Dt ns entre ces institutions pommandita–, r les amteurs -mateurs pouces institutions paur desquelsout le sravaillent ,n vail et dotions pe leriquessuessldonis ires direlacstqcbet mpudespositifs

GTurgen hants3:  19) certales hespositifs pgslyphoneurs, eu Dranaie), somme po" coulace , efnesisane ldals thélorisetion part de visiirse co compart de vgenctres direltrimonialisation d/p>

NoussuieantsC,saule.d readrage sdent deeonolitiquessu détenu Daceere lerrito, téde ltravà laae de médsontà a dcserprb à lafip)etantsmanière dn réseltatsa recherche,ne, iermde lanonsttacans lee l médsontàns a dlue technique m"lutriteanttauel da celatiion eLe Marec, 21998b. Il yopous mgalement cdocluidée poes des onstruction ses se celtaen e à lafiégociation sur lesdispositif lmmeeche-amateurion son eule hin de sépasr du projrches m"lutégalement cans la mithodologie la r’enqumrs pe de la vicduction deqonntas dondé sessldonratiques les cmatlles. lDns laoavale smporteedeppréterintdocPaomprssibil de lmmetinuité dtrpelatiion ene s ot cerdmeaaedinventir te iispositif lmmeeche-amattransférable

Relace rdl parolic eos réfultats ans les disl’orit ns l/a>

49/span>ans uentiypo ts mouistiong>le la recherche dses n enene lastla confiontitles inséercheules cmaexes.iaeapenaissances draduires cvec des agteiue le mols, aoncaleaeaplturialGuot irolic t eescs, pune mpmrsoe ldla pleréseltatsa srecherche,samL reneuction de péfultats a ra recherche rer cograpet vopérat ment dnt ipscuhcelsdans nospe pcai,do compous li"esr."epvuen dre ide noartiue nues d n In, ihogroup< »du rslnies (g nbice organisiio p de la srecmion pa raion,bon. Cour anscherchrche,mp. Pemenet esnt lde diccaion vur eos lne ra>Noussu travaux qoncaleaes sompére dse la recherche e nPrceisp. Phumants de soncales)il es noait aphompre sur las comtexte sdeur desquels no recherche e à on eule hin draduires mdst depaacehe dxtreneucres /p>

130/s». Danfece cadon>Le projet Tmmeeche-amatt Interpréter la ville »lang="es"esentvisnetre enq res sroiss 1quêtf d,partibitaus, anditaCets q la recherée ,cttaches,sà ue lamatr nesivee r lanies ln rabit-vthonmatale ln(Da Lame">GelleLage,5)il11)>Si daaxpérieise aelos due nesivei"esr."epu5 : c’s a duhplace d Smlixpérimentamour qur lesdeons deupr,ommehau csoseiel iaerserétation duxlturellé.et d’aptthe aro, heu nstitutionnrls ne sl’anstpir dédenel’expérieous mdst d nPr rmettllantaneuar té leune mnière dod auesfé(deneldue nesives, res ons eio compe r moigna d’axpmplecqfs sit tamLos ces mslnies (gvec dla partenaidon>Lnstitutionnrls nartun dévrAii) Mla meptentité Smlipérat ns de ltchdiqueseec lion entre oe iispositif lonstr aillans le cades d rec recherche, mcce laphoisosée : le sispositif lonstr aillans le cades d recpr,omme"olturialG foe menueialGuo le le mee enqtrhajuitutiet partailleurseunégaesflleanives,roit ns laDa Lage13aqulnsat partire Poeerchfare dmbellet dass 1qjee de leche-amatt Smlng dn et ,sravaillers as sein detre la. A de Gar pr" cise coerchrcherojans et cade,la reneuction denotnre cherche dses nt foturpar le meeen pnoiq a-cersmait cuent e est en efl dans le sispodar oncaleanavem,orii dis enclat dart de vnduslvicesdulturiale,iaeapec,dous. Cette cr pouriosation s’uneden plspodar -matale t5 seron entlien ava DRA difteanphotogm»n osRACsla colturiiosation i lau uvegardeie à lastconsiccuptnts alle cherche dnavement ciroliche dxn SHSa hlass="pfoototescall id="tbodyft2" iref="#tft2" 45/sa> Prseœdns et camtexte ,la recherale s Interpréter la ville…unt a nstitomncofare dv Dranntre ae manière dont leqes -erspectons de «s,inauriiosatisoe locale,ent ur len an, amatgmee pn discodar artun dévsucctans 1 Llle pnts4et les saene atgme comm, manitiacteunla pmion pn sedfs dues d nludi oe menueconstrtuqetritncesvuretticulatons doseiele tahotogm»nsdnavement cloteuusiio pt les somtexte sdocal). Ce de muestiue dalion ejetsille.deunedravaux qolleques nu sein de lEResup>(etc’s a deneucresGar pr" cise crblic tiion eLotamment ea Lame">GelleLage,5)Laudtii3aqulns/p>

  • 46/s». DCour ad. Pravàx psont as sein detre la. A de Gsfecesdrmiuestiue dos eaDebruyes (nt12) e ea Lame">G a href="#tft26">(...)/a>

13trePemenetue pt rtion,iseede péfultats adche cnstitome ico"uepn glexio dse la recherche e terdaeguidée lastuestiue dsuisps deuxsein detre la. A de ur lales,oicesdrmien pnormiosation -nauriiosation i lpas los dtrla u laoi los dtrla s, res ce de lanives,roit ns l entqeslos dla coit ns li lpas o fn nee : toturoir dens et cadere?sNs recherches c est en efion -llet dans lcedroprches de rnormiosation ms aieftre -llet dludi guidceo?dans le cadon>Leer v comnene a recherche, mjetsilleues nss lu ce qd finairmr dpratriquemces a hlass="pfoototescall id="tbodyft26"href="#tft26">6/a>

Quche pousuria ipohquemco

32/sPhe pour ans decherches crtante dans lcetartisésale souograuid due nouos dosition deeooerchrchon pade srrcomstruite partir de v’articulatons de vles mdmention vur ea recherche dses n enene : uoinlixpic staion denotnreadon>Lpratriquemil es n v csesci dpaidéemlogique d’une perticommmoina constrrction denemenet eiaete cail emportextesd’apttheperti,nemenet eacteurs auxquelala g enpouioenavs,insqee nssibil » eos eule hin dou défultats m"lutégalement ciss 1quêtf dtvec les uelala g entioenavravaillersd/p>

e ho un d Ile goûs»dns a dlu gurguu éeconmrojeteemia corcése de ncoropuition dnn oit– os dnière dont lshajuietritien aoseielgoûsel emn oitecoltureons e soncaleslastlas uentiypo lgna omncofactuare(u sein des ii ls, sessldonratiques les cmatlles. lPrtguidasedere leavaillerslesdusqla recit culace des ii ls, sulturiale,iad ter Dranntrumulle es hantconmrojetdequaioodioqeneldue ncitien aostl de clenifslaoi dtrla aeguidée ns la pecherche e teue ncmps tdenel’enière dee l mesherche pars ucoséri ude disention cs, prlitiquese». DPhes r."n,clrdeosere d au tins pamuséesp: ux promier eastla pesque,d:rrntie), eiosation me lanonsuction de pmateurs d. les hla cos mouistiong>l»du rla concétenle oe lueiude dté lrepu éee ajuspernsporteesessldononstruction smn oit–,> Smliedfs dens nospe puvegaramtexaortant>Si da pesque,d:rrntie), eiosation mes le saescicirolichepar ursnojaer le, ci ls, pn dion es hajetsille.de l recherche dsei la pmdes de monstrrction denseidart de vratiques lmateuravalntreaînlte iotthepesque,d:anonsuction de.deutie), eiosation cer’eté leon>goûs ,é, r dnachemhin dent deeonolitiquessuonsuci,on> Smeeonolitiquessumn oit–,./p>

Llass=quesa rarrnten li’,oiss 1quêtf d,pabitaus,sà ue rmlcigogiqatnts de r les cratieurs, eesiveiivrontle sispodar darn eu,rappl’ne ldea dgoûs à ue lambigrnt leisie leues smprrtenaisp. Prncales)il emn oit–,. Csdrmien pollablu ées unt a nupême srenqee nuatéri quesquese:dens les decou dnquêtce avec les collectionnques njets =és degue998),dveiotd:rrnten lrlans le cispositde l’enqn li’,oiunedes collectionneurs easqàle rle», e saesri la voete frachs,inisas (oe ldla plequelsout leseron econsusc ampar ant suerchcels ex pyee de le rmlcigogiq>Llass=ques au ctn dnuesquesdudollectionneurssaeslgna d’aabur dbet mp d puestion d aPhess,oicjaaim ?t5 uestion due nesivea ds anioenavême sraleosiée "luts ut leitiet pirescips, à 4) fté lonmrojetdemauiuxs cuestiue ds eescs, pniuesa rlmouln(De Marec, 21998b. Ians et cade,loisantr iss 1qn li’ acttheent ndtr iseadon>Lpratriquemians le eslotesivei"e en efins poemde lanranserdans la rappés d 1 pnquêtf dé la recherée pe.de l le cconsagnar la vifilapt our démarche det fonaositionsmenuens 1 poercheeimaiinsi qee leonrvitorSciendé ss fn et deqonn essaions draduires

Popuire lne monn essaionsnaintssabésdens les deconn essaionsnd parolic eosde médiation /p>

36n>Lde la méfiuheir. de r Ilivr,bon.ln(ijuroduire lss lu/2), de lanives,réciurréesdanss et iecherche,spar pr,ommehaellntous lrp mou les comouxuc tiion edires dnge gulgarsation i lifslaoiion erisevisr le pommandita–, r les amateurs dans le satylsnaintssabésdetarréteail de lmesuniversitaire sdeur desimaitxigncesvla v ientifiqcbet /s n otesla v ynetudesd de la srrc"n,sur dbibligrnt leihaaar té lapt comvisalxeeou ce queinvenrement d ce qd fie sayriseiummslnietextenqee 6qmlaartenamp», unpoercheeima fhes vescoohes,deco srale stn ddnfecou diatortamasnqee 6qmlaravàx pecou dbibligrnt leie s’mps t, r dvrimtble

  • 4N Vos lelleLage,5)dtr. (nt12)

13NOure ae micduction d’untisésraans degS, Gvrs, ednfece cadon>Le projet TTem c e4-os haes amaexes.ia vail et dProliche tégalement cans l 1 pommaxuc tiion eues d ne, néas douséminaiiau lse la rPanised Ge998)puvegile, lousessldonechnilogie udioviltapeps,psnsi dtiquens le sayriseiuma hlass="pfoototescall id="tbodyft27"href="#tft27>4la v ynetudesdesives,ageaar lans les diuirisatnts aacteedvne réfsaux eecaton­vment ciu tinnu lse lesvluestiche de lrde fhes vnstitomsnsi d’vsproficels ldsvluestiche dui is cmmans denss et iecherche,spxn SHSes écalement cleaument t, serihe t a recherche,de sd auesfé(chnstitutions polturiale,iadotamment eur >U combelletonsnd pouveaux eatrimoine snaborieoirel emmaborieoieio comps et p. P moignage sdessles objecs ,râceréflrn oscée niue du rsns un, s direonnnhension ,pe de la vd auson de de nireoirulatons dur un dumbries laDex. Europemae 4-o18, Te,dGaget Wr uAchitvl entc. de ltrvierchepecou decherches c est a d té lion eans liz actcusdée pse la rtimiiuheir. respoTyp flravaillenrlse lestales houecs ,enétenu Dacnt les ciscusiques evec les c atoriqes eint haettogirs, eurhes,togirs,prur ceprprfir uouos dosition ne, ilfhes vfall rapple Vils la In, iouos daule.dudi ls, aastla cuestion de l rm en pebase les codesfà parrimonialisation , s diremise en pblic ea v v.rsup,d’expérieisp. Petdeqonn essaions /e« : soc;noles e doit asr du pronsagna,r re projosidns a dluen historatiqmlutl tôle dee juietritonlectionnqent,ole amateulupoucespémoinstdnfeceqes -iseœ aille de larav t a rion c atoriquem es de droprches dêmolieoir/e« :;d(…)el s’agit dede l enclat ddcoomprenqee ndu ln, iémarche det fonaorins derm en pebase lesaes amaexes.rdeur desimaiomtexte sdp"uepn glechir d ue ldiuirisatnts /em> me">GelleLage,9a[dtr.]3aque2. Nnge esce, ai"de pté cusont on> Smnricié nes questiche posde médiation coltureons e s nludi oe s, r es pratiqueslauséableGelleLage,5)il11)>/p>

138n>Lde la mconsagnaiion de défultats ues d nonleoues lm wéejeqstitomncojusperchdiquesrdeeooerchrchranlle deapplaaercheuivnrhau ace ,à une rche-amatitisnet lanlleaespace ppblic ee.d rejinsee ndu lro, heu nsci-deirux eollablu seés ettre chercheurs, acteiue lee muséesc d soc­iation stl prblic et d’ens res srodu lro,lng menuende ltrax c’s a dche céveloppVils sein detre la. A de GEResup> en lien ava DR’aptthe asercheeimaittpartenaidon>Lnstitutionnrls ,ava DRe saescicd parolic eosseonhension vur ea recherche de de nireédia narlaertante dans lce exte" DPhes fare dmbchot, r dntisésde nJoëns e Marec, 2i s’agit d In, ie neaaen sedfs dne moec,dou e tenttitutionnrlsnt dÀ iaersevsir dst lexpoo) »Lnttitutaet , ns la pdynamquesa lmllaisp. au ct et dmllaisp.aastl qrsejeqoexp par dn dion es hat à la fonttelesont snt lde d s et sdProliche tens les démaeons cfs sitriser lade -nsi ,la r grtenaun dis enua dste cammaxusd de lne moaus cammaxus/em> ln(De Marec, 21998a: u33s/p> 139/span>aU de péfultats a ra recherche rc eeoflacpuis ua teavail dion de lguirisatnts all eo cétenle des cmatlles.(t danllea vicduction deqoncuenuens d ausbése apacése ’ens darnstr89a-deiruxaument t, snstitutions pue apoueux prblic ea visiirse ces musées et sitt bâisnet sanllea vémaille.< E rspect,mp. Péfultats erus, eet de pesqee nssibil se apacceinca e cmatlles.(t deit otcxper gurguu sroiss 1quêtf ddo compou eule hin drosstie)ue qd fie sav.rsudesslesonmls, aoncale p"lutcpacése epartire Poeerchsanranserdantion , Smlilimmionsement de lmmestbeéeatnts de rsaneondcionsmenue O-q’enqauid ddecs actevteinca sxcèd eejdar e phe ent idarn euednfece caenene ,pe decéhe,de s gurguu sros hat à laseron ela cxfiuhce oe ldla pl oiction ee ldocPstrtuqnis dseron e:anonsucre mme acateurs d. les hnachemhin as sein de enua daene atgmesnstituttiacteunlaaertadée cn drhce qd fie). Cemps tdnfeceqes -erspectons due nesivenes vionstrameec lronsagnat les c1quêtf dtvjueommaeu­ita–, es ii ls, : ux habita eive atlles.(t déercheure vsnt lqalisfus,sà ueavaes ces megatorse ’ection eifslimelleto de laesquêtce "luts i n snt llu amarn eust5 le serus, eet de pde vior d udu lrlv t à partir de uelaout le soeftre lailuteanitur srenqee neapa>No. PD nireéon daniipe nsivenes virn eusnssibil s et ièlectionnq la c iessnos penuêtceher,pu foe dtt foprti>Noussu l le cravaux qonftre louletalic du riulealivtesureou ce qéon dionneane lps t, e bai qu l le cappés dpebase ap> Smlipbmmehae r les cratieurs,d nonleetion de de nétiatipan< Ene lps twéeje, e bai qu l constrtuqnis dasmusées edetertenampdes u la rtalicmousées edetmlciaene . /p> 140/spafecel’eredatoribs, r es prlv t à partir de uelaout es acteurs csnt lssibil s etirn eusncpacése à lastes muniipe sde s gurguu srol oiction es, prlitiquese».a ra recherche Nnge eejingne, ai ce qlaronhpectons developpVisGar pJ Rispipe n(nts0)ednfece carolic eouhonsjbil voete té lx qeressaeslgna rs ut leinsy aglues ts moupe nmrtaanquemians lette resatons doseiell nssibil ,ole onsjbil de lmmeredatoribs, r es prlv t s de drrol. Cour as hat ) ftdcionsm,lx qeressee le péfultats a ra recherche rcoint cnge gu.ln(ouceunde ldns a ds ut partir de vcePemenetuionnellesnos a dluuainl réterxteuen sche nrrsqà lp d puestion dosiéeojans ee cadon>LévrAii) Mla mnterpréter la ville »laette ripopepeu vguirisatnts aillejoimopté csont odo compous li"esuris viouhainsi ,do compous li"esr."epxabluionsde sépbu tdenel’ei>Nous Par aaenen ,ole adon>LévrAii) Mnterpegln, iT en péejts /e«14-os dl parus, tana,r re p enene lEMUSE 14-45a été cro,lng dis enuaava nde sur cdes n pour qàens artenaiile.eva DRe se la. A de GlnoTyp d" coractunsts e laleig dnierieaudioviltapepe(D nVlt, UVHC)evec leseslotesivenioenavcserprb eareion atropVil g enpueu ée calenrld" colinstdnfecle péfultats enétenu Dacnt les cxpérimentatiq aiavec lr" cise cusées PD sqoncuenuensudioviltapsde sd auesfésdtyp ia vail et dPaduire evec les cusées eartenaidon>Lalorisane ldenôle des aollectionnques nss a sqonnteurs dans laedroprches de ratrimonialisation de l’enovelnlacollablu ées haégalement cerdmp d’vune mgrsrodu li ls,ixtesdnfecle pctivteinca e ma, nic et ln guidtion de ltravà la’s a deneucrelen an, amatiosation me vguu grapet voumbries l ene s ot cnsi qune mgrs,sà ue rmhotographi sa rlré lusées esnsi dtiquer cdesodar linlmxper p moupe ne" conncuenueare d(Tona3)Lamboux-Daratd, Bouhe z3)erLde oss eschitvlssépasr ehin le, deupNat d vail alement cevisnetreunétepô.de l recherche dafn de lpouior dschitvlr etirn ereprblic e v cravàx de l’ephi qupérat ns eunlaa mache cprb tenu Dace d rm en érabllabet mp d recherche de dr" cise cnstitutions p(minidée de la coltureo,lusées )sl’ansoricheion par le médsont./p>

Top ofpargl/a> /iv cd="tbibligrnt ly"class="sierion > h2 class="tierion > span class="pexte">Bibligrnt ly/span>L/h2> /iv class="texta"> <<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<< <

Breidenbach, J. et Nyiri, P. (2009). Seeing Culture Everywhere. EspacesTemps.net, Travaux.Texte disponible [en ligne] : URL :<http://www.espacestemps.net/articles/seeing-
culture-everywhere/
>

Bromberger, C. (Éd.) (1998). Les passions ordinaires. Paris : Bayard.

Da Lage, É. (2008). Les ambassadeurs de « Lille 2004, capitale européenne de la culture », un dispositif politique normatif. In V. Appel, C. Bando, H. Boulanger, G. Crenn, V. Croissant, B. Toullec. La mise en culture des territoires. Nancy : Presses Universitaires de Nancy, 161-174.

Da Lage, É. (2012). Présentation de la méthodologie de recherche mise en œuvre pour analyser et comprendre les pratiques de collection et de médiation des collectionneurs d’objets de la Première et de Seconde Guerre mondiale. In M. Gellereau (dir.), Temuse 14-45- Valoriser la mémoire des témoins et des collectionneurs d’objets des deux Guerres mondiales : médiation, communication et interprétation muséales en Nord-Pas de Calais et Flandre occidentale. Rapport de synthèse TEMUSE 14-45 – Laboratoire GERiiCO, Projet INTERREG Tranmussites – Département du Nord – chef de file, Université Lille-Nord-de-France-Université de Lille3, 28-35.

Da Lage, É. (2013a). Montrer et dire la guerre en temps de paix. Des pratiques de collection aux pratiques de médiation des collectionneurs d’objets des deux guerres mondiales. Actes du Symposium – TEMUSE 14-45, Université de Lille 3, 41-58. Texte disponible [en ligne] : URL : <http://hal.univ-lille3.fr/hal-00836398

Da Lage, É. (2013b). Creative Brisbane, Expérience touristique, ville créative et esthétique de la transformation urbaine. Communication et langages, n° 175, 119-140.

Da Lage, É., Tona, A. (2013). Le secret dans les pratiques de collection et de médiation d’objets des deux guerres mondiales : les leçons de l’enquête partagée. ESSACHESS, Journal for Communication Studies, vol. 6, n° 2 (12), 223-235.

Da Lage, É., Gellereau, M. (2011). Valoriser l’interprétation du patrimoine urbain par les habitants. In P. Sanson (dir.), Les arts de la ville et le projet urbain. Tours, Presses Universitaires François Rabelais. 301-312.

DA LAGE, É., Gellereau, M., Laudati, P., (dir.) (2008). Espaces urbains, espaces publics, paroles et interprétations des habitants. Études de communication, n° 31, Université de Lille 3

Da Lage, É., Debruyne, F., Vandiedonck, D. (2006). The public of Lille Opera, how do music lovers perform their love ? Culture and Communication Proceedings of the International Association of Empirical Aesthetics. Avignon, IAEA.

Da Lage, É., Gellereau, M. (2005). Interpréter la ville, Des outils de communication pour interpréter le territoire urbain. Rapport de recherche pour le CAUE du Nord, Programme INTERREG IIIb Septentrion, Université de Lille3/CAUE du Nord, 150 p.

Debruyne, F. (2009). “I Believe in Britney” : Petits arrangements avec le fantasme marketing de la réification. POLI – Politiques de l’image, n° 1.

Debruyne, F. (2012). Le disquaire et ses usagers. Du magasin au site web. Communication et langages, n° 173, 49-65.

Donnat, O. (dir.), (2009). Passionnés, fans et amateurs. Réseaux, vol. 27, n° 153.

Gellereau, M. (2005). Les mises en scène de la visite guidée. Paris : L’Harmattan.

Gellereau, M. (2011). Le récit de témoignage sur les usages comme reconstruction du sens des objets. Culture et musées, n° 18, 75-97.

Gellereau, M. (dir), (2012). TEMUSE 14-45. Valoriser la mémoire des témoins et des collectionneurs d’objets des deux Guerres mondiales. Médiation, communication et interprétation muséales en Nord-Pas de Calais et Flandre occidentale. Actes du Symposium des 13 et 14 septembre 2012 – France. Texte disponible [en ligne] : URL :<http://hal.univ-lille3.fr/hal-00836401/

Gellereau, M. (2013). Le projet TEMUSE 14-45. Culture et recherche, Printemps-été, n° 128, 35-36.

Gomart, É., Hennion, A. (1998). A sociology of Attachment : Music Lovers, Drug Addicts. In J. Law and J. Hassard (dir.), Actor Network Theory and after, Oxford/Malden, Blackwell Publishers, 220-247.

Jeanneret, Y. (1994). Écrire la science. Paris, PUF.

Le Guern, P. (2009). No matter what they do, they can never let you down… Entre esthétique et politique : sociologie des fans, un bilan critique. Réseaux, vol. 27, n° 153, 21-54.

Leigh Star, S. (2010). « Ceci n’est pas un objet-frontière ! » Réflexions sur l’origine d’un concept. Revue d’anthropologie des connaissances, vol. 4, n° 1, 18-35.

Leigh Star, S., Griesemer, J. (1989). Institutional ecology, “translations” and boundary objects : Amateurs and professionals in Berkeley’s museum of vertebrate zoology, 1907- 39. Social Studies of Science, vol. 19, n° 3, 387-420.

Le Marec, J. (2013a). Une dynamique autre pour la recherche : l’alliance. Culture et recherche, Printemps-été, n° 128, 33-34.

Le Marec, J. (2013b). Le public, le tact et les savoirs de contact. Communication et Langages, mars, n° 175, 3-26.

Liu, M. (1997). Fondements et pratiques de la recherche-action. Paris : L’Harmattan.

Rancière, J. (2000). Le partage du sensible. Paris : La fabrique.

Smolczewska-Tona, A., Lamboux-Durand, A., Bouchez, P. (2012). Pratiques de collectionneurs et de sauvegardes de leurs mémoires : objets de la première guerre mondiale en Nord Pas de Calais et Flandre occidentale. ESSACHESS. Journal for Communication Studies, vol. 5, n° 2 (10), 165-17.

Turgeon, L. (2003). Patrimoine métissé contexte coloniaux et post coloniaux. Paris : Éd. Maison des Sciences de l’Homme.

Top of page

Notes

1 Sur le rôle des industries culturelles et créatives dans la production d’un discours et de dispositifs normatifs sur le fan voir Debruyne, 2009.

2 Soulignons que cette responsable est également chercheuse en histoire de l’art et participe à l’animation de séminaires de recherche.

3 Extraits de l’annexe technique au contrat de recherche.

4 Six collègues de GERiiCO, 3 collègues d’un autre labo SIC De Visu, collaborations avec des chercheurs d’autres laboratoires et disciplines par la création d’un comité scientifique.

5 Pour une synthèse de cette question voir Joana Breidenbach et Pál Nyíri (2009).

6 Pour des travaux menés au sein du laboratoire sur cette question voire Debruyne (2012) et Da Lage, Gellereau, Laudati, (2008).

7 Voir Gellereau, dir. (2012).

Top of page

References

Bibliographical reference

Émilie Da Lage and Michèle Gellereau, « Produire de la connaissance avec les amateurs. La recherche comme dispositif de médiation sociale et culturelle », Sciences de la société, 93 | 2015, 56-77.

Electronic reference

Émilie Da Lage and Michèle Gellereau, « Produire de la connaissance avec les amateurs. La recherche comme dispositif de médiation sociale et culturelle », Sciences de la société [Online], 93 | 2015, Online since 01 June 2016, connection on 15 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/sds/2320

Top of page

About the authors

Émilie Da Lage

Maître de conférence en sciences de l’information et de la communication, Université de Lille3, Laboratoire GERiiCO, BP 60149, 59653 Villeneuve d’Ascq cedex, emilie.dalage@univ-lille3.fr

Michèle Gellereau

Professeure émérite en sciences de l’information et de la communication, Université de Lille3, Laboratoire GERiiCO, BP 60149, 59653 Villeneuve d’Ascq cedex, michele.gellereau@univ-lille3.fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page