Navigation – Plan du site

Le projet dans les pratiques de recherche. Pour un retour réflexif et critique sur nos engagements

The project in the research practices. For a reflective and critical return on our commitments
Anne Piponnier
p. 110-123

Résumés

Cet article traite de recherche financée sur projet, des effets de ce dispositif sur les pratiques de recherche en SHS. L’étude montre comment le système d’appel à projet permet d’importer et d’intégrer dans la recherche le modèle managérial du projet, ses normes organisationnelles et ses codes linguistiques. Elle met en évidence l’impact communicationnel de ce modèle sur l’organisation et l’écriture de la recherche. Ce régime de production et de communication scientifiques pose la question de l’engagement du chercheur en interrogeant de manière nouvelle les conditions de sa réflexivité.

Haut de page

Texte intégral

1Dans le secteur de la recherche et, en particulier, dans le domaine des sciences humaines et sociales (SHS), le recours au financement sur projet est aujourd’hui un levier d’action qui se généralise au sein des équipes et des laboratoires de recherche. Les différents retours d’expérience dessinent des pratiques et des modes opératoires qui témoignent chacun à leur manière de la place et de l’importance croissante que ce cadre d’action occupe dans l’activité scientifique.

2Héritier d’une longue histoire technique et culturelle (Boutinet, 2005), le projet s’inscrit dans une vision programmatique de la recherche dont il est à la fois la condition et l’aboutissement. Il est la clé de voûte des grands programmes fondateurs qui sont à l’origine d’un nouveau régime de production du savoir (Bensaude-Vincent, 2009) et devient, après la Seconde Guerre mondiale, le vecteur privilégié des politiques publiques de recherche conduites par les programmes nationaux et internationaux de grande échelle tels que le programme cadre de recherche et développement technologique (PCRDT) développé au niveau européen. La création récente d’agences comme l’ANR en France en 2005 constitue une étape-clé de l’institutionnalisation, au niveau national, de la recherche sur projets. Dans ce nouveau contexte de gouvernance de la recherche, quels que soient les échelles politiques et les domaines scientifiques concernés, le pilotage repose sur l’appel à projet, un instrument de financement qui ne cible plus les laboratoires, mais un partenariat temporaire de chercheurs réunis autour d’un projet commun. En instaurant de nouvelles formes de contractualisation de la recherche, le principe de l’appel à projet ne fournit pas seulement aux acteurs un nouvel outil de gestion de l’activité scientifique, il intervient dans le processus et la mise en forme de leur production scientifique.

3Dès lors, la généralisation du dispositif de projet à l’ensemble des disciplines, des équipes et des laboratoires interroge légitimement les communautés et les pratiques de recherche à plusieurs titres : méthodologique bien sûr –comment répondre à un appel à projet ? comment rédiger un projet ?–, mais aussi scientifique –quels en sont les objectifs ? quelle en est la pertinence, la singularité, voire l’urgence ?– et institutionnel –quelle est la stratégie du groupe ? quel est le moment propice pour répondre à un appel à projet ? quelles seront les retombées financières et symboliques pour les équipes comme pour les institutions ? Ce sont donc les conditions de la pratique qu’interpelle, pour tout acteur de la recherche, l’engagement dans un projet. Nous nous proposons ici d’amorcer la réflexion à partir du regard qu’une approche communicationnelle inscrite dans le champ épistémologique des sciences de l’information-communication peut apporter, de manière éclairante, sur cette pratique en mutation.

  • 1 Au sens qu’en donne Norbert Elias. N. Elias, Qu’est-ce que la sociologie, Pocket, 1970.

4L’approche communicationnelle du projet que nous avons développée (Piponnier, 2012) s’attache à entrer dans la configuration1 sociotechnique et culturelle du projet pour y observer un agir scientifique en situation, c’est-à-dire analyser les processus, les interactions et les médiations autour desquels se nouent les activités de production et de communication de la science. Elle peut nous aider à construire un regard et une posture éveillée sur la nature et les modalités d’une forme très spécifique d’engagement et de justification de l’action (Boltanski et Chiapello, 1999) que représentent les projets pour l’activité de recherche. Elle permet en outre de mettre en relief la composante communicationnelle de la science et ce qui la fait entrer en jeu et en résonance avec son environnement socioéconomique et politique. Travailler sur la dimension communicationnelle du projet, c’est donc contribuer à interroger la science en train de se faire (Latour, 2005) et plus précisément encore, celle qui est en train de s’écrire à l’épreuve de nouvelles formes de cadrage de l’activité. Ceci nous permet d’observer ce que les projets construisent comme science, et inversement, ce que la science, encapsulée dans des procédures et des temporalités d’écriture, dit du projet comme modèle d’action communicationnel.

5Pour analyser les conditions de déploiement de la recherche financée sur projet, nous formulons deux hypothèses de travail : i) le projet n’est pas qu’un cadre d’action pour la recherche, c’est une situation de pratique communicationnelle qui engage un dialogue nouveau entre les chercheurs et leurs pratiques d’écriture ; ii) en renouvelant en profondeur les pratiques d’écriture de la recherche, cette nouvelle situation communicationnelle réinterroge les conditions de réflexivité de l’activité scientifique. Nous présentons dans une première partie la singularité de la pratique de recherche financée sur projet que nous analysons comme une mise à l’épreuve des conditions de l’activité ; puis dans une deuxième partie, nous nous intéressons aux moyens par lesquels ce travail de mise à l’épreuve s’incarne dans les processus et les formes d’écriture que la situation de projet requiert et amplifie.

Le projet comme situation de pratique de la recherche

6Nous avons pu explorer et mettre en évidence la spécificité de la pratique de recherche en mode projet à travers une série de travaux sur l’activité éditoriale de communautés internationales de recherche en SHS qui se sont impliquées dans des projets de recherche internationaux soutenus dans le cadre de PCRDT et de programmes nationaux de l’ANR (Piponnier, 2006). Le regard que nous souhaitons apporter dans le cadre de cette contribution s’appuie sur une synthèse des résultats issus de cette recherche.

Questions de méthode

  • 2 Étude menée de 2003 à 2009 portant sur un corpus de projets SHS issus des 5e et 6e PCRDT et observa (...)

7Notre enquête fondée sur une observation longue2 de communautés scientifiques prises dans des activités de projet a mis en évidence la nécessité d’articuler et de remettre en perspective deux plans de la pratique, trop souvent tenus à distance dans les études de sciences : i) le cadre de l’activité, au sens goffmanien du terme, comme théâtre d’expériences et d’interactions entre les différents acteurs pris dans une situation commune et structurée par des codes et des usages ; ii) la spécificité communicationnelle de ce cadre d’activité, en ce sens qu’il place d’emblée les chercheurs en situation de prendre en charge la dimension médiatique de leur activité. Articuler ces deux plans de l’activité engage non seulement à explorer finement chacun d’entre eux mais surtout à rechercher ce qui circule d’un plan à l’autre, en redonnant toute leur place aux différents agents humains et non humains par lesquels la situation de projet se construit. Reconnaître et travailler ce qui fait sens à la fois pour le chercheur-acteur de projet et le chercheur-acteur-observateur de cette pratique de projet, c’est se placer délibérément au plan méthodologique et épistémologique dans une anthropologie des pratiques qui se construit sur une approche ethnosémiotique du terrain (Babou, Le Marec, 2003). L’observation entend redonner ainsi toute sa place à ce que les auteurs désignent sous le terme de « composite » : « Les ‘composites’ caractérisent des situations au sein desquelles des individus mobilisent à la fois la signification d’objets matériels et des représentations, réalisent des actions et mettent en œuvre des systèmes de normes ou des règles opératoires » (Babou, Le Marec, 2003, 246).

8Pour comprendre la situation de projet et en restituer le sens, il est donc nécessaire de remettre au centre de l’observation la manière dont les acteurs mobilisent l’ensemble du matériel technique, discursif et symbolique qui se construit dans l’environnement de projet : qu’il s’agisse des dispositifs techniques (plates-formes d’appels à projet, bases de données de projets), des corpus documentaires (programmes scientifiques, textes de cadrage d’appels à projets et/ou programmes), des procédures (documents et fiches techniques pour le montage de projets) ou encore des outils de médiation engagés dans la pratique (portails informationnels, sites web de projet, guide de bonnes pratiques, ..). Cette approche a une double portée : elle permet de tenir à distance les discours d’escorte (qu’ils proviennent de l’institution ou des chercheurs) tout en interrogeant par les pratiques de projet, les articulations entre les habitus, les façons de faire et les représentations que les différents acteurs se font de la recherche et de la manière de la faire circuler. Il s’agit donc d’explorer et de remettre en contact ce que de nombreux discours d’accompagnement de la pratique de projet disqualifient en le passant sous silence. Soit qu’ils le considèrent comme un allant de soi (absence de médiation), soit qu’ils le neutralisent dans une visée performative : dans les deux cas, se borner à nommer le projet, se contenter d’en rappeler le seul contexte institutionnel et opérationnel a pour effet de gommer la dimension pragmatique de l’activité (Piponnier, 2012). Car ce qui se joue dans l’activité de projet, ce n’est pas seulement l’ajustement plus ou moins réussi d’une pratique à un cadrage méthodologique, mais la mise à l’épreuve d’un modèle organisationnel porteur de multiples héritages professionnels dans lequel l’activité scientifique expérimente de nouvelles formes et temporalités de l’action. Cette notion d’épreuve empruntée à la sociologie pragmatique n’est pas convoquée ici comme une nouvelle catégorie pour décrire des formes d’usage, mais bien comme un cadre d’analyse pour observer et restituer les multiples sens qui se nouent entre les discours, les objets techniques et les pratiques.

La contractualisation : vers un nouveau régime de production de la recherche

9Cette approche sémiopragmatique s’intéresse donc au travail de mise en forme des pratiques dans les situations de projet. Le vecteur principal de cette mise en forme passe par un processus de contractualisation qui, dans la recherche sur projet, stimule de nouveaux rapports entre objets et pratiques de recherche.

  • 3 Il s’agit là de la dimension administrative de la contractualisation comme procédure telle que la d (...)

10La question de la contractualisation, largement explorée en théorie des organisations, ne saurait ici être réduite aux actes qui, dans le contexte qui nous intéresse, règlent le lancement de l’activité de projet et en accompagne le déroulement3. La contractualisation dans les pratiques de recherche sur projet relève d’un travail communicationnel qui déborde largement le cadre de la transaction initiale pour former un système d’interactions complexes entre différents régimes de discours et de temporalités. L’analyse des processus de mise en forme du contrat permet de poser deux ensembles de questions à la recherche financée sur projet : i) sur quoi repose précisément le régime de contractualisation ? ii) de quelle manière ce régime se rend-il légitime non seulement pour qualifier et restituer un projet scientifique, quels que soient sa nature, sa taille, son ancrage disciplinaire mais aussi pour en construire l’image publique ?

11Le système de contractualisation repose sur l’appel à projet (AAP), un instrument qui permet aux institutions nationales ou internationales de financer la recherche sur la sélection de projets. Ce système électif repose sur deux catégories de critères : les conditions d’éligibilité – conformité du projet aux critères de l’appel à projet et/ou du programme – d’une part ; la qualité et l’excellence scientifique – validation par les pairs à travers les comités d’évaluation des agences nationales ou internationales – d’autre part. Ainsi l’AAP n’est pas qu’un dispositif d’opérationnalisation de la recherche qui fournit aux acteurs un cadre d’action commun. Avec l’AAP, les acteurs institutionnels de la recherche entendent non seulement garantir la qualité scientifique des projets et une répartition équitable des financements, mais aussi construire un espace de visibilité des nouvelles formes de programmation de la recherche. En organisant le financement de la recherche sur projets, l’AAP introduit la question de la temporalité de projet comme régime de production du savoir. Ce régime a pour particularité de s’insérer dans les pratiques à travers toute une série de procédures et de dispositifs sociotechniques qui contribuent à authentifier, codifier, bref « institutionnaliser » l’activité de projet comme activité scientifique.

  • 4 Les termes en italiques font référence au jargon en usage dans les pratiques de projet. Ces termes, (...)

12Cette nouvelle modalité de la pratique possède un double effet : i) elle prend place et s’inscrit dans l’activité de recherche à travers l’obligation à produire des résultats dans des délais prescrits, à les mettre en forme dans une série de livrables4 – une gamme prédéterminée de produits issus de l’activité ; ii) elle fait du déroulement de l’activité, pris dans de nouvelles règles et procédures qui relèvent d’une prescription organisationnelle, une condition de l’action et de l’expérience de réflexivité dans la pratique. Le nouveau rapport à la pratique qu’instaure le projet n’est donc pas seulement d’ordre organisationnel : ce que les acteurs de la recherche expérimentent dans la pratique de projet, c’est, bien entendu, un ajustement au temps et aux moyens organisationnels du projet, mais c’est aussi la possibilité de comprendre, d’aménager, voire de tenir à distance ce que la situation de projet fait du travail de recherche.

Les pratiques d’écriture dans la recherche sur projet

13Au cours de nos travaux antérieurs sur la problématique de projet dans les communautés scientifiques internationales (Piponnier, 2006), nous avons forgé le terme de « pragmatique éditoriale » pour désigner et explorer la singularité de ce rapport à la pratique de recherche dans les situations de projet. Car dans la mise en projet, la dimension communicationnelle de l’activité scientifique se trouve en quelque sorte amplifiée : si la science, comme l’a montré Bruno Latour, ne se fait et ne circule qu’à travers un réseau d’agents multiples par lesquels passe l’action (Latour et Woolgar, 1996), cette circulation, dans la recherche financée sur projet, s’éprouve en continu à l’horizon d’une promesse que le projet à la fois engage et délimite. Ce que le contrat signifie ici pour la recherche, c’est explicitement la possibilité matérielle et symbolique de faire de la recherche mais aussi, de manière plus implicite, de l’énoncer et de se saisir ou non de l’opportunité de réfléchir à la forme que prend cet acte dans la pratique de recherche.

14La contractualisation de la recherche instaure en effet une forme de communication engageante dans laquelle l’activité de médiation joue un rôle central. À côté du travail de publication classique (articles, ouvrages) et des activités de transfert et de valorisation (colloques, conférences, dispositifs de formation), tout projet se bâtit et forge son identité à travers un processus communicationnel qui s’incarne en particulier dans la conception de dispositifs de médiation (sites web ou portails, plus récemment blogs et carnets de recherche), chargés de dire et montrer la recherche en train de se faire à travers l’espace-temps du projet. Ces dispositifs d’accompagnement encouragés comme tels par l’institution n’ont cependant pas pour seule vocation de communiquer sur le projet : en exposant le projet en action dans la sphère scientifique et publique, ils communiquent par le projet, faisant des conditions de la pratique – la recherche contractualisée – les conditions de l’énonciation de la recherche. Ces dispositifs sont des révélateurs, au sens photographique du terme, de nouvelles formes de production de la recherche : ils nous invitent à regarder de plus près comment cette activité de communication expérimente et incorpore ce qui suscite, contraint et régule la publicisation de la recherche sur projet.

Normes d’écriture et formats de production

15L’observation de ce rapport à la recherche dans les pratiques de projet est le résultat d’une étude empirique longue menée de 2003 à 2009 sur un corpus de projets de recherche internationaux en SHS. Notre travail a consisté, entre autres, à confronter les formes du contrat de recherche aux processus d’écriture qu’il suscite et révèle. Cette enquête a livré un premier ensemble de résultats présentés lors du colloque « Édition et publications scientifiques en sciences humaines et sociales : formes et enjeux » organisé en AvignMon en 2010 (Piponnier, 2010). Elle fait apparaître un certain nombre d’indices sur de nouvelles formes d’hybridation des pratiques et sur les conditions par lesquelles, dans certaines situations de projet, de nouvelles formes de réflexivité peuvent être engagées. Parmi ces formes d’hybridation, nous retiendrons ici celles qui interviennent au cœur même des processus d’écriture de la recherche quelles que soient leurs spécialités. Elles concernent principalement deux aspects de l’énonciation : le métissage de la langue et une économie de la production formelle d’écrit scientifique, qui l’un comme l’autre, interrogent l’inscription de l’agir scientifique dans un nouvel horizon d’attente, essentiellement économique.

Le métissage de la langue scientifique 

16Le métissage de la langue scientifique est une des premières caractéristiques dégagées de l’observation de la recherche sur contrat. Dans ce cadre de travail qui articule les prises de parole orale et écrite, la langue managériale est étroitement associée à la langue scientifique pour désigner l’activité scientifique à la fois comme horizon d’attente et comme réalisation effective.

17Les appels à projet sont les premiers vecteurs de ce métissage : le choix de termes empruntés aux techniques de management et en particulier à celles du management de projet, leur usage structuré et récurrent dans les différents documents des appels, ne sont pas de simples outils de médiation donnés pour inciter à candidater et faciliter la rédaction des projets. Associés et insérés dans des énoncés destinés à expliciter la nature et la portée scientifique d’un programme ou d’une action, ils construisent aussi bien les termes du contrat et la cohérence interne du système d’appels à projet, qu’une représentation univoque et supposée partagée de l’activité scientifique. Les formulaires de candidature sont à ce titre de puissants embrayeurs de cette approche managériale de l’activité et de son principe unifiant : ils proposent un découpage en énoncés-types, quasi-identiques quels que soient les appels – objectifs, partenariats, résultats attendus, livrables de l’activité, etc. À ce découpage est adossé un système d’injonctions et de recommandations – calibre imposé pour les réponses, obligation de donner un acronyme au projet, format de présentation du dossier, pièces justificatives à joindre etc. Le formulaire de réponse à un appel à projet ne fait donc pas qu’indiquer une procédure à suivre comme tout document administratif, il engage l’activité scientifique à s’aligner sur la dimension managériale du projet, sur son code sémiotique et narratif.

18Le métissage de la langue scientifique est un effet de la contractualisation que l’on retrouve dans un grand nombre des dispositifs de médiatisation de la recherche sur contrat, en particulier dans les sites web de projet. L’énonciation de la recherche y traduit l’emprise des codes linguistiques et sémiotiques en usage dans les systèmes d’appels à projet. Le vocabulaire de projet – appel d’offre, objectif, consortium, workpackage, rétrocalendrier, résultat, etc. –, comme celui du management – bonnes pratiques, gouvernance, stratégie, agenda – ou du marketing de produit – cycle de vie, publics cibles – ne sont pas de simples pré ou péri (textes) aux énoncés scientifiques : étroitement insérés dans l’énonciation du projet de recherche, ils se nouent à la langue scientifique pour produire une langue de projet scientifique métisse et véhiculaire. Très largement utilisés dans les dispositifs de médiation numérique pour structurer et hiérarchiser les contenus, ces éléments de langage ont une forte puissance technique et symbolique : ils construisent une image du texte (Souchier, 1998) de recherche, dans laquelle la langue managériale est convoquée non seulement pour définir une action singulière, mais également pour en encadrer les motifs et le déroulement quels que soient les contextes méthodologiques et épistémologiques de l’activité de recherche.

19Le métissage de la langue scientifique est donc un opérateur de production de sens à double portée : non seulement il travaille en profondeur l’écriture des projets de recherche mais il reconfigure également la réception de ce travail dans des espaces professionnels et publics élargis, en particulier sur les réseaux. Pour s’instituer et circuler, cette nouvelle langue scientifique s’accompagne en effet d’une mise en forme des écritures de recherche dans des normes de production qui contribuent à requalifier le travail scientifique dans une visée managériale.

L’assujettissement de la production d’écrits à la production de livrables 

  • 5 Traduction du terme anglo-saxon deliverable. La forme francisée délivrable est plus rarement employ (...)
  • 6 Bien que peu fréquent dans le domaine des SHS.

20La logique organisationnelle qui prévaut dans le modèle communicationnel de l’appel à projet contraint à un découpage séquentiel de l’activité dans lequel chaque phase doit être authentifiée et validée par la production d’un livrable5. Ce terme hérité du jargon de projet industriel s’incarne de multiples façons dans le domaine de la recherche, en particulier en SHS : il peut désigner un texte (un rapport d’activités, une synthèse, un protocole de recherche, un brevet6, etc.), un dispositif technique ou une activité (une base de données, un dispositif d’apprentissage, un test à grande échelle, l’organisation d’une manifestation, etc.).

21La notion de livrable, du point de vue pragmatique, est supposée identifier, c’est-à-dire faire coïncider, la réalisation effective de l’activité à son écriture et, ainsi, produire sa conformité au programme prévisionnel. Il y a là une interrogation de fond sur la relation entre écrit de travail (Delcambre, 1997 ; Borzeix et Fraenkel, 2001) et écriture scientifique (Lefebvre, 2006). Car la production de livrables exige non seulement de restituer scrupuleusement une phase de travail, mais aussi d’en ajuster le contenu à l’ordonnancement de l’activité, et enfin d’inscrire ce processus dans un objet documentaire normé. Le format d’un rapport de recherche ou d’un compte rendu d’activités va donc prévaloir au détriment de l’article long dans le temps opérationnel du projet. Quelle place est alors accordée à ce dernier dans la temporalité du projet ? Le risque n’est-il pas qu’il devienne un satellite de l’activité de projet lié à sa temporalité et à ses codes ? Au sein des communautés de projet, le statut de l’article long reste une question vive sur la part d’autonomie à conserver, notamment lorsqu’il s’agit d’ouvrir de nouveaux terrains, de formuler de nouvelles hypothèses, de susciter des débats de fond. L’ouvrage collectif, qui est quant à lui, avec la conférence internationale, un des livrables communément admis de l’achèvement du projet, présente pour sa part, un format éditorial souvent contrasté : il peut être choisi avec la volonté de restituer l’activité de projet et se présente alors sous une forme à peine remaniée du rapport final de recherche ; plus rarement, il témoigne d’un travail éditorial qui tente de faire synthèse, non pas seulement de l’activité de projet mais du cheminement scientifique proprement dit.

  • 7 Ce que la recherche financée sur projet partage avec d’autres instanca sues et d’autres formes d’év (...)

22Dans la recherche contractualisée, la notion de livrable introduit ainsi un nouveau régime de production qui contraint l’activité scientifique non seulement à une obligation de résultats7, mais également à en scénariser le parcours sur un modèle séquentiel à forte connotation managériale du type <objectifs/méthodes/réalisation/évaluation/valorisation>. Cette séquence linéaire qui est reprise dans tous les systèmes d’AAP forme la base du contrat de recherche. Ce faisant, elle tend à naturaliser le parcours scientifique en gommant toutes les aspérités et les crises que le projet comme le processus de recherche connaissent et ont à prendre en compte et à résoudre, pour n’en conserver qu’une vision lissée et positiviste. Plus encore, l’obligation qui est faite dans un dossier de projet d’identifier les résultats escomptés contraint à énoncer les résultats en amont du processus de recherche, alors que c’est le processus qui logiquement doit seul pouvoir en permettre l’identification.

23La question des livrables contribue ainsi à forger une représentation idéal-typique de l’activité de recherche engagée dans une perspective productiviste ; elle assigne la recherche à une nouveau régime de visibilité (Voirol, 2005) auquel les équipes se trouvent désormais confrontées. En assujettissant les résultats de la recherche à une succession ordonnée de livrables, la logique de projet place la recherche dans une situation paradoxale : se conformer à des normes de production qui augmentent le risque de standardisation tout en sachant s’approprier ces contraintes pour créer de la valeur ajoutée à la recherche. Dans les deux cas, ce sont les conditions mêmes de production de la recherche qui sont interrogées et mises en jeu.

La dimension politique des écrits de projet

  • 8 Même lorsque celles-ci se dotent d’un ingénieur projet dédié à cette activité.

24L’étude des pratiques de communication scientifique nées de la contractualisation de la recherche sur projet apporte un éclairage nouveau sur les logiques d’acteurs à l’œuvre dans ces situations paradoxales. Au niveau macro, que nous dit le travail de publicisation de la recherche sur projet mené par le biais des agences et de ses organismes relais ? Ceux-ci ne se contentent pas de délivrer informations et alertes sur les appels à projet, de produire des guides pratiques. À travers ces porte-parole, les traces d’activités qui se construisent (mémoires de projets, sélection d’études de cas, guides de bonnes pratiques) et les outils de management de la qualité qui s’élaborent (charte de déontologie, certification) sont chargés de construire une mémoire organisationnelle et une réputation d’objectivité utiles à l’institution. Cette démarche volontariste, soucieuse de construire une image positive et attractive dans la communauté scientifique est guidée par une volonté de transparence qui entre en tension avec les ressorts du mécanisme de sélection et ses effets au sein des équipes. Car si toute candidature à un projet requiert des compétences et des habiletés dont l’importance ne fait que croître au fur et à mesure que le dispositif de l’appel à projet se développe, force est de constater que ce capital cognitif et symbolique reste à couvert de l’activité : la capacité à veiller les appels, à présenter une candidature, à monter un dossier, à se repérer dans l’environnement technique et documentaire de plus en plus sophistiqué ne font pas l’objet de grande publicité au sein des équipes8. De sorte que le travail que nécessite la réponse à un appel à projet demeure bien souvent souterrain.

25Au niveau micro, le paradoxe communicationnel de la contractualisation joue sur un autre registre du fantasme de la transparence (Souchier, 1996) sur lequel continue de reposer l’imaginaire de l’écrit d’écran : les sites web, blogs, réseaux dont les projets font un large usage entendent utiliser toutes les possibilités des TIC pour communiquer la recherche presque en temps réel. Dans ces objets et ces dispositifs qui associent divers procédés d’écriture et organisent de multiples traces de l’activité, le processus d’inscription médiatique de l’activité de projet trouve à s’incorporer, en articulant l’économie temporelle et discursive du projet à celle des réseaux et des flux de contenus. Le travail de communication et de médiation de la recherche se trouve ainsi pris dans la double contrainte du projet et de son environnement organisationnel et technique. L’écriture numérique du projet prend alors le risque, notamment à travers la standardisation des énoncés et leur obsolescence plus ou moins programmée (à l’issue du projet) d’affaiblir la richesse des situations de recherche et d’euphémiser des savoirs construits dans l’enquête alors même que l’activité de recherche se fonde généralement sur la qualité et la précision de son attention à son terrain d’enquête et aux situations d’observation qu’elle entend construire.

26Le modèle managérial du projet a fait l’objet de travaux critiques (Boltanski et Chiapello, 1999) et sa dimension paradoxale a été mise en lumière, notamment dans le domaine de la sociologie des organisations (Courpasson, 2000). Néanmoins ce modèle semble trouver dans le domaine de la recherche un terrain particulièrement accueillant de traduction et de déploiement. Ce processus de traduction interroge d’une part nos pratiques de recherche et d’autre part, la façon dont nous pensons nos pratiques. L’adoption du modèle managérial de projet dans l’espace de la recherche et des politiques scientifiques publiques peut être analysée comme une opération de réinterprétation de la dimension communicationnelle de l’activité scientifique. Nos enquêtes de terrain montrent en effet que l’activité de recherche sur projet entraîne pour les acteurs à la fois un surcroît et un déplacement d’investissement dans les activités de communication. Qu’il s’agisse de nouveaux formats de production, de nouveaux processus éditoriaux ou de nouvelles règles d’écriture, l’expérience de la recherche sur projet place les acteurs en situation de dire et faire la science à l’épreuve d’un modèle qu’il faut s’approprier et qui est un point de tension dans les pratiques. Ces tensions ne sont pas seulement des indices des conditions d’adoption d’un modèle de management au sein de l’activité, elles sont également révélatrices de ce que cette adhésion déplace et recompose des relations science-société.

27La recherche financée sur projet repose sur un processus spécifique de contractualisation entre la recherche et le politique par l’intermédiaire des appels à projets. Elle met à l’épreuve les conditions de production symbolique de l’activité scientifique, ce qui fait son identité et son action. La recherche financée sur projet est, à cet égard, une illustration exemplaire de formes de réinstitutionnalisation de la pratique : en posant la question du réglage vis-à-vis de la norme professionnelle en cours de constitution, elle interroge le rapport des chercheurs à leurs pratiques à travers les termes du contrat – moral, professionnel, social – qui les engage, tant au plan individuel qu’au plan collectif, celui de l’équipe dans laquelle ils travaillent, de la discipline qu’ils représentent et de l’institution qui les soutient.

Quelques pistes à discuter pour conclure…

28Cette dimension paradoxale de la pratique qui se traduit par une surexposition médiatique de l’activité dans l’espace scientifique et public, et le relatif silence cognitif dont il s’accompagne au sein des laboratoires et des équipes, laisse une grande part d’ombre sur les processus de mise en public de la recherche vivante. C’est sans doute précisément autour de cette tension communicationnelle que la recherche sur projet trouve la possibilité de se déployer dans les espaces professionnels et institutionnels de la recherche. Réfléchir sur les fondements et la spécificité du contrat dans la recherche financée sur projet ouvre ici une série de questions sur l’adéquation de cette forme de contrat avec le travail scientifique, sur sa légitimité à y prendre une place prépondérante, et sur la capacité des acteurs à s’approprier un dispositif par lequel se construit l’image publique de la science.

29Une possibilité de réponse, assez peu explorée, concernant la légitimité de la recherche sur contrat est à chercher dans la dimension communicationnelle de ce contrat : s’agissant d’un dialogue scientifique, que nous dit la recherche financée à propos du dialogue entre science et société ? À travers ce contrat, quel format la recherche donne-t-elle à voir de ce dialogue, autrement dit quelles normes professionnelles, académiques, culturelles tend-elle à produire et quels régimes de vérité et d’autorité scientifique contribue-t-elle à installer et propager dans l’espace social ? Ce que nos études permettent d’explorer, ce ne sont donc pas tant de nouvelles logiques communicationnelles à l’œuvre, mais plutôt la façon dont ces logiques déplacent et mettent au jour de nouvelles tensions, ce qui n’est pas forcément une mauvaise chose ! Autrement dit : si la logique de projet qui se généralise est, à n’en pas douter, une nouvelle contrainte organisationnelle – ce qu’elle est dans la mesure où rien n’est véritablement fait pour en faciliter l’appropriation par les acteurs –, elle ne peut pour autant être réduite à une vision axiologique de la science, comme un bien ou un mal – par rapport à quoi ? au nom de quel passé plus vertueux ou d’un quelconque âge d’or de la recherche ?

30L’approche communicationnelle de la recherche financée nous offre plutôt l’occasion de pratiquer et défendre avec J. Le Marec une forme de « réflexivité institutionnelle » (Le Marec, 2010) : réfléchir sur la manière dont nos pratiques sont en prise avec des cadres et des dispositifs qu’elles contribuent à réinterpréter, c’est-à-dire, pour ce qui nous préoccupe ici, comprendre, dans tout ce que le nouveau dispositif de pilotage par projets projette sur la recherche en train de se faire, ce qui requiert notre adhésion et recourt à la pluralité et à la diversité de nos engagements

Haut de page

Bibliographie

Babou, I., Le Marec J. (2003). De l’étude des usages à une théorie des ‘composites’ : objets, relations et normes en bibliothèque. In E. Souchier, Y. Jeanneret, J. Le Marec (dir.), Lire, écrire, récrire. Objets, signes et pratiques des médias informatisés. Paris : BPI, p. 235-299.

Bensaude-Vincent, B. (2009). Les vertiges de la technoscience. Façonner le monde atome par atome. Paris : La découverte.

Boltanski, L., Chiapello, E. (1999). Le nouvel esprit du capitalisme. Paris : Gallimard, Chap. II, La formation de la cité par projets, p. 154-238.

Borzeix, A., Fraenkel, B. (éd.) (2001). Langage et Travail, Cognition, Communication, Action. Paris : Éd. du CNRS

Boutinet, J.-P. (1990). Anthropologie du projet. Paris : PUF, 2005.

Claessens, M. (2009). Science et communication : pour le meilleur ou pour le pire ? Versailles : Quaé.

Courpasson, D. (2000). L’action contrainte : Organisations libérales et domination. Paris : PUF.

Delcambre, P. (1997). Écriture et communication de travail. Pratiques d’écriture des éducateurs spécialisés. Lille : Presses Universitaires du Septentrion.

Goffman, E. (1991), Les cadres de l’expérience. Paris : Éd. de Minuit.

Goody, J. (2007). Pouvoirs et savoirs de l’écrit. Paris : La Dispute.

Grossetti, M., Milard, B. (2003). Les évolutions du champ scientifique en France à travers les publications et les contrats de recherche. Actes de la recherche en sciences sociales, n° 148, 47-56.

Jeanneret, Y. (2007). Usages de l’usage, figures de la médiatisation. Communication & Langages, n° 151, 3-20.

Jurdant, B. (2006). Écriture, réflexivité, scientificité (entretien avec Joëlle Le Marec), Sciences de la société, n° 67, 131-143.

Latour, B. (1989). La science en action : introduction à la sociologie des sciences. Paris : La découverte, 2005.

Latour, B., Woolgar, S. (1979). La vie de laboratoire. La production des faits scientifiques, Paris, La découverte, 1996.

Lefebvre, M. (2006). Les écrits scientifiques en action. Pluralité des écritures et enjeux mobilisés. Sciences de la Société, n° 67, 4-16.

Le Marec, J. (dir.), (2010). Pour une réflexivité institutionnelle. Paris : Éditions des archives contemporaines.

Pestre, D. (2010). Penser le régime des techno-sciences en société. Production, appropriation, régulations des savoirs et des produits techno-scientifiques aujourd’hui. In J. Le Marec, (dir.), Les Études de sciences. Pour une réflexivité institutionnelle. Paris : Éd. des archives contemporaines, p. 17-42.

Piponnier, A. (2006). Dispositifs éditoriaux émergents dans les communautés scientifiques internationales de réseau. In G. Chartron, E. Broudoux, (dir.). Document numérique et société : Paris, ADBS, p. 251-264.

Piponnier, A. (2010). Publier la recherche en mode projet : objets et pratiques entre autonomie et normalisation ». In Y. Jeanneret, (dir.), Actes du colloque international Édition et publication scientifiques en sciences humaines et sociales : formes et enjeux, Avignon, 17-19 mars 2010. Avignon, Université d’Avignon et des pays du Vaucluse, 193-203.

Piponnier, A. (2011). Un cas de confiance professionnelle : construction des usages et des normes dans les systèmes d’appels à projet. In Actes du Colloque international In-formation et communications organisationnelles : entre normes et formes. Université Européenne de BretagneRennes, 2, 8-9 septembre 2011, 109-119. Texte disponible [en ligne] : URL : http://www.prefics.org/cersic/pdf/normesetformes.pdf

Piponnier, A. (2012). Le projet. Une approche sociopragmatique d’un artefact communicationnel. Dossier d’Habilitation à diriger des recherches. Paris, Université Paris-Diderot.

Souchier, E. (1996). L’écrit d’écran, pratiques d’écriture & informatique. Communication et langages, vol. 107, n° 107, 105-119.

Souchier, E. (1998). L’image du texte, pour une théorie de l’énonciation éditoriale. Les cahiers de médiologie, n° 6, 137-145.

Stengers, I. (1997). Sciences et pouvoirs, Paris, La découverte.

Tricoire, A. (2008). Action publique et pratiques scientifiques. Interactions autour d’un projet de recherche européen, Thèse de doctorat de sociologie, Université de Toulouse.

Voirol, O. (2005). Les luttes pour la visibilité. Esquisse d’une problématique, Réseaux, vol. 1-2, n° 129-130, 89-121.

Haut de page

Notes

1 Au sens qu’en donne Norbert Elias. N. Elias, Qu’est-ce que la sociologie, Pocket, 1970.

2 Étude menée de 2003 à 2009 portant sur un corpus de projets SHS issus des 5e et 6e PCRDT et observation participante de 2006 à 2009 de projets de recherche inscrits dans l’axe « science société » du 6e PCRDT.

3 Il s’agit là de la dimension administrative de la contractualisation comme procédure telle que la définit la Commission européenne : « Au niveau de la mise en œuvre d’un projet il s’agit de délivrer les résultats, de réaliser le but et de contribuer efficacement à l’objectif général du projet. Il s’agit en outre de gérer les ressources disponibles efficacement, de s’assurer et d’informer sur l’état d’avancement des actions ». CE, Europeaid, Contractualisation, mis à jour le 3/06/2013. Texte disponible [en ligne] : URL : <http://ec.europa.eu/europeaid/work/procedures/implementation/index_fr.htm>

4 Les termes en italiques font référence au jargon en usage dans les pratiques de projet. Ces termes, issus pour la plupart du vocabulaire du management anglo-saxon, contribuent à forger et à véhiculer une langue managériale de projet, très fortement marquée par ce modèle de management.

5 Traduction du terme anglo-saxon deliverable. La forme francisée délivrable est plus rarement employée.

6 Bien que peu fréquent dans le domaine des SHS.

7 Ce que la recherche financée sur projet partage avec d’autres instanca sues et d’autres formes d’évaluation, comme celles mises en place par l’AERES par exemple.

8 Même lorsque celles-ci se dotent d’un ingénieur projet dédié à cette activité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Piponnier, « Le projet dans les pratiques de recherche. Pour un retour réflexif et critique sur nos engagements », Sciences de la société, 93 | 2015, 110-123.

Référence électronique

Anne Piponnier, « Le projet dans les pratiques de recherche. Pour un retour réflexif et critique sur nos engagements », Sciences de la société [En ligne], 93 | 2015, mis en ligne le 01 juin 2016, consulté le 10 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sds/2365 ; DOI : 10.4000/sds.2365

Haut de page

Auteur

Anne Piponnier

Professeur en SIC, Université de Lorraine, laboratoire CREM, anne.piponnier@univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals