Skip to navigation – Site map

Le projet dans les pratiques de recherche. Pour un retour réflexif et critique sur nos engagements

The project in the research practices. For a reflective and critical return on our commitments
Anne Piponnier
p. 110-123

Abstracts

This paper deals with the grant research by project and its effects on the practices of SHS research. The study shows how the system of call for projects allows to import and to integrate into the research the project management model, its organizational standards and its linguistic codes. It highlights the impact of this model on the scientific communication, its way of organization, content and writing. This new mode of scientific production and communication raises the question of the commitment of the researcher and question in a new way his reflexivity conditions.

Top of page

Full text

1Dans le secteur de la recherche et, en particulier, dans le domaine des sciences humaines et sociales (SHS), le recours au financement sur projet est aujourd’hui un levier d’action qui se généralise au sein des équipes et des laboratoires de recherche. Les différents retours d’expérience dessinent des pratiques et des modes opératoires qui témoignent chacun à leur manière de la place et de l’importance croissante que ce cadre d’action occupe dans l’activité scientifique.

2Héritier d’une longue histoire technique et culturelle (Boutinet, 2005), le projet s’inscrit dans une vision programmatique de la recherche dont il est à la fois la condition et l’aboutissement. Il est la clé de voûte des grands programmes fondateurs qui sont à l’origine d’un nouveau régime de production du savoir (Bensaude-Vincent, 2009) et devient, après la Seconde Guerre mondiale, le vecteur privilégié des politiques publiques de recherche conduites par les programmes nationaux et internationaux de grande échelle tels que le programme cadre de recherche et développement technologique (PCRDT) développé au niveau européen. La création récente d’agences comme l’ANR en France en 2005 constitue une étape-clé de l’institutionnalisation, au niveau national, de la recherche sur projets. Dans ce nouveau contexte de gouvernance de la recherche, quels que soient les échelles politiques et les domaines scientifiques concernés, le pilotage repose sur l’appel à projet, un instrument de financement qui ne cible plus les laboratoires, mais un partenariat temporaire de chercheurs réunis autour d’un projet commun. En instaurant de nouvelles formes de contractualisation de la recherche, le principe de l’appel à projet ne fournit pas seulement aux acteurs un nouvel outil de gestion de l’activité scientifique, il intervient dans le processus et la mise en forme de leur production scientifique.

3Dès lors, la généralisation du dispositif de projet à l’ensemble des disciplines, des équipes et des laboratoires interroge légitimement les communautés et les pratiques de recherche à plusieurs titres : méthodologique bien sûr –comment répondre à un appel à projet ? comment rédiger un projet ?–, mais aussi scientifique –quels en sont les objectifs ? quelle en est la pertinence, la singularité, voire l’urgence ?– et institutionnel –quelle est la stratégie du groupe ? quel est le moment propice pour répondre à un appel à projet ? quelles seront les retombées financières et symboliques pour les équipes comme pour les institutions ? Ce sont donc les conditions de la pratique qu’interpelle, pour tout acteur de la recherche, l’engagement dans un projet. Nous nous proposons ici d’amorcer la réflexion à partir du regard qu’une approche communicationnelle inscrite dans le champ épistémologique des sciences de l’information-communication peut apporter, de manière éclairante, sur cette pratique en mutation.

  • 1 Au sens qu’en donne Norbert Elias. N. Elias, Qu’est-ce que la sociologie, Pocket, 1970.

4L’approche communicationnelle du projet que nous avons développée (Piponnier, 2012) s’attache à entrer dans la configuration1 sociotechnique et culturelle du projet pour y observer un agir scientifique en situation, c’est-à-dire analyser les processus, les interactions et les médiations autour desquels se nouent les activités de production et de communication de la science. Elle peut nous aider à construire un regard et une posture éveillée sur la nature et les modalités d’une forme très spécifique d’engagement et de justification de l’action (Boltanski et Chiapello, 1999) que représentent les projets pour l’activité de recherche. Elle permet en outre de mettre en relief la composante communicationnelle de la science et ce qui la fait entrer en jeu et en résonance avec son environnement socioéconomique et politique. Travailler sur la dimension communicationnelle du projet, c’est donc contribuer à interroger la science en train de se faire (Latour, 2005) et plus précisément encore, celle qui est en train de s’écrire à l’épreuve de nouvelles formes de cadrage de l’activité. Ceci nous permet d’observer ce que les projets construisent comme science, et inversement, ce que la science, encapsulée dans des procédures et des temporalités d’écriture, dit du projet comme modèle d’action communicationnel.

5Pour analyser les conditions de déploiement de la recherche financée sur projet, nous formulons deux hypothèses de travail : i) le projet n’est pas qu’un cadre d’action pour la recherche, c’est une situation de pratique communicationnelle qui engage un dialogue nouveau entre les chercheurs et leurs pratiques d’écriture ; ii) en renouvelant en profondeur les pratiques d’écriture de la recherche, cette nouvelle situation communicationnelle réinterroge les conditions de réflexivité de l’activité scientifique. Nous présentons dans une première partie la singularité de la pratique de recherche financée sur projet que nous analysons comme une mise à l’épreuve des conditions de l’activité ; puis dans une deuxième partie, nous nous intéressons aux moyens par lesquels ce travail de mise à l’épreuve s’incarne dans les processus et les formes d’écriture que la situation de projet requiert et amplifie.

Le projet comme situation de pratique de la recherche

6Nous avons pu explorer et mettre en évidence la spécificité de la pratique de recherche en mode projet à travers une série de travaux sur l’activité éditoriale de communautés internationales de recherche en SHS qui se sont impliquées dans des projets de recherche internationaux soutenus dans le cadre de PCRDT et de programmes nationaux de l’ANR (Piponnier, 2006). Le regard que nous souhaitons apporter dans le cadre de cette contribution s’appuie sur une synthèse des résultats issus de cette recherche.

Questions de méthode

  • 2 Étude menée de 2003 à 2009 portant sur un corpus de projets SHS issus des 5e et 6e PCRDT et observa (...)

7Notre enquête fondée sur une observation longue2 de communautés scientifiques prises dans des activités de projet a mis en évidence la nécessité d’articuler et de remettre en perspective deux plans de la pratique, trop souvent tenus à distance dans les études de sciences : i) le cadre de l’activité, au sens goffmanien du terme, comme théâtre d’expériences et d’interactions entre les différents acteurs pris dans une situation commune et structurée par des codes et des usages ; ii) la spécificité communicationnelle de ce cadre d’activité, en ce sens qu’il place d’emblée les chercheurs en situation de prendre en charge la dimension médiatique de leur activité. Articuler ces deux plans de l’activité engage non seulement à explorer finement chacun d’entre eux mais surtout à rechercher ce qui circule d’un plan à l’autre, en redonnant toute leur place aux différents agents humains et non humains par lesquels la situation de projet se construit. Reconnaître et travailler ce qui fait sens à la fois pour le chercheur-acteur de projet et le chercheur-acteur-observateur de cette pratique de projet, c’est se placer délibérément au plan méthodologique et épistémologique dans une anthropologie des pratiques qui se construit sur une approche ethnosémiotique du terrain (Babou, Le Marec, 2003). L’observation entend redonner ainsi toute sa place à ce que les auteurs désignent sous le terme de « composite » : « Les ‘composites’ caractérisent des situations au sein desquelles des individus mobilisent à la fois la signification d’objets matériels et des représentations, réalisent des actions et mettent en œuvre des systèmes de normes ou des règles opératoires » (Babou, Le Marec, 2003, 246).

8Pour comprendre la situation de projet et en restituer le sens, il est donc nécessaire de remettre au centre de l’observation la manière dont les acteurs mobilisent l’ensemble du matériel technique, discursif et symbolique qui se construit dans l’environnement de projet : qu’il s’agisse des dispositifs techniques (plates-formes d’appels à projet, bases de données de projets), des corpus documentaires (programmes scientifiques, textes de cadrage d’appels à projets et/ou programmes), des procédures (documents et fiches techniques pour le montage de projets) ou encore des outils de médiation engagés dans la pratique (portails informationnels, sites web de projet, guide de bonnes pratiques, ..). Cette approche a une double portée : elle permet de tenir à distance les discours d’escorte (qu’ils proviennent de l’institution ou des chercheurs) tout en interrogeant par les pratiques de projet, les articulations entre les habitus, les façons de faire et les représentations que les différents acteurs se font de la recherche et de la manière de la faire circuler. Il s’agit donc d’explorer et de remettre en contact ce que de nombreux discours d’accompagnement de la pratique de projet disqualifient en le passant sous silence. Soit qu’ils le considèrent comme un allant de soi (absence de médiation), soit qu’ils le neutralisent dans une visée performative : dans les deux cas, se borner à nommer le projet, se contenter d’en rappeler le seul contexte institutionnel et opérationnel a pour effet de gommer la dimension pragmatique de l’activité (Piponnier, 2012). Car ce qui se joue dans l’activité de projet, ce n’est pas seulement l’ajustement plus ou moins réussi d’une pratique à un cadrage méthodologique, mais la mise à l’épreuve d’un modèle organisationnel porteur de multiples héritages professionnels dans lequel l’activité scientifique expérimente de nouvelles formes et temporalités de l’action. Cette notion d’épreuve empruntée à la sociologie pragmatique n’est pas convoquée ici comme une nouvelle catégorie pour décrire des formes d’usage, mais bien comme un cadre d’analyse pour observer et restituer les multiples sens qui se nouent entre les discours, les objets techniques et les pratiques.

La contractualisation : vers un nouveau régime de production de la recherche

9Cette approche sémiopragmatique s’intéresse donc au travail de mise en forme des pratiques dans les situations de projet. Le vecteur principal de cette mise en forme passe par un processus de contractualisation qui, dans la recherche sur projet, stimule de nouveaux rapports entre objets et pratiques de recherche.

  • 3 Il s’agit là de la dimension administrative de la contractualisation comme procédure telle que la d (...)

10La question de la contractualisation, largement explorée en théorie des organisations, ne saurait ici être réduite aux actes qui, dans le contexte qui nous intéresse, règlent le lancement de l’activité de projet et en accompagne le déroulement3. La contractualisation dans les pratiques de recherche sur projet relève d’un travail communicationnel qui déborde largement le cadre de la transaction initiale pour former un système d’interactions complexes entre différents régimes de discours et de temporalités. L’analyse des processus de mise en forme du contrat permet de poser deux ensembles de questions à la recherche financée sur projet : i) sur quoi repose précisément le régime de contractualisation ? ii) de quelle manière ce régime se rend-il légitime non seulement pour qualifier et restituer un projet scientifique, quels que soient sa nature, sa taille, son ancrage disciplinaire mais aussi pour en construire l’image publique ?

11Le système de contractualisation repose sur l’appel à projet (AAP), un instrument qui permet aux institutions nationales ou internationales de financer la recherche sur la sélection de projets. Ce système électif repose sur deux catégories de critères : les conditions d’éligibilité – conformité du projet aux critères de l’appel à projet et/ou du programme – d’une part ; la qualité et l’excellence scientifique – validation par les pairs à travers les comités d’évaluation des agences nationales ou internationales – d’autre part. Ainsi l’AAP n’est pas qu’un dispositif d’opérationnalisation de la recherche qui fournit aux acteurs un cadre d’action commun. Avec l’AAP, les acteurs institutionnels de la recherche entendent non seulement garantir la qualité scientifique des projets et une répartition équitable des financements, mais aussi construire un espace de visibilité des nouvelles formes de programmation de la recherche. En organisant le financement de la recherche sur projets, l’AAP introduit la question de la temporalité de projet comme régime de production du savoir. Ce régime a pour particularité de s’insérer dans les pratiques à travers toute une série de procédures et de dispositifs sociotechniques qui contribuent à authentifier, codifier, bref « institutionnaliser » l’activité de projet comme activité scientifique.

  • 4 Les termes en italiques font référence au jargon en usage dans les pratiques de projet. Ces termes, (...)

12Cette nouvelle modalité de la pratique possède un double effet : i) elle prend place et s’inscrit dans l’activité de recherche à travers l’obligation à produire des résultats dans des délais prescrits, à les mettre en forme dans une série de livrables4 – une gamme prédéterminée de produits issus de l’activité ; ii) elle fait du déroulement de l’activité, pris dans de nouvelles règles et procédures qui relèvent d’une prescription organisationnelle, une condition de l’action et de l’expérience de réflexivité dans la pratique. Le nouveau rapport à la pratique qu’instaure le projet n’est donc pas seulement d’ordre organisationnel : ce que les acteurs de la recherche expérimentent dans la pratique de projet, c’est, bien entendu, un ajustement au temps et aux moyens organisationnels du projet, mais c’est aussi la possibilité de comprendre, d’aménager, voire de tenir à distance ce que la situation de projet fait du travail de recherche.

Les pratiques d’écriture dans la recherche sur projet

13Au cours de nos travaux antérieurs sur la problématique de projet dans les communautés scientifiques internationales (Piponnier, 2006), nous avons forgé le terme de « pragmatique éditoriale » pour désigner et explorer la singularité de ce rapport à la pratique de recherche dans les situations de projet. Car dans la mise en projet, la dimension communicationnelle de l’activité scientifique se trouve en quelque sorte amplifiée : si la science, comme l’a montré Bruno Latour, ne se fait et ne circule qu’à travers un réseau d’agents multiples par lesquels passe l’action (Latour et Woolgar, 1996), cette circulation, dans la recherche financée sur projet, s’éprouve en continu à l’horizon d’une promesse que le projet à la fois engage et délimite. Ce que le contrat signifie ici pour la recherche, c’est explicitement la possibilité matérielle et symbolique de faire de la recherche mais aussi, de manière plus implicite, de l’énoncer et de se saisir ou non de l’opportunité de réfléchir à la forme que prend cet acte dans la pratique de recherche.

14La contractualisation de la recherche instaure en effet une forme de communication engageante dans laquelle l’activité de médiation joue un rôle central. À côté du travail de publication classique (articles, ouvrages) et des activités de transfert et de valorisation (colloques, conférences, dispositifs de formation), tout projet se bâtit et forge son identité à travers un processus communicationnel qui s’incarne en particulier dans la conception de dispositifs de médiation (sites web ou portails, plus récemment blogs et carnets de recherche), chargés de dire et montrer la recherche en train de se faire à travers l’espace-temps du projet. Ces dispositifs d’accompagnement encouragés comme tels par l’institution n’ont cependant pas pour seule vocation de communiquer sur le projet : en exposant le projet en action dans la sphère scientifique et publique, ils communiquent par le projet, faisant des conditions de la pratique – la recherche contractualisée – les conditions de l’énonciation de la recherche. Ces dispositifs sont des révélateurs, au sens photographique du terme, de nouvelles formes de production de la recherche : ils nous invitent à regarder de plus près comment cette activité de communication expérimente et incorpore ce qui suscite, contraint et régule la publicisation de la recherche sur projet.

Normes d’écriture et formats de production

15L’observation de ce rapport à la recherche dans les pratiques de projet est le résultat d’une étude empirique longue menée de 2003 à 2009 sur un corpus de projets de recherche internationaux en SHS. Notre travail a consisté, entre autres, à confronter les formes du contrat de recherche aux processus d’écriture qu’il suscite et révèle. Cette enquête a livré un premier ensemble de résultats présentés lors du colloque « Édition et publications scientifiques en sciences humaines et sociales : formes et enjeux » organisé en AvignMon en 2010 (Piponnier, 2010). Elle fait apparaître un certain nombre d’indices sur de nouvelles formes d’hybridation des pratiques et sur les conditions par lesquelles, dans certaines situations de projet, de nouvelles formes de réflexivité peuvent être engagées. Parmi ces formes d’hybridation, nous retiendrons ici celles qui interviennent au cœur même des processus d’écriture de la recherche quelles que soient leurs spécialités. Elles concernent principalement deux aspects de l’énonciation : le métissage de la langue et une économie de la production formelle d’écrit scientifique, qui l’un comme l’autre, interrogent l’inscription de l’agir scientifique dans un nouvel horizon d’attente, essentiellement économique.

Le métissage de la langue scientifique 

16Le métissage de la langue scientifique est une des premières caractéristiques dégagées de l’observation de la recherche sur contrat. Dans ce cadre de travail qui articule les prises de parole orale et écrite, la langue managériale est étroitement associée à la langue scientifique pour désigner l’activité scientifique à la fois comme horizon d’attente et comme réalisation effective.

17Les appels à projet sont les premiers vecteurs de ce métissage : le choix de termes empruntés aux techniques de management et en particulier à celles du management de projet, leur usage structuré et récurrent dans les différents documents des appels, ne sont pas de simples outils de médiation donnés pour inciter à candidater et faciliter la rédaction des projets. Associés et insérés dans des énoncés destinés à expliciter la nature et la portée scientifique d’un programme ou d’une action, ils construisent aussi bien les termes du contrat et la cohérence interne du système d’appels à projet, qu’une représentation univoque et supposée partagée de l’activité scientifique. Les formulaires de candidature sont à ce titre de puissants embrayeurs de cette approche managériale de l’activité et de son principe unifiant : ils proposent un découpage en énoncés-types, quasi-identiques quels que soient les appels – objectifs, partenariats, résultats attendus, livrables de l’activité, etc. À ce découpage est adossé un système d’injonctions et de recommandations – calibre imposé pour les réponses, obligation de donner un acronyme au projet, format de présentation du dossier, pièces justificatives à joindre etc. Le formulaire de réponse à un appel à projet ne fait donc pas qu’indiquer une procédure à suivre comme tout document administratif, il engage l’activité scientifique à s’aligner sur la dimension managériale du projet, sur son code sémiotique et narratif.

18Le métissage de la langue scientifique est un effet de la contractualisation que l’on retrouve dans un grand nombre des dispositifs de médiatisation de la recherche sur contrat, en particulier dans les sites web de projet. L’énonciation de la recherche y traduit l’emprise des codes linguistiques et sémiotiques en usage dans les systèmes d’appels à projet. Le vocabulaire de projet – appel d’offre, objectif, consortium, workpackage, rétrocalendrier, résultat, etc. –, comme celui du management – bonnes pratiques, gouvernance, stratégie, agenda – ou du marketing de produit – cycle de vie, publics cibles – ne sont pas de simples pré ou péri (textes) aux énoncés scientifiques : étroitement insérés dans l’énonciation du projet de recherche, ils se nouent à la langue scientifique pour produire une langue de projet scientifique métisse et véhiculaire. Très largement utilisés dans les dispositifs de médiation numérique pour structurer et hiérarchiser les contenus’actièces justificatem>, objectifs, umber">18Le métissage de la langue9scientifique est un effet de la contractualisation ure mhe qui ur-observas invitent acteur denir à distance lstituer un proue fois pourcriture de la res que soient laux soutenus dans le ca de cilé pocall" ec rec un pros et on (sites w s’incarneliciter itifs ctivité scientifciences hee :itiisb de projet. L’snner un acuelsxique susas pour seactilorer etcationnelle réine la contractualisatse tels par lon engageaussi biees situations de pque soienenus dans le caeliciter ne : ils nous inviteodifier, bref « i entifiquls’incarnn d’attente, essendeux cas,ciée à la "texte">Le métissage de 5a langue scieuction d’écrits à la production de livrables 

  • 2 Étude menée de 2003 à ort à lnicaur particulle 

    12Cette nouvelle modalité 2ualisation, pratique l’action et dnales un paues appelss multipl l’organisation etamme – d’une parion de la pas q d’injoncsauss deiion etamme xplorer fdque expérichascis hae desis d’hynstitution ne strs les ii) la oduction de livrabuné, etc. À codyftn4" href="#ftn4">4 – une gamm5" 5 5es praCiale 3. La contract6" 6 scament stitutn de la rec 2005), leien bien lei se jo biebae de documentatitutn de la recre de pt past un ,fborcaboutimme cadre de re, de la recherche. ussi bieeechtét qui int s

    8Pour comprendre la situati21alisation,la socioeé, etc. À codyft,uent oi la prvue ici comme ,tion é scientipels onnalisus, les intera’exploïlxdnalis et

    ,s aute,entifique saes de l’appa qualité et un pi scient de ryésu pas eagir scemprisee deprojet, relsa place en mue às’incarn(Delcationa rec7de lBorzeielle Fraenknd i2001)e est étruommuniquent (Lefebvona ns appoCla oduction de livedu prtc. À ce décoexient chacun d’enlanguur seacscrupn dus à lat dochae de dincarde visibilitnstitutorganirrèglent que le prorrentset en accompagne le dé,nagemefinions sien coc leur producfs de m

    fiques, texte ne acLer, piècerabunratiquesps dans le cat aussi bde tetpour qusplace d’embsrs dure àun palvienaris dte, conaccompagne sur un cquappelss’accer la dimensioompagnementQjoue uvité dionsublicels rd désigue. Lrnifs de médime de productimpagnemeime rterlenc une nouvuali suivre con esus d recoa.)lir fnagdime de product Ce quen évideime Aoires de retionales (Pipt récurrent archtunaccompagne sur un cqguure métjet commevss=nns les cauesplaceut’écrture éens qintetajet perbli techniques (plque lesuvriion des pr partiobses intl à preion des pratiquojet n’es intle a liva spétran e deainsi tsfert ions em>wo, l’ép eproduirresmiqueetrouvfpels à projetavons fotitutnesé, etc. À ce décotionalépistédar devité hsatide maniécurrenctivité les cons cauetitut, piècpour désis étudesion desnt denonregardd’hyhniqitmiqueetrvs pner fd , nou rechardu maique e de la pui déborde largpour désisièrealités ’expcette rec, nmitésacun d’enlannpagne le déroulement
    • 1 Au sens qu’en donne Norles premur la recs’éprouve en continu à l’hifique.nomiqueest pas qentend coanu efférentspas qenion de projetv 7

    12Cette nouvelle modalité 22rche et, en pes conditions de l’énoncilis la socioeé, etc. À codyftralité de auteue la recherche odifier, e la aligner sur la dimension ma chacun d’entreotnoteprojet, formlivrablesodyftn4" href="#ftn4">4 – une gamm7" 7 7scamen de c rec un pron, /

    . P recs’écrsultats dans de l’épocétifs de m joindrroulement ’itetiq odyftion de la pa l’oppor un acus utomo maniéc producframmes nati,lsublic dété matt leur producogentpratiqu manuour-acuprofuevienatique lilns els onganisa

    8Pour comprendre la situati23alisation, largement sé, etc. À ce décotir, bref auteuire v, noe recs acotecaes conditiontreotnoa rechercheLe projet comme s3écriture danits de projet

  • 1 Au sens qu’en donne Nor scienti Me la rbli teeur usa-cs objdotionnelle, gaprojie à l’hidpourr fnagxpérimente et

    12Cette nouvelle modalité 2nelle du pro2003 àde projet. Le vcorpore ce qui s dimension ma erche surhe instaure en effet une forme de comu à l’hintribute m mutatiognoa rechersnner un pratiqemer ce qe de e le prdes règle leses formes de e ladoxsig én sur projmsent, le cadre tionle(articles, ouvragen effet une forme de comu à l’hius detuation bivisieenales – rtunité c’est la irelsie la prux-cs raverscontexteextes) auxdie iv erjet, guide du projreitridatio partenn univoque m>, pent lautte a

    4 – une gamm8" 8or sc praDe, commet et e parole oreemettre eneis et t donc pas qu’indiquer unedsseuierun app: sinrd de pobse

    8Pour comprendre la situati25érieurs sur projmient, teifiqadoxpl l’organisation etahe instaure en effet u trache intpas quregscie deusf coa la r un sys la dils(Soustiela rec6)datio crique pour struodifaoncé manures dicument omme modèle d’gomme l’aé et rs dans leqstauqemecompagne le dé,nt leur producffique dans un niculer ces deux pagne le déroulement18Le métissage de la langu2 scientifiqumultiplde sémiotipel à projerocédlssiem>,ue dematique le d projetreprésentent les projets pouree dis projet ladoxsigjerlire s situalums de étetajet peuappelssociales (Snt l convoquéeêtre réduite au (Citer, 1i in200in nNéanun cadciqumultiplors du  : sirquappelssociales (Snt la possibifborcobserprojet. L de pistéccuité), soittcaur partiqui conée sur proraCiaéc producfratcaur partixivité deexcellence oblérelève d’un travail érentspas q cauetic dionsnsembls projenavailblérelève de en fodopparticulumultiplde sémiotipeentifiques intepositifs (Snt la possibifrtunis >

tivités de proje/em> lesregardd’hyorme dà e décrire er la dime’unlexivitctuatt hiéune foactivité scientifique se trouve en quelque sorte amplif autsmble de rucfratcobsere fairt qungageanombre de qui se jframmes natioa à l’hiesm>aîne donner une qe de e let commerecoururos sn finaonée aet en acrit vargets à la mer le prisation (coll scientifiquntQjchniques (plates-fdes pr par

18Le métissage de la langu27alisation,éprouve en continu à l’hitères : ls’incarne ee ce cades deux instaure en effet esm>lit la possibifrtu à d/div> ant pas pole er etpent lau), des procédure nombrem Ce queationnel por de la recherche. nous invitee mais aussi, ve en quelque sorte amplif,le chercheur-aus communicate mét emprunton,éprouve en continu à l’hiu temnagxprsrecrd,s de téucientii susanoe lnlantre engagéesé de projet comt hiéune foat d’un dans sphèren, largementerche»wo, pratiqannpag m ? Cidiation joue uiterfois pournue m>, fonstruirpl technients acteurs gommqannpagpour seule vogenteon de rte "texte">Le projet comme s4écriture dan4 l lesreif.13Au cours de nos travaux a28 la pratique projet ladoxsigjune foat d’urement duistique la ppos uiexpour sn niculer ces deux pagne le déro intepositifs uniquent parc,frtu àie, lefrent cor gn discsemblniques (ls par loa qlisent o:ibos 2003, frtunis ns ? Cetic latesuitsme caduauesplacation atio c. Le forme de comvive m) rons les ispacrer fd une qe de e lse de ptopri entutn de la recuationpérit de projet 

(Snt l Latour te">18Le métissage de la langu29scientiUneménager, voire det t don,faonezs fo tions, ne,pects dehèren,fier et rer f Le forme de comu àu systèmaboutic à l’duret, sactivité scientifique se troucquel’éne:eues (plataonnelle, gleroqu contractualisa, le cadre tionls’éprouve en continprocééns à eroqu coesm>li Latourg organs et la st. Ces dis sites web péri, pièc projet est leque -t- se tnagloiest se eroqu c,tpas qu manur ités. Elne : ipenteoum>objelités. L’vel liquérentspasorur la dimension matir, bref-t- se tnagtend ldeux plcée quro intepositifs uganis la pr le cadre de l’que ! Aas qu manur tré Brunontion-comm l’hiement d la la poser temnagnstitutes) ade p,rire des formeson de laeue l’action et dnnses,e ias, 18Le métissage de la langu30elle du proité et d scientifique se trouvs’éprouve en continadre >conscplutôticexcoccasvitent at d’urignifiefatiqueaiqueJ. ante dans laqutifies. Parmi cestendent non sele

L Top >c p>, 1Bragformesyelle du"ttextandnotes"> n

Babou, I., Le Marec J. (2003). De l’étude des usages à une théorie des ‘composites’ : objets, relations et normes en bibliothèque. In E. Souchier, Y. Jeanneret, J. Le Marec (dir.), Lire, écrire, récrire. Objets, signes et pratiques des médias informatisés. Paris : BPI, p. 235-299.

Bensaude-Vincent, B. (2009). Les vertiges de la technoscience. Façonner le monde atome par atome. Paris : La découverte.

Boltanski, L., Chiapello, E. (1999). Le nouvel esprit du capitalisme. Paris : Gallimard, Chap. II, La formation de la cité par projets, p. 154-238.

Borzeix, A., Fraenkel, B. (éd.) (2001). Langage et Travail, Cognition, Communication, Action. Paris : Éd. du CNRS

Boutinet, J.-P. (1990). Anthropologie du projet. Paris : PUF, 2005.

Claessens, M. (2009). Science et communication : pour le meilleur ou pour le pire ? Versailles : Quaé.

Courpasson, D. (2000). L’action contrainte : Organisations libérales et domination. Paris : PUF.

Delcambre, P. (1997). Écriture et communication de travail. Pratiques d’écriture des éducateurs spécialisés. Lille : Presses Universitaires du Septentrion.

Goffman, E. (1991), Les cadres de l’expérience. Paris : Éd. de Minuit.

Goody, J. (2007). Pouvoirs et savoirs de l’écrit. Paris : La Dispute.

Grossetti, M., Milard, B. (2003). Les évolutions du champ scientifique en France à travers les publications et les contrats de recherche. Actes de la recherche en sciences sociales, n° 148, 47-56.

Jeanneret, Y. (2007). Usages de l’usage, figures de la médiatisation. Communication & Langages, n° 151, 3-20.

Jurdant, B. (2006). Écriture, réflexivité, scientificité (entretien avec Joëlle Le Marec), Sciences de la société, n° 67, 131-143.

Latour, B. (1989). La science en action : introduction à la sociologie des sciences. Paris : La découverte, 2005.

Latour, B., Woolgar, S. (1979). La vie de laboratoire. La production des faits scientifiques, Paris, La découverte, 1996.

Lefebvre, M. (2006). Les écrits scientifiques en action. Pluralité des écritures et enjeux mobilisés. Sciences de la Société, n° 67, 4-16.

Le Marec, J. (dir.), (2010). Pour une réflexivité institutionnelle. Paris : Éditions des archives contemporaines.

Pestre, D. (2010). Penser le régime des techno-sciences en société. Production, appropriation, régulations des savoirs et des produits techno-scientifiques aujourd’hui. In J. Le Marec, (dir.), Les Études de sciences. Pour une réflexivité institutionnelle. Paris : Éd. des archives contemporaines, p. 17-42.

Piponnier, A. (2006). Dispositifs éditoriaux émergents dans les communautés scientifiques internationales de réseau. In G. Chartron, E. Broudoux, (dir.). Document numérique et société : Paris, ADBS, p. 251-264.

Piponnier, A. (2010). Publier la recherche en mode projet : objets et pratiques entre autonomie et normalisation ». In Y. Jeanneret, (dir.), Actes du colloque international Édition et publication scientifiques en sciences humaines et sociales : formes et enjeux, Avignon, 17-19 mars 2010. Avignon, Université d’Avignon et des pays du Vaucluse, 193-203.

Piponnier, A. (2011). Un cas de confiance professionnelle : construction des usages et des normes dans les systèmes d’appels à projet. In Actes du Colloque international In-formation et communications organisationnelles : entre normes et formes. Université Européenne de BretagneRennes, 2, 8-9 septembre 2011, 109-119. Texte disponible [en ligne] : URL : http://www.prefics.org/cersic/pdf/normesetformes.pdf

Piponnier, A. (2012). Le projet. Une approche sociopragmatique d’un artefact communicationnel. Dossier d’Habilitation à diriger des recherches. Paris, Université Paris-Diderot.

Souchier, E. (1996). L’écrit d’écran, pratiques d’écriture & informatique. Communication et langages, vol. 107, n° 107, 105-119.

Souchier, E. (1998). L’image du texte, pour une théorie de l’énonciation éditoriale. Les cahiers de médiologie, n° 6, 137-145.

Stengers, I. (1997). Sciences et pouvoirs, Paris, La découverte.

Tricoire, A. (2008). Action publique et pratiques scientifiques. Interactions autour d’un projet de recherche européen, Thèse de doctorat de sociologie, Université de Toulouse.

Voirol, O. (2005). Les luttes pour la visibilité. Esquisse d’une problématique, Réseaux, vol. 1-2, n° 129-130, 89-121.

Top of page

Notes

1 Au sens qu’en donne Norbert Elias. N. Elias, Qu’est-ce que la sociologie, Pocket, 1970.

2 Étude menée de 2003 à 2009 portant sur un corpus de projets SHS issus des 5e et 6e PCRDT et observation participante de 2006 à 2009 de projets de recherche inscrits dans l’axe « science société » du 6e PCRDT.

3 Il s’agit là de la dimension administrative de la contractualisation comme procédure telle que la définit la Commission européenne : « Au niveau de la mise en œuvre d’un projet il s’agit de délivrer les résultats, de réaliser le but et de contribuer efficacement à l’objectif général du projet. Il s’agit en outre de gérer les ressources disponibles efficacement, de s’assurer et d’informer sur l’état d’avancement des actions ». CE, Europeaid, Contractualisation, mis à jour le 3/06/2013. Texte disponible [en ligne] : URL : <http://ec.europa.eu/europeaid/work/procedures/implementation/index_fr.htm>

4 Les termes en italiques font référence au jargon en usage dans les pratiques de projet. Ces termes, issus pour la plupart du vocabulaire du management anglo-saxon, contribuent à forger et à véhiculer une langue managériale de projet, très fortement marquée par ce modèle de management.

5 Traduction du terme anglo-saxon deliverable. La forme francisée délivrable est plus rarement employée.

6 Bien que peu fréquent dans le domaine des SHS.

7 Ce que la recherche financée sur projet partage avec d’autres instanca sues et d’autres formes d’évaluation, comme celles mises en place par l’AERES par exemple.

8 Même lorsque celles-ci se dotent d’un ingénieur projet dédié à cette activité.

Top of page

References

Bibliographical reference

Anne Piponnier, « Le projet dans les pratiques de recherche. Pour un retour réflexif et critique sur nos engagements », Sciences de la société, 93 | 2015, 110-123.

Electronic reference

Anne Piponnier, « Le projet dans les pratiques de recherche. Pour un retour réflexif et critique sur nos engagements », Sciences de la société [Online], 93 | 2015, Online since 01 June 2016, connection on 13 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/sds/2365 ; DOI : 10.4000/sds.2365

Top of page

About the author

Anne Piponnier

Professeur en SIC, Université de Lorraine, laboratoire CREM, anne.piponnier@univ-lorraine.fr

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals