Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Olivier Favereau (dir.), Penser le travail pour penser l’entreprise

Presses des Mines, Paris, 2016, 178 p.
Gérald Gaglio
Référence(s) :

Olivier Favereau (dir.), Penser le travail pour penser l’entreprise, Presses des Mines, Paris, 2016, 178 p.

Texte intégral

1Le titre du livre est un programme de recherche. Il s’inspire d’une sociologie du travail qui l’étudie dans son « contenu concret » et plus dans son « extériorité » (un salaire, une socialisation, etc.). Ce prisme permet d’ouvrir la boîte noire que reste souvent l’entreprise et d’en prôner une nouvelle forme, plus démocratique et moins soumise au tropisme actionnarial, dans la lignée d’autres recherches récentes. Le livre assume par conséquent un parti pris normatif (voire prescriptif), étayé à la fin de tous les chapitres. Ces réflexions se déduisent d’une vision analytique qui imprègne, plus longuement et plus profondément, chaque contribution.

2Cet ouvrage collectif est le résultat d’une série de séminaires menés au collège des Bernardins depuis 2009. Il comporte six chapitres relevant de quatre disciplines (économie, anthropologie, sociologie et sciences de gestion), une courte préface ainsi qu’une postface. L’introduction, écrite par Olivier Favereau, indique que les échanges sont partis d’une « thèse déconstructive » (le travail est entravé à un niveau jamais atteint dans les entreprises) puis pose les jalons d’une « thèse reconstructive » (comment faire en sorte, théoriquement et pratiquement, de réhabiliter le travail ?). Pour porter cette thèse, le travail, « tel qu’il est sollicité par l’entreprise », est découpé en trois dimensions : il est production (un couplage entre un output et un input), coopération (l’on travaille avec d’autres) et innovation (au sens d’apprentissage). Tout l’enjeu est de passer d’une appréhension (« valence ») négative à une appréciation positive de ces trois aspects. En effet, pour ne s’arrêter qu’aux deux premiers, le travail peut être plaisir autant que labeur, et la coopération ne se limite pas à l’obéissance.

3Les deux premiers chapitres s’inscrivent dans le champ de l’économie. Le chapitre 1 montre que l’oubli du travail et de l’entreprise se font face et s’alimentent, tant dans la théorie standard (où tout est marché) que dans la théorie standard « étendue » (tenante de la relation d’agence où l’entreprise est un « nœud de contrats »). Ce double oubli provient d’une impossibilité épistémologique à penser le travail en actes, soit parce que ce dernier est fondamentalement « désutilité », par opposition au loisir, soit parce que l’autonomie du travailleur suscite la méfiance de l’employeur. Dès lors, pour sortir de cette impasse, O. Favereau propose d’élargir la rationalité de l’acteur avec le concept d’identité car le travail est « production de soi ». Sur un plan plus collectif, il suggère de revisiter la piste de l’apprentissage. Le chapitre 2, rédigé par Helena Lopes, s’interroge plus spécifiquement sur les « attributs fondamentaux » de l’engagement des salariés en entreprise. On ne peut ici se cantonner à l’opportunisme avancé par Olivier Williamson. C’est pourquoi le « feeling of entitlement » est discuté. Ce sentiment de ce à quoi le salarié considère avoir droit est postérieur à la signature du contrat de travail. La relation d’emploi est donc soumise à des aspects moraux et normatifs, pas seulement à une logique « calculatoire ». Le chapitre 3, dans le prolongement, se penche sur « les fondements anthropologiques de l’action collective » dans la mesure où l’entreprise constitue un « potentiel de création collective » en faisant « travailler ensemble » (et non seulement « à plusieurs ») des individus. Baudoin Roger mène de surcroît d’intéressants développements sur le « travail de direction » qui nécessite selon lui la substitution du pouvoir par l’autorité. Alexandra Bidet expose dans le chapitre 4 que la figure de la désutilité du travail s’est forgée sur une image mécaniste de ce dernier. Pour inventer de « nouvelles images du travail », il convient alors de mieux se saisir de sa réalité contemporaine faite de relations, de manipulations de symboles et d’interfaces toujours plus nombreuses. Se pencher sur le « vrai boulot » des salariés (ce qui vaut à leurs yeux) permettrait en outre de « forger du commun ». Les deux derniers articles sont rédigés par des chercheurs en science de gestion. Le chapitre 5 d’Amélie Seignour, en plus d’expliciter la « thèse déconstructive » via la montée en puissance des dispositifs de gestion, indique que la gestion des ressources humaines actuelle réussit l’exploit malheureux d’être à la fois marchande et bureaucratique. Au chapitre 6, Jean‑Marc Le Gall défend que la performance financière et la « performance sociale » (difficile à définir) de l’entreprise ne peuvent se renforcer mutuellement qu’au prix d’une démocratisation au niveau opérationnel des collectifs de travail (« participation ») et au niveau politique des instances de direction (« co-détermination »). L’intérêt du chapitre est aussi d’identifier les écueils de la participation de salariés aux conseils d’administration. Enfin, la postface, écrite par François Vatin, offre une mise en perspective historique. L’auteur rappelle que la préoccupation du bien-être des salariés pour rendre l’entreprise plus « sociale » est ancienne. Surtout, il considère que la relation salariale est centrale pour éclairer les débats de l’ouvrage, notamment du fait de son mystère : comment s’assurer que le salarié mette au service de l’entreprise toute sa « force de travail » ? Cet antagonisme l’amène à s’inscrire en faux contre la croyance selon laquelle les entreprises devraient bien davantage se saisir de la finesse de l’expérience du travail des salariés qui y évoluent.

4Le parcours proposé est stimulant, du fait de la pluralité des angles de vue et des pistes esquissées pour qu’émerge la nouvelle forme d’entreprise souhaitée par les auteurs. L’ouvrage fait œuvre d’interdisciplinarité d’une manière convaincante : en partageant des questions, une ambition commune, et en opérant un croisement fructueux entre deux thèmes. Les auteurs montrent aussi comment la considération du travail en actes fait bouger les frontières disciplinaires, en particulier pour l’économie et la gestion, même si les implications de ce renouvellement sont moins claires pour cette dernière. On regrettera tout de même que les trois dimensions du travail avancées dans l’introduction disparaissent quelque peu par la suite.

5La perspective d’ensemble du livre pourrait s’enrichir en approfondissant le dialogue avec d’autres approches sociologiques qui résonnent avec les arguments développés. On pense notamment à la sociologie de l’entreprise de Renaud Sainsaulieu et aux travaux de Claude Dubar, basés sur le concept d’identité (ouverture suggérée dans le chapitre 1), ainsi qu’aux recherches qui importent le paradigme du don dans le monde du travail : celles-ci nourrissent la réflexion sur la coopération en l’appréhendant comme un échange social qui engage des émotions, de la confiance et des dettes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérald Gaglio, « Olivier Favereau (dir.), Penser le travail pour penser l’entreprise », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 59 - n° 4 | Octobre-Décembre 2017, mis en ligne le 07 décembre 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sdt/1326

Haut de page

Auteur

Gérald Gaglio

Groupe de Recherche en Droit, Économie et Gestion (GREDEG)
UMR CNRS 7321, Université de Nice-Sophia Antipolis
25 avenue François Mitterand, 06300 Nice, France
ggaglio[at]unice.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals