Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Florence Bergeaud-Blackler, Le marché halal ou l’invention d’une tradition

Le Seuil, Paris, 2017, 272 p.
Ronan Le Velly
Référence(s) :

Florence Bergeaud-Blackler, Le marché halal ou l’invention d’une tradition, Le Seuil, Paris, 2017, 272 p.

Texte intégral

1Florence Bergeaud-Blackler travaille depuis vingt ans sur la consommation de viandes halal, un sujet dont l’importance dans les pratiques alimentaires comme dans le débat public a considérablement cru pendant cette période. Dans Le marché halal ou l’invention d’une tradition, elle rassemble les résultats de ses recherches et prend position sur ce développement.

2Le premier chapitre, « L’invention d’un marché », et le second, « L’invention d’une norme », attestent du caractère construit, sur une période relativement récente, de la norme de consommation et du marché halal. F. Bergeaud-Blackler positionne alors son analyse à rebours d’une conception du halal comme une tradition millénaire, bien établie dans la loi islamique. Elle montre combien la définition du halal est le fruit de conflits d’interprétation et de luttes stratégiques entre toute une série d’acteurs : des acteurs importants du monde islamique tels les Frères musulmans et les États de Malaisie et de Turquie, mais aussi des pouvoirs publics en France ou en Écosse préoccupés par les rites d’abattage religieux, et encore des industriels de l’agroalimentaire et des organismes certificateurs impliqués dans ce marché. Dans ces luttes, avance F. Bergeaud-Blackler, une conception fondamentaliste du halal tend aujourd’hui à s’imposer, marquée par l’affirmation de règles plus simples et plus strictes (interdisant l’étourdissement des animaux, par exemple), des principes de pureté (exigeant que le halal soit réalisé non seulement pour les musulmans mais aussi par des musulmans) et une logique d’extension du halal à tous les domaines de la vie économique (habillement, tourisme, finance…).

3Le troisième chapitre, plus bref, fournit des estimations statistiques sur le marché et les consommateurs français du halal. Il est suivi par un quatrième chapitre décrivant « L’invention du “consommateur musulman” ». L’auteure y explique les moteurs de la croissance rapide de la consommation halal en France. Elle met l’accent sur le rôle d’associations de consommateurs et de médias musulmans influents, vecteurs une idéologie qu’elle nomme le « salafisme néolibéral », une idéologie couplant une interprétation rigoureuse de l’islam et un engagement dans l’activité entrepreneuriale. Pour F. Bergeaud-Blackler, le succès de ces entrepreneurs de morale est visible dans l’émergence d’un secteur économique vivace mais aussi dans le sentiment actuel de beaucoup de musulmans français que la consommation halal est une obligation centrale de leur religion. Le constat qu’elle opère est alors relativement critique, insistant notamment sur l’entre-soi qui résulte de cette rigidification et extension du halal. C’est aussi sur la base de cette lecture critique que F. Bergeaud-Blackler revient dans un dernier chapitre sur quatre débats récents : la supposée insuffisante traçabilité du halal, le lien entre douleur animale et abattage rituel, l’offre de halal dans la restauration scolaire et le projet d’une « taxe halal » finançant le culte musulman.

4Le livre de F Bergeaud-Blackler s’inscrit principalement dans la continuité de travaux historiques, sociologiques et politiques sur l’Islam. Mais, comme en témoignent les titres de l’ouvrage et des chapitres, l’auteure veut aussi affirmer une analyse qui prenne réellement en compte les dynamiques économiques. L’enjeu, explique-t-elle, est de saisir combien le halal est à la fois un phénomène religieux et un phénomène marchand : « l’extension du marché halal n’est ni purement motivée par du religieux ni conduite par une dynamique capitaliste, elle procède des deux simultanément, syncrétiquement » (p. 17). Le développement du halal ne doit pas être simplement compris comme l’expression de l’emprise croissante d’une idéologie religieuse. Il doit aussi être compris comme le développement d’un marché.

5En traitant ainsi de la formation d’un nouveau marché, F. Bergeaud-Blackler aborde un questionnement central de la sociologie économique. À cet égard, les arguments avancés sont très stimulants et pourront donner lieu à des recherches approfondies. L’auteure suggère que la constitution de ce marché repose sur une « convention halal » qui demeure relativement floue, même si elle tend aujourd’hui à se formaliser. Comme elle le note, cette idée qu’une convention de qualité puisse être constitutive d’un marché tout en demeurant ambiguë est originale. L’analyse pourrait être poursuivie, par exemple pour rendre compte de la façon dont les différents acteurs du marché s’appuient sur cette ambiguïté pour développer leurs stratégies, ou pour saisir si cette ambiguïté présente des risques quant à la pérennité du marché. De la même façon, plusieurs passages du livre montrent la centralité de ce que l’on peut nommer, à la suite de Sophie Dubuisson-Quellier ou Franck Cochoy, des « médiateurs marchands ». F. Bergeaud-Blackler avance que les organismes de contrôle et ceux qui se présentent comme les porte-paroles des consommateurs musulmans ont donné naissance et forme au marché halal. Ils ont constitué dans un même mouvement une éthique religieuse, des marchandises spécifiques et de nouveaux modes de consommation. À mon sens, la démonstration de la centralité de ces acteurs n’est pas totalement opérée dans l’ouvrage, mais l’idée est séduisante et mérite d’être soumise à plus d’investigation. Il en est un peu de même pour l’affinité régulièrement avancée entre islamisme et capitalisme, « deux idéologies contemporaines tournées vers la conquête du monde » (p. 83). F. Bergeaud-Blackler expose leur concomitance dans le discours de certains partisans du halal, mais la démonstration n’est pas toujours très claire. En particulier, comment concilier ce premier constat avec celui, également opéré, que les promoteurs du halal pensent leur économie comme étant guidée par une éthique alternative à celle du monde capitaliste ? L’auteure souhaite-t-elle ici dévoiler une logique capitaliste que les acteurs du halal dénient ? En l’occurrence, l’ouvrage présente peu le fonctionnement concret des circuits commerciaux halal. L’économie halal est-elle similaire à l’économie capitaliste dominante, ou est-elle caractérisée, quand même, par d’autres régulations de la production, des échanges et de la consommation ? Toutes ces questions appellent à poursuivre, du côté de la sociologie économique, le travail engagé dans cet ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ronan Le Velly, « Florence Bergeaud-Blackler, Le marché halal ou l’invention d’une tradition », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 59 - n° 4 | Octobre-Décembre 2017, mis en ligne le 07 décembre 2017, consulté le 17 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/1341

Haut de page

Auteur

Ronan Le Velly

Montpellier SupAgro, UMR Innovation
2, place Viala, 34060 Montpellier
levelly[at]supagro.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals