Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Gérôme Truc, Sidérations. Une sociologie des attentats

Presses universitaires de France, Paris, 2016, 354 p.
Nicolas Dodier
Référence(s) :

Gérôme Truc, Sidérations. Une sociologie des attentats, Presses universitaires de France, Paris, 2016, 354 p.

Texte intégral

1L’ouvrage remplit un vide dans l’étude générale des réactions aux catastrophes collectives, que celles-ci soient politiques, technologiques, ou naturelles. On dispose aujourd’hui d’un certain nombre de travaux sur les réactions des intellectuels, des représentants politiques et des journalistes face aux victimes et à leurs souffrances. On dispose également de recherches sur les mouvements qui se construisent comme groupes de victimes. On trouve enfin des travaux sur les professionnels (médecins, magistrats, psychologues par exemple) qui se donnent pour tâche d’intervenir auprès de ces personnes. Mais il existe peu de recherches sur la façon dont des personnes ordinaires réagissent publiquement face à des catastrophes collectives. Gérôme Truc mobilise dans cette perspective une enquête de grande ampleur centrée sur les réactions à des attentats. Son analyse porte notamment sur plusieurs dizaines de milliers de messages adressés aux victimes, après les attentats du 11 septembre 2001 à New York, du 11 mars 2004 à Madrid, et du 7 juillet 2005 à Londres, via des bornes mises en place par les autorités. L’ouvrage articule à cette étude une compréhension du « cadrage » de ces événements opéré par des hommes politiques, des journalistes et des intellectuels. Il s’appuie pour cela sur le dépouillement d’archives de presse écrite et audiovisuelle, sur la synthèse d’études portant sur le traitement médiatique de ces attentats, ainsi que sur l’analyse secondaire de plusieurs sondages d’opinion.

2Le résultat central de l’ouvrage, développé dans le sixième chapitre, est la distinction établie entre différents « modes de participation au public des attentats », à partir notamment d’une analyse statistique de correspondances construite sur l’ensemble des messages. Le premier mode concerne les personnes qui vivent l’attentat à distance mais y réagissent sur un mode personnel. Ces individus participent au public en tant que personnes « singulières ». Le deuxième mode renvoie à des personnes qui vivent également l’attentat de loin mais y réagissent plutôt sur un mode impersonnel. Elles y participent alors en tant que « citoyens du monde ». Le troisième mode rassemble enfin les personnes qui vivent l’attentat de près et y réagissent sur un mode impersonnel ; elles le font en tant que « compagnons de voyage » ou « co-citoyens » de la même ville ou du même pays.

3Chacun des autres chapitres fournit des résultats intéressants. Gérôme Truc montre ainsi dans le premier chapitre une différence de cadrage des attentats aux États-Unis et en Europe. Aux États-Unis les hommes politiques, les journalistes et les intellectuels cadrent les attentats comme « guerre », alors qu’en Europe ils les construisent comme « apocalypse », en référence notamment au bombardement d’Hiroshima. Ce cadrage européen permet un abord plus « cosmopolitique » des événements, en mentionnant la nécessité de les envisager sous l’angle d’une justice globale à l’échelle de la planète. Au niveau des individus ordinaires, on retrouve cette différence entre Américains et Européens, les premiers raisonnant plutôt en terme de nation, les deuxièmes en termes de monde et de villes.

4L’étude, dans le cinquième chapitre, de l’organisation des minutes de silence montre bien comment jouent les attentes d’équité entre victimes. Gérôme Truc distingue deux positions avancées par des enseignants en charge de l’organisation de ces moments dans les écoles. La première consiste à montrer aux élèves qu’ils appartiennent à une communauté de valeurs et de civilisation, et qu’il s’agit de défendre cette communauté contre ses ennemis, afin d’affermir un « sentiment de commune appartenance ». La deuxième position consiste à adopter une perspective « mondiale et universelle ». On retrouve une dimension plus cosmopolitique. La sélection des victimes concernées par les minutes de silence doit être néanmoins justifiée dans ce cadre, ce que les enseignants s’attachent alors à faire par un argument de « proximité culturelle », ou de proximité « affective ».

5On notera enfin l’approfondissement des réactions des personnes qui réagissent aux attentats selon le premier mode de participation au public, c’est-à-dire comme « personnes singulières ». C’est tout l’enjeu des chapitres 9 et 10. Gérôme Truc met en évidence, à l’intérieur de ce mode, la grande variété des entrées auxquelles recourent les individus pour faire valoir un concernement personnel. On peut voir cette section comme une contribution à l’étude des facteurs de la sympathie au sens d’Adam Smith. Pour certaines personnes, il s’agit de se sentir proche au sens de se sentir « similaire » des victimes. D’autres reviennent dans leurs messages sur tout autre chose : les objets de leur vie passée auxquels elles sont attachées et qui ont été atteints par l’attentat (le jazz par exemple dans certains messages concernant New York). D’autres encore expriment des formes de dette par rapport aux disparus. C’est le cas lorsque des personnes se souviennent, également après l’attentat de New York, de ce qu’elles doivent aux Américains pendant la Seconde Guerre mondiale. D’autres enfin s’attachent à des détails biographiques qui ne reviennent pour eux à la surface de leur conscience qu’à cette occasion.

6Quelques interrogations peuvent être mentionnées. La première concerne l’articulation entre la grille centrale d’analyse (l’identification des trois grandes manières de participer à l’attentat) et certains développements opérés dans d’autres parties de l’ouvrage. Par exemple, comment la notion de « cadrage », au sens de l’étude des médias, des réactions des intellectuels et des hommes politiques, s’articule-t-elle avec celle de « formes de participation au public des attentats » mobilisée dans l’étude des messages ? La deuxième interrogation concerne le recours au terme de « sidération », mis en avant dans le titre de l’ouvrage. La notion de sidération risque d’orienter le lecteur vers de fausses pistes. Habituellement, cette notion renvoie à l’idée d’un choc si puissant que les personnes sont, au moins temporairement, rejetées hors du langage. Or il semble que Gérôme Truc étudie au contraire, en s’appuyant notamment sur des références à John Dewey, des séquences dans lesquelles les personnes réalisent, via le recours au langage, un travail réflexif sur le trouble. L’objet de l’investigation est donc l’étude d’un langage permettant d’exprimer une forme de participation à ce qui se passe ou à ce qui s’est passé, plutôt que l’étude de processus de sidérations. Une dernière interrogation est d’ordre méthodologique. Si l’on doit relever l’ampleur de l’enquête, et l’efficacité de l’investissement statistique, on peut en effet se demander pourquoi l’auteur a préféré le logiciel Alceste, qui opère au niveau lexical et mesure des proximités dans les textes (des co-occurrences), plutôt que des logiciels qui laissent plus d’initiative de codage par le chercheur, au niveau d’unités discursives plus larges.

7Ces quelques remarques ne doivent pas masquer le fait qu’il s’agit d’un ouvrage très novateur qui, au-delà de ce qu’il apporte à la compréhension des réactions aux attentats terroristes, est une contribution originale à l’étude plus large des formes variées de concernement qui s’expriment publiquement autour d’événements qui frappent l’ensemble d’une communauté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Dodier, « Gérôme Truc, Sidérations. Une sociologie des attentats », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 59 - n° 4 | Octobre-Décembre 2017, mis en ligne le 07 décembre 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sdt/1344

Haut de page

Auteur

Nicolas Dodier

Centre d’étude des mouvements sociaux (CEMS)
Institut Marcel Mauss, UMR 8178 CNRS et EHESS
54, boulevard Raspail, 75006 Paris, France
nicolas.dodier[at]ehess.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals