Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Nicolas Jounin, Voyage de classes. Des étudiants de Seine-Saint-Denis enquêtent dans les beaux quartiers

La Découverte, Paris, 2014, 256 p.
Kevin Geay
Référence(s) :

Nicolas Jounin, Voyage de classes. Des étudiants de Seine-Saint-Denis enquêtent dans les beaux quartiers, La Découverte, Paris, 2014, 256 p.

Texte intégral

1De 2011 à 2013, Nicolas Jounin, enseignant à l’Université de Saint-Denis, a conduit trois promotions d’étudiants en première année de sociologie à enquêter dans trois quartiers du VIIIe arrondissement de Paris où se concentre la haute bourgeoisie : le Triangle d’or au sud des Champs-Élysées et, au nord, les quartiers Monceau et Élysées-Madeleine. Ce « stage de terrain » s’apparente à un « voyage de classes », tant est grande la distance sociale qui sépare les autochtones du VIIIe arrondissement des deux cents étudiants de N. Jounin. Il s’agit, en effet, d’un groupe composé aux trois quarts de femmes, « rarement blanches » et âgées de 18 à 20 ans, majoritairement titulaires d’un bac technologique ou professionnel, et issues de parents ouvriers ou employés.

2Ces enquêtes avaient un double objectif : prendre à contresens « la voie ordinaire de la curiosité institutionnelle », selon laquelle « il n’y a pas plus enquêté que les pauvres » (p. 10), afin que « n’importe qui puisse étudier n’importe qui », et amener les étudiants à produire des savoirs que l’enseignant ne maîtrise pas. Ces deux objectifs sont atteints ; les situations d’enquête rapportées de ce « voyage de classe » contribuent au questionnement, très vivace depuis quelques années, relatif aux modalités concrètes de contrôle de la circulation des groupes dominés comme moyen de les dissimuler, à défaut de les mettre à distance pour de bon.

3Le plan de l’ouvrage suit le déroulement de l’enquête. Dans un premier chapitre dédié aux observations exploratoires, N. Jounin revient sur l’ethnocentrisme de ses étudiants, qui sont disposés à voir dans le VIIIe arrondissement un monde à la fois exotique et homogène. Il montre que le recours aux statistiques, en classe, est nécessaire pour « ramener ce VIIIe arrondissement dans les filets d’une mesure chiffrée » (p. 35). Les chiffres, donc, s’ils confirment la surreprésentation des cadres et chefs d’entreprise, des inactifs, des grands appartements et hauts revenus — provenant plus qu’ailleurs de la propriété —, permettent aussi de nuancer l’idée d’un ghetto de riches. Plusieurs indices (comme les inégalités entre foyers fiscaux, la proportion relativement élevée de chambres de bonne, de résidents logés gratuitement, d’immigrés) suggèrent en particulier que les membres des catégories supérieures coexistent avec des individus non seulement moins dotés en capitaux, mais aussi pour beaucoup subalternes, « c’est-à-dire qu’ils servent les classes dominantes et les suivent comme leur ombre » (p. 37). D’où vient dès lors cette impression que le VIIIe arrondissement est un territoire homogène ?

4La manière dont les étudiants répondent à cette question fait l’objet des chapitres 2 et 3. Si le questionnement porte classiquement sur les mécanismes de la violence symbolique, les méthodes employées sont novatrices. Certains comptent les caméras de vidéosurveillance et mesurent l’espace laissé vacant dans les boutiques de luxe. D’autres utilisent leur présence comme une perturbation contrôlée de l’ordre symbolique permettant d’observer comment celui-ci est rétabli. Ainsi en va-t-il de celles et ceux qui comparent, chronomètre en main, le temps qu’il leur faut pour être servis au Plaza Athénée à celui — bien plus court — nécessaire à la satisfaction des habitués, ou apprécient le répit qui leur est accordé dans les boutiques de luxe avant d’être assaillis d’amabilités par les vendeuses.

5Les deux chapitres suivants décrivent les étudiants de Saint-Denis en prise avec la méthode de l’entretien semi-directif auprès de commerçants, de policiers, d’habitants, et de membres de cercles prestigieux du VIIIe arrondissement. Le chapitre 4, intitulé « Apprivoiser l’exotisme », revient sur les ficelles qui permettent de s’imposer aux imposants et insiste sur les problèmes déontologiques soulevés par le braconnage : jusqu’à quel point encourager les étudiants à l’insincérité pour négocier un terrain ? L’auteur répond à cette question par une autre, plus politique : « entre les usagers qu’elles doivent servir, les agents qui les font fonctionner et les chefs qui les dirigent, à qui “appartiennent” les institutions ? » (p. 123). Autrement dit, l’autorité qui refuse l’entrée sur le terrain a-t-elle la légitimité pour le faire ? On retrouve cette déontologie in concreto au chapitre 5, dédié aux manières « de faire barrage au sentiment d’écrasement dont la situation d’entretien peut être l’occasion » (p. 117). L’auteur revient alors sur les remarques racistes et sexistes essuyées en entretien par deux étudiantes perçues comme arabes pour évoquer un dilemme moral souvent éprouvé par les enseignants : dans quelle mesure doit-on attendre des étudiants qu’ils encaissent les humiliations propres à la situation d’enquête avec les dominants ?

6Se dégage, au fil de la lecture, l’impression d’être devant un manuel incontournable. Mais pour qui exactement ? Disons-le tout net : les spécialistes des beaux quartiers se trouveront frustrés, tant le livre fourmille de pistes originales qui ne sont pas suivies jusqu’au bout. Ainsi, N. Jounin ne fait qu’évoquer les coûts de la domination (le sentiment des habitants du VIIIe arrondissement d’appartenir à un territoire abandonné des pouvoirs publics parce que trop riche ou trop de droite) et la diversité des rapports bourgeois au monde social. De même passe-t-il sous silence l’hétérogénéité interne du groupe d’enquêteurs et l’inégale disposition des étudiants à consentir à leur propre invisibilité. Cette indifférence aux différences est paradoxale dans un ouvrage qui entend démontrer que l’emprise spatiale des dominants se traduit moins par l’éviction des classes populaires que par la ratification des hiérarchies en leur sein. Reste que l’ouvrage de N. Jounin est à mettre entre toutes les mains étudiantes. D’abord, parce que son style clair et souvent drôle donne envie, selon les mots de l’auteur, « de se lancer dans ce genre d’investigations avec une anxiété qui, si elle ne disparaît pas, peut du moins être raisonnée et canalisée » (p. 223). Ensuite, parce qu’il permet aux apprentis sociologues de comprendre, dès la première année de leur cursus, en quoi consiste la sociologie — manière de ne pas entretenir jusqu’en Master le malentendu selon lequel l’étude des faits sociaux s’apparente à une récitation de Weber et de Durkheim.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kevin Geay, « Nicolas Jounin, Voyage de classes. Des étudiants de Seine-Saint-Denis enquêtent dans les beaux quartiers », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 59 - n° 4 | Octobre-Décembre 2017, mis en ligne le 07 décembre 2017, consulté le 17 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/1347

Haut de page

Auteur

Kevin Geay

Université Paris-Dauphine, PSL Research University, IRISSO
Place du Maréchal de Lattre de Tassigny, 75775 Paris cedex 16, France
kevin.geay[at]gmail.com

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals