Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Gabrielle Hecht, Le Rayonnement de la France. Énergie nucléaire et identité nationale après la Seconde Guerre mondiale
Gabrielle Hecht, Uranium africain, une histoire globale

Éditions Amsterdam, Paris, 2014, 456 p.
Le Seuil, Paris, 2016, 416 p.
Sezin Topçu
Référence(s) :

Gabrielle Hecht, Le Rayonnement de la France. Énergie nucléaire et identité nationale après la Seconde Guerre mondiale, Éditions Amsterdam, Paris, 2014, 456 p.

Gabrielle Hecht, Uranium africain, une histoire globale, Le Seuil, Paris, 2016, 416 p.

Texte intégral

La présente note de lecture porte sur deux ouvrages initialement parus en anglais (États-Unis), et traduits en français par Guenièvre Callon pour le premier, par Charlotte Nordmann pour le second. Voici les références des éditions originales :

Hecht, G., The Radiance of France. Nuclear Power and National Identity after World War II, The MIT Press, Cambridge, 1998.

Hecht, G., Being Nuclear. Africans and the Global Uranium Trade, The MIT Press, Cambridge, 2012.

1La gloire (voire la sacralisation) nucléaire, et son socle, l’uranium, paradoxalement dénué de toute référence à la grandeur : tels sont les objets hors normes auxquels l’historienne américaine Gabrielle Hecht a consacré de très nombreuses années de sa carrière de chercheuse. L’œuvre qui en est issue est très originale, qu’il s’agisse de la force du récit, des cadres théoriques et analytiques novateurs proposés, ou de la richesse des sources, écrites comme orales, mobilisées. Le Rayonnement de la France, désormais une référence majeure pour tous ceux et celles souhaitant se saisir de l’histoire de la nucléarisation de la France dans une perspective à la fois politique et culturelle, analyse avec brio la manière dont l’énergie nucléaire devient progressivement synonyme du « rayonnement » industriel et militaire de la France, voire son identité même. Après une période de reconstruction du pays dans l’après-Guerre, suivie de la perte du pouvoir colonial, celui-ci est remplacé par un nouveau type de pouvoir : le pouvoir nucléaire. Pour mener son analyse, l’auteure déconstruit ce qu’elle qualifie de « régimes technopolitiques » — c’est-à-dire un ensemble de manières de lier la technique et la politique — tels que forgés par deux acteurs clés dans la prise de décisions nucléaires, eux-mêmes pris dans un ensemble de jeux d’alliances et de concurrences. Il s’agit, d’un côté, du Commissariat à l’énergie atomique (CEA), architecte du programme nucléaire militaire, et de l’autre d’Électricité de France (EDF), qui a œuvré à la mise en place du parc nucléaire national. L’originalité de l’entrée par les régimes technopolitiques tient au fait qu’au delà du constat — désormais banal — d’hybridation de la technique et de la politique, elle permet de saisir la manière dont la technique parvient, moyennant de multiples tractations mais aussi d’ajustements, à en même temps façonner et endosser la politique promue par les acteurs technoindustriels, et par là à faire politique. Ainsi, les premiers réacteurs nucléaires implantés à Marcoule concentrent progressivement en eux « la politique militaire nucléaire de la France », portée par le CEA (l’accès à la bombe atomique), à une époque où la formulation traditionnelle d’une telle politique fait précisément défaut. De même, les réacteurs de Chinon, avec lesquels EDF opère sa transition de l’hydraulique au nucléaire, incorporent progressivement « la » politique même, à savoir celle d’un programme électronucléaire national que les dirigeants d’EDF jugent alors inéluctable dans la fabrique de la France « rayonnante » sur le plan techno-industriel. Si le régime « nationaliste » du CEA, alors défenseur des technologies « 100% françaises », et celui, « nationalisé », d’EDF, qui reformule le rapport à la chose nationale dans une perspective pragmatique et de rentabilité économique, révèlent des formulations divergentes des liens entre la technique et la politique, il en va de même pour les syndicats, l’élite scientifique, les travailleurs, ou encore le public. Mais, dans tous les cas et pour la quasi-totalité des acteurs, au cours des décennies 1950 et 1960, les centrales nucléaires « débordent » largement de leur cadre technique pour assurer une fonction essentielle : opérer la modernisation de la France, y compris en faisant alliance avec la tradition. Dès lors, c’est tout un « spectacle » de la technique grandiose qui se donne à voir de façon lyrique, transformant le site de Marcoule en cathédrale du xxe siècle, celui de Chinon en château des temps modernes, et l’énergie nucléaire, dans son ensemble, en clé de la grandeur et de l’indépendance énergétique nationale.

2Uranium africain, une histoire globale, récemment traduit en français, constitue en quelque sorte la suite logique du premier ouvrage de l’auteure, comme pour faire ressortir ce qu’il y a de plus invisible, de plus oublié, mais aussi de plus essentiel qui sous-tend la « grandeur » nucléaire, en France et au-delà — à savoir la matière première, moins révolutionnaire, moins « high-tech », mais aussi moins « nationale » : l’uranium.

  • 1 C’est une notion forgée par l’auteure, qui insiste sur le fait que l’acquisition d’un statut nucléa (...)
  • 2 Le yellowcake renvoie aux concentrés d’uranium qui ont l’aspect d’une poudre généralement jaune vif (...)

3L’uranium en provenance des mines africaines alimente depuis des décennies la majorité des centrales nucléaires françaises, mais aussi européennes, nord-américaines, japonaises. Cependant, non seulement cette dépendance vis-à-vis de l’Afrique n’a pas permis de faire voler en éclats le discours, encore dominant en France, qui associe l’énergie nucléaire à « l’indépendance énergétique nationale », mais plus encore, l’Afrique, hormis l’Afrique du Sud pour un temps, n’a historiquement pas « compté » comme un lieu nucléaire aux yeux des États ou agences nucléaires occidentales. C’est que, comme Gabrielle Hecht le développe de façon convaincante dans L’Uranium africain, les paramètres qui déterminent la « nucléarité »1 d’un État, des hommes ou des choses, relèvent aussi bien des sciences et des techniques que de l’histoire et de la géographie, des corps et de la politique, des radiations et de la « race », des États et du capitalisme. La nucléarité n’est pas même partout ni pour tout le monde ni à tout moment. Et la manière dont on attribue ou non un statut nucléaire à un État, à des lieux ou aux « choses » a un impact direct sur la vie et la santé des travailleurs et des populations. La première partie de l’ouvrage décrypte ainsi les multiples stratégies scientifiques, industrielles et étatiques à travers lesquelles, dans les années 1970, l’uranium est dissocié de son statut de combustible militaire étroitement surveillé pour devenir une marchandise « banale », et ce en vue de faciliter le commerce et la circulation internationale du yellowcake2. La montée d’un marché de l’uranium par ce biais permet aux « grands » d’importer en toute légalité l’uranium (dont celui sud-africain sous embargo) nécessaire au fonctionnement de leurs industries militaires et civiles, tout en s’assurant des prix bas, moyennant des cartels, des instruments de gestion de l’offre et de la demande, mais aussi parfois des coups d’État neutralisant les dirigeants africains trop exigeants. L’uranium « pas cher », déterminant pour faire advenir une énergie nucléaire « bon marché », doit également sa compétitivité aux mineurs africains exploités jusque dans leurs corps irradiés, auxquels la deuxième partie du livre est consacrée. L’auteure donne à voir les travailleurs africains dans leur diversité dynamique, non pas en les envisageant comme des subalternes passifs subissant des politiques dictées par les puissances nucléaires mais en relatant les activités souvent pénibles (mais incontournables pour l’Occident) menées par les ouvriers de mines, en s’intéressant aux processus à travers lesquels leurs corps sont rendus malades, en les faisant également exister par le biais de récits des luttes qu’ils ont pu engager.

4Le passionnant Uranium africain parvient ainsi à marier, avec ruse, les histoires habituellement séparées : l’histoire de la bombe et celle de l’Afrique, l’histoire de la grandeur nucléaire et celle de l’uranium, l’histoire coloniale/postcoloniale et celle du travail et de la santé au travail. Plus encore que Le Rayonnement de la France, l’ouvrage a aussi une visée normative : transformer la notion de nucléarité en un outil pour faire avancer les luttes sociales et politiques, à commencer par la cause des travailleurs de l’uranium, plus irradiés que l’ensemble des travailleurs des industries nucléaires. Selon G. Hecht, puisque la manière dont on attribue ou non un statut de nucléarité à un État, à des lieux ou aux « choses », a un impact direct sur la vie et la santé des travailleurs et des populations, il est temps de franchir le cap, de redonner à l’Afrique et à l’uranium africain sa « nucléarité ». Le lecteur trouvera cependant ici peu de pistes concrètes pour y parvenir, qu’il s’agisse de nouvelles formes de régulations internationales, à revendiquer, ou de nouvelles formes de militantisme, à innover. La notion de nucléarité elle-même risque d’ailleurs de s’avérer peu opérationnelle ou même sujette à un double emploi (pour renverser les rapports de force, ou à l’inverse pour les maintenir), les promoteurs du nucléaire, les décideurs étatiques ou interétatiques, les travailleurs, ou encore les activistes pouvant se l’approprier de façon très différente. Les uns, côté ONG par exemple, pour dire combien le nucléaire est par nature source d’inégalités et qu’il faut par conséquent l’abandonner si on ne veut pas faire partie d’un régime d’exploitation global et incontrôlable, les autres, côté agences atomiques, pour dire combien il était, à titre d’exemple, justifié d’intégrer la France au « club nucléaire ». Et entre les deux, certains groupes de travailleurs ne pourraient-ils pas avancer qu’il vaut mieux être mineurs d’uranium dans un pays nucléarisé que non nucléaire, et réclamer ainsi une transition de leur propre pays vers le nucléaire ? Même si ces tensions, liées en grande partie à la superperformativité de la notion, s’avéraient insurmontables, le débat est ouvert de la façon la plus érudite, et la plus novatrice possible. Tel est le grand apport d’Uranium africain, mais aussi du Rayonnement de la France, apport qui va bien au-delà des notions ou catégories innovantes que chacun des ouvrages a forgées, dans le but, principal, de décrire ou de rendre intelligibles l’atome, ses régimes, ses héros, ses modes opérationnels, ses victimes.

Haut de page

Notes

1 C’est une notion forgée par l’auteure, qui insiste sur le fait que l’acquisition d’un statut nucléaire dépend aussi bien des critères techniques et scientifiques que des facteurs ou configurations politiques, économiques, historiques, géographiques, ethniques.

2 Le yellowcake renvoie aux concentrés d’uranium qui ont l’aspect d’une poudre généralement jaune vif et qui contiennent environ 750 kg d’uranium par tonne, ce qui facilite le transport de la mine vers l’usine de conversion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sezin Topçu, « Gabrielle Hecht, Le Rayonnement de la France. Énergie nucléaire et identité nationale après la Seconde Guerre mondiale
Gabrielle Hecht, Uranium africain, une histoire globale
 », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 59 - n° 4 | Octobre-Décembre 2017, mis en ligne le 07 décembre 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sdt/1363

Haut de page

Auteur

Sezin Topçu

Institut Marcel Mauss, Centre d’étude des mouvements sociaux (IMM-CEMS)
UMR 8178 CNRS et EHESS, 54, boulevard Raspail, 75006 Paris, France
sezin.topcu[at]ehess.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals