Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Soraya Boudia et Emmanuel Henry (dir.), La mondialisation des risques. Une histoire politique et transnationale des risques sanitaires et environnementaux

Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2015, 214 p.
Valerie Arnhold
Référence(s) :

Soraya Boudia et Emmanuel Henry (dir.), La mondialisation des risques. Une histoire politique et transnationale des risques sanitaires et environnementaux, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2015, 214 p.

Texte intégral

1Il y a trente ans, Ulrich Beck publiait l’ouvrage La société du risque, dans lequel il développait la thèse d’une multiplication et extension globale des risques, requérant une prise en charge à l’échelle internationale. L’ouvrage collectif coordonné par Soraya Boudia et Emmanuel Henry reprend cette thèse peu discutée en sociologie française, pour étudier comment une perspective transnationale peut déplacer notre regard sur la gestion des risques sanitaires et environnementaux, tout en se démarquant de la vision « quasi fonctionnaliste » (p. 10) d’Ulrich Beck. À l’inverse, les auteurs ne se limitent pas au constat du changement d’échelle des risques pour expliquer leur « transnationalisation », qu’ils voient au contraire comme un phénomène à étudier en lui-même. Pour ce faire, ils choisissent de porter l’attention sur les acteurs et les espaces sociaux — organisations internationales, réseaux d’experts, institutions européennes — qui participent à la mise en risque et à la prise en charge politique des potentiels effets nuisibles des activités productives, mais surtout à leur définition comme des enjeux transnationaux.

2Trois partis pris structurent le choix des douze études de cas, présentées dans des chapitres courts et denses. Premièrement, l’ancrage historique relativise la nouveauté des phénomènes transnationaux. Deuxièmement, les auteurs privilégient une entrée par des enquêtes empiriques précises d’une grande richesse sur une variété de terrains, qui permettent de saisir les spécificités des différents secteurs. Troisièmement, ils emploient diverses « boîtes à outils » théoriques, issues de la science politique, la sociologie, l’histoire, l’anthropologie.

3L’ouvrage se divise en trois parties. La première, « Construire le transnational », témoigne du rôle prépondérant des scientifiques dans la formation des premières organisations transnationales spécialisées dans le domaine des risques à travers des études de cas sur la grippe (Anne Rasmussen), la mise en place d’une infrastructure de collecte de données sur l’environnement au niveau global (Soraya Boudia), la formation d’un monde d’experts sur les catastrophes dites naturelles (Sandrine Revet) et sur les additifs et contaminants alimentaires (Nathalie Jas). Le contexte transnational semble favoriser des choix épistémiques et méthodologiques particuliers qui orientent les processus historiques de mise en risque. Dans le domaine des additifs et contaminants alimentaires par exemple, des toxicologues français et allemands à l’origine des premiers comités transnationaux défendent — au départ — l’idée que même les faibles doses peuvent avoir des effets cancérigènes, et prônent l’interdiction totale. Or, afin de pérenniser les organismes d’expertise, les mêmes toxicologues doivent obtenir des ressources, accéder aux institutions publiques et promouvoir les outils auprès des industriels. Ils intègrent progressivement des contraintes politiques et économiques, jusqu’à proposer la « dose journalière acceptable » qui contribue à « justifier la présence de substances cancérigènes dans les aliments » (p. 56). Les instances transnationales fonctionnent dans ce cas comme des dispositifs d’enrôlement des scientifiques qui apportent un discours rassurant sur la circulation des produits toxiques sans pouvoir exercer un véritable contrôle.

4La deuxième partie de l’ouvrage, « Des transnationalisations en conflit », s’intéresse aux conditions d’émergence, d’ancrage et de déclin de certaines configurations institutionnelles et d’instruments transnationaux, comme la Communauté européenne de la santé (Christian Bonah), les programmes de pharmacovigilance de l’OMS (David Demortain), le modèle des drug utilization studies dans le contrôle des risques médicamenteux (Nils Kessel), ainsi que le dépistage du VIH dans les prisons françaises et américaines (Renaud Crespin). L’étude de l’échec de la Communauté européenne de la santé, une proposition du ministre français de la Santé Paul Ribeyre en 1952, révèle par exemple les caractéristiques qui ont joué en défaveur du projet transnational (« que les acteurs de l’époque caractérisèrent comme une “européanisation” », p. 93), alors qu’une autre Europe du médicament voit le jour en 1995. Le premier projet prévoyait une intégration du domaine de la santé mêlant économie et santé publique (création d’un marché commun des médicaments, planification du système hospitalier, lutte commune contre les épidémies) sous l’égide d’une organisation supranationale financée par des taxes sur la vente des médicaments. La priorité donnée au marché commun mène à un découplage des questions économiques et sanitaires, ces dernières relevant de l’OMS et du Conseil de l’Europe. Contrairement au marché commun non sectoriel, la transnationalisation des questions sanitaires s’inscrit dans des espaces particuliers, en compétition les uns avec les autres, non reliés par un projet global d’intégration politique.

5La troisième partie, « Transformer les modes de gouvernement », s’intéresse davantage aux effets de la transnationalisation sur la gestion des risques depuis les années 1980, dans le domaine des nanomatériaux (Jean-Noël Jouzel), de la santé animale (Boris Ollivier), de l’exposition des travailleurs à certains toxiques (Emmanuel Henry) et de la menace de pandémie grippale (Claude Gilbert). Emmanuel Henry revient sur l’importation tardive des valeurs limites d’exposition professionnelle en France, après une longue période de réticence de l’État à l’égard de toute approche des risques pouvant conduire à tolérer une exposition plus importante des travailleurs. Cette importation ne résulte pas directement de contraintes internationales, mais de transformations nationales des rapports de pouvoir. La légitimité des scientifiques transnationaux, déjà analysée en première partie, peut ainsi permettre aux États « d’affirmer une volonté de réinvestir certains domaines d’action publique tout en restant en retrait, grâce à des instruments qui conduisent les acteurs économiques à jouer un rôle central » (p. 182).

6Les auteurs privilégient une entrée par les autorités publiques de régulation, laissant au second plan d’autres acteurs de la gestion des risques. Les mouvements sociaux apparaissent surtout dans le chapitre de Soraya Boudia, où ils jouent un rôle crucial dans la définition des problèmes environnementaux comme « globaux », favorisant l’intervention d’organisations internationales. Les industriels sont quant à eux souvent mentionnés sans faire l’objet d’études empiriques spécifiques. Par conséquent, ils sont parfois présentés de façon relativement homogène et comme ayant des intérêts transparents. Il paraît pourtant important de comprendre leurs modes d’action, car la plupart des chapitres étudient des moments historiques, souvent charnières, qui déplacent les rapports de pouvoir au profit des acteurs économiques. Comment ces déplacements sont-ils travaillés ou favorisent-ils à leur tour la transnationalisation des risques ? Si l’introduction regrette une notion de globalisation souvent réduite à ses dimensions économiques (p. 9), une approche plus intégrée paraît nécessaire pour comprendre l’action publique en matière de risques en lien avec les tentatives de création de marchés transnationaux.

7La richesse des études de cas aurait pu être encore mieux valorisée par une conclusion dégageant les éléments communs aux transformations historiques étudiées, afin de développer des clés de compréhension. À cet égard, même si l’introduction émet des objectifs plus empiriques que théoriques, l’usage d’une multitude de notions peu définies, comme « globalisation », « mondialisation », « internationalisation », « européanisation », à côté de celle de « transnationalisation » qui semble privilégiée par les auteurs, limite la compréhension des processus ainsi qualifiés. En quoi consiste la transnationalisation des risques ? Il est question de changements et de jeux d’échelles de l’action publique, de circulations d’instruments et de savoirs, de nouvelles références dans la définition des problèmes publics. Une discussion plus approfondie des liens entre ces phénomènes aurait été souhaitable pour clarifier l’objet commun de l’ouvrage.

8Néanmoins, cet ouvrage collectif démontre amplement l’intérêt heuristique d’une perspective transnationale dans l’étude des risques et propose un nouveau regard sur l’histoire de leur prise en charge politique. Les auteurs soulèvent une série de questions originales qui incitent à poursuivre ce programme de recherche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valerie Arnhold, « Soraya Boudia et Emmanuel Henry (dir.), La mondialisation des risques. Une histoire politique et transnationale des risques sanitaires et environnementaux », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 59 - n° 4 | Octobre-Décembre 2017, mis en ligne le 07 décembre 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sdt/1366

Haut de page

Auteur

Valerie Arnhold

Centre de sociologie des organisations (CSO), UMR 7116 CNRS et Sciences Po, 19, rue Amélie, 75007 Paris, France
valerie.arnhold[at]sciencespo.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals