Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Andreas Wimmer, Ethnic Boundary Making: Institutions, Power, Networks

Oxford University Press, Oxford, 2013, 304 p.
Ana Portilla
Référence(s) :

Andreas Wimmer, Ethnic Boundary Making: Institutions, Power, Networks, Oxford University Press, Oxford, 2013, 304 p.

Texte intégral

1Pourquoi l’ethnicité serait-elle plus structurante dans certaines sociétés que dans d’autres ? Comment rendre compte des formes et significations que prend l’ethnicité dans diverses régions du monde, périodes historiques, ou encore dans les interactions quotidiennes ? Avec Ethnic Boundary Making, Andreas Wimmer propose un programme de recherche visant à saisir les variations du phénomène ethnique.

2L’intérêt de cet ouvrage tient d’abord dans sa restitution rigoureuse de la littérature scientifique sur l’ethnicité. A. Wimmer ne se limite pas à une discussion des travaux anglo-saxons, il aborde aussi la littérature européenne et d’autres enquêtes réalisées à travers le monde. Aujourd’hui professeur de sociologie à l’université de Columbia, il a évolué dans des mondes académiques germanophones et francophones, d’où un souci affiché de rendre son propos intelligible au-delà des traditions nationales. L’ambitieux projet de l’auteur n’est pas tant de proposer une nouvelle théorie anthropologique des groupes ethniques, ou de plaider pour une approche comparatiste systématique, que d’établir une méthode d’analyse armée d’outils conceptuels empruntés à différents courants de la sociologie et de l’anthropologie. Ce qu’il appelle une « comparative analytic » est à la fois une théorie et une méthodologie soucieuses des variations contextuelles et historiques des significations sociales de l’ethnique. Ce refus de dissocier théorie et méthode est justifié par le fait que, dans une grande partie des travaux sur l’ethnicité, les groupes ethniques sont pris d’emblée pour acquis, plutôt que démontrés empiriquement (p. 111). Andreas Wimmer aborde, à la manière de Max Weber, les groupes ethniques comme résultats d’un processus de « fermeture sociale » (p. 205). Il s’inscrit aussi dans la lignée des recherches initiées par Fredrik Barth, lesquelles déplacent la focale de l’étude d’un groupe ethnique « en soi » vers celle de la formation des groupes et de leurs frontières. Mais pour comprendre l’émergence et la reproduction de ces frontières, il s’agit pour Andreas Wimmer, en suivant cette fois Pierre Bourdieu, de saisir les positions que détiennent dans l’espace social les individus appartenant ou non à ces groupes, et d’étudier les enjeux de luttes dans lesquels ils sont pris (p. 4). Un autre aspect notable de cet ouvrage tient à l’importance équivalente que l’auteur donne aux méthodes qualitatives et quantitatives, ainsi qu’à son appel à articuler en permanence de multiples échelles d’analyse.

3On retient de la première partie (chapitres 1 et 2) l’insistance de l’auteur à rompre avec une vision, prégnante selon lui dans la sociologie de l’immigration, des groupes ethniques comme des unités statiques et homogènes, ce qu’il appelle le « paradigme Herderien ». A. Wimmer est aussi critique du constructivisme radical qui mène, à l’inverse, à penser les groupes ethniques comme des «  communautés imaginées  », pour reprendre la notion de Benedict Anderson. La théorie d’A. Wimmer — exposée dans les chapitres 3 et 4 — repose sur l’idée que les variations des significations de l’ethnique s’inscrivent dans un continuum. D’un côté, on trouve « de l’ethnicité sans groupes », comme le dirait Rogers Burbaker ; de l’autre, des structures sociales entièrement organisées en groupes ethniques clairement définis (p. 85). Pour expliquer les variations le long de ce continuum, l’auteur montre que les manières de « faire frontière » (modes and means of boundary making) sont limitées en nombre et qu’elles sont de nature et d’intensité variables : dans le degré de fermeture sociale d’un groupe, de saillance politique d’une frontière ethnique, dans la différenciation culturelle, et dans la stabilité historique du groupe. Pour A. Wimmer, les manières de « faire frontière » dépendent de la structuration de trois dimensions de l’espace social : la structure institutionnelle, la structure des positions des individus dans l’espace social et, enfin, la structure des réseaux auxquels ils appartiennent (p. 146).

4Ce modèle d’analyse vise notamment à « démêler » les processus ethniques de leur imbrication avec d’autres. Au chapitre 5, cette méthode est illustrée au travers d’une enquête qualitative menée dans trois quartiers populaires en Suisse. A. Wimmer montre que les habitants tracent avant tout une frontière entre les « nouveaux » et les « anciens ». Les Suisses, les immigrés turcs et italiens, ainsi que leurs descendants, se différencient tous des réfugiés de l’Ex-Yougoslavie, perçus comme perturbateurs de l’ordre social et moral du quartier (p. 120). A. Wimmer nuance ensuite cette distinction exprimée dans les entretiens en montrant que les réseaux de sociabilité des enquêtés ne se structurent pas en fonction de l’ancienneté. En effet, l’interconnaissance est plutôt caractérisée par une certaine homogénéité ethnique. Contre l’approche constructiviste radicale, l’ethnicité demeure ainsi une réalité quotidienne qui ne peut être évacuée de l’analyse.

5Néanmoins, A. Wimmer rappelle que l’homogénéité ethnique observée dans les réseaux ne saurait se réduire à une préférence culturelle (p. 140). À partir d’une enquête statistique sur les réseaux d’amitiés d’étudiants d’une faculté aux États-Unis, il montre dans le chapitre 6 que l’« homogénéité raciale » n’équivaut pas nécessairement à l’« homophilie raciale ». Elle peut être le résultat de l’imbrication de nombreux facteurs, selon le groupe et le contexte. En plus de la classe sociale ou des trajectoires scolaires, la distribution socio-spatiale et l’intensité des interactions jouent un rôle important dans la formation des liens d’amitié : par exemple, Brian et Thom se sont rencontrés parce qu’ils habitent le même dortoir, et sont devenus amis parce qu’ils aiment le même groupe de rock, non parce qu’ils sont asiatiques. L’auteur montre également l’effet de la réciprocité : Brian est devenu ami avec Thom car Thom est un copain de Jenny, une amie de Brian. Les trois ne sont pas amis parce qu’ils sont asiatiques, mais la réciprocité amplifie l’homogénéité dite raciale du groupe. Enfin, quand elle est saillante, l’homophilie raciale s’articule souvent à des niveaux d’appartenances invisibilisés par les catégories raciales étatsuniennes : Brian et Thom ne sont pas simplement amis parce qu’ils sont asiatiques, mais plus précisément parce que leurs familles proviennent de la même région, voire du même village au Vietnam.

6Ces deux chapitres montrent ainsi que ce n’est pas l’ethnicité ou la race qui produisent, en soi, des groupes sociaux distincts. Cependant, A. Wimmer avance que cela ne signifie pas « une importance décroissante de la race » (p. 172). L’homophilie raciale reste importante chez les étudiants afro-américains, même si leurs groupes d’amis sont structurés aussi selon la classe sociale et la proximité spatiale. Dans ce cas, la saillance de frontières raciales s’explique par la position subordonnée des membres du groupe dans l’espace social et par l’exclusion politique, économique et spatiale subie sur le long terme. Celle-ci produirait une affinité culturelle de groupe résultant d’une socialisation par l’exclusion. Dans le chapitre 7, A. Wimmer se penche ainsi sur le rapport entre l’exclusion politique d’un groupe et la différenciation culturelle qui en découle.

7En somme, cet ouvrage se distingue par la combinaison habile d’une vaste littérature critique et par sa portée programmatique. La « comparative analytic » d’Andreas Wimmer ne demande ainsi qu’à être étayée par de nouvelles enquêtes empiriques dans le vaste champ de recherches constitué autour l’ethnicité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ana Portilla, « Andreas Wimmer, Ethnic Boundary Making: Institutions, Power, Networks », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 59 - n° 4 | Octobre-Décembre 2017, mis en ligne le 07 décembre 2017, consulté le 17 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/1386

Haut de page

Auteur

Ana Portilla

Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris (CRESPPA), équipe Cultures et société urbaines (CSU), UMR 7217 CNRS, Université Paris 8 et Université Paris-Ouest Nanterre La Défense
59-61, rue Pouchet, 75849 Paris cedex 17, France
portillana[at]yahoo.com

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals