Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Alberta Andreotti, Patrick Le Galès et Francisco Javier Moreno Fuentes, Un monde à la carte. Les villes européennes des cadres supérieurs

Presses universitaires de France, Paris, 2016, 376 p.
Vincent Hugoo
Référence(s) :

Alberta Andreotti, Patrick Le Galès et Francisco Javier Moreno Fuentes, Un monde à la carte. Les villes européennes des cadres supérieurs, Presses universitaires de France, Paris, 2016, 376 p.

Texte intégral

1Un Monde à la carte lie deux champs de recherche à travers une enquête de vaste ampleur sur les cadres supérieurs de quatre grandes villes européennes : Paris, Lyon, Madrid et Milan. Il s’inscrit dans la sociologie de l’internationalisation des classes supérieures mais présente l’originalité, face à la littérature plus abondante sur l’« immigration dorée » (Wagner, 1998) ou les « skilled migrants », de sonder plutôt ceux — bien plus nombreux — restés ou retournés dans leur pays d’origine. C’est affirmer que la mondialisation ne concerne pas uniquement les flux migratoires et qu’elle se prolonge de façon plus diffuse, d’où la préférence des auteurs pour le terme « transnationalisme », qui s’est imposé à la suite de Nina Glick Schiller comme un équivalent moins fort de « cosmopolitisme » ou « internationalisme » (Glick Schiller et al., 1992). Il convient ainsi de ne pas s’intéresser exclusivement aux pratiques qui, pour reprendre les termes du livre, relèvent de l’« exit », mais également à la manière dont restent ceux qui restent, c’est-à-dire à leur enracine­ment. Cette problématisation puise explicitement son inspiration dans les travaux déve­loppés au Royaume-Uni par Mike Savage, qui entendent placer la dimension spatiale au cœur de la différenciation de classe (Savage et al., 2005), mais s’inscrit aussi dans le champ de la sociologie urbaine qui se consacre aux formes plus ou moins prononcées de ségrégation des classes supérieures (Préteceille, 2003 ; Cousin, 2013).

2L’enquête fut menée essentiellement par des entretiens réalisés en suivant un guide unique. L’échantillon, composé de 480 cadres plutôt en milieu de carrière, occupant des positions autonomes et d’autorité au travail, ambitionne de donner une image assez complète des cadres supérieurs urbains, sans prétendre à la représentativité statistique. Il est réparti entre quatre villes à la fois typiques de ce type de population et fortement internationalisées et, pour chaque ville, entre quartiers mixtes et quartiers plus homo­gènes, et entre banlieue et centre-ville. Les auteurs considèrent les structures sociales suffisamment proches pour fixer le « cadre supérieur » (ou « manager » en anglais) comme une unité d’analyse, et au fil des pages se découvre le portrait relativement uniforme, au moins dans ces quelques villes, d’une bourgeoisie européenne.

3Les auteurs retrouvent dans les quatre villes un même rapport bienveillant à l’interna­tionalisation, qui s’insère dans un « cadre cognitif » commun marqué par le libéralisme. Les enquêtés font beaucoup pour préparer leurs enfants à la mondialisation, et craignent que leur pays n’en fasse pas assez. De cet ensemble de représentations qu’ils ont en pro­pre n’émerge pas pour autant une identité européenne unifiée — et encore moins une identité « internationale », non seulement parce que des nuances notables perdurent — comme l’opposition entre secteur public et secteur privé — mais aussi parce que, si les cadres s’identifient comme Européens, ce sentiment d’appartenance se superpose aux identités nationales et infranationales — région, ville, parfois voisinage — sans les supplanter.

4Ces observations précisent, clarifient, mais souvent confirment ce qu’on savait déjà ; le principal résultat du livre est ailleurs. D’abord, le transnationalisme observé — par des indicateurs comme les voyages, les langues, la connaissances des villes — est plus faible qu’attendu, et sépare plus qu’il ne rassemble. Les auteurs identifient un groupe qui se distingue par ses pratiques transnationales, à côté de deux autres où ces pratiques sont, respectivement, assez faibles et quasiment absentes. Mais la surprise vient surtout de la force de l’enracinement, qui marque une nette différence avec le contexte anglais (Savage et al., 2005 ; Larsen et al., 2006). La famille reste un déterminant essentiel du choix du lieu de résidence et conserve un rôle central dans les solidarités sociales. Si les liens sociaux dépassent parfois les frontières urbaines et nationales, ils traversent les années et sont dûment entretenus, y compris par des rencontres en chair et en os.

5C’est donc autrement que s’exprime ce que les auteurs appellent l’« exit partiel », la com­position stratégique d’engagement et de désengagement qui caractérise le rapport à la ville et à l’État des cadres supérieurs. Ils contrôlent étroitement leur rapport au voisinage. Les couples qui habitent une zone mixte préféreraient un quartier plus homogène, au contraire de ceux qui y habitent déjà et dont le sentiment d’« appartenance choisie » est plus fort. Les voisins sont généralement des « inconnus », qu’on cherche d’autant plus à éviter qu’ils sont éloignés de nous socialement. L’on fait volontiers usage des services à proximité, mais en limitant les rapprochements. Ces résultats s’approchent des travaux sur la distance sociale, mais s’éloignent de ceux sur la gentrification, les enquêtés ne revendiquant pas vraiment les vertus de la mixité sociale.

6La démonstration de l’enracinement et de son articulation avec la différenciation sociale à travers la perspective des réseaux sociaux et des ressources mobilisables laisse cepen­dant un léger goût d’inachevé. Les liens familiaux et amicaux perdurent et encadrent les choix résidentiels, mais on aimerait en apprendre davantage sur les pratiques de sociabilité — d’abord parce que, plutôt que d’en être uniquement des opérations d’ac­cumulation ou d’entretien, ces pratiques font partie intégrante du capital social (Cousin et Chauvin, 2012), mais aussi parce que montrer comment ils s’insèrent dans la trame quotidienne permettrait d’étayer l’une des principales conclusions du livre, à savoir la coexistence des liens locaux et transnationaux.

7On regrette alors d’autant plus que les entretiens soient si souvent limités à un rôle illustratif, à des citations trop rares et trop brèves ; une utilisation plus large aurait justement pu donner plus de chair à certaines thèses, et l’exploration de la relation d’enquête renseigner sur le rapport qu’entretiennent les enquêtés à cet enracinement. Ces quelques remarques n’enlèvent rien à la justesse de la problématique ni à la richesse des résultats, qui dressent un tableau à la fois cohérent et nuancé des cadres supérieurs dans quatre villes européennes clefs. On ne peut qu’en recommander la lecture et espérer que d’autres recherches suivront, qui préciseront la description du jeu entre pratiques transnationales et enracinement, ou l’élargiront à d’autres villes.

Haut de page

Bibliographie

Cousin, B., 2013, « Ségrégation résidentielle et quartiers refondés. Usages de la comparaison entre Paris et Milan », Sociologie du travail, vol. 55, n° 2, p. 214-236.

Cousin, B., Chauvin, S., 2012, « L’économie symbolique du capital social. Notes pour un programme de recherche », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 193, p. 96-103.

Glick Schiller, N., Basch, L., Blanc-Szanton, C., 1992, Towards a transnational perspective on migration: Race, class, ethnicity and nationalism reconsidered, New York Academy of Science, New York.

Larsen, J., Urry, J., Axhausen, K.W., 2006, Mobilities, Networks, Geographies, Ashgate, Londres.

Préteceille, É., 2003, « La division sociale de l’espace francilien. Typologie socioprofessionnelle et transformations de l’espace résidentiel 1990–1999 », OSC, Paris.

Savage, M., Bagnall, G., Longhurst, B., 2005, Globalization and Belonging, Sage, Londres.

Wagner, A.-C., 1998, Les nouvelles élites de la mondialisation. Une immigration dorée en France, Presses universitaires de France, Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Hugoo, « Alberta Andreotti, Patrick Le Galès et Francisco Javier Moreno Fuentes, Un monde à la carte. Les villes européennes des cadres supérieurs », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 59 - n° 4 | Octobre-Décembre 2017, mis en ligne le 07 décembre 2017, consulté le 17 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/1434

Haut de page

Auteur

Vincent Hugoo

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP), EHESS, 54, boulevard Raspail, 75006 Paris, France
vincent.hugoo[at]gmail.com

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals