Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Florent Pouponneau, La politique française de non-prolifération nucléaire. De la division du travail diplomatique

P.I.E. Peter Lang, Bruxelles, 2015, 260 p.
Françoise Piotet
Référence(s) :

Florent Pouponneau, La politique française de non-prolifération nucléaire. De la division du travail diplomatique, P.I.E. Peter Lang, Bruxelles, 2015, 260 p.

Texte intégral

1La politique de non-prolifération nucléaire soutenue désormais avec vigueur par la France n’a pas toujours été une constante en matière de politique étrangère, tant s’en faut. Florent Pouponneau en retrace l’histoire d’un point de vue synchronique, depuis l’accession de la France au rang de puissance nucléaire qui passe d’un comportement favorable à la prolifération à son opposé. Pour illustrer les transformations de cette politique, l’auteur procède à une analyse diachronique de ce qu’il estime être deux moments clés de cette histoire : la période 1974-1981, où la règle de non-prolifération commence à s’imposer en France, associée à un contrôle plus restrictif des exportations, et la période 2002-2009, où la politique de non-prolifération devient une priorité de l’action extérieure.

2Les développements qu’il nous propose s’appuient sur un travail d’enquête tout à fait considérable compte tenu des difficultés d’accès à certaines informations encore sous le sceau de la confidentialité. Entre 2006 et 2010, Florent Pouponneau a procédé à 120 entretiens conduits auprès des acteurs concernés par les faits passés et présents, effectué un dépouillement systématique de la presse, exploré les archives accessibles et les données révélées par WikiLeaks, en s’efforçant de croiser le plus systématiquement possible les informations recueillies afin d’en vérifier la validité.

3L’intérêt majeur de ce travail solidement fondé empiriquement réside à la fois dans la posture de recherche et dans le cadre théorique adopté pour analyser les comportements et les pratiques des acteurs impliqués dans cette politique (chapitre 1 : « Intégrer deux approches opposées de la politique internationale »). Alors que les approches classiques opèrent une distinction entre la politique étrangère propre aux États et le système de relations internationales, la posture adoptée par l’auteur, qui sert de fil conducteur à son analyse, consiste au contraire à ne pas séparer les deux, à penser « l’interne et l’externe de façon identique » et à s’efforcer de saisir, à travers les pratiques observées des acteurs, la manière dont s’articulent divisions externes et internes du travail. Empruntant à Kenneth Waltz son cadre d’analyse de la structure du système international et de sa dynamique, et n’hésitant pas à l’amender au regard des faits observés, Florent Pouponneau construit un cadre théorique qui emprunte beaucoup à la théorie de l’action de Pierre Bourdieu et qu’il fonde sur la différenciation structurelle des espaces et des jeux sociaux. C’est un tel cadre qu’il applique pour analyser les deux périodes charnières identifiées, qui se situent de part et d’autre d’un changement majeur de l’équilibre des forces au sein du système international avec la fin de la Guerre froide puis l’effondrement de l’URSS.

4Selon l’auteur, ce cadre permet d’exposer et d’analyser le changement radical qui s’est produit en France concernant la politique de prolifération des armes nucléaires (chapitre 2 : « Une transformation de la politique de “grandeur” de la France »). On passe en effet, en une cinquantaine d’années, d’une politique gaullienne de non-alignement envers les deux puissances dominantes de la Guerre froide et de refus d’adhésion à la norme de non-prolifération instituée en 1968 par le traité du même nom, à une défense particulièrement exigeante en matière de non-prolifération, manifestée notamment par notre pays lors du très récent accord signé avec l’Iran concernant le contrôle de l’usage militaire des installations nucléaires et la levée des sanctions internationales. Dans les deux périodes examinées, l’auteur prend en compte les inflexions initiées par les différents présidents de la République, tout en en soulignant les limites en raison des actions des États-Unis aussi bien pendant la Guerre froide que dans la période unipolaire qui lui succède. Dans la première période, les États-Unis font pression sur les pays contractant avec la France l’achat d’équipements à usage militaire, quitte à accorder à cette dernière des dédommagements ; dans la seconde, alors que la France et