Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Marie-Anne Dujarier, Le Management désincarné. Enquête sur les nouveaux cadres du travail

La Découverte, Paris, 2015, 264 p.
Jean-Marie Pillon
Référence(s) :

Marie-Anne Dujarier, Le Management désincarné. Enquête sur les nouveaux cadres du travail, La Découverte, Paris, 2015, 264 p.

Texte intégral

1Tiré de son mémoire d’habilitation à diriger des recherches en sociologie, l’ouvrage de Marie-Anne Dujarier s’appuie sur une enquête qualitative de plus de dix ans complétée par une enquête par questionnaire. L’auteure livre une analyse empirique des « nouveaux cadres de l’élaboration du travail » en mettant au cœur de sa réflexion la notion d’« activité », définie comme une expérience sensible qui engage le travailleur dans trois dimensions de l’action : « matérielle, sociale et existentielle ». Derrière ce projet se trouve une thèse forte : les formes actuelles des organisations empêcheraient le déploiement harmonieux du travail sur ces trois plans. Pour l’étayer, l’ouvrage prend pour objet le travail des cadres qui n’exercent pas de fonctions hiérarchiques directes mais « encadrent » le travail des autres en produisant ou entretenant des dispositifs de contrôle et d’organisation à distance. L’auteure désigne ces nouvelles figures en forgeant le terme de « planneurs ». Trois grands types de dispositifs sont alors recensés : les dispositifs de finalités, de procédés, et d’enrôlement.

2M.-A. Dujarier embrasse dans la même catégorie de planneurs une multiplicité de fonctions (responsables des ressources humaines, contrôleurs de gestion, consultants, auditeurs, informaticiens), une multiplicité de contextes productifs (public, privé, industrie, service, finance) et une multiplicité d’instruments (indicateurs de performance, chartes, progiciels de gestion intégrés, référentiels qualité). En cela elle fait montre d’une connaissance impressionnante des faits économiques qui marquent les grandes entreprises mondialisées et les services publics. Au fil des pages, le lecteur navigue du développement de l’informatique de gestion aux recherches d’optimisation par l’externalisation ou la spéculation sur les matières premières, en passant par le travail des clients ou la mise en marché d’un nombre toujours plus grand de biens et de services. La notion de planneurs permet alors d’approfondir l’analyse de deux dénominateurs communs de l’action organisée contemporaine : le raccordement des outils de rationalisation bureaucratique par des réseaux informatiques qui renforcent les capacités de contrôle à distance d’une part et, d’autre part, la division généralisée du travail de commandement qui favorise la dilution de la responsabilité vis-à-vis des décisions, la multiplication des frottements entre diverses injonctions contradictoires et la réduction des zones d’autonomie des acteurs subordonnés.

3De la conjonction de ces deux mouvements émerge une contrainte déterminante du travail d’organisation contemporain : la distance sociale et professionnelle qui sépare planneurs et travailleurs de base. Tirant les conséquences de cette distance, la démonstration s’enroule autour d’un paradoxe : les planneurs ont pour fonction de mesurer et d’améliorer la « performance » de tous les travailleurs, exceptée la leur. Peu nombreuses, les instances de feedback ne structurent ni la rémunération, ni l’avancement des planneurs. La carrière de ceux-ci repose davantage sur l’abstraction des formes produites et le jugement des pairs. À l’inverse, l’expertise concernant certains métiers ou secteurs est perçue comme un signe d’immobilisme. Ce constat renforce la pertinence de la catégorie unificatrice de « planneurs » et la comparabilité des différents terrains étudiés. Il permet en retour à l’auteure de prendre au sérieux le projet managérial visant, par exemple, à implémenter le lean management de la même manière dans la justice et dans l’industrie automobile. Grâce au Management désincarné, on entre à pas feutrés dans la mécanique de « l’isomorphisme institutionnel ».

4Du fait de l’hétérogénéité des terrains explorés, l’auteure porte une attention marquée à ce que partagent les « planneurs », un mandat standardisé qu’elle résume en ces termes : « accroître la performance telle qu’elle est définie quantitativement par leur employeur, pour son bénéfice, en agissant à distance sur l’activité d’autrui, par la mise en place de dispositifs » (p. 161). Le travail réel des planneurs fait alors l’objet d’un moindre intérêt, notamment en ce qui concerne les frottements entre les normes qu’ils sont chargés d’« implémenter » et les spécificités des secteurs auxquels ils s’attaquent. M.-A. Dujarier souligne à juste titre que, dans le fond, ils se préoccupent assez peu des désagréments qu’ils causent aux autres. Mais l’analyse s’arrête peu sur les façons dont ils parviennent effectivement à faire émerger ou à imposer de la norme et du standard. Différents résultats de la démonstration semblent alors délicats à articuler et seraient redevables de prolongements. L’inefficacité et l’inutilité vécue des dispositifs de management à distance est ainsi mise en avant dans les premiers chapitres, avant que leur capacité à produire du profit ne soit clairement signalée dans les chapitres suivants. L’existence de ces deux ordres de réalité n’est pas problématique en soi. Néanmoins, ce qui semble en jeu dans l’activité des planneurs, c’est justement leur capacité à rendre compatibles des échelles de valeurs concurrentes qui portent chacune différentes définitions de l’utile et de l’inutile. Bien sûr, le travail d’encadrement à distance revient souvent à imposer des normes et des valeurs à travers des nomenclatures comptables. Il n’en reste pas moins qu’il n’est pas de performance en soi mais des façons de la mesurer qui favorisent certains intérêts plutôt que d’autres. Or, les caractéristiques matérielles des dispositifs qui permettent aux planneurs d’imposer certains intérêts particuliers dans des situations spécifiques sont peu exposées. Il eut été intéressant d’évoquer, par exemple, la façon dont le lean management est adapté pour s’appliquer à l’hôpital ou à la justice et, inversement, comment le travail y est tordu pour se conformer aux prescriptions managériales. Sur ce point, les adeptes de la sociologie historique de la quantification ou des études sociales de la comptabilité ne trouveront pas dans Le Management désincarné une étude de cas internaliste des investissements de forme qui structurent l’économie contemporaine.

5Mais il s’agit là d’autant de points de discussion et de prolongement qui n’obèrent en rien l’intérêt de l’ouvrage. Celui-ci, en mettant au premier plan des fonctions et des mandats qui ne sont ni directement marchands, ni directement productifs ou hiérarchiques, ouvre un champ de comparaison et de recherche sur le travail d’encadrement, dans un contexte où les travaux sur les cadres du public et du privé peinent parfois à discuter. L’avenir saura sans doute gré à Marie-Anne Dujarier d’avoir ouvert un tel espace de discussion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marie Pillon, « Marie-Anne Dujarier, Le Management désincarné. Enquête sur les nouveaux cadres du travail », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 59 - n° 2 | Avril-Juin 2017, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sdt/685

Haut de page

Auteur

Jean-Marie Pillon

Centre d’études de l’emploi – Immeuble le Descartes I
29, promenade Michel Simon, 93166 Noisy-le-Grand, France
jeanmariepillon[at]gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals