Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Milena Doytcheva, Politiques de la diversité. Sociologie des discriminations et des politiques antidiscriminatoires au travail

P.I.E. Peter Lang, Bruxelles, 2015, 198 p.
Hélène Demilly
Référence(s) :

Milena Doytcheva, Politiques de la diversité. Sociologie des discriminations et des politiques antidiscriminatoires au travail, P.I.E. Peter Lang, Bruxelles, 2015, 198 p.

Texte intégral

1Milena Doytcheva propose dans cet ouvrage une analyse transversale des politiques inspirées par la catégorie de « diversité ». Bien que cette notion, transposée dans le paysage français au début des années 2000, ait eu vocation à englober toutes les différences, c’est principalement sous l’angle des discriminations ethnoraciales que l’auteure étudie l’émergence de cette rhétorique et les structures qui s’en inspirent, afin de montrer comment s’est opérée une transformation des registres d’action publique. L’enquête, menée dans la métropole lilloise et en région parisienne, s’appuie sur des observations et des entretiens auprès de différents acteurs publics et privés (associations, agents institutionnels, entreprises et réseaux d’entreprises, intermédiaires de l’emploi) engagés dans la diffusion de la « diversité » dans le champ économique et au travail, ainsi qu’avec les personnes accompagnées par ces dispositifs.

2L’ouvrage s’organise en trois parties. La première retrace l’émergence du thème de la « promotion de la diversité » dans le contexte français. Elle revient sur l’entrée dans le débat public de cette notion, et sur la manière dont elle s’articule avec d’autres catégories préexistantes de l’action publique visant des populations dites « issues de l’immigration », en particulier celle d’« intégration ». Rappelant le contexte dans lequel la France s’est dotée d’un cadre juridique en matière de discriminations, elle montre comment l’apparition concomitante de la « diversité » peut être analysée comme une requalification de ces politiques et de leur sens. Dans le troisième chapitre, l’auteure s’intéresse au travail de mobilisation mené par des acteurs venus du monde entrepreneurial pour diffuser ce nouveau modèle. Ces derniers ont tenté de populariser une vision « positive » des questions antidiscriminatoires, en mettant à distance la dimension juridique au profit d’une vision gestionnaire, orientée vers la performance économique.

3La seconde partie du livre est consacrée aux discours de la diversité et à leur mise en action dans les politiques des entreprises. Elle montre comment les promoteurs de la diversité ont justifié le bien-fondé de cette nouvelle approche, grâce à une rhétorique qui allie les registres de la méritocratie républicaine, de la « fraternité chrétienne » et de l’intérêt économique. Mais cette vision entrepreneuriale de la « diversité globale » (chapitre 5) reflète en réalité les ambiguïtés de l’action publique antidiscriminatoire. Prétendant embrasser des différences multiples, sa mise en pratique reste imprégnée par des logiques catégorielles distinctes : la question du handicap, fortement portée par l’action publique, est ainsi la plus traitée, tandis que l’ethnicité reste un critère « qui doit suivre ». Quand elle est prise en compte, elle est d’ailleurs souvent euphémisée par l’usage d’autres catégories, comme celle de « quartiers sensibles » (chapitre 6).

4La troisième partie s’intéresse aux « acteurs de la diversité », en se centrant sur les structures intermédiaires entre les candidats et les entreprises. L’existence de ces « intermédiaires et opérateurs » est analysée comme un phénomène structurel, révélateur des ambiguïtés des pouvoirs publics à l’égard de la gestion des catégories ethnoraciales. Ces derniers financent des structures externes visant à favoriser l’insertion professionnelle des personnes racisées, sans assumer explicitement cet objectif qui apparaît comme contraire à la doctrine républicaine d’aveuglement aux différences. L’absence de coercition envers les entreprises pousse alors les intermédiaires à reproduire des logiques discriminatoires, dans une perspective de placement des candidats (chapitre 8). L’auteure choisit de consacrer un chapitre à la question de la religion, pour mettre en évidence l’approche pragmatique des entreprises : le port du voile est plus toléré dans les métiers qui n’impliquent pas de contact avec le public, et/ou sur des marchés en tension (chapitre 9). Enfin, l’ouvrage s’achève sur une analyse des appropriations de ces politiques de la diversité par les personnes accompagnées. L’auteure montre comment ces dernières se saisissent stratégiquement de ces dispositifs. Cependant, elle met aussi en lumière la façon dont le travail des intermédiaires peut pousser à minimiser la réalité des discriminations et à intérioriser les injonctions assimilationnistes.

5On souhaiterait en savoir davantage sur les personnes qui composent ces structures intermédiaires ; en effet, leurs caractéristiques sociales semblent souvent s’effacer derrière leur position institutionnelle. Les modalités de construction et de délimitation de l’objet d’enquête pourraient aussi être plus explicitées car l’angle, au demeurant intéressant, des discriminations ethnoraciales ne s’impose pas de manière évidente, tant la « diversité » prétend englober tous les types de discriminations. L’auteure n’explique pas non plus pourquoi elle s’intéresse uniquement aux dispositifs ciblant directement les victimes des discriminations, laissant de côté d’autres axes des politiques, par exemple les sessions de formation destinées aux managers. Enfin, les conditions et le matériau de l’enquête, qui n’est pas précisément datée, pourraient être mieux décrits.

6L’ouvrage offre une analyse des politiques de promotion de la diversité au début de leur essor dans le monde des entreprises françaises et enrichit à plusieurs égards la compréhension des processus de construction des politiques antidiscriminatoires au travail. Il a le mérite d’aller au-delà de la simple analyse de discours pour s’intéresser à la manière effective dont a été opérationnalisée la « diversité », grâce à un regard sur le positionnement et les pratiques des intermédiaires. L’intérêt porté aux processus d’appropriation par les publics ciblés, en relation avec leurs trajectoires, est également une approche qui permet de dépasser une vision strictement descendante de la construction de ces politiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Demilly, « Milena Doytcheva, Politiques de la diversité. Sociologie des discriminations et des politiques antidiscriminatoires au travail », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 59 - n° 3 | Juillet-Septembre 2017, mis en ligne le 02 août 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sdt/867

Haut de page

Auteur

Hélène Demilly

Institutions et dynamiques historiques de l’économie et de la société (IDHES)
UMR 8533 CNRS et Université Paris X Nanterre
Bâtiment T, 200, avenue de la république, 92100 Nanterre, France
helene.demilly[at]gmail.com

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals