Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Cristina Nizzoli, C’est du propre ! Syndicalisme et travailleurs du « bas de l’échelle » (Marseille et Bologne)

Presses universitaires de France, Paris, 2015, 224 p.
Annalisa Tonarelli
Référence(s) :

Cristina Nizzoli, C’est du propre ! Syndicalisme et travailleurs du « bas de l’échelle » (Marseille et Bologne), Presses universitaires de France, Paris, 2015, 224 p.

Texte intégral

1Avec son beau livre, prix Le Monde de la recherche universitaire, Cristina Nizzoli nous introduit dans l’univers proche, et pourtant invisible, des entreprises qui fournissent les prestations d’entretien de locaux destinés à un usage professionnel. Cette branche, caractérisée par la multiplication de la sous-traitance, la fragmentation des relations d’emploi, l’émiettement du salariat, ainsi que par une main-d’œuvre majoritairement féminine, immigrée ou « racisée », représente un terrain fécond pour l’étude du syndicalisme en milieu précaire, question centrale dans sa recherche.

2La démarche adoptée, explicitée dans l’introduction, part du constat que si l’avancée du néolibéralisme et la remise en cause du compromis fordiste entre le capital et le travail a représenté un enjeu important pour les organisations syndicales, le syndicalisme continue néanmoins d’exister et d’agir, y compris dans les secteurs d’activité les plus touchés par la précarité. Le propos de Cristina Nizzoli consiste à montrer comment, malgré l’absence de véritables campagnes de syndicalisation, l’action de terrain permet aux associations collectives de maintenir un lien avec ce monde du travail profondément précarisé. En partant de l’idée que le syndicat doit être vu comme une institution et un ensemble d’interactions contribuant à le faire vivre, à le façonner et à le transformer, la recherche de Cristina Nizzoli se donne pour objectif d’éclairer la nature des relations qui s’instaurent au quotidien entre représentants et représentés, dans un contexte fortement influencé par des politiques néolibérales.

3Une fois cette orientation définie, c’est la méthode ethnographique qui a été retenue. Grâce à l’immersion participante à laquelle elle s’est livrée pendant dix mois et qui lui a permis de collecter un vaste corpus de notes et d’entretiens, l’auteure peut rendre compte des mécanismes mis en œuvre dans les pratiques syndicales et se confronter au défi de déceler et d’interpréter ce qui passe généralement de façon invisible dans ce domaine. En raison de sa double position d’émigrée venue d’Italie et d’immigrée en France, Cristina Nizzoli a pu emprunter avec aisance la voie d’une ethnographie comparée de deux terrains, la bourse du travail de la CGT de Marseille et celle de la CGIL de Bologne. Cela signifie lire, grâce à la maîtrise des catégories linguistiques, institutionnelles et sociales dont les phénomènes étudiés sont imprégnés, les résultats de ces deux réalités ou terrains d’enquête l’un par rapport à l’autre, afin d’en déceler les éléments propres.

4Si le premier chapitre est consacré à la description du contexte dans lequel s’insère le secteur de la propreté dans les deux pays et à caractériser la main-d’œuvre et les fédérations qui représentent les salariés de cette branche, le second porte sur les trajectoires, les discours et les stratégies des leaders syndicaux. C’est ici que Cristina Nizzoli fait connaître aux lecteurs Saïd et Fabio — respectivement le secrétaire du nettoyage à l’Union départementale (UD) CGT de Marseille et le responsable de la propreté à la Federazione Italiana Lavoratori Commercio e Turismo (FILCAMS) de la CGIL de Bologne — les guides qui vont lui rendre accessibles les lieux de l’action syndicale et que l’on va retrouver tout au long de ses analyses. Celles-ci sont, par la suite, structurées autour de trois objets de recherche qui correspondent à autant de pratiques syndicales.

5Le premier objet est celui du suivi individuel lors des permanences syndicales (chapitre trois). Cette pratique des permanences, largement répandue dans les deux cas étudiés, permet de faire face à l’une des entraves majeures dues au système de sous-traitance : l’éparpillement des salariés sur plusieurs chantiers. En introduisant le concept de « frontière de l’action syndicale », l’auteure rend compte des différentes approches qui caractérisent les attitudes des représentants. Celles-ci sont influencées, bien sûr, par le modèle des relations professionnelles — plus orienté vers la prestation de services dans le cas italien et plus porté au conflit en France — et par les rapports de force au sein des fédérations et confédérations, mais aussi par l’histoire professionnelle des leaders et par leur propre expérience des rapports de domination, de sexe, de « race » et de classe : à Bologne, par exemple, aucun des permanents syndicaux n’a jamais travaillé dans la propreté, et la distance qui existe entre représentants et représentés ressort à plusieurs reprises lors des permanences où la parole des salariés est souvent remise en question par les délégués qui font appel à un prétendu « manque d’envie de travailler » de la part des étrangers.

6Le second objet est celui des grèves et des mobilisations (chapitre quatre). L’auteure se demande si ces actions collectives, pourtant peu habituelles dans le secteur du nettoyage, constituent un moment qui abolit la rupture entre représentants et représentés, ou si elles contribuent à creuser les distances entre eux. Si la réponse à cette question reste en suspens, il ressort de l’analyse des différentes situations de mobilisation qu’elles représentent un moment crucial de mise en visibilité qui permet de sortir de l’individualité d’une cause en la rendant collective. Une autre question concerne la possibilité de faire du chantier, grâce à la mobilisation des salariés du donneur d’ordre, un point d’appui en vue de la construction des solidarités qui sont à la base de la production d’un conflit.

7Le troisième objet, enfin, est celui des assemblées (chapitre cinq). Qualifiées par l’auteure de « pratique de résistance », du fait que l’externalisation et le comportement patronal combinés à la faible implantation syndicale constituent des entraves importantes à la possibilité de se réunir entre salariés, elles représentent un espace où des points de vue variés parviennent à s’exprimer et à se confronter. La prise en compte de ces pratiques, très différenciées du point de vue des thèmes traités ainsi que de la façon dont elles se déroulent, donne à Cristina Nizzoli la possibilité de revenir, entre autres, sur l’impact de la structure syndicale sur la formation des liens de solidarité entre adhérents.

8Si le but de la recherche est d’expliquer les mécanismes qui façonnent le syndicalisme dans ce secteur externalisé, la réflexion ne se limite pas à cette tâche. L’ouvrage, qui s’adresse à la fois à la communauté scientifique et aux syndicalistes, contribue au débat — encore très peu développé en Italie et faiblement alimenté par des travaux de recherche dans ce secteur — sur les possibilités du syndicalisme contemporain en milieu précaire, posant en même temps la question des conditions de son renouvellement. Sur ce point, l’étude montre l’importance de la prise en compte du potentiel émancipateur contenu dans les expériences de vie et de travail des salariés du bas de l’échelle pour l’élaboration de nouvelles stratégies syndicales. L’un des apports majeurs de la recherche consiste à révéler l’importance de la prise en compte des rapports sociaux de sexe, de « race » et de classe, et la manière dont les dominations qui pèsent sur les acteurs sociaux façonnent leur expérience et leur point de vue. Les situations décrites dans le livre montrent d’ailleurs très bien que les syndicalistes du secteur de la propreté n’échappent pas, dans leur façon d’évaluer un cas ou une situation, à l’emprise de rapports sociaux à la fois sexués et « racisés » : dans le cas de syndicalistes de Bologne, c’est leur expérience en tant qu’Italiens, blancs, n’ayant jamais travaillé dans la propreté, qui les éloigne des salariés qu’ils prétendent représenter, tandis que, dans le cas des syndicalistes de Marseille c’est leur expérience syndicale, c’est-à-dire leur statut de salariés protégés, associé au fait qu’ils évoluent sur de grands chantiers où le droit du travail est globalement respecté, qui les différencie des salariés les plus dominés.

9L’une des critiques souvent adressées à l’approche ethnographique tient au fait que le chercheur investit le terrain en étant porteur de prénotions, l’insertion dans la communauté ne garantissant en rien sa capacité de se départir de son idéologie et de ses présupposés. Cristina Nizzoli a su éviter cet écueil grâce à la capacité de produire une analyse réflexive et distanciée des phénomènes de structuration de son rapport au terrain. Pourtant, si une critique doit être faite à un ouvrage qui reste très convaincant et dont on souhaite vivement une traduction en italien, c’est que le but poursuivi, à savoir analyser ensemble les différents éléments propres aux contextes afin de ne pas déconnecter le syndicalisme du reste de la vie sociale, aurait pu être plus complètement atteint par une prise en compte plus large des phénomènes dont les interactions sont constitutives des cohérences sociétales. C’est le cas, par exemple, des mécanismes de détermination des conditions de travail et de régulation de l’emploi, mais aussi, ou moins pour l’Italie, des interrelations entre secteurs formel et informel — autant d’aspects qui contribuent fortement à l’hétérogénéité des formes d’organisation de travailleurs dans les deux pays.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annalisa Tonarelli, « Cristina Nizzoli, C’est du propre ! Syndicalisme et travailleurs du « bas de l’échelle » (Marseille et Bologne) », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 59 - n° 3 | Juillet-Septembre 2017, mis en ligne le 02 août 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sdt/874

Haut de page

Auteur

Annalisa Tonarelli

Dipartimento di Scienze Politiche e Sociali, Università degli Studi di Firenze
Via delle Pandette, 21, 50127 Firenze, Italie
annalisa.tonarelli[at]unifi.it

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals