Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Anne Monjaret et Catherine Pugeault (dir.), Le sexe de l’enquête. Approches sociologiques et anthropologiques

ENS Éditions, Lyon, 2014, 262 p.
Pauline Seiller
Référence(s) :

Anne Monjaret et Catherine Pugeault (dir.), Le sexe de l’enquête. Approches sociologiques et anthropologiques, ENS Éditions, Lyon, 2014, 262 p.

Texte intégral

1L’ouvrage Le sexe de l’enquête coordonné par Anne Monjaret et Catherine Pugeault invite sociologues et ethnologues à adopter une position réflexive vis-à-vis de leurs pratiques d’enquête de terrain en étudiant « la dimension sexuée du rapport d’enquête » (p. 6). Ce focus sur le sexe s’inscrit dans une analyse de la relation d’enquête dans son ensemble et pose des questions bien connues de méthodologie telles que l’engagement et la distanciation de la chercheuse ou du chercheur ou les formes de domination dans l’interaction entre enquêteur ou enquêtrice et enquêté ou enquêtée.

2L’ouvrage est constitué d’abord d’une revue de littérature sur le genre dans les ouvrages et articles de méthodologie en ethnologie et en sociologie. Cet intérêt pour le genre dans la méthode serait, selon les coordinatrices de l’ouvrage, relativement récent, car c’est la classe sociale qui semblait jusqu’alors au cœur des considérations méthodologiques. Elles rappellent de plus que les pratiques d’enquête des femmes ont souffert d’un déficit de reconnaissance et que la plupart des ethnographies sont faites à partir d’un point de vue d’hommes. Si cette revue de littérature permet d’amorcer une réflexion sur les forces et effets du « sexe de l’enquête », les contributions qui suivent, qui sont des retours d’expériences de terrain, en donnent des illustrations encore plus frappantes.

3La première partie, « l’enquête sous contrainte relationnelle : établir et entretenir la confiance » (p. 81), rend compte du poids du sexe de l’enquêteur ou de l’enquêtrice pour entrer sur le terrain et s’y maintenir. Le statut d’« étranger sympathisant », moteur de l’enquête de terrain, est parfois plus facile à acquérir selon que l’on est une femme ou un homme. Par exemple, être une femme dans des espaces où les femmes sont majoritaires peut favoriser l’accès à certains terrains en créant une « complicité de sexe » (p. 54). Dans l’étude des consultations gynécologiques de Laurence Guyard, on comprend que le sexe féminin est clairement un facilitateur d’accès au terrain, mais c’est aussi le cas pour Isabelle Mallon auprès des résidentes en maison de retraite. Cette proximité a aussi ses effets pervers : elle peut venir limiter l’enquête en empêchant d’accéder aux points de vue des acteurs de l’autre sexe ou complexifier le travail de distanciation vis-à-vis de l’objet de recherche. De plus, être un homme dans un univers féminin ou être une femme dans un univers masculin peut parfois, au contraire, constituer un des ressorts de l’enquête. La contribution de Pierre-Noël Denieul à propos de son enquête sur les entrepreneuses tunisiennes est à cet égard éclairante.

4La deuxième partie de l’ouvrage décrit l’enquête comme « le théâtre des relations sexuées » (p. 129). Les contributions relatent comment, dans des univers masculins, les enquêtrices sont amenées à neutraliser certaines dimensions attendues de la « féminité » en prêtant attention à leur tenue vestimentaire — comme Jasmina Stevanovic sur les navires de la marine marchande —, ou en répondant partiellement aux attentes des enquêtés égoutiers qui perçoivent Agnès Jeanjean comme une « jeune fille », ou encore en mettant à distance une image de « sociologue féministe » stigmatisée par certains policiers ou policières pour Geneviève Pruvost. La durée de l’enquête semble parfois atténuer ces mécanismes, comme le suggèrent Marie-Hélène Lechien et Marc Bessin à propos de leur recherche en prison où la sociologue a dû, dans un premier temps, faire avec des plaisanteries grivoises et sexistes. Les vertus de l’insertion de longue durée sur le terrain s’observent d’ailleurs dans nombre de contributions, la démarche ethnographique étant très largement représentée dans le livre.

5La troisième partie s’interroge sur le rôle de la séduction et des « relations sexualisées » dans les interactions entre enquêteur ou enquêtrice et enquêté ou enquêtée, lorsque la sexualité est l’objet de recherche ou une partie de celui-ci — comme dans l’enquête de Philippe Combessie sur les libertines ou celles de Sylvie Bigot sur les escortes et leurs clients. Les coordinatrices de l’ouvrage estiment aussi plus largement que « les rapports de séduction s’avèrent difficilement évitables » (p. 199) et ce sur des terrains diversifiés. La contribution d’Anne Saouter sur l’univers des rugbymen va dans ce sens : au sein d’un groupe homosexué, il est difficile de ne pas prendre un rôle habituellement assigné aux femmes (« épouse » ou « groupie ») qui implique des formes de séduction avec les sportifs et qui ferme l’accès à certains espaces du terrain (ici, la « troisième mi-temps »). Chercheurs et chercheuses participent donc en partie à des jeux de séduction ou, au contraire, élaborent des ajustements afin de minimiser la part de la séduction dans l’enquête.

6Cet ouvrage invite donc à la réflexivité sur les pratiques d’investigation sociologique, même a posteriori (certaines contributions proposent une relecture d’une enquête menée antérieurement). Ces considérations méthodologiques sur le poids des stéréotypes de sexe dans les enquêtes sont très utiles car elles montrent que le « sexe de l’enquête » a des effets quel que soit le groupe professionnel ou le monde social étudié. Il peut bloquer ou faciliter l’accès au terrain, il a aussi des effets sur les matériaux recueillis et sur le rapport des chercheurs et chercheuses à l’objet.

7L’intérêt de l’ouvrage est également de montrer que le sexe est une variable majeure dans des configurations d’enquêtes très différentes (un seul chercheur ou chercheuse, ou une équipe mixte par exemple) et quelles que soient les techniques d’enquête mobilisées. Ainsi, S. Bigot étudie rétrospectivement la manière dont les modes de recueil de données (entretiens par internet ou en face à face) impliquent des rapports de séduction différenciés dans son enquête auprès de clients d’escortes.

8Enfin, cet ouvrage collectif invite à réfléchir sur notre positionnement en tant qu’enquêteur ou enquêtrice sur différents terrains, mais aussi sur l’ensemble de nos pratiques professionnelles. Certaines contributions et la conclusion rappellent en effet que les rapports de sexe sont des rapports de pouvoir qui s’expriment aussi à l’université ou dans les centres de recherche. Comme le soulignent A. Monjaret et C. Pugeault, « la science a encore trop souvent un sexe. Les études qui osent l’écrire sont utiles » (p. 72).

  • 1 À ce sujet voir l’article de Pierre Fournier (2006).

9Le sexe ne saurait néanmoins être déconnecté des autres rapports sociaux qui se manifestent dans l’enquête de terrain, et certains auteurs dans le livre le rappellent : l’âge1 et le statut professionnel se combinent et contribuent à positionner enquêteurs et enquêtrices sur le terrain. On peut d’ailleurs s’interroger sur le fait même d’isoler la variable sexe pour analyser les pratiques de recherche. Une approche tenant compte de l’intersectionnalité pourrait renforcer la réflexion engagée. En outre, malgré la grande variété des situations d’enquête exposées, la question de l’orientation sexuelle ne figure que secondairement dans ces analyses en dépit du projet initial des coordinatrices.

Haut de page

Bibliographie

Fournier, P., 2006, « Le sexe et l’âge de l’ethnographe : éclairants pour l’enquêté, contraignants pour l’enquêteur », ethnographiques.org, n°11.

Haut de page

Notes

1 À ce sujet voir l’article de Pierre Fournier (2006).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pauline Seiller, « Anne Monjaret et Catherine Pugeault (dir.), Le sexe de l’enquête. Approches sociologiques et anthropologiques », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 59 - n° 3 | Juillet-Septembre 2017, mis en ligne le 02 août 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sdt/880

Haut de page

Auteur

Pauline Seiller

Centre d’étude et de recherche sur les risques et les vulnérabilités (CERReV), Université de Caen, Esplanade de la Paix, 14032 Caen, France
pauline.seiller[at]unicaen.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals