Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Maurizio Gribaudi, Paris ville ouvrière. Une histoire occultée, 1789-1848

La Découverte, Paris, 2014, 444 p.
Pierre Gilbert
Référence(s) :

Maurizio Gribaudi, Paris ville ouvrière. Une histoire occultée, 1789-1848, La Découverte, Paris, 2014, 444 p.

Texte intégral

1Dans quelle mesure les transformations urbaines peuvent-elles engendrer des changements de régime politique ? Plus spécifiquement, quel rôle les mutations sociales, économiques et spatiales qui ont bouleversé le cœur de Paris dans la première moitié du XIXe siècle jouent-elles dans la genèse de la révolte qui, en 1848, mit fin à la monarchie pour donner naissance à la IIe République ? Pionnier de la micro-histoire dans les années 1980, Maurizio Gribaudi, après avoir récemment exploré l’histoire politique de 1848, livre ici un ouvrage magistral, tant par l’ampleur de l’enquête que par la thèse qu’il soutient : la révolution de 1848 trouve sa source dans les bouleversements urbains connus par la capitale française depuis 1789. L’auteur s’attache d’abord à déconstruire un mythe, celui qui voit dans la modernité bourgeoise qui s’érige alors autour des grands boulevards, à l’ouest de la ville où les élites migrent progressivement, l’unique lieu de l’innovation et du progrès social de ce début de siècle. La ségrégation qui s’installe alors dans la capitale nourrit en haut de la hiérarchie sociale un regard de plus en plus distant sur les classes populaires et sur les quartiers centraux, perçus comme un foyer de maladies et de misère morale. La première partie de l’ouvrage renoue avec les analyses bien connues sur l’émergence au XIXe siècle d’une représentation des groupes populaires urbains comme des « classes dangereuses » ; tout l’intérêt de l’enquête foisonnante qui permet d’attester de ces métamorphoses est de mieux comprendre ce que cette représentation dominante a laissé dans l’ombre : loin de l’image d’un espace délaissé, figé dans le passé, les quartiers populaires connaissent au cours de cette période de profondes mutations et sont le foyer d’innovations sociales et politiques majeures.

2C’est là la thèse centrale de l’ouvrage : le cœur de la capitale, ainsi que ses faubourgs qui s’étendent alors au nord et à l’est, sont le lieu de naissance d’une « autre modernité », populaire, qui se déploie autour de la petite industrie et d’un univers structuré par d’intenses sociabilités, au sein desquelles se produit, selon l’expression que l’auteur emprunte à Jacques Rougerie, une « montée vers le politique ». En pleine explosion démographique (entre 1800 et 1850, la population double pour atteindre un million d’habitants), la ville fait face à une mutation sans précédent de ses structures urbaines. Dans ce processus, M. Gribaudi identifie un fait crucial, jusque-là largement ignoré de l’historiographie : la vente des biens nationaux, qui s’étale entre 1789 et 1820, libère dans la capitale de vastes espaces (couvrant rien moins qu’un tiers de sa surface), offrant de multiples interstices urbains dans lesquels se loge un tissu social extrêmement dense, autour d’une économie industrielle en plein essor. Ce processus s’accompagne d’une spécialisation des quartiers ou des « passages » autour d’activités productives fortement intégrées (le tissu, le fer, le bois, etc.), dans lesquels se forge une interdépendance étroite entre de nombreuses petites unités de production. Ce contexte donne jour à une vaste « fabrique collective », formée par les nombreux ateliers, fabriques et dépôts ainsi regroupés par grappes d’activités reliées les unes aux autres, qui occupe 80 % de la force de travail parisienne et s’accompagne de l’établissement de denses réseaux sociaux, organisés autour de sociabilités professionnelles et de loisirs à base locale. La densification du tramage urbain de l’ancien centre-ville s’accompagne ainsi de « la densification parallèle de la trame sociale, qui s’opère à travers les liens quotidiennement noués entre lieux de travail, d’habitation et de loisirs » (p. 224).

3C’est dans ce monde populaire de plus en plus intégré que se produit la montée vers le politique, par un amalgame d’éléments épars d’où, progressivement, surgit une conscience aiguë et inédite de la réalité des rapports de domination qui régissent l’organisation du travail parisien mais, aussi, la société dans son ensemble. Ce processus résulte en partie de la solidification des sociabilités ouvrières autour de pratiques à la tonalité de plus en plus politique — comme dans les « goguettes », sociétés de chant alors très en vogue, puis dans les banquets et les assemblées politiques qui se développent à partir de 1840. Mais il découle aussi largement de la structuration progressive du mouvement ouvrier, autour des Sociétés de secours puis des nombreuses grèves et mouvements sociaux qui, au cours des Trois Glorieuses de 1830, amènent ce groupe social à prendre conscience de sa force et confiance en soi. La critique d’un système économique reposant sur la captation des profits par de nombreux intermédiaires suscite chez les ouvriers une intense réflexion sur l’organisation du travail, qui donne lieu à diverses expérimentations productives autour du modèle associationniste. Mais le refus par les élites de répondre aux demandes de réforme d’un mouvement ouvrier qui pourtant rejetait l’action violente, ainsi que la répression brutale de ce mouvement, accélèrent ce processus : les réflexions sur le travail, motivées par la recherche d’égalité sociale, s’élargissent à d’autres questions, comme celle du suffrage universel. La jonction s’opère alors avec le mouvement républicain, qui depuis le début des années 1830 se préoccupe de plus en plus de la question sociale.

4Au terme d’une impressionnante enquête, l’ouvrage montre ainsi comment les mutations démographiques, économiques et urbaines du Paris ouvrier de la première moitié du XIXe siècle ont permis la maturation politique à l’origine de la révolution de 1848. Grâce à l’exploitation de sources nombreuses et variées (comme les almanachs du commerce, les calepins de révision du cadastre ou les archives de la justice de paix) permettant de décrire à une échelle très fine (quartier, îlot ou immeuble) les transformations du bâti et de la vie sociale et économique, grâce également à un travail cartographique de grande qualité, M. Gribaudi offre une démonstration éclairante du rôle de l’espace dans les processus de construction des classes sociales et des mouvements sociaux. Il souligne, d’une part, ce que la formation du groupe ouvrier parisien doit aux bouleversements urbains d’après 1789 : c’est la formation d’un espace socialement homogène, organisé autour d’une petite industrie dynamique et intégrée, qui est à la source de la constitution de cultures professionnelles, mais aussi de styles de vie spécifiquement populaires et, au-delà, d’une conscience de classe à l’origine de la mobilisation du groupe. L’enquête, d’autre part, met au jour les liens étroits qui associent les mutations urbaines et les logiques de peuplement, et la façon dont ils s’inscrivent dans la dynamique des rapports entre les classes populaires et les élites sociales et politiques. Le rôle de l’espace dans les révolutions urbaines du XIXe siècle ne se résume ainsi pas au pouvoir de la barricade, que la trame urbaine étroite et sinueuse des rues rend possible (et que les pioches du préfet Haussmann supprimeront pour les remplacer par de vastes percées propices au passage du canon) ; bien au-delà, il renvoie aux liens intimes qui unissent un contexte urbain à la formation historique d’un groupe mobilisé. L’ouvrage démontre, en somme, les origines urbaines de la révolution de 1848. Et il permet de mieux saisir pourquoi le peuplement, au XIXe siècle comme aujourd’hui, constitue un enjeu central des politiques urbaines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Gilbert, « Maurizio Gribaudi, Paris ville ouvrière. Une histoire occultée, 1789-1848 », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 59 - n° 3 | Juillet-Septembre 2017, mis en ligne le 02 août 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sdt/884

Haut de page

Auteur

Pierre Gilbert

Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris (CRESPPA), équipe Cultures et sociétés urbaines (CSU), UMR 7217 CNRS, Université Paris 8 et Université Paris-Ouest Nanterre La Défense, 59-61, rue Pouchet, 75849 Paris Cedex 17, France
pierre.gilbert[at]univ-paris8.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals