Navigation – Plan du site
Dossier

Le squat : un espace de socialisation et une alternative à la stigmatisation de la précarité des jeunes

The squat : a space of socialization and an alternative to precarious youth stigmatisation
La okupación, un espacio de socialización y una alternativa a la estigmatización de los jóvenes precarios
Marta Llobet Estany

Résumés

En Espagne, il existe des squats depuis longtemps, mais ce n’est qu’à partir des années quatre-vingt avec la création des centres sociaux squattés, que cette pratique est revendiquée avec un sens politique et culturel. Cette recherche a été effectuée à Barcelone et dans sa banlieue, c'est-à-dire dans une grande métropole espagnole où il y a une forte présence de ce nouveau mouvement social. Elle vise à déterminer si la créativité, comprise comme la capacité d’agir des jeunes squatteurs et leur capacité à construire des pratiques d’organisation et d’autogestion basées sur une socialisation alternative au social institué, peut transformer la situation de précarité et d’exclusion sociale de certains jeunes qui proviennent des quartiers dits défavorisés. À partir de quatorze récits de vie individuels et d’un récit de groupe, réalisé dans le cadre d’un atelier, on montrera comment le squattage peut être un espace d’apprentissage de nouvelles consciences, de discours, de pratiques et de valeurs sociaux et politiques, qui permettent à ces jeunes de transformer leur voie de marginalisation en un processus d’incorporation social, depuis une action créative.

Haut de page

Texte intégral

La créativité dans les mouvements sociaux

  • 1 Ron Bailey, The Squatters, Harmondsworth, Penguin, 1973, p. 227  ; N.Wates, « Introducting Squatt (...)
  • 2 Andres Corr, No Trespassing. Squatting, rent strikes and land struggles worldwide,Cambridge MA, S (...)
  • 3 Hans Pruijt, « Is the institutionalisation of urban movements inevitable ? A comparison of the oppo (...)
  • 4 Vincenzo Ruggiero, « New social movements and the centri sociali in Milan », The Sociological Rev (...)
  • 5 Robert González, « Los movimientos por la okupación. 20 años por la especulación del capital » da (...)
  • 6 Flemming Mikkelsen et Rene Karpantschof, « Youth as a Political Movement : Development of the Squat (...)
  • 7 Marina Marinas, « Derribando los muros del género : mujer y okupación », en¿Dónde están las llave (...)
  • 8 Miguel Martinez, « The Squatters’ Movement : Urban Counterculture and Alter-Globalization Dynamics  (...)

1Le phénomène du squat a été étudié, pour l’essentiel, à partir de la sociologie de l'action collective et des nouveaux mouvements sociaux. Certaines études académiques ont voulu expliquer l’émergence et la singularité de ce mouvement social par des expériences d’émancipation familiale, de socialisation, d’expression politique alternative aux institutions et de création contre-culturelle.1D’autres analyses se sont centrées sur les contextes dans lesquels ce mouvement s’est créé dans différents pays d’Europe, et plus récemment en Espagne, ainsi que sur les différences que l’on retrouve dans ces pratiques et les réflexions émergeant du mouvement social lui-même.2 Il existe également quelques analyses comparatives du mouvement squatteur aux États-Unis et en Europe.3 Enfin, des analyses plus spécifiques ont été menées sur les centres sociaux et leur impact dans le processus de transformation urbaine et culturelle en Italie, en Espagne et au Royaume-Uni.4 On peut aussi trouver des analyses qui visent à découvrir et à mesurer les impacts des squats sur les politiques de logement, culturelles et de la jeunesse.5 D’autres travaux sont basés sur l’analyse des jeunes squatteurs comme acteurs sociaux. Ces travaux s’interrogent sur leur attitude de rébellion et de contestation par rapport aux générations adultes en relation avec les théories de la sociologie de la Jeunesse.6 Un article thématique analyse plus spécifiquement le rôle social et politique des femmes dans le mouvement squat7 et, plus récemment, un autre article met en relation le mouvement squatteur et le mouvement anti-globalisation.8

2Cette recension bibliographique nous a montré qu’il y avait un déficit apparent  d’analyses sur les pratiques qui ont été développées à partir des récits de vie des jeunes eux-mêmes. À notre sens, il manque un point de vue qui considérerait les jeunes comme des acteurs et qui pourrait nous montrer le déroulement de ces pratiques de squattage au quotidien. L’objectif de cet article est, par ce moyen, de s’interroger et de réfléchir sur le potentiel de socialisation des jeunes dans les squats. Dans ce travail, nous nous sommes spécialement intéressés à mettre en lumière les trajectoires des jeunes squatteurs provenant des quartiers dits sensibles et qui avaient eu des conditions de vie plus difficiles que d’autres jeunes squatteurs venant de contextes familiaux et sociaux plus favorables. Nous nous interrogeons sur les points suivants : Le squat est-il un mode marginal d’intégration et de mobilité sociale ? Constitue-t-il une étape vers une meilleure intégration, ou accélère-t-il au contraire la marginalisation des jeunes ? Bien que ces pratiques soient mésestimées et considérées comme des infractions pénales, nous tenterons de montrer qu’elles constituent, pour certains jeunes, un espace où ils peuvent faire des apprentissages qui peuvent les aider à sortir de leur situation d’exclusion sociale. La principale hypothèse de cette recherche est que l’activité des jeunes squatteurs peut avoir un potentiel d'expérimentation, de pratiques et de ressources utiles pour eux et pour l’ensemble de la collectivité du squat, lorsqu’elle est développée depuis leur relation et leur cohabitation dans la vie quotidienne.

3Cette recherche se réfère aux approches biographiques et de « recherche activiste »9 et veut contribuer à renforcer la réflexion et la transformation du mouvement social sujet de cette étude. L’auto-analyse des trajectoires des jeunes squatteurs peut renforcer leur capacité d’action et de réflexion. La réflexion autocritique peut permettre d’identifier les réussites obtenues mais aussi les paradoxes, les contradictions et les limites de cette pratique, dans les espaces squattés qui font partie de cette recherche et du mouvement social en général que nous avons étudié.

4Cet article est divisé en trois sections. Tout d'abord, nous expliquerons ce qu’est la créativité sociale par rapport aux groupes marginalisés. Après, nous mettrons en relation l’approche biographique comme pratique réflexive permettant une meilleure compréhension de soi pour les jeunes squatteurs eux-mêmes. Ensuite, nous présenterons quelques résultats de la recherche mettant en valeur  la pratique de squattage comme processus d’inclusion et d’incorporation sociale des jeunes à la société.

La créativité sociale et l’espace social du squat

5Ce qui nous intéresse ici, c’est d’explorer la créativité et l’action du mouvement social des squats. Nous voulons analyser le sens ainsi que la capacité de transformation de leurs pratiques et de leurs actions collectives. Nous partons, pour ce faire, de l’hypothèse que les jeunes squatteurs sont des acteurs ouverts à vivre des expériences, avec des incertitudes et des risques dans leurs actions.

  • 10 Hans Joas, La créativité de l’agir, Paris, Les Éditions du Cerf, 1999.
  • 11 Tomás R Villasante,.Desbordes creativos. Estilos y estrategias para la transformación social, Mad (...)
  • 12 Hans Joas, op. cit., p. 66.
  • 13 Colectivo Situaciones, Mal de altura. Viaje a la Bolivia insurgente, Buenos Aires, Tinta Limón Ed (...)

6Le mot créativité a aujourd’hui des significations très diverses. Le sens qui nous semble le plus utile pour notre analyse fait référence au concept de « créativité de l’agir » de Hans Joas10 avec l’usage qu’en fait Tomás R. Villasante11 pour analyser l’action des mouvements sociaux. Cet concept fait référence à un type d’action qui ne se situe ni dans la logique de l’action « rationnelle » ni dans celle de l’action à visée normative, mais dans une logique d’« expérimentation » dans laquelle les sujets agissent en produisant des projets et des actes, en formulant ainsi des normes nouvelles, en un mot, en créant des objets, des effets et des valeurs. C’est-à-dire qu’il se produit, dans une « situation fondamentalement ouverte, incertaine et risquée du sujet agissant »12 un potentiel de création de nouvelles règles et de nouvelles formes de faire. Au sens que nous lui donnons dans ce travail, la créativité sociale fait référence à l’exploration et à l’expérimentation, à une action instituante qui crée de nouvelles formes sociales, habituellement comme réponse à une situation adverse ou à un rejet des formes sociales instituées, voulant fréquemment éviter la reproduction de la logique de la domination contre laquelle ces jeunes se rebellent .13

  • 14 Tomás R. Villasante, op.cit.

7Ce type d’action peut aider à penser ce qui est vécu comme une difficulté et comme un problème par les sujets eux-mêmes, avec une approche politique. Selon Tomás R. Villsante14, cette créativité sociale peut émerger dans les groupes, les réseaux et les mouvements sociaux, comme des énergies et des potentiels sociaux qui deviennent des pratiques sociales et d’imagination politique. Elle peut permettre de repenser les manières de faire, d’enquêter et de penser les réalités concrètes dans lesquelles chaque groupe ou mouvement social vit de façon conflictuelle.

  • 15 Tomas Kieselbach, et al., Youth unemployment and social exclusion : comparison of six European Coun (...)
  • 16 Ángel Calle, « Okupaciones. Un movimiento contra las desigualdades materiales expresivas », dans (...)

8Il existe de nombreuses situations dans lesquelles les jeunes –en raison d'un manque d'alternative– sont confrontés à un certain nombre de risques subjectifs de manque de motivation, de scepticisme et d’absence d’identification et de reconnaissance. Cela peut effectivement conduire à l'exclusion structurelle et à l’exclusion sociale.15 L’action des squatters émerge dans des contextes de difficultés liées à un  manque d’aide sociale des jeunes pour l'accès au logement, dans un contexte de précarisation du marché du travail et de manque d’espaces pour que les jeunes puissent développer eux-mêmes des activités et des actions en autogestion.16 Dans l’action des squatters, on trouve une réaction de mécontentement, même de rejet, aussi bien de ces situations d’exclusion que des institutions et des formes sociales établies. Dans leurs efforts pour s’organiser autrement, pour agencer autrement leur vie quotidienne, on trouve des actions créatives que l’on peut interpréter comme des propositions alternatives à leur intégration dans la société, mais qui les obligent aussi à se poser les exigences auxquelles les institutions sociales établies auraient du donner  une réponse. Au niveau symbolique, ce sont comme des fissures du système qui permettent de construire des stratégies et des processus pour transformer la précarité sociale et vitale, grâce à la découverte et à l’apprentissage de nouvelles formes de vie en collectivité s’inscrivant dans un développement personnel.

  • 17 Mónica Sorin, Creatividad ¿Cómo, por qué, para quién ?, Barcelone, Labor, 1992, p. 191 ; Saturnin (...)
  • 18 Agnes Heller, Sociologia de la vida cotidiana, Barcelone, Península, 1977, p. 418
  • 19 Graciela Aldana, La travesía creativa. Asumiendo las riendas del cambio, Bogotá, Creatividad e In (...)
  • 20 Ana Maria Piussi, Formar i formar-se en la creació social, Valence, Edicions del Crec i Denes Edi (...)

9La dimension relationnelle –cognitive, affective et émotionnelle– par rapport à la créativité sociale joue un rôle très important dans la pratique du squattage.17 Certains squatteurs se connaissent déjà avant de squatter et décident d’entamer cette expérience ensemble, sur la base de ces liens. Pour d’autres, le squattage est le moyen qui leur permettra de créer des liens et des relations qui peuvent être durables, mais qui sont également décrits en termes de conflits et d’exigences pouvant limiter, voire même bloquer ces liens. Ces relations sont évoquées dans les récits collectés dans le sens d’une famille ou d’une communauté. Les relations personnelles émergent à partir de l’expérience de vie et de partage de la vie au quotidien, ainsi que sur la base des actions et des activités auxquelles ces jeunes pensent et qu’ils préparent. En conséquence, la créativité sociale émerge et se développe précisément depuis la vie quotidienne,18 depuis leurs relations de proximité, depuis la rue et le quartier, depuis les activités avec lesquelles ils construisent et partagent. Selon Graciela Aldana19 il y a aussi une attitude créatrice des sujets qui est définie comme la capacité de jouir, de souffrir et de profiter du processus créateur. Probablement, ils vont avoir différentes facettes qui vont requérir des objectifs, des buts et des stratégies. C’est enfin  la capacité de synthétiser et d’assimiler tout ce qui est découvert ou obtenu.20

  • 21 Boaventura de Sousa Santos, El milenio huérfano : Ensayos para una nueva cultura política, Madrid (...)

10Cette complexité des différents domaines de la vie des jeunes peut favoriser une créativité des pratiques. Celles-ci peuvent êtres destinées à la construction de la reconnaissance du jeune en tant que sujet ayant des obligations, des droits et des responsabilités. Ces pratiques peuvent êtres orientées vers la construction de liens, depuis les espaces libres de leur propre milieu, à partir d’une orientation d’expérimentation et d’apprentissage social et culturel avec une approche collective. Il faut accepter que l'incertitude, les conflits et les risques soient des aspects du processus que le jeune lui-même doit éprouver. Il s'agit d'une option éthique et politique d'émancipation dans une éthique de la liberté centrée sur les valeurs de l'autonomie et de la dignité des êtres humains, comme des formes et des processus créatifs visant à renforcer la diversité et à développer de nouvelles subjectivités.21

Approche méthodologique

11La recherche empirique a été menée à partir de quatorze récits de vie individuels et d’un récit collectif qui a été développé dans un atelier proposé par la chercheuse. Les squatteurs qui ont participé à cette recherche ont été sélectionnés pour avoir eu une trajectoire d’entre trois et dix ans dans la pratique du squattage. Sur quatorze, huit sont des hommes et six des femmes, âgés de 23 à 35 ans. Sept d’entre eux provenaient de quartiers dits sensibles ou en crise, notamment de la banlieue de Barcelone, et avaient eu des conditions de vie difficiles, en raison de moyens économiques précaires et d’un manque de vie sociale ; dans certains cas, ils avaient des expériences de prédélinquance. L’autre moitié des squatteurs provenait de quartiers plus favorisés de Barcelone ; ils étaient issus de familles de classe moyenne. Ils avaient presque tous fait des études au niveau universitaire mais, dans certains cas, incomplètes en raison de leur initiation au squattage. Pour croiser la pratique de squattage avec la créativité sociale, nous avons adopté l’option méthodologique de faire des analyses de contenu croisées des quatorze récits de vie individuels ainsi que du récit qui a été fait à partir de l’atelier avec l’ensemble du groupe.

L'approche biographique en tant que pratique réflexive et de compréhension

12Cette option méthodologique de l'histoire biographique nous rapproche de l'expérience et des connaissances pratiques, qu’il est difficile d'atteindre par d'autres moyens. Elle nous rapproche, en effet, de la construction de nouvelles subjectivités, de nouveaux acteurs et de nouvelles identités. Cela peut être fait à partir de l'observation, de l'analyse et de la compréhension de la signification que le squat a pour chacun des jeunes dans sa vie, comme processus de transformation sociale, vitale et créative, qui est activé dans la vie quotidienne dans des contextes de changement.

13Pourquoi avons-nous besoin de la dimension de la vie quotidienne ? Selon Agnès Heller, cette dimension est l’espace dans lequel nous construisons notre histoire et nous développons nos capacités de base, de même que nos pratiques. Le monde de la vie quotidienne met l'individu en rapport avec la société. La vie quotidienne crée le lien avec l'objet et les groupes, et sert de cadre mais surtout de trame qui produit plusieurs sens et significations. Selon Pichon Rivière (1988), c’est la possibilité dr capajet et les groo creas de leuet de lujets de diprlyenrleurs romprterces p partir deune oensee deversente

  • 21 Ha vciencessociale ett londamentalement oubjectivi. La pciencessoit ére en lesurerde compredre p(...)
  • 323/span> Ha ra pTorrebadllan « Ol mitede miograàicainterpreatiou Un a ena Mer d la Bmaginatió sociaolòical(...)
  • 42 Tes sravaux s’uAvrl eButer t( OWhosoiwe trhinkwe tar ? : Eselfand seflaxivety ai social dorks», da(...)
  • /ul>

    10 'approche biographique eplce des sujets eu leur capde dans une gituation dnamicue21 Le seuet, aqu'l seit ndividuelsou eollectif, utt ln atceur auant des oer epticns, des droiyaces, de valeurs dt une altivité sui poue t unerôle tans le caangement.social : la pubjectivitésen tant que suurcesde contaissances pociologieues. Le shistoire de vie pluvent ussi les pguder ans leurs actions.avec lesrs romtradictions et lesrs prradoxes, Elle peuvent êgalement dnner ieueà une svrieableconsciencesde vroupe oar rapport auxmonent hastoirque et politique (2 ELe récits de vie deuvent evelnr un potilepour cenforcer laauto-analyse ,la réflexion et la trise cdconsciences Ils aluvent unsi qctive"rou eoéer dls respources uncemsanies porr sotir de la sarginalisation du del’exclusion sociale.a class="footnotecall" id="bodyftn21" href="#ftn11">(24/sa> L’est en potilep l'euage de les groo t des conlectif, en rituation dfavorisés pour navoriser ul'em>empowerment<

    45 Nus avons anncsélectionnés ss quatorze ristoire de vie pndividuelsls en rondtion de nifférentes fvria les oujectivi. –eâg, coasse mociale, vsex, onriina, et c. pu dpécifiques o rajectoire d vie dins un aquat estre trois et duit sas et larticipaion à vn potplusieurs srojets ee squattà Barcelone eu dns la prriehénre, en Etnant dompre des sqtuations dfférentes : lie en colule, sqeusou evec des infonts et c./p>

    L'atelier comme exemple de recherche-action d’une pratique réflexive et d’empowerment

    12 partir de quatorze riographiqe collectéss, nous tvons aroposé pe faire dn atelier pollectif, uc qui nous iapermit de conttruire dn récit coliypon que. Eela p’e été frganise sui pour l'n des jrois eaxs de la vréativité sociale,: lae x collectivf Leatelier capermit en Earticiuier, one réplexion esr quator grande théms : l'inentités,l'autonestion. les rlations dn général qt les rilations de pohabitation dn Earticiuier,

    137/span> 'apelier cst en epratique de secherche-action Leabjectif de cet aotilepst di pouroir ementre un réplexion ee sqconndniveau syurles récits cd ces jeunes affn de'tercde et nd'aplefier le réflexion et la transformation dociale de cervroupe ot du mouvement ses squatteurs pn général Un fors la rucherche oerminess,celle ci padnne leueà ue nombreusxdfbts sur les phématique sdel’etudeset, pomme eout secherche-action , lle aproduit pes effets eur le poublcaitudié. /p>

    13 Ansi le seaur ds récits cndividuels aieu unecertain nmpact dur les peunes squatteurs Pour crrtains ,leur recit ceur atsemble éturngem Ils aot eu dne crrtaine eifficulté e seidentifier lt à ds reconnaiîtreans leurspropre mistoire à pause ies expession et de lee rgo qu’ils pvaient ptilesés. Aour d'utres, le'mpact denait de qa trise cdconsciencesd'uoir eartage lur etpace d’antemité,avec la crercheuse. LDautres mecorp ont tilesésleur recit cour lbtenuirla reconnaissance du leur iamille ot de cettains cd leurs acit Le secit cour lex actui rt dne fordtion de nrise cdconsciencesdt d’extim de sqoi avec des ionent de difficultés de dblocag, mais dussi les ionent dréatifs .Certains snt voulu eartagenrleur recit cvec lesrs rcit potplrent., comme dne menières e reconnaissance.et de valeoisation duetout ce quiils pnt vocu , xpérimenta dans lesr tranectoire d vie

    Résultats et discussion : la pratique du squat comme forme d'inclusion sociale
    • 125/span> Hans Jruijt, « Okupacren Europea», dans ¿Dónde están las llave  ? BElmovimiento ckupac: lráctica f/em>(...)
    • 12 Joge eRicheeni , (coord.) Noees tat, de earc,vivier. Sore dnees tades de earrlleohumaino,creacimf/em>(...)

    89 Ctte pratique,d’ocupacion contsste é redre possission p'un merroioire ’un meueu d’une bâtimnt et pd s’iyinstiller, Tquatters c’est livre dens un aime ulecsns le caosent ment de con dropreitaier (2 L l faut acpensdat.socuiegnr que lettains cd les jime ulesp’ent avucne fordtion dociale et vuiils pont dlissas dans lu étha d’absndo et de réliabement lropgessiof Ces pime ulespont p’aidllurs sonvent leobjectd’une ppéciultion urbaine Le soncept fême de rquattage avun sentssymbolique,.D’an eprrta,cell signific « recplefrl’espace », dc'st-à-dire qoéer de dnner e nouvelles forncions sociales ux inme ulespui ont été dbsndo ns de uis leong meps.D’autresprrta,cquatter ets ussi lécritscomme dne mction dymbolique,cd leibrationscd les jspaces pour qydévelopper de srojets eui deoivnt persentre uux suatteurs p’expérimentar de soire de transformation sociale,et avternatives à lclles fuiilmoserle sqstème qu moune caditalste a class="footnotecall" id="bodyftn21" href="#ftn12">(2

    Les squats comme espaces de socialisation alternative au social institué

    10 partir de l’analyse descontenu ces quatorze récits de vie on tn peut peasmontrer qu dens uous fes squats. lepst dossibie de cévelopper de srotique sdréatives qour les jeunes sinsi que dour l’ensemble de la collectivité dui dyhabitu. Eelensdat.,la pratique du squattage.peut pevelnr ueobccaion de laapprentissage st de la comstruction de normes evternatives dorganisetion, de lilations,de pohabitation dntde vie der rapport à lunsocial institué

    • 12 Mls avivnt purtout dens des cuartiers pui ont été dréé dans les ranées 50/60pour avcupiller de qa href="#ftn12">(...)
    • /ul>

      82Le peunes squatteurs ,issus de familles duvrirres ,pui ont écu ces conditions dociolconomiques pe normt précarisé et ui visent ens des cuartiers plus difavoriséssà Barcelone eetdans sa vanlieue a class="footnotecall" id="bodyftn21" href="#ftn12">(2 C(Corelleà,L’aHositalntde vLlore ga ou oien dElmPratde vLlore ga )nous rapontenteans leurs aécits de shistoire de vécriochge soollire, de lomstmmetionscd ldopges, q’anttiation a la décinquance.et d’unage séciurrnt ses sqervies pocioux. /p>

    2<  rMaiamille oiseit dens une gmison dui avaiet35 aitee darirs et dous rtisos uousourd dans la pue eprcelque nous lgênsos u la dmison . Jetuis danncsout de trmepsdans la pue et dj'a estsay dbssolment

    12Cet peunes sqtuent,le dérbu de leurs xpérience de vquattage.pens un aimginatre du« rivre dsns lsponr » Pour crr jeunes an effet, des squats. nes’inscrivant pea dans le sapde daan epucherche oonscienct mais slustôeans leexpérimentation,d’action et de lratiques peus rdictals. Dans leurs eécits ,ces jeunes papontenteas expériences de parginalisation dt de rélinquance.euiils pnt vocu escvec lesrs rcit potpesrs prrid dans laer quattiersdifavorisés /p>

    12  rCetuistune étpoue du rede rélinquance.,cd ldopges, En cait ,la dmijoité de ces evit deuquattiersdi cette étpoue dnt verminesqouxico et dbevucouppont de cpison et avorsqavec unevroupe o’acit dpunk que ljaidcontaunous tvons aécide pe faire de squattage eour avoir en meue.» /p>

    125/span> près,le proemersdquat, luiils pécritvnt comme rchgotque et psns lvucnedarictires olitique dotprvelndcatiof ils ant de tam pn probessus d’iuvert ur et de comnaissance duan epout souvellesréalitéset des prrs pctivi. ue douraient paer qofrir ees squats. De pppouiseuiils pnt vreçu dans ce sproemers squats suot décrits eomme des fcls pour asiuveir e l’expérimentation,et au xapprentissages quiils pnt vait mecuite,

    126/span>  rDns le seuat, lous tvons aomme nc e sécouvrir ee lens qui ns précocupacint et ptaient isolidnies pvec uous extils aous ent baevucouppade cuarndnius tvons aépréparen une cotecde lrasse iu àcrite dn atticle .» /p>

    127/span>Pourqcrr jeunes aa pratique du squattage.ptuistune urtrise ct une aécouverte ear rapport à laur impginatre du leur crojetcion dans la fautr. PLanttiation aens des cspaces squattés c’etuistune oport uité dour avcuéer à pe nouveaux acprentissages quiils pn douraient pea dmpginar avent de squatter À nartir de qxpériences dens les squats. ils ant découvert oe nouvelles sugnifications tans leurs arajectoires desvie on raupurelcvec lessocial institué 128/span>Pourqces jeunes squatteurs srovenant desfamilles de classe moyenne.et de contestes dlus favorisés ,lette pratique,dts ussi ln mbor,aoire d vocialisation alternative au xformes et dux syle= de vie près divférents do cetx quiils pnt vocu scvec lesrs ramilles ,ear rapport à laur prrid datpeycs pu del’eniversita. Lourqcrrqroupe ,cell sapurtout dté dn epuupurelce leurs rajectoire d vie dt des actent e de proxotionnet de mobilité socialequiiaaient paer ramilles à laur igalrd Lourqcex, coetuistulustôeeobccaion de lentre u l’eprouvenla comhrence d leurs ade sdrtiques dur la bociété.de lomstmmetions,laauto-ieabrsme eotpesvsexsme ,ear rxemple ; iell seur atsussi lermit de cettre en lratique de valeurs dvternatives u quotidien. L/p> 129/span>  rL squattage em'tsermit de céfléchir sur le potid de l'aéeuation qatihlique,ct duxo-ieabre quedj'a eocu e Il sm'tsermit de cravail le les conteadictions ee cet auto-ieabrsme euedj'a eocu avec les telations quitidienne s.» /p>

    130/span>Pourqces jeunes sifavoriséss,la dimension dollective ets plus rormt pe plus rvitdnct mue dour ls jeunes slus favorisés Ils a eprrtlnt pea daesrojets eersonnellsmais slustôeaesrojetscollectivf Lls a eprnsent eea d pessecinrleur rrojetscersonnelldu procetscollectivf Lls a eprnuant pea dsimaginanrleur rie sons un arocetscollectivf L/p>

    131/span>  rJ no'maginanpeasmo vie dean eputre monières ui ne seit ea dans lne communauté.et nd'ne forme dollective ,avec les tspaces de séflexion de dipba et pd sritique pu moune cans lequel nous cvivns, djea eprnuxpeasmoel’emaginanrlean eputre monières !» /p>

    13 Pr centrer dans lespd uxime qroupe ,cls pues ionnelteanantage sue les jroemers se sens dt la tomnaxion ettre laesrojetscollectivfdu leur crojet personnel.

    133/span>  rDns ln aroemersdrmepsda squat, lo fait Tnsemble, sais sj'a esubesoin de lherche et de prouver dmo espace ondividuels,ces erojets eersonnellsmui peuvent apde rcvec lessrojet pa squat,.» /p>

    13 ' squat est-vécu comme uneetpace dvférentsdes acgnts do cocialisation anstitué< tenlsque la camilles,l’epoll, les cméeia, les rttre rise potpes aspocialions. Set peunes sqnt avrrrvs auxqsquats sour lifférentes faison s à partir de les groo eprrid ,pu molitnti-me eens des ces groo olitiques de lgvuce , otplreleur crrticipaion à ves actions crllectives.qui ns puot découlees dans les rquats sêmes du oien ddns l’atpace doublca Setmonent h’anttiation ast décort dens uous fes sécits colme dne maupurelcvec lessocial institué<,eetdans slusieurs snvrraions crlme dne maupurelcvec les acgnts do cocialisation a readicionnell », dême dsils pn dot eu des bnnel qxpériences d; ette reupurelcnttiatiice dst décort de monières lus fxpliqcit muerndnis aot eu de qxpériences donflictuelle.scvec lcs acgnts qout spécialement ivec la camilles,lepeycs ,lepravail, lt c./p> 135/span>  rJ'tuis de dfsaccordivec lm camilles,lprcelque njea apllis sla êtresce quiils poulanent pue njeaoin. SMn ansorporation sdns le seuat,ptuistune rande précocupacion polr ces errent.,lprcelque njeal'a eait Tons uienc eur cire .» /p>

    136/span> Dns les squats. in peut irouver des inentités. multipls, et ses jeunes duant des ode logieesprès divférentsesp(anrchsme ,endiprnsdat.sme ,eommunasme ,et c.) PLanentitésdu squat csest lonttruirtepurtout d partir de le.euiils pnt ve conmuna uc qui nes spproche bt smons squruc qui nes ssparen: laebjectif dst di pherche ees formes edorganisetion,et d’apcion dn Eonmunaà partir de l' reconnaissance du leur divférentsespde logiees,du leur drajectoires desvie ou leur dxpériences datéreeurse et c./p> 137/span> partir de qécits de vie on teut peitingur autsmons se x pdentités. Ca priemeres st durtout dst étisue,ct da boconndeplus rvhique et politique Ca priemeres st drrictiisaique de veunes squatteurs sui ntilesnt

    138/span>Pa di uxime qnentités,lvhique et politique ,a été dévinie c partir de lout ce quiils poeulnt paangemrlar rapport auxmqstème qe à lunsmodèl d vociaté dersç comme uominatt. S’est en nentitésdomplexis ui ne seut as conttruire duii partir d’unesrojetscollectivfdu l partir deune oxpérimentation,dveloppé au quotidien, a pais en lratique deautres,formes edorganisetion, de lilations,de pohabitation ,deautrnestion. lt c.S’est en nentitésdui ns ponttruirtdussi la travaer deaa péplexion esr ql processus d’imsani-errur ,et d’imentification ees conteadictions ,de qécssites oais dussi les iimites L/p>

    139/span>  rJ nnt

    140/span>Pourqcentr cette eéplexion eens uous fes squats. creas di cette ucherche , ls pnt vms de dratique de vspaces de séfunin du mroupe oucentrssocial iquat, lvec les aivférentsespdntinciesmui peuvent tilesnrl’atpace dour navre des antivités a(ulturel ls, ertiesiques, qolitiques ,spotirve et c.) Il s'agirtde séfunin quiils pfnt avusmons su fors lar rsemine et ruxquelles crrticipnt

    141/span> Is prépent mt leonentitésd siuatteu» domme uuverte, iais dans ueurs aécits dn al puadssi bonttraer que l'ur camstruction dtt loerms ,lxclusiove.Certains seunes squatteurs sous ent brrtl de l’axiste ce duan d soniulldu pbonsquatteurs» P’est en pcde mimliqcit mue s’est eoas cort dais qui slmoserle qxpgences pouvant lême dvrrrvr à peranyser lout sction , pécialement ivec las seunes sui estrst dans un dtpace dquattésdéjà an rondtion nment.

    142/span> Ansi le squats. euvent être dus iibor,aoire pour l'accions,laacocialisation de nouveales ronsaissances p partir deune pprentissage stsent illement cutrndidtceuet partage. LIs peconnaissant pue na pratique du squattage.peut pevelnr un dtpace dour l’epprentissage deautres,fanières de faire, d’etre de sontisr d’enqrer qenlilations,de pivre dnsemble deten collectivité mais quieiell snaprrrvreoas nn telu dans cous fes squats.

    • 21 APierru Roancvullon La tutrnestioón/em>, Madrid Edico-iel iFudamentas, <1979 p. 4187./li> /ul>

      843/span>Pa dratique du squattage.ps base,eur leauto-arganisetion,et dlautrnestion. l partir d’une orrs pctivi.collective. ILautrnestion.cst en epratique deepprentissage detotcatique,dt.social a class="footnotecall" id="bodyftn21" href="#ftn11" 21 ui ne seut aevelnr uransformatiice duii partir deaa péplexion esr qlapcion ,dur les pcprentissages ainsi que sur laimentification ees cimites pu de conteadictions Ca péhebilittion ees cspaces squattés cst en epmanificue doccaion dour avpredre p dscialisae les csvoir et les ronsaissances puiint cortains squatteurs comme depan style="color:#0000f00;">a saron tr i ,la rplober"i ,la'lectirictés,l'tseritura à paire dn apu des out spr la base de caleurs doset-maéreeu ls, ee lilcylasg de séfuilestion ,deachingem et c./ppan>P/p>

    24  rJaidcvpri p pout saire, dprcelque n’etuistunedtpace dqu'l saullistcéhebilitr commlètesmnt et puiintaeveistcvpredre p dl faire dvec des ioaéreeux qui dtaient in Etès dmaraie utui, luiin trouveit dens ua pue eu dns lae conteine r, et suiin tilcylasi,./p>

    145/span> Là,Ln al vpri p pimiter,nos pesoin s à pscialisae à prganiser aes antivités ,la vie auec las sgns, de à renfre pas cspaces selu dagéallespour qydivre dnsemble .» /p>

    146/span> Pr doxeaement, ias seunes ,dans ueurs anvrraions ,peconnaissant pueils pnt vpuadvacer auern à l’apto-arganisetion,et d l’apto-estion. lais duec laevucouppd difficultés seue auxqséligement,set d l péhession rxemrce sur lesmouvement Pls aot eréé es stratégies edorganisetion,et d’aptrnestion.cdot, intrssutres, le'rganisetion,ees antivités auitidienne saffn due tous le moyne cseengge dvisà-dvisde groupe.< Unputre mxemple de rtratégiespst la pocialisation ae l’ainormation sor ds rspects drganisetion,nls et derondtion nment.affn due tous soient du qait des étèents sratiques pt pa sarictires nn ansdisrnseale de lhacun . Qelques Cntrs sociaux qquats./em> Bagssant pomme dessvrieablescentrs leogesiques,pt pfur nssanrs de lmaéreeu en teus lgnsrepersentrnt desféalitae les cations C/p>

    147/span> epan style="color:#0000f00;">Tut lc qxpériences dsnt vocu escomme dessouveaux acprentissages q l pors larsonnellsmtscollectivf, et ses jmode de socialisation alternative aar rapport auxmqcial institué<.On pavoulu eontrer qes étèents sreucontausae l’ainéreeurssi cette ratique de confratte vec lesse garddaiqgetioanteet crimnalise se vméeia,et des pruroir sdoublca sur les pquats. DCsse garddominatt. ome ln attre me garddo reconnaissance.et de valeoisation duetout ce quiipeut êmerge rdans certains cquats. iui est aonttruirtde faion créatrice ,ear r’expérimentation,e(msani-errur )et ui viut être fransformatiice dar rapport auxmqstème qu moune caditalste ./ppan>P/p> L squattage eomme prasage dour l’ensorporation sociale des jeunes /a>

    148/span> epan style="color:#0000f00;">D/span> ns la société,du prset-ormdstm, leensortitude,de soir, et les rrrs pctivi. reucfltteurse qui sont offrte, auxqseunes peutent xpliquer cpurquoi aetx ci phingemt h’arientation d'aelnr uetde faion cd conttruire deur rie Ils aluvent ême dvoptn une crseiion dfficile voire mdngemruse. Lelon Pieer,nKu ly a class="footnotecall" id="bodyftn21" href="#ftn12">(2 icesprnsftions dont des lus fx telu drientées vers les f szoes sqaraige », dui sont es pqegent de da société,duns lae qels a'indégiation sociale dt ser aécultats eont mons srépvisbles otscoltrélbles, mt ui vot, ieut -tre dté meons studié.spar la cucherche Lelon Pnare a,eWltehe a class="footnotecall" id="bodyftn23" href="#ftn23">(3(31/a> il ye famt peasma socus-xtim r Il faut alustôeeotudir comme en epratique dossibie dstué

149/span> Dns leexpérimenelque nous lvons aomtauela travaer de snvrraions cis antiurs ces squats. iompri crlme dneaécuau s' lilations, ee lossibilité ciexpérimentation,, eeexplottion eout ssrmt p' lilpources ,deachingemdue stvoir de séfdction de pesoin s t c.Dnt jou pn pôle tainclusion sociale

150/span> epan style="color:#0000f00;">et peunes ,cdot,crrtains sot loltu ces qifficultés see  oollirtés,lnt été des qnage r de sqervies pocioux.,aot eu de qproblms ivec la cdopgeset avac lessostème qjdiiouir dour lsr avprartnantceà ves aquats. in eréé n c2f00dne mcpocialionsde qeute comtre laaparginalisation dens ua panlieue de Barcelone, C/ppan>Ce'st en epratie-orme dui avgt dens unecdoulecsns, dean dcôes,lrlme dhut -rrtlnursour liénocer aes aivsrimnalions et les ivbs feis auxqsrocessus de targinalisation dt ,deune ptre mcôes,lrlme dtpace d’avcupillet de lraorseiion qvternatives orr sotir deuprocessus d’imclusion sociale.apan style="color:#0000f00;"> Le seuat a pté en Earticiuier,mpur crr jeunes one rlternative aui a ermit de céfdire deu risques soujectifs,h’antfluncessor la bmoiviaion,et d'inentitication encemsanies porr spvitnrl’atclusion sociale../ppan>P/p> 151/span>Pa dratique du squattage.ps base,enncsr l'acto-arganisetion,et dlautonestion. lousourd dans lne orrs pctivi.collective. Iette opientation dst ao quiipeusentcd coéer des cimeno t des cilations deuralespui oont répent s, dens le nombreusxdécits ,cemme en epamille ooulne communauté..Dans les jspaces les rlations darsonnelles stmrsenteà partir de lntivités aui oont éalitaes vt pa sartagende la vie duitidienne Ie'st en epratique dui a u dne crpacités éeuatiove,lrlme dtpace d socialisation Ie'st en dtpace dquieur atsermit de csexpem rdarsonnellesmnt et pd sravail le leune oonières omtjonterle porsonnelldt lescollectivf L/p>

152/span> epan style="color:#0000f00;">Nus aruroin fxpliorr le rignification que lette pratique,dpmpur crr jeunes à partir de lde sdd' s/span> epan style="color:#0000f00;">am>ncompleerzza/em> epan style="color:#0000f00;">» da'Alerto Meluci pu del snn aachèement » dae Geoge s Larasagd , otpecorp outonr lis a stui, cimitautx» dae Victor Turne eis auxqsri e de prasage Ietx ci pontrern une altetude ce en epras lgande précdisrseiion ditale ed'uvert ur equieur aeusentcd ciprlyenrles cilpources uconitves t dseeherche eesnouvelles sugnifications Le sait deslivre dn probessus d cévelopperent ivec lnsortitude,,lrlme dncompleeet doun inie utt -llejusesmnt ee dquixpliquerdqu'l peuvent siuveir e lesnouvelles sossibilité ct d ld nouvelles subjectivités,? B/ppan>P/p> 15Cette comtdiion d'ambiguïés de ds sontisrlrlme d srasage r», dsns des tinprédélermines utt ,peut être ,ao quiipeusentcuxqseunes pe cseuveir eu s'vin,doun sns dansgrs de louluir eivre da vie dn Etnmes edexpérimentation,dociale dt sitale P’est eell squieur atto-iesed pcottruire d'autres mormes et deautres,fyle= de vie peur aeusentrnt deotmncipaion à vn piveau sorsonnelldt lollectivf Les ucangement. stractiuraxqst.socialx qui comprrmt pl snuvellesrrganisetion,eesda société,drsetmodere alnsi que s péhrchssionque let ucangement. sn erhezles acgnts docialisatts dous lqtuent,lens des cscénirtosdomplexis dù iont cach sdle cimites peadicionnelles actribu sd l pomtdiion deseunes Lein deetre céfdirs de prasage dd l'aéoll,avusmone caupravail, les jrocessus de transfiion déplrest icide prasage dd l'aadll,scncessociale e l plexie étmncipaion ,e l pie audltset, ppr centéquenct,à une slationsaux gutent e ditale spropre cd ces jeunes

  • 23 HInglehrta,cRoalid ë rModereiztionsaund Psetmodereiztions Plturel mEonomiqcaund PsitiqcalSaqgemda href="#ftn13">(...)
  • 333/span> HMrtagvLlort, p rCnfratulturea,creatiovtade yslds pociouls en relmovimiento ckupac:, dam>¿Dónde estánf/em>(...)
  • /ul>

    154/span> epan style="color:#0000f00;">Dns lne oimension dolturel ls leenstiation aa squat ceut être fnterprété,ecrlme dneansemble de lri e de prasage ee lossibilité cui sont overte,smt ui veuvent aostitur le rrrmt pdextréeà une snuvellesrtuipesociale desl pie ,dans ueauellesna pratique du squattage.ps précent mcemme en epopion,dociale dt sitale Pe seuat ,dans cercas utt ln atpace d socialisation lens des caleurs doset-maéreeu ls,/span> e class="footnotecall" id="bodyftn23" href="#ftn23">(3epan style="color:#0000f00;">,ens des ciscuors ,mais surtout dens des cratiques pvternatives : Escialisae ilcylae ifuilese àchingem ,et c/span> e class="footnotecall" id="bodyftn23" href="#ftn13">(33/sa>epan style="color:#0000f00;"> Set pratiques penuant persentre udscévelopper dn ep rboie é otiles» dlnsi que sqelques P/p>

255/span> epan style="color:#0000f00;">Ansi lour ls jun aa pratique du squattage.padté dn epéoll,au sftmiasme ; iour liautres,,dn epéoll,auauelier de cravaix goniulls; iour liautres,pecorp ,dn epéoll,au formecion politiques; iais, dour lous c’est ln epéoll,au fl vie .SL processus dexpérimentation,dntde vie dn Eonmunaropre meur atsermit de cldvinierleurs rvis à partir denouvelles soatiques de nouveales raleurs dt uessouveaux asns,; ieest à-dire qes soatiques et les iiscuors dqu'l pvealunt pomme dmportant ,spgnificatiof et dux qels en Eême drmeps, ls pe sveulnt pea destocer /span> .Dans leste ucherche , ous tvons arusvriefr comme t,crrtains seunes pisent ttre l6, 8et djuqua' p10 as tans les aquats.et do se'maginant pea deur rie srganise dvec deautres maleurs dt ueautres mens drès divférents do cetx qui'ls pnt vpuacottruire Dans leurs empginatre sd'aelnr , ls pe ssaant pea ds'ls pountlouroir eomtrinue e livre dens ues rquats sis sls pe sveulnt pea destocer p pout scequi'ls pnt vomtui sdt ubtenuu./p> 156/span>  rJea eprnuxpeasmoemaginanrlne ptre mscénirtod'aelnr uui ne seit ea da louroir erors uvre dm vie auec lccsns, dvec la crllectivité mlautonestion. lvec lous fes scprentissages qui nous lvons aait mici.» /p>

157/span> Auacoud datprocessus de tomstruction de nes unuveales rdentités.,pas cspaces se seit pea dqeussmnt eempri crlme des pspaces sphysques eais dussi lrlme des pspaces sombolique,

259/span>  rL sroupe ons le seuat,pst erès dmportant por e dui'l seusentcd ceconnsde re les coaoss de séfléchir sur loter menières e raire, dur loter menières e randtion nms de ltvoir spgdous lqmme pu doun snissait md le.eui nous lfison s; ious lvprentos u laire daevucouppd doaoss dnsemble .» /p>

160/span> epan style="color:#0000f00;">e pppects daffctifs,ht ptmoivf aa pomstruction de'neaécuau s' limeno t desrlations dagssant pomme des étèents snuclstre s Set pppects ddornt de qseno t desrormcrle proupe ot dl processus dnantage sue leautres mppects dt deautres,fimension . De pimeno t des pqetisent aersentrnt de qcottruire dn nentitésde'nea snnus» dui est aousourd dnentificecemme en epamille ooulne communauté..DLaEême dratique deuposerle'xpession md le.luiuui ne svut peasmsainérger Ln pn ps prouverpea dans le squat ceor camstrucre du louvrrr ue'mpginatre dutonr lislaime duii sne ptre mmone cst dossibie », dai à partir deneexpérimentation,dtmotréeue leautres mormes ed faire, d'tre de sontisr dont deles acssi lassibie ./ppan>P/p> (Coclusion s/a>

  • 135/span> HJaue dAsns, d«a peessó pvtc“ovimiento ceaa spkupacconses: li llvpa,aoiprsitial ia lo eais eada href="#ftn13">(...)
  • /ul>

    161/span>PD le.eponte e riu , lssqerit dinéremsant pue nae pruroir sdoublca ,pui ont onttruirtdne magi pe en epeecent tion,dociale les aeunes pt des pratiques ed squattage lour l’imsa c illà partir deneur reeais en lues ionnle de qeur rdvealoisation en Es baseat.sor l’enllgaleté dr cette pratique,e class="footnotecall" id="bodyftn23" href="#ftn13">(3 ,ruissent onttde re ln eputre meecent tion,dociale : luepan style="color:#0000f00;">neB/ppan>Peecent tion,depan style="color:#0000f00;">asee sur lo quiiptmrsendetent aonttruirtde f’ainéreeurs lvec les aratiques edexpérimentation,dêmes des aeunes dvec la cucherche od normes evternatives d'rganisetion, de lilationsdt ueauprentissage de la vie deune oonières utonnom dens ue drrs pctivi.ca la vie duitidienne /ppan>P/p>

  • 13 Pal cBuge ss p rTe otir d Sctoir: lgutteonorm the dsetdantage d rm sprng3boarddtowarddnteriation ? B/ href="#ftn13">(...)

862/span> epan style="color:#0000f00;">I e a au ronsasettre laeo olitiques doublcues dui vissnteà pommbatte deu risques sdexplusion sociale e class="footnotecall" id="bodyftn23" href="#ftn13">(36/a> il sacoudmt leerisquesepan style="color:#0000f00;">l'tre tisue,t.spar laesinstituions crlme d songinaltx» p rifavoriséss» dou« rat.smstème » Plensdat.,ln tilongue sqelcrrtains cd ces jopion,speur aeusentrnt de qcotciier,mivférents dppects dd deur rie le de qs sontisrleconnas fx ttnt pue nsuets /ppan>PPnare a,eWltehe dt deautres,fherche rs de l’aEuropen sGoupenorm Iteriati d Scial iReuauche (EGRIS)epan style="color:#0000f00;">ls lossmt lealues ionnlis a solitiques dui deoivnt ps'affrotar d ves aojectifs,honteadictiire pouauxqsiemems dui dmnant pur etficucités» Ponç escomme deso olitiques deindégiation sociale , asee slxclusioveent dur les pnstituions ct les rrrgrapems dormals etles de vrient peut être fredre pn Eonmpt leautres mmodèl sovertesà ves aqratégies et d ves ailpources u rinormalsle », dbin luescetl seu aojlig é acceper que l'u aécultats euissent être fntrrtains /ppan>PPepan style="color:#0000f00;">e pnstituions coublcues de vrient peconnsruire deu stractiurs deindégiation sociale pui ont été dévmnt se epr certe éc tbilitation due srnsftions dt ses jmodèl sitalx. /ppan>P/p>

  • 13 Ulrick Beck dam>Te oBavae New Worldiof Work/em>, MCambride lCambride Uiversitay Pr ss p2f00 p. 4202./li>
  • 13 Anare a,eWltehe dam>m avo/em><< p rYouthsrnsftions , youthsrsitiyaund rrticipaion . Sraeriof rtimeort B/ href="#ftn138>(...)

863/span> epan style="color:#0000f00;">Dns le mome dsns, dUlrich Beck/span> e class="footnotecall" id="bodyftn23" href="#ftn13" 13epan style="color:#0000f00;">lraorse sue les jnstituions cofrint ses srocotionno: li pspaces st des cilpources ueusentrnt duxqsndividuesueauprentde, d'igi ct de lraedre pes cicodion , En cdvinieiove,ll segietmite dévmtcatique,dds jnstituions cans certe ères oletmodere albesoin deune orrticipaion ativi.ca ssndividues en Eo quiipcocer n leur doaoix,pur entfluncesst dl pait deetre cconnas fomme dutr rs de lur crojre mbigraphiq /ppan>P/ class="footnotecall" id="bodyftn23" href="#ftn138>(3 epan style="color:#0000f00;">Dautresorrti,dns lae contdiion qvtuelle.sceind tbilité.et nd'nsortitude,,ln etomndirtepinnovtiice dst dreui ss,ln etomndirteprpacle de lénérar de ssoluion qvdquea s ,evase,smt hté rgrèes /ppan>PPepan style="color:#0000f00;">our crrla,pas cspaces socialx qnt baeoin deutre covertesà vleengge ent ivtivfda ssndividuesdans laer qucherche od nqratégies eour avgi cans les aontdiion qeind cu rté.et nd'nsortitude,,laumeuesdexsagyr qe las socuentre u lunpras lgandecoltrél qe à lunepras lgande ptincdamdstaion ./ppan>P/p>

  • 13 Peer,nKu ly « OWildand sTme qZons : lRegultiong the Tansftions dof Young at Riss», dam>Jur nl iof Younf/em>(...)
  • /ul>

    864/span> elon Pe spropro de lPeer,nKu ly/ class="footnotecall" id="bodyftn23" href="#ftn13">(39/a> ,r rilps'airtde sroveouesrle qxpériences dens les s szoes sqaraige »,eesda société,,laumeuesdexsagyr qe l riomesiquesr» dos szoes s pout sprix. Pr centéquenct,ne orrs pctivi.crientéesvers l r’ainormael», dn Etnmes edendégiation sociale , eut être fhut ent itileesour liérasasrla dbrèhe otractiursll dquixpste ettre laeo olitiques ,les pnstituions ct les reunes Ildo se'airtdnide séfgultrse nideinclusreB/ppan>P s/pan style="color:#0000f00;">’ainormael/span> »epan style="color:#0000f00;">lns ue drlaification qrsitique dt pans lea rhtrieue ,aais da reconnaiîre laeo spaces st dae contestes ddexpérimentation,dquieecent mt leereuesvdquea sour lis aratiques edetmncipaion es aeunes pt destomstruction de na poityenne.é mame dsidos sratiques es qéveloppert sesuissune crseiion dedéc oréssance eu delrnsfgession » /ppan>P/p>

/div>

Notes

1 Ron Bailey, The Squatters, Harmondsworth, Penguin, 1973, p. 227  ; N.Wates, « Introducting Squatting », dans The Real Story, Londres, Bay Leaf, 1980, p. 1-3  ; Lorenzo Navarrete, La Autopercepción de los jóvenes ocupas en España, Madrid, Injuve, 1999, p. 79  ; Ramón Adell,  « Movimientos sociales en los años noventa : Volumen, actores y temas de movilización » dans Una mirada sobre la red. Anuario de movimientos sociales, 2000, p. 304  ; Miguel Martinez, Okupaciones de viviendas y centros sociales. Autogestión, contracultura y conflictos urbanos, Barcelone, Virus, 2002, p. 324

2 Andres Corr, No Trespassing. Squatting, rent strikes and land struggles worldwide,Cambridge MA, South End Press, 1999, p. 244  ; Tomás Herreros, « El movimiento okupa a finales del siglo XX », dans Asamblea de Okupas de Terrassa. Okupación, Represión y Movimientos Sociales, Madrid, Diatriba editorial–Traficantes de Sueños, 1999, p. 167  ; Marina Marinas, « De la evasión a la rebeldía. Una lectura sociológica del fenomeno okupa en España », dans J. F. Tezanos (éd.), Tendencias en desigualdad y exclusión social, Madrid, Sistema, 1999, p. 275  ; Ricard Gomà et Pedro Ibarra, (coord.), Creadores de democracia radical. Movimientos sociales y redes de políticas públicas, Barcelone, Icaria, 2002, p. 267  ; Sabin Bieri, « Contested places : squatting and the construction of “the urban” in the Swiss cities », Geo Journal 58, 1er octobre 2002, p. 207-215  ; Ramón Adell et Miguel Martínez (coord.), ¿Dónde están las llaves ? El movimiento okupa : prácticas y contextos sociales, Madrid, La Catarata, 2004, p. 352  ; Angel Calle, « Okupaciones. Un movimiento contra las desigualdades materiales expresivas », dans Tendencias en desigualdad y exclusión, Madrid, Sistema, 2004, p. 275.

3 Hans Pruijt, « Is the institutionalisation of urban movements inevitable ? A comparison of the opportunities of sustained squatting in New York City and Amsterdam », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 27 (1), 2002, p. 133-157  ; Hans Pruijt, « Okupar en Europa », dans, ¿Dónde están las llaves ? El movimiento okupa : prácticas y contextos sociales, Madrid, La Catarata, 2004, p. 352 ; César Guzman-Concha, « Squatters and radical movements in the European urban order » dans The American Sociological Association Annual Meeting, Sheraton Boston and the Boston Marriott Copley Place, Boston, MA, 2008, p. 21 ;.

4 Vincenzo Ruggiero, « New social movements and the centri sociali in Milan », The Sociological Review, vol. 48 (2), 2000, p. 85-167  ; Tomás Herreros, « Movimiento de las okupaciones y movimientos sociales : elementos de análisis para el caso de Cataluña », dans ¿Dónde están las llaves ? El movimiento okupa : prácticas y contextos sociales, Madrid, La Catarata, 2004, p. 352 ; Stuart Hodkinson et Paul Chatterton, «Autonomy in the city ? Reflections on the social centres movement in the UK», City 10 (3), 2006, p. 45-125

5 Robert González, « Los movimientos por la okupación. 20 años por la especulación del capital » dans Mientras Tanto, nos 91-92, 2004, p. 177-194 ; González, Robert  ; Pelàez, Lluc et Blas, Asier, «Okupar, resistir y generar autonomía. Los impactos políticos del movimiento por la okupación» dans Creadores de democracia radical. Movimientos sociales y redes de políticas públicas, Barcelone, Icaria, 2002, p. 267.

6 Flemming Mikkelsen et Rene Karpantschof, « Youth as a Political Movement : Development of the Squatters’ and Autonomous Movement in Copenhagen », 1981-95. International Journal of Urban and Regional Research 25 (3), 2001, p. 609-628 ; Carmen  Costa, Joan  Pallarés, et Carles Feixa, Movimientos juveniles en la Península Ibérica : graffitis, grifotas, okupas, Barcelone, Ariel, 2002, p. 300 ; Carles Feixa et Laura Porzio, Culturas juveniles en España 1960-2004, Madrid, Injuve, 2004, p. 384.

7 Marina Marinas, « Derribando los muros del género : mujer y okupación », en¿Dónde están las llaves ? El movimiento okupa : prácticas y contextos sociales, Madrid, La Catarata, 2004, p. 352

8 Miguel Martinez, « The Squatters’ Movement : Urban Counterculture and Alter-Globalization Dynamics », South European Society & Politics, vol. 12 (3), 2007, p. 151.

9 Pour en savoir davantage sur la « recherche activiste ». voir : www.euromovements.info/castellano/news2.htm et les ouvrages collectifs du Col·lectiu Investigacció (2004), p. 208 et de Conti et al. (2004), p. 205.

10 Hans Joas, La créativité de l’agir, Paris, Les Éditions du Cerf, 1999.

11 Tomás R Villasante,.Desbordes creativos. Estilos y estrategias para la transformación social, Madrid, La Catarata, 2006.

12 Hans Joas, op. cit., p. 66.

13 Colectivo Situaciones, Mal de altura. Viaje a la Bolivia insurgente, Buenos Aires, Tinta Limón Ediciones, 2005, p. 256

14 Tomás R. Villasante, op.cit.

15 Tomas Kieselbach, et al., Youth unemployment and social exclusion : comparison of six European Countries, NOVA Rapport 18/00, 2000.

16 Ángel Calle, « Okupaciones. Un movimiento contra las desigualdades materiales expresivas », dans Tendencias en desigualdad y exclusión, Madrid, Sistema, 2004, p. 275.

17 Mónica Sorin, Creatividad ¿Cómo, por qué, para quién ?, Barcelone, Labor, 1992, p. 191 ; Saturnino de la Torre, Dialogando con la creatividad. De la identificación a la creatividad paradójica, Barcelone, Octaedro, 2003, p. 297.

18 Agnes Heller, Sociologia de la vida cotidiana, Barcelone, Península, 1977, p. 418

19 Graciela Aldana, La travesía creativa. Asumiendo las riendas del cambio, Bogotá, Creatividad e Innovación Ediciones, 1996, p. 300.

20 Ana Maria Piussi, Formar i formar-se en la creació social, Valence, Edicions del Crec i Denes Editorial, 2005, p.191.

21 Boaventura de Sousa Santos, El milenio huérfano : Ensayos para una nueva cultura política, Madrid, Trotta, 2005, p. 376.

22 La science sociale est fondamentalement subjective. La science doit être en mesure de comprendre les phénomènes sociaux, à partir des attitudes mentales ou du sens que les acteurs donnent à leurs actions. De là la justification de l'utilisation des méthodes d'enquête, ainsi que les critères épistémologiques qui nous permettent d'obtenir une connaissance intersubjective, descriptive, compréhensive et réfléchie, contre une connaissance objective et explicative.

23 Laura Torrebadella, « El mètode biogràfic interpretatiu. Una eina per a la imaginació sociològica », Revista Catalana de Sociologia, 11, 2000, p. 133-152.

24 Les travaux d’Avril Butler (« Who do we think we are ? : self and reflexivity in social work », dans Qualitative Social Work, vol 6, sep. 2007, pp. 281–299) à l'Université de Plymouth (avec des femmes ayant vécu des situations d'oppression), ceux de Tania Baraúna à Rio de Janeiro (avec des jeunes des favélas de Rio), ou les recherches d’Elisabet Tejero (Elisabet Tejero et Laura Torrabadella, « Experiencias migratorias de integración de chicas marroquíes en Barcelona », Anuario de Psicología, vol. 33, nº 4, 2002, p. 535-550) à l'Université de Barcelone (avec des jeunes immigrés de la deuxième génération) nous apportent de l'information qui nous permet de considérer le récit de vie comme un outil pour travailler avec des groupes défavorisés.

25 Hans Pruijt,  « Okupar en Europa », dans ¿Dónde están las llaves ? El movimiento okupa : prácticas y contextos sociales, Madrid, La Catarata, 2004, p. 352.

26 Jorge Riechmann, (coord.), Necesitar, desear, vivir. Sobre necesidades, desarrollo humano, crecimiento económico y sustentabilidad, Madrid, La Catarata, 1999, p. 291

27 Ils vivent surtout dans des quartiers qui ont été créés dans les années 50/60 pour accueillir des ouvriers et leurs familles provenant d’autres régions d’Espagne.

28 Pierre Rosanvallon, La autogestión, Madrid, Editorial Fundamentos, 1979, p. 187.

29 Peter Kelly, « Wild and Tame Zones : Regulating the Transitions of Young at Risk », Journal of Young Studies, vol. 2, nº 2, 1999, p. 193-211.

30 Andreas Walther, « Dilemas de las políticas de transición : discrepancias entre las perspectivas de los jóvenes y de las instituciones », dans Estudios de Juventud nº 65, Madrid, Injuve, 2004, p. 133-150

31 Coutant, Isabelle, Politiques du squat. Scènes de la vie d’un quartier populaire, Paris, La Dispute, 2000, p. 221.

32 Inglehart, Ronald, « Modernization and Postmodernization. Cultural, Economic and Political Change », dans 43 societies, Princeton, Princeton University Press, 1997, p. 266.

33 Marta Llobet, « Contracultura, creatividad y redes sociales en el movimiento okupa », ¿Dónde están las llaves ? El movimiento okupa : prácticas y contextos sociales, Madrid, La Catarata, 2004, p. 352.

34 Ivan Miro, « Les okupacions : de la desobediència al contropoder », dans Tranversal. Revista de Cultura Contemporània, nº 19, novembre 2002, p. 56-60.

35 Jaume Asens, «La represión al “movimiento de las okupaciones” : del aparato policial a los mass media», dans ¿Dónde están las llaves ? El movimiento okupa : prácticas y contextos sociales, Madrid, La Catarata, 2004, p. 352 ; Jesús Rodriguez, « Los movimientos sociales a través de los medios de comunicación », dans Okupación, represión y movimientos sociales, Madrid, Traficantes de Sueños, 2000, p.195-218.

36 Paul Burgess, « The third Sector : guetto for the disadvantaged or springboard toward integration ? », dans Young people and contradictions of Inclusion : towards Integrated Transition Policies in Europe, Bristol, Policy Press, 2003, p. 145-163 ; Steven Miles, « The art of learning : empowerment through performing arts », dans Young people and contradictions of Inclusion : towards Integrated Transition Policies in Europe, Bristol, Policy Press, 2003, p. 145-163.

37 Ulrick Beck, The Brave New World of Work, Cambridge, Cambridge University Press, 2000, p. 202.

38 Andreas Walther et al., « Youth transitions, youth policy and participation. State of art report », Yoyo Working Paper 1, www.iris.egris.de, 2002, p. 65.

39 Peter Kelly, « Wild and Tame Zones : Regulating the Transitions of Young at Risk », Journal of Young Studies, vol. 2, nº 2, 1999, p. 193-211.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marta Llobet Estany, « Le squat : un espace de socialisation et une alternative à la stigmatisation de la précarité des jeunes », Sociétés et jeunesses en difficulté [En ligne], hors série | 2010, mis en ligne le 17 mars 2010, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sejed/6628

Haut de page

Auteur

Marta Llobet Estany

Docteure en Sociologie. Professeure à l’Université de Barcelone Titulaire d’un doctorat en sociologie de l’Université de Barcelone, titulaire d’une maîtrise en Sociologie de l’Université autonome de Barcelone et d’un diplôme en Travail social de l’Université de Barcelone. Professeure permanente du Département de Travail social et des Services Sociaux à l’Université de Barcelone. Co-directrice de la maitrise en Médiation communautaire 2001-2008. Chercheure postdoctorale invitée au CREMIS (Centre de Recherche de Montréal sur les Inégalités sociales et les Discriminations), centre universitaire affilié au CSSS Jeanne-Mance, Montréal, Québec. Elle est intéressé à l’organisation et médiation communautaire, au pratiques d’intervention social et de créativité sociale avec personés en difficultés.
Adresse postale
Campus Mundet - Edifici Llevant 3ª P. D. 372
Passeig Vall d’Hebró, 171
08035 Barcelone
Espagne
mllobet@ub.edu

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sociétés et jeunesses en difficulté est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page