Navigation – Plan du site

Natacha Chetcuti et Luca Greco (dir.), La face cachée du genre. Langage et pouvoir des normes, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2012, 157 pages

Jacques Guilhaumou

Texte intégral

1Le présent ouvrage collectif propose une réflexion générale et des analyses précises dans le champ des relations entre langage, pouvoir et genre. Il prend donc pour champ de recherche l’étude des pratiques langagières en matière de genre, tout en interrogeant de manière critique les dispositifs catégoriels usuels des études féministes. La qualification d’étude de genre en matière langagière se comprend ici par le fait qu’il ne s’agit pas de s’en tenir empiriquement à la co-relation entre structures sociales et structures langagières, donc entre rapports sociaux et normes de féminité, mais qu’il convient de développer une approche interactionnelle et co-constructive où le langage est avant tout un outil central de médiation, allant jusqu’à permettre de contester la division hommes-femmes. C’est plus précisément, du point de vue de l’analyse de discours, la capacité d’action, l’agency, de l’individu(e) qui est interrogée sur le mode de la performativité, c’est-à-dire sur le terrain des actes de langage.

2D’un point de vue épistémologique, l’approche proposée s’inscrit dans la perspective matérialiste et marxiste, de Colette Guillaumin à Judith Butler (cette seconde chercheure étant présente par un court entretien à la fin de l’ouvrage) ; elle porte donc d’abord sur la critique des schémas idéologiques participant à la reproduction du sexage. Mais, dans un souci d’approfondissement catégoriel, elle met aussi l’accent sur l’assignation / interpellation de genre, en tant que catégorie originelle d’adresse à nous, à moi, qui précède donc l’acte réflexif de reconnaissance ou non de la norme dominante. Ce double processus se précise sur le plan langagier sous la forme d’une adresse qui réassigne, dirige ou défie les termes de l’autre sous une énonciation particulière. Il en ressort que la dépendance et la reconnaissance dans la relation de genre se négocient en permanence selon mes modes discursifs d’adresse à l’autre.

3Qu’en est-il, dans cette voie, de « la face cachée du genre », formule qui titre le présent ouvrage ? L’approche artificialiste du social tend à considérer que la naissance et la formation de la société constituent un processus détaché de toute causalité naturelle. À l’inverse le naturalisme social insiste sur le fait que l’homme appartient à une espèce naturellement sociale. Ainsi l’individu n’est pas naturellement isolé, ce qui supposerait qu’il devient social par l’intégration à un groupe. Dans cette perspective, la question du genre n’est donc pas celle de savoir en quoi l’invention de la société se fait sur des normes différenciant socialement l’homme et la femme, mais en quoi l’existence naturelle de cette différence sociale légitime l’invention, sous des normes sociales, de sujets distincts et hiérarchisés, le sujet féminin et le sujet masculin. À ce titre, la problématique de l’interpellation du sujet, sur la base de l’assignation naturelle de genre, s’avère plus propice à la compréhension du genre que l’approche plus usuelle de la formation sociale de la différence homme-femme sur une base non naturelle. Alors l’espace catégoriel en matière de genre ne se définit pas uniquement par rapport à la norme sociale qui légitime la domination masculine, mais prend aussi en compte la constitution de l’individu singulier sur la base d’une assignation de genre.

4Judith Butler, dans le court entretien publié à la fin de l’ouvrage, précise les enjeux de ses propositions, développées dans ses divers ouvrages, autour d’une telle approche de l’interpellation discursive de genre sur une base naturaliste. Elle montre que l’assignation originelle, c'est-à-dire dès la naissance, légitime le fait que nous soyons quelque chose qui existe socialement, mais se traduit ensuite par la prise de conscience que l’on s’adresse à nous. Ainsi l’individu naturellement social entre dans le langage par la médiation de l’adresse de l’autre et devient ainsi un sujet parlant, donc singulier et responsable. En apprenant à répondre à son nom, première forme de son devenir comme sujet parlant, le nouveau-né existe comme moi. La face cachée du genre tient donc ici au fait que l’assignation de genre dans les temps et l’espace dépend de l’adresse de l’autre, et dès lors se situe ontologiquement sur le plan langagier à partir d’un double principe que nous énonçons à notre manière dans la formule suivante : quelque chose existe et quelqu’un parle. Alors l’acte réflexif par lequel on répond à une assignation de genre est second. Le circonscrire permet certes au chercheur de préciser son objet de recherche initial, les formes linguistiques de l’idéologie sexiste. Cependant les formes linguistiques d’adresse dont il est ici question ne s’interprètent pas dans la seule relation aux normes sociales dominantes. En insistant sur la part décisive de la performativité dans des pratiques langagières spécifiques de genre, et en y insérant la dimension de l’agentivité, il est possible de montrer comment ces pratiques altèrent, voire inversent les normes dominantes de l’institution sociale qui les régit.

5La première partie concerne « la langue et le sexisme ». Sous la plume de Claire Michard, puis de Dominique Lagorgette, il est question en premier lieu des effets idéologiques des rapports de sexage, sous l’angle d’une agentivité disymétrique, soit le contraste voix active/voix passive dans l’énoncé « les hommes chassent et les femmes portent ». En second lieu, l’analyse discursive de l’itinéraire d’une insulte du type stéréotype genré, en l’occurrence d’un mot transsexuel en temps de guerre, la/les pétroleuses dans le contexte de la Commune de Paris, montre l’association entre un trait non-humain, des êtres déshumanisés donc justifiant la violence à leur égard, et un trait transsexuel, des êtres usurpant le genre masculin. Mais l’insulte se retourne aussi dans une dynamique d’assignation de sens, en désignant la femme militante. Sous le thème langue et sexisme, ce sont déjà tout autant des formes de matérialités discursives que des critiques idéologiques qui concrétisent la dynamique de genre.

  • 1 « Un homme c’est comme ça, une femme c’est comme ça : production, circulation et contestation des n (...)
  • 2 Luca Greco propose d’user du E majuscule, donc d’un archigraphème, pour décaler la norme genrée des (...)

6La seconde partie touche à une question souvent traitée, « corps et genre », mais que Luca Greco et Nelly Quemener réorientent du côté des formes langagières de la présentation de soi. L’apport de l’anthropologie, et plus particulièrement de l’interactionnisme, permet d’abord de singulariser un soi pluriel sur la base d’une « unité de participation ». Dans l’univers Drag King présentement analysé par Luca Greco, les dispositifs catégoriels susceptibles d’en rendre compte s’avèrent disparates par le fait de renvoyer à une intertextualité langagière liée à divers types de pratiques d’incorporation. Ainsi se constitue discursivement un soi pluriel sans dichotomie homme/femme, au travers de toute une série d’expériences vécues. Ainsi se concrétise un espace créatif en langue. Pratiquant une ethnographie discursive multi-sites sur les pratiques de catégorisation dans la parole, les textes et les conduites corporelles en interaction, Luca Greco a montré, dans ses autres études, le grand intérêt de l’analyse des processus d’interdiscursivité des normes de genre dans des communautés se situant aux marges de l’hétéronormativité (parents et futurs parents gay et lesbiens, transgender, drag king)1. Il met ainsi en évidence des procédés linguistiques, interactionnels, multi-sémiotiques mobilisés par les participantEs2 pour constituer une présentation de soi adéquate au vécu des acteurs sociaux concernés. L’objectif de l’analyse du discours est ici, au-delà du listage des marques linguistiques de la différence sexuelle, de situer la dimension performative d‘énoncés génériques sur les normes de genre particulièrement propices à la construction/déconstruction (Derrida), ou à la territorialisation/ déterritorialisation (Deleuze) de la reconnaissance de soi.

7L’analyse de la présentation de soi d’une pluralité de corps, sous diverses catégories linguistiques et sociales tend alors à expliciter des catégories de domination des plus diverses, comme le montre Nelly Quemener. Cette chercheure considère en effet la mise en scène des contradictions corps/langage, dans les parodies et les incarnations de genre proposées à la télévision par les humoristes femmes Florence Foresti et Julie Ferrier, manifestations télévisuelles qui se prêtent tout particulièrement au rire des spectateurs. C’est un exemple très significatif d’une présentation plurielle de soi en termes de refus de la distinction homme/femme. Qu’il s’agisse de la caricature de la blonde, présentée comme une mascarade de féminité, ou de la féminité masculine mise en scène par l’attitude corporelle (le corps androgyne), la féminité apparaît ainsi comme un artifice, une série de codes, de normes, par le fait même de l’impossible catégorisation effective de genre et de sexe.

8La dernière partie s’intitule « Sexualités et normes ». Elle aborde tout particulièrement, au-delà de la présentation de soi, le statut du récit de soi conçu non pas comme un mode de connaissance de soi, mais comme une modalité subjective de reconnaissance de soi qui suppose tout un travail de recatégorisation du genre. Les cas pris en compte nous situent ici au centre de la théorie queer qui tend à considérer que l’homosexualité, la bissexualité, les pratiques sexuelles et les technologies du genre permettent de déconstruire les catégories binaires dominantes et essentialisantes. Qu’il s’agisse de l’analyse de la nomination de soi dans des entretiens de femmes lesbiennes, par Natacha Chetcuti, ou d’une réflexion plus générale sur le questionnement queer au sein des recherches universitaires dans le champ des études gays et lesbiennes par Bruno Perreau, l’accent est mis sur la coupure épistémologique entre la vision normative de la sexualité et la diversité des parcours hétérosexuels dans la perspective de l’énonciation de soi. Ainsi se met en place un espace émancipateur délimité par une norme discursive de genre qui induit une nouvelle modalisation du soi genré. Le constat de la diversité des parcours discursifs énoncés par les lesbiennes sur elles-mêmes constitue ici une manière de revenir à soi qui relève d’une manière d’être, de penser et d’agir inscrite à l’horizon de l’hétéro-normativité.

9Le point final, si l’on peut dire, en matière de catégorisation de genre est la question posée in fine de l’interpellation, mais déjà soulevée par Louis Althusser, et amplifiée par Judith Butler. Au moment même de l’interpellation, le sujet se trouve confronté à des catégories de genre auxquelles il n’a pas été identifié, il est donc ouvert à toutes les potentialités. Mais, dans le même temps, il entre dans la dépendance à l’égard de la norme dominante de genre énoncée dans la langue de l’autre. Ainsi, l’assignation catégorielle de genre est avant tout interactionnelle, elle procède donc fondamentalement d’une médiation langagière, répétons-le. Dans cette voie, à la « pensée straight » (Monique Wittig) qui repose sur l’idée de différence des sexes se substitue l’énonciation, en terme d’agency, de conditions de possibilité dans le champ du genre, au sein de la coproduction des expériences et des savoirs minoritaires. On en revient toujours au processus de subjectivation qui constitue une dynamique discursive propre à déterritorialiser et à réagencer le mode de signification du monde. C’est le statut même du discours sur le genre qui s’en trouve réinterrogé. Il ne s’agit pas d’instaurer une nouvelle forme de souveraineté du Je minoritaire sur son discours, mais de construire discursivement « un sujet postsouverain » dont « l’action est délimitée à l’avance, mais ouvertes à de nouvelles délimitations inattendues » (Judith Butler). Ainsi s’ouvre à l’analyse de discours en matière de genre le champ d’étude de potentialités langagières où l’identité procède plus de l’hétérogène et de l’instable que de la réassignation de nouvelles normes. Qui plus est, face au « Je parle », c’est la manière de dire l’événement dans un espace d’interpellation spécifique qui nous permet d’aller vers « la face cachée du genre », ce qui ouvre encore plus largement le présent champ discursif.

Haut de page

Notes

1 « Un homme c’est comme ça, une femme c’est comme ça : production, circulation et contestation des normes de genre dans les processus de construction identitaire » In F. Pugnière-Saavedra, F. Sitri et M. Veniard (éds.) L’analyse de discours dans la société : engagement du chercheur et demande sociale, Paris, H. Champion, 2012, pp. 437-454.

2 Luca Greco propose d’user du E majuscule, donc d’un archigraphème, pour décaler la norme genrée des graphèmes dans le but de contester la division du monde en « hommes » et « femmes ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Guilhaumou, « Natacha Chetcuti et Luca Greco (dir.), La face cachée du genre. Langage et pouvoir des normes, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2012, 157 pages », Semen [En ligne], 37 | 2014, mis en ligne le 23 avril 2015, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/semen/10231

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page