Navigation – Plan du site
I. Dossier thématique

Des contre-discours aux contre-mondes : l’exemple des commentaires d’internautes autour de l’accident de Fukushima

Guillaume Carbou

Texte intégral

1. Introduction

1Se positionner au sein des débats de société qui alimentent l’espace public contemporain peut apparaître particulièrement délicat pour le citoyen ordinaire. D’événements disruptifs (Arquembourg 2011) en controverses socio-techniques (Callon 1981), de problèmes publics (Cefaï 1996) en polémiques médiatiques (Amossy & Burger 2011), la sphère des mots et des idées circulants est saturée de discours et de contre-discours plus ou moins audibles. Cela ne veut pas dire que toutes les positions sur tous les sujets peuvent s’exprimer de façon équivalente au sein des différents dispositifs communicationnels mais plutôt que des bribes d’opinions diverses, contradictoires et parfois même incommensurables se laissent entendre dans le dialogisme généralisé du « discours social » (Angenot 2006).

2L’avènement de l’internet 2.0 augmente encore ce phénomène de « disponibilité sociale » d’une grande variété de discours sur une grande variété de thèmes. Certes, l’état du web, entre « agora idéale ou balkans idéologiques » (Flichy 2008), est encore aujourd’hui sujet à un grand nombre de travaux académiques mais la plupart des chercheurs s’accordent à considérer que les outils du numérique augmentent drastiquement le nombre et l’hétérogénéité des argumentations auxquelles un individu connecté peut être confronté (Brundidge 2010).

3L’objectif de cet article est de montrer que ce tumulte idéologique est d’autant plus complexe que ce ne sont parfois pas de simples avis divergents qui s’entrecroisent dans l’espace public, mais des manières radicalement différentes de faire sens avec le monde. En effet, nous établissons qu’il est possible, par un travail de relevé et de classification de la multitude des topoï qui circulent à un moment donné, dans un espace social donné, sur un sujet donné, d’observer des ensembles topiques relativement consistants qui révèlent des visions du monde distinctes. Nous défendons ainsi l’intérêt d’une étude qualitative du discours social afin de comprendre une partie des motifs des polémiques publiques.

4Nos conclusions se fondent sur l’analyse d’un corpus de « commentaires à chaud de l’actualité » (Dupret et al. 2010) laissés par les internautes sur divers sites d’information en ligne. Nous avons sélectionné les réactions faisant suite à l’annonce du séisme et du tsunami qui frappèrent le Japon et endommagèrent la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi entre le 11 et le 20 mars 2011. Dans la première partie de cet article, nous nous positionnons dans le champ théorique des « sciences de la culture » (Rastier & Bouquet 2002, Thouard 2006). Nous justifions ainsi l’emploi d’une méthodologie alliant analyse topique et analyse argumentative du discours (Amossy 2000) pour saisir les cadres d’interprétation en confrontation dans le discours social. Dans une seconde partie, nous présentons les résultats de notre analyse. Après avoir constitué un répertoire des topoï récurrents autour des événements de Fukushima, nous montrons comment ceux-ci se structurent en réseaux associatifs plus ou moins figés pour constituer à un niveau supérieur des modes d'appréhension du monde différents et souvent incompatibles.

2. Sciences de la culture, analyse du discours et micro-univers

2.1. Étudier les formes culturelles : entre discours et cognition

5Pour Marc Angenot (2006 : §1), le discours social correspond à « la totalité de ce qui s’écrit, s’imprime et se diffuse à un moment donné dans un état de société ». D'une telle coupe synchronique du flot des idées qui peuvent circuler dans une communauté, il établit que par-delà l’hétérogénéité apparente de toutes les productions discursives d'une époque se dégagent certaines constances qui se regroupent sous des tendances hégémoniques. Leur fixation réside dans l'alchimie d'un dialogisme généralisé qui structure un air du temps culturel, un Zeitgeist dont on peut tenter de délimiter les contours pour cerner « la manière dont les sociétés se connaissent en parlant et en écrivant » (Ibid.). Notre ambition dans cet article est ainsi de montrer la productivité de cette approche pour saisir une part du rapport socioculturel francophone aux événements de Fukushima.

6Cependant, considérer l’ensemble des productions discursives d’une époque comme ce qui façonne ou révèle une « rationalité historique » (Angenot 1989) ou, plus localement, des systèmes d'intelligibilité du monde, est loin d’aller de soi. La démarche qui consiste d’une part à s’intéresser aux productions symboliques humaines dans une optique herméneutique assumée, et d’autre part à postuler que ces productions symboliques sont une instance médiatrice entre les individus et le monde demande à notre sens d’être fondée en théorie.

7En effet, nombreux sont les travaux ou les cadres théoriques qui dénient au monde sémiotique cette « légalité propre » (Rastier 2001b : 187). Par exemple, la théorie économique néo-classique spécule sur une supposée rationalité naturelle des acteurs tandis que le cognitivisme orthodoxe voudrait réduire l’humain aux phénomènes bio-chimiques, codés génétiquement et déterminés par l'évolution, qui se déroulent à l'intérieur des boîtes crâniennes (Billig 2009). En sciences de l’information et de la communication, les travaux sur les « controverses » dans une optique de sociologie de l'action aujourd’hui en plein essor n’échappent pas à cet écueil. Ils négligent souvent d’investiguer le sens que les individus donnent à leur monde. Les acteurs sont pris dans des « dispositifs », se « structurent en collectifs d'action », « lancent des alertes » et se distribuent des rôles entre « agents humains » et « non humains » mais, visiblement, ne parlent ni ne pensent jamais.

8Ces programmes naturalistes ou mécanistes partagent un même regard réducteur sur le monde sémiotique. Les « sciences de la culture » (Rastier & Bouquet 2002, Thouard 2006), champ épistémologique au sein duquel nous nous positionnons, affirment au contraire que la vie psychologique et sociale des individus est avant tout médiée par les filtres culturels qu’eux-mêmes construisent en discours. Elles revendiquent donc l’intérêt de se pencher sur le substrat symbolique dont les humains sont à la fois les producteurs et les occupants.

9En effet, pour le dire dans les termes de la philosophie anthropologique d’une des figures tutélaires des sciences de la culture, Ernst Cassirer, le couplage de l'humain à son environnement a dépassé, notamment avec l'apparition du langage, le modèle biologique-animal du stimulus-réponse :

le cercle fonctionnel de l'homme ne s'est pas seulement élargi, il a également subi un changement qualitatif. L'homme a, pour ainsi dire, découvert une nouvelle méthode d'adaptation au milieu. [...] Loin d'avoir rapport aux choses mêmes, l'homme, d'une certaine manière, s'entretient constamment avec lui-même. Il s'est tellement entouré de formes linguistiques, d'images artistiques, de symboles mythiques, de rites religieux, qu'il ne peut rien voir ni connaître sans interposer cet élément médiateur artificiel. (Cassirer 1975 : 44)

10Ce pressentiment théorique sur la dialectique entre cerveau et culture est par ailleurs confirmé sur des bases matérialistes et expérimentales par le développement des neurosciences et de la psychologie cognitive (Rastier 2001a).

11Il est donc possible de définir les sciences de la culture à partir de trois grandes fondations théoriques, sans pour autant les y réduire : 1) l’étude des faits de culture, au premier rang desquels les langues et leurs usages, permet de saisir une part de l’être-au-monde humain ; 2) les objets culturels possèdent une dimension contingente fondamentale qui justifie un travail de caractérisation située (et non de généralisation universelle) ; et 3) seule une approche pleinement herméneutique convient à la nature de l’entreprise comme du matériau exploré. Autrement dit, « c’est la reconnaissance de la spécificité et de l’autonomie relative du monde sémiotique qui permet de délimiter le champ des sciences de la culture […]. » (Rastier 2001b : 214).

12Ainsi, notre travail qui consiste à observer avec finesse les productions sémiotiques qui circulent dans un espace donné revient à sonder les prismes à travers lesquels les individus donnent du sens à leur environnement.

13Il n’est de ce fait pas question de poursuivre des « représentations » qui seraient celles d’un monde phénoménal pré-existant ou celles, « mentales », présentes dans la tête des individus et « publicisées » (Sperber 1996) dans l’activité discursive. Nous rejetons un paradigme représentationaliste qui voudrait que les actions des individus soient guidées par des représentations internes, discrètes, combinables, fixes et causales (Varela 1989 ou Lassègue & Visetti 2002). Nous considérons plutôt que l’être-au-monde humain se fait dans un couplage toujours contingent mais médié par les filtres culturels :

à partir du moment où l’on considère que la cognition relève d’une interaction ayant l’émergence de valeurs pour objet et qu’elle n’est pas seulement le résultat d’une instanciation de catégories pré-programmées dans des agents préalablement individués, on voit aussi comment intervient la notion de culture dans la cognition. Elle implique un nouveau partage entre l’a priori et l’expérience, que la notion de forme symbolique rend concevable. (Lassègue 2005)

  • 1  Dans ce cas, le topos seul ne suffit pas à faire forme symbolique : il n’est jamais que motif doxa (...)

14Pour en revenir au niveau de notre travail concret, ce sont donc des unités proches de ces « formes symboliques », de ces « passages obligés culturellement institués » (Ibid)1, que nous cherchons à relever dans le discours social autour de Fukushima. En repérant des constances dans les réactions à l’événement, nous observons comment s'expriment et se perpétuent des modes d’appréhension spécifiques du monde.

15Ces bases théoriques ont une incidence capitale sur la manière dont le chercheur doit aborder ses données. En effet, une fois reconnu le caractère de médiateur fondamental des productions discursives humaines, reste à convoquer une méthodologie à même de lui rendre justice.

2.2. Méthodologie : de la topique aux modes d’appréhension

16L’objectif de notre analyse est de montrer comment le discours social autour de Fukushima se structure autour de zones topiques qui subsument des micro-univers de sens cohérents et indépendants.

17Cette notion de micro-univers renvoie à la conception de l’activité langagière en termes de « schématisation » (Grize 1982). Lorsque « A propose une schématisation à B, il construit un micro-univers devant B » (Ibid. : 172). Tout discours est ainsi une « proposition d’image » et le travail de l’analyste revient à chercher à mettre au jour cette image qui se construit dans toute la textualité du discours. Ces conceptions rejoignent parfaitement l’analyse argumentative du discours (Amossy 2000) au sein de laquelle nous nous positionnons. En effet, dans cette optique, l’analyse

déconstruit le discours pour en retrouver les composantes et reconstruire, derrière la concrétisation matérielle de surface, le modèle qui la sous-tend et la logique qui la met en mouvement […]. Elle se propose de dégager […] la logique particulière qui préside à l’élaboration de discours concrets. (Amossy 2012 : 8)

  • 2  Note de l’éditeur : les conventions de notation des topoï sont expliquées p. 88.
  • 3  En effet, bien qu’un même topos puisse être instancié par diverses expressions, nous ne nions pas (...)

18Aussi, les contre-discours peuvent ne pas être seulement des désaccords sur un point spécifique mais de véritables propositions d’image du monde concurrentes. Dans le but de les repérer en corpus, nous avons adopté une entrée spécifique : celle de la topique. Notre méthodologie consiste donc ici à relever les topoï les plus remarquables dans notre corpus puis à les positionner au sein de micro-univers différents que l’on peut étiqueter pour leur donner du sens et que nous nommons modes d’appréhension (MA). Nous donnons par ailleurs au topos une définition extensive. Il s’agit de récurrences de divers type de formes : des thèmes (“la politique française”2), des narrations (“Tchernobyl est dû à l’incompétence soviétique”), des attributions (“les japonais sont disciplinés”), ou encore des formulations typiques3 (“brave gens, dormez tranquilles” ; “Dame Nature”).

19Une forme accède au rang de topos si elle a été énoncée au moins trois fois dans le corpus, par au moins trois locuteurs différents. Cependant, toutes les formes apparaissant plus de trois fois ne sont pas forcément relevées. La sélection des topoï pertinents se fait sur des critères de fréquence, d’informativité et de contrastivité. Ainsi, certains topoï de haute fréquence comme “la radioactivité provoque des cancers” ne sont ni surprenants ni polémiques. Ils disent néanmoins quelque chose de la manière dont le discours social se saisit de certaines problématiques. D’autres topoï par contre, bien que peu fréquents, présentent l’intérêt d’être particulièrement informatifs pour la reconstruction d’un MA. C’est par exemple le cas de l’évocation de “Godzilla” pour le MA mystique comme nous le verrons plus bas. Enfin, certains topoï valent pour leur polémicité : ils contrastent vivement entre eux et marquent ainsi des zones frontières entre MA. Par exemple, “les médias minimisent la catastrophe” et “les médias sont catastrophistes” sont parfaitement antisymétriques. Percevoir de manière contraire un même phénomène est révélateur d’interprétations effectuées dans des horizons d’attente bien différents.

20Les topoï sont ensuite réunis en MA en fonction de leurs affinités. Celles-ci sont doubles. Premièrement, elles sont distributionnelles : les topoï qui cooccurrent significativement ou qui sont mutuellement exclusifs sont respectivement réunis dans un même MA ou au contraire séparés. Selon la taille du corpus et le nombre de topoï, l’analyse distributionnelle peut-être manuelle ou assistée par ordinateur. Deuxièmement, les affinités sont signifiantes : il faut, et c’est le travail le plus important, que les topoï réunis forment un micro-univers de sens cohérent. Cette procédure vient ainsi affiner la répartition distributionnelle en reliant des topoï parfois épars et en en séparant d'autres pourtant cooccurrents. C’est un regard nécessairement interprétatif qui préside à cette démarche. La mise en sens que nous effectuons plus bas dans la présentation des résultats en donne un aperçu.

21Pour terminer, il nous faut préciser deux éléments capitaux dans notre modèle. 1) Ces modes d’appréhension canoniques ne se retrouvent que rarement portés par un unique locuteur de manière complète : ce ne sont la plupart du temps que des morceaux isolés qui circulent ; et 2) rien n’interdit un même locuteur de convoquer simultanément des topoï caractéristiques de divers MA quand bien même ceux-ci apparaissent difficilement compatibles. Reconstruire des MA ne revient donc absolument pas à établir des typologies de commentateurs. Il s’agit bien d’esquisser les contours de différents cadres d’intelligibilité disponibles dans le discours social.

22La partie suivante présente les résultats de l’analyse en décrivant trois MA parmi les plus remarquables sur les dix que nous avons pu délimiter.

3. Illustration : les discussions sur le web autour de Fukushima

23Notre corpus se compose des réactions d’internautes sur les pages live de quatre sites d’information en ligne couvrant les événements japonais entre le 11 et le 20 mars 2011, depuis le séisme et le tsunami du 11 mars 2011 aux premiers incidents à la centrale nucléaire n°2 de Fukushima. Cet événement a été choisi pour sa dimension fortement « disruptive » (Arquembourg 2011) et l’importante production discursive qu’il a entraînée sur le net. Les titres de presse retenus sont LeMonde.fr (LM), Rue89.fr (RUE), Agoravox.fr (AGO), LeFigaro.fr (FIG) et LePoint.fr (LP). Ce dernier n’ayant pas de page live, nous avons retenu les trois articles ayant recueilli le plus de commentaires dans la période voulue. Nous avons ajouté à cette base les commentaires issus d’un article plus tardif (avril 2011) des Inrockuptibles.fr (IR) pour leur valeur illustrative. Le nombre total de commentaires analysés est de 2704, répartis comme suit : LM (316), FIG (660), RUE (803), LP (346), AGO (539) et IR (40). Les titres ont été sélectionnés sur la base de leur fréquentation élevée et pour le spectre idéologique relativement large que couvrent leurs lignes éditoriales respectives. Les URL de chacune des pages se trouvent à la fin du texte.

24Les commentaires sur les sites d'information en ligne présentent un intérêt réel pour étudier une partie des dynamiques communicationnelles à l’œuvre dans l’espace public. Tout d’abord, la violence, la vulgarité et le racisme du contenu souvent pointés du doigt (Hughey & Daniels 2013) ne sont pas rédhibitoires à tout dialogue. Sur le net, les lois du face work sont plus lâches, et l'agressivité n’est pas tant la marque d'une déficience communicationnelle que celle d'un mode interactionnel simplement différent (Papacharissi 2004). En outre, la littérature antérieure (Paskin 2010 ; Barnes 2011) s’accorde à dire que le commentaire d’actualité relève majoritairement de l’expression d’une opinion marquée identitairement et émotionnellement. Autrement dit, on commente pour affirmer sa vision du monde ou s’indigner de celle des autres. De plus, le degré d’interaction est généralement fort dans les tableaux de commentaires (Paskin 2010) : que ce soit explicitement ou plus allusivement, les contributeurs se lisent et se répondent. Ensuite, si l'on ne sait pas vraiment qui écrit, on sait que les internautes sur les sites de presse sont socialement hétérogènes (Norris 2002). Bien que la « fracture numérique » soit bien réelle (Charon & Le Floch 2011, Donnat 2009), l’établissement d’un corpus de titres de presse au spectre idéologique relativement large y augmente la diversité d’opinion. Dans le même sens, les phénomènes d'« infomédiation sociale » (Smyrnaios & Rebillard 2011) que sont les liens vers les articles de presse sur les réseaux sociaux, participent à mettre en contact « une offre hétérogène et pléthorique d’information disponible sur le web et une demande éclatée de la part de publics diversifiés » (Rieder & Smyrnaios 2012). Les commentaires présentent ainsi une certaine disponibilité dans l'espace public, c'est-à-dire que leur contenu est souvent rencontré par le visiteur de l'actualité en ligne, voire diffusé hors ligne par celui-ci (Brundidge 2010). Ces éléments en font donc un candidat très honorable au corpussage pour l’étude d’une partie du discours social.

25Nous présentons nos résultats de la manière suivante : plutôt que de fournir des listes de topoï propres à chaque MA, nous les mettons en cohérence au sein d’un texte descriptif. Chaque topos sous sa forme typique se trouve entre guillemets anglais (“les japonais sont disciplinés”) et sous sa forme d’occurrence entre guillemets français et en italique (« la rigueur et l’organisation du peuple japonais est un exemple pour tous ») suivi du pseudonyme de l’auteur (ou des initiales lorsque celui-ci semble être un nom usuel) et du site d’origine (Harry Cover, LM). Les mises en gras sont toujours de nous et les citations n’ont subi aucune modification.

3.1. Trois modes d’appréhension

26Notre analyse a permis de délimiter une dizaine de modes d’appréhension distincts. L’objectif de cette partie étant avant tout d’illustrer l’intérêt de la démarche proposée, nous présentons ici seulement trois MA afin de pouvoir les développer précisément. Nous avons choisis les MA « mystique », « normalien » et « scientifique » qui sont particulièrement saillants dans le corpus, c'est-à-dire fréquents et aux contours remarquables. Ils présentent aussi et surtout l’intérêt d’être fortement dissemblables. Leur mise en regard permet de bien saisir les profondes coupures dans l’appréhension du monde qui peuvent exister entre les micro-univers de sens. Parler de désaccord entre ces MA ne serait pas approprié car il n’y a tout simplement pas de fond commun sur lequel le faire reposer : ils sont proprement incommensurables.

27Nous détaillons ci-dessous les deux premiers pour faire apparaître au mieux l’écart qui les sépare. Le troisième est présenté plus succinctement, avant tout pour souligner la dimension « méta » qui le caractérise.

3.1.1. Mystique

28Le mode d’appréhension mystique fourmille de topoï renvoyant à des grands récits légendaires. On y retrouve par exemple le “Namazu” (mythe japonais selon lequel l’archipel serait soutenu par un poisson-chat géant dont les mouvements provoqueraient les séismes, parfois pour sanctionner l’avidité des humains), “Godzilla” (monstre de la pop culture japonaise né d’une contamination nucléaire), “Frankenstein” (la créature qui se retourne contre le créateur) ou encore le “jugement dernier” (les hommes sauvés ou punis par un cataclysme). Sous ces quatre mythes se cache une narration extrêmement récurrente et typique du MA mystique : “Dame Nature” se “venge”, et “l’Homme paie pour ses crimes”, au premier rang desquels sa “vanité” face à une Nature contre laquelle il est pourtant “impuissant” : « Les japonais "paient" leur "gloutonnerie" au prix fort, comme nous tous, d'ailleurs, qui nous empiffrons […] Continuons comme ça, attendons notre heure de subir à notre tour une bonne catastrophe "naturelle". » (MGP, LM), « l'Homme est trop vorace, la Nature se venge. » (Mistigri18, LP). C’est ainsi le mythe de l’“apprenti-sorcier” qui sert de cadre d’interprétation prioritaire à l’événement : « L'être humain se conduit en apprenti-sorcier, et la nature le lui rappelle douloureusement à intervalles réguliers. Saurons-nous en tirer les leçons ? » (Démographie Responsable, LM). Par ailleurs, comme le laissent entrevoir ces citations, “l’Homme”, “l’humanité” et bien sûr la “Nature” sont des acteurs à part entière dans le monde mystique. Les majuscules souvent présentes à l’initiale marquent à la fois le respect dû à ces entités et leur caractère de catégorie pertinente pour décrire le monde.

29Une autre caractéristique importante du MA mystique est que son mode de raisonnement ne fonctionne pas sur un modèle logico-déductif où les propositions seraient explicitement reliées par des opérations logiques. Au contraire, il fonctionne sur un mode que l’on pourrait dire « indiciel » ou « symbolique » : chaque mot employé ou chaque situation décrite semble encapsuler toute une histoire. « Je m’inquiète de cette succession d’événements puisque nous commençons un nouveau siècle » déclare ainsi Inpou (RUE). S’il semble bien que « commencer un nouveau siècle » n’influence en rien la survenue de crises d’origine diverses, chez le mystique, cet élément ouvre tout un univers symbolique. Celui-ci fait sens au point que le locuteur en fait la justification évidentielle de son inquiétude. Au-delà de cet exemple précis, nombreux sont les pivots qui ouvrent un imaginaire fourni. On trouve parmi eux la “coïncidence” d’événements ravageurs qui semblent promettre un “avenir sombre”. La “fusion du cœur du réacteur” et la “radioactivité” jouent également ce rôle de déclencheur symbolique en suscitant l’effroi et en rappelant des événements marquants négatifs comme “Tchernobyl” ou “Hiroshima”.

30Toutefois, le mystique n’est absolument pas spécialiste du nucléaire et n’a de la fusion ou de la radioactivité qu’une image diffuse mais terrifiante : « prions pour que ce ne soit pas grave, en ce moment je pense à ces mecs qui cherchent à eviter une fusion du réacteur, sinon on en prendrai tous, je dis bien tous pour notre grade car la radioactivité serait énorme et se répandrai dans le monde ENTIER » (Susano, FIG). Le risque nucléaire est ainsi vu automatiquement comme colossal, sans pour autant faire l’objet d’un examen réflexif : « Construire des centrales nucléaires est dangereux en soi et pour des centaines d'années. Il n'existe aucune sécurité fiable pour cette force diabolique. » (Violette M_C, LM).

31Enfin, et cette caractéristique révèle un fondement épistémique très important, le MA mystique dénie à la science le monopole du régime de connaissance du monde. Nous le disions, le mystique n’est pas technicien, ce qui est un argument pour ceux qui le sont pour l’exclure du débat. Or, si le mystique, bien que suspicieux, sait reconnaître que la pensée scientifique est un moyen d’accès à la connaissance, il revendique également la légitimité de l'“intuition” et des “émotions” (notamment de la peur !) pour prendre des décisions : « Je me fiche complètement de votre réponse [scientifique]. J’ai quand même le put*** de droit de m’inquiéter de l’enchainement d’évènements. […] Arrêtez de tout voir d’un œil purement scientifique, et réfléchissez un peu sous un angle intuitif. » (Inpou, RUE), « Des chiffres, ah oui, vite, des chiffres scientifiques dans les médias, ou on mélange allègrement les becquerels avec les microsieverts et les millisieverts, et le lecteur non averti qui ne sait qui plus croire, et finit par écouter ceux qui, du haut de la science, énoncent la Vérité, la seule. Et gaffe, si on s’écarte de cette vérité, par doute, par crainte, on n’est plus seulement des ignares, mais on devient ridicules, dangeureux, malhonnète, voire eco-terroriste!!! » (CB, IR).

3.1.2. Normalien

32Comme son nom l’indique, dans le MA normalien, tout est “normal”. Le monde tel qu’il est convient parfaitement, et ce d’autant plus qu’“il est le seul possible”. Quelqu’un trouve scandaleux que la bourse spécule sur la catastrophe ? Aberration : « Ce n’est pas contre les spéculateurs qu’ils faut gueuler. Le monde est ce qu’il est, les spéculateurs spéculent, c’est leur boulot. La monnaie s’echangent, c’est sa fonction. Gueuler contre des bases aussi élémentaire revient à gueuler parce que le ciel est bleu. Cela n’a aucun sens. » (Arwy, RUE). Les porte-paroles d’EDF sont accusés de faire une propagande honteuse pour le nucléaire ? Point du tout : « je ne vois pas ce qu'il y'a de choquant a ce qu'un employé prenne fait et cause pour sa boite!! cela me semble même évident. » (le Gône, LP).

33Les marques énonciatives de l’évidence sont donc légion dans ce MA : affirmations péremptoires (énoncés d’état ou prédictions au futur simple), questions rhétoriques et réponses immédiates, lexique de l’évidence (« normal », « naturel », « logique »…). Plus généralement, le normalien s’énonce souvent comme un « sachant ». Ne proposant un discours ni technicien ni scientifique, il ne laisse néanmoins planer aucun doute sur la validité de ses affirmations : « Le comportement de la centrale nucléaire japonaise lors de ce séisme qui se situe à des niveaux parmi les plus élevés de l'histoire met en évidence le niveau de sureté remarquable des centrales nucléaires. Le réacteur a été trés bien maitrisé et les rejets radiactifs dans l'environnement seront trés limités et atteindront des niveaux faibles ne mettant pas en cause les populations . […] Ce séisme dramatique a démontré que le nucléaire était une technique parfaitement maitrisée , au grand dam de nos malheureux écologistes » (claude004001, FIG, professé au début des événements, alors que les informations ne sont que parcellaires).

34Le MA normalien implique une aversion forte au changement. Si tout est normal, vouloir modifier quelque chose relève de la folie. À son ontologie du monde tel qu’il est, le normalien associe une déontologie de l’immobilisme : « Moi je n'y connais pas grand chose,je ne sais qu'une chose,c'est que sans énergie nucléaire(civile certes),il nous faut abandonner chauffage,machines à laver,trains et tramways,et je suis pas décidé à le faire et je ne suis pas le seul » (JULES, LM).

35Il présente ainsi des tendances anti-catastrophistes et anti-écologistes fortes car les deux positions tendent à bousculer son monde fait de stabilité. Il vilipende donc le “sensationnalisme des médias” et les “Cassandres” écologistes. Ce rejet des “écolos bobo” semble reposer sur le danger représenté par les propositions de changement de mode vie qui leur sont attribuées. Ainsi, trois topoï récurrents des interventions normaliennes face aux diatribes antinucléaires tendent à confirmer cette interprétation : ceux de “la bougie”, de l’“hypocrisie”, et du “quoi d’autre ?”. Le premier, extrêmement présent sous différentes formes marque de manière manichéenne l’impensabilité du changement (soit l’existant, soit le désastre, tertium non datur) « Revenons à la dynamo dynamique... couchons nous comme des poules, levons-nous avec le soleil… allons chercher du bois dans les forêts, de l’eau au puits, ou à la rivière. Vive le naturel ! » (zazimute, RUE). Le second dénote l’évidence de la supériorité du monde actuel (puisque même ceux qui prônent le changement se repaissent en fait dans l’actuel) « Ah Cabanel nous fait le coup de la décroissance. Commence par foutre ton ordinateur à la poubelle et ferme ton compte chez ton fournisseur d’accès, banane ! » (Yohan, AGO). Le troisième relève plus de la réaction réflexe face aux propositions alternatives, le nucléaire, et donc le modèle actuel, est le seul valable : « Pour produire assez d’électricité il faut du nucléaire ! » (Nathalie-g, LM). Dans cette veine, le normalien ne cesse d’affirmer, toujours sans autre forme de procès technique, que “les énergies renouvelables sont inefficaces” notamment car “il faudrait tapisser la France d’éolienne ou de panneau solaires”.

36En ce qui concerne la perception du risque nucléaire, deux voies semblent convenir au MA normalien : l’acceptation ou la négation, toutes deux aussi peu menaçantes pour sa stabilité ontologique. Les accidents nucléaires font des dégâts ? Certes, mais “le pétrole, l’industrie, les voitures aussi”. Toutefois, face à la difficulté à tenir cet argumentaire contre la peur mythique de la radioactivité, une position récurrente du MA normalien consiste à nier la gravité des accidents : “il n’y a pas eu tant de dégâts à Tchernobyl” et “Three Miles Island n’a fait aucun mort”. De la même manière, à Fukushima “ce sont le séisme et le tsunami qui ont fait des morts, pas le nucléaire”.

37Face aux anti-nucléaires convaincus, nous avons donc affaire à des conflits ontologiques quasi-insolvables car la validité de la source d’information contraire est toujours mise en doute. Ce phénomène est particulièrement saillant dans les discussions sur les conséquences de Tchernobyl. Des chiffres aux allures toutes aussi officielles circulent : globalement, les militants anti-nucléaire citent le million de victimes de la célèbre étude de Yablokov et Nesterenko, tandis que les normaliens, par exemple, leur opposent les quelque 4000 victimes officielles du Chernobyl Forum Report. Chaque camp suspectant l’autre de mauvaise foi (lobby antinucléaire vs lobby pronucléaire) et les désaccords résidant en dernière instance sur des divergences proprement épistémologiques quant à la manière de calculer l’influence de la radioactivité (Knorr-Cetina 1999), il va sans dire que la controverse est sans issue. Les sensibilités (mystique ou normalien par exemple) prennent donc rapidement le dessus pour déterminer la réalité la plus crédible et s’y tenir.

  • 4  D’après Kruglansky & Ajzen (1983 : 31), « […] belief perseverance reflects the phenomenon of epist (...)

38Le MA normalien partage ainsi une caractéristique importante avec le MA mystique. Tout aussi peu technicien, ses avis ne sont pas fondés sur une structure argumentative profonde mais reposent au contraire sur un « gel épistémique »4 (Kruglanski & Ajzen 1983) précoce : le nucléaire en France est sûr, les énergies renouvelables ne sont pas efficaces, les écologistes sont de doux rêveurs (ou de dangereux fanatiques), etc. C’est ainsi avant tout un conflit ontologique puissant qui mène immanquablement les interactions entre les deux MA au dialogue de sourds. Sans pour autant avoir la possibilité d’appuyer ce qu’il avance, chacun dépeint un monde bien différent.

3.1.3. Scientifique

39Le MA que nous appelons « scientifique » se différencie des deux autres en cela qu’il ne statue pas sur les choix politiques qui doivent découler de la catastrophe mais plutôt sur la bonne manière de se positionner par rapport à celle-ci. Le scientifique ne porte pas un jugement axiologique sur le monde mais sur la manière dont ce monde doit être regardé. Il repose ainsi sur tout un ensemble de topoï « méta » : “il faut savoir raison garder”, “attendons avant de pouvoir analyser la catastrophe”, “les informations dont nous disposons sont pour l’instant trop parcellaires”. Le topos de la “lecture nécessaire”, évoquant la pratique bibliographique, est ainsi récurrent : « Si vous envisagez la question en confrontant toutes les sources d'information, vous en trouverez de nombreuses, diverses, parfois contradictoire, et vous pourrez vous forger votre opinion. […] pensez a rechercher les informations partout (ASN, IRSN, Anti nucléaire, Ecologiste, AIEA, Presse, Scientifiques divers etc etc...) » (jl, LM). Dans un esprit similaire, le manque de “références” peut servir à décrédibiliser certaines informations : « Aucun historien ou scientifique pour réagir à ces inepties ? […] Aucun lien vers des sources pour confirmer les propos. […] Des sources !!! » (ghad, LM).

40Le scientifique vit ainsi dans un monde où il existe une bonne manière de raisonner et d’administrer la preuve, et qui s’oppose en tous points à la réaction émotionnelle : « A en croire certains, il faudrait arrêter de produire de l’énergie avec du nucléaire parce que ce qui est arrivé au Japon peut arriver n’importe ou. Et ils tentent de le prouver en plus. […] Dans cette logique, on alimente la peur, et on raisonne bêtement » (Yap, IR). Par ailleurs, le scientifique tend à se placer dans une position de surplomb contemplative : il décrit ou cherche à comprendre avec précision les événements. Le séisme et le tsunami sont ainsi abordés d’un point de vue géologique, les opérations en cours à la centrale d’un point de vue physique ou chimique, et les risques liés à la radioactivité d’un point de vue biologique. En découle l’emploi d’un vocabulaire technique important et surtout un détachement relativement froid qui ne manque pas de faire bondir le mystique pour qui l’“humain”, quelle qu’en soit la définition, devrait être au centre de toute réflexion. Corrélativement, le MA scientifique présente une certaine propension à dévaloriser ceux qui n’usent pas du même mode de connaissance : « vous vous complaisez dans votre ignorance qui vous rassure ... […] libre à vous d’aller à l’encontre des recherches actuelles sur le domaine. » (ljos, RUE). Il a ainsi tendance à être convoqué pour s’opposer au trop plein émotionnel et à l’irrationalité perçue d’adversaires idéologiques lors de débats entre commentateurs.

41Mais le scientifique en lui-même ne prend pas parti sur la controverse nucléaire : s’il manifeste un intérêt certain pour le côté technique de l’énergie atomique, il est souvent prompt à exprimer son inquiétude vis-à-vis de son utilisation : « On peut très bien penser que le nucléaire est trop dangereux pour être exploité tout en s’offusquant des contre-vérités et de la technophobie ambiante qui fait dire tout et n’importe quoi, le tout en avançant des arguments complètement débiles et anti-scientifiques. » (julien, IR)

4. Conclusion

42Ainsi donc avons-nous cherché dans cet article à démontrer l’intérêt d’une analyse du discours argumentative pour la compréhension des dynamiques communicationnelles à l’œuvre dans l’espace public. Dans cette optique, l’utilisation de corpus de commentaires d’actualité apparaît comme une voie d’accès intéressante à une partie du discours social. Notre approche culturaliste, attentive aux micro-univers construits en discours dans le Zeitgeist, a permis d’établir un cliché de la topique à l’œuvre sur internet autour des événements de Fukushima.

43Au terme de ce parcours de mise en sens du flot des idées circulantes apparaît ainsi une conclusion importante. Plus que des contre-discours, plus que des avis divergents, ce sont de véritables visions du monde incompossibles qui se donnent à voir dans le discours social. Le phénomène est d'ailleurs prégnant dans les cas d’interactions entre porteurs canoniques de tel ou tel mode d’appréhension. Nous n’en avons pas présenté ici, mais l’analyse de ces dialogues de sourds confinant à la coupure cognitive (Angenot 2008) est particulièrement éclairante sur ce point. Que ce soit sur la manière de considérer la succession de catastrophes naturelles d’importance, de juger de la qualité du travail journalistique ou bien sûr de prendre parti sur la question du nucléaire civil, il est d'autant plus difficile de s'entendre que les arguments échangés ne trouvent tout simplement pas leur source dans le même régime de validité. Là où le scientifique ne jure que par la raison, le mystique valorise l’intuition. Là où pour ce dernier Fukushima est une preuve criante des dangers du nucléaire, le normalien voit au contraire la démonstration éclatante de la sûreté des centrales. Et le problème est d’autant plus complexe que les tendances à la « schizophrénie topique » sont nombreuses : les interventions convoquant avec plus ou moins d'aise plusieurs modes d'appréhension ne sont pas rares.

44Ce constat n’est cependant pas pessimiste quant à la possibilité de tirer parti des discussions publiques sur les questions de société. D’une part parce que nous nous rangeons pleinement derrière les conclusions de Ruth Amossy (2014) à propos de la polémique : l’expression publique sert moins à alimenter un hypothétique débat rationnel qu’à faire exister symboliquement son monde dans l’espace social. Et d’autre part car nous pensons que l’analyse du discours social dans la perspective que nous venons de présenter possède un certain nombre d’intérêts sociopolitiques.

45Nous en citerons trois en guise de perspectives. Premièrement, discerner des modes d’appréhension du monde divergents est une voie vers la compréhension des raisons profondes des désaccords : les dispositifs communicationnels tels qu’ils sont proposés dans les médias traditionnels ou en ligne ne permettent que rarement d’arriver à un niveau de réflexivité argumentative suffisant pour faire émerger les ontologies ou les déontologies axiomatiques sur lesquelles reposent les différentes prises de positions. Deuxièmement, l’établissement de listes d’arguments sur des sujets particulièrement clivants (ici par exemple la dangerosité des radiations ou l’inefficacité des énergies renouvelables) peut offrir au citoyen intéressé un moyen de dépasser les problèmes de gel épistémique. L’éternel retour du même est en effet un phénomène particulièrement saisissant dans les débats publics. Enfin, la mise en évidence de points critiques des controverses (comme la tension épistémologique/ontologique autour de l'existence ou non du risque) pourrait permettre le report de la réflexion politique sur certains des éléments les plus pertinents.

__________________________

Résumé : En nous plaçant dans le champ des sciences de la culture, nous défendons ici l’intérêt de l’analyse argumentative du discours social pour éclairer les soubassements idéologiques qui gouvernent les différentes prises de positions sur un sujet donné. À partir d’un corpus de commentaires d’actualité, nous repérons dans les masses de topoï qui circulent autour de la catastrophe de Fukushima des zones de regroupement qui forment des micro-univers de sens relativement cohérents. Ces ensembles de topoï voisins dessinent des manières différentes et parfois même incompatibles de faire sens avec le monde.

Mots-clefs : analyse du discours ; discours social ; visions du monde ; commentaires d’actualité ; sciences de la culture

Abstract : Drawing on the cultural sciences field, we advocate argumentative analysis of social discourse to highlight ideological axiomatic structures underlying various opinions on a given topic. Using a corpus of news websites comments, we show that topoï circulating in the public space at the beginning of the Fukushima disaster can be aggregated into consistent micro-universes of meaning. They tend to reveal different, and sometimes incompatible, worldviews.

Keywords : discourse analysis ; social discourse ; worldviews ; comment boards ; cultural sciences

Haut de page

Bibliographie

ANGENOT, M., (1989), « Hégémonie, dissidence et contre-discours. Réflexions sur les périphéries du discours social en 1889 », Études littéraires, 2, 11-24.

— (2006), « Théorie du discours social », COnTEXTES , 1, [En ligne]. Consulté le 29 janvier 2015 : < http://contextes.revues.org/51 >.

— (2008), Dialogues de sourds. Traité de rhétorique antilogique. Paris : Mille et une nuits.

AMOSSY, R., (2000), L’argumentation dans le discours. Paris : Nathan Université.

— (2012), « Faut-il intégrer l’argumentation dans l’analyse du discours. Problématiques et enjeux », Argumentation et Analyse du Discours, 9, [En ligne].Consulté le 29 janvier 2015 : < http://aad.revues.org/1346 >.

— (2014), Apologie de la polémique. Paris : Presses Universitaires de France.

AMOSSY, R., & BURGER, M., (2011), « Introduction : la polémique médiatisée », Semen, 31, [En ligne]. Consulté le 29 janvier 2015 :< http://semen.revues.org/90

72 >.

ARQUEMBOURG, J., (2011), L’événement et les médias. Les récits médiatiques des tsunamis et les débats publics (1755-2004). Paris : Archives contemporaines.

BARNES, R., (2013), « Understanding the affective investment produced through commenting on Australian alternative journalism website New Matilda », New Media and Society, [En ligne]. Consulté le 29 janvier 2015 : < http://nms.sagepub.com/content/early/2013/11/12/1461444813511039.full.pdf+html >.

BILLIG, M., (2009), « La psychologie discursive, la rhétorique et la question de l’agentivité », Semen, 27, [En ligne]. Consulté le 29 janvier 2015 : < http://semen.revues.org/8903 >.

BRUNDIDGE, J., (2010), « Encountering ‘‘Difference’’ in the Contemporary Public Sphere », Networks Journal of Communication, 60, 680-700.

CALLON, M., (1981), « Pour une sociologie des controverses technologiques », Fundamenta Scientiae, 2, 381-399.

CASSIRER, E., (1975), Essai sur l’homme. Paris : Éditions de Minuit.

CEFAÏ, D., (1996), « La construction des problèmes publics. Définitions de situations dans des arènes publiques », Réseaux, 75, 43-66.

CHARON, J.-M., & LE FLOCH, P., (2011), La presse en ligne. Paris : La Découverte.

DONNAT, O., (2009), Les pratiques culturelles des Français à l’ère numérique. Enquête 2008. Paris : La Découverte / Ministère de la Culture et de la Communication.

DUPRET, B., KLAUSS, E., GHAZZAL, Z., (2010), « Commenter l'actualité sur internet », Réseaux, 160-161(2), 285-317.

FLICHY, P., (2008), « Internet et le débat démocratique  », Réseaux, 150, 159-185.

GRIZE, J.-B., (1982), De la logique à l’argumentation. Genève : Droz.

HUGHEY, M.W., & DANIELS, J., (2013), « Racist comments at online news sites: a methodological dilemma for discourse analysis », Media, Culture & Society, 35, 332-347.

KNORR-CETINA, K. D., (1999), Epistemic Cultures: How the Sciences Make Knowledge. Cambridge : Harvard University Press.

KRUGLANSKI, A.W., & AJZEN, I., (1983), « Bias and error in human judgment », European Journal of Social Psychology, 13, 1-44.

LASSÈGUE, J., (2005), « Formes symboliques et émergence de valeurs, pour une cognition culturalisée », Revue d’Intelligence Artificielle, 1-2(19), 45-55, [En ligne]. Consulté le 29 janvier 2015 : < http://formes-symboliques.org/spip.php

?article251 >.

LASSÈGUE, J., & VISETTI, Y.-M., (2002), « Que reste-t-il de la représentation ? », Intellectica, 35, 7-25.

NORRIS, P., (2002), « The Bridging and Bonding Role of Online Communities », Harvard International Journal of Press/Politics, 7, 3-13.

PAPACHARISSI, Z., (2004), « Democracy online: civility, politeness, and the democratic potential of online political discussion groups », New Media & Society, 6, 259-283.

PASKIN, D., (2010), « Say what? », Journal of International Communication, 16, 67-83.

RASTIER, F., (2001a) [1991], Sémantique et recherches cognitives. Paris : PUF.

— (2001b), « L’action et le sens », Journal des anthropologues, 85-86, [En ligne].

RASTIER, F., & BOUQUET, S., (2002), Une introduction aux sciences de la culture. Paris : PUF. Consulté le 29 janvier 2015 : < http://jda.revues.org/2941 >.

RIEDER, B., & SMYRNAIOS, N., (2012), « Pluralisme et infomédiation sociale de l’actualité : le cas de Twitter », Réseaux, 176, 107-141.

SMYRNAIOS, N., & REBILLARD, F., (2011), « Entre coopération et concurrence : Les relations entre infomédiaires et éditeurs de contenus d’actualité », Concurrences, 3, [En ligne]. Consulté le 29 janvier 2015 : < http://www.concurrences.com/Journal/Issues/No-3-2011/Articles-1160/Entre-cooperation-et-concurrence >.

SPERBER, D., (1996), La Contagion des idées. Théorie naturaliste de la culture. Paris : Odile Jacob.

THOUARD, D., (2006), « La méthode des sciences de la culture », Methodus, 1, 38-60.

VARELA, F., (1989), Invitation aux sciences cognitives. Paris : Seuil.

Haut de page

Notes

1  Dans ce cas, le topos seul ne suffit pas à faire forme symbolique : il n’est jamais que motif doxal circulant. Seule peut accéder à ce statut de médiateur la conjonction de plusieurs topoï qui s’agrègent en micro-mythe, en proposition partielle de sens pour une portion de monde, ou encore, comme nous le définirons plus loin, en « mode d’appréhension » spécifique.

2  Note de l’éditeur : les conventions de notation des topoï sont expliquées p. 88.

3  En effet, bien qu’un même topos puisse être instancié par diverses expressions, nous ne nions pas l’importance de la matérialité langagière et considérons comme topiques certains choix lexicaux remarquables.

4  D’après Kruglansky & Ajzen (1983 : 31), « […] belief perseverance reflects the phenomenon of epistemic freezing whereby the person ceases at some point to generate hypotheses and accepts a given, currently plausible proposition as valid ». « […] la persévérance des croyances [chez les individus] reflète le phénomène de gel épistémique par lequel une personne cesse à un certain point de générer des hypothèses et accepte une proposition donnée, localement plausible, comme valide » (nous traduisons).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Carbou, « Des contre-discours aux contre-mondes : l’exemple des commentaires d’internautes autour de l’accident de Fukushima », Semen [En ligne], 39 | 2015, mis en ligne le 19 novembre 2015, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/semen/10478

Haut de page

Auteur

Guillaume Carbou

Université de Toulouse II Jean Jaurès / LERASS

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page