Navigation – Plan du site
III. Comptes rendus de lecture

François Migeot,Portée des ombres. Pour une poétique de la lecture (Choderlos de Laclos, Balzac, Baudelaire, Camus, Duras, Koltès, Lagarce, Louis-Combet, Robbe-Grillet, Sartre). Presses Universitaires de la Méditerranée, 2015, 238 p.

Patrick Anderson

Texte intégral

1À un étudiant qui demandait à Roland Barthes par où commencer dans l’analyse d’une œuvre littéraire, Barthes répondait qu’il ne peut s’agir d’obtenir « une explication du texte », un « résultat positif », mais au contraire qu’il s’agit d’entrer par l’analyse, dans le jeu du signifiant, dans l’écriture, et Barthes d’ajouter, « en un mot, d’accomplir par son travail, le pluriel du texte ».

2Si travail peut caractériser la démarche de François Migeot, il se doit d’être corrigé par le plaisir qu’il livre avec les lectures des quinze œuvres littéraires qui forment la matière de son Portée des ombres. Travail ne doit pas être entendu dans le sens d’ergon mais bien dans celui d’une activité liée à la praxis, parce que François Migeot, au fil de son texte, délivre une poétique de la lecture.

3Si le propos, comme il l’écrit en préambule, est bien d’éclairer la singularité d’un texte dans sa facture et sa résonance inconsciente, on aura compris qu’il s’attache à révéler le chemin que le lecteur creuse face à l’œuvre, en elle-même inépuisable. Le titre même nous oblige à considérer que le propos n’est pas arrimé à ce qui serait de l’ordre d’une sorte de déchiffrage d’un dire, ou de ce qui serait l’illustration d’un placage théorique.

4« Portée des ombres », parce qu’il y a portée dans le titre est bien à entendre dans son sens musical, et c’est ce qui inscrit la démarche pratiquée en écho à celle de Jean Bellemin-Noël à qui le livre est dédié. À la fois la part d’ombre qui reste chez tout lecteur, qui fait que convergent des voies multiples dans ce qui est nommé une lecture flottante, mais portée à entendre dans ce que la langue révèle de musical. Faire entendre , écrit-il, le jeu des harmoniques et le jeu des ombres qui dévoilent un mode d’organisation, rendu possible par la langue en tant que système, mais sollicité par le texte littéraire.

5Illustration double en quelque sorte dans le projet d’écriture puisqu’il s’agit d’entendre et d’écouter la musique que livre le texte mezzo voce, et c’est en cela que la psychanalyse est nécessaire puisqu’il s’agit de montrer que les réseaux associatifs ont partie liée avec des contenus inconscients latents. À l’opposé de ce qui se voudrait une analyse de « l'inconscient de l'auteur » il est ici question de se confronter au texte dans sa singularité et sa nudité linguistique et c’est la deuxième grande articulation de ce qui est proposé dans ces « portées » : faire surgir l’autre du texte au-delà de ce que l’auteur a voulu dire et au-delà du sens effectivement calculé par l’œuvre. Alors, François Migeot s’appuie sur la sémiotique « de l’altération », initiée par Jean Peytard, pour écouter le système de signes qui constitue le texte et entrer véritablement dans l’articulation fondamentale qui noue une force inconsciente et un dire. Recours donc à une sémiotique qui montre que l’écrivain qui travaille la langue est en retour travaillé par elle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Anderson, « François Migeot,Portée des ombres. Pour une poétique de la lecture (Choderlos de Laclos, Balzac, Baudelaire, Camus, Duras, Koltès, Lagarce, Louis-Combet, Robbe-Grillet, Sartre). Presses Universitaires de la Méditerranée, 2015, 238 p. », Semen [En ligne], 41 | 2017, mis en ligne le 24 août 2017, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/semen/10598

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page