Navigation – Plan du site
III. Comptes rendus de lecture

Corinne Grenouillet. Usines en textes, écritures au travail. Témoigner du travail au tournant du XXIe siècle. Classiques Garnier, études de littérature des XXe et XXIe siècles, 46, 2014, 261 p.

Andrée Chauvin-Vileno

Texte intégral

1L’ouvrage publié par Corinne Grenouillet définit bien son propos dans un titre à lire en trois volets. Au centre des préoccupations de l’auteure, écritures au travail s’entend de deux manières : i) le travail est le contexte et l’objet des récits d’expérience étudiés ; ii) un travail sur l’écriture et par l’écriture à travers l’art du langage qu’on nomme littérature est présent dans ces textes. Les usines ne sont pas le seul cadre et le seul thème des textes considérés, même si elles ont une place importante, car les mutations socio-économiques ont reconfiguré, en France comme ailleurs, la classe laborieuse, qui compte des ouvriers moins nombreux, mais toute une frange de salariés précarisés dans diverses branches d’activités tertiaires. Le lien entre les conditions et la nature du travail au début du XXIe siècle et la réflexion sur la littérature et la littérarité des textes passe par un questionnement sur le témoignage et ses exigences, en tant que pratique et que genre.

2Le parti pris original (et le pari réussi) de l’ouvrage est d’associer à l’étude littéraire proprement dite privilégiant une approche discursive et stylistique, d’une part l’histoire et la sociologie du travail, d’autre part l’histoire et la sociologie de la littérature. Cela suppose à la fois de fournir une information et une réflexion fouillée sur les contextes, et de prendre les textes au sérieux, c’est-à-dire de les prendre aux mots, en adoptant délibérément un régime de lecture littéraire.

3L’ouvrage est composé de sept sections, plus une huitième très courte, qui prélude à la conclusion. La structure est très lisible, avec des passages souples d’une section à l’autre et une progression qui met d’emblée au contact des textes, mais permet aussi leur exploration plus approfondie, au fur et à mesure de la succession des angles d’approche. La première section est à dominante historique, allant de la littérature prolétarienne aux blogs : c’est le rôle des « configurations éditoriales » qui est privilégié. La deuxième est centrée sur les auteurs et leurs identités, leur position dans le « champ littéraire » en tension entre deux mondes. Alors que ces deux premières sections envisagent surtout des récits personnels émanant de travailleurs-écrivains, la troisième se centre sur les témoignages recueillis et publiés par des tiers, supposant donc des formes de médiation, entre journalistes et écrivains reconnus et expériences du travail. Les quatrièmes et cinquième sections, à dominante thématique, sont consacrées aux anciens topoï (accidents, grève, ennui…) et aux nouveaux topoï (chômage, précarité…) ; ils articulent de façon très convaincante, à travers l’évocation des textes du corpus, l’histoire contemporaine du travail et la tradition de la représentation du monde ouvrier. Les deux sections suivantes adoptent résolument une approche relevant de la poétique et de la stylistique, présente en filigrane tout au long de l’ouvrage, en réfléchissant aux genres dans ou entre lesquels peuvent se situer les textes étudiés, et aux styles sociaux et personnels qui s’y font jour. La huitième section, beaucoup plus courte, se recentre sur la question de la voix, celle qu’enregistrent les entretiens, et que l’écriture se donne pour mission de transmettre.

4L’ouvrage, très documenté, ferme et limpide dans son expression, est passionnant d’abord en tant qu’enquête : il signale, rassemble et met en perspective toutes sortes d’informations sur des publications, des productions aux formes variées, plus ou moins diffusées et archivées. De cette façon, il participe à la visibilité que cherchent à assurer les témoignages eux-mêmes, et entreprend de recueillir des traces, situées dans l’espace et le temps, avec des personnages collectifs, des péripéties souvent dramatiques (accidents, licenciements, fermeture d’entreprises), des conflits, des modes d’expression solidaires des évolutions contemporaines.

5En effet, les transformations qui affectent le travail (désindustrialisation relative ; robotisation qui contribue à rendre moins intelligible la production ; mondialisation ; chômage de masse et ses corollaires, restructuration et flexibilité) ainsi que leur incidence sur les représentations sociales sont dégagées et analysées avec finesse. Par exemple, la comparaison de cinq récits de 1986 à 2006 montre que l’image de l’intérim s’est dégradée en une vingtaine d’années, passant du choix personnel à la précarité subie. Ou encore, le constat est fait que la tendance, dans certains écrits portant sur les emplois de service, à ne faire apparaître que les travailleurs et les clients s’accorde de fait avec un certain discours managérial, visant « à faire croire que le véritable patron est aujourd’hui le client » (p.184).

6Les éléments d’histoire économique et sociale croisent l’histoire politique et littéraire. Ainsi l’ère de la littérature prolétarienne et du rayonnement du PCF apparaît bien révolue, tant sur le plan des soutiens éditoriaux que d’une certaine esthétique réaliste, et du grand « récit de légitimation » de la lutte des classes victorieuse. à partir des années 80, l’évolution du champ littéraire, s’éloignant des écoles critiques et romanesques néostructuralistes, favorise un retour du réel dans les œuvres, et donc de la thématique du travail, en constituant précisément un contexte de réception pour les témoignages.

7Les possibilités éditoriales pour les récits du travail sont devenues très contrastées et aléatoires, souvent marginales ou militantes, sans exclure une large diffusion médiatique et commerciale pour des textes correspondant à une thématique en vogue (comme Les tribulations d’une caissière ou Le Quai de Ouistreham). Les récits optent pour des formes brèves, plastiques, (journal, nouvelle, chronique), pour une narration au présent, et un mode énonciatif relevant du discours : l’écriture du fragment participe à la fois de la dominante post-moderne et des circonstances matérielles de la rédaction, sur le site même du travail, ou, du moins, en butte au temps contraint et morcelé.

8Un des principaux enjeux du volume est bien d’explorer des textes dans leur singularité. La liste des abréviations des titres figurant en tête renvoie à onze récits qui sont mentionnés et analysés tout au long du livre. Mais ils ne sont pas les seuls, puisque le corpus de référence, recensé en bibliographie et évoqué au fil de l’ouvrage, se compose d’environ deux cents titres, et qu’une trentaine de ceux-ci font l’objet d’une étude précise, à partir de différents angles plutôt que dans une succession de monographies. Parmi eux, des ouvrages-repères d’écrivains à l’écoute des voix du peuple (Goux et Bon), des récits militants (Levaray, Mabrouki) ou plus détachés et romanesques (Piccamiglio), une truculente et ironique chronique de résistance au système Peugeot (Durand/Truxler). Cinq parcours d’ouvriers créateurs (Durand, Piccamiglio, Metz, Levaray, De Raeve) sont retracés, ainsi que celui de l’OS Corouge, qui sans faire seul œuvre d’écriture, a joué un rôle important pour la réflexion en sciences humaines et sociales, et la connaissance de l’intérieur des terrains. L’auteure n’esquive pas l’appréciation argumentée (et donc aussi discutable) de ces textes.

9Le choix des textes que l’auteure résume, convoque, cite, analyse, certains connus, la plupart beaucoup moins, répond à un principe d’unité : l’expérience d’une certaine condition prolétarienne. Leur diversité alimente la réflexion sur la frontière, « ligne instable et difficile à tracer » (p.237), arête vive d’Usines en textes, qu’il s’agit bien plus de franchir que de dresser ou même de circonscrire : frontière entre autobiographie et roman (en termes de pacte comme de composition), frontière entre écrivains-travailleurs et travailleurs-écrivains, entre auteurs d’un seul livre et auteurs d’une œuvre, frontière entre parole collective et aventure personnelle, frontière entre « document » et « monument ».

10L’interrogation liminaire sur le témoignage, étayée par un état de l’art sur cette question, parcourt de fait l’ensemble du livre. Le régime véridictionnel du témoignage ne l’inscrit pas dans la pratique littéraire. C’est l’authenticité de l’expérience traversée, voire endurée par le témoin, qui donnerait seule à sa parole (éventuellement recueillie par un « témoignaire ») sa légitimité, et susciterait l’adhésion, avec une certaine méfiance à l’égard de la mise en forme.

11L’auteure montre à l’inverse que l’exigence de la forme est un gage de transmission efficace en répondant par exemple aux défis de raconter le quotidien – sur un mode réaliste ou carnavalesque ; de décrire le faire des gestes du travail – avec technicité ou poéticité, d’adopter le style – plat et neutre ou rude et violent – le plus propre à traduire une identité sociale et une réalité vécue de l’intérieur. Trois manières de témoigner du travail sont caractérisées et associées à certains des textes étudiés : l’une, proche des écritures ordinaires, répond à un besoin psychologique et social d’expression collective qui s’est frayé son chemin notamment à partir des ateliers d’écriture ; une autre se rapproche d’un usage strictement documentaire et emprunte ses techniques à l’écriture journalistique ; une autre, qui a la faveur de l’auteure, rassemble les textes personnels et assumés par des travailleurs qui écrivent en manifestant une « conscientisation de la forme » (p. 166).

12L’objectif du livre n’est toutefois pas d’aboutir à une typologie mais de réfléchir sur pièces à la relation de la littérature et du réel, et de plaider pour une définition ouverte, liant quête formelle et capacité de transmettre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Andrée Chauvin-Vileno, « Corinne Grenouillet. Usines en textes, écritures au travail. Témoigner du travail au tournant du XXIe siècle. Classiques Garnier, études de littérature des XXe et XXIe siècles, 46, 2014, 261 p. », Semen [En ligne], 41 | 2017, mis en ligne le 24 août 2017, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/semen/10599

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page