Navigation – Plan du site
III. Comptes rendus de lecture

Patrick Charaudeau (éd.) Humour et engagement politique. Lambert-Lucas, 2015, 221 p.

Mongi Madini

Texte intégral

1Les humoristes sont souvent politisés et rarement politiques. Coluche était pourtant allé jusqu’au projet de se présenter aux élections présidentielles suscitant la crainte de la classe politique, une crainte liée au discrédit de la dérision plus qu’à une rivalité effective. Pour prendre un autre exemple de cette période des années 80, les hommes politiques raillés par les imitations de Le Luron les avaient en quelque sorte intégrées, et les hommages rendus à Le Luron étaient un aveu à peine dissimulé de leurs travers.

2L’humour transgresse les normes… au risque de les renforcer. Quand Le Canard Enchaîné ou Les Guignols de l’Info présentent l’actualité à travers la déformation humoristique, ils attirent l’attention du citoyen sur la face cachée des réalités politiques. Cependant lors de l’élection de J. Chirac à la Présidence de la République, en 1995, un rôle positif a été attribué aux Guignols qui l’auraient rendu sympathique.

3On peut considérer qu’à une période de tentative de contrôle des politiques sur les humoristes par la censure et les interdits, a succédé une autre réception des personnalités publiques qui souhaitent être caricaturées et brocardées, mais prennent cela en compte pour améliorer leur communication. D’un autre point de vue, il est plus difficile d’être un humoriste engagé aujourd’hui à l’ère de la communication mondialisée qu’il y a vingt ou trente ans. La censure est remplacée par les procès en diffamation et les groupes de défense ou de riposte sont solidement organisés, bien conseillés juridiquement, pour pointer xénophobie, homophobie, islamophobie etc… et rendre périlleux nombre de sujets.

4L’ouvrage édité par Patrick Charaudeau, consacré aux relations entre humour et politique, et spécifiquement à l’engagement des humoristes, porte pour l’essentiel sur la période contemporaine à partir des années 2000, et aborde des espaces et des situations différents en France, en Espagne et dans les trois pays du Maghreb ; une des contributions (Nelly Quenemer) adopte plus nettement une perspective diachronique contrastive en comparant années 80 et années 2000.

5Comme Patrick Charaudeau le précise dans sa présentation, si le livre est paru en janvier 2015, les contributions ont été écrites avant l’attentat sanglant contre Charlie Hebdo qui a tragiquement montré à quel point la réception échappe aux humoristes. Cet événement entre forcément en résonance avec les réflexions que conduit l’ouvrage, dans lequel un hommage est marqué par l’introduction du livre (« l’humour ne cessera de regarder, accusateur, les assassins de toute obédience » p. 15), par l’épilogue du dessinateur Brito et par des ajouts à certains articles.

6La couverture de l’ouvrage annonce le propos en acte, avec un dessin de Loup représentant un orateur à écharpe tricolore et costume du XVIIIe siècle (période révolutionnaire ?) encadré par deux inscriptions « La dictature c’est ferme ta gueule. La démocratie c’est cause toujours », lesquelles semblent être des sous-titres malicieux au titre du livre. Dessins et dessinateurs sont présents dans le livre de deux manières : deux contributions sur six sont consacrées aux dessins de presse de la presse française et espagnole ; deux entretiens avec des dessinateurs, encadrant les six contributions et ouvrant et fermant le volume, sont menés respectivement par Patrick Charaudeau qui interviewe le français Loup, par Philippe Marion qui rencontre le belge Kroll et il s’y ajoute l’épilogue du portugais Brito.

7Dans sa présentation liminaire, Charaudeau définit deux sortes d’engagement, en relation avec deux conceptions de l’éthique : l’engagement militant relevant d’une éthique de responsabilité qui vise à faire partager ses valeurs ; l’engagement des artistes témoins et défenseurs des valeurs, relevant d’une éthique de conviction, sans se soucier concrètement des mises en œuvre, ni forcément des conséquences. Il insiste également sur la variation de l’humour et de sa réception selon les époques, les contextes, et les formes que prend son langage (dessins, spectacles en salle en particulier).

8L’ouverture à différents espaces géographiques et culturels est manifeste, ainsi que la volonté de croiser des points de vue disciplinaires et professionnels : les créateurs côtoient les universitaires et parmi eux des représentants de l’analyse du discours, de la sémiologie, des sciences de la communication mais aussi de l’histoire et du droit avec un contributeur qui est également avocat. C’est une originalité de l’ouvrage qui lui donne un intérêt et un agrément particulier, suggérant que le phénomène social de l’humour doit être approché de façon multidimensionnelle.

9L’intensité, comme la portée de l’engagement politique des humoristes est variable, entre exercice d’une liberté d’expression et impact sur les acteurs politiques, les publics, les citoyens et la participation aux transformations. L’entrée culturelle et interculturelle est riche dans l’ouvrage. Kroll compare l’humour belge à l’humour français en disant que le premier est moralisateur alors que le second cultive la dérision. Marìa Dolores Vivero Garcìa et Marìa Josè Del Rio Barredo approfondissent la comparaison culturelle entre France et Espagne, en relation avec les contextes socio-politiques, en choisissant la représentation des élites (politiques, économiques, religieuses, médiatiques) et en s’attachant aux degrés d’engagement et à leurs marques. Mokhtar Farhat s’intéresse à l’humour militant au Maghreb « au temps du printemps arabe » (tout en remontant bien en amont), et au rôle des humoristes dans la transformation politique en particulier par les spectacles ; il constate que c’est l’humour en relation avec les événements qui prévaut en Algérie (Fellag) et en Tunisie, tandis que pour le Maroc (Rachida Khalil) la condition des femmes et la situation socio-ethnique l’emportent. La comparaison porte, avec Nelly Quenemer sur deux époques de l’humour en France, en examinant l’hypothèse que l’humour politique contestataire (type bouffon de cour) des années 80 serait révolu ; elle nuance cette assertion en étudiant les chroniques d’actualité de la période des présidentielles de 2007 et conclut plutôt à l’évolution vers une forme de critique personnalisée et peopolisée.

10Anne-Marie Houdebine, qui travaille sur l’humour graphique de critique sociale, avec un grand corpus de dessins de presse recueillis sur une quinzaine d’années jusqu’en 2014, s’attache à la fois aux aspects événementiels et socio-culturels dans le processus d’interprétation ; elle analyse l’intericonicité et ses modes ludiques et satiriques, avec de nombreux exemples, en montrant la part de l’image et celle du verbe, et les principales thématiques de protestation et d’incitation à la réflexion.

11C’est également une contribution de fond, très documentée, que livre Patrick Charaudeau en étudiant le cas de Dieudonné, sans pour autant instruire son procès. Il mobilise des distinctions entre des catégories comme l’ironie et le sarcasme, et aussi entre les espaces (scène et hors-scène). Il se réfère à différents spectacles et différentes déclarations médiatiques du « corpus Dieudonné » en le comparant à d’autres artistes, mais avant tout en passant par une redéfinition de l’acte humoristique. Comme les pairs de Dieudonné, il salue la performance et le génie sur scène de l’humoriste dont l’engagement à ce titre n’est pas ambigu, mais analysant ses déclarations comme citoyen, en dehors de la scène, il constate que les positions publiques n’ont pas la même clarté et qu’un brouillage troublant intervient.

12Les relations du droit et de l’humour se posent à la fois en termes de protection et de bornes de l’humour comme l’illustre la contribution consacrée à la jurisprudence, toujours adaptée à des contextes et des circonstances. Basile Ader explique les limites liées à la norme juridique avec de nombreux exemples qui montrent que la mise en cause des personnes (diffamation) et des valeurs (buts illégitimes) est très règlementée et circonscrite ; les procès gagnés ou perdus par les humoristes le sont en fonction de la situation et de la portée de leur propos. La loi limite certes la liberté d’expression que revendique l’humour ; sans la censurer, elle la régule. N’est-ce pas là une nécessité pour que l’humour garde sa force de transgression ?

13En prise avec des interrogations cruciales dans l’espace public aujourd’hui, l’ouvrage, tout à fait passionnant, et d’une lecture aisée et stimulante, opère un va et vient entre production et réception et développe un questionnement discursif et éthique très approfondi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mongi Madini, « Patrick Charaudeau (éd.) Humour et engagement politique. Lambert-Lucas, 2015, 221 p. », Semen [En ligne], 41 | 2017, mis en ligne le 24 août 2017, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/semen/10600

Haut de page

Auteur

Mongi Madini

ELLIADD, EA4661 - Université de Franche Comté

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page