Navigation – Plan du site

Texte intégral

1La communauté des chercheurs qui travaille en analyse de discours a besoin d’être pleinement consciente des racines de sa discipline et des déplacements successifs qui sont intervenus dans son champ méthodologique et conceptuel. Cependant, comme d’autres s’en sont chargés, encore tout récemment, et avec grand talent1, on n’a pas cherché à ajouter encore à cette dimension, même si on trouvera dans les contributions qui suivent des éléments d’évaluation de cette histoire (dans l’entretien avec Pierre Fiala), ou des références initiales qui continuent à vivre pleinement (Jean-Pierre Faye revisité par Alice Krieg-Planque, Michel Foucault par Alexandre Duchêne). Par contre cette communauté a aussi besoin de penser son activité en termes programmatiques. Caractère qui me paraît d’autant plus important à souligner que j’ai le sentiment que l’espace français d’analyse de discours a commencé à stabiliser des positions, des notions, des concepts importants2, stabilisation bienvenue mais qui, en même temps, risque de produire un certain assèchement.

2Parallèlement à cette stabilisation relative (la « dictionnarisation » évoquée en note peut en effet être interprétée comme un mode d’institutionnalisation), la collaboration entre l’analyse de discours et les disciplines les plus diverses apparaît sans doute comme de plus en plus légitime3 – bien que ce soit parfois au prix de malentendus, comme le rappelle Alice Krieg-Planque ici même –, ce qui peut amener l’analyse de discours ainsi convoquée et interpellée de toutes parts à des formes de dissolution.

3Face à ces risques et compte tenu de la diversité des travaux qui se groupent sous l’enseigne de l’analyse de discours il s’agit donc d’esquisser des directions de travail, d’identifier au mieux des éléments d’ordre programmatique. On a essayé, modestement, mais nettement d’y travailler. D’une part en cherchant à discerner des travaux qui valent par leur caractère incisif, d’autre part en disposant dans une sorte de point-contrepoint, des travaux issus de la « culture française d’analyse de discours », (Alice Krieg-Planque et Pierre Fiala du Céditec, François Leimdorfer, du laboratoire Printemps, et l’un des animateurs du GATD4 de la MSH de Paris) et des travaux issus de nos voisins proches : hollandais (Teun A. Van Dijk5 de l’université de Barcelone), suisses (Raphaël Micheli, du CRLTAD de Lausanne dirigé par Jean-Michel Adam, Alexandre Duchêne de l’université de Bâle), belge, (Emmanuelle Danblon, FNRS, de l’université libre de Bruxelles), manifestant une « autre culture », tant il me semble nécessaire de nous tourner de plus en plus résolument vers des formulations, des prémisses, des concepts qui pèsent leur poids d’altérité, permettant le renouvellement des problématiques, plutôt que leur reconduite trop quiète.

4C’est enfin dans ce souci qu’on a ménagé une place à des communications qui énoncent directement des propositions de travail, notamment du côté de l’exploration textuelle assistée par l’informatique : Pierre Fiala et Jean-Marie Viprey (ATST/Laseldi, université de Franche-Comté).

5Caractère incisif, et Autre de ces travaux, qualité programmatique, c’est ce que je voudrais mettre en évidence en reprenant maintenant pour chaque contribution les articulations qui m’ont paru essentielles.

6C’est ainsi que questionnée sur son livre majeur : « Purification ethnique » : Une formule et son histoire, Alice Krieg-Planque fait remarquer l’émergence dans l’interdiscours de formules comme « droit d’ingérence », « mondialisation », « commerce équitable », « développement durable » ou « patriotisme économique » pour ne prendre que quelques exemples d’objets discursifs qui relèvent d’un travail particulièrement à l’ordre du jour. Les points de repère qu’elle pose pour cette perspective invitent cependant d’abord à lire ou à relire les travaux inquiets de Jean-Pierre Faye sur les langages totalitaires. Manière de rappeler que ce n’est pas l’écume de la conjoncture journalistique que l’analyse du discours politique cherche à prendre en compte. Sa réflexion s’élabore au contraire au contact de ce massif historique et noir qui a vu un discours idéologique et un appareil de propagande PRENDRE6 la langue7, en même temps que surgissait du récit nazi la formule « totale Staat ».

7Cependant donner une validité effective, c'est-à-dire méthodologique, en analyse de discours, aux travaux du philosophe, supposait d’en transformer profondément les prémisses, d’inventer les outils conceptuels qui permettaient de désigner des objets proprement linguistiques, de les penser comme tels, avant de les insérer dans les processus dynamiques de l’interdiscursivité, et donc d’ajuster, autour de l’analyse de discours proprement dite, les différentes focales des autres approches concernées, notamment communicationnelle et éthno-méthodologique.

8Ce sont les étapes de cet éclaircissement qu’on trouvera d’abord relatées, dans cet entretien : la lecture heuristique de Faye, l’appui et la prise de distance avec les travaux initiaux de Marianne Ebel et Pierre Fiala ; la rencontre avec le renouvellement produit par l’arrière-plan bakhtinien d’une part, avec les fortes thèses de Jacqueline Authier-Revuz sur le discours rapporté d’autre part. C’est ce trajet conceptuel qui permet de penser une formule comme un objet à facettes multiples : simultanément comme un événement de discours, un syntagme polyphonique, un interprétant politique, un instrument du débat, un objet qui circule en s’altérant d’une formation discursive (ouverte) à une autre, une source de création néologique, un concentré d’enjeux politico-idéologiques. Une formule, c’est aussi rappelle Alice Krieg-Planque, un lieu situé, c’est à dire discursivement un point d’ancrage des polémiques, et linguistiquement une trame textuelle qui l’accueille et lui donne une forme assignable en diachronie.

9Le second volet de l’entretien porte sur les problèmes de la quantification des faits discursifs en analyse de discours. Il y a en effet un discord entre la capacité de l’informatique à apparier entre eux des éléments formellement semblables (nettoyage [à sec] / nettoyage [ethnique]), mais que l’interprète juge sémantiquement et discursivement distincts. On verra que le problème posé exige un jugement cas par cas d’appartenance ou non de l’objet à la classe, geste interprétatif qu’Alice Krieg-Planque désigne en introduisant la notion « d’interprétant raisonnable ». Mais cet effort de vérification du corpus ouvre dès lors tout un nouveau champ d’observations : celui des coïncidences que la langue fait apparaître (« les filiales du Crédit lyonnais épurent leurs comptes »), et celui de l’activité réflexive des locuteurs sur la langue qu’une formule peut générer (défigements, néologie, contaminations sémantiques), dès lors qu’elle a acquis droit de cité dans l’espace argumentatif. Il faut donc choisir raisonnablement ce qui entre dans le corpus et ce qui doit en sortir. Une fois résolu ce problème, les différents modes de comptage permettent de faire apparaître la fortune diachronique de la formule, et dès lors une jonction possible du discours avec ses extérieurs communicationnels.

10Je ne saurais assez insister ici pour dire à quel point les zones de recherche indiquées par le travail d’Alice Krieg-Planque et les élucidations méthodologiques très fouillées qu’elle promeut, la jonction qu’elle établit avec les sciences de la communication me paraissent nécessaires et fondatrices pour l’analyse du discours politique.

11François Leimdorfer dialogue avec Alice Krieg-Planque à partir de son double positionnement : en tant que sociologue, mais un sociologue qui investit (et décale subtilement) les catégories de l’analyse linguistique. Son point de départ consiste à relever une incise (« tu sais, nous sommes en Afrique… ») dans les énoncés de ses interlocuteurs africains, qui revient si fréquemment qu’il faut bien s’y arrêter, l’interroger, au-delà du thème sur lequel porte l’entretien sociologique. Peut-on parler de formule dans ce cas ? On verra plus loin que Teun A. Van Dijk propose la notion de « structure contextuelle » pour nommer une sorte de réservoir mental-idéologique disponible à l’expression réglée d’un groupe social donné. Or, il est intéressant de remarquer que malgré sa « culture française » en analyse de discours, François Leimdorfer remarque, dès le début de son article, que le phénomène linguistique pourrait relever « de la production spontanée – mais réglée par une structure sous-jacente » (c’est moi qui souligne). On verra à quel point cette position se trouve finalement fort proche de celle de Van Dijk, chercheur qui tire pourtant ses prémisses de la tradition anglo-saxonne.

12 Autre point commun, François Leimdorfer prend soin d’inscrire sa définition de la notion de formule d’abord et avant tout comme acte et notamment comme « acte identitaire » : « actes d’explication et de légitimation de pratiques, de situations », « actes de comparaison » qui signalent la proximité d’un massif idéologique sous-jacent.

13L’armement linguistique du sociologue intervient alors comme mode de repérage, d’identification et donc de mise en corpus. La démarche suivante vise à faire valoir la valeur d’un syntagme à l’intérieur duquel Afrique signale le pivot formulaire qui, inscrit dans une énonciation, permet de déduire de son caractère allusif, dans une analyse stylistique très finement menée, à la fois un implicite, un imaginaire collectif, des normes et des valeurs sous-jacentes, et finalement la position singulière de chaque locuteur à cet égard.

14En somme, et sans doute y a-t-il dans la proximité de fait des deux chercheurs, le souci d’entrer dans l’intelligibilité des « processus de production de ces énoncés », l’intelligibilité d’une conscience psycho-sociale à la fois individuelle et collective, pour laquelle le terme d’interdiscours reste peut-être trop purement linguistique. C’est sans doute ce qui le conduit à remarquer que la formule : « tu sais, on est en Afrique » n’a pas le caractère de référent social qu’Alice Krieg-Planque souligne dans l’argumentation et la contre-argumentation du discours de presse, mais vaut plutôt comme indice de la présence d’un tiers-parlant8, masse parlante présente en arrière-plan de la conscience des locuteurs et à partir de laquelle chacun construit sa position énonciative. Voici par exemple un élément du corpus de Leimdorfer : « Quant on dit grand frère en Afrique » [c’est moi qui souligne en caractères gras], et plus loin cette précision : « [ce type d’extraits] montrent à nouveau les caractères de généralité et de normativité liés à l’énonciation de « En Afrique », parfois nuancé (« souvent », « peut-être … mais », « ça arrive ») ; un interdiscours est également évoqué sous la forme d’un « on dit » présent ou passé).

15Pour ceux qui sont habitués à l’horizon français d’analyse de discours, le travail de Van Dijk pourrait paraître d’emblée problématique : le chercheur hollandais s’interroge en effet, non sur la matérialité du discours politique, mais sur la « cognition politique ». Point de départ où il s’agit a priori d’articuler des éléments d’une psychologie individuelle, d’une psychologie sociale et une étude des figures de l’idéologie dans les discours politiques. Il s’agit également de distinguer « idéologie » et « idéologie politique ». Van Dijk semble regretter la torsion que Marx a fait subir au concept issu des travaux de Destutt de Tracy ; il semble également plus proche des travaux de Gramsci et précise ainsi son point de départ : « Notre définition de travail de l'idéologie est (…) la suivante : une idéologie est le fondement des représentations sociales partagées par un groupe ». Aucun groupe, aucune communauté, aucune classe sociale n’échappe à l’idéologie, d’autant qu’elle est constituée des représentations de « leurs intérêts fondamentaux ». Cette position relativiste l’amène à élargir ou à affaiblir le concept d’idéologie en en faisant le quasi synonyme de « croyances de groupe « . Il ne s’agit pas comme chez Althusser, d’opposer discours idéologique et discours scientifique, mais de remarquer que les groupes sociaux se cimentent les uns par rapport aux autres dans des discours identitaires tissés de croyances sur « Nous » par rapport à « Eux ». Il ne s’agit pas d’identifier des « appareils idéologiques d’Etat », qui produisent, diffusent et justifient une représentation du monde dominante, présentée comme naturelle. Il s’agit de rendre compte de l’existence idéologique-identitaire des groupes sociaux ayant chacun sa praxis, d’où émanent ses croyances, croyances fonctionnelles, « modèles mentaux » dit Van Dijk, et donc producteurs aussi bien que consommateurs, et reproducteurs des croyances nécessaires à leur pérennité. L’existence des pratiques et des intérêts des groupes sociaux a sa contrepartie mentale dans chaque sujet. Une idéologie n’est pas une représentation du monde aliénante, elle a au contraire une efficace en tant que productrice de normes, de savoirs locaux, de schémas d’actions pratiques, de cohésion d’intérêts, etc. Dans ce cadre, l’idéologie est « la langue du groupe d’appartenance » ; l’articulation du niveau individuel et du niveau social se fait là : « Il n'y a pas d'idéologies « personnelles » ou « individuelles », explique Van Dijk, « mais seulement des emplois personnels ou individuels des idéologies ». On peut d’ailleurs parler une idéologie comme on parle une langue « sans pouvoir en formuler la grammaire ». Dans l’argumentation de Van Dijk, il n’y a pas un schéma vertical du socio-économique et de l’idéologie, dans le cadre de rapports de classes contradictoires, mais un schéma horizontal d’interactions entre groupes sociaux plus ou moins opposés.

16Dès lors, l’idéologie politique est une idéologie spécifique et se resserre étroitement autour du groupe social constitué du personnel politique : « la cognition politique, les processus politiques, les pratiques politiques et le discours politique, (…) caractérisent les groupes politiques tels que les partis politiques, les membres des parlements et les mouvements sociaux. » C’est dans ce groupe social que les idéologies se manifestent avec le plus d’acuité, de conscience, et d’organisation. Ce groupe social connaît la grammaire de sa langue.

17L’étude des discours idéologico-politiques peut alors prendre deux dimensions essentielles, si j’ai bien lu :

18- la première relèverait de l’étude des genres, dans l’espace francophone d’analyse de discours, mais des genres dont l’existence serait à poser simultanément dans les « modèles mentaux idéologiques » des groupes sociaux et dans les interactions pragmatiques de l’espace politique : Van Dijk les appelle des « modèles contextuels » ou des « structures contextuelles » : on verra plus loin comment Raphaël Micheli a exploré cette partie de l’argumentation de Van Dijk. Contentons-nous de remarquer la jonction des « structures contextuelles » avec les actes de parole, au sens où les « structures contextuelles », « les modèles mentaux » « contrôlent » l’expression stylistique, les formats, la réception des interactions politiques dans les champs réglés où elles se déroulent.

19- La seconde dimension relève de l’identification de contenus idéologiques à travers les figures caractéristiques du discours politique, telles qu’elles se montrent dans la polarisation des débats entre groupes politiques : euphémisation ou hyperbolisation des contenus politiques.

20Passé le premier moment de surprise que le chercheur français peut éprouver, il repérera cependant les affinités profondes des formulations de Van Dijk avec le tournant pragmatique-rhétorique qui est également intervenu dans l’analyse de discours en France : ce que Van Dijk reverse à la « cognition politique », les chercheurs français l’explorent du côté des catégories issues de la théorie de l’argumentation : Ethos, Pathos. Les « croyances idéologiques » de Van Dijk s’apparentent clairement à la notion de Doxa. Les actes de discours configurés dans l’arène politique, relèvent quant à eux d’un espace théorique suffisamment familier pour ne pas y revenir, enfin l’énumération des figures du discours parlementaire britannique, montre à la fois une ironie analytique très efficace et la parenté profonde de l’analyse de discours anglo-saxonne avec la réflexion issue de la rhétorique.

21Ces points de repères établis, on remarquera que cette forme de reformulation argumentative a des vertus heuristiques très fortes, principalement à mon sens pour se porter vers les nouvelles expressions idéologiques : celles qui se donnent à entendre sans cesse depuis 20 ans dans l’espace politique européen, parfois sous forme de discours identitaires, parfois sécuritaires, et qui voilent allusivement les discours racistes qui s’exprimaient ouvertement lors de la formation et du déclin des empires coloniaux.

22Revenons sur les « structures contextuelles » de Van Dijk avec l’aide de l’explicitation détaillée que fournit Raphaël Micheli. Ce dernier remarque, comme Jacques Guilhaumou d’ailleurs9, que l’analyse de discours à la française s’est initialement située dans un cadre d’observation dans lequel on supposait « une co-variance entre structure sociale et discours », l’une conçue comme le contexte de production de l’autre. Or, ce point de vue, trop vite accepté, laisse intacte la question de sa descriptibilité : Micheli énonce les objections qui ont été formulées à cet égard :

23- S’en tiendra-t-on à un « contexte local », à « un contexte global », et de proche en proche, où s’arrêtera-t-on ?

24- En admettant qu’il est juste de décrire une situation de discours à travers un réductionnisme maîtrisé, qui aura la légitimité d’établir le « nombre limité de traits situationnels » à prendre en compte ? Et dès lors quelle pertinence auront ces choix ? Micheli remarque que : « les traditions de l’ethno-méthodologie, de l’ethnographie de la communication et de l’analyse conversationnelle se rejoignent dans une même critique : celle de la posture d’extériorité, et, à vrai dire, de souveraineté adoptée par l’analyste qui prétendrait fixer lui-même, a priori et une fois pour toute les paramètres contextuels ».

25- Cette posture amène également à supposer stable un contexte pourtant susceptible de se modifier « sous l’influence même de l’interaction ».

26- Enfin, la question de la pertinence dans le choix des paramètres situationnels retenus, relève également de tel cadre conceptuel sous-jacent articulé par tel chercheur.

27Ces objections amènent Raphaël Micheli à souligner la distinction à opérer entre contexte et situation d’une part, entre contexte et contextualisation d’autre part, et à remarquer que Van Dijk exige également que le choix des paramètres à retenir relève du repérage des choix opérés par les interactants eux-mêmes. Le contraste cependant entre les positions des ethnométhodologues et celles de Van Dijk permet d’apercevoir « l’aiguillage » méthodologique de chacun : les premiers proposent de se porter vers les indices discursifs qui, dans les discours des participants évoquent et dès lors construisent le(s) contexte(s) ; le chercheur hollandais introduit quant à lui le concept d’« une interface cognitive », des représentations mentales disponibles dans les schèmes construits par les groupes d’appartenances, comme autant de matrices socio-langagières, que chaque individu manipule de manière singulière cependant. L’introduction de ce concept permet de se porter tantôt vers la surface textuelle d’un discours, et d’y saisir les « indices des processus cognitifs » à reconstruire, tantôt, supposant ces mêmes processus cognitifs à l’œuvre, d’en étudier les manifestations langagières comme autant de performances. Il y a sans doute un risque de circularité, que pointe lucidement Micheli dans sa conclusion, et on me permettra ce rapide commentaire ici : Van Dijk paie peut-être la non prise en compte des éléments apportés par Bakhtine : l’idée que le déjà-là des discours et de leurs genres constitue la source active des reformulations et des actes de discours posés par les sujets dans les étoilements énonciatifs du sein desquels ils forment leur discours et au sein desquels ils l’énoncent. Il n’empêche, la distinction « contexte / situation » permise par le débat reste en soi une avancée décisive.

28Nous devons à Jacques Guilhaumou10 la possibilité de comprendre où se situe, au-delà des formulations « structuralistes » qui oblitèrent sa conception du rapport des discours à l’histoire, l’apport décisif et toujours actuel de Foucault à l’analyse de discours : c’est le geste méthodologique qui consiste à « configurer » dans des séries qui ont leur rationalité propre, les textes « actifs » qui  manifestent, à cause de leur insistance diachronique, un discours. Alexandre Duchêne poursuit et approfondit cette voie de travail, en ouvrant un chantier énorme et passionnant : celui qui consiste à observer comment une institution aussi stratégique que l’ONU produit, dans des mécanismes complexes, les textes performatifs qui régulent une partie de la vie politique internationale.

29Dans son article il livre les éléments de la méthodologie qui le conduit lorsqu’il examine l’article 27 du Pacte international des droits civils et politiques, adopté en 1966 par cette institution, fixant les droits des minorités dans l’espace politique mondial, et terme sans doute provisoire d’un débat commencé dès 1949, lors de la rédaction de la Déclaration universelle des Droits de l’homme. Cet article n’est pas un donné mais « un produit », explique Duchêne, en insistant ainsi sur les processus que le texte intègre, qu’il voile également, et que l’analyse s’efforce de retrouver à travers une série de directions d’investigation :

30- Le fil diachronique et intertextuel, génétique et généalogique, qui relie un texte, conçu comme « produit » et comme « événement », à ses antécédents textuels, textes sources sur le plan idéologique.

31- Les « ancrages institutionnels », les « espaces discursifs », fabriqués pour les confrontations politiques et l’établissement des compromis exigés : commissions politiques et sous-commissions d’experts qui utilisent des modes très formels de discussion et de rédaction collective des textes : mandats des gouvernements, propositions et contre-propositions, amendements, votes, modes d’archivage, comptes-rendus analytiques verbatim, qui reformulent les débats selon des codes explicites pour les rédacteurs, etc. ; c'est-à-dire un accès aux modes prescriptifs d’écriture que l’institution se donne, et dont l’examen permet d’apprécier et d’interpréter les enjeux que chaque document recèle.

32- Les rapports de force historiques, mais aussi dynamiques, non figés, entre les états qui constituent les Nations Unies, et qui permettent de comprendre comment telle question politique se trouve aspirée à un moment donné dans le champ de la régulation politique via l’institution internationale, tandis que telle autre reste gelée, ou à quelles sources idéologiques très situées tel débat s’abreuve.

33- C’est aussi une histoire des concepts juridico-politiques qui trouve à se constituer dans la reprise généalogique des textes qui finissent par leur donner corps sur la scène symbolique et politique internationale.

34Le travail d’Alexandre Duchêne me paraît particulièrement important dans un domaine encore trop peu exploré ; il ouvre un pan d’études sur le mode d’intervention des appareils de production idéologique, en tenant compte du caractère « concurrentiel », dit Duchêne, de l’espace dans lequel les idéologies proprement politiques se forment, s’affrontent, se limitent réciproquement. Il est différent de celui de Van Dijk en ce que le premier s’attache à reconstruire les logiques à l’œuvre là où le second alerte sur les figures dans lesquelles les idéologies vivent et circulent dans les groupes sociaux. Il est différent encore du travail d’Alice Krieg-Planque qui s’attache aux appareils intermédiaires par lesquels les débats qui structurent l’espace politique public sont tantôt contractés, tantôt dilatés à travers leur transport formulaire. On voit donc se dessiner à travers ces travaux un discours politique saisi à ses différents niveaux d’élaboration, exigeant chaque fois des catégories d’analyse distinctes, mais finalement concourantes.

35Voici encore un niveau de saisie, qu’Emmanuelle Danblon met en œuvre, et où il s’agit de capter ce qui structure le discours politique, au sens premier du terme, c'est-à-dire dans l’arène du discours persuasif, et autour du concept d’Autorité. Le type de réflexion déployée ici est à la fois étonnant, audacieux et extrêmement articulé : étonnant dans la mesure où la démarche n’est pas empirique, comme c’est le cas le plus courant dans la collectivité des linguistes français, mais au contraire directement conceptuelle. La démarche propose du falsifiable, et elle est prête à recueillir la réfutation, l’amendement ou la confirmation de travaux empiriques conduits sous le chef des concepts proposés. Très articulée, on en jugera à son exposé, mais je me permets d’en souligner quelques traits. Les prémisses sont les suivantes :

36- un point de vue naturaliste revendiqué qui suppose l’homme comme animal doué d’une rationalité, la rhétorique étant alors « un lieu privilégié de l’expression de la rationalité humaine » ;

37- un point de vue historiciste qui pense l’histoire simultanément comme évolution sans telos et comme stratification des modes de représentation et de pensée ; un mode de représentation et de pensée ne remplace pas le précédent mais s’y superpose.

38Première articulation : la rationalité comme faculté humaine est une donnée stable, mais contrainte de s’exprimer dans les cadres mouvants des paradigmes sociaux historiques, et donc d’épouser des formes distinctes visant chaque fois différemment à l’efficacité rhétorique. Emmanuelle Danblon distingue trois strates : l’efficacité magique, rituelle, persuasive, qui sont autant de « fonctions du langage ».

39- considérant « la nature conventionnelle du langage humain qui permet de donner un statut symbolique aux représentations « elle remarque que le logos, le pathos, l’ethos sont trois conventions par lesquelles le discours est susceptible d’atteindre à l’efficacité persuasive.

40Second nœud articulatoire, et l’un de ceux que je trouve le plus heuristique, Emmanuelle Danblon remarque que c’est toujours sur la base d’une convention qu’un jeu, qu’une fiction, qu’un « comme si » devient possible. Dans ce cadre, le pathos n’est pas « une comédie », mais la mise en place effective d’une forme de pacte permettant de « faire « comme si » le monde avait du sens », dimension sans laquelle aucune argumentation d’aucune sorte ne pourrait s’établir dans les communautés humaines. Convention encore que l’ethos, qui repose sur une seule dimension dans la pensée magique ou dans la pensée rituelle : l’adéquation stricte entre le statut de l’orateur et sa fonction, mais aussi sur une seconde dimension dans le cadre persuasif : son charisme, on pourrait dire peut-être le support identificatoire qu’il présente à son auditoire et que lui procure sa réputation. Etayage qui manifeste dès lors une zone de fragilité de la structure conventionnelle.

41C’est cette zone de fragilité qu’Emmanuelle Danblon peut maintenant explorer lorsqu’elle s’intéresse à l’Autorité dans les formes historiques contraintes qu’elle est susceptible de prendre, et pour lesquelles elle propose de se fonder sur une caractérisation entre « monde enchanté et monde désenchanté », caractérisation qui recoupe peut-être la formule de Nathalie Sarraute que je connais mieux : « l’ère du soupçon ».

42Voici enfin deux contributions, qui, dans ce numéro portent une valeur programmatique forte, parce qu’elles lient l’analyse de discours à un champ en pleine effervescence technique, mais qu’il s’agit de contrôler d’autant plus sur le plan épistémologique : les outils informatiques d’exploration textuelle.

43Pierre Fiala a également accepté d’intervenir dans Semen sous forme d’entretien. Dans celui-ci, il porte un regard particulièrement averti sur l’histoire française de l’analyse de discours, dont il a été l’un des acteurs éminent, mais peut-être son maître mot est-il l’appel à l’expérimentation critique.

44Interrogé, à travers son parcours propre et ses travaux passés, sur la visée de l’analyse du discours politique et du positionnement corrélatif du chercheur, Pierre Fiala récuse une histoire de l’analyse du discours en France qui se réduirait aux apports conceptuels de Lacan, Barthes, Foucault, Althusser, Derrida, et demande qu’au contraire on réévalue les apports, les inflexions, les propositions heuristiques qu’une vaste liste de chercheurs de tout bord ont pu formuler depuis vingt ans, sans se préoccuper d’assurer sans cesse la reproduction d’une mythologie fondatrice d’une école « à la française », tournée vers la discussion conceptuelle au détriment des travaux empiriques.

45Interrogé sur la notion de « formation discursive », débat dans lequel Jacques Guilhaumou est revenu récemment avec force, il lui préfère « les notions empiriques de formation et de pratiques langagières ». Mises en œuvre à l’occasion de son travail11 sur un corpus de lettres échangées dans un groupe familial pendant la guerre de 14-1812, il remarque ainsi l’inadéquation de la notion initiale pour rendre compte de ces lettres : « objets peut-être trop concrets, trop empiriques, pour être désignés comme éléments d’une formation discursive ». Mais celle, moins abstraite, de « pratiques langagières » installe la possibilité même d’une observation détaillée, « topographique », des « échanges qui s’ordonnent [dans le groupe familial] corrélativement face « à l’envahisseur et à la mort d’une part, aux contraintes et à la terreur militaire de l’autre », positionnement empirique qui autorise l’intelligibilité des « mécanismes de subsistance et de résistance individuel et collectif » de l’entité familiale.

46De même appelle-t-il fermement les chercheurs à cesser de vouloir légiférer sur les frontières disciplinaires de l’analyse de discours, car celles-ci apparaîtront d’elles-mêmes quand elle « fera travailler empiriquement et hors d’elle-même, dans une perspective pluridisciplinaire, et critique, les principes qu’ont laissés, entre autres, ceux qui ont éclairé son émergence ».

47Interrogé enfin sur les programmes de travail lancés autour « du chantier Textopol du Céditec », c’est encore à l’expérimentation critique qu’il en appelle, et aux coopérations croisées entre équipes et entre chercheurs, en désignant essentiellement trois directions :

48- enrichir les fonctionnalités des logiciels existants en matière de lexicométrie et de textométrie, ainsi que « la comparaison de leurs principes et de leurs résultats » ; premier chantier qui ne pourra se développer qu’à condition d’organiser le partage effectif des données textuelles et « l’inter-opérabilité des procédures et des formats » ;

49- accepter que le travail des uns serve véritablement de support au travail des autres, notamment dans la mise en commun de corpus « bien identifiés et décrits », susceptible d’autoriser un cumul des résultats ;

50- « réaliser des travaux empiriques et expérimentaux », encore et toujours, seule voie susceptible d’articuler efficacement les avancés permises par les outils informatisés avec l’analyse de discours, la communication politique et les travaux théoriques issus des sciences du langage.

51C’est sans doute sur cette arête expérimentale et critique que Jean-Marie Viprey (ATST/ Laseldi, université de Franche-Comté) était le plus susceptible d’intervenir également dans ce volume, lui qui articule depuis dix ans une réflexion conceptuelle sur la notion de texte et de document, qui distingue et articule Archive, Base et Corpus, et qui s’astreint au développement d’outils informatiques d’exploration textuelle à base de co-occurrences, de statistiques multi-dimensionnelles et de cartographie, notamment à partir d’Astartex d’une part, de la construction d’un lemmatiseur semi-automatique d’autre part ; deux objets expérimentaux, sans cesse interrogés afin que ne se reproduisent pas les impasses trop courantes sur une réflexion linguistique effective, ni l’occultation des procédures sur lesquelles se construisent les résultats. Je me contenterai ici d’inviter les lecteurs à lire avec attention les propos vigoureux par lesquels il souligne l’importance qu’il y a à séparer et relier l’espace des sciences des textes numériques (évolution de la discipline, établissement des textes, exploration assistée) et l’analyse du discours. Séparation nécessaire parce que le champ est à la fois « producteur et régulateur de techniques » (annotations numériques, balises, lemmatisation, cartographies, etc.) et relation parce que l’accès aux banques de données numériques ne peut faire l’économie d’une réflexion ni sur leur logique initiale, ni sur le mode de constitution des corpus que l’AD peut en extraire avant de les configurer sur le plan herméneutique.

52Qu’on me permette enfin de dire le plaisir éprouvé à réunir ces travaux et l’espoir qu’ils susciteront des collaborations continuées, des contacts poursuivis entre le laboratoire bisontin qui publie Semen et les partenaires anciens et nouveaux qui s’y associent.

Haut de page

Notes

1 Pour n’en citer que deux tout récents : Dominique Maingueneau (coord.), Marges-Linguistique N° 9, mai 2005, Analyse de discours : Etat de l’art et perspectives ; Francine Mazière, L’analyse du discours, Que sais-je, PUF, 2005, sans compter les travaux en cours de Marie-Anne Paveau sur «  L'analyse du discours « française » : contre l'éparpillement d'un héritage conceptuel » .
2 Grâce notamment au travail considérable construit par les chercheurs réunis autour de la parution des deux ouvrages : Termes et concepts pour l’analyse du discours. Une approche praxématique, de C. Détrie, P. Siblot, B. Verine, Champion, 2001, et Dictionnaire d’analyse du discours, de P. Charaudeau et D. Maingueneau, Seuil, 2002.
3 Ici aussi les travaux tout récents témoignent, qu’il s’agisse des études portant sur le rapport de l’analyse du discours avec ses disciplines voisines proches (par exemple autour de la sociolinguistique : “Approches interdisciplinaires des pratiques langagières et discursives”, numéro de Langage et société coordonné par Josiane Boutet et Dominique Maingueneau, n°114, décembre 2005, Editions de la MSH, Paris) ou sur le rapport de l’analyse du discours avec des disciplines autres (Simone Bonnafous et Malika Temmar (coord.), Analyse du discours et sciences humaines et sociales, ouvrage en préparation).
4 Groupe de travail d’analyse de discours.
5 Je dois à Sophie Moirand, partenaire également de longue date de notre laboratoire, d’avoir initié cette collaboration, ce dont je la remercie.
6 Selon l’expression si juste de Simone Bonnafous, in Langages 117, mars 1995, Larousse, Paris.
7 Cf. le compte rendu d’Alice Krieg-Planque à propos de la parution en traduction française de l’ouvrage de Victor Klemperer : LTI, la langue du Troisième Reich. Carnets d'un philologue, Paris, Albin Michel, coll. Bibliothèque Idées, [1947] 1996, dans Mots. Les langages du politique, Paris, Presses de Sciences Po, n°50, mars 1997. Cf. également par exemple sa contribution très fouillée à l’élucidation de ce que peut avoir de troublant dans les discours contemporains l’usage de «  ethnie » ou «  ethnique »  : Alice Krieg-Planque, «  Le mot ethnie : nommer autrui. Origine et fonctionnement du terme ethnie dans l’univers discursif français » , in Cahiers de lexicologie 87, 2005-2, pp. 141-161.
8 François Leimdorfer n’utilise pas ce terme, mais la logique de son travail me fait penser à cette notion développée dans la réflexion de Jean Peytard, in Syntagme 4, «  De l’évaluation et de l’altération des discours » , Annales Littéraires de l’Université de Franche-Comté, 1992.
9 Discours et événement. L’histoire langagière des concepts. Ouvrage en cours d’édition.
10 Ouvrage cité page précédente.
11 «  Topographies des plans énonciatifs dans des réseaux épistolaires » , in Semen 20, «  Le rapport de places dans le discours épistolaire » , dirigé par Séverine Hutin et Jurgen Siess, novembre 2005, PUF-C.
12 Papillon, M., J., L., M. [2003], «  Si je reviens comme je l’espère » , Lettres du Front et de l’Arrière 1914-1918, recueillies par Madeleine et Antoine Bosshard. Postface et notes de Rémy Cazals et Nicolas Offenstadt. Paris, Grasset.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Schepens, « Présentation », Semen [En ligne], 21 | 2006, mis en ligne le 08 mars 2007, consulté le 17 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/semen/1859

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page