Navigation – Plan du site

Reformulation, répétition et style périodique dans l'appel du 18 juin 1940

Jean-Michel Adam et Thierry Herman

Texte intégral

La reformulation altère un discours (le dit autrement), sans que l'on quitte l'univers d'usage des signes linguistiques.

Jean Peytard (1984 : 18)

Introduction : linguistique textuelle et analyse des discours

1Sans avoir le temps d'étayer une affirmation que notre article n'exemplifiera qu'en partie, disons – afin de situer notre cadre théorique – que, pour nous, la linguistique textuelle est un sous-ensemble du plus vaste domaine de l'analyse des discours.

2La fig.1 représente l'interaction de déterminations que nous pouvons dire descendantes (de gauche à droite) et de déterminations ascendantes (de droite à gauche). Dans cette perspective, un discours est caractérisable certes par des propriétés textuelles (encadré de la partie droite), mais surtout comme une interaction langagière accomplie dans une situation d'énonciation impliquant des participants, une institution, un lieu, un temps et les contraintes d'une langue donnée.

3Les recherches développées, d'une part, dans le champ général de la linguistique – comme théorie de la langue – et, d'autre part, dans celui de la linguistique textuelle – comme théorie de la complexité des agencements de propositions au sein de l'unité texte – fournissent la partie linguistique des concepts et modèles dont l'analyse des discours a besoin mais qu'elle a pour tâche de repenser dans un cadre de complexité plus vaste, intégrant des données socio-historiques, des catégories et des concepts permettant de penser les conditions psycho-sociales de production et de réception.

4Tout texte dépend, à la fois, du genre et des contraintes de l'interaction socio-discursive :

A l'échelle d'un agent singulier, la production d'un nouveau texte empirique [doit] être conçue comme le résultat de la mise en interface entre les représentations construites par l'agent à propos de sa situation d'action (motifs, intentions, contenu thématique à transmettre, etc.), et les représentations de ce même agent concernant les genres disponibles dans l'intertexte. […] Dans cette optique, tout nouveau texte empirique [est] donc nécessairement construit sur le modèle d'un genre, […] il rel[ève] d'un genre.
(Bronckart 1997 : 138)

5Une analyse des discours appuyée sur les données descriptives de la linguistique textuelle a pour objet la description de la dynamique des mouvements discursifs. C'est dire – pour en venir au thème de ce colloque – qu'elle a pour objet la description de la complexité tant des mouvements de reprises-répétitions à l'identique que des reprises-reformulations avec déplacement de sens (intratextuelles) ou encore des mouvements de reprises-répétitions et reformulations du discours de l'autre (intertextuelles). Nous nous proposons de décrire ce que nous nommerons, dans la perspective du concept saussurien de «valeur» (chapitre IV du C.L.G.), autant des différentiels intratextuels que des différentiels intertextuels. Mais auparavant, il est nécessaire de dire un mot du corpus choisi.

6Nous avons retenu, d'abord, l'allocution du Maréchal Pétain du 17 juin 1940.

7Discours du 17 juin 1940 du Maréchal Pétain

[1] Français,

[2] À l'appel de M. le président de la République, j'assume à partir d'aujourd'hui la direction du gouvernement de la France. [3] Sûr de l'affection de notre admirable armée, qui lutte avec un héroïsme digne de ses longues traditions militaires contre un ennemi supérieur en nombre et en armes; [3'] sûr que par sa magnifique résistance, elle a rempli nos devoirs vis-à-vis de nos alliés; [3''] sûr de l'appui des anciens combattants que j'ai eu la fierté de commander, sûr de la confiance du peuple tout entier, je fais à la France le don de ma personne pour atténuer son malheur.

[4] En ces heures douloureuses, je pense aux malheureux réfugiés qui, dans un dénuement extrême, sillonnent nos routes. [5] Je leur exprime ma compassion et ma sollicitude. [6] C'est le coeur serré que je vous dis aujourd'hui qu'il faut cesser le combat.

[7] Je me suis adressé cette nuit à l'adversaire pour lui demander s'il est prêt à rechercher avec moi, entre soldats, après la lutte et dans l'honneur, les moyens de mettre un terme aux hostilités.

[8] Que tous les Français se groupent autour du gouvernement que je préside pendant ces dures épreuves et fassent taire leur angoisse pour n'obéir qu'à leur foi dans le destin de la patrie.

8À ce discours, répond, le lendemain, un Appel du Général de Gaulle dont on ignore souvent qu'il comporte une première reformulation-altération entre le discours prononcé à la radio de Londres et la version  officielle, altération qui touche, via la censure britannique, la parole même du Général :

9Discours du Général de Gaulle (18 juin 1940)

DISCOURS du 18 juin 1940
VERSION OFFICIELLE
[1] Les chefs, qui, depuis de nombreuses années, sont à la tête des armées françaises, ont formé un gouvernement.
[2] Ce gouvernement, alléguant la défaite de nos armées, s'est mis en rapport avec l'ennemi pour cesser le combat.

DISCOURS PRONONCÉ À LA RADIO DE LONDRES
[1'] Le gouvernement français a demandé à l'ennemi à quelles conditions pourrait cesser le combat.
[2'] Il a déclaré que, si ces conditions étaient contraires à l'honneur, la lutte devrait continuer.

[3] Certes, nous avons été, nous sommes, submergés par la force mécanique, terrestre et aérienne, de l'ennemi.

[4] Infiniment plus que leur nombre, ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui nous font reculer.

[5] Ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui ont surpris nos chefs au point de les amener là où ils en sont aujourd'hui.

[5'] Ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui ont surpris nos chefs.

10Suite (sans changements) du discours

[6] Mais le dernier mot est-il dit ? [7] L'espérance doit-elle disparaître ? [8] La défaite est-elle définitive ? [9] Non !

[10] Croyez-moi, moi qui vous parle en connaissance de cause et [10'] vous dis que rien n'est perdu pour la France. [11] Les mêmes moyens qui nous ont vaincus peuvent faire venir un jour la victoire.

[12] Car la France n'est pas seule ! [13] Elle n'est pas seule ! [14] Elle n'est pas seule ! [15] Elle a un vaste Empire derrière elle. [16] Elle peut faire bloc avec l'Empire britannique qui tient la mer et continue la lutte. [17] Elle peut, comme l'Angleterre, utiliser sans limites l'immense industrie des États-Unis.

[18] Cette guerre n'est pas limitée au territoire malheureux de notre pays. [19] Cette guerre n'est pas tranchée par la bataille de France. [20] Cette guerre est une guerre mondiale. [21] Toutes les fautes, tous les retards, toutes les souffrances, n'empêchent pas qu'il y a, dans l'univers, tous les moyens nécessaires pour écraser un jour nos ennemis. [22] Foudroyés aujourd'hui par la force mécanique, nous pourrons vaincre dans l'avenir par une force mécanique supérieure. [23] Le destin du monde est là.

[24] Moi, Général de Gaulle, actuellement à Londres, j'invite les officiers et les soldats français qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y trouver, avec leurs armes ou sans leurs armes, j'invite les ingénieurs et les ouvriers spécialistes des industries d'armement qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y trouver, à se mettre en rapport avec moi.

[25] Quoi qu'il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas.

[26] Demain, comme aujourd'hui, je parlerai à la radio de Londres.

Charles de Gaulle

11À ce corpus, nous avons tenu à ajouter une affiche de juillet 1940 dont nous n'aurons pas la place de beaucoup parler mais qui constitue, plus qu'une reformulation, un véritable transcodage de l'appel, d'ailleurs souvent confondu avec lui.

A TOUS LES FRANÇAIS

La France  a perdu une bataille  !

Mais la France n'a pas perdu la guerre.

Des gouvernants de rencontre ont pu capituler, cédant à la panique, oubliant l'honneur, livrant le pays à la servitude. Cependant, rien n'est perdu !

Rien n'est perdu, parce que cette guerre est une guerre mondiale. Dans l'univers libre, des forces immenses n'ont pas encore donné. Un jour, ces forces écraseront l'ennemi. Il faut que la France, ce jour-là, soit présente à la victoire. Alors, elle retrouvera sa liberté et sa grandeur. Tel est mon but, mon seul but !

Voilà pourquoi je convie tous les Français, où qu'ils se trouvent, à s'unir à moi dans l'action, dans le sacrifice et dans l'espérance.

Notre patrie est en péril de mort.

Luttons tous pour la sauver !

VIVE LA FRANCE !

GENERAL DE GAULLE
QUARTIER-GENERAL,
4, CARLTON GARDENS,
LONDON,  S.W.1

1. Composition de l'appel : le plan de texte ou le « discours-dans-son-mouvement » (Peytard 1984 : 22)

12Une attention à la structure du plan de texte permet de dessiner succintement le mouvement dynamique de l'ensemble du texte de l'«appel».

13La notion de «dispositio» rhétorique est une première approche de ce que nous appellons, pour notre part, le plan de texte. La disposition rhétorique classique ( exorde — narration — argumen-tation — péroraison ) ne se retrouve que très partiellement dans l’Appel du 18 juin. Le texte de De Gaulle ne comporte pas d’exorde : les deux énoncés liminaires (1) et (2) peuvent, quelle que soit leur variante, être considérés comme «l’exposé des faits concernant la cause» (Reboul 1991 : 67), c'est-à-dire ce que la rhétorique nomme la narration. Le démarrage argumentatif de la troisième phrase, souligné par CERTES, indique que la cause – «point crucial et fondamental de la contestation» (Molinié 1992 : 75) – est la demande d’armistice.

14Si la disposition rhétorique schématise une structure oratoire abstraite et théorique, le plan de texte, lui, schématise le discours en restituant sa dynamique propre. La souplesse de cette notion permet de dégager une structure à la fois générale et relativement fine du discours dont la partie supérieure de la fig. 2 tente de rendre compte :

15La séquence argumentative qui suit s’articule essentiellement autour de trois connecteurs : CERTES (3), MAIS (6) et CAR (12), placés tous trois à l’initiale d’un paragraphe de la version écrite-officielle. On verra par la suite que cette séquence amorcée en (3) se clôt en (22), entre autres par la répétition lexicale du syntagme nominal «force mécanique» à l’ouverture et à la clôture. Cette unité séquentielle semble donc exclure (23), lequel comporte un anaphorique («là») dont le référent est flou : il peut s’agir aussi bien de la phrase qui précède que de l’ensemble de la séquence argumentative. Le fait même que cette anaphore floue soit prédiquée après un verbe attributif (être) permet de dramatiser et de cristalliser en une formule aussi brève que dense la portée de l’argumentation qui vient d’être faite. Cette très courte phrase (23) fonctionne comme chute intermédiaire ou clausule du mouvement argumentatif.

16Avec la longue phrase périodique (24), on change radicalement de régime illocutoire : à l’assertion succède l’« invitation » ou, si l'on préfère, l’« appel » proprement dit, segment de texte différent linguistiquement de ce qui le précède et le prépare, en rendant possible un acte illocutoire fort : l'appel à la désertion et à la désobéissance qu'allait représenter la « Résistance ».

17Ce dernier segment est pris entre deux chutes et une clôture phatique. L'énoncé « quoi qu'il arrive [] » tend à faire de (25) un ensemble autonome, indépendant de l'appel auquel il succède. On assiste ici, comme en (23), à une dramatisation soutenue par une métaphore qui s'appuie sur la répétition du verbe S'ETEINDRE et sur un futur prédictif qui dénote une certaine forme d'engagement. Cette phrase constitue la deuxième chute du discours et peut être rhétoriquement considérée comme sa péroraison. L'énoncé terminal (26) fait quant à lui phatiquement le lien avec les discours ultérieurs et il inscrit le premier appel dans la durée. Phatique par excellence, il clôt, d'une part, le discours du 18 juin et il prépare-annonce, d'autre part, celui du lendemain et des jours suivants. Notons au passage que les documents audio et a fortiori audio-visuels qu'on présente aux occasions anniversaires et dans les émissions historiques ne correspondent jamais au véritable appel du 18.

2. Reformulations intra- et intertextuelles ou la «dialectique reproduction/altération» (Fuchs 1994 : 20-21)

18Avant d'examiner l'opération de reformulation intratextuelle – seule vraie reformulation linguistique – qui touche les phrases (18), (19) et (20), considérons les allusions à un autre discours, relations intertextuelles cette fois. Voyons comment la voix du Maréchal Pétain, entendue la veille sinon par l'ensemble de la nation en guerre, du moins par une majorité d'auditeurs, vient se glisser sous les mots d'un appel du 18 juin qui n'apparaît plus alors comme un texte illusoirement autonome, mais bien comme un discours écrit avec et contre un autre discours et destiné à être entendu et interprété en écho. Cet écho intertextuel fait partie des conditions de production et d'interprétation du discours prononcé par De Gaulle le 18 juin 1940.

19Comme les écrits du Cercle de Bakhtine l'ont largement souligné, un discours est inséparable d'une mémoire intertextuelle/ interdiscursive. Au cœur du principe dialogique, on trouve cette idée capitale :

Les énoncés, longuement développés et bien qu'ils émanent d'un interlocuteur unique – par exemple : le discours d'un orateur […] –, sont monologiques par leur seule forme extérieure, mais, par leur structure sémantique et stylistique, ils sont en fait essentiellement dialogiques.
(Volochinov 1930, trad. Todorov 1981 : 292)

20Comme le précise encore Volochinov :

Il est […] impossible de comprendre comment se construit un énoncé quelconque, eût-il l'apparence de l'autonomie et de l'achèvement, si on ne l'envisage pas comme un moment, comme une simple goutte dans le fleuve de la communication verbale dont l'incessant mouvement est celui-là même de la vie sociale et de l'Histoire.
(Volochinov 1930, trad. Todorov 1981 : 288)

2.1.Reprises et altérations : de Pétain à De Gaulle, le travail des concepts

21La dynamique même de l'appel du 18 juin est difficilement séparable du discours prononcé par le Maréchal Pétain, la veille, à la radio. Ceci se traduit dans les grandes étapes du plan de texte : l'ouverture, la clôture du noyau argumentatif et la clôture de l'appel proprement dit présentent des échos-allusions au discours de Pétain. Trois signes linguistiques subissent d'un discours à l'autre des transformations intéressantes, trois signes analysables, en termes bakhtiniens, comme des lieux « où s'affrontent des indices de valeur contradictoires » (Bakhtine & Volochinov 1977 : 44).

22Les reprises-altérations intertextuelles des signes GOUVERNEMENT, DESTIN ET RESISTANCE ponctuent – comme le signale le schéma 2 –, au-delà de la composition du texte, la dynamique réfutative et polémique de l'appel du 18 juin.

23• Le signe GOUVERNEMENT se retrouve dans la formule du discours effectivement prononcé : « le gouvernement français », formulation imposée à De Gaulle par le Foreign Office et qui reprenait de façon très diplomatique l'ouverture (P2) : « du gouvernement de la France » et la fermeture (P8 : « du gouvernement que je préside ») du discours de Pétain. Cette reprise impose la reconnaissance diplomatique de l'existence d'un gouvernement légitime. En revanche, dans l'ouverture du discours, prévue probablement par De Gaulle et devenue la version officielle, la formule P1 : « un gouvernement » reste très ouverte et en attente d'une détermination qui ancre la notion ainsi extraite dans un contexte définitionnel. La reprise anaphorique par le pronom démonstratif (P2 : « Ce gouvernement ») transforme l'objet du discours encore vague en un référent que la prédication ultérieure définit sans ambiguïté : « Ce gouvernement […] s'est mis en rapport avec l'ennemi […] ». La dénonciation a beau être indirecte, on comprend que « ce gouvernement » est un gouvernement de traîtres qui entrent en rapport avec l'ennemi, arrêtant ainsi lâchement le combat. Le fait de ne jamais faire explicitement allusion au nom même de Pétain est ici particulièrement habile.

24Cette dénonciation devient totalement transparente dans l'affiche qu'on a souvent confondue avec l'appel lui-même (affiche tricolore imprimée en juillet 1940 et présente à Londres jusqu'en 1944, dans les services de la France Libre, les restaurants français et un grand nombre de lieux publics londonniens). Nous ne citons ici cette affiche que pour la formule : « des gouvernants de rencontre » qui reformule dépréciativement le gouvernement de Pétain. L'écart progressif entre la reconnaissance diplomatique et la franche dénonciation est assez spectaculaire pour qu'il soit inutile d'insister.

25• Alors que les derniers mots du discours de Pétain (P8) sont : « le destin de la patrie », le texte de De Gaulle s'emploie à sortir des limites hexagonales. Avec « le destin du monde » (P23), en position de chute intermédiaire du noyau argumentatif, on peut dire que la question de la guerre et de la place de la nation française dans le conflit est totalement révisée. La vision de De Gaulle est aussi ouverte et prémonitoire que celle de Pétain apparaît refermée et limitée. L'affiche fait certes allusion, elle aussi, à la « patrie (en péril de mort »), ce qui prouve que le signe, en soi, fait partie du vocabulaire gaullien (à côté de la France qu'il lui préfère généralement). Mais la formule « LE DESTIN DU […] » est, elle, un écho direct avec recadrage décisif du discours de l'adversaire qu'il s'agit de réfuter sans jamais le nommer.

26• Enfin, le signe RESISTANCE est, au début (P3') du discours de Pétain, une forme qui trouve son accomplissement entre le passé et le présent d'une lutte héroïque d'une armée épidictiquement glorifiée (« notre admirable armée, sa magnifique résistance »). La notion est reprise et déplacée dans le discours de De Gaulle en position finale (P25) de l'ensemble de l'appel pour former le syntagme nominal « la résistance française » que nous sommes tentés de considérer comme l'acte de fondation de la Résistance. La métaphore filée de la « flamme [qui] ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas » sera reprise à la fin du conflit, le 12 septembre 1944, par la formule célèbre qui vérifiait alors la prédiction : « la flamme de la Résistance ne devait pas s'éteindre, elle ne s'éteignit pas ».

27Il semble inutile de développer davantage cette première réflexion sur la co-construction des énoncés avec et contre ceux présents dans une mémoire interdiscursive temporellement proche (tous les Français interrogés nous ont dit avoir entendu la déclaration de Pétain, mais peu semblent avoir, en revanche, entendu l'appel du 18 juin lui-même).

2.2. La reformulation intratextuelle dans l'appel du 18 juin

28Le discours du 18 juin ne comporte qu'une seule véritable reformulation linguistique et intratextuelle, dans les phrases (18) à (20) :

[18] Cette guerre n'est pas limitée au territoire malheureux de notre pays.

[19] Cette guerre  n'est pas tranchée par la bataille de France.

[20] Cette guerre est une guerre mondiale.

29On constate que cette période ternaire reformulatrice prépare la proposition dont nous venons de parler (23) : « Le destin du monde est là ». Les propositions négatives (18) et (19) confirment ce que nous avons dit du mouvement de réfutation interdiscursive. En effet, ces deux négations réfutent la conclusion défaitiste de Pétain et préparent l'enchaînement des phrases (20) (« Cette guerre est une guerre mondiale ») et (23) (« Le destin du monde est là »). Sous la négation, il faut entendre polyphoniquement la voix et la logique défaitistes qui assertent que (18') la guerre est « limitée au territoire malheureux de notre pays » et (19') qu'elle est « tranchée par la bataille de France ».

30Il faut surtout insister sur la continuité séquentielle-textuelle. D.Slakta avait déjà souligné le rôle de la paraphrase dans la cohésion textuelle, la reformulation joue assurément un rôle comparable. Dans la reformulation, la mise en relation n'est pas présentée comme établie en dehors de l'opération qui la crée :

elle est prédiquée par le locuteur/scripteur qui l'institue dans le discours pour les besoins (éventuellement conjoncturels) de son développement
(Charolles & Coltier 1986 : 55).

31Cette relation, instituée par le discours, n'est pas donnée comme fondée sur une équivalence de signification en langue. Comme le dit Catherine Fuchs (1982 : 176) :

La paraphrase est un phénomène langagier (c'est-à-dire une activité de langage menée par des sujets dans des situations de discours données), qui n'est que partiellement linguistique.

32Par la re-formulation, l'énonciateur présente [20] comme une nouvelle formulation, liée à un changement de perspective énonciative indiqué par le passage de la négation à l'affirmation. En insistant sur ce changement de perspective énonciative, Eddy Roulet  (1987 : 116) note un fait essentiel :

La reformulation vise souvent davantage à marquer un changement de perspective énonciative par rapport au discours antérieur qu'à reformuler (au sens étroit du terme) un constituant déterminé de celui-ci.

33La reformulation en C'EST/C'ETAIT vient souvent clore une séquence, ici argumentative. La reprise  opère une rectification. La structure donne à relire les énoncés-source négatifs – [18] & [19] – comme une manière de dire inadéquate et l'énoncé reformulé [20] comme conforme à une autre logique, prise en charge par l'énonciateur. Le signal de la réinterprétation et l'opposition de deux espaces sémantiques sont très nets dans ce genre de construction.

3. Dynamique de l'argumentation : le LOGOS du 18 juin 1940

34Chaïm Perelman propose, dans l'Empire rhétorique (1977 : 111), une définition un peu oubliée de la structure complexe de l'argumentation :

[…] Les propos de l'orateur donnent de lui une image dont l'importance ne doit pas être sous-estimée : Aristote la considérait, sous le nom d'ethos oratoire, comme une des trois composantes de l'efficacité dans la persuasion, les deux autres étant le logos et le pathos, l'appel à la raison au moyen d'arguments et les procédés rhétoriques visant à susciter les passions de l'auditoire.

35Les trois composantes dont parle Perelman peuvent être présentées dans un schéma (fig.3, page suivante) qui souligne le fait qu'il s'agit de trois pôles plus complémentaires que concurrents de tout mouvement argumentatif.

36Nous ne parlerons pas, faute de place, de l'Ethos oratoire, mais nous commenterons brièvement le pôle du Logos dans l'Appel du 18 juin.

37Les connecteurs CERTES (3), MAIS (6) et CAR (12) mentionnés plus haut sont en quelque sorte la pointe émergée de l'iceberg du Logos.

38CERTES induit une concession qui prend pour objet la proposition d’armistice faite par le gouvernement de Pétain. Dans un premier temps, de Gaulle explicite le raisonnement attribuable à Pétain qu’il réfute ensuite. La nature concessive du MAIS qui débute (6), alliée à la modalité interrogative, créent un effet de polyphonie. En s’opposant à un dire par MAIS et en remettant en question celui-ci par une tournure argumentative, de Gaulle laisse entendre que ce dire « Le dernier mot est dit. L’espérance doit disparaître. La défaite est définitive » est pris en charge par un autre, Pétain en l’occurrence. La négation (9) qui suit est une preuve supplémentaire de l’effet polyphonique. Ajoutons que la conclusion attribuée à Pétain permet d’en inférer une autre : si le dernier mot est dit, alors il faut se mettre en rapport avec l’ennemi pour cesser le combat. La négation « Non ! », renforcée par l’énoncé (10’) – « rien n'est perdu pour la France » – marque une réfutation nette de la conclusion «pétainiste». La partie gauche de la fig.4 (page en regard) met en évidence ce qu'on peut appeler la «logique de la collaboration» exposée par Pétain. De Gaulle – et c'est ce qu'exprime la partie droite du schéma – entreprend point par point la réfutation de cette logique. Ainsi, il donne de (12) jusqu'à (21) toute une série d'arguments qui viseront à aboutir à la conclusion donnée en (11) et reprise en (22) : « les mêmes moyens qui nous ont vaincus peuvent faire venir un jour la victoire ». Cette conclusion présuppose de fait que le combat doit continuer.

4. Répétitions et style périodique

39Traditionnellement, la répétition et le style périodique sont considérés comme des ornements. Comme l’affirme Georges Molinié, dans son dictionnaire de rhétorique, cette problématique ornementale s'accompagne, dans le cas de la répétition, d'un effet possible de dramatisation permettant l'émergence du pôle Pathos du triangle rhétorique : «Quand on crie « ma tête ! ma tête ! » il est évident qu’il s’agit du soulignement pathétique de quelque chose qui concerne son unique tête […]» (1992 : 292). Cette idée a été particulièrement développée par Jean Cohen : «La redondance n'informe pas mais elle exprime et c'est pourquoi tout langage émotionnel tend à prendre la forme répétitive, qu'il s'agisse de l'émotion poétique, ordinaire ou religieuse» (1976 & 1979). Nombre de travaux sur l'oral montrent que la réduplication joue un rôle d'intensification et possède, de ce fait, une valeur affective. Dans cette perspective, nul doute que dans l'appel du 18 juin, la triplication des phrases exclamatives 12 à 14 : « Car la France n'est pas seule ! Elle n'est pas seule ! Elle n'est pas seule !» vise à charger émotivement un argument d'une dimension pathétique sur laquelle nous reviendrons en conclusion.

40 Dans l'appel du 18 juin, deux modes de répétition apparaissent : l'un binaire et l'autre ternaire, ces répétitions sont soit interphrastiques, soit intraphrastiques :

  • 1  Cette répétition est complexe dans la mesure où j’invite est répété deux fois avant la mention de (...)

Intraphrastiques

Interphrastiques

B
i
n
a
i
r
e
s

10 :  moi, moi
qui vous parle / qui vous dis
11 :  Vaincus/victoire
22 :  Force mécanique
24 :  Invite1
25 : /s’éteindre/

1 & 2 : Gouvernement/armées
4 & 5 :  Chars/avions/tactique
2 & 24 :  Se mettre en rapport avec
11 & 21 :  Moyens / un jour

T
e
r
n
a
i
r
e
s

3 :  Mécanique, terrestre et aérienne
4  &  5 :  Chars, avions, tactique
21 :  Toutes les fautes, tous les retards, toutes les souffrances

6 à 8 :  [Structure syntaxique; modalité interrogative]
12 à 14 :  N’est pas seule !
15 à 17 :  Elle a / Elle peut / Elle peut
18 à 20 :  Cette guerre

4.1. Macro-structure vs micro-structure

41Ces répétitions différentes de nature ont aussi des effets discursifs différents. On distingue aisément les répétitions qui agissent à un niveau macro-structurel et celles qui agissent à un niveau micro-structurel. Autrement dit, une répétition aide parfois à structurer sinon le discours, au moins de grands pans discursifs et parfois à structurer de plus petites unités. Ainsi la répétition lexicale qui introduit, en (22), un écho de (3) par la reprise de « force mécanique » doit elle être mise en relation avec ce que nous avions délimité comme étant la séquence argumentative. Ce n'est pas vraiment par hasard que « la force mécanique » apparaît à l’ouverture et à la clôture de la séquence : le raisonnement gaullien fait, en effet, dépendre l’issue de la guerre de la force mécanique.

42Dans le même ordre d’idées, on retrouve en (11) et en (21) « moyens » et « un jour », reprises qui s’expliquent par des effets macro-structurels. En (11), de Gaulle commence à exposer son raisonnement et la fin de (21) coïncide avec la fin de celui-ci.

43Enfin, la répétition qui s’articule entre (2) (« Le gouvernement […] s’est mis en rapport avec l’ennemi ») et (24) ( « se mettre en rapport avec moi ») est doublement intéressante : d’abord, la répétition de la même périphrase marque les frontières d’ouverture et de clôture du discours – on passe des agissements de Pétain à la réponse de de Gaulle – mais surtout, la répétition permet de mettre en évidence la différence, et donc la métamorphose opérée par le discours : à se mettre en rapport avec « l’ennemi » répond, comme une alternative, se mettre en rapport avec « moi », Général de Gaulle, devenu de ce fait incarnation de la « flamme de la résistance ».

4.2. Dissemblances-altérations vs ressemblances

44Après avoir distingué les répétitions qui font sens à un niveau macro-structurel et à un niveau micro-structurel, on peut aussi distinguer les répétitions qui permettent de mettre en relief les altérations, les différences ou les contrastes de celles qui se contentent de souligner des ressemblances. Nous sommes là au cœur de la question de l'altération. Les énoncés (1) et (2) comportent une double répétition en chiasme entre «armées» et «gouvernement».

[1] Les chefs,

qui, depuis de nombreuses années, sont à la tête des armées françaises,

ont formé un gouvernement.

[2] Ce gouvernement,

alléguant la défaite de nos armées,

s'est mis en rapport avec l'ennemi pour cesser le combat.

45Cette double répétition permet de disqualifier les chefs du Gouvernement puisque, par la ressemblance, elle met en relief la différence entre leur position « à la tête des armées françaises » et l'échec des mêmes armées, d'où on peut inférer l'échec des chefs.

46De même (11), en jouant sur une répétition, nominalise l'accompli du verbe VAINCRE en « victoire » et met en relief un contraste entre deux temporalités :

[11] Les mêmes moyens qui nous ont vaincus

peuvent faire venir un jour la victoire.

47(22) est encore plus spectaculaire :

[22] Foudroyés aujourd'hui

par la force mécanique,

nous pourrons vaincre dans l'avenir

par une force mécanique supérieure.

48La répétition du SN « force mécanique » met en relief l'antithèse entre « foudroyés » et « nous pourrons vaincre » d’une part et, d’autre part, entre « aujourd’hui » et « dans l’avenir ».

49La répétition du verbe « s'éteindre » interne à (25) permet de mettre en évidence la double modalité entre l’injonction du verbe « devoir » et le prédictif du futur :

[25] Quoi qu'il arrive, la flamme de la résistance française

Ne doit pas s'éteindre

Et ne s'éteindra pas.

50Enfin, la reformulation linguistique contenue dans les énoncés (18) à (20), étudiés plus haut, permet également la création du contraste entre ce que « cette guerre » n’est pas et ce qu’elle est.

51Mais ces derniers exemples, aussi bien (11), (22), (25) que la reformulation linguistique de (18) à (20) ont une autre caractéristique : il s'agit de grandes périodes oratoires.

4.3. Périodes vs non-périodes

52La domination des structures binaires ou ternaires qu’on a pu constater nous plonge au coeur du style périodique gaullien.

53Les reprises de mots entiers, ou de blocs morpho-syntaxiques font des phrases (3), (4) et (5) une unité périodique en assurant leur enchaînement :

[3] Certes, nous avons été, nous sommes, submergés par la force

mécanique,

terrestre

et aérienne, de l'ennemi.

[4] Infiniment plus que leur nombre,

ce sont les chars,

les avions,

la tactique des Allemands

qui nous font reculer.

[5] Ce sont les chars,

les avions,

la tactique des Allemands

qui ont surpris nos chefs

au point de les amener là où ils en sont aujourd'hui.

54De la même manière, on constate dans les phrases (6) à (8) la reprise d’une même structure syntaxique aboutissant à une structure ternaire typique :

[6] Mais le dernier mot est-il dit ?

[7] L'espérance doit-elle disparaître ?

[8] La défaite est-elle définitive ?

[9] Non !

55On pourrait aussi considérer ce segment comme une période carrée fermée par l'apodose monorhème « Non! ». Quoi qu'il en soit, toutes ces formes de reprise créent un rythme, créent du nombre et forment donc des périodes.

56(11), par exemple, constitue une période binaire, découpée en deux groupes de neuf ou dix syllabes, selon que l'on marque ou non le /e/ de « mêmes » et celui de « peuvent ».

[11] Les mêmes moyens

qui nous ont vaincus

peuvent faire venir

un jour la victoire.

57Sans continuer plus loin l'analyse, disons que pour nous non seulement la période dépasse les limites de la phrase, mais cette forme de structuration d’un tout à un niveau micro-structural peut atteindre une dimension macro-structurale et se combiner avec le niveau de la séquence. Ce qui est spectaculaire ici et qui participe à la densité de ce texte, c’est que les répétitions fondées sur un rythme ternaire n’occupent que l'espace de la séquence argumentative.

58Le nombre trois domine toute la séquence à deux exceptions près : au centre (10+11) et à la fin (22) où le rythme binaire prend le relais. Ces deux exceptions s’inscrivent dans notre schéma de la séquence argumentative comme les deux endroits où De Gaulle pose la thèse qu’il doit argumenter. A vrai dire, la progression de l’argumentation gaullienne s’échafaude ici par et sur le rythme des reprises lexicales et syntaxiques. Déjà Aristote (1409 b 1) disait que

la période est agréable, parce qu’elle est contraire à l’indéterminé et parce que toujours l’auditeur croit être en possession d’une chose conclue.

59Or, ce qu’Aristote affirme dépasse de loin la simple problématique de l’ornementation : la capacité propre à la période d’organiser un tout cohérent par des phénomènes de reprises-répétitions permet de relier intimement le pathos – attribuable à l’amplification qui résulte de la resurgence d’un même rythme, d’un même mot, d’une même construction syntaxique – au logos lorsque les structures rythmiques sont en accointances avec les structures argumentatives.

Conclusion : Logos, ethos, pathos dansl'argumentation

60Dans un petit livre qu'il consacre aux Figures clés du discours (1998 : 88), Marc Bonhomme souligne fort justement :

Parallèlement à la fonction esthétique des figures, la rhétorique […] leur attribue une finalité pratique orientée sur le rendement des énoncés. Dans ce cas, les figures sont vues comme des instruments d’argumentation, influençant les opinions de leurs récepteurs et stimulant leur adhésion au discours produit. Plus précisément, elles opèrent comme des actes de langage persuasifs, jouant sur le raisonnement (CONVAINCRE) et surtout sur les affects (FRAPPER).

61Marc Bonhomme insiste sur le fait que toute figure joue un rôle à la fois sur la dimension du logos et sur celle du pathos. Les répétitions de ce discours montrent à l'évidence qu'elles permettent certes d'exprimer un aspect pathétique, mais également de charpenter le logos.

  • 2  Une version plus développée de cette analyse est parue dans Linguistique textuelle : des genres de (...)

62De plus, ces échos de terme à terme, parce qu’ils se forment sur les mêmes bases lexicales et parce qu’ils s’ouvrent et se bouclent à des lieux stratégiques, renforcent la «qualité» du discours : la répétition de ces termes donne, à tort ou à raison, l’impression d’une argumentation bien structurée, et, par là même, contribue à la formation d’un ethos gaullien. Inévitablement, un tel discours ne peut que donner une image de l’orateur, image construite par le discours. Nous n'avons pas la place de le montrer ici : Pétain abandonne le pôle du logos pour investir son discours du poids de son ethos et ne recourir qu'au pathos. N'abandonne-t-il pas de cette manière la logique de l'argumentation pour basculer dans celle de la manipulation ?2

Haut de page

Bibliographie

ADAM, J.-M. [1990] Eléments de linguistique textuelle - Liège, Mardaga.

BAKHTINE, M. M. & VOLOCHINOV, V. N. [1977] (1929) : Le Marxisme et la philosophie du langage - Minuit.

BONHOMME, M. [1998] Les figures clés du discours - Seuil..

BRONCKART, J.-P. [1997] Activité langagière, textes et discours -Lausanne, Delachaux & Niestlé.

CHAROLLES, M. & COLTIER, D. [1986] »Le contrôle de la compréhension dans une activité rédactionnelle : éléments pour l'analyse des reformulations paraphrastiques», Pratiques n°49, Metz.

COHEN, J. [1976] »Poésie et redondance», Poétique n°28 - Seuil.

COHEN, J. [1979] Le haut langage -  Flammarion.

FUCHS, C. [1982] La Paraphras e - P.U.F.

FUCHS, C. [1994] Paraphrase et énonciation - Paris-Gap, Ophrys.

MAINGUENEAU, D. [1998] Analyser les textes de communication - Dunod.

MoliniÉ, G. [1992] Dictionnaire de rhétorique - Le Livre de Poche.

Perelman, Ch. & OLBRECHTS-TITECA, L. [1958] Traité de l'argumentation. - Editions de l'Université de Bruxelles

Perelman, Ch. [1977]  L'Empire rhétorique - Vrin.

PEYTARD, J. [1984] »Problématique de l'altération des discours : reformulation et transcodage», Langue Française n°64 - Larousse.

REBOUL, O. [1991] Introduction à la rhétorique - P.U.F.

ROULET, E. [1987] »Complétude interactive et connecteurs reformulatifs», Cahiers de linguistique française, n°8. - Université de Genève.

TODOROV, T. [1981] Mikhaïl Bakhtine le principe dialogique. Ecrits du Cercle de Bakhtine - Seuil.

Haut de page

Notes

1  Cette répétition est complexe dans la mesure où j’invite est répété deux fois avant la mention de deux corps de métiers (officiers et soldats français et ingénieurs et ouvriers spécialistes), et de la même périphrase dans les deux cas (elle-même organisée de façon binaire : qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s’y trouver). Enfin, dans le premier cas seulement, on observe encore un groupe modelé sur un mode binaire (avec leurs armes ou sans leurs armes).

2  Une version plus développée de cette analyse est parue dans Linguistique textuelle : des genres de discours aux textes, chapitre 6 (J.-M. Adam, Nathan, coll.FAC, 1999).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Michel Adam et Thierry Herman, « Reformulation, répétition et style périodique dans l'appel du 18 juin 1940 », Semen [En ligne], 12 | 2000, mis en ligne le 04 mai 2012, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/semen/1862

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page