Navigation – Plan du site

Quelle place pour les sciences des textes dans l'Analyse de Discours ?

Jean-Marie Viprey

Texte intégral

Introduction : texte et discours, encore et toujours…

1Contribuer, ne serait-ce qu’à l’état d’esquisses, comme le requiert l’argument de cette livraison de Semen, à donner des directions de travail claires pour l’analyse de discours, soulève une série de problèmes dont l’explicitation pourrait paraître déjà… une sérieuse contribution. Tout parcours bibliographique, même réduit, dans ce champ dont pourtant on a prononcé plusieurs fois l’épuisement, est un vertigineux (et parfois accablant) défi au désir de synthèse. Jacques Guilhaumou, dans son approche critique comparée (Guilhaumou 2005) des deux tentatives incarnées par deux dictionnaires (Détrie, Siblot & Vérine 2001, Charaudeau &Maigneneau et 2002) permet de le comprendre et de l’accepter en des termes auxquels je souscris massivement. Il nous convainc notamment de ce que toute synthèse en la matière ne peut éviter de soulever la question de sa propre inscription historique (référence ou non, et quelle, à un acte fondateur pour reprendre les termes de l’auteur).

2Plutôt que de relever ce défi de manière indifférenciée, je me propose de situer brièvement mon propos dans l’énoncé d’un parcours singulier, que je ne veux ni surévaluer, ni tenir pour anodin. Il me semble en effet que la règle implicite que s’imposent (ici et ailleurs) les collaborateurs de ce numéro, règle que tous rapportent d’ailleurs à une épistémologie et à une déontologie (quelles qu’en soient les nuances), de parler d’une plénière première personne du singulier, est un cap nécessaire sinon suffisant.

3Du fait qu’elle n’a jamais été une discipline académique, personne n’est jamais venu sans détour à l’analyse de discours, ni surtout dans une claire intention d’y parvenir. Je crois même que ce mode d’accès indirect en dit plus long sur le statut du champ que bien des spéculations. L’analyse de discours se définit d’abord en ce qu’elle semble apte à combler un manque dans telle ou telle discipline constituée, aux objets délimités de manière passablement claire et stable. Ce manque est polymorphe, mais on peut commencer à le cerner comme un besoin de plus d’empiricité, au sens où Pierre Fiala l’entend ici même, au sens aussi où Georges-Elia Sarfati (2003 : 432) note que l’AD manque le texte en tant que tel1 du fait d’une disparité théorique initiale […]. De ce point de vue, dans mon parcours académique, elle n’a pas peu ressemblé à cet autre waste land qu’est la stylistique. Cette dernière, pour le littéraire que j’étais, fut le bureau de change indispensable au linguiste que j’aspirais à devenir. Or, pas plus que la stylistique n’est la science du style, l’analyse de discours n’est l’analyse/du/discours et, lorsque je cherche à définir le second (discours), il me revient immanquablement la formule lumineuse, à propos du premier (style), de Robert Martin au Colloque de 1994 (in Molinié & Cahné, 1994 : 13) : Ce sont des concepts que les épistémologues disent « régulateurs ». Ils ont un contenu vague, tout au plus suffisant pour permettre transitoirement de délimiter un domaine.

4J’ai toujours entendu, sous régulateurs, plus encore que n’y autorise explicitement R. Martin, à savoir aussi quelque chose de l’ordre du transactionnel, autrement dit du transdisciplinaire ; ce qui confère à cette classe de concepts un caractère indispensable au jeu des disciplines humanistes entre elles, même si certains ont d’ailleurs une ou plusieurs acceptions dures dans ces mêmes disciplines.

5Paradoxalement, institué stylisticien par ma thèse et ma double qualification CNU, j’ai été amené à inaugurer mes pratiques du texte dans le rejet ou plutôt dans l’ignorance de tout ce qui n’était pas  « lui ». C’est ainsi que j’ai été longtemps rétif au concept de discours littéraire, qui me semblait réintroduire en contrebande tout ce que la perspective  structurale avait voué aux ténèbres extérieures ( « sa vie/son œuvre », le socio-biographique, l’histoire des formes et des idées).

6Dans le dialogue entretenu avec Jean-Michel Adam depuis dix ans, la discussion des rapports réciproques des notions de discours et de texte a pu paraître spécieuse (Viprey 1997 : 24ssqq), mais elle aboutit selon moi aujourd’hui (Viprey 2006) à l’authentique dépassement dialectique d’une contradiction bloquée, dépassement qui permet au spécialiste du texte de réinvestir une sphère du discours désormais déplacée. Ainsi, puisque l’objet de cette contribution est précisément là et afin de pouvoir le développer ici, la question de la place des sciences du texte dans l’analyse de discours peut tout simplement être posée, alors que jusqu’à présent elle n’avait de sens ni pour ceux qui considéraient texte et discours comme deux termes alternatifs (donc équivalents) pour désigner l’énoncé, exprimant juste deux points de vue différents mais convergents, ni pour ceux qui tendaient à éliminer l’un des deux termes (texte) de leur optique, creusant ainsi le déficit philologique (Rastier, 2001), le manque empirique constaté dans l’évolution de l’analyse de discours  « française ». Le changement de paradigme, d’Analyse des textes et des discours vers Analyse textuelle des discours est donc emblématique.

1. Discours et analyse de discours

7Parvenus à ce point, nous ne pouvons pas travailler sur des définitions du discours qui prétendent à l’indépendance de la notion vis-à-vis du syntagme analyse de discours. Il peut même être très profitable de poser que le discours est l’objet de l’analyse de discours, reportant tout le poids de la réflexion sur cette dernière. L’AD est une praxis, à partir du moment inaugural où les auteurs de Langages 13 arrachent le syntagme (le drapeau) anglo-américain de Zellig Harris de son contexte et l’emportent sur leur propre barricade, en altérant profondément et définitivement le sens (sans que jamais on puisse, ultérieurement, nier l’existence d’un invariant). Quelle est cette praxis ? D’autres, notamment Guilhaumou, sont qualifiés pour en rendre compte. Mais de l’extérieur, et rétrospectivement, on est presque forcé à voir que l’AD a fonctionné et fonctionne encore avant tout comme un positionnement de spécialistes dans et aux marges de leur discipline (l’historien linguiste de Guilhaumou), positionnement destiné à redistribuer les fondements et surtout les frontières de cette discipline en l’intéressant à une certaine classe d’objets (les évènements discursifs ou langagiers par exemple) qu’elle fait saillir dans le champ d’investigation. Pour les linguistes de leur côté, l’intérêt de l’AD aura plutôt été, et à bien des égards demeure, d’empêcher la dérive des  « sciences du langage » vers le champ des disciplines naturalistes, en allant éprouver avec les historiens, les sociologues, les littéraires, l’historicité (diachronique, mais aussi et peut-être surtout synchronique) de leurs propres objectivations.

8Praxis, elle l’est aussi de par l’orientation épistémologique qu’elle revendique par-delà la diversité de ses courants constitutifs : présence dynamique du chercheur à son objet, qui n’est jamais conçu comme un  « donné », mais au contraire comme produit d’une construction et d’un engagement, et sujet d’une commande historique. Que cette commande vise le dévoilement des idéologies, la maîtrise sociétale de l’argumentation, la connaissance des routines perverses dans l’interdiscours, l’évaluation esthétique de l’art verbal, elle a systématiquement à voir avec une rationalité pratique.

9En aucun cas donc, l’AD ne saurait être récapitulée, ni surtout re-programmée, comme une discipline qui  s’occuperait du discours aux lisières de la linguistique. L’historien linguiste, le sociologue du côté du discours restent un historien et un sociologue, le linguiste centré sur les opérations et concepts de l’AD reste un linguiste, chacun occupé à infléchir sa propre discipline dans le sens indiqué ci-dessus.

10Dans ces conditions, quelle place pour les  sciences du texte  ? Elle est nécessairement duelle, puisqu’elle concerne celles-ci comme champ théorique d’une part, comme univers producteur et/ou régulateur de techniques de l’autre. Parmi les multiples voies par lesquelles l’AD ouvre l’espace du texte, il n’en est pas de plus éclairante que celle de la dialectique de l’archive, des bases et des corpus. Si l’archive doit être l’une des deux matérialités du discours (avec d’autre part la langue), bien qu’elle ne soit pas l’ensemble des textes qu’une société a laissés, elle se définit bien comme un ensemble de dispositifs textuels destinés à une mise en ordre et soumis à un questionnement d’autorité. Surtout, l’un des grands axes de la praxis  AD consiste précisément dans le programme de lire l’archive, sur lequel nous reviendrons bientôt. Mais l’archive ainsi entendue s’oppose aussi, et plus radicalement, aux archives telles que les institutions les entretiennent et telles que l’ère numérique les systématise. L’archive est un concept opératoire évoquant la matérialité discursive, les archives, qui sont aujourd’hui à nommer bases, sont des recueils de textes et leur ensemble forme bien, potentiellement, celui de l’ensemble des textes qu’une société génère (y compris dans les processus d’enquêtes et d’interviewes, par leur enregistrement). C’est dans ces bases de textes que nous allons découper et regrouper des corpus, et conversement c’est aussi dans la construction des corpus que nous faisons saillir et changer les propriétés des bases, c’est-à-dire fondamentalement, la configuration des textes.

11En effet, la lecture d’archive au sens plein n’est pas une consommation de son  contenu », car un intérêt singulier y préside dans le processus d’un constant remaniement. Une étude sincère dans l’archive, menée donc selon l’un des angles d’attaque que fédère le nom de l’AD, comporte toujours un aspect de contribution à l’archive en termes d’apport d’attestations, d’enrichissement et d’annotation témoignant du passage de la recherche, tout cela consigné dans la base. C’est ce qu’on peut espérer formaliser plus systématiquement qu’à l’âge de l’imprimé, dans l’ère numérique.

2. L’évolution des sciences du texte aux prises à l’analyse de discours

12En d’autres termes, les disciplines centrées sur les textes subissent aujourd’hui, programmatiquement deux grandes classes d’inflexions : certaines sont nécessitées par le dialogue interdisciplinaire tel qu’il se cristallise dans l’évolution même de l’AD, et notamment dans le recentrage, qui me semble clair, de celle-ci sur les énoncés attestés et établis ; d’autres, plus amples encore sans doute (mais non coupées des précédentes), sont en relation avec l’éclatement du support imprimé, l’explosion des  « ressources » et des réseaux de ressources, les nouvelles pratiques de lecture et d’écriture induites.

13S’il faut donc éclairer des directions de travail, ce sera d’abord quant à l’épistémologie et au remaniement des « sciences du texte ». Je mentionnerai donc trois axes de coopération, qui sont autant de  « fronts » ouverts dans l’agenda du pôle Archive, Bases, Corpus que je coordonne à la jeune Maison des Sciences de l’Homme de Franche-Comté et que nous aurions tous intérêt à voir converger quelque peu.

14Avant tout, l’AD revitalise en permanence les diverses versions de la linguistique textuelle. On peut renvoyer ici d’une part à l’avancement critique considérable des travaux autour de l’équipe de Jean-Michel Adam à Lausanne, avec deux mises à jour complémentaires, l’une individuelle où il met définitivement en circulation2 la notion d’analyse textuelle des discours (Adam 2005), l’autre collective, où nous avons participé (Adam & Heidmann 2006) et qui a déjà été évoqué en introduction. D’autre part, à l’angle d’attaque particulier, aujourd’hui en plein renouveau, que représente le réseau du CRISCO de Caen, avec notamment le numéro de Langages,  « Unité(s) du texte », coordonné par Dominique Legallois3. Les dimensions textuelles autres que séquentielles se pensent dans de nouvelles conditions lorsque l’énoncé échappe à l’exclusivité linéaire ou tabulaire du support papier, entre dans la géométrie de vastes réseaux et de grandes séries.

15Ensuite, l’AD ne peut laisser indifférent et intact le chantier des linguistiques de corpus. Dans ce domaine, on peut certes d’abord dissocier une linguistique par les corpus, qu’exemplifie notamment Douglas Biber, développement à ce jour ultime du courant empiriciste inauguré par Bloomfield (à distinguer rigoureusement du recours opportuniste, et souvent a-théorique, à des corpus sélectifs par des représentants de linguistiques par ailleurs d’essence introspective), et des outils linguistiques, parmi d’autres non-linguistiques, pour les corpus, que présentent par exemple (Habert, Nazarenko, Salem 2001). Mais ce sera pour s’apercevoir bien vite de la dialectique serrée et féconde qui est à l’œuvre ici, comme le montre très bien l’ouvrage collectif édité par Geoffrey Williams (2005) et la série de colloques à laquelle il renvoie. Il en va de même lorsque la sémantique se confronte aux corpus (Condamines 2002). Ce qui frappe en particulier, c’est la tendance de ces approches fondamentales à travailler sur des énoncés de plus en plus complexes, de plus en plus embrayés, de plus en plus cohésifs : de plus en plus textualisés.

16Enfin, l’AD marque depuis longtemps un rapport singulier avec le domaine des statistiques textuelles, que nous ne prendrons pas d’abord sous l’angle technique ou fonctionnel, mais réellement conceptuel. De Guiraud à Muller, de Zipf à Benzécri4, les fondateurs de ce champ ont d’abord mis en évidence le caractère profondément statistique de certains niveaux fondamentaux de la configuration textuelle et intertextuelle. Certains poéticiens peuvent bien nier furieusement toute pertinence à ces propositions ; ils seraient à tout le moins bien avisés de ne pas en ce cas se risquer à parler du lexique et/ou du vocabulaire, de la syntaxe, de la prosodie, et de donner à leurs rythmes l’acception la plus prudemment évasive ou métaphysique qui puisse être. Sans doute d’ailleurs ne mettons-nous pas non plus la même chose sous le terme de texte.

17Une fois affirmé ce cadre pluriel de contribution à la refonte des sciences du texte, une fois décidée la construction du réseau d’équipes qu’il implique, ce travail complexe ne peut se concevoir sans avancées simultanées dans les enjeux technologiques.

18Les communautés de l’Analyse de discours comprennent bien aujourd’hui que nous avons besoin de textes plus nombreux, plus représentatifs et plus solidement établis. Mais si le numérique est bien le vecteur, le siège et l’enjeu d’une révolution technique, il serait aussi absurde qu’il l’a toujours été, et combien plus dangereux que jamais, de croire que cette révolution technique irait engendrer spontanément une mise à jour théorique, ainsi que de s’illusionner sur la qualité des réponses techniques primitives, surgies du marché des  « nouvelles technologies », lorsqu’il s’agira d’acquérir et de qualifier nos ressources.

3. Les problèmes de l’acquisition des ressources

19Prenons un exemple, emprunté à une expérience modeste et localisée.

20Avec Philippe Schepens, nous avons entrepris d’explorer les contours d’un évènement discursif, puis langagier, dont nous formons l’hypothèse : les élections françaises de 2002 (présidentielle surtout, législative à un moindre degré, et pour cause) ont été profondément influencées par une émergence exceptionnelle du discours de l’insécurité, émergence si forte, et ayant aussitôt suscité un tel métadiscours, qu’elle a sans doute franchi le seuil au-delà duquel la langue elle-même se stabilise dans un nouvel état sur ce massif thématique. En d’autres termes, la gesticulation verbale sécuritaire des grands médias et des appareils politiques de l’ordre établi a d’abord contribué à un résultat dans l’ordre institutionnel (présence traumatique de Le Pen au 2nd tour, réélection pseudo-consensuelle d’un président sortant très largement déconsidéré, triomphe des options ultra-libérales, éviction de l’espace public de plus d’un tiers de l’électorat, précisément le plus disponible aux investissements sociaux et civiques, etc.). Puis ce résultat, en retour, a produit un affaissement des dispositifs langagiers de résistance aux options sécuritaires, travestissant encore un peu plus les signifiants du thème travaillé et ouvrant la voie à la stabilisation de formules et de grands fragments de discours précontraints au service de la pérennisation, du durcissement du régime en place et des paresseuses routines des grands médias.

21Si cette hypothèse peut être explorée, c’est typiquement dans la lecture de l’archive, où elle ne pourra manquer de former des reliefs particuliers. Nous avons donc entrepris de collecter des éléments archivistiques, et pour commencer par un bout, la presse nationale quotidienne des quatre mois qui précèdent le 1er tour de la présidentielle. Nous nous sommes adressés, pour cela, à une base, en l’occurrence entretenue par LexisNexis®, où nous avons recueilli l’ensemble des textes concernés, soit environ 250 millions d’octets. Nous en avons tiré deux corpus, selon deux orientations complémentaires : Philippe Schepens, l’ensemble des articles comportant au moins une occurrence du vocable insécurité ; moi-même, l’ensemble intégral, qui est concerné par la suite de mon propos.

22LexisNexis® est une division du groupe anglo-néerlandais Reed Elsevier (à ce titre, accessible par des abonnements de bibliothèques universitaires), et se présente comme l'un des premiers acteurs mondiaux de l'actualité et de l'information juridique, économique et financière. C’est aussi le nom d’une vaste interface de recherche vers 36 000 sources d'actualité et d'information économiques et financières. Le site anglais fait référence au support to non-profit organizations that help make the community a better place to live and work5. Où l’on voit que cette entreprise ne relève pas du mercantilisme le plus sauvage ni le plus affirmé.

23L’intérêt proprement heuristique de cette filière d’acquisition des ressources aura été, pour des chercheurs moyennement naïfs, triple : d’abord, elle a l’avantage (1) d’être déjà financée par les abonnements, très coûteux, que souscrivent les SCD universitaires, tandis que l’accès direct aux archives de ces journaux est hors de prix pour les institutions de recherche ; ensuite, ces facturations par les groupes de presse ne laissent pas apparaître de leur part, pour l’instant, la moindre considération particulière pour les recherches entreprises dans les secteurs universitaires, à quelques exceptions près6.

24Mais d’un autre côté, les bases qui se trouvent en arrière-plan de l’interface Lexis-Nexis nous sont en bonne partie opaques7, et en tout état de cause (2) le besoin apparaît immédiatement de transférer les données extraites dans des bases que nous pouvons administrer et entretenir nous-mêmes, sur des critères de recherche experte. Or cette démarche peut à peine être formulée, puisque sa généralisation contredirait les règles mêmes d’emploi de ces abonnements. Donc, (3) le recours aux bases d’éditeurs privés, rendues accessibles grâce aux abonnements souscrits par les SCD ou par le CNRS, met cruellement en relief la carence d’une politique publique face aux nouveaux défis de l’archivage.

25Il s’agit là d’un des problèmes majeurs des sciences humaines, et donc de l’AD, dans les prochaines décennies. Les ressources numérisées seront-elles la propriété d’entreprises lucratives, même exprimant de généreuses intentions, ou au contraire le bien public, ce qui exige, de la part des organismes qui administrent le dépôt légal et les Archives, un effort sans commune mesure avec ce qui est aujourd’hui consenti8 ? Contrairement à ce que pourrait se représenter un lecteur pressé, ces considérations ne sont pas étrangères ou accessoires à notre propos. Elles me semblent au contraire très à leur place dans un dossier sur l’Analyse de Discours, surtout compte tenu de l’éclairage qui est celui de ce volume. En effet, des formules comme celle de Rastier (in Williams 2005 : 33) : l’archive contient l’ensemble des documents accessibles sont très discutables ; à tous égards, l’archive est un enjeu, voire un combat, pour effleurer une rhétorique peut-être passée de mode, et non une ressource disponible, comme je viens de tenter de le montrer.

26En tout cas, les structures de recherche doivent aujourd’hui, du même pas qu’elles réclameront le droit légal de créer et de mettre en ligne de telles ressources, les constituer et se donner les moyens de les enrichir. Pour cela, nous avons besoin de nous mettre mieux en réseau, de manière à éviter de doublonner les tâches souvent fastidieuses liées à l’acquisition initiale, et à nous assurer que, si nous avons parfois des versions variantes des mêmes textes, ce n’est pas par accident de saisie, mais au contraire parce qu’il s’agit authentiquement d’une série dans la configuration du même texte et, en ce cas, que nous pouvons en rendre compte et le traiter (on pense d’abord au texte littéraire, mais l’expérience de Jean-Michel Adam montre bien que sur le discours politique on rencontre le même type de variation, et l’enseignement de Jean Peytard (Peytard 1993) nous rappelle que ces variations sont des lieux infiniment précieux pour l’analyse du discours).

4. Les problèmes de l’établissement

27L’un de nos problèmes majeurs est qu’en général, l’acquisition initiale se fait dans l’urgence de la constitution d’un corpus. Il n’existe guère aujourd’hui de politique d’acquisition planifiée, systématique et collective. C’est pourtant l’orientation que suggèrent les initiatives Textopol et Politext9, qui mériteraient d’être fédérées et élargies à un plus vaste ensemble de domaines du discours. Dès leur acquisition, même si celle-ci est contrainte par une recherche déterminée, les textes devraient pouvoir être capitalisés dans une base communautaire (plutôt que commune au sens strict) dès l’entrée de laquelle ils subiraient un certain nombre de traitements destinés à amorcer leur établissement scientifique10.

28Ces traitements doivent être non-destructifs, c’est-à-dire préserver l’intégralité des propriétés pertinentes (jugées telles dans un consensus communautaire pluriel – et non hégémonique) de la source : par exemple, disposition dans l’aire scripto-visuelle du journal, typographie, coquilles etc. Traditionnellement, on pose que cela se juge par la possibilité ou non de reconstituer la surface graphique à partir de la ressource numérisée, et d’y effectuer des recherches sur les critères des dites propriétés pertinentes. Cette louable formulation n’est plus aujourd’hui assez précise, car ce qu’on entend traditionnellement par là, c’est essentiellement le  texte brut », par opposition notamment au texte lemmatisé. Or le texte brut n’est la surface graphique que par approximation, et il a été parfois indûment sacralisé au détriment de celle-ci. L’objectif le plus ambitieux, mais qui est programmatiquement nécessaire, est de pouvoir donner accès au PDF. La non-destructivité se formule donc ainsi : à partir de toute étape du traitement des ressources, on doit pouvoir remonter sans perte à l’une des étapes antérieures11.

29Ces traitements doivent être coopératifs. C’est très certainement l’aspect à la fois le plus difficile et le plus stimulant pour la communauté des sciences textuelles, car il nous fait envisager une nouvelle ère du scribe-copiste-philologue, le scriptorium numérique en quelque sorte, avec tout ce qu’une telle projection véhicule à la fois de pratique et d’utopique. Prenons ici l’exemple de la lemmatisation et à la polémique qui oppose ses partisans et ses adversaires. D’un côté, il semble – et il est en effet - absurde qu’au prétexte de distinguer les singuliers et les pluriels des substantifs (voir liberté droit, etc.), on puisse s’interdire de distinguer l’adjectif droit des substantifs droit et droite, d’identifier sans détour inutile des locutions comme de droit, en droit, droit commun, voire de distinguer au moins deux acceptions de droite, etc. De l’autre, il est non moins évident que toute lemmatisation (et plus largement toute annotation liée à une identification12 linguistique) est une opération interprétative, qui risque de se révéler intrusive si elle n’est pas maîtrisée comme telle. Il ne sert à rien et il est même dangereux, pour prévenir ce risque, d’invoquer l’amélioration et/ou la normalisation des connaissances et procédures linguistiques. Il faut au contraire concevoir, dès maintenant, des méthodes générales permettant d’associer une gamme très diverse d’annotations signées aux fichiers de texte brut (donc, par remontée, aux fichiers PDF), offrant la possibilité (donc la liberté) à l’exploration de recourir ou non à ces annotations comme critères ou comme ressources. Il est à peu près certain que seule l’annotation déportée, reposant sur le recours généralisé aux mark-up languages répondra à terme à cette nécessité.

30En échange, il est essentiel d’œuvrer à des consensus communautaires. Par exemple, je propose à qui voudrait y coopérer, de nous doter d’un environnement d’étiquetage lexical, morpho-flexionnel et potentiellement syntaxique autonome par rapport aux logiciels de TALN et/ou aux logiciels lucratifs, qui ne présentent pas les caractéristiques les plus utiles à nos besoins ; malgré leur indéniable diversité et leur efficience propre, ils ont en commun de n’être pas conçus pour l’étiquetage contrôlé, exhaustif, fin et  durable auquel nous pouvons aspirer ; ce dernier ne saurait être assuré que (1) par l’alternance de phases automatiques et de phases ouvertes, interactives, conviviales (2) par l’accès plénier aux ressources descriptives (dictionnaires, listes et automates contextuels). C’est le sens du développement du logiciel DiaTag sous ma responsabilité à Besançon : une proposition, qui ne se donne pas pour objectif de jeter un logiciel de plus sur le marché, mais d’illustrer et de contribuer à la fabrication d’un outil commun, ouvert, finalisé. A ce jour, DiaTag permet d’emmagasiner dans un conteneur unique, et de rendre accessibles à l’exploration assistée, toute l’information enregistrée dans des dictionnaires, filtrée au besoin et si possible par des automates contextuels, et contrôlée manuellement chaque fois que nécessaire (dans un cadre aussi ergonomique que possible). On peut certes et ô combien l’améliorer (ressources, implémentation, apprentissages, affinage diachronique, etc.) et à terme l’affranchir de son rattachement institutionnel actuel et de son auteur primitif, mais sa spécificité, me semble-t-il unique, est de permettre et d’exiger la présence (donc, la signature) d’un opérateur humain qui, par principe, devra se définir comme opérateur du corpus. Cela ne se fera jamais à Singapour ni dans des pools de dactylos, et cela ne s’automatisera jamais. Cela ne se normalisera jamais non plus : les choix d’arrière-plan ou de premier plan, qui présideront à cet étiquetage, s’assumeront comme eux-mêmes historiques. Ne pouvons-nous pas néanmoins espérer, si cela est fait collectivement, inscrire notre propre travail dans l’archive ?

31Pour en finir avec cette approche, nécessairement partielle, de la problématique d’établissement, il faut évoquer la question, déjà effleurée supra, de la variation, qui ne concerne pas exclusivement la sphère littéraire loin s’en faut. Dans l’archive, le texte est fondamentalement une série ouverte dans l’ordre des matérialités. Série des variantes (les attestations fort diverses des discours de De Gaulle, par exemple), série des réécritures (celles des Contes de Perrault, pour rester dans le domaine d’étude de l’équipe d’Ute Heidman et de Jean-Michel Adam), série des traductions, série des commentaires, etc. L’un des défis les plus excitants pour les sciences du texte consistera à penser, et à outiller, ce caractère pluri-sériel. Pour commencer, l’annotation déportée, la référence hypertextuelle (liens) doit faire l’objet d’attentions particulières, en tout cas envers certains corpus, donc envers certains versements aux archives, et d’une vérification : ces mises en série peuvent-elles être exploitées dans le cadre des environnements d’exploration dont je vais maintenant parler ? En d’autres termes, ces environnements seront-ils adaptés à la sérialité configurationnelle des textes ?

5. Les problèmes de l’exploration

32Tous ces aspects sont en fait assez étroitement liés. Même une fois configurés avec tout ce que cela implique déjà d’investissement humain, expert, les textes restent lettre morte tant que n’est pas pensée la lecture d’archive au sens même où l’entendait, l’appelait Michel Pécheux13 dans son dernier trajet. Ils le restent d’évidence, comme si leur statut numérique venait emblématiser cela (à rebours de la trompeuse apparence naturaliste de lisibilité du texte écrit dans notre civilisation pluriséculaire de l’imprimé). Pour lire désormais, il faut en tout état de cause un ordinateur, un logiciel, un écran. Voyons donc le logiciel…

33Depuis une bonne dizaine d’années dans le champ francophone et latin, une bifurcation s’est opérée entre les environnements qui se veulent d’analyse de données textuelles (ADT) ou analyse de textes par ordinateur (ATO) pour renvoyer à la terminologie de nos amis de Montréal. Le choix se porte sur le statut donné aux résultats des analyses, toutes plus ou moins liées aux méthodes statistiques multidimensionnelles, le plus souvent d’essence benzécriste, et ce statut lui-même renvoie au type d’application visée. Certains logiciels ont visiblement pour fonction de produire des résultats comme tels, des rapports, des résumés automatiques, des interprétations clé en main. Ils se sont tous plus ou moins industrialisés, tant au plan procédural que quant à leur mode de diffusion et leurs rapports à l’activité académique se sont tout naturellement distendus, ainsi qu’à la recherche scientifique. Leur rapport à l’Analyse de Discours reste néanmoins plus complexe qu’il n’y paraîtrait sur ce seul critère, puisque tous sont restés en prise avec un certain niveau de commande sociale, fût-ce dans le cadre peu conflictuel de la cogestion des conflits d’intérêt (ressources humaines, clientèle, qualité, etc.). Mais ce rapport n’est guère de ma compétence ici.

34Les autres environnements ont tous, à des degrés divers, intégré la vive et vitale exigence des sciences humaines : la présence du texte à portée de clic. Lorsque Philippe Schepens dans le séminaire du Ceditec14 évoque une interface de consultation sommaire, qu’il a dû construire dans son laboratoire pour obtenir un accès minimal à sa propre base, aux ressources qu’il était lui-même en train de collecter et qui lui devenaient, au fur et à mesure de leur massification, proprement inaccessibles, il formule le paradoxe que j’ai soulevé sur les fonts baptismaux du pôle Archive, Bases, Corpus à la MSH de Besançon, qui se creuse entre de plus en plus d'information disponible, de moins en moins d'accessibilité rationnelle. Certes, la solution à moyen terme n’est pas de construire une interface chaque fois que l’on collecte un corpus.

35Cependant, tant la philosophie explicite que les usages observables sur ces logiciels (Hyperbase,SATO, Lexico3, Taltac15) me semblent encore privilégier l’aspect terminatif des résultats d’analyses statistiques, au détriment d’une vision réellement alternative, qui est celle-ci : l’Analyse de discours comme praxis interdisciplinaire, la lecture d’archive qui est son noyau méthodologique, nécessitent un environnement logiciel qui se présente ouvertement et s’organise concrètement comme un dispositif d’exploration.

36L’essentiel n’est pas de décorer des résultats  « objectifs », obtenus par l’application d’algorithmes impassibles à des données réputées les plus fiables et représentatives possible, par des citations pertinentes (les  « phrases significatives », par exemple, qui sont recrutées statistiquement pour être censées concentrer au mieux les propriétés de classes calculées). Si le retour au texte se limite à cela en substance, il ne mérite pas encore pleinement son nom.

37L’essentiel me semble au contraire de configurer un nouveau mode de lecture du plein texte en employant les extractions que permet la statistique probabiliste, comme des outils d’orientation (c’est-à-dire, bien sûr, de sélection : comment dissocier les deux ?). C’est cela qui m’a d’emblée séduit par exemple dans l’Analyse Factorielle des Correspondances. Sans doute par goût et formation personnelle, j’ai vu immédiatement, dans le premier nuage de points que j’ai obtenu de mes données sur Les Fleurs du mal, une cartographie. Et je n’en démords pas. Il y a beaucoup de naïveté dans la thèse que j’ai soutenue, y compris dans la manière dont j’y ai décoré les graphes, en faisant inconsciemment des sortes de cartes d’îles au trésor, mais il y a une affirmation de base qui me guide encore aujourd’hui : tous ces résultats (listes ordonnées par l’écart-réduit à l’équidistribution, concordances plus ou moins étendues, fenêtres de contextes, dictionnaires de formes et de lemmes, segments répétés, nuages de points de l’AFC) forment un atlas (c’était le titre du volume 4 de la thèse) et trouvent là l’essentiel de leur utilité.

38C’est pourquoi j’accorde une importance centrale à la dynamisation de ces résultats dans le cadre même du dispositif d’exploration. Astartex, que je développe, a pour seule particularité par comparaison aux logiciels évoqués ci-dessus que toutes les listes, concordances et nuages de points sont cliquables en vue d’une poursuite de la lecture. Certes, une part de l’interprétation des nuages de points doit se faire selon les canons de la science benzécriste, qu’il faut régulièrement réexposer si l’on souhaite contenir l’illusion magique liée à ces projections fascinantes pour ainsi dire par elles-mêmes. Mais quand il s’agit, notamment, de l’analyse de grandes matrices de cooccurrence lexicale, on peut prédire sans grand risque qu’il sera impossible d’effectuer un départ rationnel entre les facteurs de lexique (les supposées  contraintes de la langue) et les facteurs de vocabulaire (les thématisations spécifiques). L’interprétation reposera donc sur la poursuite de l’exploration, guidée par ces résultats : recherche et concordance des contextes croisés, comparaison de graphes, etc.

39De même que les différentes modalités d’interface doivent toutes être cliquables (c’est-à-dire ergonomisées comme des carrefours de l’exploration), de même doivent-elles pouvoir être informées par l’historique récent, et c’est le sens des colorations que permet Astartex. Par exemple, un nuage AFC coloré par les co-occurrents forts d’un item interrogé16.

40Fondamentalement, il s’agit donc d’une interface de consultation, comme en exige toute base substantielle. Mais d’une part je préfère cent fois le terme d’exploration à celui de consultation, qui évoque une ressource statique et l’illusion d’une sorte de maîtrise a priori du chercheur sur son corpus, alors que l’exploration est un processus beaucoup plus dialectique et productif. Car d’autre part, même si le logiciel est fixe, l’interface à laquelle je travaille se construit graduellement en s’enrichissant des résultats qu’elle produit et traverse.

41Tout cela est bien sûr insolemment optimiste dans sa formulation, c’est-à-dire pour l’essentiel, programmatique. Comme DiaTag pour la pré-configuration, Astartex n’est qu’un prototype de laboratoire destiné à illustrer ce programme. Et surtout, il est hautement probable qu’au fur et à mesure que nous construirons les outils d’exploration, l’immensité et la complexité des espaces ainsi ouverts s’accroîtront et continueront donc de décourager toute ambition incontrôlée de maîtrise absolue des données, de synthèse stabilisée. Relativement à l’espace géographique (dans ses conceptions classique et rationaliste du moins), l’espace des matérialités textuelles du discours est d’une plasticité qui défie l’entendement fini. Notre propos est donc en tout cas, finalement, très modeste. Nous ne cherchons en aucun cas à mettre au jour des secrets que les textes renfermeraient, ni à délivrer des preuves irréfutables, mais bien au contraire à favoriser un dialogue interprétatif plus riche avec l’archive entendue comme matérialité du discours.

Conclusion

42C’est pourquoi, aux dénominations de lexicométrie, stylométrie, logométrie, textométrie, nous opposons fermement celle d’exploration textuelle. Certes, ce programme se traduit empiriquement de manière moins holistique ; il faut notamment réserver une phase autonome à l’étiquetage lexical et morpho-flexionnel, ce qui empêche de fondre ad optimum l’établissement des textes et leur exploration dans un continuum dialectique. Mais pour ce qui est de la métrique (les  « calculs » et leurs résultats), nous proposons de la tenir fermement en lisière.

43Ce que les sciences des textes peuvent et doivent apporter à l’Analyse de Discours (c’est-à-dire ce qu’elles doivent s’apporter mutuellement, travailler ensemble) c’est justement ce mixte d’ambition heuristique et de prudence herméneutique que j’espère avoir fait vivre ici.

Haut de page

Bibliographie

Adam J-M., 2005, La linguistique textuelle : introduction à l’analyse textuelle des discours, Colin.

Adam J-M., Heidmann U., 2006, Sciences du texte et analyse de discours : enjeux d’une interdisciplinarité, Slatkine.

Charaudeau P., Maingueneau D., 2002, Dictionnaire d’analyse de discours, Seuil.

Condamines A., 2005, Sémantique et corpus, Hermès-Lavoisier.

Détrie C., Siblot P., Vérine B., 2001, Termes et concepts pour l’analyse du discours. Une approche praxématique, Champion.

Guilhaumou J., Maldidier D., Robin R., 1994, Discours et archive. Mardaga.

Guilhaumou J., 2001,  La connexion empirique entre la réalité et le discours : Sieyès et l’ordre de la langue », in Marges Linguistiques n°1.

Guilhaumou J., 2005,  Où va l’analyse de discours ? Autour de la notion de formation discursive », in Marges Linguistiques n°9.

Habert B., Nazarenko A., Salem A., 1997, Les linguistiques de corpus, Colin.

Lebart L., Salem A., 1994, Statistique textuelle, Paris, Dunod.

Maldidier D., 1993,  L’inquiétude du discours », in Configurations discursives : Semen8, Peytard J. & Moirand S., éds. Les Belles-Lettres.

Molinié G., Cahné P., 1994, Qu’est-ce que le style ? PUF.

Muller Ch., 1992(A), Initiation aux méthodes de la statistique linguistique, Paris, Champion.

Muller Ch., 1992 (B) : Principes et méthodes de statistique lexicale, Paris, Champion.

Rastier F., 2001, Arts et sciences du texte, PUF.

Peytard J., Moirand S., 1993, Configurations discursives : Semen 8. Les Belles-Lettres.

Sarfati G-E., 2003,  L’Analyse du discours et la question du texte : l’horizon du sens commun et de la doxa », in L’Analyse du discours dans les études littéraires, R.Amossy & D.Maingueneau, éds. Presses Universitaires du Mirail.

Viprey J-M.,1997, Dynamique du vocabulaire des Fleurs du mal, Champion.

Viprey J-M., 2006,  Philologie numérique et herméneutique intégrative in Sciences du texte et analyse de discours : enjeux d’une interdisciplinarité dir. Jean-Michel Adam & Ute Heidman. Slatkine (pp. 51-68)

Williams G., 2005, La linguistique de corpus, Presses Universitaires de Rennes.

Haut de page

Notes

1 Souligné par l’auteur.
2 Rappelons que Jean-Michel Adam réédite ici son livre de 1999, sous le même titre Linguistique textuelle mais avec un nouveau sous-titre (l’ancien était Des genres de discours aux textes), ce changement étant explicité en deux endroits de l’avant-propos. Page 3, Adam annonce un positionnement théorique et méthodologique qui situe résolument la linguistique textuelle dans l’analyse de discours. Page 5, il explicite le changement de paradigme : Le terme « analyse textuelle », que je remplace par celui d’analyse textuelle des discours […] (souligné par l’auteur)
3 A paraître début 2007.
4 Voir en substance Muller 1992A et B, et Lebart & Salem 1994.
5 Toutes ces citations sont extraites des sites Internet du consortium LexisNexis http ://www.lexisnexis.com et http ://www.lexisnexis.fr.
6 En contre-exemple, citons Le Monde diplomatique, dont l’administration s’est montrée d’emblée très attentive à nos propositions (restées à ce jour inabouties) de travail commun sur les archives numériques. Au moins la presse écrite est-elle seulement indifférente. Les grands éditeurs littéraires, eux, ont opté pour un attentisme juridiquement très agressif.
7 Nous avons même eu la surprise de trouver bon nombre de graphies corrompues dans le plein-texte.
8 Pour l’essentiel et dans le meilleur des cas, la numérisation au format image (PDF) à un rythme plus ou moins soutenu, qui améliore certes le confort d’accès, mais interdit les fonctions textuelles élémentaires. Entendons-nous bien : le format PDF doit être précieusement conservé, puisque nul ne peut prédire dans quelle mesure une recherche aura probablement recours à tel ou tel élément de la surface graphique saisie.
9 Textopol par le CEDITEC de Paris-12 (Simone Bonnafous, Pierre Fiala) EA 3119, http ://textopol.free.fr, Politext par l’UMR 6029 Bases Corpus Langages http ://www.unice.fr/ILF-CNRS/politext. Voir l’entretien avec Pierre Fiala dans ce même volume.
10 Laissons pour l’instant de côté le problème, tout aussi délicat, de l’importation des éléments d’établissement déjà affectés antérieurement, notamment dans la sphère littéraire.
11 Nous laissons encore de côté la problématique de la mise en correspondance avec les manuscrits.
12 Notons au passage la naïveté difficilement soutenable du terme de reconnaissance linguistique, naïveté militante qui ne fait pas peu pour cliver les approches en suscitant de faux-vrais conflits…
13 Maldidier 1993.
14 Séminaire du vendredi 6 janvier 2006, coordination Pierre Fiala : « Traitements automatisés des discours politiques. Objets nouveaux, nouvelles méthodes ».
15 Hyperbase (Etienne Brunet) à l’UMR 6029 Bases Corpus Langages, SATO (François Daoust) au centre ATO de l’Université du Québec À Montréal, Lexico3 (André Salem) au SYLED EA 2390 de Paris-3, Taltac (Sergio Bolasco) à L’Université La Sapienza http ://www.taltac.it.
16 Voir en complément au sujet de ces colorations, les contributions que j’ai faites dans Condamines 2005, Adam & Heidmann 2006, et dans le numéro de Langages « Unité(s) du texte », coordonné par Dominique Legallois, à paraître en 2007, ainsi que mes communications aux Journées internationales d’Analyse statistique de Données Textuelles (JADT) de 1998 à 2006, accessibles sur la revue en ligne Lexicometrica http ://www.cavi.univ-paris3.fr/lexicometrica.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marie Viprey, « Quelle place pour les sciences des textes dans l'Analyse de Discours ? », Semen [En ligne], 21 | 2006, mis en ligne le 28 avril 2007, consulté le 18 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/semen/1995

Haut de page

Auteur

Jean-Marie Viprey

Laboratoires ATST/Laseldi - Université de Franche-Comté

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page