Navigation – Plan du site

L’analyse de discours, mesures à l’appui

(entretien avec Pierre Fiala, par Philippe Schepens)
Pierre Fiala

Texte intégral

1Philippe Schepens : L’analyse de discours « à la française » reste marquée par les grands auteurs qui ont présidé à sa naissance : Foucault, Althusser, Pêcheux, pour n’en citer que trois. Dans la pratique de l’analyse de discours, une série de notions restent « des zones sensibles » sur le plan épistémologique et méthodologique. La toute première est celle de la visée qu’on donne à l’analyse, et celle de sa légitimité : ainsi Maingueneau pose-t-il cette question dans Le Dictionnaire d’analyse du discours : [entrée « Analyse du discours »] « la mise au jour d’une idéologie dans les textes n’implique-t-elle pas une autre idéologie chez l’analyste ? (2002 : 44) ». Cette formulation interro-négative laisse entendre le souci scientifique ou peut-être scientiste qui ordonne le positionnement de certains chercheurs. A la lumière de tes propres travaux, notamment Langages xénophobes et consensus national en Suisse (1960-1980) : Discours institutionnels et langage quotidien1, comment répondrais-tu à cette question, visée de l’analyse et positionnement corrélatif du chercheur ?

2Pierre Fiala : Sauf en musique (et peut-être en gastronomie), l’étiquette nationale, ou régionale « à la… » ne m’a jamais paru très heureuse. Appliquée à un mouvement politique, culturel, ou à plus forte raison à un courant scientifique, elle a peu de vertu explicative ou productive. Les noms de Lacan, Barthes, Foucault, Althusser, Derrida rappellent assurément une période de débats intenses où la rencontre entre sciences humaines et sociales – histoire, sociologie, philosophie, linguistique, littérature – sur fond de crise idéologique et politique, fut particulièrement riche en France sur le plan conceptuel, plus encore que sur celui des savoirs empiriques. Sous ce label, on présente parfois de façon restrictive et réductionniste, la déconstruction du sujet discursif, les lectures symptômales, la reconstruction des dispositifs textuels et de l’implicite discursif, les relectures du matérialisme dialectique, comme la source homogène et quasiment unique de l’analyse de discours. Ce faisant, on néglige les travaux précurseurs de Bakhtine, de Benveniste, les dettes à Wittgenstein ; on sous-estime les apports de Habermas, Putnam ou Lakoff, Fairclough ou Wodak ; on marginalise le développement de la sémiotique structurale, de la praxématique, de la critique argumentative et narrative de Jean-Pierre Faye, de l’analyse des rapports socio-discursifs de François Flahaut, P. Achard, P. Siblot, F. Rastier, J. Boutet, S. Moirand, G. Sarfati, S. Bonnafous, pour ne parler que d’une première époque ; les synthèses de D. Maingueneau, P. Charaudeau, J.M. Adam, les outils de la lexicologie quantitative ; on écarte les diverses approches critiques du discours politique et social, qu’il s’agisse de Castoriadis, Bourdieu, ou de la pratique chomskienne d’une critique radicale du discours médiatico-institutionnel.

3Les travaux de Michel Pêcheux, proche élève d’Althusser, profondément marqué par les enseignements de Lacan, illustrent par leur large visée cette conception initiale de l’analyse de discours. Cette visée était néanmoins complexe et paradoxale. Philosophe marxiste, militant syndicaliste, membre du parti communiste français, Pêcheux critiquait durement l’approche foucaldienne de l’histoire et du discours, l’idéalisme des sémantiques formelles ; il menait à la fois un combat, sans doute désespéré, contre l’intentionnalisme et le formalisme logico-informatique qui se développaient dans les sciences humaines, une lutte épistémologique utopique contre la biologisation des sciences sociales et une tentative de reconquête idéologique et politique des sciences, en proie à « l’idéologie spontanée des savants », pour y rétablir une hégémonie du matérialisme historique et dialectique. C’est dire si les expérimentations qu’il mena en psychologie sociale, ses travaux en commun avec des linguistes ou des logiciens, ainsi que le projet algorithmique globalisant que constituait l’Analyse automatique du discours (1969) n’étaient pas exempts à la fois du scientisme qu’il dénonçait, mais aussi de stratégies politiques et d’opérations purement tactiques.

4Le travail que j’ai mené à l’époque avec Marianne Ebel sur le développement des langages xénophobes en Suisse dans les années 1960-1980 était d’une autre nature, et de portée moindre. Son ambition ne concernait pas la lutte théorique ou conceptuelle. Sa visée n’était pas épistémologique. Ses enjeux étaient néanmoins scientifiques et politiques. Militants d’extrême gauche, nous étions confrontés au développement massif d’une idéologie raciste, explicitement xénophobe, qui envahissait toutes les classes sociales, et sur laquelle nous n’avions pas prise. Nous cherchions plus directement dans l’analyse du discours les outils d’une explication langagière d’un mouvement social, ancrée dans les faits économiques et politiques, susceptible de peser sur eux. Nous ne partagions pas l’utopie idéologique althussérienne : sa conception d’une histoire sans sujet nous paraissait bureaucratique, totalisante et d’un autre temps, L’ordre du discours foucaldien, le concept de formation discursive, la déconstruction des dispositifs d’archives, nous paraissaient quant à eux formels, généraux et trop abstraits pour rendre véritablement compte de l’inégalité et des rapports de force constitutifs des échanges langagiers. La dynamique des interactions langagières et de l’histoire en était comme absente, alors qu’elle émergeait en permanence dans la sociologie des langages et la narration pratiquée par Jean-Pierre Faye dans les Langages totalitaires (1972) ou dans ses travaux ultérieurs. Nous y avons trouvé la notion empirique de pratique langagière socialement déterminée. Les analyses économiques fouillées sur les crises capitalistes de Mandel ou de Poulantzas sur les formations économiques et les pratiques sociales expliquaient mieux par ailleurs les argumentaires et les controverses dans les mouvements politiques de masse, les formules qui les structurent, les rapports de forces qui les traversent, les renversements qui peuvent s’y produire. Si notre visée n’était pas scientifique, nous travaillions, sans illusion, à ce que notre démarche, nos moyens, nos références, nos outils, le fussent.

5Philippe Schepens : La notion de « formation discursive » est, elle aussi, « sensible ». Dans un article récent (juin 2004) publié dans la revue électronique Texto ! (http ://www.revue-texto.net2), Guilhaumou questionne les choix qui ont présidé à l’établissement des notices du Dictionnaire en se référant aux positionnements initiaux de l’analyse de discours (« l’esprit de mai 1968 où se conserve la portée émancipatoire de l’analyse de discours ») :

les responsables de ce dictionnaire, dit-il, veulent imposer l’idée que la stabilisation de l’analyse du discours au sein des disciplines constituées nécessite la marginalisation de sa valeur critique initiale, en tant que lieu d’interrogation et d’expérimentation.

6Ou encore :

les catégories revendiquées comme pivots de l’analyse de discours dans ce Dictionnaire sont souvent les catégories jugées les plus stables et les moins concernées par les débats entre linguistes.

7La comparaison des deux dictionnaires, celui de Charaudeau et Maingueneau d’un côté, celui de Détrie, Siblot, Vérine de l’autre, parus à quelques mois d’intervalles, l’amène à cette appréciation :

Une analyse du discours épistémologiquement fondée sur le statut matériel du langage nous semble, avec les auteurs de Termes et concepts pour l’analyse de discours et en dépit de leur champ plus restreint d’intervention, mieux apte à répondre aux interrogations contemporaines sur les fonctionnements discursifs, que la confrontation des courants de l’analyse de discours avec des catégories discursives généralisantes définies au sein d’un espace disciplinaire. 

8Puis s’interrogeant sur la notion cardinale de « formation discursive », il rappelle que les chercheurs se sont trouvés confrontés « à la complexité des agencements discursifs » que reconnaissaient déjà les fondateurs de la discipline (« Les formations idéologiques comportent nécessairement comme une de leurs composantes une ou plusieurs formations discursives interreliées qui déterminent ce qui peut et doit être dit… », Haroche/Henry/Pêcheux, 1971 : 102). « A suivre toujours Michel Pêcheux, ajoute-t-il, il fallait en finir avec une conception de la formation discursive comme un bloc homogène rapporté à une idéologie dominante ». Pourtant, il semble regretter la mise à l’écart de la notion (« La notion de formation discursive pourrait alors désigner l’ensemble réglé des noms particuliers attachés à la généralité d’un discours ; elle nous rappellerait sans cesse que le discours procède à la fois de la particularité des individus parlants et de la généralité de leur production langagière commune »).

9En somme, à l’occasion de son propre travail sur les récits d’exclus, il retrouve l’irréductible singularité des sujets humains (« De fait, l'irruption de la parole du dit « exclu », par la médiation du récit confronte en permanence l'enquêteur à une subjectivité si prégnante qu'elle est irréductible à toute vision d'un sujet socialement dépendant »). Toi-même, tu as travaillé sur la correspondance de la famille Papillon3. A la lumière de cette recherche, comment envisages-tu aujourd’hui cette notion ?

10Pierre Fiala : Pour les raisons rappelées précédemment, je ne me suis pas senti mobilisé par les débats prolongés autour des formations discursives. Dans mon travail de recherche, les notions empiriques de formation et de pratique langagières permettaient de penser concrètement et d’analyser avec précision la diversité et l’inégalité des rapports langagiers, leurs déterminations – paramètres économiques, contraintes institutionnelles, structures linguistiques et données concrètes de la situation – et leurs transformations toujours possibles – renversement des rapports de domination, émergence momentanée de l’unité de la parole du sujet.

11L’ensemble des travaux de Jacques Guilhaumou témoigne à la fois de son attachement aux principes fondateurs et d’une ouverture sans relâche aux problématiques qui ont progressivement enrichi l’analyse du discours – lexicométrie, pragmatique textuelle, agir communicationnel, linguistic turn anglo-saxon. Ses dernières publications me paraissent illustrer les propriétés que nous essayions d’aborder avec les formations et les pratiques langagières. Ce sont celles aussi que je cherche à rendre visibles par la mesure et la représentation topographique des échanges d’un groupe familial aux prises avec les bouleversements de la guerre de 1914-1918, leurs mécanismes de subsistance et de résistance individuelle et collective face à l’envahisseur et à la mort d’une part, aux contraintes et à la terreur militaires de l’autre. Les pratiques langagières et les échanges s’y ordonnent et s’y heurtent autour des référents familiaux, des objets, des opérations militaires, des formules en circulation de la propagande nationale, donnant à voir et à analyser les composantes contradictoires constituant dans la durée et l’étendue la formation langagière propre à la guerre de 1914-1918. Objets peut-être trop concrets, trop empiriques, pour être désignés comme éléments d’une formation discursive. Guilhaumou reste attaché à la définition de ce concept. mais je crois que le discours et ses composantes, objets construits tout autant que la langue saussurienne, ne peuvent résister aux travaux empiriques qu’ils suscitent et qui les remettent nécessairement en cause. Ce travail d’élargissement et de mise à jour de l’analyse du discours a été entrepris il y a quelques années déjà dans le numéro 117 de Langages ; il a été prolongé dans diverses livraisons de la revue Mots, dans certains textes mis en ligne par Texto, et précisé dans les numéros récents de Marges linguistiques (2004), de Langage et société (2005), ou dans la présentation récente de Francine Mazière (2005), dans un numéro en cours de publications de Corpus. Mais le fossé reste encore important, par exemple entre les présentations anglo-saxonnes extensives (Van Dijk, 1984, Schiffrin et al., 2003), et les définitions encore restrictives des notions et des concepts qu’on trouve dans les deux dictionnaires du domaine. Un des mérites du Dictionnaire d’analyse du discours est de mettre en débat, à travers leur hétérogénéité et leur incomplétude relative, les définitions qu’il propose.

12Philippe Schepens : Dans le même ordre d’idées, l’analyse de/du discours se confronte sans cesse à des disciplines affines : la sociologie, la politologie et l’histoire notamment, mais aussi la socio-linguistique. Pour ta part, tu faisais initialement référence au travail de Jean-Pierre Faye (Théorie du récit, Introduction aux Langages Totalitaires, Hermann, 1972, notamment), qui avait essayé de construire une « narratique générale » ou une « sémantique historique », une nouvelle discipline, en somme. Comment penses-tu aujourd’hui le rapport de l’analyse du discours à ses extérieurs ?

13Pierre Fiala : Je ne crois pas que les champs disciplinaires puissent se décréter, sauf à avoir des ambitions institutionnelles d’inspecteur général, des stratégies fantasmatiques de nobélisable ou des appétits éditoriaux irrépressibles. L’ambition fayenne relevait de la métaphore d’écriture, nous en avons repris la lettre, pour lui donner un contenu dans notre champ de recherches sur les argumentations xénophobes. Cela nous a permis d’articuler des savoirs qui n’étaient pas a priori conciliables. Ce faisant nous prenions notre place, un peu marginale parce qu’éclectique, dans la construction du champs de l’analyse du discours politique.

14Il me semble naturel que les notions globales, les concepts forgés qui ont présidé au développement initial du champs disciplinaire, éclatent et se dispersent avec l’approfondissement des travaux et l’accumulation de résultats et de méthodes. L’analyse du discours prendra sa place dans les sciences du langage et sa dimension pleine et entière dans les sciences humaines et sociales, quand elle se sera libérée de ses retours permanents sur les incertitudes de son statut disciplinaire, les origines de ses fondements conceptuels, présentés à la fois comme rupture perpétuelle ou perte irrémédiable de l’unité, quand elle s’affranchira des pères fondateurs pour se tourner vers de nouveaux problèmes, de nouveaux champs de recherche et de données, de nouvelles méthodes, de nouveaux développements technologiques, bref quand elle fera travailler empiriquement, et hors d’elle-même, dans une perspective pluridisciplinaire, et critique, les principes qu’ont laissés, entre autres, ceux qui ont éclairé son émergence.

15Philippe Schepens : Une troisième « zone sensible » est celle du geste du chercheur qui préside à la constitution des corpus. On a beaucoup dit qu’à ses origines, l’analyse du discours travaillait sur des corpus « autorisés » et relativement monologaux, des « discours seconds » pour reprendre la distinction introduite par Bakhtine. L’ambition des chercheurs semble aujourd’hui de « décompacter les formations discursives, les penser comme ouvertes, perméables, hétérogènes » pour reprendre à Alice Krieg-Planque ici même ses propres mots. Cette ambition rencontre une nouvelle donnée de fait et qui rend les choses vertigineuses : la révolution numérique qui rend accessible d’immenses bases de données textuelles (Jean-Marie Viprey constate de son côté « le paradoxe [qui] se creusera entre de plus en plus d'information disponible, de moins en moins d'accessibilité rationnelle » ). Pour ta part, tu es à l’origine, avec Jean-Marc Leblanc d’un projet nommé Textopol, « base de données textuelles sociopolitiques », accessible sur le site du Céditec (http ://textopol.free.fr). Pourrais-tu développer ici ce qui constitue l’ambition de ce projet ?

16Pierre Fiala : Tu cernes un point nodal dans notre champ. La démarche méticuleuse d’Alice, au plus près des textes et des contextes, ses découvertes langagières illustrent excellemment le projet fayen que nous avions défendu. Elle ne répond toutefois pas à l’obstacle paradoxal évoqué par Jean-Marie Viprey.

17Le chantier Textopol du CEDITEC prend en compte les développements actuels des bases textuelles numérisées, de la linguistique de corpus et des outils informatisés, quantitatifs et qualitatifs. Il poursuit en la matière les recherches menées initialement par le laboratoire CNRS de lexicométrie et d’analyse du discours politique de Saint-Cloud (1969-2000), avec trois ambitions :

18- développer des procédures expérimentales et des protocoles intégrés, notamment lexicométriques et textométriques, allant de la statistique lexicale à l’analyse syntaxico-sémantique, argumentologique ou pragmatique. Ce développement et cet élargissement passe par l’expérimentation et l’enrichissement des fonctionnalités des logiciels existants, la comparaison de leurs principes et de leurs résultats, leur articulation, leur maîtrise didactique. Il repose sur des collaborations externes (UMR ICAR, et UMR TRIANGLE, ENS de Lettres et sciences humaines et IEP Lyon2 ; UMR Bases, corpus, Langages, POLITEXT Université de Nice ; LASELDI, Besançon ; UMR DYNACO, Paris 10 ; EA SYLED, LEXICOMETRICA, Paris 3 ; GRAID, UL Bruxelles) visant notamment le partage et l’organisation de données textuelles pertinentes et l’interopérabilité des procédures et des formats. Il implique aussi d’ouvrir les expériences et les protocoles vers d’autres dimensions fondamentales de la communication politique et publique : socio-langagières (les diverses formes écrites ou orales de forums et débats politiques), multilingues (dans le cadre européen notamment), audio-visuelles.

19- construire une base textuelle sociopolitique évolutive, comprenant des textes institutionnels intégraux, gouvernementaux, parlementaires, médiatiques, syndicaux, organisés en corpus permettant d’accumuler des corpus bien identifiés et décrits, et de cumuler les résultats des travaux divers portant sur eux ;

20- réaliser des travaux empiriques et expérimentaux fondés sur les hypothèses et les avancées de l’analyse des discours et de la communication politiques d’une part, et d’autre part les outils informatisés existants ou en développement, afin de mieux articuler les travaux théoriques des sciences du langage et les démarches expérimentales et rapprocher les questions théoriques et les modes de validation.

21Le chantier Textopol me semble complémentaire de l’entreprise Politext menée par Damon Mayaffre à Nice, même si nous n’en avons pas les moyens ni les ambitions. Les deux projets concourent au traitement automatisé des discours politiques. Politext, dans le cadre de ce que Mayaffre appelle la logométrie, ou « analyse quantitative du discours, de la parole », a une visée globale, moins descriptive et expérimentale que directement historique et politique. Fruit d’un « glissement de la lexicométrie originelle vers une logométrie pleine et entière, susceptible de renouveler la discipline » grâce aux progrès quantitatifs des lemmatiseurs et des catégoriseurs, la démarche logométrique est « un ensemble de traitements documentaires et statistiques du texte qui ne s'interdit rien pour tout s'autoriser ; qui dépasse le traitement des formes graphiques sans les exclure ou les oublier ; qui analyse les lemmes ou les structures grammaticales sans délaisser le texte natif auquel nous sommes toujours renvoyés. C'est finalement un traitement automatique global du texte dans toutes ses dimensions : graphiques, lemmatisées, grammaticalisées. L'analyse ainsi portera sur toutes les unités linguistiques, de la lettre aux isotopies, en passant par les n-grams4, les mots, les lemmes, les codes grammaticaux, les bi-codes ou les enchaînements syntaxiques » (Mayaffre, 2004). Cette voie est plus attentive aux tendances statistiques lourdes, fondées sur des bases textuelles de masse, indifférenciées sur le plan langagier, traitées de façon standard par l’étiqueteur Cordial et le logiciel Hyperbase, s’attachant aux tendances lourdes, interprétables dans des catégories historiques, politiques ou psychosociologiques, plus qu’aux phénomènes discursifs, aux affinements grammaticaux, aux variations contextuelles, aux fonctionnements textuels, aux stratégies communicationnelles et argumentatives.

22Avec la voie Textopol, on se donne plutôt les moyens de comparer les propriétés des outils actuellement utilisés, de déterminer les questions susceptibles d’être quantifiées - toutes ne le sont pas ; de réfléchir aux hypothèses, à la qualité des données numériques, au cumul de données et de résultats comparables, à la comparaison d’expériences variées, à la mise en visibilité topographique de mesures successives procédant par rapprochement progressifs jusqu’à saisir les phénomènes les plus fins, à la transition de l’analyse statique des segments répétés vers les analyses dynamiques des constructions terminologiques d’une part, des circulations phraséologiques de l’autre, pour parvenir peut-être à passer de la mesure des mots et des textes à l’appréhension d’un objet, le discours, qui tout autant que la langue est le résultat d’une construction de points de vue multiples.

23Philippe Schepens : Comme directeur de la revue Mots, tu es à l’origine de multiples travaux qui articulent les catégories devenues classiques de l’analyse de discours et les environnements informatiques d’exploration textuelle. Il me semble que ces nouveaux outils posent tendanciellement un problème que je formulerais, peut-être gauchement, ainsi : comment concilier la description de ce qui fait événement ou acte de discours à partir de corpus qui se donnent directement à lire et à interpréter comme structures (notamment lexicales) à travers l’exploration informatique ? D’une manière générale, à quel degré de maturité les chercheurs sont-ils parvenus dans la conception et l’utilisation de ces outils ? Je fais notamment référence à la polémique autour de « l’affaire Corneille-Molière »5, ou aux travaux de Stéphane Wahnich6 sur le discours de Le Pen.

24Pierre Fiala : Le seul rapprochement que je vois entre les deux serait l’exploitation médiatique ou politique suscitée autour de résultats de lexicologie quantitative, partiels ou insuffisamment établis. On peut redouter dans cet ordre d’idée que l’agenda médiatico-politique requière et instrumentalise progressivement à l’avenir les méthodologies discursives en les standardisant pour rythmer et entretenir les querelles sémantiques dans l’opinion publique, comme il le fait avec les sondages.

25Après sa création en 1981 par Maurice Tournier, fondateur aussi du laboratoire de lexicologie politique et lexicométrie, la revue Mots a défendu et illustré une application stricte de la méthode mise au point à Saint-Cloud, sans négliger le débat sur les questions méthodologiques. La diversification des méthodes, les développements technologiques, nous ont conduits à ouvrir la revue à la présentation de travaux issus d’autres écoles, analyse de contenu, analyses syntaxique, sémantique, pragmatique, argumentologique. L’enjeu pluridisciplinaire était d’abord pour moi de mieux inscrire les traitements lexicométriques du discours politique à l’articulation des sciences du langage et des sciences du politique, ce qui n’est toujours pas gagné, mais aussi de répondre aux demandes de collaboration venue d’horizons divers, théoriques et fondamentaux, en histoire ou en philosophie politique, plus instrumentalisés ou finalisés, en sociologie politique, en sciences de l’information et de la communication ou de la gestion, voire du marketing.

26La dimension sociopolitique du discours, c’est évidemment son rapport à la conflictualité sociale, à l’exercice des divers pouvoirs sociaux, aux institutions étatiques ou non, à la mémoire collective et individuelle, à la gestion de l’opinion et de l’agir publics, à la contrainte et la violence symbolique, à la maîtrise du consensus et du dissensus. Ses dimensions langagières, accessibles aux traitements informatisés quantitatifs, c’est son caractère répétitif et de masse, lié aux formes diverses de la médiatisation, à l’assise des lieux communs et à la circulation de formules ; c’est aussi le fait paradoxal de dire ce qu’il est à travers des combinaisons mesurables de l’être, du dire, du faire, des modalités du pouvoir, du devoir et de la négation, de la personne ; c’est d’être toujours divisé, didactique, polémique, empathique, éthique, et performatif ; d’être personnalisé et collectif, intentionnel et sans sujet, d’accaparer les signifiants et d’imposer les signifiés à travers le cadrage et la redéfinition.

27Ce qui manque le plus actuellement ce ne sont pas les moyens théoriques et technologiques (hormis peut-être dans les traitements multilingues) ni les formats de gestion des données et des corpus ni les capacités des développeurs, mais d’abord la volonté collective, les moyens et le temps de réaliser des procédures d’interopérabilité. C’est aussi et surtout la capacité d’approfondir collectivement la pertinence sociolinguistique ou politique des questions initiales de recherche, la richesse des corpus, l’inventivité des hypothèses, la créativité des protocoles d’expérimentation, les moyens de présentation, de synthèse et d’interprétation des résultats, Par exemple, pour envisager d’analyser les propriétés langagières, formelles et sémantiques, d’un événement historique, politique ou social à l’aide de méthodes quantitatives, il importe de construire des d’hypothèses permettant d’échantillonner convenablement des corpus textuels, de les étiqueter efficacement, de choisir la méthodologie et les expériences idoines pour qu’un traitement automatisé puisse fournir des résultats fiables, interprétables, originaux, susceptibles de remonter des productions textuelles aux pratiques langagières, des données statiques, contrastives aux transformations et aux ruptures événementielles. La démarche présuppose naturellement d’une part la mise au point des protocoles d’identification, de fiabilisation philologique, de gestion des données numériques, mais aussi la connaissance approfondie des textes et la maîtrise critique des savoirs développés sur le terrain observé. Tâches plus adaptées à la démarche collective qu’à la recherche solitaire.

28Philippe Schepens : Le Céditec a organisé récemment (du 30 juin au 3 juillet 2005) trois journées d’études franco-allemandes intitulées : « L’analyse du discours en Allemagne et en France : Tendances actuelles en sciences du langage et en sciences sociales »7. Rencontre sûrement très utile car nous connaissons fort peu leurs travaux, tout comme ils semblent ignorer assez largement les nôtres. Pourrais-tu nous dire ce que tu retires de cette rencontre ? Où en sont nos collègues allemands ?

29Pierre Fiala : Cette réunion ne représentait évidemment pas la rencontre d’une Analyse de discours à la française avec une recherche sociologique à l’allemande. Elle a permis néanmoins une prise de contact qui devrait être fructueuse, sous la forme d’un numéro à venir de Langages et société notamment, avec une nouvelle génération de chercheurs en sciences sociales qui découvre Foucault et les concepts discursifs, mais aussi la lexicométrie, à la lumière d’une formation sociologique utilement influencée par les démarches qualitatives et d’une tradition philosophique toujours richement marquée par la pensée critique.

Haut de page

Notes

1 Sous le consensus, la xénophobie. Paroles, arguments, contextes (1961-1981), Lausanne, Institut de Sciences politiques, 1983, 454 p. (en collaboration avec Marianne Ebel).
2 et repris dans la revue Marges Linguistiques N° 9, mai 2005 : Analyse du discours. Etat de l’art et perspectives, coordonné par Dominique Maingueneau.
3 Papillon M., J., L., M. 2003, « Si je reviens comme je l’espère ». Lettres du Front et de l’Arrière 1914-1918. Recueillies par Madeleine et Antoine Bosshard. Postface et notes de Rémy Cazals et Nicolas Offenstadt. Paris, Grasset, 397 p. Retrouvée dans un grenier de Vezelay, la liasse parfaitement conservée et classée chronologiquement de près de 500 lettres et cartes échangées par les six des huit membres de la famille, quelques proches, ainsi que l’administration militaire.
4 Dénomination anglo-saxonne, pour le programme de recherche des segments répétés développés initialement par A. Salem, 1987, Pratique des segments répétés : essai de statistique textuelle, Paris, Klincksieck.
5 Discussion engendrée, dans la communauté universitaire et plus largement, par diverses publications de M. Dominique Labbé (avec ou sans M. Cyril Labbé), affirmant apporter la preuve scientifique que Corneille a écrit 16 au moins des chefs-d’œuvres « attribués » à Molière.
6 Le Pen, Les Mots. Analyse d’un discours d'extrême droite, La Découverte/Poche N° 60, 1998, Maryse Souchard, Stéphane Wahnich, Isabelle Cuminal, Virginie Wathier.
7 (On trouvera sur le site du Céditec les résumés et la plupart des textes des communications produites à l’occasion de ce colloque (organisateurs : Johannes Angermüller, Dominique Maingueneau, Malika Temmar  (Paris 12) http ://www.johannes-angermueller.de/francais/adfa.html ).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Fiala, « L’analyse de discours, mesures à l’appui », Semen [En ligne], 21 | 2006, mis en ligne le 28 avril 2007, consulté le 21 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/semen/2003

Haut de page

Auteur

Pierre Fiala

Céditec - Université Paris XII

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page