Navigation – Plan du site

Poésie de la linguistique : la tentation du dictionnaire

Hugues Laroche

Résumés

 « Poésie de la linguistique : la tentation du dictionnaire »

 Résumé : le XIXe siècle est le siècle de la linguistique. Il invente le terme et une nouvelle façon de percevoir le langage en donnant au mot un nouveau statut qui met en évidence son historicité et son interdépendance avec l'ensemble du lexique. Ces apports sont décisifs à un moment où la poésie se renouvelle par une révolution lexicale poursuivie tout au long du siècle. Cet article pose les différents jalons de l'influence de la linguistique sur la poésie en s'intéressant plus particulièrement à la question du dictionnaire comme forme-sens ou socle de l'expérience poétique. Il s'agit donc de faire entrer en résonance les travaux de M. Müller, Bréal ou Littré avec les textes de poètes linguistes comme Hugo, Gourmont, Adam, Schwob ou Mallarmé.

Haut de page

Texte intégral

1. Le siècle de la linguistique

1Le siècle de la linguistique ? Le XIXe bien sûr ! On lui doit pour commencer le mot lui-même, attesté dès 1826 selon le Dictionnaire historique de la langue française, d'après l'allemand « Linguistik » (fin XVIIIe). Jacques-Philippe Saint-Gérand signale même que le terme circule dans « les milieux érudits » depuis 1812. Nodier publie ses Notions élémentaires de linguistique en 1833 et 1834. Viennent ensuite les institutions : le prix Volney de l'Institut devient prix de linguistique en 1835, la Société de Linguistique de Paris est fondée le 21 septembre 1839 (Saint-Gérand, 1998, a).

2L'irruption de la linguistique a d'abord lieu dans une sorte de débauche lexicale : Larousse hésite, pour désigner la nouvelle science, entre « philologie comparée », « étymologie scientifique », « phonologie », « glossologie », « grammaire comparée », « idiomographie », « philologie ethnographique » et « linguistique » (Larousse, 1863-1876, article « Linguistique » ). Cette profusion de mots tente de cerner un objet nouveau dans l'étude de la langue, nouveauté constamment soulignée par ses contemporains. Ainsi chez Max Müller : « la science du langage est de date très récente : elle ne remonte pas beaucoup au-delà du commencement de notre siècle (…) En France, elle est connue sous le nom commode mais un peu barbare de linguistique. » (Müller, 1864, p. 4) Larousse et encore moins Müller, qui fut un des plus grands linguistes de son siècle, n'ignorent pourtant pas les travaux de leurs prédécesseurs. S'ils ont le sentiment d'une « révolution copernicienne » (le terme est de Müller), c'est que les langues sont désormais étudiées dans une perspective comparatiste qui permet d'en dégager les parentés et les modes de fonctionnement. A l'origine de cette révolution, il y a l'étude du sanscrit qui conduit à la reconstitution de l'indo-européen. Au cours de ces investigations s'impose l'idée que l'histoire de toute langue, son évolution, est régie par des lois spécifiques. Dégager ces lois permet de passer du plan de la langue à celui du langage : « Nous avons à étudier le langage et non pas les langues (…) nous voulons en connaître l'origine, la nature et les lois. » (Müller, 1864, p. 24)

3Faire du langage son objet, en explorer les virtualités et le pouvoir : autant d'objectifs qui sont aussi ceux de la poésie et plus précisément de celle qui s'élabore simultanément à la linguistique, tout au cours du siècle, dans l'espoir de « trouver une langue » selon la formule de Rimbaud. Une langue de plus qui viendrait s'ajouter à la longue série des idiomes décortiqués dans les ouvrages dits de « grammaire comparée » que les linguistes édifient comme une nouvelle tour de Babel visant le langage. On tâchera, dans cet article, non seulement de préciser le parallèle mais d'en dégager le fonctionnement : l'hypothèse de départ est que la nouvelle conception du langage qui s'affirme avec la linguistique agit de façon non négligeable sur la réflexion poétique de l'époque, qu'il existe bien pour le poète (et le linguiste!) une poésie de la linguistique.

2. Les apports de la linguistique dans la représentation du langage

4a) La reconstitution de l'indo-européen provoque une première révolution : elle rend de nouveau possible une rêverie sur l'origine des langues en élargissant spectaculairement l'horizon spatio-temporel de la linguistique. Certes elle invalide la thèse, plus conforme au catholicisme, de l'origine hébraïque du langage mais offre en retour des perspectives quasi infinies de rapprochements : l'indo-européen rassemble la plupart des langues d'Europe dont il est la langue mère mais que faire des autres langues (dont l'hébreu) qui ne sont pas issues de lui ? Peut-on reconstituer par la comparaison de toutes les familles de langues la langue mère absolue dans son unité originelle, à supposer qu'il y en ait une? Les progrès de l'étymologie, l'établissement des racines indo-européennes, vont permettre aux esprits les plus téméraires (ou les plus poétiques) de rêver à une remontée jusqu'à l'instant premier : l'histoire d'une langue étant assimilable, selon Müller, à « la formation successive des couches terrestres » (1864, p. 73), une géologie devient possible, avec les prétentions scientifiques qui y affèrent. Sur cette question, la plupart des linguistes font pourtant preuve de prudence puisque la Société de linguistique de Paris va jusqu'à interdire en son article 2 toute « communication concernant soit l'origine du langage, soit la création d'une langue universelle » (Auroux, 2006, p. 2) mais il n'excluent pas pour autant la possibilité d'une solution à venir. Il y a là un premier aspect poétique de la nature du mot, lié à son étymologie qui rend présent son passé et virtuellement toute la famille actualisée par sa racine. Les découvertes de la grammaire comparée conduisent donc à une sorte de réseau infini de mots, apparentés par les racines monosyllabiques de l'indo-européen, ce qui réactive le rêve d'une motivation du langage.

5b) Le deuxième apport fondamental est lié à l'œuvre de Franz Bopp (cf. Foucault, 1966). Dans sa monumentale Grammaire comparée sanscrite, zende, grecque, latine, lithuanienne, slave ancienne, gothique et allemande (2e éd. refondue 1857, trad. française 1866 par Bréal), il ne se contente pas d'établir la parenté de ces langues indo-européennes mais reconstitue les lois communes et spécifiques à leur évolution. Après Grimm dans le domaine germanique1, il montre que les transformations phonétiques qui conduisent d'une langue mère à une multitude d'idiomes relèvent d'un mécanisme identifiable. La langue est donc conçue comme un système de signes, d'abord phonétiques, dont chacun reçoit de l'ensemble son sens. De là l'importance accordée, dans l'étude et la description d'une langue, à la grammaire, c'est à dire aux flexions ou à la syntaxe, autrement dit à la distribution progressive du sens.

6On en trouve une preuve chez Michel Bréal, qui, dans sa Sémantique du langage, ne cesse de souligner l'influence déterminante du contexte. C'est par la syntaxe que « les mots qui étaient, pour ainsi dire, enfermés en eux-mêmes, contractent peu à peu des liens avec les autres mots de la phrase » (Bréal, 1897, p. 220). Il en résulte un phénomène de « contagion (…) qui a pour effet de communiquer à un mot le sens de son entourage » (221). Bréal va même jusqu'à étendre le contexte à l'ensemble du dictionnaire en étudiant « l'action que les mots d'une langue exercent à distance les uns sur les autres » (309) : les exemples qu'il cite se limitent à des restrictions de sens à cause de l'arrivée d'un concurrent (« traire » supplanté par « tirer », « muer » par « changer » etc.), ils n'en ont pas moins pour conséquence d'inclure le paradigme lexical dans le sens d'un texte. La sémantique ainsi constituée propose donc une lecture à la fois horizontale (syntagmatique) et verticale ou in absentia du texte dans une sorte de réseau là encore quasi infini, convoquant la langue au détour de chaque mot dans une dialectique sans fin de la partie et du tout : « Pour que le mot puisse dire ce qu'il dit, il faut qu'il appartienne à une totalité grammaticale qui, par rapport à lui, est première, fondamentale et déterminante. » (Foucault, 1966, p. 293)

7c) Le troisième apport de la linguistique auquel je m'intéresserai est la mise en évidence de l'historicité des langues et donc de leur usure, usure patente dans la transformation des mots en affixes telle qu'on peut l'observer dans l'indo-européen. Les mots ont une vie et notre langue est un organisme en développement (Littré, 1863; Müller, 1864). Ce développement peut aller vers plus de clarté, selon la thèse de Bréal (1897), il n'en repose pas moins sur la mort et la destruction de la langue passée. Corruption phonétique, grammaticale ou sémantique : le français moderne naît de la mort du latin mais implique aussi celle de l'ancien français et même du français classique. « Les mots ne sont immuables ni dans leur orthographe, ni dans leur forme, ni dans leur sens, ni dans leur emploi. Ce ne sont pas des particules inaltérables, et la fixité n'en est qu'apparente. Une de leurs conditions est de changer (…) », affirme Littré dans la Préface de son Dictionnaire de la langue française (1872). Il résulte de cette transformation continuelle un sentiment de précarité de la langue qui ne peut manquer d'entrer en résonance avec les préoccupations d'un siècle obsédé, depuis la mort du roi, par l'histoire et l'annonce de sa décadence successivement imputée aux romantiques, aux parnassiens et aux décadents proprement dits.

8d) Le dernier aspect, fondamental dans la perspective d'une poésie de la linguistique, est l'affirmation de la nature métaphorique du langage qui ferait donc de la poésie la continuation ou l'appropriation d'un travail observable dans la langue. Même un linguiste aussi attaché que Bréal à la clarté du langage, dont il fait le principe de son développement, reconnaît l'importance de la métaphore : « S'il nous était possible de remonter plus haut dans le passé de l'humanité, nous trouverions sans doute, tout comme dans les langues que nous connaissons mieux, la métaphore partout présente. » (1897, p. 145). La métaphore comme geste fondateur, présente dès l'origine : c'est aussi la thèse de Renan et de Müller, reprise succinctement par Larousse (article « Métaphore » ). Pour Müller tous les mots abstraits dérivent par métaphore de mots concrets par une évidente nécessité du développement intellectuel. La métaphore vient combler un vide et rendre possible le passage à l'abstraction :

La métaphore est un des plus puissants instruments qui aient servi à la construction du langage humain, et nous ne pouvons guère nous figurer comment, sans elle, aucune langue aurait jamais pu s'élever au-dessus des plus simples rudiments. (…) Aucun progrès n'était possible dans la vie intellectuelle de l'homme sans la métaphore. (Müller, 1868, p. 71-72)

9Müller développe sa thèse en distinguant deux types de métaphores, la « métaphore radicale » et la « métaphore poétique » . La première sert à l'accroissement du lexique puisqu'elle consiste à créer à partir d'une racine un dérivé partageant le même sème : « une racine qui signifie briller est employée pour former les noms, non seulement du feu ou du soleil, mais aussi du printemps, de la clarté du matin, de la brillante lumière de la pensée » (1868, p. 74). La suivante relève du sens figuré et contribue à ce que Bréal désignera par le terme de « polysémie » : il s'agit en effet d'utiliser un mot déjà créé pour lui faire signifier « quelque autre action ou quelque autre objet » (Müller, 1868, p. 74). Du point de vue lexicologique, la distinction est intéressante entre accroissement du lexique et accroissement du sens. Elle met surtout en évidence, dans les deux cas, le rôle de l'analogie dans la langue, auquel Müller donnera une extension impressionnante en définissant le mythe comme une « maladie du langage » (Müller, 1864, p. 11) liée à une métaphore originelle dont le sens se serait perdu.

10De la « métaphore poétique » aux formes poétiques primitives que constituent les mythes, la langue est donc déjà de par sa nature une œuvre poétique utilisant les mêmes procédés que la littérature et les réservant au héros qu'elle s'est choisi : le mot. En effet, malgré les travaux fondateurs sur les flexions ou les phonèmes, la linguistique est d'abord à cette époque une exégèse du mot comme en témoigne le succès des publications de Littré, sa Pathologie verbale par exemple, conçue comme une série d'anecdotes dont un mot est « le héros » (Littré, 1986, p. 8). Reste à observer comment la littérature a intégré dans son discours et sa pratique les principaux traits de la linguistique du XIXe siècle.

3. La littérature et la tentation du dictionnaire

11Le romantisme initie, on le sait, une façon radicalement différente de concevoir la littérature. Michel Foucault y a vu précisément une réaction au développement de la linguistique. Au moment où une science prend décidément le langage pour objet, selon l'expression de Müller, la littérature s'institue dans un trajet inverse en mode d'expression impénétrable et replié sur lui-même (1966, p. 313).

12La simultanéité de naissance des deux jumelles est effectivement frappante de même que le caractère réactif de l'évolution de la littérature, encore qu'il faudrait y associer les facteurs politiques et sociaux. Avec la Révolution et le développement d'une économie capitaliste, c'est aussi la place de l'écrivain dans la société qui est mise en cause. On sait que cette question est au cœur du discours poétique dès le romantisme2 et reste centrale tout au long du siècle : elle a sans doute au moins autant d'influence sur la littérature que le développement de la linguistique. Quant à la présentation proposée par Foucault de cette dernière, dans un chapitre bien informé, elle me semble sous estimer les convergences. Certes la linguistique moderne relève alors d'une exigence toute positiviste de clarté, mais, conduite par des esprits honnêtes et prudents, elle accroît plus qu'elle ne réduit le caractère mystérieux et insaisissable de son objet. Bien plus, la nouvelle science intègre le principe poétique dans son propre champ. Cette annexion a pu conduire les poètes à réagir en se réfugiant dans un langage intransitif, comme le prétend Foucault, mais il importe de décrire ce que cette réaction doit à sa sœur jumelle et plus précisément à ses apports quant à la représentation du mot.

13Au moment où la linguistique s'approprie le principe poétique pour en faire une particularité de la langue, la poésie se renouvelle par une révolution lexicale. Le combat romantique est d'abord affaire de dictionnaire comme le rappelle Hugo dans les longs poèmes apologétiques des Contemplations : « Je mis un bonnet rouge au vieux dictionnaire » (Hugo, 1972, p. 642). Sa « Réponse à un acte d'accusation » est une exubérante mise en scène de cet acte transgressif, opposant dans une métaphore filée les mots de la poésie classique, assimilés à la noblesse, à ceux des romantiques, que le poète déclare « égaux, libres, majeurs » (Hugo, 1972, p. 642). Il faut accorder à ces textes de la maturité une sorte de valeur testamentaire : c'est bien le pouvoir de fascination du mot qui justifie a posteriori l'entrée d'Hugo en littérature et la révolution romantique. Je ne veux pas, en disant cela, insinuer que Racine n'a jamais regardé les mots qu'il employait mais que le discours sur les mots, la poétique du lexique, prend, avec les romantiques, une autre dimension dont les analogies avec le développement de la linguistique sont frappantes. Les contemporains ont surtout été impressionnés par l'irruption dans la langue poétique des « chiens noirs de la prose » (Hugo, 1972, p. 643). A relire les poèmes d'Hugo dans la perspective qui nous intéresse ici, on est frappé d'y trouver une véritable rêverie sur le pouvoir des mots, « passants mystérieux de l'âme » selon une formule que ne renierait pas Bréal (Hugo, 1972, p. 644) et qui conduit Bourget à qualifier le chef du romantisme de « visionnaire des mots » (1905, p. 112). Or cette conception du mot reprend les principales caractéristiques définies par la linguistique contemporaine, essentiellement ce poids d'histoire et ce réseau d'analogies qui donnent au mot son mystère, l'incluent dans un « sombre peuple » (Hugo, 1972, p. 644) : le mot est à la fois unique et membre d'une multitude dont il ne se défait pas, il est également tout puissant et impalpable, il apporte la lumière tout en restant dans l'ombre. Autant d'antithèses qui ne surprennent pas le lecteur familier de l'auteur mais qui soulignent à quel point l'homme est un être de langage et à quel point, de façon inaugurale, la poésie du XIXe siècle fait du mot son objet.

14Hugo s'en tiendra là : au commentaire de son propre lexique conçu comme acte poétique. Il n'ira pas jusqu'à écrire un dictionnaire même s'il manifeste un intérêt évident pour les questions linguistiques3. Il n'empêche : tout au long du siècle la question du dictionnaire revient comme une question de poétique. C'est la première chose que demande Gautier à Baudelaire qui vient lui rendre visite pour la première fois : « Il me demanda ensuite, avec un œil curieusement méfiant, et comme pour m'éprouver, si j'aimais à lire des dictionnaires. (…) Par bonheur, j'avais été pris très jeune de lexicomanie, et je vis que ma réponse me gagnait de l'estime. » (Baudelaire, 1976, p. 108) La question du dictionnaire sert ici de test, de signe de reconnaissance, de symbole au sens premier du terme : le poète est d'abord lexicomane. Mais peut-on rêver à une forme poétique du dictionnaire qui compenserait le déficit de composition et d'imagination que lui reconnaît Baudelaire (cf. Salon de 1859, ch. 4)?

15La question reçoit un début de réponse vers la fin du siècle avec deux entreprises originales. Je garde la plus intéressante pour la fin sans égard pour la chronologie. La première est de Remy de Gourmont qui publie en 1899 au Mercure de France une Esthétique de la langue française, cautionnée, selon la préface, par Max Müller et Gaston Paris. Il s'agit pour Gourmont de mener, sous les auspices de la linguistique, un combat esthétique contre l'invasion du français par des mots étrangers : « on ne s'est guère intéressé jusqu'ici aux mots du dictionnaire que pour en écrire l'histoire, sans prendre garde à leur beauté propre, de forme, de sonorité, d'écriture. » (Gourmont, 1899, p. 13) Cette entreprise se caractérise par la volonté de fonder une esthétique du mot hors contexte, du mot « du dictionnaire » comme le dit Gourmont. Son Esthétique se présente donc comme une sorte de lexique commenté organisé par domaines et s'attachant à la « beauté physique » des mots, laquelle n'a pas plus de rapports avec leur sens que la beauté d'une femme avec son intelligence (Gourmont, 1899, p. 14). Le seul critère retenu par Gourmont est celui de pureté : plus le mot est français, plus il est beau. Les mots étrangers ne sont acceptables que francisés. Gourmont prône donc une francisation radicale de l'orthographe dans le cas de mots qui n'auraient pas d'équivalents français : « sinfonie », « stile », « quilot » ou encore « fivocloque » (1899, p. 66). Ce qui n'empêche pas l'auteur de conseiller d'écrire « morceau » ou « niveau », la diversité orthographique ayant une valeur esthétique quand elle s'appuie sur une tradition nationale. Il aura ainsi répondu au programme d'une sorte de dictionnaire, peut-être pas intégralement poétique mais au moins esthétique, conférant au mot le statut d'œuvre d'art en dehors de toute question de sens, dit-il un peu vite, sans distinguer dénotation et connotations : or si le signifiant seul relève déjà du poétique, c'est manifestement par les connotations qu'il implique.

16Il y a sans doute quelque provocation pour l'ancien poète et critique symboliste à défendre avec autant d'acharnement l'idée d'une beauté liée à la pureté nationale du mot. On peut y voir une sorte de réponse, à dix ans d'intervalle, au Petit glossaire pour servir à l'intelligence des auteurs décadents et symbolistes publié par Paul Adam sous le pseudonyme de Jacques Plowert. Cette fois il s'agit bien d'un dictionnaire, répertoriant selon l'ordre alphabétique les « termes rares » (Plowert, 1888, p. I) figurant dans les poèmes du mouvement. Chacun de ces termes est suivi de sa définition et d'une citation. L'entreprise, pour curieuse qu'elle soit, n'a apparemment rien de parodique : Adam se cite d'ailleurs lui-même au milieu d'exemples tirés de Barrès, Fénéon, Ghil, Kahn, Laforgue, Mallarmé, Poictevin, Régnier, Rimbaud, Verlaine, Viélé-Griffin et Vignier. L'auteur présente son travail comme une réponse au « plus considérable reproche » fait à l'encontre des symbolistes et des décadents : « l'étrangeté des termes mis en usage par ces oeuvres » . Le glossaire sert donc ici d'initiation à une poésie du mot. Il s'ouvre sur une préface qui, après les précautions d'usage rappelant que la plupart des poètes et particulièrement les plus prestigieux (Verlaine et Mallarmé) s'en tiennent presque toujours au lexique des dictionnaires, entre dans le détail de la formation des néologismes en analysant les désinences les plus usitées. La lecture qui en est proposée est tout à fait représentative de cette projection de la poésie sur la linguistique qui caractérise le livre :

Ance marque particulièrement une atténuation du sens primitif, qui devient alors moins déterminé plus vague et se nuance d'un recul. Ex : lueur, luisance. Lueur c'est l'effet direct d'une flamme, luisance sera un reflet de flamme dans un panneau verni, dans la nacre humide de l'œil, dans le froncis d'une sombre et soyeuse étoffe etc. (…) La désinence ure indique une sensation très nette, brève ; elle diminue en renforçant; elle circonscrit. Luisure sera un effet de lueur sur la vitre d'un lampadaire, sur la plaque d'un métal poli, sur l'orbe d'un bouton métallique ; elle sera l'éclat brusque du diamant dont une facette concentre subitement les feux du lustre ; la syllabe ure produisant une sensation d'arête vive, le brusque coup d'archet sur les notes aiguës du violon. (Plowert, 1888, p. II-III)

17A « luisure » le dictionnaire actuel ne répond pas. « Luisance » est défini comme « caractère de ce qui luit » et attesté dès le XVe siècle, puis repris en 1848 dans la langue poétique, d'après le Dictionnaire historique de la langue française. Grévisse propose des deux suffixes un commentaire qui contraste nettement dans sa sobriété avec celui du glossaire :

18-ance (lat. –antiam) s'ajoute au radical du participe présent pour marquer l'action ou le résultat de l'action.

19-ure (lat. –uram) se joint à des noms, à des adjectifs, à des verbes, pour marquer soit l'action subie, soit le résultat concret de l'action, soit encore un ensemble formé par la réunion de plusieurs choses de même espèce. (Grévisse, 1980, no 170)

20La confrontation des deux commentaires met en valeur ce que le premier a de subjectif et de discutable du point de vue sémantique. Il semble difficile par exemple de retrouver dans « confiture » ou dans « architecture » les connotations développées par Plowert ! La particularité de son commentaire est de tourner très vite au poème en prose symboliste dans la mesure où le terme glosé est aussitôt évoqué par une série d'exemples évoquant assez précisément un intérieur fin-de-siècle avec ses panneaux vernis, ses lourdes étoffes, ses lustres ou ses violons. La linguistique apparaît donc ici comme le point de départ de l'expérience poétique : la dérivation y devient poème.

21D'une façon plus générale le livre de Plowert peut être lu comme une sorte d'aboutissement, de passage à la limite, de toute la littérature fin-de-siècle. Celle-ci est, on le sait, obsédée par le sentiment de sa fin : décadence d'une civilisation mais aussi décadence d'une langue dont la linguistique a mis en évidence la précarité en répertoriant tous les phénomènes d'usure, sémantiques ou phonétiques. La métaphore du faisandage ou de la déliquescence revient constamment au cours du siècle. Le topos tourne à la parodie avec la publication des Déliquescences d'Adoré Floupette en 1885. Le reproche est toujours le même : en privilégiant le détail au détriment de l'ensemble, les décadents détruisent la syntaxe. Leur écriture est une écriture du mot dont le résultat est « la décomposition de la langue française » écrit Huysmans dans A Rebours à propos de Mallarmé (Huysmans, 2005, p. 745). De Plowert à Huysmans, l'esthétique est donc la même : d'une langue faisandée, il ne reste plus que les mots, ces mots qui à eux seuls confèrent au texte sa force poétique par leur pouvoir d'évocation.

22J'y reviens en détail à propos de deux tentatives nettement plus développées dans leurs présupposés linguistiques.

4. Schwob et l'argot

23Marcel Schwob est sans conteste l'un des exemplaires les plus achevés du poète-linguiste qui nous intéresse ici. Son érudition est reconnue de tous. Elle se caractérise très tôt par une facilité extraordinaire pour les langues qui lui permet de maîtriser l'allemand et l'anglais à dix ans et de publier son premier article (en français) un an plus tard. Viendront ensuite le latin et le sanscrit. Parallèlement Schwob suit les cours de Bréal et Saussure. Il applique ses connaissances linguistiques à l'argot sur lequel il publie plusieurs études importantes dans les années 1889-18914. Ce qui l'intéresse dans cette langue, c'est d'abord sa vitalité. L'argot produit encore des mots alors que le français académique se meurt :

Les mots d'argot sont à peu près les seuls qui fassent encore des enfants. Les nôtres ne bourgeonnent plus ; ce sont des cellules vivantes qui ne se sépareront plus jamais. Les mots longs se racornissent, se recroquevillent, se ramassent autour du noyau ; ils deviennent des monosyllabes. […] A l'origine, les suffixes des mots, les désinences, ont un sens ; à mesure que ce sens s'oblitère, que la conscience s'en retire, ces suffixes, ces désinences meurent et tombent comme la peau d'une figue confite. (Schwob, 2002, p. 853)

24La remarque de Schwob reprend des notions linguistiques caractéristiques de son siècle, l'identification des désinences comme mots vidés petit à petit de leur sens plein et l'opposition entre langues monosyllabiques et flexionnelles. Il les utilise dans la perspective de décadence propre à son époque et qui ne correspond pas tout à fait à l'enseignement de ses maîtres. Lorsque Bréal parle d'usure, il veut désigner un processus de perfectionnement : l'usage de la langue l'améliore en la rendant plus claire et plus efficace. Sur ce plan, Schwob semble suivre plutôt Max Müller qui signale le même phénomène de dépérissement des langues littéraires rendant nécessaire un renouvellement par un apport extérieur, celui des dialectes (Müller, 1864, p. 52). Pour Schwob, le dialecte par excellence est l'argot en raison de son influence constante sur le français : il est la « mère patrie de notre langue » (p. 854).

25Cette vitalité ouvre au linguiste une sorte d'occasion unique, celle d'observer une langue en train de se créer. L'argot nous renvoie ainsi aux origines de notre langue. Ses mots « naissent comme sont nés tous les mots : ce sont les adjectifs qui forment les noms. » (p. 854) Ainsi la « toquante » pour la « montre » ou la « roulante » pour la « voiture » rappellent-ils les métaphores radicales signalées par Müller (1868, p. 74) : on crée un nom à partir d'un de ses attributs, par substantification d'un adjectif. L'argot se caractérise toutefois par le grand nombre de ses suffixes et leur grande mobilité qui confine à l'équivalence : « boutanche » ou « boutoque » désignent également la boutique, dont la 2e syllabe est perçue comme un suffixe autorisant le locuteur à la substitution (p. 871). La conséquence de cette inventivité lexicale est le grand nombre de doublets sémantiques dont Schwob essaie de reconstituer l'enchaînement et l'arborescence. La dérivation est en effet concurrencée par la métaphore (la « métaphore poétique » de Müller) dans la création de ces doublets, ce qui finit par produire une « pluie de synonymes » (p. 883).

26 Voici l'exemple de « marmite », tel que l'analyse Schwob. Le mot désigne une femme, soit par une métaphore peu probable (que l'auteur ne justifie pas), soit par une construction mar-mite dont le radical est à rapprocher de la série mar-lou, mar-paut, mar-quise, -mite étant, d'après Schwob, un suffixe établi5. « Marmite » donne ensuite « marmotte » par substitution de suffixe. « Marmotte » donne enfin « taupe » par « dérivation synonymique » . Dans une série parallèle, « marmite » donne par « dérivation synonymique » « poêlon » et « casserole » . Par « dérivation synonymique » Schwob désigne un processus complexe par lequel un mot reprend le sens figuré d'un autre duquel il est rapproché en vertu de son sens propre, le tout étant ici compliqué par un premier glissement par homonymie : le « marmotte » argotique est d'abord assimilé au « marmotte » usuel, avec lequel il n'a, à l'origine, aucun rapport sémantique ni historique ; c'est ce que Schwob semble désigner sous le terme de « métaphore dérivée » : « un mot une fois formé, représente une idée par l'assemblage même des sons et les associations qui s'y rattachent » (p. 882). Ce deuxième « marmotte » donne « taupe » qui n'est pas véritablement un synonyme mais une sorte de co-hyponyme de la série des mammifères souterrains. Cet exemple montre à quel point l'argot est soumis au démon de l'analogie : la création lexicale procède de rapprochements tous azimuts sur les doubles plans du signifiant et du signifié6.

27Cela met en évidence l'hermétisme concerté, artificiel, de cette langue, que l'on retrouve également dans le procédé analysé par Schwob du loucherbem, inventé « par la corporation des garçons bouchers » (p. 865) :

28Schwob rapproche ce travail de déformation par inversion de phonèmes de l'anagramme, « procédé littéraire » qui aurait été introduit dans l'argot pour aboutir, avec le travail sur les suffixes, au « langage artificiel le plus moderne » (p. 876). On voit sans doute où je veux en venir : ce langage artificiel, moderne et hermétique évoque inévitablement la poésie. Les procédés mêmes identifiés dans l'argot, ce jeu analogique constant sur signifiant et signifié, rappellent de façon frappante le travail du poète tel qu'il est conçu par les symbolistes. A ceci près, une fois de plus, qu'il se limite au mot : les effets syntaxiques ou rythmiques n'entrent pas en ligne de compte dans la mesure où l'essentiel a lieu hors phrase dans l'invention lexicale mobilisant toutes les virtualités paradigmatiques.

29L'œuvre linguistique de Schwob entretient cette relation entre argot et poésie par l'attention qu'elle porte au langage des Coquillards et plus précisément au plus célèbre d'entre eux, Villon. Le glossaire du jargon de la Coquille que Schwob commence à rédiger tire la plupart de ses exemples d'œuvres littéraires et surtout poétiques : Villon mais aussi Eustache Deschamps ou Charles d'Orléans sont convoqués à témoigner par leur pratique de la vitalité de ce jargon. Schwob lui-même écrit des poèmes en argot dont le plus long, « La lanterne rouge », comporte cette dédicace en acrostiche, sans doute en hommage à Villon :

Dédicace

M es braves frangins argotiers,

A vous ce fafiot je dédie.

R adinons-nous les mi-setiers :

C' est de la bonne comédie.

E sgourde ouverte, et clairs calots.

L e blot est des plus rigolos.

S urin au poing, et ventre au riffe,

C' est ainsi qu'il faut calancher.

H o la Camarde nous aggriffe,

V einards, en train de pitancher !

O ublions la Muette gourde :

B uvons ferme – et prêtons l'esgourde.

(p. 845)

30Si les argotiers sont les frangins du poète, c'est manifestement en vertu de leurs compétences linguistiques. Habiles à saisir les analogies de la langue, ils ouvrent à Schwob une fenêtre (c'est le sens argotique de « lanterne » ) sur son propre travail : pour preuve cette série de poèmes dont la valeur poétique repose essentiellement sur le lexique. Un peu comme si le mot lui-même éprouvait ici son pouvoir : à peine énoncé il impose sa présence, dans une sorte de clair-obscur du sens et ce halo d'analogies d'où il provient.

5. Mallarmé et le mot

31Pour Léautaud, « tout Mallarmé est écrit avec le Littré » (cité par Lair, 2006, p. 114). Autant dire qu'encore une fois, et chez un poète majeur, s'observe cette projection du dictionnaire comme objet poétique. Et en effet, les connaissances linguistiques de Mallarmé, sans atteindre peut-être la précision de celles de Schwob, sont assez fouillées et tout à fait essentielles à son discours et à sa pratique poétiques. Je tâcherai d'en donner un aperçu pas trop réducteur malgré l'exiguïté de la place et la complexité du propos.

32a) Les Mots anglais : la poésie dans la linguistique

33Mallarmé manifeste assez tôt son intérêt pour la linguistique, allant même jusqu'à envisager une thèse dans ce domaine : on ne peut que renvoyer ici, faute de place, aux travaux cités dans la bibliographie. La publication en janvier 1878 des Mots anglais ne doit donc pas être considérée comme une simple compilation à des fins alimentaires, même si elle s'inspire largement d'ouvrages de référence publiés en anglais7. Le livre manifeste d'abord la continuité d'une attention au langage, en même temps qu'il met en évidence l'interdépendance des deux disciplines, linguistique et poésie : « la sensibilité radicale de la langue, ses pudeurs ou ses tendances, se manifestent dans la poésie, toujours prise par cette Etude comme le type le plus juste du parler propre à une époque! » (Mallarmé, 2003, p. 960). L'ouvrage se présente donc, de façon assez étonnante et révélatrice, comme un traité de linguistique reprenant l'essentiel des thèses répandues à l'époque mais incluant également dans sa démarche des procédés poétiques.

34Il s'agit d'un traité de « lexicographie », centré donc uniquement sur « l'étude matérielle » du mot (2003, p. 951) : la grammaire (définie comme « le changement de lettres déterminé par le sens dans la phrase », ibid.) était annoncée pour un deuxième volume qui n'a jamais paru. Les Mots anglais ont pour ambition de rendre compte d'un « fouillis de vocables » : « Tout un dictionnaire s'offre, immense, effrayant. » (2003, p. 948) Ce désordre, qu'il s'agira de réparer, est d'abord dû au poids de l'histoire mis en évidence par les découvertes de la linguistique sur l'étymologie : « chacun de ces termes arrive de loin, à travers les contrées ou les siècles » (p. 948). De ses « débuts sacrés » à « quelque point futur » (Mallarmé, 2003, p. 1100), le Langage intègre le temps sous forme de « couches » ou de « stratifications » de mots (p. 949), métaphore usuelle de l'époque pour décrire cet entassement de temps à l'œuvre. Apprendre une langue, c'est donc reconstituer son trajet :

Magiquement, si, pour notre esprit, qui représente en cet instant, je suppose, un vocabulaire aux mille feuillets blancs, ces mots, instruits par une main habile à donner une nouvelle représentation de leur genèse passée, surgissaient et se fondaient ou luttaient, et s'excluaient ou s'attiraient, comme ils le firent jadis : vous vous identifieriez avec la langue qu'ils composent aujourd'hui ; vous la posséderiez en homme. (2003, p. 948)

35On voit ici se dessiner un ordre (une composition) qui ne doit rien au hasardeux classement du dictionnaire. Ou plutôt qui, sans se perdre dans « des considérations relatives à l'Origine du Langage » (p. 949), tente d'en restituer « mille intentions certaines et mystérieuses » (p. 966) en s'appuyant sur ce que Mallarmé nomme « allitération » (p. 967). De fait si le langage garde le secret de son origine commune et de la motivation originelle de son lexique, le poète-linguiste en surprend les restes les plus indiscutables dans la valeur des consonnes et plus particulièrement de l'initiale en qui « gît la vertu radicale, quelque chose comme le sens fondamental du mot » (p. 1016), de sorte que l'ordre alphabétique se trouve partiellement légitimé dans une sorte de cratylisme physiologique : ce serait en effet « l'emploi spécial, dans un mot, de tels ou tels des organes de la parole » (p. 969) qui instituerait des « rapports entre la signification totale et la lettre » (ibid.).

36Mallarmé propose donc des mots anglais une présentation en deux temps, d'abord fondée sur l'initiale dont il commente les traits sémantiques essentiels. Ainsi le B causerait-il les « sens, divers et cependant liés secrètement tous, de production ou enfantement, de fécondité, d'amplitude, de bouffissure et de courbure, de vantardise ; puis de masse ou d'ébullition et quelquefois de bonté et de bénédiction (…) significations plus ou moins impliquées par la labiale élémentaire » (p. 976). Pour mettre en évidence cette chaîne d'analogies, les mots sont associés, pour chaque lettre initiale, en une sorte de constellation organisée sur deux colonnes : à gauche les « mots régulateurs » de la famille, à droite les « vocables alliés » dont « le plus ou moins de ressemblance entre le sens et le son cause leur éloignement ou le rapprochement autant qu'il y a lieu » (p. 969). Viennent ensuite les « mots isolés » qui « confirment » malgré leur singularité étymologique les « impressions extraites de chacune des familles » (p. 1001).

37Le caractère peu scientifique de la démarche est assumé8 mais justifié par des considérations pédagogiques (mnémotechniques) et surtout esthétiques. Le lexique qui se déploie dans l'ordre proposé fait sens et manifeste comme une évidence :

Séparés après s'être souvent rejoints depuis une origine commune, ces mots arrivent à se rejoindre une fois de plus, grâce à votre réflexion, dans un état du Langage considéré avec ordre : l'Anglais s'embellit à l'esprit. (p. 969)

38« Refaire le dictionnaire », comme l'écrit B. Marchal (1988, p. 458), c'est donc, par un nouvel agencement du lexique, en faire un beau livre. Mettre chaque mot à sa place suffit à faire œuvre poétique en donnant à voir le « travail » (p. 949) ou le « jeu » (p. 966) qui régit la langue dans une incessante dialectique du tout et de la partie, où il n'existe pas à proprement parler de « mot isolé » . Quant à ce « jeu », il n'a lieu que dans l'esprit du lecteur (ou la conscience du poète), lieu où se réfléchit l'histoire de la langue auquel le mot ne renvoie que de façon implicite dans un total dénuement de la syntaxe réduite à la juxtaposition de ces deux colonnes comme figuration minimale du thème et du prédicat. Ce fonctionnement analogique conduit par l'allitération met en évidence la présence de processus poétiques dans la langue, ce qui explique la continuité de la conception de Mallarmé de la linguistique à son œuvre littéraire. B. Marchal la résume en ces mots :

La poésie est tout entière dans le langage, et le poète est celui qui offre à la langue qu'il sert une phase de réflexion. En d'autres termes, le langage tout entier est en quelque sorte une poésie latente, ou non réfléchie, et relève de plein droit d'une poétique. (1988, p. 461)

39b) La linguistique dans la poésie

40On ne sera pas surpris de retrouver dans le discours critique de Mallarmé sur la poésie l'essentiel de ses connaissances linguistiques, lesquelles illustrent à leur façon les thèses débattues tout au cours du siècle.

41La question de la motivation du langage, évidemment centrale pour un poète, reçoit dans « Crise de vers » un traitement célèbre où l'on reconnaîtra la même ambiguïté que dans Les Mots anglais. Certes « les langues [sont] imparfaites en cela que plusieurs, manque la suprême » (2003, p. 208) : leur diversité même est la preuve qu'aucun mot n'a trouvé sa « frappe unique » qui serait « elle-même matériellement la vérité » . Reste que ces lacunes sont la raison d'être du vers : « lui, philosophiquement rémunère le défaut des langues, complément supérieur. » Si la poésie existe en complément de la langue commune, c'est donc en raison de cette imperfection qu'elle a pour fonction de compenser en faisant de « plusieurs vocables (…) un mot total » (p. 213). Cette capacité qu'aurait la langue de pallier sa propre imperfection à un niveau supérieur et englobant suppose cependant une certaine forme de connivence entre signifiant et signifié, que Mallarmé, dans un projet d'article sur le vers, désigne comme un « rapport (…) mystérieux (…) une secrète direction confusément indiquée par l'orthographe et qui concourt mystérieusement au signe pur général qui doit marquer le vers » (2003, p. 475). L'exemple donné à ce propos est celui de la lettre S, « lettre analytique ; dissonante et disséminante » (p. 475) dont Mallarmé avait déjà donné un commentaire dans Les Mots anglais. La séparation entre sens et son n'est donc pas radicale. Elle se limite au mot, à certains mots, mais peut être déjouée au niveau du phonème, de ce que le poète désignait dans ces mêmes Mots anglais comme « allitération » .

42Le vers rémunère le défaut des langues en ce qu'il met en relation des mots, des phonèmes dans une dialectique du tout et de la partie, du noir et du blanc, qui prend chez Mallarmé le nom de « constellation », « scintillation », « illumination » ou encore « dentelle » par quoi il désigne le même phénomène de détermination réciproque de tous les niveaux de la langue. Mais il faut donner à cette constellation une extension plus grande qui inclurait aussi virtuellement ce que Mallarmé appelle le « poème tu » (2003, p. 211) et qui pourrait relever de ce qu'on désigne comme paradigme : des mots présents (« blanc sur blanc », écrit Derrida9) tout autour des autres dont ils sont la famille. Le vers conduit par ses blancs au dictionnaire, à un dictionnaire qui dans son fonctionnement ressemble à celui des Mots anglais. La poétique de Mallarmé est donc d'abord une poétique du mot, du « culte du vocable » dit-il lui-même pour célébrer Villiers de l'Isle-Adam (2003, p. 34). Sa syntaxe, « pivot » ou « garantie » (2003, p. 232), vise à sa mise en vedette, à son détachement. Alors s'éprouve son extraordinaire pouvoir de rayonnement, son « auréole » 10 :

Les mots d'eux-mêmes, s'exaltent à mainte facette reconnue la plus rare ou valant pour l'esprit, centre de suspens vibratoire (…) prompts tous, avant extinction, à une réciprocité de feux distante (…) (Mallarmé, 2003, p. 233)

43Tout cela, Mallarmé le reconnaît, vient du dictionnaire : les mots du poète, dit-il à Ghil, sont les « mots de tout le monde, dans le sens que tout le monde croit comprendre » mais « récrits par un poète » (Schérer, 1977, p. 91). Il faut entendre par récrire, simplement disposer : le poème en effet requiert « la disparition élocutoire du poëte » (2003, p. 211), le vers « un caractère impersonnel » (Mallarmé, 1995, p. 610). Ce qui reste du je dans le texte est cet agencement par lequel les mots semblent reprendre « l'initiative » et s'allumer de « reflets réciproques » (2003, p. 211). Le poème restitue donc à la langue sa nature poétique en disposant une constellation de mots. Comme l'écrivent S. Thorel-Cailleteau et M. Ruppli, « la tâche est de déceler dans la langue elle-même une mobilité dont une disposition peut donner l'idée » (2005, p. 214).

44La pratique de l'écriture poétique au XIXe siècle apparaît donc bien comme marquée par l'invention récente de la linguistique, essentiellement dans la conception nouvelle qu'elle propose du mot : une œuvre du temps, qui ne prend sens que dans un ensemble avec lequel il est en correspondance constante. Le poète fait de son texte, par ses échos internes et externes, une sorte d'équivalent du dictionnaire, « un nouveau lexique », disent M. Ruppli et S. Thorel-Cailleteau à propos de Mallarmé, qui aurait pour effet de « redéfinir chaque mot en même temps qu'il le fait paraître » (2005, p. 208). Cette ouverture sur l'infini de la langue institue un mouvement paradoxal d'appropriation par lequel le poème vise à disposer (de) sa propre origine (les mots, la langue) dans une sorte de redéploiement agencé dont la constellation mallarméenne est sans doute la métaphore la plus convenante. Constellation inversée, noir sur blanc : dernier état (comme l'autre !) du big bang qui vit la naissance du langage.

Haut de page

Bibliographie

Auroux S., 2006. « Les embarras de l'origine des langues » in Marges linguistiques, no 11, « L'origine du langage et des langues » (B. Fracchiolla ed.).

Baudelaire C., 1976. Œuvres complètes, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, tome 2.

Bourget P., 1905. Etudes et portraits I, Paris, Plon.

Bréal M., 1897. Sémantique du langage, Paris, Hachette.

Derrida J., 1972. « La double séance » in La dissémination, Paris, Points/ Seuil.

Foucault M., 1966. Les mots et les choses, Paris, Gallimard.

Gourmont R. de., 1899. Esthétique de la langue française, Paris, Mercure de France.

Grévisse M., 1980. Le bon usage, Paris, Duculot.

Guiraud P., 2003, « Inédits de Pierre Guiraud : le jargon des Coquillards » (présentés par P. Mathieu) in Marges linguistiques no 6, « Argots, « français populaires » et langues populaires » (L.- J. Calvet ed.).

Hugo V., 1972. Poésie 1, Paris, Seuil, collection l'Intégrale.

Huysmans J. K., 2005. A Rebours in Romans I, Paris, R. Laffont, collection Bouquins.

Lair S., 2006. « Mallarmé dans le texte… et dans leurs textes » in L'illisible, La Licorne/Presses universitaires de Rennes.

Laster A., 1983. « Hugo, cet empereur de notre décadence littéraire », Romantisme, No 42.

Littré E., 1863. Histoire de la langue française, Paris, Didier.

Littré E., 1872. Dictionnaire de la langue française, Paris, Hachette.

Littré E., 1986. Pathologie verbale, Paris, Société des amis de la Bibliothèque nationale.

Mallarmé S., 1995. Correspondance, Paris, Gallimard, coll. folio.

Mallarmé S., 1998. Œuvres complètes I, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade.

Mallarmé S., 2003. Œuvres complètes II, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade.

Marchal B., 1988. La religion de Mallarmé, Paris, Corti.

Mounin  G., 1992. Sept poètes et le langage, Paris, Gallimard.

Müller M., 1859. Essai de mythologie comparée, Paris, Durand.

Müller M., 1864. La science du langage, Paris, Durand.

Müller M., 1868. Nouvelles leçons sur la science du langage, tome 2, Paris, Durand.

Plowert J., 1888. Petit glossaire pour servir à l'intelligence des auteurs décadents et symbolistes, Paris, Vanier.

Renan E., 1858. De l'origine du langage, Paris, Michel Lévy.

Roger T., 2006. « Mallarmé et la transcendance du langage : lecture du Démon de l'analogie », Littérature no 143.

Ruppli M., et Thorel-Cailleteau S., 2005. Mallarmé, la grammaire et le grimoire, Genève, Droz.

Saint-Gérand J.-P., 1998 a. « Comme une araignée sacrée… » Note sur Stéphane Mallarmé et les sciences du langage contemporaines (1842-1898) », Mallarmé et la prose, Poitiers, La Licorne.

Saint-Gérand J.-P., 1998 b. « Ne pas s'incruster dans un moule mélodique séculaire et ne faisant qu'un avec le lecteur déjà » . Contraintes de rythme et de syntaxe chez Mallarmé », in Neveu F., (ed.), Faits de langue et sens des textes, Paris, Sedes.

Schérer J., 1977. Grammaire de Mallarmé, Paris, Nizet.

Schwob M., 2002. Œuvres, Paris, Phébus.

Haut de page

Notes

1 Cf. sa Deutsche Grammatik (1818).
2 C'est tout le propos, par exemple, du Chatterton de Vigny (1835).
3 Cf pour complément G. Mounin, « Hugo et le langage», Sept poètes et le langage, Gallimard, 1992.
4 Essentiellement, dans l'édition procurée par S. Goudemare : « Notes sur Paris» (Le Phare de la Loire, janvier 1889), « Etude sur l'argot français» (Paris, Bouillon, 1e fascicule des Mémoires de la société de linguistique, 1889), « Le jargon des Coquillards en 1455» (Mémoires de la société de linguistique, 1890 et 1891).
5 Le sens argotique de « marmite», ignoré par Littré, est attesté par le Dictionnaire historique de la langue française qui lui fait désigner « par métonymie la prostituée qui fait vivre le souteneur», celle qui remplit la marmite. A noter que l'étymologie proposée à partir de l'adjectif substantivé marm- + mite (« hypocrite» ) rejoint partiellement celle de Schwob : marm- exprimant le ronronnement du chat (comme dans marlou) et mite désignant la chatte dans Le roman de Renart. L'évolution sémantique qui justifie la conversion de l'adjectif en nom est décrite comme incertaine.
6 Pierre Guiraud propose une analyse concordante dans les notes qu'il avait prises en vue d'un Dictionnaire historique et étymologique de l'argot : il souligne sa « vocation cryptologique» qui s'exprime par « le relais synonymique et le codage des formes» et signale comme Schwob le rôle de l'homonymie comme point de départ ou d'intersection des séries de synonymes (Guiraud, 2003, p. 1).
7 Cf. la notice de B. Marchal (Mallarmé, 2003, p. 1790) qui renvoie à l'ouvrage de Jacques Michon, Mallarmé et Les Mots anglais, 1978, Montréal, Presses de l'université de Montréal.
8 Les réflexions sur la valeur sémantique des consonnes sont données comme un « recueil de notes, fournies par l'observation, utiles à quelques efforts de la Science, mais ne relevant pas d'elle encore» (p. 968). Plus généralement, le fonctionnement de l'allitération, quand il n'est pas avéré par l'étymologie, « touche à l'un des mystères sacrés ou périlleux du Langage» (ibid.), destiné à être éclairci par la science dans un lointain et hypothétique avenir qui laisse pour l'instant le champ libre au poète : « contentons-nous à présent des lueurs que jettent à ce sujet des écrivains magnifiques» (p. 968).
9 « La double séance» in La dissémination, Points Seuil, 1972, p. 318.
10 Cf. dans la lettre à Cazalis du 1 juillet 1862 : « des vers qui font une auréole» (Mallarmé, 1995, p. 60).
Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/5933/img-1.png
Fichier image/png, 113k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hugues Laroche, « Poésie de la linguistique : la tentation du dictionnaire », Semen [En ligne], 24 | 2007, mis en ligne le 25 janvier 2008, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/semen/5933

Haut de page

Auteur

Hugues Laroche

Université du Sud Toulon Var

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page