Navigation – Plan du site

L’exposition mise à nu par ses visiteurs, même ?

Emmanuelle Lambert et Dominique Trouche

Résumés

Dans cet article, nous analysons les modalités et les enjeux d’un discours critique sur l’exposition d’art, par le regard et le jugement des visiteurs, via les discours tenus sur des sites web de type collaboratif. Nous resituons le contexte technique et communicationnel, en mettant en évidence l’influence du dispositif contributif sur la production du discours des internautes. L’étude critique de ces propositions discursives soulève aussi des enjeux en matière de médiation de l’information. L’analyse des commentaires a ainsi soulevé la banalité des avis. En ce sens, les contributions des internautes se rapprochent du projet, que Marcel Duchamp voulait critique, en appliquant les principes du ready-made comme forme d’expression écrite.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La critique d’art doit notamment sa définition historique à Jürgen Habermas (1962), qui a démontré comment les critiques littéraire et artistique ont été constitutives, à partir du XVIIIe siècle, d’un « espace public » de discussion. A travers cette notion, il explicite toute la dialectique qui articule l’apparition conjointe d’un espace public et l’affirmation d’une subjectivité du jugement, quand des opinions privées prennent position sur des productions culturelles. Si des auteurs tels qu’Habermas, Bourdieu, ou Heinich et précédemment ceux appartenant à l’Ecole de Francfort, ont construit des analyses sur la critique d’art dans les champs de la philosophie et la sociologie, les modalités discursives, les stratégies énonciatives propres au discours critique ou les processus communicationnels ont jusqu’alors fait l’objet de peu de recherches dans le champ des sciences de l’information et de la communication1.

2La critique pourra être entendue, dans cette réflexion, comme « une prise de position subjective et esthétique sur des spectacles vivants, des écrits ou des œuvres, s’exposant elle-même au public » (Béra, 2003 : 155). Et c’est d’un point de vue spécifique que nous aborderons ce genre discursif, à travers la critique d’exposition, et par le regard et le jugement des visiteurs d’expositions, via les discours tenus sur des sites web de type collaboratif. Dans la mesure où le syntagme « critique d’exposition » suppose des interprétations linguistiques bien différentes selon le média envisagé (presse, radio, blog par exemple), nous analyserons les modalités et les enjeux d’un discours sur l’exposition, avec les difficultés inhérentes à la situation d’énonciation choisie, celle d’un média interactif.

3Empruntant le titre d’une des œuvres les plus énigmatiques de Marcel Duchamp, La mariée mise à nu par ses célibataires, même (ou Le grand verre, 1915-1923), œuvre qui se dérobe à l’entendement et demeure délicate à appréhender par un discours critique, notre réflexion se situera dès lors dans la complexité même consistant à construire un discours sur l’expérience esthétique, tant le jugement de goût est fondé sur la subjectivité.

4Si le constat actuel sur les médias et la crise de la critique est celui d’un désenchantement, en ce qui concerne les musées, les études de publics portant sur les expositions (qu’elles soient d’art, d’histoire, de science, de société, etc.), mentionnent de façon récurrente des interrogations sur le rôle prescripteur que peut encore jouer la critique dans le choix d’une visite ou d’une pratique culturelle2. Nous nous sommes alors demandé si le public pouvait lui-même avoir ce rôle prescripteur, si son discours était institutionnellement reconnu sur le web (par les musées ou les revues spécialisées), et s’il relevait in fine d’un discours critique ?

5Nous avons développé notre recherche sur un corpus de sites de musées français (Louvre, musée d’Orsay, Centre Georges Pompidou), de revues d’art spécialisées (Art press, Beaux-art, Connaissance des arts, Technikart) et de sites web « collaboratifs » (AgoraVox, CityVox, PaperBlog, Rue89, Obiwi), afin de mener une étude comparée3. La méthode développée relève de l’analyse de contenus et plus largement d’une démarche sémio-pragmatique. Le travail proposé ici – sans souci d’exhaustivité – porte sur les enjeux des situations de communication et d’interprétation des discours de visiteurs d’exposition via un média interactif. Les contributions ou commentaires des internautes peuvent-ils s’apparenter pour autant à un discours critique ? Il s’agira donc d’analyser la dimension critique (ou acritique) de ces propositions discursives.

6La réflexion visera dans un premier temps à resituer le contexte technique et communicationnel de notre étude, pour porter ensuite un éclairage sur l’influence du dispositif contributif sur la production du discours des internautes. Nous analyserons enfin ces discours de façon critique en mettant en perspective les enjeux soulevés par ces modalités discursives en matière de médiation de l’information.

1. Etant donné : 1° le web participatif, 2° les institutions muséales

7Le cadre général de notre étude est celui d’une économie des médias et de la culture relevant des médiascultures, au sens de Maigret et Macé (2005). Cette notion se propose de penser les articulations entre les « cultures » et les « médias » dans un « concept-programme » qu’ils définissent ainsi :

média à la fois comme industries culturelles et comme médiation, cultures comme rapport anthropologique au monde à travers des objets aux esthétiques relationnelles spécifiques, le tout au pluriel pour souligner, au-delà de l’unité d’un même type de médiation, la diversité des objets et de leurs usages. (2006 : 47)

8L’approche médiaculturelle pose en effet avec acuité la nécessité d’analyser de nouvelles pratiques culturelles et représentations du monde, dans une articulation renouvelée des médiations sociales et techniques. De plus, le contexte est encore celui d’une nouvelle économie du divertissement, proposant une « offre d’expériences » où le ludique et la mise en scène de soi se disputent la part belle, en participant plus largement à une culture médiatisée de la parole ou du témoignage. Le contexte médiatique contemporain incite en effet à une mise en scène et une médiatisation de soi, offrant un « quart d’heure de gloire » warholien, ou répondant à la provocation duchampienne d’un « tout le monde peut être artiste ».

9L’évolution des médiacritiques vers des logiques éditoriales plus participatives s’est affirmée progressivement à travers les diverses contributions des usagers, observables sur de nombreux médias : mentionnons les répondeurs téléphoniques sur les ondes radiophoniques, le recours aux vidéos amateurs à la télévision, ou les pratiques journalistiques sur les sites alternatifs. Plus largement, la démarche contributive de Wikipedia et le web 2.0 semblent être les actuels parangons de ce phénomène. On peut encore citer les réseaux en peer-to-peer, les dispositifs éditoriaux tels les forums, blogs ou journaux intimes en ligne, les wikis, et enfin le podcasting ; tous ces exemples sont autant de dispositifs contributifs ou collaboratifs, voire parfois créatifs, permettant aux individus de s’exprimer, de personnaliser des contenus et de les éditer ou les diffuser via Internet (Lambert, 2007). La facilité technique et l’absence de modération ou de contrôle sont telles que les dispositifs d’échanges et les espaces d’expression (MySpace ou FaceBook notamment) se multiplient à foison… et à saturation. L’expression de « journalisme participatif »4, avancée par Rebillard, vient définir et synthétiser ces nouvelles pratiques médiatiques :

cette expression renvoie à l'idée d'une insertion grandissante des individus ordinaires dans la production d'informations journalistiques, par le biais de dispositifs numériques d'édition personnelle (blogs) ou collaborative « wikis ». L'information ainsi délivrée, souvent qualifiée de citoyenne par opposition à celle des médias traditionnels, permettrait ainsi une couverture de l'actualité plus diversifiée et démocratique. (Rebillard, 2008 : 12)

10Ce phénomène du web participatif, ainsi que la posture contributive proposée aux internautes est analysé par de nombreux chercheurs, dans différents champs. L’une de ces recherches retiendra ici notre attention : celle menée sur les « écrits d’écrans » par  Souchier,  Jeanneret et Le Marec (2003) ; Souchier et Jeanneret (2005) ; Souchier (2007). Leurs réflexions sur « l’énonciation éditoriale »5, ainsi que la notion de « lecture-écriture » soulignent des postures contributives pour le « lecteur-scripteur », autour des pratiques « d'expression-réception ». C’est dans ce contexte d’une participation croissante des internautes que se situe notre analyse de leurs productions discursives liées aux expositions d’art.

11Par ailleurs, si les institutions culturelles françaises, et muséales notamment, ont aujourd’hui largement ancré Internet dans leur politique de communication6, rares sont encore celles qui donnent réellement la « parole » aux internautes sur leur site web. Une analyse préalable nous aura permis d’identifier que les sites web des principaux musées nationaux - nous faisons principalement référence aux musées d’art tels le Louvre, le musée d’Orsay ou le Centre Pompidou - déclinent des modalités d’intervention discursives différentes pour les internautes, mais avec une visée semblable.

12Dans le cas du site web du Louvre7, on ne trouve aucun commentaire d’internaute sur les expositions permanentes et temporaires ; seuls des renseignements factuels et l’avis institutionnel sont donnés.

13Le site du musée d’Orsay8 présente une situation assez singulière : il propose un livre d’or. Le procédé est effectivement original puisque l’un des charmes et des principes du livre d’or consiste à inscrire quelques mots dans un livre ou un carnet pour témoigner d’une visite et transmettre des impressions. Sur le site, la transposition technologique permet d’en faire de même, mais dans un temps différé ; les impressions ne sont plus recueillies dans le hic et nunc de la visite,  mais le visiteur désireux de laisser une trace, pourra prendre le temps de revenir « virtuellement » au musée pour témoigner de son passage et de son intérêt. Nous avons ainsi analysé près d’un an et demi d’avis laissés sur le site (entre le 14 septembre 2008 et le 20 mai 2007, ce qui correspondait à 8 pages du site du Musée d’Orsay). Soit un total de 39 avis9 sur cette période, ce qui est peu au regard de la fréquentation du musée d’Orsay qui a accueilli en 2007 près de 3,2 millions de visiteurs, selon les chiffres du ministère de la Culture. Sur ces 39 avis, 37 concernaient réellement l’expression d’un sentiment sur la visite du musée principalement, ou du site web (pour seulement 5 d’entre eux, le site est très bien construit et 4 ont souligné l’apport qualitatif de l’information transmise). Nous avons relevé des avis majoritairement convergents sur l’intérêt de la visite et des collections10. De manière plus générale, 13 internautes ont tenu à adresser un « merci » pour la qualité et le plaisir lors de la visite du musée. On peut souligner l’emploi de termes élogieux pour désigner le musée et l’exposition permanente : l’émerveillement, l’émotion suscitée par la visite, le plaisir ou encore le bonheur. Un seul internaute a signalé la qualité de la scénographie pour la visite des œuvres, en mentionnant le travail fait sur la mise en valeur des œuvres, la présentation aérée et agréable et les éclairages bien positionnés. Enfin seuls deux internautes ont manifesté des points négatifs de leur visite du musée d’Orsay, en s’excusant presque de le donner : cela concernait l’utilisation des flashs durant la visite de l’exposition, dans un cas, et le tarif estimé élevé du catalogue d’une exposition temporaire, dans l’autre.

14Le troisième site web de musée d’art analysé propose une autre manière de recueillir le témoignage des internautes : le Centre Pompidou11 invite les visiteurs à répondre à des questionnaires relatifs aux expositions visitées. Les questionnaires sont identiques pour les expositions temporaires et permanentes ; les questions fermées concernent principalement les motivations à l’origine de la visite, le degré de satisfaction des visiteurs concernant la scénographie, les tarifs d’entrée, le parcours de la visite, les supports d’aide à la visite et la qualité de l’accueil de l’exposition. Pour l’exposition permanente des collections du musée, 177 internautes ont répondu entre le 1 février 2007 et le 12 mai 2008 ; ce qui est encore peu au regard des chiffres du ministère de la Culture concernant la fréquentation du musée en 2007 (5,5 millions de visiteurs). Si l’on regarde plus en détail les résultats de l’enquête menée auprès des internautes par le Centre Pompidou on se rend compte que les médias (télévision, radio, presse, etc.) représentent la première source d’information sur l’exposition permanente à hauteur de 24,29%. Le site web vient en troisième position (13,56%). Le traitement de l’information par les journalistes ou critiques constitue un plébiscite prescripteur pour la visite de l’exposition permanente. En revanche, pour l’exposition temporaire « Traces du sacré »12, c’est le bouche-à-oreille pour 22,5% qui aurait favorisé la visite, quand les médias arrivent en deuxième position avec 16,25% des internautes ayant répondu. Le site ne propose par ailleurs ni livre d’or, ni avis plus détaillés sur les expositions ou le musée lui-même.

15Pour ces trois musées d’art, nous pouvons donc noter qu’une expression personnelle des visiteurs est possible mais encadrée par des modèles plus ou moins normés : le livre d’or et le questionnaire. La démarche institutionnelle relève donc plus de la volonté de recueillir des données qualitatives ou quantitatives à des fins d’évaluations13, que de créer une réelle interaction avec les publics.

16La recherche de sites ou de pages contenant des critiques ou des avis peu ou prou « avertis » sur les expositions visitées nous a ensuite amené à analyser des sites web mettant à disposition des espaces d’expression pour les internautes. Le site « CityVox »14 (littéralement, la « voix de la cité »), qui se présente comme le « premier guide des sorties et loisirs en Europe »15, et propose aux internautes de laisser des avis sur leurs activités, met l’accent sur ses 650.000 CityReporters16. Pour prolonger les exemples précédents, nous analyserons les avis rédigés sur les trois musées d’art parisien étudiés. Le procédé se rapproche du livre d’or par la longueur des avis mais diffère sur le contenu des commentaires et la personnalisation donnée aux messages. Alors que sur le livre d’or proposé sur le site du musée d’Orsay, les visiteurs peuvent décliner leur identité nominative, CityVox nécessite une inscription préalable par pseudonyme comprenant un identifiant linguistique et visuel : les dénommés « Accessoiriste » et « Fabk » ont par exemple laissé un avis17 sur leur visite du Centre Pompidou. Nous avons relevé les avis rédigés par les « CityReporters » sur les deux dernières années. Concernant les 14 avis relatifs au Centre Pompidou durant cette période, une différence est notable : ils sont d’un niveau syntaxique bien inférieur aux commentaires faits sur le livre d’or du site du musée d’Orsay. Ils sont également marqués par un nombre plus important d’avis contrastés, négatifs comme positifs. Majoritairement, les contenus portent sur des dichotomies exprimées entre l’intérieur et l’extérieur du musée, entre la lisibilité ou non-lisibilité des œuvres selon leur caractère contemporain, ou encore sur la qualité des services proposés dans le musée. Il faut encore souligner que ces dichotomies ne sont peut-être pas le seul fait des CityReporters mais qu’elles stigmatisent les représentations d’un musée inscrit dans l’art moderne et contemporain.

17Pour le musée d’Orsay, 21 avis ont été laissés entre le 12 avril 2006 et le 28 juillet 2008, date du dernier message. A l’opposé des messages laissés pour le Centre Pompidou, tous les avis accordent une appréciation dithyrambique à cette ancienne gare reconvertie en musée, et aux œuvres exposées (en particulier les impressionnistes)18.

18Ces différents exemples nous permettent de souligner que les avis exprimés des internautes, qu’ils concernent les sites institutionnels ou ceux plus « promotionnels », témoignent d’une certaine indigence. Après avoir analysé ces premières modalités d’expression, et des énoncés relativement insignifiants, nous chercherons à interroger comment les discours peuvent retraduire la célèbre formule : « c’est le regardeur [et ici sa contribution médiatique] qui fait le tableau » ; en d’autres termes, existe-t-il un discours « participatif »  critique ?

2. La mise à contribution ou le discours en « roue libre »…

19Si l’œuvre est  « ouverte », au sens d’Eco, qu’en est-il alors précisément des énonciations interprétatives et contributions des visiteurs sur les sites web participatifs reprenant le modèle journalistique ; qu’en est-il concrètement de l’inscription – aux deux sens du terme – des publics (Le Marec, 2006) dans le dispositif médiatique ? Quelles sont les modalités discursives des énoncés concernant la visite d’exposition ? Quel discours (critique) la mise à contribution instaure-t-elle ? Nous aborderons assez peu les formes langagières et rédactionnelles et autres marqueurs communicationnels utilisés par les scripteurs19, pour nous attacher ici davantage aux contenus et au type de discours.

20Avant tout, nous constatons une grande diversité dans les formes d’expression proposées à l’internaute.

21Le principe d’AgoraVox tient par exemple à sa sélection éditoriale : le site web est constitué de textes, appelés articles, rédigés par des internautes. Il leur est proposé de devenir des rédacteurs, d'être « des capteurs en temps réel »20 de leur environnement. Les internautes sont, de cette façon, impliqués en tant qu’acteurs dans le jeu expressivo-médiatique.

22Sur Rue89, la rubrique intitulée « infos à 3 voix » est quant à elle fondée sur les regards croisés de journalistes et d'experts, dont les articles peuvent être discutés par les internautes sur un forum. Il faut ensuite relever les contenus exacts de ces commentaires. Ainsi sur 30 contributions déposées à propos de l'article du journaliste Alain Dreyfus sur Rue89, intitulé « Les fantasmes de Louise Bourgeois exposés à Beaubourg »21, 9 portent sur le thème de l'article et un seul sur l'article lui-même. Les deux tiers restants, soit 20 commentaires, sont des réponses à des commentaires, mais qui ne relèvent pas pour autant d’un métadiscours. Le débat qui s'engage pourrait être perçu alors comme un échange « dérivant » entre deux internautes ; un échange certes dialogique mais qui prend la forme d’une interpellation, parfois virulente (ton, syntaxe, orthographe, et idées portées...) sans lien apparent avec l'article initial.

23On retrouve le même phénomène avec AgoraVox et l'article portant sur Louise Bourgeois22. Certains commentaires en viennent au pugilat collectif : les uns et les autres s'injuriant mutuellement, les « thuriféraires » présentant Louise Bourgeois comme une talentueuse artiste, et les « détracteurs», s’enracinant autour de « ceci n’est pas de l’art ». L'auteur de l'article répond à la fin de ces échanges pour expliquer son point de vue et l'importance du respect mutuel de l'expression des opinions. Indiquons, que le site AgoraVox propose également à ses membres de voter selon l’intérêt trouvé aux articles (le rouge étant associé au non et le vert au oui). Concernant l’article sur Louise Bourgeois, les internautes ont donné un satisfecit à 71%.

24Un troisième cas est intéressant à signaler, celui d’Obiwi23, dont le sous-titre « publiez vos passions » désigne un magazine interactif - avec une participation dite « active » - où les internautes peuvent s’exprimer sur divers sujets. Le site est réalisé « par des passionnés soutenus par une équipe éditoriale professionnelle », l'objectif étant que les internautes soient « entourés » par des professionnels pour rédiger les textes édités sur le site. Pour faire le lien avec le site précédent et notre analyse sur l'exposition temporaire de Louise Bourgeois à Beaubourg, un internaute raconte sa visite en détail : de la file d’attente à l’entrée jusqu’à la boutique-souvenir. Peu de place est finalement laissée dans le récit aux œuvres de l'artiste ; le discours se recentre sur le « je » du visiteur, ses déplacements, ses réflexions parcellaires :

on continue sur une salle curieuse, toujours avec des cages en fer, des lieux clos faits de vieilles portes en bois. On peut déambuler de l'une à l'autre, et se faire peur en plongeant le regard à l'intérieur.

25Dans cet extrait d’un scripteur dénommé « Laf »24, on perçoit le manque d'analyse et la vision holistique développés sur l'œuvre de Louise Bourgeois : il s’agit surtout d'un « moi visitant » une exposition. On peut en revanche percevoir ce témoignage comme relevant d’un partage d’expérience. La modalité énonciative rendra alors possible l’identification du lecteur ; là étant sans doute l’intérêt, voire le succès, du site. Il importe encore de souligner que cette contribution se termine par un lien renvoyant à un article journalistique25 de la revue spécialisée Connaissance des arts : lien est donc fait ici à une instance légitime.

26Quand Sfez propose de parler de « tautisme » pour désigner la communication « confondante », il manifeste la confusion qui s’opère entre l’expressif et le représentatif (Sfez, 1997 : 86) ; il dit encore :

à trop parler, plus rien ne se dit, et la prolixité, comme il en est du psittacisme, induit la répétition vide, le tautologisme. (Sfez, 1997 : 90).

27Nous percevons bien, à travers les exemples précédemment analysés, que les commentaires des internautes favorisent la vacuité du discours sur l’expérience de visite d’exposition, et qu’ils en oublient même la raison d’être de ces espaces collaboratifs, la transmission. En ce sens, l’analyse de l’expression des visiteurs fait apparaître deux points saillants : d’un côté l’expression d’un Moi autocentré, qui cherche une chambre d’écho ; de l’autre le désir d’une relation « médiatée » plus personnalisée, avec un partage d’émotion et un échange d’expérience ; autrement dit le désir de recréer de l’interaction, de faire lien.

28En somme, si l’analyse des dispositifs énonciatifs fait apparaître une participation relativement réduite, malgré la polyphonie énonciative, sur le plan rédactionnel l’expression des visiteurs s’apparente à un discours en « roue libre », à l’image d’un célèbre ready-made de Marcel Duchamp.

29Nous soulignerons dans la dernière partie les enjeux que soulève plus largement la mise à contribution comme nouvelle fonction éditoriale.

3. Le ready-made comme discours (critique) sur l’art ?

30L’exposition, et à travers elle l’institution muséale qui la porte, incarne de fait, un récit ou une narration légitimante. Mais, à la lecture des commentaires des internautes, on est amené à se demander si le discours construit en retour par le visiteur sur l’exposition relève du même registre médiacritique que celui du journaliste ?

31Si le récit qui structure une exposition est généralement un récit mis en scène, scénarisé et scénographié, ce qu’il en  reste  dans les contributions des visiteurs sur les sites web, témoigne le plus souvent d’une perte du sens et d’une banalité certaine.

32La première manifestation de la banalité dans le discours des internautes est sensible dans le registre expressif choisi : le témoignage. Le caractère principal de ce mode d’expression est l’absence d’analyse puisqu’il s’agit de raconter une expérience. Charaudeau souligne que ces discours révèlent

l’existence d’une réalité avec laquelle l’énonciateur a été en contact. Il [l’énonciateur] est donc amené à dire ce qu’il a vu, entendu ou touché, sans analyse ni jugement. La parole du témoignage engage donc le sujet sur une vérité qui “procède de son seul corps” (comme on dit en droit), ce qui donne à celle-ci les traits de la pureté et de l’authenticité. (Charaudeau, 1997 : 208).

33Et l’usage médiatique de ces témoignages renvoie alors à ce que Charaudeau identifie comme l’un des cinq procédés de mise en scène de la parole ; ce procédé rhétorique atteste non seulement du moment vécu, mais il en renforce aussi la charge affective dans la mesure où il s’agit de faire ressentir une émotion. Certes le témoignage authentifie, voire légitime, mais il ne relève donc pas d’un quelconque jugement. Et si l’on entend par critique une énonciation contribuant à « penser l’œuvre et à penser à partir de l’œuvre elle-même » (Kantcheff, 2005), peu d’articles journalistiques et de commentaires d’internautes s’apparentent finalement à cette catégorie. Le discours est bien plus émotionnel que rationnel, il y a là un primat du pathos. Les commentaires d’internautes sont fondés sur une expérience personnelle, sur une appréciation sensible valorisante et souvent hyperbolique ; le registre est majoritairement manichéen, non distancié et le discours essentiellement égocentré. Il s’agit donc plus de points de vue que de prises de position.

34En revanche, dans les cas étudiés, ce registre émotionnel - qui est éthiquement assez peu sollicité par le journaliste -, peut précisément venir en contrepoint d’un discours journalistique trop souvent convenu et impersonnel. Ce dernier s’apparente parfois à la retranscription d’un dossier de presse ; l’énonciation journalistique est ainsi peu expressive, distanciée et sans jugement critique, constituée d’informations factuelles et promotionnelles. Il ne s’agit pourtant pas de confondre, dans notre propos, la critique journalistique et la promotion commerciale. Selon Béra en effet :

la critique se distingue de la promotion par deux éléments principaux : le degré supérieur d’initiative dont dispose le journaliste (ou le critique) pour s’emparer de ses sujets ; la forme du discours critique qui s’apparente au jugement et peut, à l’occasion, devenir négatif en exprimant des réticences. (Béra, 2003 : 157).

35Ce seront alors précisément l’indépendance et le désintéressement qui garantiront l’authenticité du jugement critique. Mais force est de constater que les sites collaboratifs étudiés (liés à un titre de presse, à une association, ou un magazine promotionnel) déclinent tous ce mélange des genres26. Cet état de fait renvoie au déclin annoncé de la forme critique face au tout promotionnel médiatique (Béra, 2003) qui se traduit en effet, dans les médias traditionnels, non plus par un métadiscours critique légitimant mais par un discours factuel dénué d’arguments.

36L’analyse des modalités discursives montre qu’aucun des énoncés ne se rapproche des registres d’énonciation de la critique d’exposition plus classiques (description, explication, injonction ou encore questionnement), ni même de façon convaincante du journalisme d’opinion auquel le blog pourrait être apparenté. Les commentaires se rapprochent davantage de la chronique d’humeur ou d’opinion. Le récit expérientiel (Obiwi), l’anecdotique et le dichotomique (CityVox), ou encore le ton conversationnel (Rue89) caractérisent ces contributions personnelles. Les formes rhétorique et stylistique employées (style direct, simple, emploi du « je », ton familier), ainsi que l’ensemble des marques dialogiques dans les commentaires (exclamations, interrogations, « participez ! »), rendent compte par ailleurs d’un « déplacement du pôle informationnel au pôle interactionnel », identifiant plus largement le journalisme que Watine qualifie de « conversationnel » (Watine, 2006).

37Bien que les contributions prennent donc un tour conversationnel et léger, certains sites suivent le processus de publication journalistique : la légitimité et la pertinence des commentaires seront validées par un comité éditorial. Rue89 procède ainsi, il s’affiche comme un journal en ligne ouvert à la collaboration des internautes, mais la validation se fait toujours par l’autorité journalistique. Nous pourrions même aller jusqu’à dire que certains commentaires d’internautes se trouvent utilisés et parfois instrumentalisés par l’instance médiatique27. Cette caractéristique concernant la fonction éditoriale est importante dans la mesure où elle révèle un processus socio-discursif de légitimation des contenus, voire d’auto-légitimation en tant que médiacritique.

38Au cours de cette réflexion, nous avons mis en évidence que les discours ou témoignages des internautes relèvent pour l’essentiel de l’émotionnel, du commun et du conversationnel. L’une des définitions que donne Marcel Duchamp du ready-made : « le choix des ready-made  est toujours basé sur l’indifférence visuelle, en même temps que sur l’absence totale de bon ou de mauvais goût », nous amène à penser que les discours d’internautes analysés incarnent bien ce type d’objet proprement indifférent ou insignifiant : une énonciation peu située, sans réel jugement de valeur constructif si ce n’est une opposition manichéenne, une énonciation qui ne génère in fine que des banalités et de l’indifférence. En transposant le concept du ready-made de Marcel Duchamp du champ artistique au domaine des médiacritiques, nous pourrions donc dire que le discours des internautes s’apparente à la banalité érigée au rang de discours critique.

Conclusion : Discours acritiques et reconfigurations de la médiation

39L’analyse des commentaires des internautes sur les sites collaboratifs permet de mettre en lumière l’aporie d’un tel discours médiatique : à la fois discours acritique dans la teneur des énoncés à propos des expositions, et discours néanmoins constructif car instaurant une reconfiguration des modalités de médiation, voire une multimodalité éditoriale (Souchier et al., 2003). Quel est l’effet réel et symbolique de tels discours ? Les commentaires des visiteurs sur les expositions constituent-ils un « bouche à oreille » ou un « buzz » capable de mobiliser d’autres internautes pour une expérience de visite ou restent-ils des paroles sans écho ? A observer le peu de commentaires suscités en réponse à un avis d’internaute, on peut réellement douter de l’effet prescripteur d’un tel discours. Les commentaires traduisent donc plus les horizons d’attente des visiteurs que leur fonction prescriptive et leur démarche de médiation à propos des expositions.

40L’analyse aura permis de mettre en évidence que les commentaires d’internautes, mais aussi certains des articles signés de journalistes (non étudiés ici dans le détail), n’expriment pas réellement un jugement critique sur l’exposition, autrement dit que ces énonciations ne constituent pas à proprement parler des médiations, du moins si l’on considère l’action du médiateur dans sa fonction de pédagogue, ou de « passeur » (Caillet, 1995), c'est-à-dire :

celui qui accompagne, plus que celui qui distribue du savoir tout mâché qui consiste à permettre à un sujet social de produire, à partir d’une expérience inédite à laquelle le médiateur le confronte, les connaissances nécessaires à l’accès à d’autres formes de représentation de la réalité concrète. (Péquignot, 2007 : 7).

41Ce sont ainsi de nouveaux paradigmes qui s’expriment : à la mise à contribution des médias interactifs correspond l’autonomisation, voire l’« auto-médiation » des publics. Weissberg propose en effet cette notion pour désigner ce nouveau paradigme de l’expérimentation de l’information. Il envisage la notion dans son paradoxe même : entre « auto » (soi-même) et « médiation » (impliquant un tiers). Et il conclut sur l’enjeu institutionnel et politique, en termes de médiation, par la « substitution directe d'intermédiaires » (Weissberg, 1999).  C’est encore d’une autre manière ce que  Allard désigne par le « paradigme de l’expressivisme » ou l’idée d’un « individualisme expressif » correspondant à un « âge de l’histoire des médiacultures, notamment en regard des fonctions auctoriales et des rôles de médiateurs des publics » (Allard, 2005 : 146). Si l’enjeu de la participation ren­voie à une recherche d’expression du côté des internautes, elle repose ainsi différemment la question de la place des médiateurs : l’enjeu n’est bien évidemment pas de remettre totalement en cause le rôle du journaliste professionnel au profit du « journaliste citoyen » (Després-Lonnet et Cotte, 2007), mais une remise en question des savoir-faire spécialisés des journalistes-médiateurs s’opère, contribuant à redistribuer le rôle de ces intermédiaires traditionnels, garants du processus de légitimation des médiacritiques.

42Cette évolution invite aussi, selon Isabelle Rieusset-Lemarié (2001), à « repenser la fonction éditoriale comme un accompagnement aux nouveaux modes de lecture-écriture, en offrant des espaces d’interaction éditoriale ». Le défi étant selon elle celui d’une « fonction éditoriale partagée ». Mais le défi ne serait-il pas aussi de faire évoluer la fonction de chacun, internaute comme journaliste, vers un jugement plus critique ?

43Les internautes ont certes un rôle à jouer désormais dans le processus d’intermédiation de l’information, mais encore faudra-t-il que ce rôle prenne réellement une dimension critique… L’analyse de la pluralité des instances énonciatives et la qualité des discours nous aura permis de monter que l’exposition n’est en définitive pas – totalement, ou pas encore – mise à nu par ses visiteurs, même si ces derniers contribuent progressivement à recomposer la fonction éditoriale médiacritique.

Haut de page

Bibliographie

Allard, L., 2005, « Express yourself 2.0 », in Maigret Eric, Macé Eric (dir.), 2005, Penser les médiacultures, Paris, Armand Colin / ina, p.145-172.

Béra, M., 2003, « Critique d’art et/ou promotion culturelle ? », Hermès, n° 117, p.153-187.

Bertelli, D., 2006, « Les Choses et la critique journalistique. Approche contextualiste », Questions de communication, n° 10, p.263-276.

Boutaud, J.-J., 1998, Sémiotique et communication. Du signe au sens, Paris : L’Harmattan.

Caillet, E., 1995, A l’approche du musée, la médiation culturelle, Lyon, pul, coll. Muséologies, (reéd. 1998).

Charaudeau, P., 1997, Le discours d’information médiatique. La construction d’un miroir social, Paris : INA / Nathan.

Després-Lonnet, M., Cotte, D., 2007, « Nouvelles formes éditoriales en ligne » Communication & Langages, n°154, p.111-121.

Drubay, D., 2008, « Internet : un lieu où jeunes et musées se rencontrent », in Culture web. Création, contenus, économie numérique, X. Greffe et N. Sonnac (dir.), Dalloz, p.203-217.

Habermas, J., 1962, L'espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot, (reéd. 1992).

Jeanneret, Y., Souchier, E., 2005, « L’énonciation éditoriale dans les écrits d’écran », Communication & Langages. n° 145, p.3-15.

Kantcheff, C., 2005, « La critique sous contraintes » intervention du 6 octobre 2005 à l’Institut français de la presse (Paris), séminaire La critique impossible ? [En ligne] http://www.politis.fr/article1824.html.

Lambert, E., 2007, « La mise à contribution comme modalité de médiation, ou la redistribution des rôles », in Médias et diffusion de l’information : vers une société ouverte, colloque international eutic, Athènes (Grèce), p.458-465.

Le Marec, J., 2006, « Public, inscription, écriture », Sciences de la Société, n° 67, Sciences et écriture, 144-162.

Maigret, E., Macé, E. (dir.), 2005, Penser les médiacultures. Nouvelles pratiques et nouvelles approches de la représentation du monde, Paris, Armand Colin / ina.

Maigret, E., Macé, E., 2006, « Pourquoi parler de médiacultures », Sciences Humaines, n° 170.

Mitropoulou, E., 2007, « Sémiotique et Communication en nouvelles technologies », Semen, n° 23, Sémiotique et communication. Etat des lieux et perspectives d'un dialogue, mis en ligne le 22 août 2007. [En ligne] http://semen.revues.org/document5141.html.

Péquignot, B., 2007, « Sociologie et médiation culturelle », L’Observatoire, n° 32, p.3-7.

Rebillard, F., 2007, « Le journalisme participatif, de l'idéologie à la pratique », Argumentum, n° 6, p.11-23.

Rieusset-Lemarié, I., 2001, « La médiation éditoriale sur Internet », Communication & Langages, n° 130, p.32-46.

Sfez, L., 1997, La Communication, Paris, coll. Que sais-je ?.

Souchier, E., 2007, « Formes et pouvoirs de l’énonciation éditoriale », Communication & Langages, n° 154, p.23-38.

Souchier, E., Jeanneret, Y., Le Marec J., dir., 2003, Lire, écrire, récrire. Objets, signes et pratiques des médias informatisés. Paris : bpi/ Centre Pompidou (coll. Etudes et recherche).

Watine, T., 2006, « De la multiplicité des procédés interactionnels dans les contenus de presse : vers un journalisme de conversation… », Les cahiers du journalisme, n° 16, p.70-103.

Weissberg, J.-L., 1999, Présences à distance. Paris : L’Harmattan, (coll. Communication et civilisation), [en ligne] http://hypermedia.univ-paris8.fr/Weissberg/ presence/ presence.htm.

Haut de page

Notes

1 La revue Culture & Musées prépare un numéro (Marie-Sylvie Poli, dir.) sur le thème de la critique d’exposition pour questionner précisément ses contours contemporains en sciences de l’information et de la communication.
2 La question « avez-vous lu une critique à propos de cette exposition avant de venir la visiter?» revient ainsi fréquemment dans les études sommatives qualitatives et quantitatives menées par les institutions culturelles.
3 Concernant les sites de musées nous revenons ci-après sur leur analyse ; pour les sites de revues, seuls Connaissance des arts (commentaires à la suite d’articles) et Technikart (sélection de blogs personnels hors de notre propos et sans dimension critique) donnent la parole aux internautes ; enfin AgoraVox et PaperBlog, sur le modèle d’un magazine, font une sélection éditoriale de blogs d’internautes, CityVox et Obiwi, bien que plus promotionnels, donnent une légitimité apparente à la figure de l’internaute (en « reporter-expert » pour l’un et simple commentateur pour l’autre). Nous reviendrons sur ces différents exemples au fil de l’analyse.
4 En italique dans le texte.
5 Le concept d’énonciation éditoriale renvoie à une « théorie de l’énonciation polyphonique du texte produite ou proférée par toute instance susceptible d’intervenir dans la conception, la réalisation ou la production du livre » (Souchier et al., 2003 : 172).
6 Entre les sites vitrine, la newsletter, la visite virtuelle, la mise en place des flux RSS pour suivre l’actualité de programmation du musée, les espaces personnalisables dans les bases de données, etc., les possibilités sont désormais multiples.
9 La longueur des avis envoyés est de une à huit lignes ; la majorité oscillant entre une et trois.
10 Sont ainsi soulignés : la découverte de grands maîtres de la peinture au sein de l’exposition permanente (13 avis en ce sens), 10 internautes ont noté la présence de « trésors » de la peinture et 15 ont insisté sur le caractère « magique » du musée d’Orsay.
12 Tenue du 7 mai au 11 août 2008 et portant sur la manière dont l’art moderne et contemporain rend compte de la présence d’un « au-delà de l’ordinaire du monde » selon Alain Seban, in Catalogue de l’exposition « Traces du sacré », Paris, Editions du Centre Pompidou, 2008, p. 11.
13 Evaluations qui peuvent concerner des choix proprement muséographiques et scénographiques ou des enjeux spécifiquement marketing.
15 Guide proposant « Des restaurants aux hôtels à réserver, des horaires de cinémas aux concerts, retrouvez l’actualité et nos bons plans, commentés par plus de 650.000 CityReporters » ; voir http://www.fra.cityvox.fr/ bienvenuefrance/Accueil. Nous avons repris l’usage des majuscules fait par le site.
16 L’usage du terme CityReporter est important, nous y reviendrons.
17 Les avis sont donnés de deux façons différentes, sur la base d’un classement par étoiles, comme sur de nombreux guides : d’une part des étoiles sont attribuées au musée selon trois angles avec un maximum de cinq étoiles à chaque fois : accueil/service, décor/ambiance et qualité/prix ; d’autre part, les étoiles sont également données pour déterminer le sexe et la catégorie d’âge des internautes ayant posté un message.
18 Seuls deux membres ont apporté une légère nuance à leur propos sur deux points factuels : le tarif d’entrée de 7,5 euro trouvé un peu élevé, et l’attente à l’entrée du musée.
19 Voir Oriane Deseilligny, 2006, « Les marqueurs communicationnels dans les journaux personnels en ligne », Communication & Langages, n°150, pp. 17-33.
20 « Tout le monde peut devenir rédacteur d’AgoraVox. Il n’est pas nécessaire de savoir écrire avec un style journalistique affirmé. Chacun d’entre nous peut devenir une sorte de "capteur en temps réel" de ce qui se passe dans notre entourage [...]. Ce qui est important c’est de pouvoir témoigner d’un événement auquel vous avez assisté ou que vous avez découvert en faisant des recherches (sur Internet ou en dehors d’Internet) [...]. On pourrait presque affirmer que participer au projet AgoraVox est un devoir citoyen ! [...] Oui, nous sommes réellement convaincus que chaque citoyen peut se transformer en un véritable reporter ou journaliste d’investigation. »
21 Article mis en ligne le 20/03/08.
22 Martin Lucas, « Louise Bourgeois au Centre Georges Pompidou », AgoraVox, 20/03/08.
24 Article rédigé le 19/04/08.
25 Guy Boyer, « Louise Bourgeois plus intime », in http://www.connaissancesdesarts.com/art-contemporain/actu/ articles:oeuvres-expotitions/point-de-vue/louise-bourgeois-plus-intime.html, 05/08/08 ; lequel article peut également faire l'objet de commentaires par les internautes sur ce site.
26 Le degré de participation est d’ailleurs proportionnel au registre promotionnel du site. Autrement dit, plus les revues sont spécialisées et légitimantes, moins la parole des internautes y est présente ; plus le site web est promotionnel, plus il fait appel au collaboratif.
27 Deux modes de fonctionnement caractérisent cette instrumentalisation : sur un mode ascendant, les internautes sont invités à soumettre leurs « articles » sur le sujet de leur choix, ils seront sélectionnés pour « leur intérêt, leur pertinence et de leur qualité » ; sur un mode descendant, l’équipe éditoriale propose par exemple de faire « la critique d’un long métrage ». Dans les deux cas, que ce soit sur le principe de l’offre dans le premier, ou de la demande dans le second, le travail est effectué (gratuitement) par les internautes et non par les journalistes.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuelle Lambert et Dominique Trouche, « L’exposition mise à nu par ses visiteurs, même ? », Semen [En ligne], 26 | 2008, mis en ligne le 18 mars 2009, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/semen/8451

Haut de page

Auteurs

Emmanuelle Lambert

Lerass, Université deToulouse 3

Dominique Trouche

Lerass, Université de Toulouse 3

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page