Navigation – Plan du site

Texte, Contexte et Connaissance

Traduction du texte raccourci avec l’autorisation de l’auteur
Teun A. Van Dijk
Traduction de Adèle Petitclerc
p. 127-155

Résumés

Les structures situationnelles et sociétales ne peuvent pas affecter directement les processus mentaux de production et de compréhension des discours ; il faut un système mental médiateur, c’est-à-dire des modèles mentaux spécifiques (des modèles contextuels) qui représentent la “définition de la situation de communication” subjective des participants. Ces modèles mentaux contrôlent la production des structures et les dimensions du discours et s’assure que le discours est approprié à la situation. Un système de connaissances (système-C) calcule pour chaque moment de la production du discours ce que les participants (ne) savent (pas). Sur cette base théorique, on formule quelques proposition d’ordre spéculative sur la nature d’un système automatique de rédactions d’informations : REPORTER.

Haut de page

Plan

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduction assurée par Adèle Petitclerc, assistée de Philippe Schepens
[Cette traduction présente un texte raccourci avec l’autorisation de l’auteur pour la publication papier initiale]
Note des éditeurs : Cet article est la traduction d’une contribution présentée aux journées du 5° International Workshop on Natural Language Processing and Cognitive Science (12-13 Juin 2008) à Barcelone, contribution intitulée : Text, context and knowledge. Il s’agit donc d’un texte original confié à Semen. Pour se conformer au format de la revue, Teun A. Van Dijk a accepté que nous coupions certaines parties de son texte initial. L’intégralité de sa contribution sera néanmoins rétablie et accessible dans la version électronique de Semen (sur www.revues.org, Éditions électronique scientifique, Fédération de revues en sciences humaines).

Texte intégral

1.1. Le développement des études sur le discours

1Les quatre dernières décennies ont vu un large développement de l’intérêt – manifesté par toutes les disciplines des sciences humaines et sociales – en direction de cette discipline nouvelle et transdisciplinaire que sont les études sur le discours. La majeure partie des travaux de recherche se concentre sur les structures et les stratégies du texte et de la parole aux différents niveaux et aux différentes dimensions de description possibles : syntaxe, sémantique, pragmatique, sémiotique, style, rhétorique, narration, argumentation, interaction, etc. (Shiffrin, Tannen, Hamilton, 2001 ; Van Dijk, 1997, 2007).

1.2. Un intérêt limité pour la question du contexte

  • 1 . NdT : Van Dijk utilise deux sortes de guillemets : les guillemets anglais simples, chaque fois qu (...)

2Cependant, il n’y a pratiquement que la Sociolinguistique (Ammon, 1995) et l’Analyse du Discours Critique (CDA) (Wodak & Meyer 2001) qui se sont intéressés aux relations entre discours et contexte (social). Dans ces approches, un lien plus ou moins direct est établi entre les structures sociales (par exemple conceptualisées en “variables”1 sociales telles que le genre, la classe ou l’âge en sociolinguistique) ou les relations de pouvoirs d’un côté, et les variations langagières ou les propriétés du discours de l’autre. Dans ces études, la nature précise de ce lien entre langage, discours et contexte est rarement rendue explicite et la notion de contexte est encore plus rarement définie, mais habituellement elle est considérée comme allant de soi. En fait, lorsque par hasard ce lien est explicité, c’est souvent pour être formulé en terme causal, ce qui a pour conséquence d’établir les relations entre la société ou la situation et le discours comme déterministes.

1.3. Le contexte verbal

3D’autres approches du contexte, souvent formelles, définissent le contexte en termes de “contexte verbal”, c’est-à-dire en termes de phrases, de propositions ou de tours de paroles précédents ou suivants, dans les textes ou dans les interactions verbales. Cette définition du contexte ne sera pas traitée ici dans la mesure où elle s’intègre automatiquement à une approche discursive de l’usage du langage, notamment en tant que types spécifiques de structures discursives. En d’autres termes, l’approche langagière qui privilégie la phrase et son “contexte” verbal n’est plus adéquate après des décennies d’analyse du discours et d’analyse conversationnelle. Dans cet article, je traite uniquement de ce qui est traditionnellement conçu comme “contexte social” ou comme ce qui environne l’usage de la langue.

1.4. Pas de lien direct entre structures discursives et structures sociales

4Le défaut essentiel que ces approches traditionnelles du contexte (social) présente, c’est qu’il n’y a pas de lien direct (et encore moins de lien causal) entre les propriétés des contextes sociaux et les structures textuelles ou verbales. Ce sont des structures de types hétérogènes. Le sexe ou l’âge de quelqu’un n’influence pas directement sa production langagière. Nous avons donc besoin d’un niveau intermédiaire, d’une interface qui fasse le lien entre d’un côté la structure sociale globale et locale et de l’autre côté avec les structures discursives et les processus cognitifs de production et de compréhension. Cela garantit également que le lien n’est pas d’ordre causal, et que différentes personnes puissent parler différemment dans la “même” situation parce qu’ils l’interprètent différemment.

1.5. Définir la situation

5A la place d’un lien direct entre la société et le discours, je pars du principe que les influences sociales ne peuvent jouer de rôle qu’à travers les définitions subjectives de la situation sociale des participants eux-mêmes. C’est cela seulement qui garantit que l’influence sociale sur l’usage du langage sera à la fois pertinent et relié aux usagers du langage. De plus, dans la mesure où de telles définitions subjectives sont des représentations mentales, elles se connectent facilement avec le type de structures qui sont traitées par les processus discursifs.

1.6. Les modèles contextuels

6La psychologie cognitive a un excellent concept théorique pour rendre compte des représentations subjectives des événements et des situations dans la mémoire épisodique personnelle : les modèles mentaux. Ainsi, les contextes ne sont pas des situations sociales ou des structures sociales, mais des modèles mentaux de ce à quoi assistent les participants, ce sur quoi ils se focalisent ou ce qu’ils trouvent pertinent au fur et à mesure du déroulement de la situation de communication. J’appelle ces modèles spéciaux des modèles contextuels (pour plus de détails, et une discussion plus approfondie des propriétés linguistique, cognitives, sociales et culturelles du contexte, voir Van Dijk 2008a et 2008b).

1.7. Les modèles sémantiques événementiels

7Les modèles contextuels ne doivent pas être confondus avec les modèles (sémantiques) qui représentent subjectivement le propos d’un discours, c’est-à-dire les événements, les actions ou les gens auxquels on fait référence (Johnson-Laird, 1983 ; Van Dijk & Kintsch, 1983). Les modèles sémantiques font également partie de la Mémoire Épisodique, et sont la base de la production du texte et de la parole (en tant que plan sémantique du discours) et le produit ultime de la compréhension : comprendre le discours implique la construction d’un modèle subjectif rendant compte des événements dont on parle, sur la base des expressions et des significations du texte, et avec les instanciations pertinentes (les inférences) des connaissances générales socio-culturellement partagées. Cela signifie que les modèles événementiels sont beaucoup plus riches et détaillés que les textes sur lesquels ils sont basés. Nous verrons plus tard que les modèles contextuels rendent précisément compte du fait que les usagers du langage n’ont besoin que d’un très petit fragment d’information (nouvelle) issue de leurs modèles événementiels dans le discours qu’ils produisent. De manière similaire, les locuteurs n’ont besoin que d’un « demi-mot » pour être capable d’analyser et de construire un modèle événementiel pour un discours, et par voie de conséquence pour le comprendre subjectivement.

1.8. Architecture

8L’architecture la plus simple des processus discursifs contrôlés par le contexte peut ainsi être résumée dans la figure 1 (page suivante). Plus avant, nous traiterons plus amplement de la base de la figure – le rôle de la gestion des connaissances dans les modèles contextuels.

Figure 1. L’architecture la plus simple des processus discursifs contrôlés par le contexte

1.9. Opinions et émotions

9Les modèles contextuels et les modèles événementiels n’intègrent pas seulement tous deux les connaissances à propos des événements (communicationnels), mais peuvent également inclure les opinions et les émotions suscitées par de tels événements. Ce que l’on nous dit ou ce qu’on lit dans le journal peut ajouter de l’information émotionnelle à un modèle contextuel (« J’étais furieux lorsque je lui ai parlé », « Je suis furieux contre vous maintenant ») ou à un modèle événementiel (« J’étais furieux quand j’ai lu à propos de l’Irak »). Cela signifie que nous pouvons également extraire et nous rappeler de tels modèles événementiels avec les opinions évaluatives ou les émotions qui nous leur avons attachées, qui agissent comme des signaux de recherche : lorsque nous sommes pessimistes, nous avons tendances à nous souvenir davantage des mauvaises expériences du passé.

1.10. La conscience

10Les modèles contextuels opèrent généralement plutôt automatiquement et en arrière-plan (c’est-à-dire dans un système de contrôle supervisant les processus de la Mémoire à Court Terme et ses relations entre la Mémoire Épisodique et la Mémoire Sémantique). C’est-à-dire que, bien qu’ils soient actifs en permanence dans le traitement du discours, ils deviennent en partie “conscients” (lorsqu’ils sont traités dans la Mémoire à Court Terme elle-même) seulement si des problèmes surviennent, par exemple à propos des objectifs ou de l’identité des participants (pour plus de détails, voir Velmans & Schneider, 2007).

1.11. Les modèles d’expériences

11Les modèles contextuels sont des cas spéciaux de ce que l’on peut appeler les modèles de l’expérience de la vie de tous les jours. Ces modèles d’expérience représentent les agents eux-mêmes, leur environnement, et contrôlent leurs actions en cours depuis le moment où ils se lèvent le matin jusqu’au moment où ils s’endorment ou perdent conscience. En effet, de bien des manières, des tels modèles d’expériences sont probablement (une part de) ce que l’on appelle la conscience. Les modèles contextuels sont des modèles d’expériences dans lesquels l’action en cours est discursive.

1.12. Les structures des modèles contextuels

12Dans la mesure où les modèles contextuels contrôlent l’usage de la langue en direct (voir plus bas) et dans la Mémoire à Court Terme, ils doivent être relativement simples. Des modèles contextuels représentant les centaines ou les milliers de propriétés des situations sociales ne rentrent évidemment pas dans la mémoire de travail, pas plus qu’ils ne peuvent être activés suffisamment rapidement pour prendre des décisions en une fraction de seconde sur la plupart des propriétés formelles, telles que celles qui structurent la syntaxe, le lexique ou la sémantique locale. On postule donc qu’un modèle contextuel consiste en un schéma simple qui peut être appliqué stratégiquement à de nombreuses situations, et qui n’a besoin d’être modifié qu’en des circonstances spéciales. Les catégories principales de ce schéma sont :

  • La scène : temps et lieu

  • Les participants
    - Rôles, identités
    - Relations
    - Objectifs
    - Connaissances

  • L’action

13Chacune de ces catégories peut être spécifiée par différentes sous-catégories, habituellement pas plus de sept, plus ou moins deux. Par exemple, le temps par des catégories temporelles telles que la seconde, la minute, l’heure, etc. Les catégories de lieu peuvent comprendre la (cette) pièce, la maison, la rue, la ville, etc. et ainsi de suite. L’action est l’acte de langage en cours ou toute autre action sociale accomplie par le discours, et elle peut également avoir différents niveaux de généralité ou de spécificité : poser une question, enseigner un cours, superviser des doctorants, travailler à l’université, etc. Toutes les catégories représentent dynamiquement ce qui est défini comme pertinent maintenant : ce que je dis maintenant, ici, en tant que professeur, à cet étudiant pour l’aider à résoudre un problème sur sa thèse, postulant tel et tel type de connaissances, etc.

1.13. L’adéquation

14La fonction principale des modèles contextuels est de s’assurer que le discours est adéquat à la situation de communication. Dans ce sens, une théorie des modèles contextuels fournit également les bases de la pragmatique (voir également Fetzer, 2007).

1.14. La pertinence

15Dans la mesure où les modèles contextuels représentent ce que les usagers de la langue trouvent pertinent maintenant dans la situation de communication, ils procurent également une théorie de la pertinence qui est plus détaillée et psychologiquement plus adéquate que des approches plus formelles, telles que celle de Sperber & Wilson, 1995 (voir également Carston & Uchida, 1998).

1.15. Dynamique

16Les modèles contextuels ne sont pas statiques, mais dynamiques : ils changent continuellement durant la production et la compréhension du discours, soit parce que les conditions sociales – telles que les relations entre les participants – sont (représentées comme) changeantes, soit à cause du changement de moment et plus particulièrement à cause du changement évident des connaissances impliquées par le discours.

1.16. Planification

17Les modèles contextuels ne sont pas construits à partir de rien à chaque fois qu’un texte ou une interaction verbale commence, mais sont souvent planifiés à l’avance, notamment dans des situations institutionnelles. Cela signifie que les usagers de la langue n’ont souvent besoin d’adapter que quelques traits du modèle de la situation actuelle et peuvent plutôt se focaliser sur l’exécution même du discours lui-même.

1.17. Le contrôle du contexte

18Les modèles contextuels contrôlent la production du discours et sa compréhension. Lors de la production, ils définissent tout d’abord le genre pertinent (une histoire lors d’une conversation, un interrogatoire, écrire des nouvelles dans le journal, un débat parlementaire) qui lie conventionnellement la situation avec les structures du discours. Puis les modèles contextuels contrôlent quelle information (pertinente) doit être sélectionnée (parmi les modèles d’événement ou le savoir général) pour la construction de la structure sémantique du discours et enfin son expression et sa communication (explicite). En d’autres termes, les modèles contextuels pragmatiques contrôlent la part de nos modèles d’événement sémantiques qu’il est pertinent d’exprimer (ou de présupposer) dans le texte ou l’interaction verbale. Je reviendrai à cette fonction cruciale des modèles contextuels plus avant. Enfin, les modèles contextuels contrôlent spécifiquement toutes les options de variation de la langue et du discours qui sont pertinentes dans la situation donnée : l’intonation ou la structure visuelle (sémiotique), la structure syntaxique, le choix du lexique, et par conséquent le style et le registre, ainsi que toutes les options sémantiques : lexique plus ou moins général ou spécifique, concepts précis ou vagues, granularité, diverses modalités ; d’une manière générale, la part implicite ou présupposée du contenu informationnel et la part explicite ou assertée. Enfin les modèles contextuels définissent la planification, l’exécution et la compréhension des actes de langage, dans la mesure où ils définissent les conditions pertinentes des actes de langage (ce que le locuteur/l’allocutaire sait, veut, etc.). Lors de la compréhension du discours, ils définissent comment les destinataires comprennent un discours, c’est-à-dire, en fonction de la scène, de la pertinence de leur propre identité et de leurs buts, et ainsi de suite – comprenant la représentation des modèles contextuels du locuteur : que veut-il /elle faire (que veut-il/elle de moi, etc.) maintenant ?

1.18. Du modèle textuel au modèle contextuel

19Dans la production discursive en cours, les propositions ou les tours de parole précédents ont exprimé et probablement communiqué des connaissances et ont transformé la situation de telle manière que nous pouvons dire que le “texte passé” est automatiquement “connu” ou disponible pour le récepteur, et de ce fait, il fait partie du contexte.

1.19. Les modèles d’événement sémantiques et les modèles contextuels pragmatiques se recouvrent partiellement

20Les modèles sémantiques et pragmatiques peuvent se chevaucher lorsque les usagers de la langue parlent ou font référence explicitement à la situation de communication en cours, comme c’est typiquement le cas avec les expressions déictiques (je, tu, ici, là-bas, maintenant, aujourd’hui, moderne, etc.) (Jarvella & Klein, 1982 ; Brisard, 2002). Parce que la notion de pragmatique est souvent utilisée de manière glissante, il faut insister sur le fait que de telles expressions ne sont pas par conséquent pragmatiques – elles ont un référent ou elles dénotent, et de ce fait ces expressions appartiennent au domaine de la sémantique, et ne définissent donc pas en tant que telle l’adéquation. Cependant, l’usage de variantes d’expressions déictiques peut être plus ou moins approprié à une situation donnée, comme nous le savons avec les pronoms personnels tu et vous en français, et des distinctions similaires dans d’autres langues : ces variantes sont contrôlées par la catégorie Participant : Relation du modèle contextuel et sont par conséquent pragmatiques.

1.20. Théorie de la production et de la compréhension du discours

21Avec une théorie explicite des modèles contextuels, nous ajoutons un composant crucial à la théorie complexe du traitement du discours. La plupart des autres composants du discours ont été traités par les études du discours, la linguistique, la psychologie, l’intelligence artificielle et les autres sciences cognitives (Graesser, Gernsbacher & Goldman, 2003 ; Van Dijk & Kintsch, 2003). Après la grammaire (phonologie, morphologie, syntaxe, lexique, sémantique), diverses théories du discours et des structures conversationnelles (sémantiques, narratives, rhétoriques, interactionnelles, etc.), et après la théorie du traitement de texte basée généralement sur la sémantique, nous sommes maintenant parvenus à l’étape où l’on lie explicitement le discours avec son environnement. C’est-à-dire qu’après avoir défini les conditions de bonne formation, de signifiance (ou de vérité), nous avons maintenant le noyau d’une théorie générale de l’adéquation, dont les théories des actes de langage, de la politesse, de la présentation de soi, de la rhétorique et de la persuasion, etc. ne sont que des éléments.

2. La gestion des connaissances contextuelles

2.1. Les connaissances comme incluses dans les modèles contextuels

22Les connaissances des participants forment l’élément crucial des situations de communication. Dans la mesure où les usagers de la langue n’ont pas d’accès direct aux connaissances des autres participants, ils doivent mettre en œuvre des stratégies efficaces se rapprochant de la “lecture dans les pensées” : pour chaque proposition ou acte de langage, ils doivent savoir ce que les destinataires savent. Par conséquent, ils doivent également modéliser des telles connaissances comme les éléments pertinents de l’événement communicatif.

2.2. Système-C

23Parce qu’une telle gestion dynamique des connaissances lors de la production du discours est un processus complexe et continu qui a besoin d’être pris en charge par un mécanisme particulier, je postule que les modèles contextuels ont un système de connaissance spécifique (Système-C) qui ne fait que cela : à chaque moment du discours, le système “calcule” sur la base des connaissances déjà disponibles ce que le ou la destinataire sait probablement déjà, et adapte le discours, par exemple en laissant implicite l’information déjà connue, en rappelant des informations anciennes, ou en l’exprimant explicitement. Plus que tout autre chose, le temps mis à part, les connaissances sont ce qui change constamment pendant un événement communicatif, et de ce fait elles ont besoin d’un contrôle spécifique.

2.3. Procédures épistémiques

24De manière évidente, les locuteurs ne se représentent pas (et ne peuvent pas se représenter) toutes les connaissances des destinataires dans leurs (simples !) modèles contextuels pour produire du texte ou de la parole qui soit épistémiquement approprié, et ils ont donc recours à un certain nombre de procédures (simples et rapides) pour résoudre les (pseudos) problèmes bien connus de (l’accès à) l’Esprit des Autres.

2.4. Les connaissances sont sociales et donc partagées

25Ces procédures épistémiques sont basées sur la nature sociale des connaissances en tant qu’elles sont définies et partagées par les membres d’une communauté épistémique (Beyssade, 1998 ; voir également Goldman, 1999). C’est-à-dire que les croyances d’une communauté sont définies comme des connaissances lorsqu’elles sont partagées et “certifiées” sur la base des critères-C ou des standards d’une communauté – que ce soit ceux du Sens Commun général et du savoir général sous-jacent, ou que ce soit ceux des scientifiques ou d’autres communautés spécialisées (voir plus avant pour de plus amples détails). Cette nature sociale essentielle des connaissances implique que la plus grande part de ce que savent les destinataires est, en pratique, (plus ou moins) la même chose que ce que le locuteur de la même communauté sait. Par conséquent, nous n’avons pas besoin de stocker de larges quantités de connaissances supposées être celles du destinataire dans nos modèles contextuels, et nous pouvons simplement utiliser nos connaissances socioculturelles accessibles directement comme la norme de ce que les destinataires savent déjà.

2.5. Tu sais ce que je sais

26De ce fait, en suivant cette simple procédure (tu sais ce que je sais), la plupart des connaissances dans le discours peuvent (doivent) demeurer implicites parce que le locuteur sait que le destinataire peut activer directement les connaissances pertinentes, ou peut faire les inférences pertinentes d’après ces connaissances. En effet, ce n’est pas seulement vrai pour les connaissances générales (génériques) socioculturelles, mais également pour beaucoup de ces inférences ; c’est vrai de leur instanciation dans les modèles événementiels (si j’ai des connaissances sur la guerre en général, et que je sais qu’il y a une guerre en cours en Irak, je peux supposer que le destinataire sera capable d’inférer beaucoup plus de propositions que celles que j’exprime comme information “nouvelle” dans le discours). Nous appellerons cette procédure la Procédure Épistémique Fondamentale (PEF).

2.6. Conséquences discursives

27Cette Procédure Épistémique Fondamentale a plusieurs conséquences discursives (plusieurs corollaires), telles que :

28— Procédure épistémique 1. La présupposition.
Si je sais que le destinataire D est membre de ma Communauté de Connaissances CC, et que de ce fait il sait globalement ce que je sais,
et si je sais que p,
alors D sait que p, et je peux aussi présupposer discursivement que D connaît p (et ainsi je peux ne pas asserter p) (ou je ne suis pas obligé d’asserter p).

2.7. Procédure épistémique apparentée

29En plus de la procédure pragmatique de base qui postule que les destinataires savent ce que je sais en tant que locuteur si nous appartenons à la même communauté épistémique, on peut dériver des procédures apparentées, telle que :

30— Procédure épistémique 2. La transitivité épistémique.
Si les usagers de la langue sont membres d’une communauté de parole CC1 qui est elle-même un sous-ensemble de communauté de paroles plus large CC1+1, CC1+2…, alors ils connaissent également toutes les connaissances générales de ces communautés de paroles (plus larges) et d’un niveau hiérarchiquement plus élevés.

31Par exemple, les scientifiques connaissent ce qui relève de connaissances issues du sens commun, et les citoyens de Barcelone partagent avec les citoyens de Madrid le savoir national général à propos de l’Espagne, lesquels partagent leur savoir général européen avec les autres citoyens de l’Europe, etc.

2.8. Nouvelles connaissances

32Mais alors qu’en est-il des connaissances qui ne sont pas (encore) généralement connues et partagées, c’est-à-dire les nouvelles connaissances ? Comment les usagers de la langue savent-ils que les destinataires n’ont pas encore telles connaissances ? Il existe un mouvement stratégique interactionnel évident et international qui est : demander. De ce fait, et particulièrement dans les interactions verbales (conversations, discussions en ligne, dialogues institutionnels), on trouve régulièrement des questions telles que : « Est-ce que je t’ai dit/Est-ce que tu sais à propos de   ? », « Est-ce que tu as entendu à propos de Y ? », ou « Est-ce que tu as vu Z à la télé ? » (ou « Est-ce que tu as lu Z dans le journal ? »). Dans la communication écrite non instantanée (comme les médias de masse), c’est alors plus compliqué, et les journalistes doivent deviner au plus juste ce que les destinataires savent déjà. Une procédure pour une telle situation va alors ressembler à ceci :

33— Procédure épistémique 3. La procédure de l’ignorance.
Si je/nous n’ai/n’avons pas encore annoncé que p,
et s’il est peu probable que D ait eu accès à d’autres sources ou d’autres médias d’information,
alors il est probable que D ne soit pas encore au courant que p

34C’est typiquement le cas pour toutes les informations inédites à la radio et à la télévision ainsi que pour les informations dans la presse qui sont publiées (tôt le matin) lorsque les gens n’ont sans doute pas encore regardé la télévision. Plus tard, les bulletins d’information dans la presse ou à la télévision vont déjà “semi-présupposer” de telles informations, ce qui veut dire qu’ils vont l’asserter indirectement pour ceux qui ne sont pas encore au courant et le rappeler pour ceux qui savent :

35— Procédure épistémique 4. La procédure du doute.
Si je ne sais pas si certaines personnes D peuvent déjà avoir entendu que p
et que d’autres pas,
alors j’asserte indirectement (ou je rappelle) que p.

36De telles assertions indirectes peuvent apparaître sous la forme de « comme nous vous l’avons annoncé hier… », ou de nominalisations telles que « L’attaque sur les Tours Jumelles ce matin… », etc.

37Fondamentalement, cela fonctionne également pour les connaissances personnelles. Les usagers de la langue dans la conversation peuvent (sous certaines conditions – de pertinence, d’intérêt, de temps, etc.) asserter tout ce qu’ils savent que D ne sait pas encore, rappeler ce qui a été dit plus tôt ou ce que D peut avoir entendu d’une autre source.

2.9. Rappeler d’anciens modèles contextuels

38Afin que les locuteurs puissent savoir ce que les destinataires savent sur la base de discours antérieurs auxquels ils ont eux-mêmes pris part, les locuteurs doivent rechercher dans la Mémoire Épisodique d’anciens modèles contextuels. Si de tels modèles contextuels activés sont suffisamment spécifiques (c’est-à-dire récents), il est possible que les locuteurs se souviennent de ce qu’ils ont dit à D, et peuvent également le signaler discursivement avec des expressions telles que « comme je te l’ai dit hier,… » ou par un usage spécifique des démonstratifs (« le type qui… », « ce type ») ou des usages littéraux d’adverbes discursifs tels que « tu sais ». En d’autres termes, dans la construction de modèles contextuels en cours, les usagers de la langue s’adressant à la même personne vont souvent activer d’anciens modèles contextuels afin de prendre en compte ce qui a été dit auparavant. Le même principe s’applique aux marques de validité, c’est-à-dire, lorsque l’on montre qu’une information (fiable) a été obtenue par une personne, un média spécifique ou une autre source (« Le New York Times ce matin a publié un article qui disait que… »). Nous sommes également capables de fournir une telle information sur la source uniquement parce que nous sommes à même de nous souvenir des (anciens) modèles contextuels de ces événements communicationnels, comme c’est le cas pour n’importe quel événement dont nous nous souvenons. C’est typiquement le cas pour la rédaction d’informations journalistiques, où les journalistes utilisent de nombreuses sources et peuvent y faire référence.

2.10. Connaissances générales vs spécifiques

39Jusqu’à présent nous n’avons pas distingué entre les connaissances socioculturelles, socialement partagées, publiques et générales (telles que l’Irak est un pays et non pas un stade de football, ce que sont les militaires, etc.) d’un côté et les connaissances publiques à propos d’événements spécifiques, comme c’est le cas pour la plupart des informations dans les médias de masse. Ainsi, un livre de classe ou un cours magistral peuvent nous apprendre des connaissances générales nouvelles, et un journal, des connaissances spécifiques en premier lieu, c’est-à-dire des modèles événementiels – qui peuvent être absorbés (et contextualisés) vers des connaissances plus spécifiques (par exemple, à propos des guerres civiles si l’on lit quelque chose à ce propos dans le journal).

40Les informations tirées de nouveaux modèles événementiels spécifiques peuvent généralement être communiquées et comprises sur la base des connaissances générales, et ne demandent alors pas d’explications supplémentaires plus poussées, autres qu’en termes de modèles événementiels précédents (causes). Ces modèles événementiels précédents peuvent être en partie connus des destinataires grâce à des annonces précédentes, qui dans ce cas doivent être présupposées connues des destinataires. Les connaissances générales nouvelles en revanche peuvent nécessiter des explications en termes d’autres connaissances générales (définitions, métaphores, comparaisons, descriptions, etc.), elles aussi présupposées connues des destinataires.

2.11. Connaissances générales vs connaissances spécialisées / d’experts.

41Ainsi qu’il est suggéré, les connaissances générales nouvelles peuvent être apprises des spécialistes ou des experts. Cependant, en montant dans la hiérarchie des communautés de connaissance, la transitivité ne fonctionne plus : les spécialistes ne présupposent pas que leurs destinataires non spécialisés savent tout ce qu’ils savent. Ils doivent alors introduire les connaissances nouvelles d’une manière particulière qui puisse être comprise par un public plus vaste. Ils doivent procéder sur la base de connaissances (d’un niveau plus large, plus général et socialement partagées), ou en terme de connaissances spécialisées qui ont été expliquées auparavant. Il s’agit généralement d’une forme de communication plutôt difficile, et tous les destinataires ne sont pas capables de comprendre un discours aussi spécialisé avant d’obtenir des explications répétées, etc. Il existe de nombreuses stratégies pour la communication de ce type de connaissances nouvelles et générales.

2.12. Communication interculturelle

42La même chose vaut pour la communication interculturelle entre différentes communautés de connaissances. Les connaissances particulières d’une communauté-C ne peuvent pas être supposées connues par les membres d’autres communautés-C (beaucoup d’Espagnols ignorent les détails de la vie quotidienne au Royaume-Uni que les Britanniques connaissent bien). Comme c’est le cas pour le discours scientifique, il faut également noter qu’un tel discours peut seulement être compris s’il est expliqué, et que ces explications sont basées sur un système de connaissances (et de langage) plus général et partagé. Nous savons également que ce type de communication peut être conflictuel si les participants ne prennent pas la mesure de ces différences épistémiques (et autres, par exemple religieuses ou idéologiques).

3. Notes sur l’architecture de la planification et de la production de discours

3.1. Préparation et intertextualité

43De nombreux genres discursifs, notamment ceux qui supposent une organisation interne, requièrent une phase de préparation, par exemple pour collecter les données qui vont être rapportées dans le texte (oral ou écrit), comme c’est le cas dans les bulletins d’informations, les conférences, les articles, un discours parlementaire, etc. Ces formes de préparation, bien qu’elles ne fassent pas partie à proprement parler du discours, sont en elles-mêmes des formes discursives complexes avec leurs propres contextes. Elles doivent être examinées en détail afin de comprendre les discours. Ainsi, les journalistes ont besoin de collecter des informations de nombreuses manières, par exemple en lisant d’autres médias et Internet, en lisant des dépêches, en assistant à des conférences de presse et en interrogeant des gens. Ces événements communicationnels sont des formes de discours qui ont pour buts de réunir les informations nécessaires à un futur discours spécifique (typiquement un compte-rendu journalistique) et les structures de tels discours (compte-rendu journalistique) peuvent refléter cette phase de préparation, comme c’est le cas pour les citations dans les articles de journaux. C’est-à-dire qu’il faut considérer la planification du discours comme partie intégrante d’activités intertextuelles complexes.

3.2. Les modèles contextuels en tant que plans

44Étant donné le rôle fondamental des modèles contextuels dans le traitement du discours, l’architecture globale de la planification et de l’exécution du discours doit également être adaptée. La plupart des comptes-rendus théoriques de la production de discours en Intelligence Artificielle se limitent à la spécification d’objectifs (Andriessen, de Smedt & Zock 1996) tandis que pour ma part, je suggère que les contextes doivent également être planifiés, et pas seulement les objectifs et le discours. On planifie un discours pour une occasion particulière (temps et lieu), avec et pour des participants spécifiques, en tant qu’action spécifique et avec des objectifs et des connaissances spécifiques. En fait, la production du modèle contextuel pour un événement communicationnel futur est un plan (pragmatique). En d’autres termes, au lieu de la planification du discours, nous devons examiner la planification du discours en contexte. Ainsi, dans la hiérarchie de la planification, les modèles contextuels doivent être capables d’influencer la production de tout ce qui varie dans les structures du discours à tous les niveaux.

3.3. La planification du genre

45Dans la mesure où les genres sont largement définis en terme de propriétés contextuelles, et seulement en partie en termes de structures de discours, la planification de discours-en-contexte inclut en fait la planification d’un genre, une activité sociale conventionnelle telle qu’écrire un article pour un journal, aller consulter un docteur, faire une présentation à une conférence.

3.4. Planification sémantique et connaissances

46La planification de discours ne doit pas seulement être conceptualisée comme le fait d’exprimer vaguement un contenu ou des connaissances. Il est crucial de spécifier quel type de “contenu” ou de connaissances, ou de croyances, etc. vont être exprimés ou communiqués, lesquels vont rester implicites et si les connaissances exprimées proviennent de modèles événementiels subjectifs (expériences personnelles) ou de connaissances plus générales et socioculturelles. Tout cela dépend, comme tout le reste, du modèle contextuel : dans les bulletins d’information, les journalistes expriment un savoir qui est différent du type de savoir que les professeurs enseignent dans un cours magistral ou dans des travaux dirigés. De manière similaire, raconter des histoires implique l’expression sélective (et pertinente) de modèles événementiels, et les articles universitaires l’expression de nouvelles connaissances (générales) spécialisées, et ainsi de suite pour chaque genre. Cela signifie également que l’on ne peut pas donner un schéma de planification pour tous les genres discursifs. Plus bas, j’en propose un pour la production d’informations journalistiques.

3.5. La production du discours est d’ordre stratégique

47La production du discours ne relève pas seulement d’une dimension linéaire ou d’une dimension qui irait de bas en haut, ou d’un niveau macro au micro, mais pour des raisons de stratégie, elle mobilise des axes parallèles, plus complexes au niveau de la planification et de la production (Van Dijk & Kintsch, 1983). Normalement, les (macro) thèmes globaux vont contrôler les significations (micro) locales, mais durant l’exécution des significations locales, les usagers de la langue peuvent se souvenir d’informations ou être interrompus par les destinataires ; et ceci peut les amener à changer une partie de leur contexte (de leur identité, de leurs objectifs, etc.) ainsi que de thèmes de conversation. Il y a un retour constant et mutuel entre le bas et le haut, le macro et le micro, le contexte et le texte. Évidemment cela a plus de chance de se produire au cours d’interactions.

4. Stratégies de production d’informations journalistiques

4.1. Illustration

48Afin d’illustrer le cadre théorique rapidement exposé ci-dessus, je vais résumer comment l’appliquer à un cas concret, en l’occurrence, à la manière dont un journaliste est supposé rédiger un article d’information (pour des études empiriques, voir par ex. Gans, 1979 ; Tuchman, 1978 ; Van Dijk, 1988a et 1988b). Nous avons vu que la structure globale de planification et de production du discours dépend (également) du genre. Nous envisageons une conversation spontanée différemment d’un article d’information, d’un article universitaire, d’un roman ou d’un discours parlementaire.

4.2. Préparation. Collecte des informations

49Les journalistes qui envisagent d’écrire un article d’information ont besoin de mettre en œuvre une séquence d’activités discursives qui cherche à fournir les nouvelles informations nécessaires à la production d’un article informatif. Ces activités peuvent être des interviews de témoins ou d’experts, la lecture d’autres médias et d’Internet, la consultation d’encyclopédies et de dictionnaires ; elles peuvent consister à participer à des réunions éditoriales ou à des conférences de presse, à lire des dépêches, et ainsi de suite. L’objectif combiné des événements communicationnels est d’obtenir des informations spécifiques. Ces informations sont stockées dans un modèle épisodique des événements d’informations (éventuellement sauvegardées par des notes externes). Avec ses propres inférences dérivées des informations, c’est tout ce que le ou la journaliste sait à propos d’un événement, et ce modèle va être sa contribution à la production effective de l’article informatif.

4.3. La planification du contexte de l’information journalistique

50Comme je le suggère plus haut, la planification d’un article informatif doit plutôt être conceptualisée comme la planification d’un événement communicationnel complexe dont l’article informatif et ses objectifs sont une part essentielle. Les journalistes prévoient d’écrire un article pour un rédacteur en chef, pour un journal et pour un public donné, et chacun le fait en tant que journaliste et en tant qu’employé d’un journal, en tant que citoyen d’un pays, etc. C’est ce modèle contextuel global qui va contrôler la planification et la rédaction réelles de l’article. Toutes ces étapes et ces phases de la rédaction de l’article informatif sont contrôlées par le modèle contextuel : la sélection des thèmes, les informations locales à inclure ou non, à laisser implicite ou non, à présupposer, à rappeler, auxquelles faire allusion, etc., ainsi que le degré de précisions ou de détails, et enfin, le style lexical et la mise en page visuelle de l’article.

4.4. Schéma de la production d’un article informatif

Figure 2. Schéma simplifié de la production d’un article informatif.

5. Connaissance et information journalistique

5.1. Définition de la connaissance

51Après avoir formulé des procédures de connaissance générales plus haut, nous devons réfléchir un instant sur le concept même de connaissance avant de traiter la question du rapport entre connaissance et informations journalistiques. Contrairement aux définitions traditionnelles de la connaissance, comme en épistémologie classique (pour plusieurs approches différentes, voir par exemple, Bernecker & Dretske, 2000) en terme de “croyances vraies justifiées”, je définis la connaissance (sociale) d’une manière plus pragmatique comme les croyances validées partagées par les membres d’une communauté épistémique. La validation se fait en termes de standards de connaissance de cette communauté (standards souvent différents entre la science et la vie de tous les jours).

52Cela signifie que la connaissance n’est pas définie en terme de “vérité”, ni de manière abstraite, mais en termes de croyances que les membres de telle communauté appellent connaissances, et c’est en les considérant comme telles qu’ils agissent en fonction d’elles. C’est-à-dire que la connaissance est relative, mais également que la relativité est relative, comme il se doit, parce qu’à l’intérieur de telle communauté, la connaissance n’est pas relative : il s’agit de “faits” ou de “vérités”. Cela s’applique même au méta-niveau de l’épistémologie classique qui définit la connaissance en termes de vérité des croyances. Bien sûr, depuis la perspective d’une communauté différente, ces connaissances peuvent très bien être appelées de simples croyances ou de la superstition. En ce sens notre arrière-plan épistémologique n’est que modérément relativiste (et aussi, le relativisme est relatif) et contextualiste (Jovchelovitch, 2007 ; Preyer & Peter, 2005).

5.2. Connaissance et discours

53La connaissance fonctionne à la base de toutes les interactions dans une communauté de connaissance, et de ce fait est également à la base de tout texte écrit et oral. Cela veut dire, parmi d’autres choses, que toutes les connaissances (sociales) générales partagées peuvent être présupposées en discours, comme nous l’avons vu plus haut (pour diverses approches formelles, linguistiques et cognitives de la présupposition, voir par exemple Beyssard, 1998 ; Deemter & Kibble, 2002). C’est un test facile et empirique pour repérer quelles croyances sont acceptées comme le “socle commun” (tout comme le “sens commun”) d’une communauté (Clark, 1996). De ce fait, la connaissance, ainsi définie, n’a pas le même statut que les croyances qui sont sujettes à controverse, et qui sont de ce fait appelées opinions (comme dans la notion classique de doxa), attitudes ou idéologies et qui spécifient des groupes sociaux différents (Van Dijk, 1998). Appliqué à la production de nouvelles journalistiques, ce principe implique que les journalistes puissent présupposer dans leur discours informatif toutes les connaissances partagées par la plupart de leurs lecteurs (connaissances qui, là encore, dépendent d’une éducation minimum, etc., c’est-à-dire appréciées sur la base de critères sociaux).

5.3. Les types de connaissances dans les articles journalistiques informatifs

54Afin de comprendre comment les journalistes s’y prennent avec les connaissances, au sens d’une compétence à mettre en œuvre lors de la rédaction d’informations journalistiques, nous devons tout d’abord préciser de quels types de connaissances ils traitent. Jusqu’à présent, nous n’avons étudié que les connaissances générales et socialement partagées, mais les connaissances sont beaucoup plus diverses que cela. Plus généralement, il est nécessaire d’établir une typologie des connaissances, y compris lorsqu’on vise d’autres buts que l’étude de la production du discours ; en effet toutes les connaissances ne peuvent pas être décrites en utilisant la même structure et la même fonction qu’ici :

  • déclaratif vs procédural

  • général vs spécifique

  • abstrait vs concret

  • réel vs fictionnel

  • social vs personnel

  • théorique vs empirique

  • macro vs micro

  • certain vs incertain

  • portée : mondiale, régionale, nationale, locale, etc.

  • communauté : connaissance scientifique vs profane

  • Objet : connaissance du langage, des gens, des objets, etc.

  • Etc.

55Bien que les journalistes aient de nombreuses formes de connaissances procédurales (“savoir comment”) (par ex. comment utiliser un ordinateur, un microphone, etc.), je ne traiterai que des connaissances déclaratives (“savoir que”), bien que la distinction soit floue (connaître une langue par exemple implique de manière évidente les deux types).

5.4. Connaissance et mémoire

56La connaissance générale, abstraite et sociale est habituellement associée avec la mémoire “sémantique”, comme des scripts ou d’autres croyances organisées schématiquement. Les connaissances personnelles spécifiques sont typiquement localisées dans la mémoire épisodique “autobiographique”, notamment sous forme de modèles mentaux (Tulving, 1983). Ces connaissances spécifiques socialement partagées, par exemple à propos du 11 Septembre, ou à propos d’événements historiques ou sociaux importants, qui sont normalement annoncés dans les émissions d’informations, puis ensuite supposées connues des auditeurs, ont un statut ambigu. Elles ont la structure de modèles événementiels, mais dans la mesure où elles peuvent être socialement partagées, et de ce fait considérées a priori comme “des faits” dans le discours, elles peuvent très bien être stockées dans la “mémoire sémantique” en tant que connaissances spécifiques du monde plutôt qu’en tant qu’expérience personnelle (bien que pour certains de ces événements historiques nous puissions avoir également un modèle personnel, comme c’est le cas pour le 11 Septembre pour beaucoup de gens). Probablement, la notion même de mémoire “sémantique” doit-elle être revue afin de rendre compte de ces différents types de connaissance. Inversement, la mémoire épisodique peut également comprendre des connaissances générales et plus ou moins abstraites sur ma vie personnelle, les événements, les personnes que je connais, et pas seulement des modèles d’expériences personnelles spécifiques. Ce problème ne sera cependant pas traité plus en détail dans cet article.

6. Sur la rédaction automatique de bulletins d’information : reporter

6.1. Spéculations sur reporter

57Laissez-moi enfin spéculer brièvement sur la simulation de ce que les journalistes font lorsqu’ils écrivent leurs articles. A quoi pourrait ressembler un tel système que nous appellerions reporter ? Quel type de capacités devrait-il avoir ? Il est évident que dans l’état actuel de nos connaissances sur le langage et la production discursive, nous ne serons capables de construire que de petites parties de reporter. Alors voici quelques remarques finales sur certains de ses composants.

6.2. Implanter les données : la modélisation d’événements

58Tout comme un vrai journaliste, reporter a besoin de données, d’informations. Nous avons vu que de telles informations sont collectées de différentes manières, telles que par les dépêches, les conférences de presse, les interviews ou Internet. Pour que reporter soit à même de simuler un vrai journaliste, il aura donc besoin d’être capable d’effectuer une requête, à savoir rechercher des informations (supplémentaires) à propos d’un événement connu du journal. reporter devra être capable de lire et d’interpréter tous les articles récents et les autres documents fournis par les sources, et en mesure de former un modèle mental de l’événement. Cette phase de production de l’information peut être perçue comme préparatoire, et comme une séquence plus ou moins indépendante d’événements communicationnels, ou comme faisant partie de l’acte (complexe) de rédaction de l’information elle-même. Dans tous les cas, cette préparation consiste en une forme de traitement de textes (Van Dijk, 1988b) ; et si reporter doit être capable de faire cela, il doit (i) être capable de distinguer les informations pertinentes de celles qui ne le sont pas, (ii) comprendre le langage et le discours et (iii) construire un modèle mental des événements d’information (nécessairement partiel puisque les journalistes ne se souviennent pas non plus de tout ce qu’ils ont lu).

6.3. Modélisation du contexte

59Le but premier de cet article a été de montrer qu’une production et une compréhension du discours appropriées dans de vraies situations de communication exigent que les participants construisent des modèles contextuels des propriétés pertinentes de la situation. La première tâche de la rédaction de l’article à proprement parler est donc pour reporter de construire ce modèle contextuel : qu’est-ce qui est fait, quand, où, pourquoi, pour qui, etc. J’ai soutenu que dans l’approche traditionnelle de l’Intelligence Artificielle, formuler la question de la planification (de texte) uniquement en terme d’objectifs est une simplification injustifiable. reporter a besoin de savoir ce qu’“il” est (en tant que système, ou en tant que journaliste virtuel), en tant que journaliste, en tant qu’employé d’un journal, etc., quand et où il se situe, quelles sont les actions sociales en cours au moment de la rédaction (ou de l’annonce) de l’information, et avec quels objectifs (par exemple, informer le public, critiquer la police, etc.). C’est-à-dire que les objectifs doivent être représentés comme des événements communicationnels complexes, et le système doit évidemment avoir un certain degré de conscience de soi et de ses multiples identités (pour diverses approches formelles de – la modélisation (limitée) de contextes, voir Blacbburn, Ghidini, Turner & Giunchiglia, 2003).

6.4. La modélisation de connaissances

60Ce qui est crucial à l’intérieur de la modélisation de contexte pour la rédaction d’information c’est comment reporter modélise les connaissances des lecteurs. Dans la mesure où une partie de la modélisation du contexte implique les modèles des lecteurs, cela permet également une certaine connaissance de leurs connaissances, si reporter sait à quelles communautés de connaissance ils appartiennent (par exemple classe moyenne, citoyens américains, etc.). Ce type de stratégies épistémiques mentionné plus haut opérera alors sur le type de connaissances qui est connu des lecteurs et peut par conséquent être présupposé, rappelé ou laissé implicite. Il serait plus difficile de simuler ce que reporter sait de l’ignorance des lecteurs. Cependant le problème peut être résolu en supposant que si la totalité ou la plupart des connaissances publiques est acquise par l’intermédiaire des médias de masse, alors reporter peut simplement supposer que ce qui n’a pas été rapporté plus tôt par le même journal n’est pas connu du lecteur (cela laisse de côté bien sûr la possibilité d’accès à d’autres sources, telles que la télévision).

6.5. Planification du texte

61Une partie du reste de la production d’information par reporter est plus alignée avec les propositions habituelles de la génération automatique de texte (Andriessen, de Smedt & Zock, 1996 ; Sharp & Zock, 2007). Cependant, il existe également un certain nombre de propriétés plus spécifiques de reporter que l’on ne trouve pas dans la plupart des autres systèmes. Par exemple, l’idée que toutes les étapes plus avancées de la rédaction d’article d’information sont contrôlées par le modèle contextuel.

6.6. Sélection des thèmes

62Une des premières manières dont les modèles contextuels influencent la rédaction d’information c’est dans la sélection d’informations pertinentes (intéressantes, nouvelles, etc.) venant du modèle événementiel, lui-même basé sur les données fournies par les sources d’information (voir plus haut). Cela ne veut pas seulement dire laisser implicite l’information du modèle que le lecteur a déjà ou peut construire ou inférer lui-même, mais également laisser de côté ou minimiser des informations moins importantes, moins pertinentes ou moins intéressantes, ou sélectionner, souligner ; détailler des informations importantes, par exemple l’analyse du thème (quel est le sujet principal de tel article d’information) ainsi que la hiérarchisation de l’information : quelle information doit apparaître en premier. En d’autres termes, reporter construit donc un plan macro-sémantique contrôlé par le contexte de l’article d’information (Van Dijk, 1980, 1988b ; Van Dijk & Kintsch, 1983). C’est un exploit qu’il n’est pas facile d’accomplir, parce qu’il n’exige pas seulement un savoir à propos de la sémantique des discours ou de l’organisation discursive ; mais il suppose aussi de connaître plus particulièrement quel type d’information (nouvelle) est typiquement intéressante ou pertinente pour les lecteurs. Encore une fois, un raccourci pratique dans ce cas n’est pas empiriquement infondé : les gens trouvent (apprennent à trouver) intéressant ce qu’ils lisent dans le journal. Cela signifie que reporter peut simuler les intérêts des lecteurs en sélectionnant et en soulignant les types de thèmes sélectionnés et soulignés auparavant dans le même journal – ou signalés comme tels par des sources d’information expertes.

6.7. La production globale d’un article d’information

63Étant donné les contraintes contextuelles et les structures sémantiques générées par le modèle événementiel d’information, reporter a besoin en dernier lieu de commencer à écrire l’article d’information en tant que tel en prenant conscience linéairement des différentes règles et structures globales et hiérarchiques mentionnées. Ainsi les thèmes principaux vont être exprimés de manière séquentielle et formulés dans les titres, la macrostructure de l’événement dans l’accroche, et ensuite les informations les plus importantes (niveau le plus haut) dans chacune des catégories du schéma des informations : l’Événement Principal, l’Arrière-plan (Situation en cours, Historique), les Réactions Verbales, etc. par échelons, cycliquement, jusqu’aux plus petits détails de chaque catégorie, et selon la longueur maximum allouée à l’article (pour plus de détails, voir Van Dijk, 1988b ; Bell, 1991). Évidemment, cette partie présuppose que reporter ait une connaissance professionnelle à propos de la structure conventionnelle d’un article d’information. La hiérarchisation et la topicalisation de cette production peuvent également être contrôlées en partie par le modèle contextuel : sera topicalisé, accentué, détaillé, etc. ce à quoi les lecteurs du journal s’intéressent le plus.

6.8. Production locale

64Avec cette structure complexe et formelle des informations journalistiques et son contenu global, reporter a besoin en dernier lieu de formuler finalement les mots et les phrases mêmes de l’article d’information – c’est-à-dire qu’il doit disposer d’une grammaire fine du contexte et du discours. Cette grammaire est en partie ajustée au style des articles d’information (par exemple dans la formulation des titres, et dans des structures de topicalisation phrastiques spécifiques, telles que « p, a dit la police » au lieu de « la police a dit que p »). Ensuite la sélection lexicale et syntaxique est contrôlée contextuellement par les normes stylistiques des registres langagiers – selon le type de journal (journal sérieux, presse à scandale, etc.), (Hovy, 1988). Mais le contrôle local par les modèles contextuels va encore bien au-delà, et peut également affecter les perspectives des descriptions, les partis pris idéologiques dans les choix lexicaux : qui est cité, quels acteurs de l’information sont décrits (Van Leeuwen, 1996 – traduit dans ce volume), quels détails (intéressants) sont inclus dans la description des événements et des acteurs, et qu’est-ce qui est inintéressant ou tabou. En d’autres termes, toutes ces options (pour la plupart sémantiques) sont contrôlées par des éléments du modèle contextuel, tels que la scène, le type de journaliste (reporter international ou éditorialiste), le type de lecteurs et leurs connaissances précédentes et leurs intérêts, les objectifs en cours, l’action en cours. A part ce vaste problème, à savoir la nécessité d’un système grammatical et discursif – qu’on ne résoudra pas dans un futur proche – reporter ne doit pas seulement être capable de formuler des phrases ayant un sens et des séquences cohérentes, mais il doit aussi s’exprimer dans un style et des spécifications sémantique qui satisfassent les contraintes contextuelles, et qui rendent au final l’article d’information approprié à la situation de communication.

6.9. Où est la nouveauté ?

65Beaucoup de ces éléments ont été proposés dans de nombreux systèmes d’Intelligence Artificielle (voir par ex. Hovy, 1988). Mais ce qui manque le plus à ces systèmes, c’est la manière dont la production discursive est à tous les niveaux contrôlée par les modèles contextuels. C’est-à-dire que nous avons besoin de systèmes qui modélisent le contexte de telle manière que les discours qui en résultent ne soient pas seulement grammaticaux ou simplement sensés, cohérents et bien organisés ; il faut également que les discours soient adéquats, comme c’est le cas pour les articles d’information existant dans les vrais journaux – c’est-à-dire adaptés à la situation de communication qui est celle de la rédaction d’information à proprement parler. Plus spécifiquement, il y a besoin, et cela fait partie du contrôle contextuel, de gérer naturellement les connaissances dans le texte et la parole – quand et quelles connaissances doivent être assertées, exprimées, sous-entendues, présupposées, rappelées, cachées, etc., étant donné les connaissances supposées (intérêts, objectifs, etc.) des lecteurs. Évidemment, il va encore s’écouler de nombreuses années avant que reporter soit capable de faire tout cela, et de le faire bien. Mais nous avons enfin une meilleure idée maintenant des composants (des capacités) que le système doit avoir, comment ces composants sont reliés, et qu’est-ce qui contrôle quoi. Bien sûr, en plus du système grammatical et discursif, la représentation détaillée et le traitement des connaissances pertinentes est la tâche la plus formidable qui attend reporter.

7. Conclusions

7.1. Une nouvelle théorie du contexte

66Les théories de l’usage du langage, du discours ainsi que du traitement du discours n’ont pas seulement besoin de théories des structures du texte et de la parole, et de leur traitement cognitif, elles ont également besoin d’une théorie du contexte. Une telle théorie ne doit pas être basée sur une représentation du contexte en termes de paramètres sociaux “réels” et déterministes, mais sur une forme de définition subjective des participants, c’est-à-dire sur un type de modèle mental stocké dans la mémoire épisodique : les modèles contextuels. Ces modèles s’assurent que les usagers de la langue produisent et comprennent le discours de manière adéquate dans une situation de communication donnée. Cela signifie que les modèles contextuels sont la base de la pragmatique et que ce sont eux également qui régissent les discours pour ce qui est de leur adéquation. Les contextes sont des modèles dynamiques qui consistent en un schéma relativement simple qui contrôle au fur et à mesure la production du texte et de la parole.

7.2. Contrôle du contexte

67Les modèles contextuels contrôlent tous les aspects variables de la production et de la compréhension discursive, y compris le genre, le style, et le registre de telle sorte que le discours soit adapté au destinataire et aux autres aspects du contexte.

7.3. L’architecture de la production discursive

68Dans l’architecture générale de la production discursive, ce ne sont plus les objectifs, les modèles d’événements spécifiques ou les connaissances générales que nous devons prendre comme point de départ de la production (de ce qu’un locuteur veut dire), mais bien le modèle contextuel : comment les usagers de la langue représentent la situation de communication en cours, en incluant leur propre personne et leurs destinataires, la scène en cours, les objectifs, les rôles et les relations ainsi que les connaissances actuelles sur les connaissances des destinataires. En effet, les modèles contextuels contrôlent même ce qui doit être exprimé des modèles événementiels spécifiques (lorsque c’est pertinent, intéressant, inconnu, etc.) et ce qui, des modèles événementiels, doit être laissé implicite (lorsque que c’est non pertinent, inintéressant, connu, déductible, etc.).

7.4. Connaissance et contexte

69Dans la mesure où les locuteurs ont besoin de connaître les connaissances des destinataires, leurs modèles contextuels doivent appliquer rapidement et stratégiquement les procédures qui établissent ce que les destinataires savent. Nous avons vu que ces procédures sont basées sur la notion sociale de connaissances partagées par des communautés épistémiques : la plupart de ce que les destinataires de la même communauté savent est identique à ce que le locuteur sait. Cela signifie qu’il est nécessaire que les procédures se focalisent sur des connaissances à propos d’événements nouveaux généraux et spécifiques, et de ce fait sur cette question : oui ou non les destinataires ont-ils eu accès aux sources pertinentes – telles que ce que le locuteur/l’écrivain a communiqué auparavant, ou quoi que ce soit d’autre qui a récemment été communiqué par les médias publics.

7.5. Information et connaissance

70Une analyse plus spécifique du contexte, des connaissances et du discours des articles d’information requière tout d’abord un schéma spécifique de l’acquisition et de la communication des connaissances (publiques) pertinentes, impliquant par exemple le rôle de différentes sortes de sources d’information. Ainsi, les journalistes ne construisent pas seulement des modèles mentaux des événements d’information, mais également des modèles contextuels d’eux-mêmes en tant que journaliste et employé d’un journal, ainsi que des représentations de leur rédacteur en chef, de leurs lecteurs – ce qu’ils savent, ce qui les intéresse, etc.

7.6. reporter

71En dernier lieu j’ai spéculé sur les manières dont un système automatique de rédaction des informations, reporter, devrait être construit pour produire des articles d’information adéquats. Parmi les nombreux composants d’un tel système, j’ai mis en lumière le fait que le système doit être à même de construire des modèles contextuels qui agiraient comme un contrôle global de la production des articles d’information. Plus spécifiquement, j’ai insisté sur le rôle de la gestion des connaissances en tant que part prépondérante d’un contrôle du contexte, dans la mesure où, de manière évidente, l’annonce des informations concerne en tout premier lieu le type de connaissances produites, partagées et présupposées dans les communautés de connaissance.

Haut de page

Bibliographie

Aikhenval, A. I. U. (2004), Evidentiality. Oxford New York: Oxford University Press.

Ammon, U. (2005), Sociolinguistics. An international handbook of the science of language and society= Soziolinguistik: ein internationales Handbuch zur Wissenschaft von Sprache und Gesellschaft / herausgegeben von Ulrich Ammon.

Andriessen, J., de Smedt, K., & Zock, M. (1996), “Discourse planning: Empirical research and computer models.” In Dijkstra, Ton, & de Smedt, Koenraad (Eds.), Computational psycholinguistics: AI and connectionist models of human language processing. (pp. 24)

Bell, A. (1991), The language of news media. Oxford, UK/Cambridge, MA: Blackwell.

Bernecker, S., & Dretske, F. I. (Eds.), (2000), Knowledge: Readings in contemporary epistemology. Oxford : Oxford University Press.

Beyssade, C. (1998), Sens et savoirs : Des communautés épistémiques dans le discours. Rennes : Presses universitaires de Rennes.

Blackburn, p. , Ghidini, C., Turner, R. M., & Giunchiglia, F. (Eds.). (2003). Modeling and Using Context. Proceedings 4th International and Interdisciplinary Conference CONTEXT 2003, Stanfors, CA, USA, June 2003. Berlin: Springer.

Carston, R., & Uchida, S. (Eds.), (1998), Relevance theory: Applications and implications. Amsterdam Philadelphia, Pa.: J. Benjamins.

Chafe, W. L., & Nichols, J. (Eds.), (1986), Evidentiality: The linguistic coding of epistemology. Norwood, N.J.: Ablex Corp.

Clark, H. H. (1996), Using Language. Cambridge: Cambridge University Press.

Deemter, K., & Kibble, R. (2002), Information sharing. Reference and presupposition in language generation and interpretation. Stanford, Calif.: CSLI.

Fetzer, A. (Ed.), (2007), Context and appropriateness. Micro meets macro. Philadelphia: J. Benjamins Pub. Co.

Gans, H. J. (1979), Deciding what’s news. A study of CBS evening news, NBC nightly news, Newsweek, and Time. New York: Pantheon Books.

Goldman, A. I. (1999), Knowledge in a social world. Oxford, UK/New York: Clarendon Press/Oxford University Press.

Graesser, A. C., Gernsbacher, M. A., & Goldman, S. R. (Eds.), (2003), Handbook of discourse processes. Mahwah, N.J.: L. Erlbaum.

Greenberg, B. S. (Ed.), (2002), Communication and terrorism. Public and media responses to 9/11. Cresskill, N.J.: Hampton Press.

Hovy, E. H. (1988), Generating natural language under pragmatic constraints. Hillsdale, N.J.: L. Erlbaum Associates.

Ifantidou, E. (2001), Evidentials and relevance. Amsterdam/Philadelphia: J. Benjamins.

Jarvella, R. J., & Klein, W. (Eds.), (1982), Speech, place, and action. Studies of deixis and related topics. Chichester, West Sussex/New York: Wiley.

Johnson-Laird, p. N. (1983), Mental models: Towards a cognitive science of language, inference and consciousness. Cambridge (Cambridgeshire) New York: Cambridge University Press.

Jovchelovitch, S. (2007), Knowledge in context. Representations, community, and culture. New York, NY: Routledge.

Norris, p. , Kern, M., & Just, M. R. (Eds.), (2003), Framing terrorism. The news media, the government, and the public. New York: Routledge.

Preyer, G., & Peter, G. (Eds.), (2005), Contextualism in philosophy. Knowledge, meaning, and truth. Oxford/New York: Clarendon Press Oxford University Press.

Schiffrin, D., Tannen, D., & Hamilton, H. E. (Eds.), (2001), The handbook of discourse analysis. Malden, Mass.: Blackwell Publishers.

Sharp, B., & Zock, M. (Eds.), (2007), Natural Language Processing and Cognitive Science. Proceedings of the 4th International Workshop on Natural Language Processing and Cognitive Science – NLPCS 2007. Portugal: INSTICC Press.

Siegal, A. M., & Connolly, W. G. (1999), The New York Times manual of style and usage. New York: Times Books.

Sperber, D., & Wilson, D. (1995), Relevance: Communication and cognition. Cambridge, MA: Blackwell Publishers.

Tuchman, G. (1978), Making news: A study in the construction of reality. New York: Free Press.

Tulving, E. (1983), Elements of episodic memory. Oxford: Oxford University Press.

Van Dijk, t. A. (1980), Macrostructures: An interdisciplinary study of global structures in discourse, interaction, and cognition. Hillsdale, N.J.: L. Erlbaum Associates.

Van Dijk, t. A. (1988a), News analysis: Case studies of international and national news in the press. Hillsdale, NJ: Lawrence Erlbaum Associates.

Van Dijk, t. A. (1988b), News as discourse. Hillsdale, NJ: L. Erlbaum Associates.

Van Dijk, t. A. (Ed.), (1997), Discourse Studies. A multidisciplinary introduction. 2 vols. London: Sage.

Van Dijk, t. A. (Ed.), (2007), Discourse Studies. 5 vols. Sage Benchmarks in Discourse Studies. London: Sage.

Van Dijk, t. A. (2008), Discourse and Context. A sociocognitive approach. Cambridge: Cambridge University Press.

Van Dijk, t. A. (2008), Society in Discourse. How Context Controls Text and Talk. Cambridge: Cambridge University Press.

Van Dijk, t. A., & Kintsch, W. (1983), Strategies of discourse comprehension. New York London: Academic Press.

Velmans, M., & Schneider, S. (Eds.), (2007), The Blackwell Companion to Consciousness. Oxford: Blackwell.

Wodak, R., & Meyer, M. (Eds.), (2001), Methods of critical discourse analysis. London /Thousand Oaks, Calif.: Sage.

Zelizer, B., & Allan, S. (Eds.), (2003), Journalism after September 11. London New York : Routledge.

Haut de page

Notes

1 . NdT : Van Dijk utilise deux sortes de guillemets : les guillemets anglais simples, chaque fois qu’un mot ou une expression n’approche qu’imparfaitement ce que l’auteur vise, et les guillemets anglais doubles dans tous les autres cas. Nous avons respecté cette manière de faire en utilisant des guillemets anglais doubles dans le premier cas et des guillemets français dans tous les autres cas.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1. L’architecture la plus simple des processus discursifs contrôlés par le contexte
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/8890/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Figure 2. Schéma simplifié de la production d’un article informatif.
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/8890/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Teun A. Van Dijk, « Texte, Contexte et Connaissance », Semen [En ligne], 27 | 2009, mis en ligne le 03 décembre 2010, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/semen/8890

Haut de page

Auteur

Teun A. Van Dijk

Universitat Pompeu Fabra, Barcelone

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page