Navigation – Plan du site
Note de lecture critique et compte-rendu de lecture : actualité Vološinov-Bakhtine

Valentin Nikolaevic Vološinov (Vološinov), Marxisme et philosophie du langage. Les problèmes fondamentaux de la méthode sociologique dans la science du langage

Nouvelle édition bilingue traduite du russe par Patrick Sériot et Inna Tylkowski-Ageeva, Préface de Patrick Sériot, Limoges, Lambert-Lucas, 2010, 600 pages
Jacques Guilhaumou
p. 195-208

Texte intégral

1Dans une préface de près de cent pages, et dès lors très informée et très argumentée, Patrick Sériot, titulaire de la chaire de linguistique slave à l’Université de Lausanne et spécialiste de l’histoire et de l’épistémologie du discours sur la langue en Russie et en Union Soviétique, retrace avec minutie l’histoire d’un ouvrage, Marxisme et philosophie du langage, publié pour la première fois en 1929 à Leningrad, et exhumé en 1973 par Roman Jakobson en traduction anglaise. La traduction française, aux Éditions de Minuit, paraît en 1977, sous la responsabilité de Marina Yaguelo. À la suite de la présentation, Patrick Sériot et Inna Tylkowski-Ageeva nous en proposent une nouvelle traduction, texte original inclus.

Une méthode d’approche totale

2Dès son ouvrage sur Structure et totalité (PUF, 1999), qui porte spécifiquement sur le courant eurasien en Europe centrale au XXème siècle, et plus particulièrement sur le Cercle linguistique de Prague dont les représentants les plus connus sont Jakobson et Troubetzkoy, Patrick Sériot précise sa méthode. Il étudie un corpus d’ouvrages linguistiques à partir d’une reconstitution « totale » de « l’esprit du temps » et de « l’esprit du lieu » qui préside à leur production, cernant alors les contours et les mécanismes d’un monde de scientifiques et d’intellectuels dont le questionnement porte en grande part sur les problèmes d’identité de la langue. Il montre ainsi que la « science eurasiste » mise en place par ce cercle d’intellectuels procède d’une vision cumulative et synthétique, au plus loin du point de vue saussurien sur la langue, ou de toute autre point de vue « partiel » du linguiste « objectiviste ». Au système construit selon un point de vue déterminé mis en place par Saussure et d’autres linguistes se substitue un objet ontologiquement structuré, une totalité donc. En se déplaçant plus à l’Est, présentement dans l’URSS de l’entre deux-guerres, qu’en est-il de cette approche de la langue que l’on peut qualifier d’holiste ?

3La remise en contexte, dans l’esprit et le lieu de l’époque, par le recours aux archives disponibles et analysées de manière exhaustive, permet à Patrick Sériot d’abord de lever le voile sur les mystères qui entourent la publication de Marxisme et philosophie du langage. Il s’agit de savoir si la thèse « classique » d’une production du « cercle de Bakhtine » ainsi que l’ont présenté Julia Kristeva et Tzvetan Todorov à partir des années 1960, et qui a engendré un conflit de paternité sur cet ouvrage, est vérifiable, archives à l’appui. À vrai dire, comme le montre Patrick Sériot, le « Cercle de Bakhtine » – expression que l’on retrouve dans le titre du livre de Tzvetan Todorov, Le principe dialogique suivi de Écrits du Cercle de Bakhtine (Paris, Le seuil 1981) – n’a jamais existé, ce qui revient à distinguer nettement l’œuvre de Vološinov de celle de Bakhtine. Parallèlement, Jean-Paul Bronckart et Christian Bota dans Bakhtine démasqué. Histoire d’un menteur, d’une escroquerie et d’un délire collectif (Librairie Droz, Genève, 2011, 629 p.) montrent l’ampleur du travail d’usurpation par Bakhtine de toutes sortes de textes, y compris son fameux Dostoïevski de 1929. Tenons-nous en ici au fait qu’attribuer Marxisme et philosophie du langage au « cercle de Bakhtine » tend à le constituer en corpus clos par l’association aux textes de Bakhtine tout particulièrement, et interdit donc d’en singulariser l’approche en matière de philosophie du langage à partir d’une identification précise du personnage de Vološinov, scientifique dont la notoriété est incontestable en URSS dans le champ de la littérature et de la linguistique à la fin des années 1930.

4Comparer les traductions : le rejet des théories séparées

  • 1  Travail rendu possible grâce à la numérisation des deux traductions et leur mise en parallèle dans (...)

5Commençons par une comparaison, entre la présente traduction et celle de Marina Yaguelo1. D’un texte à l’autre, la variation de certains termes est particulièrement notable. Nous présentons dans le tableau analytique suivant quelques remplacements effectués :

Traduction Yaguelo (1977) :

Traduction Sériot - Tylkowski-Ageeva (2010) :

« moyen de la communication »

 « médium de l’échange »

« moyen »

« medium »

« la communication sémiotique »

 « l’échange sémiotique »

« la communication verbale »

« le système de communication sociale »

 « l’échange verbal »

« l’échange social »

 « consensus social »

 « reconnaissance sociale »

6Ces premiers éléments induisent l’inadéquation d’une approche en termes de théorie, comme le montrent d’autres éléments comparés :

Traduction Yaguelo : 

Traduction Sériot - Tylkowski-Ageeva :

« matériau social de signes »,

« matériau sémiotique

idéologique »

« matériau sémiotique »,

 « matériau idéologique

sémiotique »

« mot »

« matériaux »

« matériau verbal »

« matériau »

« théorie marxiste »

« philosophie du signe

idéologique »

« science marxiste »

« philosophie du signe

idéologique »

« univers des signes »

« caractère sémiotique »

« monde des signes »

« fait d'être un signe »

« méthode d’étude unitaire et objective ».

« réfraction idéologique

verbale »

« méthode moniste intégrale et objective »

« réfraction idéologique de l'existence en devenir »

« être »

« unicité du vécu extérieur

objectif »

« activité mentale »

« existence »

« unité de l'expérience objective

intérieure »

« expérience vécue »

« composante idéologique

signifiante »

« élément idéologique

conscient »

« actes de parole »

« acte de compréhension »

« interventions verbales »

« compréhension »

« formalisation sémiotique »

« formes normalisées »

« l'énonciation-monologue »

« forme sémiotique »

« formes normativement

identiques »

« l'énoncé monologique »

« le problème de la signification » « signification »

« la signification »

« il signifie »

7et ainsi de suite... Sans nul doute, ces choix relèvent d’une traduction plus proche de l’original. Sans entrer dans une analyse détaillée de ces différences notables de traduction, constatons globalement que Patrick Sériot peut affirmer alors que l’on ne trouve, chezVolochinov , ni une théorie de la communication, ni une théorie de la signification, ni une théorie de l'énonciation, ni une théorie des actes de langage, ni une théorie de l’expression, ni une théorie de la formalisation sémiotique, ni une théorie de l’activité mentale en matière de langue, ni toutes autres sortes de théories sémiotiques. C'est dire aussi que la théorie marxiste ne peut se découper en plusieurs théories sémiotiques. La science marxiste dont il est question ici relève d’une méthode intégrale, donc totale et ne peut dès lors se scinder en diverses théories. Et là où il est question du signe, cela relève de l’expérience vécue commune : il s’agit alors de caractériser un hypersémiotisme tout autant qu’un hypersociologisme, et non pas une hyperlangue liée à un espace/temps de la communication.

8Patrick Sériot peut en conclure que « MPL n’est ni un traité de linguistique, ni un exposé de philosophie marxiste, mais une sorte de psychosocio-sémiotique du comportement verbal dans l’interaction individuelle, dans un système de pensée où la littérature et la « Vie » renvoient en permanence l’une à l’autre » (page 66). Remarquons d'ailleurs que les deux traductions s'accordent lorsqu'il s'agit de notifier, avec Volochinov, qu'il s'agit ici d'une conception de la philosophie du langage en tant que « philosophie du signe idéologique ».

9À ce titre, la société constitue un espace d’échanges de signes plus qu’un ensemble de rapports sociaux liés à des rapports de production. Cet hypersémiotisme se répercute sur la question du sujet parlant appréhendé dans un réseau d’échanges d’énoncés au sein même de l’interaction verbale : il a pour conséquence de situer l’altérité en terme d’extériorité par rapport à ce sujet parlant. On ne peut donc parler non plus de théorie de l’énonciation, ajoute Patrick Sériot, pour en conclure que « le marxisme de Vološinov est une sociologie interactionniste des rapports verbaux interindividuels » (page 72).

Du côté du marxisme : Vološinov et Gramsci

10En quoi, maintenant, cette traduction peut-elle faire débat ? En premier lieu sur la manière dont Patrick Sériot accentue le contraste entre la pensée de Vološinov et celles d’autres auteurs, en particulier le marxiste Gramsci et le linguiste Saussure. Commençons par le champ du marxisme.

  • 2  Voir l’ouvrage de Peter Ives et Rocco Lacorte sur Gramsci, Language and Translation, Lexington Boo (...)

11Peut-on affirmer que Vološinov, par son souci épistémologique central et son rapport aux élites, s’éloigne totalement du marxiste Gramsci (« à mille lieux de son contemporain Gramsci... » p. 80), et en conclure donc qu’il n’est pas vraiment marxiste au sens de la praxis révolutionnaire ? Pour ce faire, il faut considérer que la pensée gramscienne est, en tant qu’une philosophie de la praxis, sans préoccupation particulière en matière de philosophie du langage, alors que sa formation en linguistique est désormais bien connue (Rosiello, 1982). Franco Lo Piparo a précisé plus encore ce qu’il en est de la relation de Gramsci à la question de la langue dans son ouvrage Lingua intellectuali egemonia in Gramsci2. Puis il a relancé le débat dans un article récent (2010) sur « Gramsci and Wittgenstein. An intriguing connection », en préparation d’un prochain ouvrage sur la question.

12C’est dire que les réflexions de Gramsci sur le langage sont fort nombreuses, tant en matière de formation de la langue italienne que sur le plan épistémologique. Sur ce second point, le rapprochement le plus surprenant est avec Wittgenstein autour de la relation coextensive de la grammaire au langage. Pour ces deux auteurs, l’emploi d’une expression verbale est grammaticalement correct si l’on peut en préciser le contexte et les règles à partir de ses usages. Ainsi se profile une grammaire immanente à chaque individu : elle est la vie même de l’homme, son fondement ontologique. Chaque sujet parlant possède une grammaire subjective immanente liée de manière constitutive et dialectique aux normes publiques. Notons que ce thème du langage et de la vie est tout aussi présent chez Vološinov. Qui plus est Gramsci ne précise-t-il pas l’horizon d’attente d’un tel positionnement épistémologique lorsqu’il développe sa réflexion sur le sens commun, au moment où Vološinov insiste sur l’importance de « l’expérience vécue commune », au sein de tel ou tel groupe social ?

13Dans son souci, légitime à ses yeux, de souligner cette opposition à plusieurs reprises, Patrick Sériot s’en tient à la philosophie de la praxis des écrits publics de Gramsci et ne fait pas référence à ses Cahiers de prison où se trouve l’essentiel de ses réflexions linguistiques. La distance avec Gramsci n’est donc pas si grande qu’il est dit, au vu de l’insistance de ce marxiste italien, – après avoir situé contextuelletraductioimmanenc la grammaire au ldu côté de snormes p’usuge e ,sur la qsolidté pormesle deusens commun, aonc pur le lain de lainsividuaux nfaons pe paroer nu langage eourant avec Va rart se notmes Il sontientdaitaussi pe pensr un happrochement lossible gutour deuterme d’edéologiq, srès asuve t épvoué.par sramsci et nološinov. Q/p>

134/span>Comtre le qu’il epperle lionjectiviste dabsrait,Vološinov i’en trenadau fait qe disociae la langue de Bon contemn idéologique