Navigation – Plan du site

Macro-propositions, séquences et plans de textes : discussion des propositions d'André Avias

Jean-Michel Adam

Résumés

Cet article engage une discussion relative aux propositions d’André Avias de généraliser l’emploi des concepts de macro-proposition et de séquence textuelle à tous les textes de tous les genres possibles.

Haut de page

Texte intégral

1Le genre de discours scientifique que l’on peut, avec Patrick Charaudeau, appeler Discussion peut être ainsi défini :

Le genre Discussion correspond à un contrat de confrontation de points de vue différents. À la différence de la Dispute, le rapport entre les interlocuteurs n’est pas a priori antagonique : il est différent mais non antagonique. La discussion porte sur un thème (ou plusieurs, mais successivement) et le questionnement, contrairement à la Dispute, implique que les interlocuteurs aient en partage un terrain commun. Les positionnements sont évidemment différenciés, et si chacun des interlocuteurs défend son point de vue et cherche à convaincre l’autre de la validité de ce point de vue, il existe des possibilités d’accord, y compris des changements d’opinion. Autrement dit, on se trouve dans un lieu de décidabilité (consensus) qui coexiste avec l’indécidable (dissensus) dont l’enjeu est de vérité. L’exemple emblématique est la discussion scientifique. (Charaudeau 2013, à paraître)

2Conforme à cette définition, l’article qu’on vient de lire d’André Avias porte sur un ensemble de questions théoriques précises et il avance des arguments en vue d’une modification de certains points de mon modèle de théorie du texte. Nous avons comme objectif commun la construction d’un modèle capable de rendre compte de la diversité des actualisations textuelles des genres de discours les plus variés. Nous nous intéressons l’un et l’autre – c’est selon moi le sens de la linguistique textuelle – aux unités intermédiaires de structuration entre le rang de la phrase et celui du texte comme tout de communication identifié et rattaché à (au moins) un genre de discours.

3La rédaction de Semen m’ayant demandé d’évaluer cet article d’André Avias, j’ai proposé de le publier en y joignant une réponse qui devrait permettre de faire avancer la réflexion théorique. C’est, pour moi, le sens d’une théorie que d’être soumise à des révisions et à des ajustements, en fonction de l’avancée des travaux, des objections et des applications. C’est également ce que veut dire Avias quand il écrit, dans la note 7 : « Il faudra pouvoir étudier plus tard un grand nombre de textes pour être catégorique, et nous ne pouvons donc ici que faire des propositions en suivant l’intuition de notre réflexion ». C’est effectivement avec de telles « propositions », mises à l’épreuve de corpus variés, que la recherche avance et que la théorie gagne en précision et efficacité heuristique.

1. Discussion des problèmes soulevés par André Avias

1.1. Résumé des grandes lignes des propositions d’Avias

4Ce qui m’a d’abord intéressé dans l’article d’Avias, c’est sa volonté de développer l’analyse d’une « unité textuelle peu étudiée » et de donner à cette dernière « toute la place qu’elle mérite », comme il l’écrit. Le concept de « macro-proposition » est sous-théorisé et la discussion devrait aider à faire avancer sa théorisation.

5Avias accompagne ce premier objectif d’une volonté tout à fait louable d’hygiène terminologique (si je peux me permettre cette expression). Il est certain que nous devons, autant que possible, veiller à « éviter une inflation de termes théoriques ». L’économie terminologique et la simplification doivent être des objectifs pour toute recherche qui souhaite rester communicable au-delà du cercle restreint des spécialistes.

6Si j’ai bien compris l’argumentation d’Avias et si j’essaie de la résumer, sa première proposition consiste à dissoudre le concept de période dans celui de macro-proposition et de parler de macro-propositions (proto)typées (mes « macro-propositions ») et de macro-propositions non (proto)typées (mes « périodes » et mes « parties » de plans de textes). Il propose ainsi, plus loin, « d’éviter de parler de période en élargissant la définition de la macro-proposition, et avec elle, celle de la séquence, en ne les limitant plus aux seuls prototypes séquentiels ». En tirant ainsi toutes les conséquences de sa première décision, il propose « de conserver les dénominations de séquence et de macro-proposition dans tous les cas de figure, en considérant différentes catégories de séquences et de macro-propositions pour différents genres discursifs ».

7Ma distinction des plans de textes conventionnels, déterminés par les contraintes d’un genre de discours, et des plans de textes occasionnels est également révisée : « Nous pensons plutôt que l’on peut parler de plans de textes prototypiques ou non-prototypiques qui suivent plus ou moins un modèle […] ». Ces modèles plus ou moins suivis selon les contraintes socio-discursives et les choix du locuteur sont fort justement définis par Avias comme génériques : « Il nous semble possible de parler de textes qui suivent le modèle d’un genre (ou plusieurs), qui sont plus ou moins libres dans leur composition, et qui contiennent ou non les prototypes séquentiels ». Si je comprends bien, les plans de textes prototypiques suivent un modèle séquentiel, par exemple narratif, argumentatif ou explicatif. Les autres formes de plans de textes, dits non-prototypiques, ne suivent pas un modèle séquentiel.

8Dans un article récent, Maria Antónia Coutinho (2013) va dans le même sens en proposant de distinguer des « plans de texte séquentiels » et des « plans de texte non séquentiels ». Nous verrons, avec l’exemple de la fable de La Fontaine du « Corbeau et le Renard » que, même dans le cas des textes uni-séquentiels, le plan de texte est une unité de plus haut rang, distincte du rang séquentiels. Retenons seulement l’idée de plans de textes marqués par une dominante séquentielle et de plans de textes à faible caractérisation séquentielle. De toute façon, l’essentiel n’est certainement pas là. Comme le dit fort justement, M. A. Coutinho, les plans de texte sont extrêmement dépendants des genres discursifs et c’est le fait majeur. La bonne question est certainement celle de l’existence de genres imposant « un plan conventionnel » que les textes empiriques reproduisent plus ou moins librement.

9Quand Avias descend au niveau des macro-propositions et écrit que « Le terme de préformaté pose aussi problème, car nous constatons assez vite que sans doute dans tous les genres discursifs connus, il y a des macro-propositions “formatées” bien qu’elles ne correspondent pas aux modèles prototypiques », il me semble que son objection est intéressante. En effet, lorsqu’un plan de texte s’impose de façon contraignante, comme c’est le cas dans les recettes de cuisines ou les guides de randonnée et d’escalade que j’étudie dans le chapitre 6 de la nouvelle édition des Textes : types et prototypes (en particulier 2011a : 259-262), on peut dire que le plan de texte préformate des suites d’énoncés en : a) Nom de la recette ; b) Liste des ingrédients et du matériel nécessaires ; c) Description de la suite d’actions à exécuter ; d) Représentation iconique du plat réalisé ; e) Conseils-recommandations (facultatifs). Des contraintes linguistiques et sémiologiques spécifiques s’exercent sur chacune de ces unités du plan de texte de la recette de cuisine. La question pertinente que pose Avias est la suivante : une structure planifiée de ce type peut-elle être considérée comme une séquence et ses parties comme des macro-propositions ? C’est, semble-t-il, ce qu’il veut dire quand il écrit :

Tout texte faisant partie d’une famille générique de textes, ce modèle textuel a priori est structuré en un certain plan de texte récurrent, et avec certaines variantes possibles. Chaque macro-proposition (et non pas période) d’un tel texte peut être considérée comme partie d’une suite de macro-propositions d’une séquence-texte et chacune étant formatée pour atteindre certains objectifs communicatifs. Et ceci par exemple dans des textes courts et certains genres de la vie courante tels des énumérations (recettes de cuisines, listes, etc.), ou bien des textes professionnels, comme dans le Rapport annuel […]. Elle fait partie alors d’une certaine structure générique simple et limitée où chaque macro-proposition joue un rôle bien déterminé, variable de genre à genre, et ceci le plus souvent dans des textes plutôt descriptifs.

10Alors que je distingue fortement les plans de textes, qui se subdivisent en parties, elles-mêmes composées de suites d’énoncés organisés en périodes et phrases simples ou de séquences de macro-propositions typées et ordonnées, Avias introduit une simplification terminologique qui risque d’introduire une confusion entre le rang de la textualisation séquentielle et celui du plan de texte.

11Selon moi, deux types de contraintes doivent être distinguées. Les contraintes génériques (de haut niveau) sont différentes des contraintes séquentielles (de bas niveau). Les contraintes génériques agissent prioritairement sur les plans de textes (parties du plan plus ou moins obligatoires) et sur les rangs linguistiques inférieurs, à commencer par les séquences que le genre favorise éventuellement (dans le cas des genres narratifs, argumentatifs, explicatifs, descriptifs et dialogaux, à côté d’une multitude d’autres genres). En revanche, les contraintes séquentielles s’exercent sur ces empans beaucoup plus réduits de suites d’énoncés que sont précisément les macro-propositions.

12Selon moi, les contraintes génériques descendantes sont liées à des choix discursifs déterminés par l’interaction sociale en cours, par un état historique des conventions de genre et des systèmes de genres d’une formation socio-discursive, et elles sont relatives à un état des connaissances et de la mémoire d’un sujet parlant. En revanche, les contraintes séquentielles sont, dans mon hypothèse, des connaissances linguistiques de bas niveau. Les sujets parlants apprennent à structurer des énoncés en phrases simples et phrases périodiques ou « paragraphes » oraux de Morel & Danon-Boileau, dont parle Avias, et, à un rang supérieur d’organisation linguistique des suites d’énoncés, ils apprennent culturellement à gérer progressivement (les contraintes cognitives de l’âge sont sur ce point importantes) des suites plus ou moins narratives, descriptives, argumentatives, explicatives et dialogales, comme ils apprennent à gérer l’ensemble des outils du transphrastique (progressions thématiques, anaphores, connecteurs, temps verbaux, marqueurs de topicalisation et signaux d’ouverture et fin de portée, etc. La textualisation de ces unités linguistiques dans des plans de textes structurés est le résultat d’une contrainte communicative de plus haut niveau. Les distinctions terminologiques de concepts que je propose ont pour but d’éviter de confondre des niveaux de contraintes de structuration différents.

1.2. Rappel des origines de ma position

13L’essentiel de mes travaux, depuis les années 1980, a en effet porté sur les regroupements ordonnés de phrases que Teun A. van Dijk considérait déjà, à cette époque, comme des « séquences » : « The difference with sentential grammars, however, is that derivations do not terminate as simple or complex sentences, but as ordered n-tuples of sentences (n1), that is as sequences » (1973 : 19). L’hypothèse de travail est que le processus global de construction de tout texte (tant à la production qu’à la lecture-interprétation) repose sur une réévaluation par séquences de traitement de l’autonomie relative de chaque unité phrastique ou subphrastique. Par ordre croissant de grandeur et de complexité, ces « séquences de traitement » ont l’ampleur de la phrase, de la période, de la macro-proposition, de la séquence et de la partie d’un plan de texte, puis d’un texte dans son ensemble. La théorisation de ces unités et de leurs marques de frontières est, selon moi, l’objet premier de la linguistique textuelle ; son second objet étant la description et l’interprétation de textes singuliers considérés comme des actes de discours.

14Dans le champ de la linguistique textuelle, Michael A. K. Halliday et Ruqaiya Hasan n’hésitaient pas à parler de « macrostructures » qui font de chaque texte un texte de « nature spécifique — conversation, récit, chanson, correspondance commerciale, etc. » (1976 : 324 ; je traduis). Selon eux, chacune de ces sortes de textes possède sa propre structure discursive et ils entendaient par là la structure globale « inhérente aux notions de récit, prière, ballade, correspondance officielle, sonnet… » (1976 : 326-327). Dans le cadre de sa théorie du texte, Teun A. van Dijk (1981, 1984) parlait plutôt de « superstructures » en réservant la notion sémantique de « macrostructure » au thème ou topic global d’un énoncé : « Les superstructures sont des structures globales qui ressemblent à un schéma. À la différence des macrostructures, elles ne déterminent pas un “contenu” global, mais plutôt la “forme” globale d’un discours. Cette forme est définie, comme en syntaxe, en termes de catégories schématiques » (1981 : 26).

15J’ai progressivement abandonné le terme de « super-structure » de Teun A. van Dijk qui recouvrait, à mon sens, des unités textuelles trop hétérogènes. Van Dijk parlait, en effet, de « superstructure » aussi bien à propos du récit et de l’argumentation (1984 et 1981) que du sonnet (1984). En revanche, j’ai suivi sa définition des macro-propositions : « Les macro-propositions, au moins celles d’un niveau assez élevé, seront organisées par les catégories schématiques de la superstructure, par exemple le schéma narratif » (1981 : 26-27). J’ai suivi également son idée de structures textuelles « superposées » aux structures grammaticales (1984 : 2285).

16La confusion entre simple plan de texte, responsable de la segmentation vi-lisible du texte écrit en parties (chapitres, sections, paragraphes), et superstructures schématiques introduisait des confusions dont je me demande si les propositions d’Avias ne les reconduisent pas. Elles réintroduisent en effet une forme de généralisation que j’ai précisément cherché à éviter par des choix terminologiques précis.

17Dans mes définitions de la période et de la macro-proposition (que cite Avias), je considère cette dernière comme une unité préformatée par les différents types de séquences : séquences narratives comportant un nombre de base de 5 à 7 macro-propositions ordonnées et plus ou moins indispensables, selon le degré de narrativité du texte ; séquences argumentatives comportant un nombre de base de 3 à 5 macro-propositions également ordonnées ; séquences explicatives comportant un nombre de 3 à 4 macro-propositions ordonnées ; séquences dialogales qui, nous allons le voir avec l’exemple de la fable de La Fontaine, structurent la représentation des échanges dialogués selon un ordre de 3 macro-propositions de base : initiative, réactive et évaluative clôturante de l’unité échange. Seules les séquences descriptives, comme je m’en explique dans le chapitre 1 de Adam 2011a, ne conditionnent pas le regroupement préformaté de propositions en suite ordonnée de macro-propositions. Je montre qu’il s’agit plutôt d’un répertoire d’opérations descriptives dont l’ordre de réalisation, très libre, est pris en charge par un plan de texte.

18On voit donc que le critère de définition de la macro-proposition réside dans le fait qu’il s’agit d’une unité textuelle dépendante d’une suite ordonnée d’autres macro-propositions. Un regroupement de n. propositions n’est pas macro-proposition-Argument ou macro-proposition-Conclusion en soi, mais relativement à l’autre, au sein d’une séquence argumentative : Argument pour une Conclusion, Conclusion découlant d’un Argument, en fonction d’un étayage (troisième macro-proposition qui peut rester implicite, mais dont le rôle est capital car elle garantit le passage d’un Argument à une Conclusion). De la même manière, une suite de propositions n’est pas une macro-proposition-Situation initiale (Pn1) de récit en soi, ni Nœud-Complication (Pn2) en elle-même : c’est le lien entre les deux premières macro-propositions qui détermine la fin de la première (Pn1) et le début de la seconde (Pn2). C’est même en grande partie en fonction de la macro-proposition-Situation finale (Pn5) que la Situation initiale (Pn1) se définit et réciproquement ; c’est également en grande partie en fonction du Nœud-Complication (Pn2) que le Dénouement-Résolution (Pn4) se définit et réciproquement, etc. C’est cela que j’appelle le « préformatage » des macro-propositions et c’est un outil important, autant à la production qu’à l’interprétation d’une suite d’énoncés.

19Par rapport à ce caractère séquentiellement préformaté et ordonné des macro-propositions, j’ai défini les périodes comme des groupements non ou très faiblement typés et surtout indépendants, non super-ordonnés. La suggestion d’Avias, de simplifier la terminologie en parlant de forme libre de macro-proposition plutôt que de période paraît recevable car dans les deux cas, il s’agit de formes d’empaquetages de propositions. La période, que je définis de façon très classique et rhétorico-grammaticale, est trop limitée à une suite de 2 propositions (période binaire), de 3 propositions (grande période ternaire de la prose française) ou de 4 propositions (période carrée associant 2 x 2 propositions). Avias nous propose donc de nous débarrasser de cette encombrante « période » qui vient de la grammaire et de la rhétorique classique.

20Nous verrons, à l'épreuve surtout du second exemple choisi par Avias, les raisons que j'avance pour conserver quand même le concept de période, à un certain niveau descriptif, du moins.

2. Retour sur la fable de La Fontaine

21Le texte choisi par Avias présente l’avantage de constituer une unité textuelle autonome au sein du recueil des Fables de La Fontaine. Mêlant de façon à la fois complexe et très courante le récit et le dialogue, ce texte va me permettre de discuter le fait qu’Avias n’insiste pas assez sur le rôle compositionnel des macro-propositions constitutives de la séquence dialogale. Mon analyse partira du mélange des énoncés assumés par la voix narrative et de ceux qui relèvent de la représentation de la parole des personnages. J’insisterai sur la construction des deux sortes de macro-propositions, en soulignant le double mouvement méthodologique de l’analyse à la fois ascendante – depuis les données linguistiques de surface – et descendante – utilisant les hypothèses fournies par les cadres séquentiels narratif et dialogal (Avias ajoute fort justement le descriptif qui joue ici un rôle de caractérisation contrastée du personnage du Corbeau dans la parole du Renard et dans la situation finale). J’insisterai plus qu’Avias sur la question du rôle du genre et du plan de texte de la fable.

22Avias a tout à fait raison de dire que la question théorique et méthodologique principale est « celle des limites : où commence et où finit chaque macro-proposition ». Nous ne sommes, en fait, en désaccord que sur le découpage de la fin de la fable et sur l’utilisation des informations fournies par les segments de discours direct et de discours intégré indirect ou narrativisé.

23La question n’est pas d’appliquer le modèle de la séquence narrative sur ce texte, mais de dégager prioritairement son plan de texte, déterminé par le genre discursif. Le genre de la fable, tel que le pratique La Fontaine et d’autres écrivains tout au long du XVIIe siècle, est un genre narratif qui se caractérise par une écriture poétique en vers de longueur irrégulière (8, 10 et 12 syllabes ici). Au récit, souvent entrecoupé de dialogues, s’ajoute une Morale (macro-proposition PnΩ) en forme de maxime, dont la longueur et la place varient, comme le rappelle Avias : fin de texte ou début de texte, mais plus rarement, comme ici, intégrée au discours direct d’un personnage qui énonce lui-même la morale (v.13-16) de l’histoire et, de plus, comme le relève bien Avias, insérée dans la séquence narrative. Selon lui inséré entre deux macro-propositions : la macro-proposition narrative Nœud-résolution-Pn4 et la Situation finale-Pn5 ; selon moi enchâssée, de façon très originale et complexe, dans la macro-proposition Situation finale, dédoublée en Situation finale pour le Renard (vers 13) puis pour le Corbeau (vers 17). Par ailleurs, nous verrons que la maxime de Morale est méta-discursivement entourée, ce qui est probablement un aspect de l’écriture de cette fable en apparence si simple et connue de tous.

2.1. Plan de texte et généricité de la fable

24Je donne le texte de la Fable II du Livre I des Fables de La Fontaine dans la forme de l’édition Barbin de 1668, en respectant l’orthographe et la ponctuation, l’usage des majuscules et l’absence de guillemets de discours direct :

25Selon moi, le dispositif péritextuel n’est pas indifférent et la prise en compte de l’orthographe de l’époque et de la gravure de François Chauveau, graveur du roi, ont le mérite de mettre cette fable à distance pour en opérer une analyse qui ne cherche pas à la réduire à du connu et des formes de commentaire habituelles. C’est la méthode que nous mettons en œuvre, Ute Heidmann et moi dans Textualité et intertextualité des contes (2010), à propos des contes de Perrault, eux aussi tellement connus et familiers qu’ils ont besoin d’être remis à distance pour qu’une lecture nouvelle et historicisée du genre en soit proposée. Je ne nie pas la possibilité de recourir à des éditions modernes, mais dans ce cas, il faut le préciser et ne pas faire comme si le texte existait en soi, en dehors des procédures éditoriales qui le modifient historiquement et parfois génériquement.

26Le genre de la fable au XVIIe siècle, tel que les Fables de La Fontaine vont lui donner ses lettres de noblesse, se caractérise par un plan de texte comportant quatre composantes : une vignette, un titre, un récit et une morale. Les éditions modernes ont tendance à supprimer la composante iconique de la vignette, alors que sa fonction résumative est sémantiquement essentielle et qu’elle fait partie du genre, comme le dit Georges Couton : « Une édition des Fables sans gravures aurait sans doute, pour les gens du XVIIe siècle, paru contrevenir à toutes les règles du genre » (1957 : 7). Ici, on constate qu’elle illustre un moment du récit, selon moi la situation finale (premier hémistiche du vers 13), avant même l’énoncé de la morale. Je vais insister sur cet énoncé, car je considère qu’il s’agit de la Situation finale-Pn5, alors qu’Avias en fait la macro-proposition Résolution-Pn4. Notons que la vignette insiste sur le mouvement du Renard qui s’empare du fromage tant convoité, exactement comme le verbe du début du vers 13 le décrit, sans que l’on puisse toutefois dire s’il s’agit d’un présent ou d’un passé simple.

27J’insiste sur le plan de texte et sur le choix d’une édition pour souligner le fait que l’analyse textuelle est une analyse inséparable du contexte discursif, à commencer par l’historicité de sa langue et de ses éditions successives. Les textes ne sont pas des données naturelles, mais des constructions pour l’analyse, ma propre présentation du texte et celle d’Arias sont des constructions qui font sens avant même que ne se déploie l’analyse.

2.2. Prise en compte de la séquence dialogale enchâssée dans le récit

28Avias reconnaît que « les séquences narrative, argumentative et explicative ont une structuration prototypique fixe avec des macro-propositions qui possèdent chacune un rôle spécifique et une position hiérarchique claire dans la linéarité textuelle », mais il ajoute que « cela n’est pas le cas pour les séquences descriptive ou dialogale ». Si cela est vrai des séquences descriptives, comme je m’en suis longuement expliqué ailleurs (Adam 2011a et 2011b), ce n’est pas du tout vrai des séquences dialogales et c’est pour cette raison que je commence l’analyse par l’enchâssement des segments de dialogue.

29Comme le vers 4 le signale, le narrateur traduit librement les propos des deux animaux dans notre langue (« lui tint à peu près ce langage »). Cette insistance sur la parole étrangère, rapportée et traduite de la langue animale vers la langue française est une intéressante focalisation méta-discursive où se lit l’humour de La Fontaine. En fait, dans cette fable (comme dans celle du « Loup et l’Agneau » que j’étudie dans Adam 2011a : 125-127 et 218-221), une séquence dialogale complète, non uniformément donnée au discours direct (ci-après DD), joue un rôle important dans la découpe des unités de la partie narrative de la fable. Le modèle en arbre que donne Avias est limité à la séquence narrative alors qu’il faudrait représenter le plan de texte de la fable avec la combinaison complexe de macro-propositions narratives (notées ci-après Pn) et de macro-propositions dialogales (notées ci-après D) constitutives de l’interaction ouverte par le phatique de salutation du vers 5 et suivie d’un échange complet. Soit une suite de macro-propositions constitutives de la séquence dialogale de base :

30La première macro-proposition est un énoncé phatique d’adresse avec salutation : « Et bon jour Monsieur du Corbeau » (v.5 = D0), énoncé qui parodie l’adresse conversationnelle polie à une personne importante, affublée d’ailleurs ici d’une particule d’anoblissement (ce qui tranche avec le « Mon bon Monsieur » du vers 13). Ce vers de 8 syllabes est suivi d’un alexandrin constitué de deux énoncé exclamatifs successif, couvrant chacun un hémistiche du vers 6 : « Que vous estes joly ! » et « Que vous me semblez beau ! ». Le discours flatteur, amorcé dans le mètre du vers noble alexandrin, se poursuit par un énoncé de nouveau méta-discursif (« Sans mentir », début du vers 7), suivi d’une phrase périodique hypothétique composée de sa protase en « si » : « Si vostre ramage / Se rapporte à vostre plumage » (suite des v.7 et v.8), et de son apodose en forme d’alexandrin, qui garantit également le registre élevé du propos : « Vous estes le Phœnix des hôtes de ces Bois » (v.9). Ces énoncés successifs, des vers 6 à 9, qui ouvrent l’échange entre le Renard et le Corbeau par une forme de discours de flatterie hyperbolique, que soulignent le mètre de 12 syllabes et les majuscules à Phœnix et Bois, laisse attendre une réponse du Corbeau et ils peuvent être considérés comme formant, de ce fait, une macro-proposition D1, interrompue par la fin du DD, marquée seulement par un point dans l’édition considérée.

31La réplique attendue n’est pas donnée sous la forme d’un DD. Le vers 10 met narrativement l’accent sur la réaction du flatté, le vers 11 met en avant la motivation (cause « Et pour ») de son action de mise en œuvre d’une prise de parole : « Il ouvre un large bec » (v.12). En fait, et c’est là une combinaison très intéressante du narratif et du dialogal, le Corbeau ne répond pas. Sa réplique est narrativement annoncée, mais avortée et, de ce fait, ce personnage reste verbalement en arrière plan. On peut dire que la macro-proposition dialogale réactive attendue D2 est remplacée par une macro-proposition narrative (selon moi, le Dénouement-résolution-Pn4). Le contenu du discours du Corbeau est remplacé par le laconique second hémistiche du vers 12, dépourvu même de coordination : « laisse tomber sa proie ». Le succès de la stratégie du Renard est ainsi mis en avant.

32En revanche, le troisième temps de l’échange, constitué par une intervention de clôture (macro-proposition dialogale évaluative-conclusive D3), qui évalue habituellement la réponse donnée D2 à l’échange initiateur D1, est de nouveau au DD. Le Renard est bien le maître du discours direct et il domine, par la parole, le Corbeau muet, vaniteux et embarrassé de son encombrant fromage. De nouveau, une suite d’énoncés peuvent être regroupés dans cette macro-proposition dialogale conclusive de l’échange et du succès de la ruse du Renard (vers 13 à 16).

33Une première particularité de cette macro-proposition réside dans la façon métadiscursive dont la maxime de morale est amenée. En effet, la maxime proprement dite couvre la fin du vers 14 et le vers 15 : Tout flatteur / Vit aux dépens de celuy qui l’écoute ». Mais cette maxime caractérisée par les génériques « tout » et « celui qui », ainsi que par le présent de vérité générale, est encadrée par le commentaire métadiscursif du Renard : « apprenez que », « cette leçon ».

34L’autre particularité de ce texte tient à la relance conclusive du Corbeau, au vers 18. Ce dernier, tire alors à son tour une morale-leçon de ce qui vient de lui arriver et il ne le fait, de nouveau, pas au DD, mais dans un discours intégré narrativisé ou indirect (« jura… qu’on ne l’y reprendrait plus »). Le narrateur prend ainsi en charge la parole de ce personnage qui n’accède jamais à la maîtrise du DD. Le Renard est le maître de la parole, ce qui lui permet d’échanger ironiquement la « leçon » qu’il vient de donner au Corbeau contre son fromage (v.16). En quelque sorte la Morale est payée par le Corbeau au moyen de son bien « alléchant » fromage. La parole est échangée contre la nourriture (c’est le sens de vivre aux dépens de, v.15). Ce qui donne allégoriquement accès à un méta-sens possible de cette fable : une figuration ironique de l’échange de l’écrivain (maître de la parole) avec son mécène (possédant).

35Il ressort de cette première analyse, d’une part, que le dialogue-conversation est au centre de la fable et, d’autre part, que les macro-propositions (D) ne se définissent que les unes par rapport aux autres. C’est cela la systématique de la séquence : elle donne un cadre pour des regroupements sémantiques de propositions-énoncés intégrables dans une suite de macro-propositions dialogales.

36J’espère que les théoriciens qui refusent de faire de la séquence dialogale une unité séquentielle constitutive des textes écrits comprendront, à la lumière de cet exemple, l’importance de cette unité compositionnelle qui permet de conférer à certains personnages l’initiative voire la maîtrise du discours de premier plan (DD) et de réserver à d’autres les positions secondes et d’arrière plan (DIntégré indirect ou narrativisé). Ceci n’est pas seulement vrai des discours fictionnels.

37La question technique qui reste posée est celle de l’articulation de ces macro-propositions dialogales avec les macro-propositions constitutives de la séquence narrative. La séquence dialogale étant ici dominée par le récit englobant et dominant, comme l’attestent la narrativisation de D2 et des dernières paroles du Corbeau.

2.3. Analyse de la séquence narrative enchâssante

38Pour l’essentiel, je suis d’accord avec le découpage des macro-propositions opéré par Avias. Comme il le dit bien, la première phrase représente la Situation initiale-Pn1, que je ne paraphraserai pas, pour ma part : notons que, syntaxiquement, les deux premiers vers sont liés par la structure propositionnelle construite autour du noyau du verbe à l’imparfait. Le syntagme prépositionnel, qui localise le Corbeau de telle façon que le Renard ne puisse tout simplement pas se jeter sur lui, est syntaxiquement intéressant : la souplesse de la phrase du XVIIe siècle autorise le placement de l’adjectif loin du substantif qu’il détermine (c’est bien le Corbeau et non l’arbre qui est « perché »). La ponctuation du XVIIe siècle e ne place pas « sur un arbre perché » entre un couple de virgules séparant « Corbeau » et « perché », la souplesse syntaxique du français classique est plus sensible avec cette ponctuation très différente de celle que proposent les textes modernisés. L’imparfait parachève le caractère descriptif de cette première macro-proposition narrative, comme le souligne bien Avias, qui a raison de qualifier le fromage d’objet de valeur, mais il le fait un peu tôt.

39C’est, en effet, un autre phénomène syntaxique qui opère cette mutation de l’objet-fromage en « objet de valeur ». C’est « par l’odeur alléché », – avec une intéressante anaphore associative : « l’odeur [du fromage] » –, qui constitue le fromage en objet d’un conflit de possession. Je ne dirai pas comme Avias, que « la complication, et donc la raison de l’existence même de la fable, se matérialise avec l’arrivée du renard », mais avec le désir du Renard et la mise en place immédiate de sa stratégie d’entrée en possession de l’objet convoité. Je suis d’accord avec A. Avias quand il écrit : « Mais ici, nous avons un problème car cette nouvelle phrase introduit le dialogue à venir entre les deux protagonistes. Nous passons en fait d’une partie de texte descriptif (présentatif) au commencement à une partie dialogale ». Il pose ensuite la bonne question : « Dès lors, sommes-nous vraiment dans une séquence narrative et non descriptive ou même dialogale ? À cela on peut répondre que cette séquence est narrative car il y a récit et transformation de la situation initiale ; il y a une action, même si l’action est surtout basée sur un dialogue ou plutôt ici un monologue ». Mais cette analyse n’entre pas en matière sur l’importance de la structure compositionnelle dialogale. Nous sommes toutefois d’accord pour dire que les vers 3 et 4 constituent la Complication (pour moi, depuis Adam & Revaz 1996 : 63-69, le Nœud-Pn2). Le surgissement du passé simple est un important signal de déclenchement du récit.

40Nous sommes d’accord également pour dire qu’« avec la parole du renard, l’action commence » et pour considérer ce segment de DD (vers 5 à 9, noté D0-D1 plus haut) comme formant également la macro-proposition narrative Action-Pn3.

41En revanche, je ne peux pas suivre la proposition d’Avias de considérer la réaction du Corbeau comme faisant partie de la même macro-proposition. Comme l’analyse de la séquence dialogale le montre et comme le passage du DD au récit le confirme textuellement, les vers 10 à 12 constituent une macro-proposition narrative qui supplée la macro-proposition dialogale D2. Pour moi, il s’agit de la Résolution (Dénouement-Pn4). La stratégie imaginée par le Renard (en Pn2) et mise en œuvre dans son DD (Pn3 = D0-D1) réussit au point de dessaisir, par vanité, le Corbeau de son encombrant fromage. Telle est donc bien la Résolution que le présent de narration met en relief (effet classique d’hypotypose).

42Dès lors, la première partie du vers 13 (« Le Renard s’en saisit ») n’est pas la Résolution, comme le propose Avias, mais la Situation finale-Pn5, ou, du moins, une partie de cette situation finale. J’en veux pour preuve l’étroite symétrie construite narrativement et qui place la parole du Renard au centre de la transformation narrative :

43L’enchaînement des macro-propositions est très simple et éclairant. Reste la question très délicate de la structure compositionnelle des vers 13 à 18. Nous sommes d’accord pour désigner le DD des vers 13 à 16 (y compris le verbe de communication introducteur de la fin du vers 13) comme formant la Morale-PnΩ et pour dire que « Cette macro-proposition est spécifique au genre de la fable ». Mais il faut ajouter que ces vers constituent, en même temps, la clôture évaluation-D3 de la séquence dialogale et la Morale-PnΩ du récit.

44En raison de leur position après la Morale, les vers 17 et 18 posent un problème d’interprétation. Pour Avias, ils constituent simplement la Situation finale : « Ce sont les dernières paroles rapportées du corbeau. La situation ne change pas mais celui-ci apporte un constat sur le fait qu’il a compris la leçon donnée par le renard ». C’est un peu plus compliqué, me semble-t-il. Le vers 17 est essentiellement descriptif et il constitue le prolongement de la Situation finale-Pn5, vue cette fois sous l’angle du Corbeau : le Renard s’empare du fromage (demi-vers 13) et laisse le Corbeau « honteux et confus » (v.17). En revanche, le dernier vers – mis en relief par le passé simple – est une sorte de prolongement de la Morale ou de façon d’entériner l’effet de la « leçon » du Renard sur le Corbeau lui-même. On a vu que ce vers est également une proposition dialogale conclusive de l’échange donné par un discours intégré (indirect/narratif). Ce double éclairage, narratif et dialogal, fait toute l’originalité de cette fable. La dominante est certes narrative, comme le genre le préconise, mais la présence du dialogue-conversation est un fait d’époque : l’importance sociale de la conversation et sa figuration narrative sont une réalité de toute la littérature du XVIIe siècle (et du XVIIIe).

45Je résumerais donc, en conclusion de cette analyse, le plan de texte de cette fable par la schématisation suivante :

3. Le « Mot du Président » ou de l’utilité du concept de période

46Le fragment textuel du Mot du Président dans le Rapport annuel de l’Oréal de 2001 que propose Avias ne fournit que le titre et le premier paragraphe du texte, composé de deux phrases complexes qui me paraissent être des exemples de phrases périodique :

47Ce fragment initial se présente comme « une première séquence introductive des thèmes développés par la suite » en indiquant « le contexte et les résultats », nous dit Avias. En l’état, nous constatons que le titre (P0) présente une structure en parallèle syntactico-sémantique caractérisée par des répétitions et un glissement du verbe (qui dure) à l’adjectif (durable), c’est-à-dire la transformation du verbe « durer » en propriété constitutive : « durable ». La dérivation se fait par le passage de la relative à l’adjectif déverbal « durable » dont le suffixe veut littéralement dire « qui peut durer » (-abilis = capable de) et en apparence, P0 est tautologique. En fait, c’est à un passage de l’accident à l’essence que nous assistons : la croissance est stabilisée en propriété de l’entreprise qui échappe ainsi aux aléas de la conjoncture :

48La répétition du lexème « croissance » annonce les occurrences qui suivront dans les deux phrases suivantes. Par ailleurs, la collocation « croissance durable » entre en écho avec la présence dans l’interdiscours, depuis le début des années 1990, de la collocation écologiquement positivée « développement durable ».

49Le parallélisme est un trait compositionnel des énoncés-titres dont il accroit la lisibilité sur le plan sémantique. Ce type de liage du signifiant en forme de jeu de ou sur les mots (Adam 2011b : 127-134) supplée les liages logico-syntaxiques et remplace le raisonnement par un effet qui devient profondément signifiant.

50Dans la phrase périodique P1, à gauche comme à droite du verbe, on observe des constructions binaires dont les parallélismes syntaxiques sont également manifestes :

51À gauche du verbe sont prioritairement accumulées les lexèmes positifs (isotopie euphorique : nombreux succès, forte dynamique et troisième occurrence de croissance) et à droite les lexèmes négatifs (isotopie dysphorique : perturbations, dégradation et événements tragiques). Soit une sorte d’équilibre entre forces fastes et néfastes, isotopies euphorique et dysphorique. Le parallélisme permet d’éviter la concession de type : « Malgré p [partie droite de P1], q [partie gauche] ».

52La phrase périodique P2 est différente car elle n’est pas équilibrée à gauche et à droite par des isotopies divergentes. Elle développe essentiellement une structure en parallélismes ternaire à gauche du verbe :

53La structure ternaire sature positivement (forte croissance, rapide intégration, amélioration) la phrase périodique P2 qui, cette fois, ne présente plus d’éléments négatifs à droite du verbe (très belle année). Le passage de la « croissance internationale » de P1 à la « forte croissance interne » de P2 va dans le sens de la construction dérivationnelle de P0 : la « croissance durable » de l’entreprise est mise en avant.

54La phraséologie de ce genre de discours passe, me semble-t-il d’abord par ce style périodique saturé d’adjectifs et d’expansions du SN par des compléments de noms et remplaçant l’argumentation logique (le seul connecteur est le ET introducteur de dernier élément d’une série à 2 ou 3 termes) par des parallélismes qui condensent les effets de sens. L’effet de la répétition du lexème croissance et des isotopies euphoriques transforme ce discours en éloge épidictique de l’entreprise et de sa direction.

55Il me semble que l’analyse périodique rend mieux compte que l’analyse séquentielle (du moins sur le fragment présenté par Avias) de la spécificité discursive du genre. Pour cette raison, je ne peux pas être convaincu par l’argumentation d’Avias et l’abandon du concept de période ne me paraît pas judicieux pour analyser des exemples de ce type.

56En fait, et cela va me permettre de conclure en revenant sur ce que je disais plus haut, il ne faut pas confondre la description des phrases P1 et P2 et du titre de l’exemple proposé et l’analyse du plan de texte (dont nous ne disposons que par allusion à d’autres travaux d’Avias). Pour l’analyse des phrases, je propose de conserver le concept de période qui permet de déterminer la structure interne et de décrire les modes de liages (Adam 2011b : 103-160) des syntagmes ou des propositions ; en particulier, comme ici, les rythmes binaire et ternaire d’amplification et l’opposition sémantique entre isotopies. C’est à un autre niveau de complexité et donc de description que ces trois unités (Titre + P1 + P2) pourraient être considérées comme des parties d’un plan de texte et recatégorisées comme des macro-propositions typiques d’un plan-type et différentes des macro-propositions séquentielles (proto)typées que nous avons décrites dans l’exemple de la fable de La Fontaine.

4. Conclusion

57On peut, à ce niveau élevé de description, envisager l’existence de deux sortes de groupements macro-propositionnels : des macro-propositions qui forment des parties de plans de textes typés et des macro-propositions qui sont des parties de séquences (proto)typées. Les deux formes des macro-propositions se ressemblent, comme le suggère Avias, mais elles se différencient par les contraintes qui s’exercent sur elles : le plan de texte est contraint au niveau générique et discursif, alors que les séquences sont des unités intermédiaires de structuration trans-génériques (c’est pour cela qu’on peut parler de genres narratifs, de genres descriptifs, de genres de l’argumentation, etc.). Par ailleurs, toute séquence peut entrer dans la composition d’un plan de texte (comme partie ou comme structure du plan). Si séquences et plans de textes doivent, à mon sens, être distinguées, je suis, en revanche, tenté par la proposition d’Avias de considérer les parties d’un plan de texte comme des macro-propositions, c’est-à-dire, j’insiste, des unités liées entre elles au niveau compositionnel de la dispositio.

58Le concept de période doit, à mon sens, être conservé pour décrire des suites propositionnelles non liées conventionnellement à d’autres. Le concept de période est pertinent à un niveau phrastique et transphrastique minimal. Une macro-proposition peut fort bien comporter une forte structuration périodique interne, mais, en revanche, à un autre niveau descriptif et sémantique, au niveau des parties d’une séquence ou d’un plan de texte, le concept de période n’est plus opératoire. C’est une question de niveau de complexité compositionnelle : une période n’est pas liée à une autre période par contrainte compositionnelle descendante, ce qui est, en revanche, le sort de toute macro-proposition.

59Si l’on accepte la proposition d’Avias, il reste, comme il le fait pour le genre « Mot du PDG », comme le fait A. Coutinho (2013) pour les rapports de la cour des comptes portugais et genevois (2013) et comme je l’ai fait pour les genres de l’incitation à l’action de la recette de cuisine et du guide de randonnée et d’alpinisme ainsi que pour le genre épistolaire, à déterminer les éventuels plans de textes que les genres imposent, leurs parties constituantes et leur degré de contrainte.

60La dernière étape d’extension de la proposition d’Avias consisterait à considérer comme macro-propositions toutes les parties constituées en ensemble lié d’un plan de texte donné, même occasionnel, unique et original. La production de ces unités (comme, par exemple la division du présent article en 4 parties et ses éventuelles subdivisions) et leur (re)construction par un lecteur guidé ou laissé en charge de déduire le plan du texte, sans l’aide de marques vi-lisibles, gagnerait-elle à être considérée comme formant un ensemble de macro-propositions ? Je reste encore très réservé, mais la discussion est ouverte.

Haut de page

Bibliographie

ADAM, J.-M., Les textes: types et prototypes – récit, description, argumentation, explication et dialogue. Paris, Armand Colin, 2011a [1992].

ADAM, J.-M., La linguistique textuelle – introduction à l’analyse textuelle des discours. Paris, Armand Colin, 2011b [2005].

ADAM, J.-M., Genres de récits. Narrativité et généricité des textes. Louvain-La-Neuve, Academia Bruylant, 2011c.

ADAM, J.-M., & REVAZ F., L'analyse des récits. Paris, Seuil, 1996.

COUTON Georges, Poétique de La Fontaine. Paris, PUF, 1957.

CHARAUDEAU, P., “Le dispositif comme fondateur d’un genre : la Controverse”, in Genres et textes. Déterminations, évolutions, confrontations, M. MONTE & G. PHILIPPE (éds.), Presses universitaires de Lyon, 2013, à paraître.

COUTINHO, M., A., « Les liages textuels au défi d’une approche descendante », in Genres et textes. Déterminations, évolutions, confrontations, M. MONTE & G. PHILIPPE (éds.), Presses universitaires de Lyon, 2013, à paraître.

DIJK, T., A. van, « Text grammar and Text logic », in Studies in Text Grammar, J. S. PETÖFI & H. REISER (eds.), Dordrecht : Reidel, 1973 : 17-78.

DIJK, T., A. van, « Le Texte : structures et fonctions. Introduction élémentaire à la science du texte » in Théorie de la littérature, A. KIBEDI VARGA dir., Picard, Paris, 1981.

DIJK, T., A. van, « Texte » in Dictionnaire des littératures de langue française, de Beaumarchais et al. dirs., Bordas, Paris, 1984.

HALLIDAY, M., A., K. & HASAN, R., Cohesion in English, London, Longman, 1976.

HEIDMANN, U., & ADAM, J.-M., Textualité et intertextualité des contes. Paris, Classiques Garnier, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Michel Adam, « Macro-propositions, séquences et plans de textes : discussion des propositions d'André Avias », Semen [En ligne], 36 | 2013, mis en ligne le 22 avril 2015, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/semen/9703

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Adam

Université de Lausanne Université de la Suisse italienne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page