Navigation – Plan du site

Le repérage de l’affect dans la structure du discours en entretien thérapeutique

Annie Kuyumcuyan, Michel Musiol et Daniel Coulon

Résumés

Nous étudions la question de l’expression conversationnelle de l’affect à partir de l’analyse discursive et sémantico-formelle d’interactions langagières issues d’entretiens cliniques avec des patients schizophrènes. Cette approche cognitivo-dialogique permet de mettre au jour différents marqueurs associés à l’expression des affects, d’une part au niveau de la structure syntaxico-sémantique des énoncés, d’autre part au niveau de la configuration des structures conversationnelles. À partir d’une illustration, nous montrons comment certains formats dialogiques et leurs éventuels corrélats psycholinguistiques constituent un support à l’exploration de l’affect dans l’échange. Nous montrons que certaines modalités d’interaction contribuent à réorganiser le rapport du sujet à ses propres affects.

Haut de page

Texte intégral

1. Présentation

  • 2 Nous considérons que le retentissement émotionnel de l’expérience du sujet – l’affect – est marqué (...)

1Nous montrerons en quoi la rationalité de l’affect (l’affect est un concept plus opérationnel que celui d’émotion en psychopathologie ; il peut en effet être envisagé comme le retentissement émotionnel d’une expérience dans le sens où il contribue à la construction des représentations mentales et interfère avec les processus mentaux), en tout cas son expression au plan manifeste, est intriquée à certaines propriétés du discours. La séquence dont nous présentons l’analyse est issue d’un corpus d’entretiens cliniques à objectif thérapeutique, entretiens réalisés par un psychologue clinicien avec des patients souffrant de schizophrénie. Notre corpus d’investigation correspond à des interactions thérapeutiques enregistrées en hôpital psychiatrique et entièrement retranscrites. Les entretiens thérapeutiques constituent un domaine d’observation privilégié de la manière dont les contenus mentaux empreints d’émotions sont reliés à la dynamique et à la structure du discours. En effet, le caractère asymétrique de l’interaction thérapeutique, l’enfermement du sujet analysant dans ses représentations traumatiques fortement investies sur le plan émotionnel, les sollicitations du thérapeute sont autant de paramètres qui vont rendre plus visibles – dans l’analyse de l’interaction verbale – les modalités selon lesquelles l’affect peut s’extraire en partie ou complètement du support lexical (et/ou du contenu propositionnel) auquel il est lié. Ce phénomène de déliaison2 ou de transparence de l’affect est supposé s’étayer dans le cours de l’échange sur l’alternance de la production langagière du thérapeute et du patient.

2. L’entretien thérapeutique

2L’entretien clinique en milieu psychiatrique, à visée diagnostique ou à visée thérapeutique, institue une relation spécifique tant pour le patient (par exemple, schizophrène) que pour le thérapeute (psychologue ou psychiatre). Dans l’idéal, la psychothérapie vise l’amélioration de l’état du patient, en tout cas l’atténuation de sa souffrance psychique. On admet que cette amélioration du patient dans la dynamique thérapeutique passe par la « libération » de ses représentations, en particulier celles qui sont liées à la rationalité de ses symptômes manifestes. Cette libération a bien souvent pour condition un « déblocage affectif » au cœur de la dynamique intersubjective de l’entretien psychothérapeutique (sous l’effet possible, en tout cas espéré, des actions de langage engagées plus ou moins intuitivement par le thérapeute). Mais le destin thérapeutique de l’analysant (= le patient) est, en contexte discursif d’autant plus aléatoire que celui-ci souffre d’une maladie psychiatrique. Les buts intentionnels des interlocuteurs, souvent divergents, compliquent la règle du jeu qui s’affranchit néanmoins de stratégies argumentatives et dialogiques obligatoirement convergentes puisque la réalisation du projet de l’un et l’autre protagoniste passe nécessairement, au moins, par le maintien de l’interaction. L’interaction clinique est en ce sens une situation adaptative spécifique qui comporte ses propres règles, normes, propriétés, et singularités. Elle est régulée sur le plan émotionnel à deux niveaux :

3– sur le plan interactionnel proprement dit (pour l’entretien à visée diagnostique et thérapeutique), on peut s’attendre à ce que l’un et l’autre interlocuteur gère les attentes de son allocutaire en minimisant les stratégies argumentatives susceptibles de menacer sa face tout en optimalisant celles qui s’apparentent au registre empathique.

4– sur le plan intersubjectif (cas de l’entretien à visée thérapeutique), les émotions – voire les affects – sont associées au contenu propositionnel des énoncés, c’est-à-dire aux représentations (exprimant le traumatisme) que le patient est amené à verbaliser dans l’interaction avec le thérapeute. L’interaction thérapeutique est marquée par des souffrances psychiques tandis que le thérapeute se donne pour mission d’atténuer la souffrance du patient, donc, d’un point de vue plus technique, la « force » de l’affect (Barthélémy, Musiol & Gimenez 2010).

3. Eléments méthodologiques

5L’étude que nous présentons repose d’abord sur l’analyse hiérarchique du dialogue telle qu’elle a été élaborée autour d’E. Roulet dans le cadre du modèle genevois (Roulet et al.1985 et 2001). Sa modélisation contraignante de la structure du discours dialogal s’adapte au caractère de l’entretien à visée thérapeutique en y intégrant, grâce au principe de récursivité, les nombreux constituants subordonnés propres à ce type d’interaction. On garde ainsi d’une part une représentation d’ensemble de l’entretien avec ses relations illocutoires principales, d’autre part on rend compte de la manière dont des échanges secondaires s’agrègent à cette ligne directrice pour l’éclairer, voire l’infléchir (Roulet op. cit 2001 : 55).

  • 3 Dans la théorie psychanalytique, l’affect correspond à l’une des deux expressions psychiques de la (...)

6Notre méthodologie prévoit aussi l’analyse de la dimension affective de la séquence sur la base d’un modèle formel, adapté au caractère dynamique de l’interaction et inspiré de la technique de la déduction naturelle (Musiol & Coulon 2004). Il s’agit d’identifier des indices précis de l’évolution sémantique et de la progression dialogique des énoncés porteurs (théoriquement, ce sont des actes de langage), mis en évidence par l’analyse hiérarchique. L’acte de langage peut être envisagé comme l’élément atomique de la transaction conversationnelle et peut être décomposé sur la base d’une « force » et d’un « contenu propositionnel » (Searle & Vanderveken 1985). Dans la mesure où l’affect comporte à tout le moins une dimension représentationnelle3, nous estimons qu’il est susceptible d’être marqué au niveau du contenu propositionnel de l’acte de langage ou plus précisément que le contenu propositionnel de l’acte en contient la trace. De ce point de vue, l’affect est la partie quantitative de la pulsion associée à la représentation. Nous proposons d’en saisir la trace en mettant au point un formalisme permettant de saisir les propriétés et composants de l’affect dans son intrication au contenu propositionnel de l’acte (cf. infra).

3.1. Objectifs

7Cette méthodologie d’analyse nous permettra de comprendre si, et le cas échéant, en quoi, certains énoncés et certains types de structures verbales facilitent et amplifient d’une part un processus d’exhibition, d’autre part un processus d’atténuation de l’affect. Dans le cours de la psychothérapie, le thérapeute est supposé amener le patient à mettre en mots (représenter) ses affects. Cette verbalisation engendre alors possiblement dans l’échange un processus méta-représentationnel (le patient représente ses représentations) qui aura possiblement pour conséquence d’atténuer l’intensité de l’affect lié à la représentation ; et donc de soulager la souffrance psychique du patient. L’affect est en ce sens amené à se désolidariser de son noyau représentationnel original pour s’en libérer partiellement ou totalement, compte tenu, notamment, des spécificités de la configuration énonciative, discursive ou dialogique qui le contient et dans laquelle il se déploie. Notre objectif est donc de comprendre le lien entre configurations discursives et modalités d’expression de l’affect. Plus précisément, on montre comment certaines propriétés de la structure du discours, en un sens large, sont corrélées à l’évolution et à la dynamique de l’affect.

3.2. La séquence et le patient

8La séquence analysée et présentée dans cet article correspond à une interaction enregistrée auprès d’un patient présentant de manière manifeste à la fois des éléments fortement caractéristiques du diagnostic de schizophrénie et des processus psychiques impliqués dans la gestion des affects. Il s’agit d’un jeune homme de 22 ans hospitalisé pour la seconde fois en deux ans depuis sa première décompensation. Un délire paranoïde, des hallucinations, un discours et un comportement dissociés, une perte des habiletés sociales, pendant plus de six mois, ont permis de porter le diagnostic de schizophrénie de type paranoïde (DSM.IV-TR). Fortement discordant, il présente un délire polymorphe associé à des hallucinations essentiellement cénesthésiques. Parfois, il pense être le fils de Dieu et fonde ses idées délirantes sur certains scénarios filmiques : par exemple, nous serions dans une matrice contrôlée par un système extérieur (en référence au film Matrix). Lorsque le clinicien le rencontre, il est hospitalisé depuis une semaine dans un pavillon intra-hospitalier. La séquence dialogique présentée ici débute au dix-septième tour de parole à partir d’une intervention du clinicien (C17).

C17 : Et parmi, tout cela, quelle est la période pour laquelle vous avez le plus de souvenirs, qui vous a le plus marqué ?

B18 : Euh, ben quand c’était fini avec ma première copine

C19 : Cela date d’un moment ?

B20 : Ouais, cela date detrois ans

C21 : Qu’est-ce qui s’est passé là, Bertrand, vous pouvez m’en parler ?

B22 : Ouais ouais. En fait j’ai le cœur qui s’est mis en route

C23 : En route

B24 : En route ouais

C25 : Dans la séparation, votre cœur s’est mis en route

B26 : Il s’est mis en route

C27 : Qu’est-ce que c’est pour vous le cœur qui se met en route ?

B28 : J’ai senti mon cœur battre. Et puis, je pouvais plus arrêter, je pouvais plus contrôler, il battait au fur et à mesure… [accélération du débit verbal]

C29 : Cela vient signifier que vous êtes bien en vie, si votre cœur bat

B30 : Ouais. Mais quand on n’a pas l’habitude d’avoir le cœur qui bat, c’est choquant, ça fait un choc

3.3. Analyse hiérarchique du fragment (Cf. annexe)

9Au plan hiérarchique, ce fragment dialogal se caractérise par la multiplication des échanges subordonnés (Es) destinés à clarifier l’intervention réactive du patient, B18, laquelle pourrait suffire à clore l’échange si l’analyste ne la considérait manifestement comme ne satisfaisant pas au principe de complétude monologique (Roulet et al. 2001 : 57). Le développement de l’échange obéit alors à un principe d’amplification dit « horizontal » dans le modèle : les tours de parole subséquents visent à compléter ce qui, du point de vue de l’interlocuteur (le thérapeute initiateur de cet échange), fait défaut dans l’intervention réactive du patient. On observe de telles amplifications horizontales dans les échanges réparateurs quand l’intercompréhension fait défaut entre les interlocuteurs, ou que la coopérativité de l’un ou de l’autre laisse à désirer du point de vue de son partenaire. C’est ici le thérapeute qui initie les Es, dans une stratégie qu’on peut au premier abord qualifier de « clarification » en suivant les catégories de Roulet et al. 2001.

10Le thérapeute amorce en effet un premier « échange subordonné de clarification » canonique [C19-B20] destiné à préciser la localisation temporelle de l’événement auquel fait allusion le patient dans sa réponse (question Quando ? de la rhétorique), puis un second échange, également subordonné « en surface » [C21-B30] qui prend appui sur l’ensemble formé par la réponse précédente et son Es (déictique là de C21 = « quand c’était fini avec ma copine il y a maintenant trois ans ») – question Quomodo ? de la rhétorique cette fois. Eu égard au cadre communicationnel et à l’enjeu de l’entretien thérapeutique, on traitera cependant C21 plutôt en relance qu’en intervention initiatrice d’un Es de clarification car son locuteur cherche visiblement à « développer », circonstancier l’événement dont B18 donne pour ainsi dire le seul résultat, à savoir « c’était fini avec ma copine ». Cette nouvelle étape amorce en effet moins une « clarification » comme en C19-B20, qu’une amplification au sens quasi narratif (cf. Genette 1969), ainsi que le montrera plus loin son analyse informationnelle. Le patient s’exécute : B22, de par son tiroir verbal (aoriste de discours) et l’aspect inchoatif de la périphrase verbale, réalise bien une séquence événementielle, mais dont la littéralité est perçue comme problématique par C, d’où les deux échanges subordonnés de confirmation ouverts par l’analyste sous forme de question-réponse écho partielle d’abord (C23-B24), puis totale (C25-B26) (cf. Perrin 1999), selon un double mouvement qui est associé à la première expression « spontanée » de l’affect en B22. La lettre de cette réponse une fois assurée par ces deux échanges, on passe à une tentative d’élucidation par une demande de glose en C27 qui lance un nouvel Es de nature différente, méta-énonciative cette fois comme l’indique le tour Qu’est-ce que c’est pour vous « … » ? À nouveau, comme en B22, le patient satisfait « en surface » à cette demande de développement en formulant en B28 ce qui pourrait être considéré comme une séquence narrative. Les relations entre les différents actes de cette réponse paraissent en effet de nature chronologique (rôle du connecteur et puis, des imparfaits d’arrière-plan), sauf qu’ici encore la tentative de narrativisation tourne court – s’agit-il d’un lien de consécution ou de reformulation entre les actes ? – en donnant lieu à des énoncés quasi tautologiques : J’ai senti mon cœur battre/il battait au fur et à mesure ; Et puis, je pouvais plus arrêter/je pouvais plus contrôler. La valeur consécutive de et puis semble céder à son rôle de connecteur argumentatif où le marqueur introduit un argument supplémentaire dans une série non ordonnée. En somme, on peut dire que la demande d’explicitation de Mon cœur s’est mis en route, qu’elle soit de nature narrative ou argumentative, tourne court, d’où (peut-être) l’ouverture d’un nouvel échange subordonné, visant cette fois à un commentaire de nature évaluative de l’événement « votre cœur bat », à savoir « vous êtes bien en vie » – bonne nouvelle apparemment selon le thérapeute, mais qui forme surtout, au plan discursif, une réaction du thérapeute à la rétention de l’expression de l’affect par le patient. Malgré l’accélération du débit verbal, celui-ci n’explicite guère ce qu’il est invité à verbaliser, sans doute par blocage ou inhibition sur le plan clinique. À ce niveau du déroulement de la transaction, le patient résiste encore aux tentatives répétées de déblocage du thérapeute. Aucune représentation liée à l’événement traumatique qui est implicitement l’enjeu du débat n’est encore explicitée.

11Mouvement concessif dans la réponse B30 du patient à cette tentative de positivisation de l’événement « Le cœur qui bat » par l’analyste. Il commence par opiner à sa valorisation avec ouais (= « certes p », à savoir : « il est vrai que je suis bien en vie » ou « cela signifie effectivement que je suis bien en vie ») pour apporter aussitôt un autre argument plus fort (= « mais q » : « ça fait un choc ») et contre-orienté par rapport à la positivisation précédente : = « ce n’est pas si bien que ça » (?), ou du moins « ça » (« le fait d’avoir un cœur qui bat ») bouleverse. On relève une cocasserie certainement involontaire dans la réaction du patient en raison de l’implicitation de la portée de la négation dans on n’a pas l’habitude d’avoir le cœur qui bat. On suppose que le patient n’a pas l’habitude non pas d’avoir un cœur qui bat, mais de le sentir battre, encore que le malentendu entre patient et analyste porte peut-être précisément sur ce hiatus entre battre et sentir battre, comme on verra ci-après. À noter également la reformulation pertinente de c’est choquant par ça fait un choc, reformulation du sens compositionnel de l’expression rendue nécessaire par sa lexicalisation dans l’usage courant. Le sens axiologique aujourd’hui dominant (« heurter les consciences ») n’est pas celui que souhaite sélectionner le patient, d’où sa reformulation littérale de c’est choquant par « ça fait/produit un choc » (avec annulation de la polarité axiologique négative au profit d’un simple constat factuel, et expression assumée de l’affect). En remplissant a minima son rôle d’interlocuteur analysant pour contribuer au maintien de l’échange et à la poursuite du jeu interactionnel, le patient malgré sa résistance à expliciter-exprimer son affect, en livre finalement un aspect significatif, sous couvert de simple correction rhétorique : il admet in fine littéralement avoir subi un choc, au terme de ces divers mouvement discursifs, à la fois uni- et co-gérés.

12L’interprétation du passage telle qu’elle ressort de la structure hiérarchique proposée met donc en évidence une certaine difficulté de communication entre les interlocuteurs (fréquence des Es) ainsi qu’un souci de coopération (pas de refus communicationnel de part ou d’autre) et de ménagement de la face négative du patient par le thérapeute, dont on peut sans doute admettre qu’il est parvenu à ses fins au terme de l’échange, à savoir obtenir une certaine verbalisation du patient relative à ses affects.

13Du point de vue informationnel, parmi tout cela en C17 réfère à la séquence antérieure du dialogue, c’est un résomptif à visée récapitulative et marqueur d’étape discursive : clôture de l’échange antérieur mutualisé grâce au déictique tout cela et sélection d’un nouvel objet de discours (OD) pointé dans cette mémoire discursive commune en fonction du critère de saillance pour B (explicité dans la relative déterminative dédoublée qui présuppose l’unicité de l’objet de discours visé par C) : la période pour laquelle vous avez le plus de souvenirs, qui vous a le plus marqué. B18 entérine cette présupposition en sélectionnant effectivement un seul événement saillant dans tout cela, à savoir quand c’était fini avec ma première copine, il réagit ce faisant en interlocuteur coopératif qui ne met pas en cause le présupposé contenu dans C17. C19 récupère l’événement évoqué par B18 grâce à cela, repris en écho dans B20, puis à nouveau pointé par là puis en en C21 : le nouvel objet de discours proposé par C est accepté comme tel par B et explicité par lui. Son statut informationnel évolue parallèlement à la structure hiérarchique du dialogue, ce qui permet entre autres de rendre compte de la façon dont s’articule la grande relance initiée par C21. L’OD constitue tout d’abord en B18 le rhème qui répond elliptiquement à l’acte illocutoire de question de C17. La subordonnée quand c’était fini avec ma première copine est en effet à interpréter selon nous comme une « intégrative » (Le Goffic 1993) attribut d’un sujet sous-entendu :

[la période qui m’a le plus marqué (c’)est] quand c’était fini avec ma première copine.

14Dans un enchaînement linéaire, ce rhème devient thème – cela – du couple question-réponse C19-B20 (1er Es), puis cadratif dans le second Es Qu’est-ce qui s’est passé , cadratif scénique explicité dans la reformulation contenue en C25 sous la forme dans la séparation.

  • 4 Dans le modèle genevois, l’acte est l’unité minimale du texte qui peut être hiérarchiquement subord (...)

15D’élément informationnellement principal en B18, « la séparation » devient donc simple support (aboutness) qui permet de formuler la demande d’amplification contenue en C21 Qu’est-ce qui s’est passé là ? Là est devenu un constituant scénique prétexte à une demande de réalisation narrative (verbe événementiel se passer, aoriste de discours = passé composé). B est invité à développer un propos qui constituait initialement l’unique réponse attendue et complète : c’est donc bien en définitive l’interlocuteur qui juge de la complétude de la réponse, en fonction de cadre communicationnel global (ici l’entretien thérapeutique commande autre chose qu’une simple réponse factuelle). La structure ouverte de la question C21 appelle à une verbalisation libre, entre autres probablement des affects mis en branle par l’événement évoqué, comme le montre l’As4 métaénonciatif : vous pouvez m’en parler ? qui vise à ménager la face négative du patient grâce au verbe modalisateur pouvoir, lequel désamorce le caractère intrusif et quelque peu inquisitorial de la question principale en donnant licence à l’interlocuteur de ne pas répondre sans rupture du pacte communicatif. C’est à cette question méta que répond ouais ouais (= « je peux en parler ») avant d’enchaîner sur la réponse à la question principale grâce au connecteur en fait (marqueur d’Ap).

16La réponse présente une structure de phrase événementielle à attribut de l’objet (relative prédicative qui s’est mis en route), dont la clarification, l’explicitation et la glose vont occuper la fin du fragment considéré. Notons qu’à chaque fois que le patient fait référence à l’événement en question, il utilise une structure prédicative de même type :

j’ai le cœur qui s’est mis en route

J’ai senti mon cœur battre

quand on n’a pas l’habitude d’avoir le cœur qui bat

  • 5 Voir ci-après la suite de l’analyse linguistique puis l’analyse logique.

17Comme l’a montré Van Peteghem (2010), ces structures à attribut de l’objet ont pour propriété remarquable d’associer à l’événement qui fait l’objet de la prédication seconde le point de vue à partir duquel il est perçu. S’il ne s’agit pas exactement de verbaliser une émotion, il est remarquable qu’on ait affaire à une forme syntaxique dédiée à l’expression du « point de vue » du patient, c’est-à-dire à un subjectivème par excellence. On peut remarquer que le thérapeute, dans ses diverses reformulations, fait l’impasse sur cette explicitation du point de vue, il ne retient que la prédication seconde – « le cœur qui bat » – alors que ce qui fait l’événement pour le patient, c’est sans doute et au moins autant la perception de ce fait, que le fait lui-même, d’autant que la pertinence informationnelle du fait en question est plus que douteuse, ainsi qu’on l’a déjà signalé. C’est pourquoi on serait tenté d’attribuer au thérapeute plutôt qu’au patient l’affaiblissement de l’expression du point de vue en B30, et sa cocasserie involontaire : par écho, le patient reproduit une formulation du thérapeute qui faisait intrinsèquement l’impasse sur sa perception. S’il y conserve bien une structure à attribut de l’objet (avoir le cœur qui…), la relation au sujet est médiatisée par le on générique d’un énoncé gnomique, et le verbe de perception cède la place à un simple présentatif événementiel déconnecté d’un sujet de perception référé à l’énonciation – ou d’un malheur (au sens pragmatique) thérapeutique : loin d’obtenir la verbalisation d’un affect, le thérapeute réalise la rétractation de l’expression du point de vue du patient, soit l’effacement d’un marqueur de subjectivité dans son discours. Cet « effacement » va provoquer une prise de distance du sujet à l’égard du contenu émotionnel en débat, pour favoriser, finalement, son « explicitation »5 .

18De même, la glose de l’événement en C29 par le thérapeute en tire un constat à la fois positif et objectif, « être bien en vie », déconnecté de la base expérientielle du sujet. On peut se demander si ce n’est pas pour rectifier ce que ce constat a de réducteur sur le plan personnel que le patient revient à deux reprises, moyennant une reformulation, sur le choc induit par l’expérience en question. Le mouvement concessif de sa dernière réplique viserait donc à s’opposer à ce que l’interprétation du thérapeute aurait de réducteur plutôt que de positif, en réaffirmant à nouveau la place essentielle de la subjectivité dans le processus : c’est choquant/ça fait un choc. L’intérêt de cette dernière formulation, c’est qu’elle pose désormais l’expression et la qualification du point de vue en prédication principale, au rebours des prédications secondes précédentes : du retour triomphal du point de vue…

19Le plan énonciatif est dans ce fragment étroitement corrélé à la structure informationnelle. Dans un dialogue en effet, il y a deux manières de référer aux propos antérieurs : l’anaphore (cf. les cela étudiés précédemment) ou la mention. Or à partir de C23, pour faire référence aux propos du patient, le thérapeute associe systématiquement au déictique une mention écho (Perrin 1999). Il n’utilise en effet plus de pronom démonstratif sans expliciter dans l’intervention même le contenu référentiel visé dans des structures à détachement gauche, qui reprennent en écho les propos mêmes du patient :

Qu’est-ce que c’est pour vous le cœur qui se met en route ? c’ = « le cœur qui se met en route »

Cela vient signifier que vous êtes bien en vie, si votre cœur bat. cela = intégrative « si votre cœur bat »

20Cette prudence montre sa difficulté à s’approprier les propos du patient, à les faire siens, il les laisse pour ainsi dire marqués du sceau de l’altérité énonciative grâce à la mention, mais manifeste aussi ce faisant le souci de clarifier le référent, ce qui laisse supposer que l’enjeu du dialogue, dans cet Es, est devenu au premier chef l’intercompréhension, ce qui est bien attendu dans un Es de clarification.

21De même, à partir de C23, les mentions des propos de l’interlocuteur occupent une place essentielle, jusqu’à constituer à elles seules toute l’intervention sous forme de « reprise écho » (art. cit.) ; ainsi des « questions échos » du thérapeute : C23 (question partielle mention de B22), de C25 (question totale reprise de B18) et C27 (demande de glose). Les interventions B24, B26, C29 et B30 forment quant à elles des « réponses échos positives », partielle (B24) ou totale (B26), en s’associant à des commentaires évaluatifs pour les deux dernières. Avec ces nombreux segments diaphoniques, les voix des deux énonciateurs se font écho dans un jeu de répétition et/ou de paraphrase qui aboutit à un effet de piétinement tandis que la structuration énonciative de leurs propos repose sur des enchâssements à plusieurs niveaux. Pour ne prendre que la réplique B24, B répète (pour confirmer) la réplique antérieure de C (C 23), elle-même écho interrogatif de B22, soit trois niveaux d’emboîtements énonciatifs. Il en est de même de l’item le cœur/il (qui) bat, auquel le ressassement induit par les Es donne valeur de formule portante dans une série de variations où les deux voix se mêlent inextricablement. Ce principe de la variation est également à l’œuvre dans les enchaînements monologiques ainsi que le montrent B28 et B30.

22La nature de l’entretien influe sur les stratégies tant globales que locales du thérapeute qui contraint le patient à réagir (fonction illocutoire de réponse) et à prendre position (fonction illocutoire de confirmation/ratification) par rapport à ses interventions initiatives à fonction illocutoire de question (« dire de dire ») ou d’information (« dire de croire »). La prise en compte des modules informationnels et énonciatifs questionne cependant la pertinence du terme de « stratégie ». En termes de « réussite » communicationnelle en effet, on peut s’interroger sur les progrès quant à la verbalisation de la subjectivité du patient. Si l’on prend en compte les subjectivèmes, l’expression linguistique du point de vue, les marqueurs énonciatifs, c’est plutôt à un effacement des marques linguistiques de sa subjectivité qu’on assiste. Inversement, l’expression directe de l’affect semble avoir progressé. C’est ce que l’analyse formelle de la séquence va maintenant confirmer.

3.4. Analyse formelle

23L’analyse formelle permet d’expliciter la progression des états mentaux des interlocuteurs qui est associée à la progression et à la rationalité du discours (explicitée par l’analyse hiérarchique). La méthodologie d’analyse que nous présentons, inspirée de la méthode de la déduction naturelle (Hottois 1989 ; Coulon, Musiol & Brixhe 2007), nous permet d’accéder en particulier aux aspects représentationnels des processus cognitifs – dit autrement au contenu des états mentaux – et donne accès à la rationalité émotionnelle du fonctionnement des interlocuteurs qui est associée, au plan cognitif, au contenu des pensées. Pour autant notre dispositif formel doit pouvoir intégrer des indices fiables et explicites des déterminants de cette rationalité émotionnelle.

24Présentation succincte du dispositif formel utilisé

25Nous adoptons une logique prédicative (Van Dijk & Kintsch 1983 ; Le Ny 1979) selon laquelle un énoncé est au moins constitué d’un prédicat et d’une ou plusieurs variables appelées arguments. Le prédicat est ici un terme qui permet de constituer des propositions grâce à la combinaison d’arguments ; il a une fonction de mise en relation. Nous transcrirons les énoncés de la manière suivante : Uo/ … : (M)P [… (M)Q, … (M)A, …] (Musiol & Coulon, 2004). Le premier élément du segment formel, Uo, représente l’univers d’illocution où se trouve l’individu ; il parle en un certain lieu, en un certain temps. La seconde partie représente l’univers référentiel associé au contenu de l’énoncé, qui peut lui-même contenir une unité de temps et de lieu ; il est constitué : d’un prédicat P, d’arguments qualificatifs Q (adjectivaux) et d’arguments non qualificatifs A (individu, objet, lieu, énoncé), de modalités M pouvant préciser le prédicat P ou les arguments Q et A. Afin de transcrire la dimension affective, nous retenons trois critères indicateurs de la coloration de l’affect (Barthélémy, Musiol & Gimenez 2010) : sa valence (elle transparaît à travers le type d’argument ; elle est positive vs négative, mais deux affects opposés peuvent être co-présents) ; son intensité (elle transparaît à travers le type d’argument ou une modalité qualifiant le prédicat ou l’argument qui sera dit intense ou non intense : par exemple, la présence de la modalité « un peu » attachée à l’argument qualificatif « triste » traduit une coloration affective non intense ; sa qualité (elle peut transparaître dans un argument qualificatif ou non qualificatif, ou dans le prédicat : par exemple, le prédicat ATTRISTER ou l’argument qualificatif « triste » peuvent traduire un affect de tristesse).

26Progression de la structure émotionnelle dans le discours

27L’analyse de la progression de la transaction dialogique (à la fois aux plans hiérarchique et formel) met en exergue les relations de dépendance qui associent les énoncés entre eux et contribuent de ce fait à la constitution du tissu argumentatif sur lequel s’étaye le discours support de contenus émotionnels. Nous appréhendons la progression des contenus de pensée affectifs du patient compte tenu de la manière dont ils transparaissent dans le contenu propositionnel des actes de langage qui en sont porteurs et compte tenu des structures hiérarchiques et fonctionnelles dialogiques spécifiques qui contiennent ces actes.

28Caractérisation des énoncés porteurs de la rationalité affective du patient

29Les actes de langage dont le contenu propositionnel véhicule une trace d’un affect dans le discours du patient schizophrène sont les suivants : B22, B26 (B25), B28, B30.

30C21 : Qu’est-ce qui s’est passé là, Bertrand, vous pouvez m’en parler ? peut à son tour être analysé ainsi :

31La satisfaction par B de l’acte initiatif directif de C vaut pour une règle d’accord et le contenu propositionnel de B22 s’associe au prédicat indirect qui est porté par C21.

32On note que B26 (et B24…) apparaît à la suite dans le même échange au sein d’une structure subordonnée à fonction de confirmation mais que le contenu propositionnel de B26 (en particulier) est cognitivement marqué par une inférence, initiée par C en C25. En ce sens, le contenu propositionnel de B26 traduit l’explicitation d’une pensée (que le psychologue a sollicitée en C25) dont on peut admettre (en raison de la confirmation dans le discours de l’opération cognitive d’inférence) qu’elle est fortement ancrée dans les représentations du patient schizophrène.

33Le patient est donc discursivement amené à expliciter un contenu propositionnel (« il s’est mis en route ») dont on peut imaginer qu’il est au plan cognitif fortement ancré (et doté d’une certaine valeur émotionnelle) au niveau de ses représentations. En effet, tout au long de cette structure d’échange à fonction de clarification (de C21 à B26), la production énonciative du patient schizophrène (B), qui aboutit à B26, décrit un ressenti à travers le prédicat « se mettre en route » associé à l’argument non qualificatif « cœur », représenté par le pronom anaphorique il. La structure grammaticale de l’énoncé accompli en B26 vient d’ailleurs marquer le temps passé de l’univers de référence (« avant ») au niveau de l’analyse logique. Bien qu’il y ait notification d’un engagement cognitif « fort » (cf. la réappropriation discursive par B de la proposition de C (C25-B26), le contenu affectif ne peut pas encore être marqué avec précision. En ce sens, le symbole « ?3 » marque par hypothèse la présence d’un éprouvé « fortement ancré au plan représentationnel » mais que le contenu propositionnel de B26 ne permet donc pas encore de qualifier. Cet énoncé sera coté 0 sur l’échelle de transparence de l’affect : opacité de l’affect.

34Sur le plan clinique à tout le moins, le thérapeute semble se comporter comme s’il ne pouvait pas se contenter de cette réponse du patient ; comme si, en effet, cette réaction « engagée » et « opaque » du patient dans l’expression de sa rationalité émotionnelle se devait d’être explicitée. Le dialogue évolue dans cette direction par une demande d’explication du thérapeute (C27), qui, sur le plan argumentatif tout autant que narratif, va tourner court – (B28 : J’ai senti mon cœur battre. Et puis, je pouvais plus arrêter, je pouvais plus contrôler, il battait au fur et à mesure) – et continuer de ne pas satisfaire les attentes du thérapeute dans sa conduite de la psychothérapie. D’où l’ouverture d’un nouvel échange subordonné en C29 comme stratégie dialogique de poursuite de son investigation clinique visant cette fois à un commentaire de nature évaluative de l’événement « votre cœur bat » : « vous êtes bien en vie »… (C29-B30). Au plan rhétorique, la reformulation de c’est choquant par ça fait un choc, qui désambiguïse l’énoncé en passant au niveau métacommunicationnel, permet aussi au patient de se cacher « dans le système de la langue » pour laisser transparaître sans paraître l’exprimer quelque chose de sa rationalité émotionnelle, compte tenu de la complexité du jeu dialogique qui « l’aliène » à son interlocuteur thérapeute. En d’autres termes, la progression du discours aura tant soit peu raison de sa résistance à exprimer son affect de tristesse. L’analyse formelle ci-après en clarifie le mouvement.

35Signification dialogique de C29 et B30 :

36En C29, le clinicien introduit un constituant supplémentaire dans le second temps d’une relation d’implication (« Vous êtes bien en vie »), le premier temps étant une reprise de B26 et B28 (cf. «BAT (cœur) »). À nouveau, nous notons que l’univers référentiel passé est dissous dans l’ici et maintenant ; de fait, l’univers référentiel et l’univers illocutoire renvoient alors tous deux au monde actuel, celui de la psychothérapie. Le patient pourra donc être susceptible de représenter ses affects en dehors des objets auxquels il se référait antérieurement. En outre, en B30, le prédicat, jusqu’ici neutre, devient un prédicat de type psychologique (« choquant ») ; ce dernier précise la valence négative de l’affect (-) et confirme l’intensité de ce dernier (« I »). Deux critères (valence et intensité) sont transcrits clairement, permettant de coter « 2 » l’énoncé sur l’échelle de transparence de l’affect. L’affect surgit dans l’énonciation dans le cadre d’une logique implicative de type « si… alors ». Nous remarquons aussi la disparition du temps passé de l’univers de référence, car l’analysant conserve le temps présent employé par le clinicien en C29. Tout se passe comme si le patient s’éloignait de l’univers de référence de départ, situé dans le passé ; ceci permet d’avancer l’hypothèse selon laquelle l’affect est ressenti dans le cadre de la conversation (« maintenant »), marquant une confusion au niveau affectif entre l’univers actuel qu’est l’interaction verbale et l’univers de référence.

37En résumé, sur l’échelle de transparence de l’affect : B26 = 0 et B30 = 2 (valence et intensité) : grâce au mouvement conversationnel introduit par le clinicien en C27, l’affect se précise de manière hétéro-initiée au cours de la conversation, en termes de valence et d’intensité : en effet, l’énonciation porteuse de l’affect apparaît dans des temps réactifs.

38Compléments suggérés par l’analyse sémantico-formelle

39On a déjà relevé ci-dessus que la réponse du patient en B22 « j’ai le cœur qui s’est mis en route » présente une structure de phrase événementielle à attribut de l’objet qu’on retrouve à chaque fois qu’il fait référence à l’événement en question. En d’autres termes, le patient utilise une forme propositionnelle « subjectivée » qui représente l’affect. On remarque en outre que « j’ai le cœur qui s’est mis en route » est une reprise de B26 « il s’est mis en route » et que B26 est une réponse à C25 « dans la séparation, votre cœur s’est mis en route ? ». Or, le couple C25-B26 constitue un échange subordonné de confirmation. Ainsi, étant donné sa position en contexte conversationnel, l’acte accompli en B26, peut être analysé formellement (à la suite de C25) de la manière suivante :

40Dans ce jeu conversationnel initié en amont par le thérapeute, jusque C29, le patient est amené à faire le lien entre la rupture (avec sa première copine) et le fait d’avoir (eu) le cœur qui s’est mis en route, comme si, bien entendu, ce phénomène était la conséquence de la rupture. Mais il est vrai qu’il n’exprime à ce moment-là aucun ressenti qui pourrait être la conséquence de la rupture. Seule la référence au terme « cœur » (dans sa signification conventionnelle ?) ouvre sur l’hypothèse interprétative selon laquelle il a ressenti quelque émotion (non précisée). On a pu aussi constater plus haut qu’en C29, le thérapeute réalise la rétractation de l’expression du point de vue du patient, soit l’effacement d’un marqueur de subjectivité dans son discours. En d’autres termes, à l’instant même où, en C29, l’on est « conversationnellement » en droit de s’attendre à ce que le thérapeute sollicite une explicitation de la part du patient quant à ce qu’il a ressenti, celui-ci provoque l’inhibition de l’expression émotionnelle du patient – i.e. par l’effacement d’un marqueur de subjectivité dans son discours. C’est donc, en C29, comme si le thérapeute usait d’une stratégie pour provoquer le patient en lui signifiant que « tout va bien »…. Donc comme si C29 avait « cognitivement » la signification suivante :

41Soit la signification – de fait pour le patient – « il n’est pas vrai (il n’est pas le cas) que le cœur du patient s’est mis en route en conséquence de la rupture ». Le patient est donc bloqué en plein « élan dialogique » alors qu’il engageait les prémices, voire les conditions préalables de l’explicitation de ses affects tout en s’inhibant.

42Nous formulons l’hypothèse selon laquelle cet état cognitif (le mouvement d’inhibition – la contradiction dans laquelle il se retrouve) à ce moment précis du dialogue va justement provoquer un effet de libération, en l’occurrence d’explicitation de l’affect : B30 Ouais. Mais quand on n’a pas l’habitude d’avoir le cœur qui bat, c’est choquant, ça fait un choc.

43Jouant sur l’ambiguïté entre quand on n’a pas l’habitude d’avoir/de sentir le cœur qui bat ou reformulant très pertinemment c’est choquant par ça fait un choc, le patient semble parfaitement comprendre la lettre de la langue et user des formes en usage dans la communication sans pour autant en maîtriser toujours l’esprit. C’est encore une fois en ce sens que le patient se cache « dans le système de la langue » pour laisser transparaître sans paraître l’exprimer quelque chose de sa rationalité émotionnelle, compte tenu de la complexité du jeu dialogique qui « l’aliène » à son interlocuteur thérapeute. En d’autres termes, la progression du discours aura tant soit peu raison de sa résistance à exprimer son affect (cf. l’analyse formelle des énoncés C29 et B30 plus haut).

44En B30, le prédicat, jusqu’ici neutre, devient donc un prédicat de type psychologique (« choquant »). Au plan logico-discursif, on constate que la réaction du patient est obtenue à la faveur d’une proposition complexe implicative soumise à l’évaluation du patient. Le patient assume l’implication cognitivement mais récuse son contenu en proposant finalement un raisonnement « contradictoire » à celui que le thérapeute prête aux croyances de ce dernier dans le discours : ‘avoir le cœur qui bat’, ‘c’est choquant’ vs ‘c’est être en vie’. Le fait que le contenu de la représentation du patient (relative à son éprouvé) est contradictoire avec celle que lui prête le thérapeute dans le discours est par hypothèse un déterminant discursif (facteur discursif) susceptible d’amener le patient à exprimer son éprouvé, justement pour se libérer de la représentation fallacieuse. En outre, au plan cognitif, l’implication logique portée par le locuteur semble amener l’allocutaire à engager l’explicitation de ses représentations (en l’occurrence d’ordre émotionnel) au gré d’un mouvement discursif réactif. Au plan rhétorique, on constate par ailleurs que le discours aboutit à l’éviction de l’univers référentiel passé dans le monde de l’ici et maintenant, c’est-à-dire la psychothérapie.

4. Conclusion : Dynamique verbale et dynamique affective

45Nous constatons que le travail d’étayage de l’interlocuteur thérapeute contribue à l’élaboration de cette conversation à but thérapeutique. Certaines conditions inhérentes à ce travail de « co-construction », en d’autres termes certains mouvements cognitivo-discursifs, permettent au patient d’explorer ses affects et d’initier un travail de liaison ou mieux de déliaison affect-représentation. Il arrive donc dans certaines conditions « conversationnelles » que la progression de ce type d’événement de parole satisfasse le « but intentionnel » de l’interlocuteur thérapeute. Nous présupposons l’existence de configurations discursives associées à des modalités de gestion des affects et à leur expression ; nous avons en l’occurrence pu montrer comment l’affect est susceptible de se désolidariser de son noyau représentationnel original compte tenu des spécificités de la configuration énonciative discursive ou dialogique qui le contient et dans laquelle il se déploie. Nous définissons ces configurations comme des schèmes d’interaction compatibles avec l’émergence et l’évolution (transparence ou opacification) de l’affect dans l’interaction, repérées notamment à travers l’analyse hiérarchique ou l’analyse formelle (dans certains cas l’analyse combinée) des énoncés. Nous visons la constitution d’un modèle de l’expression des affects dans l’interaction verbale, par la mise en évidence de certains invariants associés à la gestion des affects dans la forme de l’interaction.

Haut de page

Bibliographie

BARTHELEMY, S., MUSIOL, M. & GIMENEZ, G., 2010, « Le repérage de l’affect dans l’entretien clinique avec le patient schizophrène : proposition méthodologique ». L’Evolution Psychiatrique, 75, 455-470.

COULON, D., MUSIOL, M. & BRIXHE, D., 2007, « Du rôle des perturbations de compréhension dans la conduite des interlocutions », In B. VAXELAIRE, R. SOCK, G. KLEIBER & F. MARSAC (Eds.), Perturbations et réajustements (Langue et Langage), Strasbourg, France, Publication de l’Université Marc Bloch, pp. 227-236.

GENETTE, G., 1969, « D’un récit baroque », Figures II, pp. 195-221, Paris, Seuil.

HOTTOIS, G., 1989, Penser la logique, Bruxelles, De Boeck.

LE GOFFIC, P.,1993, Grammaire de la phrase française, Paris, Hachette, (abrégée en GPF).

LE NY, J-F., 1979, La sémantique psychologique, Paris, PUF.

MUSIOL, M. & COULON, D., 2004, « L’influence du processus conversationnel sur la dynamique de la croyance assertive », Psychologie de l’Interaction, 17-18, pp. 117-165.

PERRIN, L., 1999, « La fonction des reprises diaphoniques locales dans le dialogue », Actes du 6e congrès international de pragmatique, éd. par J. Verschueren, Pragmatics in 1998, vol. 2, pp. 448-461, Anvers, IPrA.

ROULET, E. & AL., 1985, L’articulation du discours en français contemporain, Berne, P. Lang.

ROULET, E. & AL., 2001, Un modèle et un instrument d’analyse de l’organisation du discours, Berne, P. Lang.

VAN DIJK, T.A. & KINTSCH, W., 1983, Strategies of discourse comprehension. New York, Academic Press.

VAN PETEGHEM, M., 2010, « Je lui trouve du charme : une structure particulière de la prédication seconde », in F. NEVEU, V. MUNI TOKE, J. DURAND, T. KLINGER, L. MONDADA, S. PRÉVOST (dir.), Actes du 2ème Congrès Mondial de Linguistique Française, www. linguistiquefrançaise.org.

Haut de page

Annexe

Image 2000039500004A3700006A7E29AB630A.wmf

Haut de page

Notes

2 Nous considérons que le retentissement émotionnel de l’expérience du sujet – l’affect – est marqué au niveau du contenu des représentations mentales (niveau de la pensée) ; or, ces représentations mentales sont elles-mêmes traduites dans le contenu propositionnel des énoncés ; en conséquence, l’affect est lié aux constituants – entités lexicales, syntagmes – du contenu propositionnel.

3 Dans la théorie psychanalytique, l’affect correspond à l’une des deux expressions psychiques de la pulsion. Celle-ci se décompose en une « représentation » dotée d’un contenu idéatif et en un « affect ». Celui-ci a un « destin » différent ; il est le « facteur quantitatif de la présentation de la pulsion », « l’énergie pulsionnelle attachée à la représentation », ou encore « la partie quantitative » de la « partie représentative » (Freud, 1900).

4 Dans le modèle genevois, l’acte est l’unité minimale du texte qui peut être hiérarchiquement subordonné (As) ou principal (Ap) par rapport à un autre acte de la même intervention (Roulet et al. 2001 : 55).

5 Voir ci-après la suite de l’analyse linguistique puis l’analyse logique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annie Kuyumcuyan, Michel Musiol et Daniel Coulon, « Le repérage de l’affect dans la structure du discours en entretien thérapeutique », Semen [En ligne], 35 | 2013, mis en ligne le 22 avril 2015, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/semen/9821

Haut de page

Auteurs

Annie Kuyumcuyan

Michel Musiol

ATILF, CNRS – UMR 7118, Université de Lorraine

Daniel Coulon

LORIA, CNRS-UMR 7503, Université de Nancy1Annie Kuyumcuyan (linguistique française), Michel Musiol (psychologie), Daniel Coulon (intelligence artificielle).

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page