Navigation – Plan du site
Jeunesse des personnages

« So young, and so untender? » : le don du père à la jeune génération dans Le Roi Lear

Anne-Kathrin Marquardt

Résumés

Si les liens familiaux, et donc intergénérationnels, sont un thème dominant de l’œuvre shakespearienne, comment la vision de la jeunesse évolue-t-elle dans les pièces de la maturité ? Le Roi Lear met explicitement en scène un affrontement entre générations jeunes et âgées, qui peut se lire comme un conflit autour de la méconnaissance tragique du don. En transmettant son royaume à ses filles, le patriarche met en place un mécanisme selon lequel une obligation absolue de rendre doit répondre à la totalité d’un don absolu (« I gave you all »). Face à cette dette quasi-impossible à rembourser, Goneril et Regan ne trouveront d’autre issue que d’annuler le contrat, exposant ainsi la jeunesse à l’accusation d’ingratitude. Ce qui est en jeu, ce sont bien les droits et devoirs réciproques que se doivent les générations. Quelle est la légitimité d’une jeunesse qui refuse le poids de l’obligation imposée par le don des aînés ?

Haut de page

Texte intégral

1Quelles sont les obligations des jeunes face aux plus âgés ? C’est la question qui est au cœur du Roi Lear, pièce qui met en scène un conflit intergénérationnel. Ce différend se nourrit notamment du problème de l’héritage, posé dès la scène d’exposition avec le don du royaume du père aux enfants. La façon dont les personnages interprètent leur rapport aux choses, notamment aux choses données, échangées ou refusées, offre une perspective sur les rapports qu’ils entretiennent entre eux. Quelle est la légitimité d’une jeunesse qui s’en tient souvent à une vision matérialiste des rapports humains, face à une vieillesse qui impose des obligations absolues ?

« I gave you all » : Lear ou l’obligation absolue

  • 1 Cette idée est liée au concept de « tyrannie du don » en anthropologie, sur lequel nous reviendrons
  • 2 William Scott nous rappelle que le procédé est de toute façon illégal, puisque le royaume est inali (...)

2Le « don » de Lear (I.i.35-140) pose plusieurs problèmes. Premièrement, la nature de l’opération n’est pas clairement définie : don, contrat ou héritage anticipé ? Si nous nous penchons d’abord sur la question de l’héritage, il s’agit d’une forme de don particulier, survenant après le décès du donateur, et qui consiste à abandonner tous ses biens à un autre. Cela peut d’ailleurs susciter un sentiment de culpabilité et d’endettement pour le donataire, qui ne saurait rendre cet immense don au défunt1, car par définition l’héritage ne peut être remboursé. Mais comme Lear lègue justement ses biens de son vivant, un remboursement est tout à fait possible. Si nous interprétons le geste de Lear comme un legs2, alors il combine la force de l’héritage, qui endette totalement, avec la possibilité pour le roi d’exiger un retour. C’est peut-être ce qui explique que Lear lui-même ne présente pas la cession comme un legs ; il la décrit tantôt comme un contrat, tantôt comme un don, c’est-à-dire deux formes de passation de la propriété qui lui permettent d’exiger un remboursement.

  • 3 Toutes les citations du Roi Lear sont tirées de : William Shakespeare, King Lear, éd. R.A. Foakes, (...)

3Le geste ressemble à un contrat en ce que Lear stipule clairement sa part de l’accord, les choses qu’il cède. Cela comporte la « gestion » quotidienne du royaume, le pouvoir et les ressources financières, la pompe royale, et bien sûr les terres elles-mêmes. En échange, Lear s’attend à recevoir des contreparties, définies tout aussi clairement : la déférence due au roi, les cent chevaliers que les enfants devront nourrir et loger, avec le vieux roi, à tour de rôle. C’est ainsi dès le premier acte que Lear inaugure l’obsession de la quantité qui traversera toute la pièce en émaillant son discours de comparatifs et de superlatifs : « love us most » (I.i.51), « our largest bounty » (I.i.523). Amour, sens de l’obligation filiale et biens matériels sont mis sur le même plan ; tous peuvent être comparés et par là quantifiés.

4Pourtant, Lear utilise également le langage du don pour décrire son geste. La terminologie est assez explicite quand Kent demande à son souverain : « Revoke thy gift » (I.i.165). Lear souligne sa propre générosité : « so kind a father! » (I.v.31). Il mentionne souvent l’ingratitude qu’il croit observer chez ses filles aînées, insistant sur un lien d’affection entre les générations plutôt caractéristique du don : « this tempest in my mind / Doth from my senses take all feeling else, / Save what beats there, filial ingratitude » (III.iv.12-14). Les registres de l’échange de contreparties et celui du don gratuit sont ainsi mélangés dans le discours du roi.

  • 4 Lear établit un lien entre la cession de ses biens et les dots de ses filles, ce qui n’est pas tota (...)

5Le second problème dans le geste de Lear, c’est que le récipiendaire n’est pas clairement désigné. Lear s’adresse à ses filles lorsqu’il demande une preuve d’amour, mais il semble que ce soient ses gendres qui héritent véritablement des terres et du pouvoir. Lear s’adresse d’abord à ses deux gendres (I.i.40-41) puisque les parts du royaume font office de dot. C’est donc l’ambiguïté du statut juridique d’une dot qui introduit le doute sur le véritable récipiendaire de la cession : c’est une somme attribuée à une fille, mais destinée à devenir la propriété de son mari4. Ce flottement continue lorsque Lear s’adresse à ses filles pour lancer le test d’amour (I.i.48). Il s’agit bien, pour elles, de participer activement à la distribution de biens qui va avoir lieu, et il est donc suggéré qu’elles en sont les récipiendaires. Le langage est toujours hésitant quand Lear prononce le transfert lui-même, une fois que Goneril a réussi l’épreuve : « Of all these bounds […] / We make thee lady. To thine and Albany’s issues / Be this perpetual » (I.i.63-67). La formule suggère que c’est Goneril qui reçoit ces terres, et que les générations suivantes pourront en hériter par leur mère. De même pour Regan : « To thee and thine hereditary ever / Remain this ample third of our fair kingdom » (I.i.79-80). Le placement de « to thee » en première position suggère ici encore que c’est avant tout Regan qui hérite, et par elle ses enfants ; le mari n’est même pas mentionné.

6Mais plus loin, après le rejet de sa cadette, Lear s’adresse une fois de plus à ses gendres et leur demande de se partager la part de Cordelia et de prendre les rênes du royaume :

Cornwall and Albany,
With my two daughters’ dowers, digest this third.
[…]
I do invest you jointly with my power,
Pre-eminence and all the large effects
That troop with majesty. Ourself by monthly course,
With reservation of an hundred knights
By you to be sustained, shall our abode
Make with you by due turn; only we shall retain
The name, and all th’addition to a king: the sway,
Revenue, execution of the rest,
Beloved sons, be yours; which to confirm,
This coronet part between you.

I.i.128-139

La tirade est encadrée par des adresses aux gendres, elle leur est donc probablement destinée en totalité. La dot n’est plus transmise aux femmes, mais aux hommes, car la formule « with my two daughters’ dowers, digest » suggère que les dots sont comprises dans la quantité de biens que les gendres doivent absorber. Ce sont eux qui ont l’obligation d’héberger Lear, ce qui est d’autant plus étonnant que, par la suite, il reprochera surtout à ses filles de ne pas subvenir à ses besoins. Lear termine sur un transfert de pouvoir et de revenus aux ducs, symbolisé par la transmission de la couronne aux gendres.

  • 5 Alain Testart, Critique du don : études sur la circulation non marchande, Paris, Syllepse, 2007, p. (...)
  • 6 La question de la nature exacte de l’obligation dans le don a fait débat en anthropologie. Nous nou (...)

7Comment expliquer cette double ambiguïté concernant le transfert de la scène d’exposition : la nature de la cession n’est pas claire (échange ou don) ; il y a un flou sur le récipiendaire (les filles ou les gendres) ? Les travaux de l’anthropologue Alain Testart permettent d’éclairer le premier problème. Il propose la définition suivante : « le don est la cession d’un bien qui implique la renonciation à tout droit sur ce bien ainsi qu’à tout droit qui pourrait émaner de cette cession, en particulier celui d’exiger quoi que ce soit en contrepartie5 ». C’est ce dernier point qui lui permet d’établir une différence entre le don et toutes les autres formes d’échange. En effet, s’il y a parfois une contrepartie dans le don (le « contre-don »), son obtention est affaire de codes moraux et sociaux6, et donc non garantie. En revanche, dans le cas de l’échange, l’obtention de la contrepartie est assurée par la loi. Vu dans cette perspective, le transfert opéré par Lear n’est manifestement pas un don, car la contrepartie est clairement exigée et attendue ; il s’agit plutôt d’un échange.

  • 7 Maus, op. cit., p. 124.

8Si l’échange est fondé sur une obligation juridique de rendre une contrepartie, le transfert que cherche à effectuer Lear pose néanmoins problème. Dans une monarchie, la source de la loi est le monarque. Lear ne peut garantir l’exécution d’un échange convenu avec d’autres que s’il est roi. Or, l’échange consiste justement à abandonner ce rôle. Le transfert de propriété est à la fois un acte exprimant la souveraineté, où le roi dispose de son royaume à sa guise, et un geste qui annonce son impuissance et sa fragilité. Lear ne semble pas se fier à l’obligation légale de rendre contenue dans ce contrat oral qu’il passe avec la génération suivante au moment où il renonce au pouvoir. C’est ainsi que Lear se tourne vers un autre registre : l’obligation morale, ou sociale, de rendre, contenue dans le don. Katharine Eisaman Maus relève cette différence entre les domaines du don et de l’échange : « Rather like the unstrained mercy or the honorable liberality of The Merchant of Venice, gratitude cannot, apparently, be enjoined by force of positive law but only by the internalized dictates of duty, honor, and filial affection7 ».

9Le flottement constaté entre les registres de l’échange et du don est ainsi volontairement cultivé par Lear, qui veut s’assurer sa contrepartie par l’obligation sociale du don, en lieu et place de l’exigibilité juridique de l’échange à laquelle il renonce par l’abdication même. Or, ce type d’obligation sociale et morale contenue dans le don est d’autant plus forte qu’elle s’applique à des parents du sang : les filles, et non les gendres. Dès lors que les courtisans ont cessé d’être ses sujets, Lear ne peut exiger un contre-don que de ses enfants biologiques. Leur loyauté lui est garantie non par leur statut de sujet, mais par leur statut de filles. Le lien de parenté apparaît donc comme identique à un lien d’obligation : en tant que père, Lear a tout donné à ses filles, et réclame maintenant son dû.

  • 8 Le mot « all » revient souvent dans la bouche de Lear, par exemple dans les questions que Lear adre (...)

10Lear exagère d’ailleurs volontairement le poids de cette double obligation, née à la fois du lien de parenté et du don. La cession très clairement décrite et cernée de la scène d’exposition se transforme, au fil de la pièce, en une dette généralisée que les filles auraient contractée envers leur père, marquée par « all » : « O, Regan, Goneril, / Your old, kind father, whose frank heart gave you all » (III.iv.19-20)8. Quel est donc ce « tout » ? Cela comprend, bien sûr, le royaume, mais cela semble aussi englober une totalité mal définie : une vie aisée, une éducation peut-être ; en un mot, toute une vie de dévotion paternelle. Dès lors, à la totalité de ce « all » que Lear a donnée à ses filles, un contre-don total doit répondre. En créant une dette, une obligation totale, Lear crée le devoir de « tout » rendre, une obéissance absolue qu’il ne peut demander qu’à ses filles. Après avoir essuyé plusieurs refus de la part de Goneril au deuxième acte, Lear se tourne vers Regan pour obtenir son contre-don :

Thou [Regan] better knowst
The offices of nature, bond of childhood,
Effects of courtesy, dues of gratitude.
Thy half o’the kingdom hast thou not forgot,
Wherein I thee endowed.

II.ii.366-370

  • 9 Dans tous les contextes où le mot « bond » apparaît dans la pièce, il exprime le lien qui unit un p (...)
  • 10 L’expression « offices of nature » pourrait faire référence à la loi naturelle, notion sur laquelle (...)

Lear n’hésite pas à rappeler à sa fille toutes les choses qu’il lui a cédées pendant la cérémonie du premier acte. Mais il ajoute un autre registre : Regan serait obligée de rendre, non seulement à cause de la dette objective, matérielle, qui résulte de la cession du royaume, mais aussi à cause d’une obligation bien plus vague. « Effects of courtesy, dues of gratitude » fait référence à cette obligation sociale et morale de rendre un don donné. Une fois de plus, Lear se place sur le terrain du don, espérant que Regan s’acquittera de son obligation par simples bonnes mœurs. Enfin, Lear ajoute une troisième obligation : celle que les enfants doivent à leur père (« bond of childhood »). Le terme « bond », qui revient si souvent dans la pièce9, exprime parfaitement ce lien entre parents et enfants qui serait créé par le don de ce « tout » que les premiers font aux derniers. Lear ne pouvant s’appuyer sur l’exigibilité juridique d’un « bond » au sens financier du terme après son abdication, il tente de faire appel à l’obligation de rendre contenue dans le « bond », au sens d’obligation sociale, qui l’unit à ses filles10.

« Beyond what can be valued » : Goneril et Regan ou la liberté moderne

11Comment, dans ce contexte, la jeune génération définit-elles ses devoirs face au père ? La réaction est évidemment différente pour Goneril et Regan d’un côté, et Cordelia de l’autre. Pendant la cérémonie du premier acte, Goneril et Regan, ayant bien compris que la simple rhétorique suffit à marquer l’obligation et la dette que Lear souhaite voir reconnues, cultivent elles aussi l’ambiguïté entre registres du don et de l’échange déjà mise en place par leur père. Voici comment s’exprime Goneril :

Sir, I do love you more than word can wield the matter;
Dearer than eyesight, space and liberty,
Beyond what can be valued, rich or rare,
No less than life, with grace, health, beauty, honour.
As much as child e’er loved, or father found,
A love that makes breath poor and speech unable,
Beyond all manner of so much I love you.

I.i.55-61

12Goneril reprend le discours de son père par son emploi de comparatifs. L’amour (ou, pour rester dans la logique de la pièce, le sens de l’obligation) – exprimé par Goneril est comparable, donc mesurable et quantifiable. La tirade peut ainsi se lire comme une allusion indirecte à l’échange qui est au centre du premier acte. Néanmoins, les allusions métatextuelles de Goneril à sa propre rhétorique révèlent le mode de fonctionnement qui caractérise son discours. D’après ce qu’elle dit, son amour est plus grand que les mots mêmes qui l’expriment. Cela peut paraître étonnant dans un discours si bien construit ; il semble que les mots soient parfaitement à même d’exprimer son amour. Ces phrases sont plutôt à prendre sur un mode proche de la prétérition : Goneril annonce qu’elle ne pourra pas s’exprimer convenablement pour, en fin de compte, réussir à très bien s’exprimer. Ce mode de fonctionnement s’étend à l’ensemble de son discours. Si on lit les nombreux comparatifs, non pas d’un point de vue grammatical (où ils indiquent évidemment une comparaison, donc une quantification), mais d’un point de vue sémantique, ils signifient tous que cet amour dépasse tous les points de comparaison qu’on pourrait lui appliquer – il est incommensurable (« beyond »).

13La négation de la quantification fait basculer le discours de Goneril dans le registre de l’incommensurable, du don infini. Puisque le père ne réclame que des mots, les filles peuvent lui rembourser son dû en mots ; que la monnaie d’échange n’ait pas de valeur n’empêche pas pour l’instant l’échange d’être validé et permet à Goneril de fournir un contre-don inépuisable, car indénombrable. Il s’agit précisément de cette dette totale, absolue, que Lear invoquait face à ses filles : Goneril semble la reconnaître, et rendre une contrepartie (pour l’instant purement rhétorique) elle aussi infinie. Nous sommes tombés dans le registre du don, avec son obligation sociale et morale de rendre. Nous sommes donc face à une rhétorique à la fois de la quantification et de l’incommensurable qui dissimule et révèle l’échange que Lear propose. La prétérition apparaît alors comme l’embrayeur rhétorique qui permet de dire une chose et son contraire à la fois, de maintenir présents dans la scène les registres de l’échange et du don en même temps.

14Les mêmes ambiguïtés se retrouvent dans le discours de Regan (I.i.69-76). Une fois de plus, nous trouvons l’idée de comparaison qui rend l’amour mesurable et attire l’attention sur les marques de quantité. Mais, dans la même tirade, Regan professe qu’elle dépasse encore sa sœur, rendant la comparaison caduque et entrant elle aussi dans le domaine de l’incommensurable. La stratégie rhétorique est donc la même que celle de Goneril.

15L’emploi de ces deux registres permet aux sœurs aînées de rassurer leur père : il aura son dû, quel que soit le plan sur lequel on se place, celui de l’échange quantifiable (un certain nombre d’hectares contre un certain nombre de mots) ou celui du don illimité (l’amour illimité de leur père contre des mots indénombrables). Mais cette ambiguïté construit également une ironie dramatique. Si le langage de l’échange est présent dans cette scène, c’est qu’il annonce déjà que les sœurs refuseront, par la suite, la mécanique du don établie par Lear en refusant de reconnaître leur obligation sociale et morale envers lui, la remplaçant par un échange de biens clairement dénombrés. La logique de Lear repose sur un échange de tout (« all ») contre tout ; le choc sera celui du « nothing » en retour du « all ».

  • 11 Testart, op. cit., p. 21.

16Les aînées ayant rempli leur part du contrat en participant au test d’amour, après n’avoir « donné » que des mots à leur père, elles reçoivent leur part du royaume en retour. Mais, comme le fait remarquer Testart, « un paiement acquitte une dette ; il engendre un droit, ou annule celui (l’obligation) que d’autres avaient sur vous11 ». Selon la logique de l’échange adoptée par les filles, les obligations mutuelles que se doivent père et filles sont ainsi annulées, la dette payée, les liens personnels rompus. Au crescendo de la rhétorique dans la scène d’exposition se substitue plus tard un decrescendo dans le nombre de chevaliers que les filles veulent bien accorder à leur père (II.ii.377-475). Une fois la mascarade d’un amour prétendument incommensurable et gratuit terminée, il devient possible de nommer les quantités, et, partant, de les réduire. Cette diminution progressive jusqu’à zéro, possible dans le cadre de la logique de l’échange, va donc jusqu’à annuler le don même et les obligations qu’il implique.

  • 12 L’anthropologue Jacques Godbout fait remonter l’expression au livre suivant, même si elle s’est dés (...)
  • 13 Ibid., p. 47 (c’est Godbout qui souligne).
  • 14 Voir notamment les analyses suivantes. Janet Adelman, « Suffocating Mothers in King Lear », Suffoca (...)

17Les aînées déploient ainsi une stratégie qui vise à les faire sortir de la mécanique établie par leur père, et qui les mettrait pour toujours dans l’obligation de rembourser éternellement leur dette. Le don met en effet le récipiendaire dans une position d’« obligé », l’endette, voire l’humilie et le domine. Ainsi émerge ce que les anthropologues nomment la « tyrannie du don12 » : le sentiment douloureux d’être endetté et de ne pouvoir rendre, une obligation morale et sociale impossible à observer. La réaction des aînées consistant à réduire leur relation avec leur père à un contrat annulable à tout instant apparaît alors comme un moyen de se libérer de cette tyrannie. Comme le résume si bien l’anthropologue Jacques Godbout : « la liberté moderne est essentiellement l’absence de dette13 ». Si l’obligation du don est étouffante, la volonté d’en sortir conduit ici à rompre entièrement la relation, avec toute la violence que cela suppose. Cette coercition du père face à ses filles doit se lire dans le contexte d’une pièce où Lear apparaît de façon générale comme un père possessif. La critique féministe a souvent souligné le fait que Lear ne semble pas pouvoir laisser Cordelia partir ; sa soif de contrôle s’apparenterait même, selon certaines lectures, à des tendances incestueuses14.

« Love my father all » : Cordelia ou l’aporie du don

18C’est Cordelia qui tente d’attirer l’attention de son père sur le problème d’une obligation excessive face au père, plaidant pour un équilibre entre l’amour dû au père et celui dû au mari. Dès la scène d’ouverture, elle défend une juste mesure dans son amour pour Lear :

Good my lord,
You have begot me, bred me, loved me. I
Return those duties back as are right fit,
Obey you, love you and most honour you.
Why have my sisters husbands, if they say
They love you all? Haply when I shall wed,
That lord whose hand must take my plight shall carry
Half my love with him, half my care and duty.
Sure I shall never marry like my sisters
To love my father all.

  • 15 Le dernier vers « To love my father all » n’est présent que dans le Quarto publié à Londres en 1608 (...)

I.i.95-10415

L’expression « return back » suggère que Cordelia reconnaît à la fois le don qu’elle a reçu de son père et son obligation de rendre quelque chose. Mais ici encore, on constate une équivalence parfaite entre les obligations des uns et des autres, notamment marquée par le parallélisme des deux rythmes ternaires (vers 95 et 97). La logique de Lear fondée sur un don total est explicitement rejetée grâce au mécanisme de la question rhétorique et de la réponse. L’expression « love you all » apparaît d’abord dans un contexte interrogatif, puis une seconde fois dans la réponse que Cordelia fournit à sa propre question, mais accompagnée du négatif « never ». À ce double « all » du père, désormais écarté, elle substitue un double « half ». Le dédoublement apporté par l’anaphndanpermet de igne).

Konnaîtdres qui héritigne). cphilosophet grafaudce Jainsi iellemeent dend don m finnset grafaudce Jadu don rès le é letente dde ; le marinsfen Lear s’untre-done ple aon danjon avecalr ,t. Le dà sa n ple aon ne oblres qui hériteretrtoures coon">I.i.95-104

Konnaît viorimureparoujee (ite, lt d’ormommeenoobligattee parana(oùtveulen que orix de seumber">13I.i.95-10410.

Kse jeune gan contsours n amour pour Lear :

    13 <76-77dbout qui souligne).
<À elle, nogati aisée, unge. Edetté sde fn sentimvoirÀ e, q eti aisdu don Bréusliou thiso snt. Le donnement ligae ne pconde foinnement ligalien xpette n monarchibétouf payée, ur obliguverne eorà pèrnee p thisoÀ elle, nogati ais. E- ungebétou,eue-» ertauonalr voirÀ e, q eti aisdu dohibétoufsi. D la mle, ce le trdu don iguverne esliouaraîuverne ednnaît iange à lquandient une caîuverne eddu don illriqueon">I.i.95-10410.

    13 <78dbout qui souligne). 13 <6. cit., p. 124.

5I.i.95-104I.i.95-104

145I.i.95-1047 ».

ln à la fothosillhne ednnly, beendre ucet amourla di,num">14 la dism la fois ,ue se nitéchangbérhilelamodes-à amble dleme cont en éans prn m en » rendrtrmala suite, lattrâcnd Kincisquait ly, be, lzilver. La rédressesnté par l unearinsf dans ces, mais rfait s’untoex La momenionomon ritshorntre lla dismen de g="en"> ».I.i.95go-topecall" idart dlecitaeciHaun seuues la lib