Skip to navigation – Site map

In Memoriam : Yves Bonnefoy

Pascale Drouet

L’œuvre que nous lègue Yves Bonnefoy est immense, immensément belle et plurielle. Jeune poète, il publie son premier recueil en 1953, Du mouvement et de l’immobilité de Douve. Viennent ensuite Dans le leurre du seuil en 1975, La vie errante en 1993, Les planches courbes en 2001, La longue chaîne de l’ancre en 2008, L’heure présente en 2011 : quelques étapes dans sa quête d’une présence authentique à soi, à l’autre, au monde. Dans son émouvant poème testamentaire, Ensemble encore, publié quelques mois à peine avant qu’il ne s’éteigne, le poète nous dit :

  • 1 Y. Bonnefoy, Ensemble encore. Suivi de Perambulans in noctem, Paris, Mercure de France, 2016.

Accepte ce que je t’offre, cette nuit.
C’est mon besoin de continuer à croire
Qu’il y a du sens à être. Et même si
Dehors, c’est vent et pierre. À peine, au loin,
Quelques trébuchements de la lumière1.

Outre une œuvre poétique et une expérience de la poésie intimement liée à la présence, Yves Bonnefoy nous offre aussi rien de moins qu’une soixantaine d’ouvrages, parmi lesquels de très beaux écrits en prose (de L’Arrière-pays, en 1972, jusqu’au Digamma en 2012), de nombreux textes critiques, réflexions sur la pratique artistique, essais d’esthétique sur la poésie (Rimbaud, Baudelaire, Breton, Celan, Leopardi) et les autres arts (Giacometti, Goya, Ostovani). Enfin, l’amour d’Yves Bonnefoy pour la langue, la sienne et celle des autres, se partage dans les traductions qu’il a faites des poèmes de Pétrarque, Léopardi, John Donne, Keats et Yeats, et de l’œuvre de Shakespeare, aussi bien sonnets et poèmes narratifs que pièces de théâtre.

  • 2 Y. Bonnefoy, « Yves Bonnefoy : Entretien avec John Naughton à propos de Shakespeare », dans L’amit (...)

Dans un entretien de 2007, Yves Bonnefoy revient sur sa première rencontre avec le théâtre shakespearien, sur son émotion face au célèbre discours de Mark Antony sur les marches du Capitole, et sur le désir de traduction qui s’ensuivit. Il précise alors : « Jules César fut même la première traduction que j’aie achevée de Shakespeare, celle de Hamlet progressant simultanément »2. Sa traduction d’Hamlet paraît en 1957,  celle de Jules César en 1960. Elles seront les premières d’une longue série, régulièrement rééditée : Le roi Lear (1965), Romeo et Juliette (1968), Macbeth (1983), Le Conte d’hiver (1994), La Tempête (1997), Antoine et Cléopâtre (1999), Othello (2001), Comme il vous plaira (2003), Henry IV, Première partie (2015). En 2007, Yves Bonnefoy traduit aussi Les Sonnet, Vénus et Adonis, Le Viol de Lucrèce, Phénix et Colombe.

  • 3 Y. Bonnefoy, « Les Sonnets de Shakespeare et la pensée de la poésie », in Les Sonnets, précédés de (...)
  • 4 Curieux des travaux qui se faisaient en France sur Shakespeare, soucieux du devenir des Sociétés S (...)

Ce qui contribue à la singularité de ses traductions, qui sont une poétique à la rencontre d’une autre poétique, toujours soucieuse de rendre « l’allant iambique »3, ce sont ses essais critiques qui toujours les accompagnent et éclairent les choix du traducteur-poète, comme un dialogue qu’Yves Bonnefoy poursuivrait avec Shakespeare sur les enjeux de la traduction et de l’interprétation. Ces essais critiques sont regroupés dans plusieurs ouvrages : Théâtre et poésie. Shakespeare et Yeats (Mercure de France, 1998) Orlando Furioso, Guarito. De l’Arioste à Shakespeare (Mercure de France, 2013), Shakespeare : théâtre et poésie (Gallimard, 2014), et L’hésitation d’Hamlet et le choix de Shakespeare (Seuil, 2015)4.

  • 5 Y. Bonnefoy, L’heure présente, Paris, Mercure de France, 2011, p. 84.
  • 6 Ibid., p. 78.
  • 7 Y. Bonnefoy, L’écharpe rouge, Paris, Mercure de France, 2016, p. 91.

De l’œuvre de Shakespeare, on peut dire qu’elle est entrée en résonance intime avec celle du grand poète français. Ainsi les personnages shakespeariens ressurgissent-ils sur une scène tout autre, la scène poétique sur laquelle Yves Bonnefoy les accueille et leur donne une nouvelle vie. Ce sont Hermione, Leontes et Perdita qui, Dans le leurre du seuil, se retrouvent dans les cieux pourpres, la nuit étoilée qui rédiment le monde. C’est Ophélie à qui il offre une ultime rencontre avec Hamlet dans L’heure présente : « Tu te penches sur lui,/ Le prince fou, écartant ses cheveux/ Que colle la sueur de sa fièvre, tu touches/ Ses tempes de tes lèvres »5. C’est le vieil Hamlet, le roi mort, qui porte par-dessus sa cotte de maille une écharpe qui « a de beau mouvements jeune écriture »6, une écharpe de couleur rouge dont le poète nous confie, dans son dernier ouvrage autobiographique, qu’elle signifie « le rouge de l’être à dégager des grisailles de l’exister quotidien »7.

Avec ce très grand poète de la présence, du tutoiement, de la générosité, ce n’est jamais la nuit qui s’assombrit mais le soir qui vit, porté par une voix poétique qui toujours s’élance :

  • 8 Y. Bonnefoy, L’heure présente, op. cit., p. 96.

Tu regardes vivre le soir. Le ciel, la terre
Nus, allongés sur leur couche commune.
Et lui, rien que nuées,
Il se penche sur elle, prend dans ses mains
Sa face respectée.
Dieu ? Non, mieux que cela. La voix
Qui se porte, essoufflée, au-devant d’une autre
Et riante désire son désir,
Anxieuse de donner plus que de prendre8.

Image 10000000000002880000038800445D6D.jpg

Yves Bonnefoy à la Fondation Hugot
du Collège de France en novembre 2015. © P. Drouet

Notes

1 Y. Bonnefoy, Ensemble encore. Suivi de Perambulans in noctem, Paris, Mercure de France, 2016.

2 Y. Bonnefoy, « Yves Bonnefoy : Entretien avec John Naughton à propos de Shakespeare », dans L’amitié et la réflexion, Tours, PU François-Rabelais, 2007, p. 138.

3 Y. Bonnefoy, « Les Sonnets de Shakespeare et la pensée de la poésie », in Les Sonnets, précédés de Vénus et Adonis, Le Viol de Lucrèce, Phénix et Colombe, Présentation et traduction d’Yves Bonnefoy, Paris, Gallimard, 2007, p. 34.

4 Curieux des travaux qui se faisaient en France sur Shakespeare, soucieux du devenir des Sociétés Savantes, Yves Bonnefoy soutenait les activités de la Société Française Shakespeare et participait régulièrement à ses travaux. Dernièrement, en 2014, il avait accepté d’ouvrir le Congrès « Shakespeare 450 » avec une conférence inaugurale sur « Pourquoi Shakespeare ? ». On peut retrouver quelques-uns de ses textes en ligne : http://shakespeare.revues.org/541

5 Y. Bonnefoy, L’heure présente, Paris, Mercure de France, 2011, p. 84.

6 Ibid., p. 78.

7 Y. Bonnefoy, L’écharpe rouge, Paris, Mercure de France, 2016, p. 91.

8 Y. Bonnefoy, L’heure présente, op. cit., p. 96.

Top of page
  • Logo Société Française Shakespeare
  • Logo Shakespeare 450
  • Logo Shakespeare Anniversary
  • Logo La SFS sur Facebook
  • OpenEdition Journals