Navigation – Plan du site

In Memoriam : Jean-Pierre Villquin

Margaret Jones-Davies

Il me semble avoir toujours connu Jean-Pierre Villquin puisque, alors que ma mère était professeur à Rennes et donnait aussi des cours à Nantes, il fut son étudiant puis son thésard. Depuis de très longues années il était devenu un ami et lorsque ma mère fut nommée à Paris, cette amitié fidèle dura et fut l’occasion de rencontres lorsqu’il venait participer à la Société Française Shakespeare ou à la SIRIR. Maître de Conférences à l’Université de Nantes, il organisa des journées Shakespeare en 1982 autour de sa traduction de Roméo et Juliette qu’Yves Goulais mit en scène. Son travail de traducteur et de critique fut très vite reconnu. Il ne craignait pas « le bouillonnement sauvage des mots anglais » (1982). Il s’attaqua avec une dextérité admirable aux difficiles textes de Cap à l’Est de George Chapman, Ben Jonson et John Marston dans le volume 1 de La Pléiade du Théâtre Élisabéthain et La Foire de la Saint-Barthélemy de Ben Jonson (volume 2). La pièce de Sir Thomas More aux multiples collaborateurs est un véritable défi pour le critique et la notice de la pièce qu’il a traduite dans La Pléiade des Histoires des Œuvres Complètes de Shakespeare (volume 2) témoigne de la profondeur de sa recherche et de la finesse de ses analyses. Je n’oublierai pas comment il traduisit pour moi, dans l’urgence, un extrait de théâtre contemporain où sa sensibilité poétique transparaissait. Récemment il continuait à travailler à une traduction du Richard III de Sir Thomas More avec l’énergie qui le soutenait dans le terrible combat contre la maladie dont il parlait peu et avec tellement de pudeur que l’on se surprenait à en effacer la réalité- lorsque la distance nous permettait de ne pas en être témoins.

Je n’oublierai jamais les splendides journées d’été dans sa maison de Carnac lorsque, avec Chantal, sa femme, il nous invitait et nous faisait partager sa science culinaire, l’ambiance magique de son immense jardin qui se perdait dans les champs de blé avec, au loin, la présence invisible mais si proche de la mer. Je le soupçonne d’avoir écrit des textes poétiques dans le secret de ses pensées. Il prenait plaisir chaque année à envoyer des cartes de Noël qu’il fabriquait autour d’une photo prise lors de ses voyages. C’était un grand voyageur. Et toujours elles étaient accompagnées d’une citation pleine d’espérance et de foi. Jean-Pierre faisait penser à ces humanistes à la recherche d’une vraie spiritualité dans leurs domaines rassurants, si proches du réel, si tolérant, si capable de rire et sa présence ainsi que celle de Chantal, dans ce décor de grands pins, apportait soutien et réconfort et fixait pour toujours les paysages dont l’âme a besoin. C’est pourquoi Jean-Pierre n’est pas mort. Comme lui, apprenons à garder la mort à distance.

  • Logo Société Française Shakespeare
  • Logo Shakespeare 450
  • Logo Shakespeare Anniversary
  • Logo La SFS sur Facebook
  • OpenEdition Journals