Navigation – Plan du site

Images de la domination en temps de crise

L’exemple des stalles de la collégiale de Montréal (Yonne, Bourgogne) à la charnière entre Moyen Âge et Renaissance
Images of Domination in Times of Crisis: The Example of the Montréal (Yonne, Burgundy) Collegial Stalls between the Middle Ages and the Renaissance
Welleda Muller

Résumés

Le pouvoir royal a fait l’objet de nombreuses discussions et de multiples écrits au Moyen Âge. Or la plupart de ces discussions portaient surtout sur le nécessaire équilibre de ce pouvoir avec l’autorité sacerdotale – équilibre érigé en idéal. Ces dissensions entre auctoritas et potestas culminent à l’époque charnière entre le Moyen Âge et la Renaissance où une crise triple intervient : politique avec l’élection impériale, religieuse avec la Réforme et la Contre-Réforme, intellectuelle avec l’avènement de l’héliocentrisme. L’ensemble de stalles de la collégiale de Montréal (Yonne, Bourgogne), datant des environs de 1520, fait référence à ce contexte troublé à travers un projet iconographique présentant deux exemples de dominations face à face : le pouvoir royal d’un côté et l’autorité sacerdotale de l’autre.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Bernard de Clairvaux, Textes choisis, Albert Béguin et Paul Zumthor éds., Paris, Egloff, 1947, lett (...)
  • 2 Dante, Œuvres complètes, Monarchie, livre III, 16, trad. André Pézard, Paris, Gallimard, 1965, p. 7 (...)
  • 3 Nicolas de Cues, Concordance catholique, trad. R. Galibois et M. de Gandillac, Sherbrooke, Centre d (...)
  • 4 Voir notamment Daniel Tollet (dir.), Guerres et paix en Europe centrale aux époques moderne et cont (...)
  • 5 Alain Tallon, Le Concile de Trente, Paris, Le Cerf, 2000.
  • 6 Pierre Duhem, Le Système du monde, Histoire des doctrines cosmologiques de Platon à Copernic, Paris (...)

1Le pouvoir royal et la domination exercés par les souverains ont fait l’objet de nombreuses discussions et de multiples écrits durant le Moyen Âge. La plupart de ces discussions portaient sur le pouvoir royal mais aussi et surtout sur le nécessaire équilibre de ce pouvoir avec l’autorité sacerdotale, un équilibre érigé en idéal par les théologiens Bernard de Clairvaux (1090-1153)1, Dante Alighieri (1265-1321)2 ou encore Nicolas de Cues (1401-1464)3. En effet, cet idéal semble avoir été rarement réalisé, puisque depuis Charlemagne (vers 742-814), les souverains n’ont cessé d’empiéter sur le rôle des pontifes, eux-mêmes cherchant à exercer un pouvoir temporel. Ces dissensions entre auctoritas et potestas culminent à l’époque charnière entre le Moyen Âge et la Renaissance (XVe-XVIe siècles), à tel point que le christianisme subit un bouleversement avec les Réformes successives (protestante puis catholique). Les débuts du XVIe siècle sont d’ailleurs marqués par une crise triple : politique avec l’élection impériale4, religieuse avec les événements protestants puis la riposte catholique5, mais aussi intellectuelle avec l’émergence de nouvelles conceptions du monde dans la lignée des idées de Copernic6.

2Du point de vue de l’histoire de l’art, cette triple crise et cet affrontement entre pouvoir royal et autorité sacerdotale ont surtout été l’objet d’œuvres de propagande, destinées à soutenir un pouvoir royal et religieux sur le déclin ou en pleine gloire. Or, il existe un exemple sculpté, véritable témoin de cette époque charnière, qui figure le pouvoir royal littéralement face à l’autorité sacerdotale, d’un point de vue idéal, mais avec l’incursion d’éléments faisant référence à la triple crise que subit l’Europe occidentale à l’époque.

Iconographie des jouées et groupes en ronde-bosse des stalles de Montréal

  • 7 Claude Courtépée et Edmé Béguillet, Description générale et particulière du duché de Bourgogne, 5 t (...)
  • 8 Peut-être parce que de nombreuses archives ont brûlé dans l’incendie du château par les Huguenots e (...)

3Cet exemple prend place sur les stalles sculptées de la collégiale de Montréal dans l’actuel département de l’Yonne en Bourgogne. Il s’agit d’un ensemble de vingt-six stalles datant des environs de 1522 selon l’abbé Courtépée qui écrivit en 1774 une Description générale et particulière du Duché de Bourgogne en quatre tomes7 dans laquelle il donna certaines informations, notamment le nom des huchiers qui réalisèrent ces stalles (les frères Rigoley, de Nuits-sur-Armançon) ; informations qui furent ensuite reprises par tous les spécialistes, malheureusement sans vérification. N’ayant trouvé aucun marché d’ouvrage dans les archives aujourd’hui disponibles8, j’ai cherché à reconstituer l’intention du commanditaire, en proposant une hypothèse de projet iconographique.

  • 9 Hilaire de Poitiers, Commentaire sur l’évangile de Matthieu, Paris, Le Cerf, 1978 (rédaction vers 3 (...)

4Dans un premier temps, cette intention apparut à travers un dispositif symétrique remarquable sur les jouées (panneaux latéraux fermant un rang de stalles) et les groupes en ronde-bosse qui les surmontent. Ce dispositif saute aux yeux dès les deux premières jouées, puisque nous y voyons le péché originel en face du baptême du Christ : le péché de l’humanité et sa rédemption. En poussant plus avant l’analyse, on remarque que du côté sud est figuré l’Évangile de Matthieu avec l’adoration des Mages et la Sainte Famille dans l’atelier de Joseph le charpentier à Nazareth, alors que ce sont des épisodes tirés de l’Évangile de Luc qui prennent place du côté nord avec la présentation au Temple, la Visitation et l’Annonce aux bergers. Or, d’après les théologiens, tels Ambroise de Milan (vers 340-397) et Hilaire de Poitiers (315-367)9, Matthieu présente un Christ roi, alors que Luc parle du Christ prêtre.

5Cette observation analytique d’une résonnance iconographique liée à la symétrie se prolonge sur les divers groupes en ronde-bosse et jouées sculptées, dans cette optique, en cherchant une certaine cohérence. La cohérence de l’ensemble met en évidence un véritable projet iconographique, sur une structure double avec du côté nord l’autorité sacerdotale (le Christ prêtre) et du côté sud le pouvoir royal (le Christ roi).

Fig. 1 - Stalles de la collégiale de Montréal (Yonne) : Homme à demi-nu se battant contre un lion.

Fig. 1 - Stalles de la collégiale de Montréal (Yonne) : Homme à demi-nu se battant contre un lion.

Cliché Welleda Muller, 2012

6Cette interprétation se vérifie avec l’analyse des autres jouées et groupes en ronde-bosse. Les secondes jouées qui se font face, après le péché et le baptême, représentent au sud [fig. 1] un homme à demi nu se battant contre un lion, deux autres déjà morts à ses pieds ; dans l’arrière-plan un château ou une ville fortifiée se dresse en haut d’un paysage.

Fig. 2 - Stalles de la collégiale de Montréal (Yonne) : Personnage vêtu du manteau et du chapeau carré des clercs au début du XVIe siècle, tenant d’une main un livre ouvert et de l’autre une étoffe entourant le cou d’un démon assis qui détourne le regard.

Fig. 2 - Stalles de la collégiale de Montréal (Yonne) : Personnage vêtu du manteau et du chapeau carré des clercs au début du XVIe siècle, tenant d’une main un livre ouvert et de l’autre une étoffe entourant le cou d’un démon assis qui détourne le regard.

Cliché Welleda Muller, 2012

7Au nord [fig. 2], un personnage, vêtu du manteau et du chapeau carré des clercs au début du XVIe siècle, tient d’une main un livre ouvert et de l’autre une étoffe entourant le cou d’un démon assis qui détourne le regard. Après réflexion, il semblerait que le premier personnage soit le futur roi David qui protégeait son troupeau des attaques des lions, symbole royal par excellence. Cette jouée met d’ailleurs en avant le pouvoir physique (qui est celui des rois) par trois références à la royauté : les lions, le château, ainsi que la figure de David. Le personnage qui lui fait face semble plutôt être une allégorie de l’autorité sacerdotale ; il soumet le démon, non par la force, mais par l’autorité de son regard et la lecture des Écritures qu’il tient dans sa main.

Fig. 3 - Stalles de la collégiale de Montréal (Yonne) : Présentation au Temple.

Fig. 3 - Stalles de la collégiale de Montréal (Yonne) : Présentation au Temple.

Cliché Welleda Muller, 2012

Fig. 4 - Stalles de la collégiale de Montréal (Yonne) : Adoration des Mages.

Fig. 4 - Stalles de la collégiale de Montréal (Yonne) : Adoration des Mages.

Cliché Welleda Muller, 2012

8Sur les deux premiers groupes en ronde-bosse qui se font face, on trouve la Présentation au Temple au nord [fig. 3] et l’Adoration des Mages au sud [fig. 4]. Dans la Présentation au Temple, la figure du prêtre Syméon est particulièrement mise en valeur avec les symboles de l’autorité sacerdotale, comme la mitre et l’autel sur lequel l’Enfant est assis. La place de la prophétesse Anne est également importante, alors que les deux parents, Marie et Joseph, sont relégués en arrière-plan. Dans l’Adoration des Mages, la Vierge trône sur un grand siège, tandis que les rois Mages apportent leurs présents (l’or, l’encens et la myrrhe) dans des vases en orfèvrerie ; on trouve plusieurs symboles royaux, comme la couronne sur le chapeau aux pieds de la Vierge, l’épée sur le côté du mage à genoux. L’attention portée par les huchiers aux vêtements et surtout aux ornements (colliers, etc.) reflète le faste et le luxe temporel d’une cour royale.

9Le groupe en ronde-bosse au-dessus de la jouée de David a malheureusement disparu, mais l’abbé Courtépée en donne une description (sans doute a-t-il été détruit ensuite). Voici ce qu’on peut lire dans le court passage consacré aux stalles de Montréal :

  • 10 C. Courtépée, E. Béguillet, Description générale […], t. 5, p. 643.

« Sur un [groupe en ronde-bosse] sont les figures d’un juge assis sur son tribunal, d’un plaideur découvert, un genou en terre, ayant son escarcelle, et derrière un procureur qui fouille dans la bourse et lui enlève ses écus10. »

10Cette image de l’exercice de la justice est bien en conformité avec l’idée du pouvoir royal et donc juridique regroupé au sud.

Fig. 5 - Stalles de la collégiale de Montréal (Yonne) : Personnages se faisant face de part et d’autre d’un lutrin

Fig. 5 - Stalles de la collégiale de Montréal (Yonne) : Personnages se faisant face de part et d’autre d’un lutrin

Cliché Welleda Muller, 2012

  • 11 Ambroise de Milan, Apologie de David, trad. Marius Cordier, Paris, Le Cerf, 1977 (rédaction vers 38 (...)

11Au-dessus de la jouée du clerc et du démon, deux personnages [fig. 5], eux-aussi vêtus comme le clergé séculier de l’époque, se font face, séparés par un lutrin. Or, si l’on est attentif à l’expression de leurs visages, ils donnent l’impression de ne pas partager le même point de vue ; l’un détourne même la tête (du côté gauche, « sinistre »), rappelant le détournement du démon face au clerc juste en dessous. Faut-il y voir l’évocation des luttes intestines qui gangrenaient l’Église au XVIe siècle avant le Concile de Trente ? La sculpture est encore plus ironique avec une vue d’ensemble, puisque l’on voit le groupe en ronde-bosse de l’angle de l’ensemble de stalles nord, qui figure deux lions se disputant un os. Il est intéressant de remarquer ici que le commanditaire a voulu traiter l’autorité sacerdotale sans complaisance, en présentant les dérives dues à la perte d’un pouvoir. Notons d’ailleurs qu’Ambroise de Milan dans l’Apologie de David rappelle la symbolique de l’os qui représente l’Église et les « saintes réunions du peuple pieux11 ». Cet ouvrage très connu et diffusé durant le Moyen Âge inspira certainement le commanditaire dans la représentation de ces deux lions qui se disputent l’Église elle-même et ses fidèles comme le firent les protestants et les catholiques au XVIe siècle.

  • 12 Luc, 1, 39-45.

12La jouée sous le groupe des lions n’est évidemment pas en face de son pendant du côté sud, puisqu’il faut passer à l’intérieur des sièges pour la voir. Néanmoins, elle s’inscrit encore dans la thématique de l’autorité sacerdotale, puisqu’elle représente la Visitation décrite dans l’Évangile de Luc12. Très classiquement, on retrouve la Vierge face à Élisabeth qui touche son ventre, elle-même enceinte ; l’arrière-plan est occupé par un paysage bucolique, avec une maison à droite et un moulin à vent à gauche. Or, Luc insiste tout particulièrement sur la figure du prêtre Zacharie et sur sa femme Élisabeth, descendante d’Aaron, frère de Moïse, considéré comme l’ancêtre des familles de grands prêtres du Temple de Jérusalem. Avec cette jouée, le commanditaire insiste sur la lignée sacerdotale du Christ et donc encore une fois sur l’autorité religieuse.

  • 13 On distingue leurs gouges posées sur la table à laquelle ils sont assis.
  • 14 Matthieu, 13, 55.

13En pendant, sous un groupe en ronde-bosse qui est considéré traditionnellement comme l’autoportrait des deux frères huchiers qui ont réalisé les stalles13 on trouve la Sainte Famille dans l’atelier de Joseph à Nazareth. Or, Matthieu est le seul évangéliste à préciser le métier de Joseph : charpentier14 ; même si Joseph taille ici un petit pinacle à l’aide d’une gouge (en partie détruite). D’une part, on trouve ici la représentation de la structure sociale grâce à la famille réunie, qui est assez banale, puisque Joseph travaille et Marie coud ; sans l’ajout d’un angelot poussant l’Enfant Jésus dans un chariot de bois, on pourrait croire à une scène de la vie quotidienne. D’autre part, avec la représentation de Joseph travaillant, dont les deux buveurs au-dessus forment un écho, plus trivial, c’est le labeur et son organisation en corporations et en guildes qui sont rappelés ; c’est donc encore une fois un élément attaché au pouvoir temporel.

Résonances du contexte historique, politique et religieux

  • 15 A. D. de l’Yonne, G 2275, deuxième liasse.

14On sait peu de choses sur le commanditaire des stalles de Montréal. Deux hypothèses sont envisageables : soit il s’agissait d’un chanoine et dans ce cas, on ignore son nom et tout ce qui le concerne, malgré un dépouillement systématique des archives ; soit il s’agit du capitaine-châtelain habitant le château mitoyen de l’église (entièrement rasé à la Révolution), placé là par François Ier, et dans ce cas il pourrait s’agir tout aussi bien du seigneur de Chamerolles (capitaine-châtelain jusqu’en 1522), de Jeannet de Damas (lieutenant gouverneur de Bourgogne, à Montréal de 1522 à 1524) ou de Frédéric de Gonzague, marquis de Bagé, que l’on rencontre aussi sous le nom de Frédéric de Baulge, qui resta en place un peu plus longtemps que les autres (de 1524 à 1531). Philippe Chabot, amiral de France et gouverneur de Bourgogne prend la suite de 1531 à 1543. Si les précédents sont de simples chefs de guerre, l’amiral Chabot est en revanche un homme politique de premier plan et l’homme de confiance de François Ier (1494-1547). Trois lettres de François Ier, datées respectivement de 1521, 1525 et 1542 et adressées au chapitre et à la ville de Montréal15 sont d’ailleurs conservées aux archives départementales de l’Yonne. En outre, on sait que le roi de France vint à deux reprises dans la ville : en 1521, puis en 1529 pour y présider les États de Bourgogne. Il profita de ce dernier voyage pour y confirmer la charte d’affranchissement et les privilèges des habitants. Il fit également un don au chapitre de la collégiale qui était déjà fort riche à l’époque du fait des nombreuses terres qui lui appartenaient tout autour de la ville. Les archives donnent aussi quelques indications sur la fréquentation de l’église, déjà collégiale au XVIe siècle, où les paroissiens de la ville n’étaient pas admis. Les habitants de Montréal devaient alors parcourir environ un kilomètre pour aller assister aux offices à Chérisy, au bord du Serein.

  • 16 L’abbé Courtépée mentionne la date de 1522 sans citer ses sources pour la confirmer.

15Malheureusement, trop d’incertitudes quant à la datation subsistent encore et trop peu d’informations sur ces divers personnages sont parvenues jusqu’à nous16. Néanmoins, on peut penser que le commanditaire est plutôt l’un des seigneurs du château et on verra plus loin qu’il était un soutien incontestable de François Ier. Peut-être est-ce ce fameux commanditaire qui est représenté à deux reprises dans les stalles avec son épouse, sur un appui-main et dans un médaillon au-dessus de la jouée de la Sainte-Famille. Leur récurrence est suffisamment éloquente pour suggérer des portraits, d’autant plus que les physionomies sont assez ressemblantes sur les deux supports. Quoi qu’il en soit, il paraît assez évident que le commanditaire était un lettré qui possédait la culture nécessaire pour à la fois faire référence à la triple crise de son temps et à des théologiens médiévaux ayant montré l’équilibre idéal entre pouvoir royal et autorité sacerdotale. Nous avons déjà vu qu’il faisait certainement référence aux luttes intestines qui marquaient l’Église au début du XVIe siècle avec la juxtaposition des deux clercs au lutrin et des deux lions se disputant un os.

  • 17 Le lion est d’ailleurs le symbole de la maison de Bourgogne.

16Il semble également faire une référence importante à l’élection impériale qui eut lieu peu de temps après la mort de Maximilien le 12 janvier 1519. Pour acquérir un surcroît de prestige et un poids diplomatique certain, plusieurs personnages se sont affrontés âprement. Charles Ier d’Espagne (futur Charles Quint), petit-fils de Maximilien était le candidat « naturel » à la succession ; contre lui se présentèrent Henri VIII d’Angleterre, le duc Albertin Georges de Saxe et François Ier. Mais très vite, la compétition se recentra sur un duel entre François Ier et Charles Quint. Or, cette lutte pour le trône impérial pourrait être représentée par David terrassant les lions sur la deuxième jouée sud. En effet, David, même s’il est ici représenté en berger, est le roi par excellence, le modèle à suivre par chaque souverain, et il combat un lion, symbole de la royauté, alors que deux autres lions sont déjà morts à ses pieds. Pourquoi deux ? Il n’est pas précisé dans les Écritures qu’il s’agissait de trois lions, mais « de lions et d’ours » : Où sont les ours ? Je propose l’interprétation suivante : les deux lions morts représentent Henri VIII et Georges de Saxe, dont la candidature a vite été écartée. David figure François Ier, auquel on sait l’attachement du chapitre de Montréal et certainement la loyauté du seigneur, et le lion avec lequel il se bat est une évocation de Charles Quint, son adversaire le plus coriace17. Cette assimilation peut aussi nous renseigner sur la datation des stalles : après le 12 janvier 1519 et certainement peu de temps après le sacre de Charles Quint le 28 juin 1519. Le programme iconographique aurait alors été imaginé durant l’année 1519 et la réalisation des stalles terminée aux alentours de 1520, voire prolongée jusqu’en 1522 comme le supposait l’abbé Courtépée. Le commanditaire prend d’ailleurs clairement parti pour François Ier, qui est érigé en souverain idéal, niant alors le succès de Charles Quint à l’élection impériale et donc la perte d’un pouvoir par le roi de France.

Fig. 6 - Stalles de la collégiale de Montréal (Yonne) : Annonce aux bergers

Fig. 6 - Stalles de la collégiale de Montréal (Yonne) : Annonce aux bergers

Cliché Welleda Muller, 2012

Fig. 7 - Stalles de la collégiale de Montréal (Yonne) : Le Christ et la Samaritaine auprès d’un puits

Fig. 7 - Stalles de la collégiale de Montréal (Yonne) : Le Christ et la Samaritaine auprès d’un puits

Cliché Welleda Muller, 2012

  • 18 Jean, 4, 6-27.

17Mais une autre crise est aussi évoquée dans ses stalles, une crise intellectuelle. En effet, il reste deux dernières jouées historiées, qui ne se font pas face, mais qui sont dirigées vers le chœur. Celle au nord représente l’Annonce aux bergers [fig. 6], dans laquelle deux anges emplissent le ciel au-dessus de la tête de deux bergers pour leur annoncer la naissance du Sauveur. Celle au sud figure un épisode cité uniquement dans l’Évangile de Jean, celui de la rencontre du Christ et de la Samaritaine auprès d’un puits18 [fig. 7]. La juxtaposition des deux jouées est intéressante, surtout si l’on compare les deux traitements du ciel. Dans l’Annonce aux bergers [fig. 6], le ciel est littéralement plein : il est occupé par une coquille Saint-Jacques d’abord et par deux anges ensuite, qui tiennent un phylactère. En revanche, dans La Samaritaine au puits [fig. 7], le ciel est presque entièrement vide, simplement dominé par la poulie du puits qui est fixée à l’arcade et deux petits chérubins apparaissent dans les écoinçons, complètement en dehors de la scène.

  • 19 Jean-Pierre Verdet, Astronomie et astrophysique, Paris, Larousse, 1993, p. 189-190. Le De Revolutio (...)
  • 20 P. Duhem, Le Système du monde […], t. VIII, p. 328-333.
  • 21 Jean Scot Érigène, Commentaire sur l’évangile de Jean, trad. Édouard Jeauneau, Paris, Le Cerf, 1999 (...)
  • 22 Thomas d’Aquin, Commentaire sur l’Évangile de saint Jean, Paris, Cerf, 2002 (rédaction vers 1269-12 (...)
  • 23 L’étymologie est d’ailleurs assez voisine, puisque mechanaomai signifie « faire des machines », et (...)
  • 24 Fanny Cosandey et Robert Descimon, L’Absolutisme en France, histoire et historiographie, Paris, Le (...)

18Or, dès 1514 les théories sur l’héliocentrisme de Nicolas Copernic (1473-1543) sont diffusées en Europe grâce à des lettres19. Toutefois, presque deux siècles plus tôt, au XIVe siècle, des théories remettant en cause l’idée que les orbes et corps célestes sont mus par des anges sont formulées. Ainsi, Jean Buridan (1292-1363) émet l’hypothèse d’une impulsion initiale donnée par Dieu : l’impetus qui grâce à la « force d’inertie » permet aux astres de se mouvoir seuls sans l’aide des anges ; une hypothèse reprise beaucoup plus tard par Galilée (1564-1642) puis Isaac Newton (1643-1727) et par les théoriciens du Big Bang. Nicole Oresme (1325-1382) compare quant à lui les mouvements de l’Univers à ceux d’une immense horloge. Une vision « mécaniste » du monde émerge, mais il faut attendre le début du XVIe siècle pour constater un véritable changement de paradigme dans la conception du monde20. La mise en valeur de la poulie du puits dans la jouée de la Samaritaine semble faire écho à ce contexte de crise intellectuelle : les anges qui peuplaient le ciel des bergers ont laissé place à un « soleil » mécanique et surtout à un grand vide. Et le choix de la Samaritaine au puits n’est pas anodin, puisque selon Jean Scot Érigène (vers 800-876)21 et Thomas d’Aquin (vers 1224-1274)22 notamment, cette femme cherchait à connaître la nature des choses. Elle avait eu cinq maris et vivait avec un sixième homme auquel elle n’était pas mariée, ce qui correspondait selon les théologiens aux cinq sens et à la raison. Sa vie adultère est mise en évidence et une analogie est faite entre cette femme et la science mécanique, elle aussi qualifiée d’adultère notamment par Thomas d’Aquin, Hugues de Saint-Victor (1096-1141) et Albert le Grand23. Notons enfin que Thomas d’Aquin dans ses commentaires de l’Évangile de Jean, écrit que la rencontre du Christ et de la Samaritaine eut lieu lorsque le soleil était à son zénith ; détail renforçant l’idée de la poulie symbolisant le soleil dans un univers mu par des forces mécaniques. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si la jouée de la Samaritaine est du côté du pouvoir temporel. Peut-être l’idée était-elle ici de montrer que les changements de conception du monde émergent sous couvert du pouvoir royal et non pas dans l’esprit de l’Église qui condamnera systématiquement ces nouvelles idées ; pouvoir royal, qui deviendra d’ailleurs absolu au siècle suivant avec Louis XIV, qui se posera alors lui-même en soleil dominant l’univers24.

  • 25 J. Donne, An Anatomy of the World, 1611, cité par Alexandre Koyré, Du monde clos à l’univers infini(...)

19On peut donc en déduire que le commanditaire des stalles a renouvelé la référence imagée au contexte dans lequel il vivait et qu’il s’inscrivait plutôt dans une pensée « médiévale ». En effet, la mise en valeur du vide dans le panneau de la Samaritaine semble plutôt correspondre à une critique des nouvelles conceptions mécanistes du monde, dans lesquelles les anges ont disparu. Tel John Donne (1572-1631) un siècle plus tard, le commanditaire semble déplorer cette « philosophie nouvelle [qui] rend tout incertain. L’élément du feu est tout à fait éteint ; le soleil est perdu et la terre ; et personne aujourd’hui ne peut plus nous dire où chercher celle-ci25 ».

  • 26 Voir P. Duhem, Études sur Léonard de Vinci, ceux qu’il a lus et ceux qui l’ont lu, Paris, Éd. des A (...)

20On trouve encore d’autres références à cette thématique dans le panneau du péché originel, avec des détails soigneusement choisis autour d’Adam et Ève. Du côté d’Adam on aperçoit un petit dragon dans une grotte, alors que du côté d’Ève est figurée une sorte de citerne. Rappelons que nous sommes à l’époque où plusieurs expériences autour de la force hydraulique sont tentées et font surtout l’objet de nombreuses discussions, notamment par Léonard de Vinci (1452-1519)26. La prise de position est plus évidente avec la juxtaposition d’un arbre mort du côté d’Ève et d’un arbre chargé de fruits du côté d’Adam. Deux types d’énergie sont ici représentés, l’énergie alchimique avec le dragon et la force mécanique que l’on peut maîtriser : l’une apporte la vie, l’autre la mort. Bien évidemment, ces éléments ont aussi d’autres significations, la polysémie des images étant une caractéristique importante à l’époque, mais il est intéressant de voir ici la cohérence du raisonnement mené à son terme. Ces exemples montrent à quel point les significations d’une image peuvent être multiples et parfois se superposer à travers différents niveaux de lecture.

Conclusion

21Si certains éléments iconographiques font référence au contexte troublé de la première moitié du XVIe siècle, les éléments sculptés des stalles de Montréal présentent plutôt un idéal d’équilibre entre le pouvoir royal et l’autorité sacerdotale. Cet équilibre avait été prescrit par de nombreux théologiens durant le Moyen Âge, notamment par Nicolas de Cues au XVe siècle, dans sa Concordance Catholique. Or, cette préoccupation semble se déliter progressivement à la Renaissance, peut-être à cause des événements protestants et d’une certaine perte de pouvoir de l’Église catholique. On peut alors supposer que le commanditaire des stalles de Montréal a voulu présenter ici un idéal, dont il avait en quelque sorte la nostalgie. La façon dont est figuré le ciel « nouveau » dans la Samaritaine au puits avec pour seul astre une poulie, prouve encore son attachement aux conceptions médiévales du monde dans lesquelles les astres étaient mus par des anges plutôt que par des « forces mécaniques ».

Haut de page

Notes

1 Bernard de Clairvaux, Textes choisis, Albert Béguin et Paul Zumthor éds., Paris, Egloff, 1947, lettre 224 à l’empereur Conrad, p. 178.

2 Dante, Œuvres complètes, Monarchie, livre III, 16, trad. André Pézard, Paris, Gallimard, 1965, p. 736-737.

3 Nicolas de Cues, Concordance catholique, trad. R. Galibois et M. de Gandillac, Sherbrooke, Centre d’Études de la Renaissance [Université de Sherbrooke], 1977, Livre III, chap. XLI (p. 568-580), p. 401-405.

4 Voir notamment Daniel Tollet (dir.), Guerres et paix en Europe centrale aux époques moderne et contemporaine, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2003, p. 21 sq.

5 Alain Tallon, Le Concile de Trente, Paris, Le Cerf, 2000.

6 Pierre Duhem, Le Système du monde, Histoire des doctrines cosmologiques de Platon à Copernic, Paris, Hermann, t. IX, 1958, p. 328-333.

7 Claude Courtépée et Edmé Béguillet, Description générale et particulière du duché de Bourgogne, 5 tomes, Dijon, V. Lagier, 1847 [2e éd. revue et augmentée, 1e éd. en 1774].

8 Peut-être parce que de nombreuses archives ont brûlé dans l’incendie du château par les Huguenots en 1545.

9 Hilaire de Poitiers, Commentaire sur l’évangile de Matthieu, Paris, Le Cerf, 1978 (rédaction vers 353-356), p. 91.

10 C. Courtépée, E. Béguillet, Description générale […], t. 5, p. 643.

11 Ambroise de Milan, Apologie de David, trad. Marius Cordier, Paris, Le Cerf, 1977 (rédaction vers 387-388), p. 163.

12 Luc, 1, 39-45.

13 On distingue leurs gouges posées sur la table à laquelle ils sont assis.

14 Matthieu, 13, 55.

15 A. D. de l’Yonne, G 2275, deuxième liasse.

16 L’abbé Courtépée mentionne la date de 1522 sans citer ses sources pour la confirmer.

17 Le lion est d’ailleurs le symbole de la maison de Bourgogne.

18 Jean, 4, 6-27.

19 Jean-Pierre Verdet, Astronomie et astrophysique, Paris, Larousse, 1993, p. 189-190. Le De Revolutionibus est publié en 1543. Dans ce traité, Copernic expose en détail sa théorie héliocentrique et l’argumente à l’aide de calculs mathématiques précis.

20 P. Duhem, Le Système du monde […], t. VIII, p. 328-333.

21 Jean Scot Érigène, Commentaire sur l’évangile de Jean, trad. Édouard Jeauneau, Paris, Le Cerf, 1999 (rédaction avant 870), p. 293-299, 301-311 et 323.

22 Thomas d’Aquin, Commentaire sur l’Évangile de saint Jean, Paris, Cerf, 2002 (rédaction vers 1269-1272), p. 273-274 et 283.

23 L’étymologie est d’ailleurs assez voisine, puisque mechanaomai signifie « faire des machines », et moechari « être adultère » ; Albert le Grand, De natura et origine animae, I, 1.

24 Fanny Cosandey et Robert Descimon, L’Absolutisme en France, histoire et historiographie, Paris, Le Seuil, 2002 ; François Bluche, Louis XIV, Paris, Hachette, 1999 [1e édition : 1986].

25 J. Donne, An Anatomy of the World, 1611, cité par Alexandre Koyré, Du monde clos à l’univers infini, Paris, Gallimard, 1973, p. 47-48.

26 Voir P. Duhem, Études sur Léonard de Vinci, ceux qu’il a lus et ceux qui l’ont lu, Paris, Éd. des Archives contemporaines, 1984, p. 195 (l’écoulement uniforme des cours d’eau), p. 198 (l’invention du principe fondamental de l’hydrostatique).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Stalles de la collégiale de Montréal (Yonne) : Homme à demi-nu se battant contre un lion.
Crédits Cliché Welleda Muller, 2012
URL http://journals.openedition.org/siecles/docannexe/image/1703/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 2 - Stalles de la collégiale de Montréal (Yonne) : Personnage vêtu du manteau et du chapeau carré des clercs au début du XVIe siècle, tenant d’une main un livre ouvert et de l’autre une étoffe entourant le cou d’un démon assis qui détourne le regard.
Crédits Cliché Welleda Muller, 2012
URL http://journals.openedition.org/siecles/docannexe/image/1703/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 3 - Stalles de la collégiale de Montréal (Yonne) : Présentation au Temple.
Crédits Cliché Welleda Muller, 2012
URL http://journals.openedition.org/siecles/docannexe/image/1703/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 4 - Stalles de la collégiale de Montréal (Yonne) : Adoration des Mages.
Crédits Cliché Welleda Muller, 2012
URL http://journals.openedition.org/siecles/docannexe/image/1703/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 5 - Stalles de la collégiale de Montréal (Yonne) : Personnages se faisant face de part et d’autre d’un lutrin
Crédits Cliché Welleda Muller, 2012
URL http://journals.openedition.org/siecles/docannexe/image/1703/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Fig. 6 - Stalles de la collégiale de Montréal (Yonne) : Annonce aux bergers
Crédits Cliché Welleda Muller, 2012
URL http://journals.openedition.org/siecles/docannexe/image/1703/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 7 - Stalles de la collégiale de Montréal (Yonne) : Le Christ et la Samaritaine auprès d’un puits
Crédits Cliché Welleda Muller, 2012
URL http://journals.openedition.org/siecles/docannexe/image/1703/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Welleda Muller, « Images de la domination en temps de crise », Siècles [En ligne], 35-36 | 2012, mis en ligne le 05 mars 2014, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/siecles/1703

Haut de page

Auteur

Welleda Muller

Docteur en histoire de l’art du Moyen Âge et de la Renaissance
Patrimoine et Langages Musicaux (PLM), Université Paris-Sorbonne, EA 4087

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • OpenEdition Journals