Navigation – Plan du site

Investir les technologies.
Notre-Dame-du-Port à Clermont-Ferrand

Bruno Phalip
p. 39-52

Texte intégral

  • 1 Frédérique-Anne Peylet-Costantini, La Chaise-Dieu, Paris, 2003 ; Roland Bechmann, Villard de Honnec (...)
  • 2 Marie-Thérèse Camus, Notre-Dame-la-Grande de Poitiers, Paris, 2003 ; Jean-Nöel Barnoud, Nicolas Rev (...)

1Appréhendant un édifice roman ou gothique, l’historien d’art, l’historien, l’archéologue, le chercheur constatent encore combien le chantier médiéval est envisagé de manière incomplète ou imprécise. Depuis les développements toujours solides de Viollet-le-Duc, la question des financements, l’individualité et la formation des maîtres d’œuvre ont été abordés. Les carnets de Villard de Honnecourt ou les différents projets dessinés n’ont cessé d’être interrogés, tout comme les tracés d’épures conservés. Plus récemment, les vocabulaires utilisés dans la documentation textuelle ont été investis, tandis que d’autres études valorisent différents aspects du chantier médiéval comme l’échafaudage, les charpentes et cintres, la taille de la pierre, les signes lapidaires ou encore les carrières1. Force est de constater qu’une certaine dispersion des compétences et intérêts règne, car l’heure est encore à la recherche de nouveaux horizons et non aux vastes synthèses. De ce fait, les historiens d’art médiévistes utilisent assez rarement ou très ponctuellement les résultats issus d’études techniques. Notons toutefois la récente publication de travaux intégrant ces exigences2.

  • 3 Laurence Cabrero-Ravel, Notre-Dame-du-Port, Paris, 2003, p. 159-177.
  • 4 Bruno Phalip, Des terres médiévales en friche. Pour une étude des techniques de construction et des (...)
  • 5 Christian Lauranson-Rosaz, L’Auvergne et ses marges, Le Puy-en-Velay, 1987, p. 235. A. Chaix de Lav (...)

2Souhaitant travailler au rapprochement des différentes recherches disciplinaires, il nous apparaît que des questionnements neufs doivent aussi pouvoir être proposés. Afin d’en illustrer le propos, il est possible de prendre l’exemple d’un édifice roman, Notre-Dame-du-Port à Clermont-Ferrand. Le concernant, les constats sont édifiants. La documentation historique relative à sa construction est faible. Deux textes, mal daté pour le premier et difficile d’interprétation pour le second, signalent la collecte de fonds destinés à la construction de l’église dans le courant du XIe siècle (étude paléographique seule) et en 1185. Repris, ces textes justifient des datations oscillant entre la première moitié du XIIe siècle et la fin de ce siècle selon Marcel Aubert, Pierre Balme ou Gilbert Ronchon (1930). A la suite, Henri du Ranquet (1932) dénombre sept étapes de construction en leur affectant à chaque fois un texte en référence depuis le VIe siècle. André Gybal lui emboîte le pas en 1957 et Bernard Craplet revient aux premières propositions de Marcel Aubert en 1978. De leur côté, Zygmunt Swiechowski et Xavier Barral I Altet situent la construction dans le troisième quart du XIIe siècle. Laurence Cabréro-Ravel, publiant les résultats de sa thèse dans le Congrès de la Société Française d’Archéologie, propose les années 1100-11373. De notre point de vue, une datation placée entre le début et la fin du XIIe siècle est privilégiée4. Sauf rares exceptions, nous plaidons pour la prise en compte de chantiers longs et pensons qu’à Notre-Dame-du-Port il s’écoule plus de trois décennies entre les premières collectes de fonds et l’achèvement du projet. Non seulement, il s’agit de prendre en compte le financement et le choix du projet, mais il est indispensable de tenir compte d’éléments essentiels à la réussite de l’entreprise depuis l’ouverture de carrières, les fondations, la réunion des équipes, la construction, le décor sculpté et peint, mais aussi l’achèvement des parties hautes et des tours. De plus, ce chantier peut être contrarié, ralenti, voire interrompu, comme cela semble bien être le cas à Clermont dans le premier tiers du XIIe siècle. Certes, la venue du pape Urbain II en 1095 peut impulser une œuvre de reconstruction. Cependant, il est difficile de penser que le chantier puisse s’ouvrir dans les dernières années du XIe siècle, de graves événements empêchant sa réalisation effective. Vers 1105-1111, des chevaliers transforment des églises en forteresses ou s’en emparent dans le cadre de la lutte entre l’évêque et le comte. Un sanctuaire est brûlé et des combats affectent la ville. Une dizaine d’années plus tard, en 1122, le comte s’empare de la cathédrale et la fait fortifier pour son usage. A ce moment, la ville de Clermont est considérée aux mains des hommes du comte avec l’aide du doyen du chapitre cathédral. Le roi Louis VI le Gros intervient alors et son biographe Suger précise que furent restitués « à Dieu son église, au clergé ses tours, (et) à l’évêque sa cité »5. Néanmoins, dès 1126, une nouvelle expédition militaire est organisée pour des raisons identiques. En fonction de cette documentation, il est peu probable que des travaux d’une telle ampleur se soient poursuivis sous les meilleurs auspices, ce qui — à notre avis— explique aisément la quête de fonds destinée à l’achèvement du chantier en 1185.

  • 6 Pascale Chevalier (dir.), Le Chantier médiéval à travers sept sanctuaires romans d’Auvergne, Clermo (...)

3La documentation historique étant abordée, il s’agit de considérer des cadres archéologiques malmenés aux abords immédiats du sanctuaire. Les dégagements sud sont anciens, mal documentés, tandis que ceux du nord ont fait l’objet d’une simple surveillance lors de la reconstruction d’immeubles à l’emplacement du cloître roman. Seuls les sondages récents de la rue et de la place du Port et de la rue Couronné permettent de mieux connaître les contextes, sans apporter de certitudes chronologiques. Par ailleurs, les actuels travaux de restauration ont permis la constitution d’une équipe pluridisciplinaire suivant les étapes du chantier depuis 20026. C’est dans ce cadre que de nouvelles hypothèses ont pu se concrétiser.

  • 7 Yves Esquieu, « Taille de la pierre et fonctionne- ment d’un chantier roman : l’exemple de Saint-An (...)

4Considérant le chantier de restauration et le travail réel des tailleurs de pierre, il nous paraît également possible d’évaluer approximativement le temps nécessaire à l’édification d’un sanctuaire roman7. L’imprudente affirmation doit être toutefois tempérée ou corrigée car, quelle que soit la méthode utilisée, les paramètres sont nombreux. Traditionnellement, les carrières d’arkose de Montpeyroux sont considérées comme celles affectées au chantier de construction. Outre le fait que rien ne l’assure véritablement —si ce n’est la réalité géologique des matériaux extraits —, ces carrières sont situées à une vingtaine de kilomètres au sud de Notre-Dame-du-Port avec la Voie Regordane pour accès privilégié. Néanmoins, les arkoses ne sont pas les seuls matériaux, puisqu’il faut ajouter des sables de la Tiretaine et de l’Allier, des calcaires coquilliers de la région de Mezel et Chauriat à une quinzaine de kilomètres à l’est de Clermont, un calcaire plus fin pour les reliefs du portail sud (provenance indéterminée), des tuiles creuses (attestées dans les mortiers et trous de boulins) probablement cuites dans la Limagne, sans compter le bois des cintres, les machines élévatrices ou les échafaudages, le fer des outils et la chaux des mortiers (Côtes de Clermont, Gergovie, Châtelguyon, Mezel ?). Pour chacun de ces points, il est difficile de proposer les solutions approchant au mieux un chantier nécessitant l’ouverture de chemins, des charrois (corvées de bohades ?) et une organisation de la circulation des fardiers (aller et retour dans une journée ?).

  • 8 Albert Rigaudière, Saint- Flour, ville d’Auvergne au bas Moyen Âge, Paris, 1982, p. 705 ; B. Phalip (...)
  • 9 B. Phalip, Des terres médiévales en friche [...], vol.3, art. Brioude ; David Morel, Signes lapidai (...)

5De plus, à propos des arkoses et calcaires utilisés, il est impossible d’évaluer le temps moyen nécessaire à l’extraction, au dégrossissage, ainsi qu’au transport. Ensuite, en dehors de ces pierres extérieures au site, il faut ajouter les très nombreux blocs antiques récupérés à proximité immédiate de Notre-Dame-du-Port. Le bas-côté sud recèle une base attique en marbre blanc de fort diamètre ; l’escalier nord remploie un tronçon de colonne cannelée et rudentée ; les tribunes nord possèdent au moins un chapiteau corinthien transformé en tronçon de colonne pour une baie ; les maçonneries réutilisent des dizaines de blocs primitivement assemblés à sec (agrafes et tenons métalliques) à tous les niveaux de la construction ; un contrefort de la partie droite du choeur (nord) et un autre au niveau des tribunes (nord) remploient même des demi-tambours romans de colonne engagée (surplus ?), un modillon brisé est réutilisé comme moellon et bouchon de trou de boulin (tribune nord). Qui plus est, nous ignorons tout des périodes de forte activité sur le chantier, tout en admettant que l’hiver voit un ralentissement des activités et que le reste de l’année connaît aussi des fêtes chômées s’ajoutant aux dimanches8. Les capacités réelles de production de cette économie du chantier sont alors difficiles à appréhender. Enfin, sa gestion nous échappe également : architecte et maîtres d’œuvre, sculpteurs et tailleurs de pierre, maçons, manœuvres, chaufourniers... Tout au plus est-il possible d’évaluer le nombre de tailleurs de pierre ayant signé leur travail, avec d’importantes difficultés quant à la connaissance du nombre d’ouvriers travaillant à chacune des phases du chantier. Considéré globalement, le nombre de signes lapidaires offre un nombre cumulé des marques présentes. Actuellement, alors que l’étude n’est pas achevée, le nombre de signes est estimé à une trentaine (vingt- sept reconnus) pour le rapprocher de chantiers équivalents : Orcival, une quarantaine de signes dont 14 pour le chevet ; Issoire, une trentaine dont 11 ; Brioude, une quarantaine dont 189.

6Par ailleurs, d’autres remarques méritent d’être formulées. Contrairement à quelques chantiers (Saint-Etienne de Nevers), les signes présents pour les arcs et tailloirs sont plus rares pour les parements ou les contreforts. Cela renforce la relation existant entre qualification (claveaux, moulure, piédroits), parties hautes et sculptures, mais crée une ambiguïté entre le tailleur de pierre signant et celui (plus jeune ?) restant dans l’anonymat d’un simple parement. Néanmoins, l’étude d’Orcival montre un nombre de signes ne variant pas de façon signifiante alors que les parements sont concernés. Les chiffres obtenus et croisés reflètent donc une part de la réalité. Des variables sont toutefois à prendre en compte. A Clermont, les « I », « X », « T », « P », « V » ou le « B » se retrouvent tout au long du chantier, depuis la façade, le transept, la partie tournante du chœur, l’ensemble des parties basses et les parties hautes. Cela implique une forte stabilité pour certains, la mobilité pour d’autres et une grande unité du chantier. Toutefois, d’autres signes ne se retrouvent qu’au niveau du transept et du chevet, ce qui implique une présence spécifique comme pour les signes plus rares du « O », du « Y » ou de la « pointe de flèche ». La forte présence de chapiteaux classiques, éléments de marqueterie, corniches et modillons, explique aussi cette présence. Les signatures de Rotbertus et Bernardus se trouvent précisément dans cette partie de l’édifice (chevet et cinquième travée sud de la nef). Un monogramme complexe est également repérable dans l’angle sud-ouest du bras sud du transept. Dans un sens voisin, le « G oncial » est utilisé à proximité immédiate du chevet. A l’inverse, le « S » se rencontre seulement au niveau de la nef, tandis que le « P » (hampe barrée) est surtout connu en tribune nord dans les travées orientales.

7En considérant une trentaine de signes présents sur le chantier, l’interprétation des chiffres disponibles reste délicate. Il peut s’agir essentiellement de tailleurs de pierre signant des œuvres difficiles à réaliser, valorisées et nécessitant un contrat individualisé. C’est le cas des claveaux. Cependant, les tribunes nord-est révèlent aussi une concentration du « B » et du « P » (hampe barrée) sur de simples carreaux. Leur présence signale ici une signature votive à proximité d’un trésor de reliques. Effectivement, l’immense majorité des signes de cette collégiale concerne les seuls claveaux. Toujours est-il que des informations manquent car chaque tailleur de pierre est susceptible de former des apprentis (anonymes ?). L’évaluation n’en est que plus relative, même si la discussion avec des tailleurs de pierre de différents chantiers de restauration permet d’approcher la réalité du travail médiéval.

  • 10 Qu’ils soient remerciés ici : Max Zyckla, tailleur de pierre retraité à Billom, Yves Connier à Volv (...)

8En considérant le calcaire et l’arkose pour les matériaux, le marteau-taillant, le pic ou smille, le marteau-têtu, les ciseaux et la massette (tête rectangulaire ou tronconique) pour les outils, les cadres de travail et d’observation sont sensiblement identiques pour toutes les phases. Trois tailleurs de pierre d’âges différents ont été placés face à des tâches similaires10. Malgré cela, un nouvel avertissement doit être donné. Actuellement, lors d’une restauration, le bloc arrive scié aux dimensions moyennes depuis la carrière. Le tailleur de pierre doit donc dégauchir le bloc pour le « mettre au carré » avant « épannelage » et/ou « sculpture ». La mise au carré est aussi facilitée par le sciage mécanique en carrière ou sur le chantier même. Cet aspect échappant aux plus jeunes, il a été demandé à Max Zyckla de raisonner à partir de pierres brutes sorties de la carrière, d’une dureté ferme (coefficient de taille n° 7) et à partir d’un bloc éclaté au plus près. Entre un calcaire ferme (Max Zyckla) et du trachi-andésite ou Volvic (Yves Connier), le temps de taille est sensiblement équivalent.

9Les résultats sont les suivants pour des dimensions moyennes habituelles aux chantiers romans :

10— un corbeau (modillon à copeaux), façonnage 24 h dont 16h de mise au

11carré et 8 h de sculpture ;

12— un élément de corniche à billettes, façonnage 15 h dont 10 h et 5 h ;

13— un élément de corniche identique mais courbe, façonnage 18h dont 10 h et 8 h ;

14— un élément de corniche (décor de denticules), façonnage 10h, dont 6 h et 4 h ;

15— un élément de soffite (cupule quadrilobée), façonnage 16 h, dont 10 h et 6 h ;

16— un demi-tambour de colonne engagée, façonnage 10 h dont 8 h et 2 h ;

17— une base attique, façonnage 12h dont 4h et 8h, faible diamètre ; 30 h pour une forte section ;

18— un tronçon de colonnettes, façonnage 12 h dont 8 h et 4 h ;

19— un chapiteau (50 x 50 cm, 4 faces sans sculpture), façonnage 18 h dont 12 h et 6 h de finition ;

20— un petit chapiteau (30 x 30 cm, 4 faces avec sculpture, feuilles), trois jours environ ;

21— un claveau droit, façonnage 8 h dont 6 h et 2 h ;

22— un claveau tronconique (plan courbe), façonnage 9 h dont 6 h et 3 h ;

23— un carreau (6 faces, taillant, polka, broche ou smille), façonnage des 6 faces, 8 h ;

24— un m3 de maçonnerie commune (deux parements au marteau-têtu et blocage), 8 h.

25Considérant ensuite le temps de montage (déplacement du bloc, bardage et levage) et celui de la pose sur un lit de mortier (réglage de l’horizontalité et de la verticalité, blocage en arrière), chaque bloc nécessite un temps moyen d’environ une heure à ajouter.

  • 11 Rappelons la difficulté du comptage exact des signes étant donné la forte parenté, voire la similit (...)

26Pour les travées sud et nord de la nef, les parties inférieures comprennent huit contreforts, dix arcs aveugles, dix sections de mur gouttereau et dix baies. L’ensemble nécessite 60 carreaux courts ou allongés par contrefort, soit plus de 3000 heures pour les huit contreforts. Chaque arc aveugle comprend deux éléments de corniche et 24 claveaux droits, soit 2 500 heures pour les dix arcs. Chaque section de mur gouttereau comprend une moyenne de 160 carreaux, 3 m3 de maçonnerie courante, 15 claveaux pour chaque baie, 4 éléments de corniche droite à billettes et 7 éléments de corniche courbe à billettes pour le décor. Soit 17 000 heures auxquelles il faut ajouter quelques dizaines d’heures destinées à la taille au marteau-têtu et au montage du petit appareil (maçons et apprentis). Il s’agit de prendre en compte ensuite 8 écoinçons complets chargeant les arcs et 4 moitiés d’écoinçons pour les parties latérales, soit autour de 900 heures. En définitive, les parties externes du premier niveau d’élévation de la nef supposent environ 23 400 heures de taille et de pose. Le montage des échafaudages et des machines de levage n’est pas à prendre en compte, puisque cette tâche est probablement réalisée par une autre équipe travaillant en parallèle. Chaque travée révèle entre 5 et 9 signes lapidaires avec une moyenne stable de 7, soit une vingtaine de signes différents pour la nef. Sans faire état des manœuvres (au moins 3 par ouvrier qualifié), il faudrait considérer après pondération un peu plus d’une douzaine de tailleurs de pierre présents à cette étape du chantier. A raison de 8 h de travail quotidien, chacun devra travailler 220 jours, soit environ 9 mois11.

27Toujours pour les parties externes de la nef, il convient ensuite de distinguer le niveau de tribunes nord, dépourvu d’arcatures aveugles, de celui du sud qui en est pourvu. Au nord, les tribunes possèdent des contreforts dotés de harpages débordants, cinq baies, une trentaine de m3 de maçonneries communes, une assise de réglage biseautée et une corniche de modillons avec leurs plaques de soffite. Nous comptabilisons ainsi 260 carreaux (2 080 h), 50 claveaux ou linteaux gravés (400 h), 60 modillons et plaques de soffite (750 h), la maçonnerie commune (200 à 300 h), le levage et la pose (400h environ), soit aux alentours de 4 000 heures pour les tribunes nord et 92 jours de travail (environ 4 mois) pour plus d’une demi-douzaine de tailleurs de pierre. Les tribunes sud comprennent le même nombre de modillons et de plaques de soffite, la maçonnerie des métopes, cinq baies et 50claveaux, six contreforts de largeur différenciée, 20 tailloirs, 20 colonnettes, 20 bases, 20 chapiteaux feuillagés, 165 claveaux pour les arcs aveugles, 11éléments de corniche droite, 40 éléments de corniches courbes, les carreaux des écoinçons et des parements : 7 200 heures et 6 mois de travail pour plus d’une demi-douzaine de tailleurs de pierre. En conclusion provisoire, les seuls parements externes nécessitent près de 20 mois de travail ou plus de deux années à cause des périodes hivernales.

28A cela, il convient d’ajouter les parements internes des murs gouttereaux et des tribunes, huit colonnes engagées sur dosserets, les dosserets des tribunes, huit piles quadrilobées, les encadrements et ébrasements de 10 baies des parties basses et de 10 autres des parties hautes, 9 triplets et la baie géminée des tribunes, les arcs doubleaux des tribunes, 10 grandes arcades, les écoinçons et parements des murs du vaisseau central, 32 demi-corbeilles feuillagées et figurées, 26 demi-bases attiques, deux colonnes engagées du milieu de la nef, 29 colonnes des tribunes, 29 corbeilles feuillagées des tribunes, 27 bases des colonnes des tribunes, 61 tailloirs de chapiteaux, soit près de 60 000 heures de travail et environ 25 mois. Au total, la nef a pu nécessiter 45mois de travail ou cinq années pour la seule taille de pierre et son montage.

29Au-delà de ces seules tendances, dont on ne doit pas prendre en compte la valeur absolue des chiffres, il faut signaler que s’y ajoutent le temps d’exécution des fondations (fosses et maçonneries) et la réalisation des cintres des voûtes montés à la suite des murs : 10 voûtes d’arêtes, 9 travées voûtées en demi-berceau, une coupole sur trompes et l’équivalent de cinq travées voûtées en berceau pour la nef principale. Pour ce travail, la différence réside dans une exécution essentiellement réalisée par des maçons et non plus par des tailleurs de pierre qui deviennent très nettement minoritaires. Ils peuvent être nombreux et font appel aux manoeuvres, tout comme les tailleurs de pierre pour la pose des carreaux et claveaux. Actuellement, un échafaudage tubulaire peut être monté en une ou deux semaines selon l’importance et la complexité des tracés (Souvigny, Clermont-Ferrand, Saint-Nectaire...). Les cintres nécessitent le doublement, voire le triplement, des pièces à cause du poids des maçonneries à réaliser (Cournon). Une dizaine de semaines peuvent alors être indispensables au cintrage des bas-côtés (deux cintres en berceau se croisant à angle droit par travée plus le plancher de coffrage). En revanche, si les maçonneries concrètes (béton de mortier et pierres) sont simples et rapides à réaliser, l’important volume suppose un temps de séchage long : plusieurs semaines, voire plusieurs mois en cas de pluies. Une opération similaire est à conduire pour les voûtes des tribunes (4 à 5 cintres par travée plus le plancher de coffrage). Il paraît raisonnable de prévoir près de deux années pour ces parties basses et intermédiaires. Restent les parties hautes du berceau central. Il est peu probable que ces maçonneries puissent être élevées alors que les mortiers frais sont susceptibles de se tasser et de se déformer. Plusieurs années sont ainsi à ajouter pour correspondre au voûtement de l’espace central, à la réalisation des « formes » extérieures des voûtes (ou chaussine), à la couverture sur voûtes et à la pose des crêtes de faîtage. Il semble alors raisonnable de prévoir une dizaine d’années nécessaires à l’achèvement de toutes les parties décrites.

30Dix années pour la nef, mais combien pour la façade occidentale dotée d’une avant-nef, d’un portail, de tribunes, de deux escaliers en vis de Saint-Gilles, de voûtes élevées, d’un clocher central ? Puis, vient le transept dont les parties hautes, les arcs diaphragmes, les voûtes et le clocher sur massif de plan barlong, constituent des difficultés plus importantes que celles de la nef. Enfin, le chevet comprend une vaste crypte, un chœur, un déambulatoire, des chapelles rayonnantes, un décor polychrome et une sculpture aussi développée que pour le portail sud dont on ignore tout. Inutile de préciser que ces deux dernières parties supposent normalement une main-d'œuvre augmentée en nombre et renforcée en expérience ou qualification. Toutefois, en l’état actuel du repérage, une demi-douzaine de signes a été comptabilisé pour le chevet, ce qui semble peu. Pour le transept, une douzaine de signes a été reconnue, soit à peine moins que pour la nef. Cela montre combien ce morceau de bravoure concentre les énergies. Neuf signes du transept se rencontrent dans la nef. Au moins sept signes présents dans la nef ne se retrouvent pas dans la zone du transept et cinq signes du transept ne se retrouvent pas ailleurs. Si l’on admet que la nef a été construite à la suite du transept, comme cela semble être le cas, environ 60 % des ouvriers qualifiés du transept travaillent à la nef. D’une part, cela assure la grande cohérence chronologique de ce chantier et d’autre part, cela indique aussi des équipes renouvelées quittant le chantier. 30 % des tailleurs de pierre du transept n’apparaissent plus ensuite ; en tenant compte des incertitudes, près de la moitié des tailleurs de pierre de la nef n’étaient pas connus précédemment en indiquant l’apport d’une main-d'œuvre renouvelée. Cette dernière n’est perçue qu’au travers de ces éléments les plus qualifiés, mais nous ignorons tout des manœuvres ou des apprentis (anonymes en transept, signant dans la nef ?). Ils sont deux ou trois à seconder les tailleurs de pierre à Saint-Flour au XIVe siècle ; près de six entre 1348 et 1350 à La Chaise-Dieu (53 à 65ouvriers qualifiés sont aidés de 360 manœuvres). Les premiers travaillent à des tâches fixées précisément grâce à des contrats par « prix-fait » : un tailleur de pierre sera alors rémunéré pour « 6 assises de voussoirs des arcs du clocher neuf ». Les autres sont embauchés à la journée, sans régularité.

31Il est certain que ces observations méritent d’être relativisées. La mobilité géographique est sans doute une constante du chantier médiéval. Cependant, le renouvellement des générations, la formation, la qualification, doivent être pris en compte. Le premier tiers du XIIe siècle connaît vraisemblablement un chantier avançant au ralenti, tandis que le second tiers voit sa réalisation effective. En troisième période, la fin du XIIe siècle doit être celle de l’achèvement des parties hautes (tours et toitures) en parfaite coïncidence avec le texte de 1185.

32Une des conclusions possibles réside dans le fait qu’une discipline ne peut répondre à elle seule à toutes les questions posées par un sanctuaire médiéval. Les documentations textuelles affichant clairement ici leurs limites, les chercheurs doivent croiser les sources. Les études techniques constituent ainsi une possibilité de renouveler les pratiques, de réfléchir aux limites méthodologiques et documentaires ou encore de travailler à rendre concrètes des études parfois coupées des réalités.

Clermont-Ferrand, Notre-Dame-du-Port, signes lapidaires, récapitulatif

Clermont-Ferrand, Notre-Dame-du-Port, signes lapidaires, récapitulatif

Cl. B. Phalip

Un bloc antique remployé et retaillé, encoche d'agrafe.

Un bloc antique remployé et retaillé, encoche d'agrafe.

Cl. B. Phalip

Claveaux droits d’une baie, moulure d’archivolte à décor de billettes, signe lapidaire ; taillant et ciseaux.

Claveaux droits d’une baie, moulure d’archivolte à décor de billettes, signe lapidaire ; taillant et ciseaux.

Cl. B. Phalip

Haut de page

Notes

1 Frédérique-Anne Peylet-Costantini, La Chaise-Dieu, Paris, 2003 ; Roland Bechmann, Villard de Honnecourt, Paris, 1991 ; Philippe Bernardi et Andreas Hartmann-Virnich, « Bois de cintrage et cintres de pierre », Jean-Michel Poisson (dir.), Le Bois dans le château de pierre au Moyen Âge, Besançon, 2003, p. 189-204 ; Jean-Claude Bessac, L’Outillage traditionnel du tailleur de pierre, Paris, 1993 ; Michel Bouttier, « Les tracés régulateurs de l’architecture médiévale », Revue d’histoire de l’Église de France, 1990, t. LXXVI, n°197, p. 227-234 ; [ouvrage collectif], L’Échafaudage, Lyon, 1996-2003 ; Jacqueline Lorentz et Paul Benoit, Carrières et constructions en France, Paris, 3 tomes, 1991-1994 ; Roland Recht (dir.), Les Bâtisseurs des cathédrales gothiques, Strasbourg, 1989 ; Nicolas Reveyron, « Culture technique et architecture monumentale », Patrick Beck (dir.), L’Innovation technique au Moyen Âge, Paris, 1998, p. 211-218 ; Christian Sapin (dir.), Enduits et mortiers, n° 15, Paris, 1991 ; Centre de recherche glyptographiques, Mons, 1979, Samoëns, 1989, Belley, 1995, Mont-Sainte-Odile, 1996 ; Marie-Thérèse Zenner, « De la carrière au monument, Saint-Étienne de Nevers », Claude Lorenz (dir.), Pierres et carrières, Paris, 1997, p. 253-258.

2 Marie-Thérèse Camus, Notre-Dame-la-Grande de Poitiers, Paris, 2003 ; Jean-Nöel Barnoud, Nicolas Reveyron, Gilles Rollier, Paray-le-Monial, Paris, 2004 ; Éliane Vergnolle (dir.), La Création architecturale en Franche-Comté au XIIe siècle, Besançon, 2001.

3 Laurence Cabrero-Ravel, Notre-Dame-du-Port, Paris, 2003, p. 159-177.

4 Bruno Phalip, Des terres médiévales en friche. Pour une étude des techniques de construction et des productions artistiques montagnardes. L’exemple de l’ancien diocèse de Clermont, HDR, Clermont-Ferrand, vol.3, art. Clermont, 2001.

5 Christian Lauranson-Rosaz, L’Auvergne et ses marges, Le Puy-en-Velay, 1987, p. 235. A. Chaix de Lavarene, Monumenta pontificia Arverniae, Clermont, 1880, n° 26, p. 443. Suger, Vie de Louis VI le Gros, XXIV, p. 235

6 Pascale Chevalier (dir.), Le Chantier médiéval à travers sept sanctuaires romans d’Auvergne, Clermont-Ferrand, 2002, 2003, 2004, Étude du bâti par B. Phalip.

7 Yves Esquieu, « Taille de la pierre et fonctionne- ment d’un chantier roman : l’exemple de Saint-Andréde- Rosans », Mélanges Durliat. De la création à la restauration, Toulouse, 1992, p. 99-107.

8 Albert Rigaudière, Saint- Flour, ville d’Auvergne au bas Moyen Âge, Paris, 1982, p. 705 ; B. Phalip, « Étude monumentale et limites culturelles », Siècles, n° 5, Clermont-Ferrand, 1997, p. 29-58.

9 B. Phalip, Des terres médiévales en friche [...], vol.3, art. Brioude ; David Morel, Signes lapidaires, outils et qualifications, mémoire de DEA, Clermont- Ferrand, 2004.

10 Qu’ils soient remerciés ici : Max Zyckla, tailleur de pierre retraité à Billom, Yves Connier à Volvic et Kevin Cellier de l’entreprise Louis Geneste à Clermont-Ferrand.

11 Rappelons la difficulté du comptage exact des signes étant donné la forte parenté, voire la similitude, de certains signes (I pointé, I barré...), la rareté d’autres signes.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Clermont-Ferrand, Notre-Dame-du-Port, signes lapidaires, récapitulatif
Légende Cl. B. Phalip
URL http://journals.openedition.org/siecles/docannexe/image/1923/img-1.png
Fichier image/png, 62k
Titre Un bloc antique remployé et retaillé, encoche d'agrafe.
Légende Cl. B. Phalip
URL http://journals.openedition.org/siecles/docannexe/image/1923/img-2.png
Fichier image/png, 201k
Titre Claveaux droits d’une baie, moulure d’archivolte à décor de billettes, signe lapidaire ; taillant et ciseaux.
Légende Cl. B. Phalip
URL http://journals.openedition.org/siecles/docannexe/image/1923/img-3.png
Fichier image/png, 210k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Phalip, « Investir les technologies.
Notre-Dame-du-Port à Clermont-Ferrand
 », Siècles, 22 | 2005, 39-52.

Référence électronique

Bruno Phalip, « Investir les technologies.
Notre-Dame-du-Port à Clermont-Ferrand
 », Siècles [En ligne], 22 | 2005, mis en ligne le 27 juin 2014, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/siecles/1923

Haut de page

Auteur

Bruno Phalip

CHEC, Université Blaise Pascal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • OpenEdition Journals