Navigation – Plan du site

L’adoption du procédé électrolytique par l’usine vieille montagne de Viviez (1922-1931)

Alain Boscus
p. 109-123

Entrées d’index

Index géographique :

Aveyron

Index chronologique :

XXe siècle, années 1920
Haut de page

Texte intégral

  • 1 C’est aussi l’appréciation de René Leboutte, Jean Puissant et Denis Scuto, Un siècle d’histoire ind (...)
  • 2 Cf. 1837-1905. L’Industrie du zinc. Vieille montagne, Exposition universelle, Liège, 1905. On pourr (...)

1En 1922, l’entreprise belge Vieille montagne décidait de réaliser sur son site de Viviez (Aveyron) une mutation industrielle majeure : le passage du procédé thermique de production de zinc au procédé électrolytique. Il s’agissait pour ce puissant groupe devenu une des premières et des plus importantes multinationales du continent1, de rester un des leaders dans son secteur. Il comptait déjà, en effet, en 1905, sept sites miniers et métallurgiques en Belgique, onze en France et huit dans ses colonies d’Afrique du nord, trois en Allemagne, deux en Suède, quatre en Angleterre, quatre en Italie et deux en Espagne, ainsi que des dépositaires commerciaux répartis sur l’ensemble de la planète, de Mexico à La Havane, de Tokyo à New York, en passant par Alexandrie, Moscou2

2Cette mutation était alors nécessitée par les changements économiques et sociaux de la guerre et de l’immédiat après-guerre. L’évolution de la recherche technique et les premières applications industrielles du nouveau procédé (aux Etats-Unis, pendant le conflit) rendaient désormais possible son adoption par le grand groupe belge qui se trouvait par ailleurs dans l’obligation de réagir face à la montée en puissance de nouveaux concurrents.

  • 3 Article réalisé grâce aux diverses études signalées et aux documents récupérés, voilà déjà plus de (...)
  • 4 Pour un aperçu actualisé des recherches et interrogations sur lesquelles nous nous appuyons, cf. le (...)

3Dans le cadre de cet article3, nous proposons de prolonger quelques interrogations développées ces dernières années par les historiens économistes4, interrogations portant, dans ce cas précis, sur les formes et les raisons de la mise en œuvre d’un procédé industriel innovant, celle-ci étant replacée dans l’histoire particulière d’un secteur et d’une entreprise à forte identité dont les décisions ont profondément marqué l’économie d’un des rares bassins industriel de la région Midi-Pyrénées : celui d’Aubin- Decazeville, dans le nord-Aveyron.

  • 5 Claude Dubois, L’Industrie minière du zinc en France, mi XIXe siècle à mi XXe siècle. Le cas de la (...)

4Au sortir de la guerre, le marché mondial du zinc était bouleversé, tant celui du minerai que du zinc brut produit par les fonderies et commercialisé essentiellement en Europe et aux Etats-Unis5. Ces derniers, fournisseurs des pays de l’Entente, avaient triplé leur production en construisant de nombreuses usines mécanisées et modernes, plusieurs d’entre elles fonctionnant avec le procédé électrolytique. De nouveaux pays concurrents (Canada, Mexique, Norvège, Pologne nouvelle) menaçaient aussi les anciens producteurs européens avec leurs grosses installations situées près des ports et donc mieux placées pour recevoir le minerai et pour expédier les produits finis. Les deux plus importants pays producteurs européens (Allemagne et Belgique) avaient été fortement éprouvés, de même que la France dont le potentiel productif, après l’invasion, s’était essentiellement limité à l’usine de Viviez-Penchot où l’activité avait été poussée pour fournir les services de la défense nationale en zinc extra pur et en acide sulfurique et nitrique.

  • 6 Léon Guillet, L’Industrie française. L’œuvre d’hier, l’effort de demain, Paris, 1920. Cf. aussi M.  (...)

5La crise de reconversion de 1919 à 1921 n’en fut que plus rude, marquée par la chute de la production, des prix, des profits, de l’emploi… L’usine aveyronnaise était fort éprouvée et ses responsables très inquiets puisque, en France même, les unités de production concurrentes du Nord et du Pas-de-Calais se reconstituaient (notamment Auby, Maulde-Mortagne, Saint-Amand et Noyelle-Godault6). Car paradoxalement, chaque entreprise tablait déjà, avec juste raison, sur le développement prochain de la demande. La consommation française de « zinc métal » avait toujours été supérieure à la production (de 16 900 t en 1913, selon la Statistique de l’industrie minérale) et les besoins de la reconstruction paraissaient d’autant plus énormes qu’en 1920 la production nationale était estimée à 19 000 t contre 68 000 en 1913. Les dirigeants des entreprises du secteur pouvaient faire aussi valoir un autre argument : le pays savait désormais qu’il s’agissait d’une activité cruciale pour la fabrication des armes et explosifs…

6Les responsables de la Vieille montagne s’interrogeaient depuis 1918 sur l’orientation nouvelle qu’il convenait de donner à leur principale unité de production française, celle de Viviez-Penchot. La crise de reconversion n’avait pas ébranlé leur confiance en l’avenir et les avait même convaincus de réorienter l’activité de cette usine confrontée à des problèmes économiques et sociaux spécifiques. Ils attendirent pour cela 1922, c’est-à-dire le moment où, la situation assainie, chacun commençait à y voir plus clair. Les rapports de forces nouveaux se lisaient en effet dans les évolutions enregistrées depuis la fin de la guerre : les Etats-Unis produisaient désormais 43,3 % du zinc brut contre 31,7 % en 1913, la part de l’Allemagne, de la Belgique et de la France étant respectivement passée de 27,9 à 14,2 % , 20,2 à 15,6 %, 6,7 à 5,4 %. La multinationale belge, avec près de 9 % de la production mondiale, avait globalement maintenu sa place dans le groupe des leaders, tout comme son unité de production aveyronnaise qui participait alors pour 1/3 à la production nationale, mais dont les installations étaient alors soit obsolètes, soit usées.

  • 7 Propos du directeur général devant son conseil d’administration, le 28 juillet 1871 (archives de l’ (...)

7En outre, l’usine de Viviez et le laminoir de Penchot ne répondaient plus aux motivations initiales qui avaient conduit Vieille montagne, en 1871, à prendre pied dans le sud de la France. Il s’agissait alors de recentrer l’activité du groupe et de le rapprocher des importants gisements de minerai de zinc découverts au cours des années précédentes en Méditerranée (Sardaigne et Afrique du nord où la société venait d’acquérir des concessions minières). Le bassin houiller de l’Aveyron possédait alors de nombreux atouts : charbon produit sur place pour l’alimentation en énergie, réseau de chemin de fer assez important pour recevoir les matières premières et alimenter le large territoire de vente en zinc brut, qualité de la main-d'œuvre, dans ces communes ouvrières qui attiraient depuis deux générations les ruraux des campagnes proches. Tout cela avait compté dans la décision des hauts responsables de la société, préoccupés par les difficultés d’approvisionnement en minerai des usines belges et allemandes et par la perspective de « l’établissement d’un impôt sur le zinc brut à l’entrée en France »7. De plus, le sous-sol des départements alentour (Gard, Hérault, Lozère, Lot, Hautes-Pyrénées, Ariège…) renfermait du minerai de zinc et diverses matières premières nécessaires au traitement thermique.

  • 8 « On dut faire appel à des houilles étrangères importées par Bordeaux. Les prix de revient en furen (...)
  • 9 La « technique révolutionnaire de la flottation » s’est imposée au début du siècle. Vieille montagn (...)

8Cependant, dès l’avant-guerre, les fondements de ces motivations s’étaient amoindris. Non seulement les petites mines locales avaient perdu de leur importance ou ne comblaient pas les espérances initiales, mais encore le prix relatif du charbon avait progressé, de même que celui des transports, alourdissant tous deux les coûts de production8 ; question d’autant plus délicate que le territoire d’achat des matières premières était très étendu (mines d’Uretz et d’Aulus dans les Pyrénées, puis du Gard et de l’Hérault mais aussi d’Ammeberg en Suède, de l’Hammam et de l’Ouarsenis en Algérie, de Carthagène en Espagne, de Sardaigne…) tout comme le territoire de vente, puisque le grand Sud-Ouest n’était pas particulièrement bien doté en industries utilisatrices de zinc. La Vieille montagne-Viviez avait en partie compensé cette tendance par l’amélioration en amont (sélection à l’achat et traitement spécifique) de la qualité des minerais utilisés9 et par les économies de charbon réalisées grâce à l’adoption des techniques de grillage et de réduction, mais il fallait à présent aller plus loin.

  • 10 D. Tersa-Robin, Questions sociales dans le bassin de Decazeville, fin XIXe-début XXe. Étude de l’us (...)

9L’ancien procédé, dit « par voie sèche », avait permis à la société de prospérer depuis sa création (1837), c’est-à-dire depuis l’achat des biens industriels de l’homme d’affaires Dominique Mosselmann, lui-même acquéreur quelque vingt ans plus tôt du procédé de production de zinc appartenant au chimiste belge Jean-Jacques Dony. Et la société n’avait pas hésité, dans la période 1871-1917, à perfectionner ses installations aveyronnaises de façon à améliorer le rendement et à réduire « l’écart », terme technique désignant le degré de perte au traitement des minerais de zinc (calamine ou blende). Plus la différence était grande entre la teneur en zinc de ces minerais et la quantité de zinc obtenue après réduction et traitement thermique, moins le travail réalisé était efficace, plus élevés les coûts de production et moindres les bénéfices et profits10. Ce paramètre était à prendre en considération puisque le minerai constituait de loin l’élément principal du prix de revient (généralement aux alentours de 55 %) ; et cette question paraissait d’autant plus délicate que le niveau de cet « écart » dépendait de tout le processus productif et des différentes phases du travail, de la qualité de la matière première achetée (qui induisait une stratégie de stockage destinée à avoir en permanence à disposition de « bons et riches minerais », acquis à un prix acceptable) à l’opération délicate et coûteuse de nettoyage et de remise en état des fours après chaque coulée de zinc.

  • 11 L. Munoz, Évolution économique et sociale de Vieille montagne (Viviez) entre les deux guerres, mémo (...)

10En fait toutes les étapes du cycle productif nécessitaient une attention particulière, l’efficacité du travail d’un atelier dépendant directement du soin apporté dans le service ou atelier situé en amont, au cours d’un processus en plusieurs étapes : 1) grillage des minerais ; 2) mélange avec du charbon, en fonction des qualités de « grillé » ; 3) broyage du mélange ; 4) réduction aux fours, la qualité de cuisson dépendant de la qualité des produits réfractaires (briques, bottes, creusets) fabriqués en interne dans un service annexe, à partir de terres spéciales provenant de Belgique et de Dordogne ; 5) nettoyage et remise en état des fours11.

11La plupart des améliorations réalisées à Viviez depuis le début du siècle avaient tendu à réduire « l’écart » et à augmenter la capacité de production : nouvelle usine de grillage en 1905, installation de gazogènes à la fonderie, perfectionnement de l’outillage de l’atelier des produits réfractaires et mise en place de nouveaux séchoirs, exploitation de la mine de charbon de la Planquette à partir de 1904, installation de nouveaux fours de type mixte « belgio-silésien »… Les résultats obtenus avaient été importants : de 1907 à 1913, la production de zinc brut passa de 15 100 t à 22 200 t et « l’écart » de 15,4 à 11,2 %. Pourtant, d’une façon générale, ingénieurs et responsables avaient la certitude, à la veille de la guerre, que les potentialités de gain, en ces domaines, seraient à l’avenir restreintes.

  • 12 D. Tersa-Robin, Questions sociales […], p. 53-117.

12Du point de vue social, les dirigeants de l’usine se trouvaient aussi confrontés à des problèmes dont l’acuité croissante, depuis le milieu des années 1900, remettait en cause leur confiance antérieure. La dureté du travail (dans les ateliers de grillage, aux fours, aux produits réfractaires…) était à l’origine d’une forte instabilité de la main-d'œuvre (accrue au moment des travaux des champs) et de problèmes de recrutement à l’origine de l’embauche massive, à partir de 1907, d’ouvriers espagnols recrutés outre-Pyrénées. La main-d'œuvre française et étrangère était embauchée très jeune (53 % des ouvriers avaient entre 12 et 20 ans), mais 70 % des salariés recrutés restaient moins de trois ans12

  • 13 Alain Boscus, Économie et société dans le bassin industriel nord-aveyronnais (1900-1950), Institut (...)

13Par ailleurs, la montée du mouvement ouvrier (perçue comme quasi irrésistible par les dirigeants de l’entreprise) menaçait de saper les bases de la stratégie paternaliste déployée pour adapter/contraindre la main-d’œuvre aux techniques et conditions de travail. Les grèves de 1907 et les velléités d’organisation qui s’étaient manifestées en 1911 avaient constitué un signal dans ce bassin industriel fortement marqué par les luttes sociales et politiques, et dans lequel se structurait alors un véritable syndicalisme de masse13. Surtout, ces différents problèmes accroissaient les coûts sociaux et indirects de l’entreprise, contrainte de répondre aux attentes des ouvriers et de déployer des efforts pour les attirer, les retenir et les fixer (maisons ouvrières, augmentation des salaires, primes diverses…). Instruits par cette pression accrue du mouvement ouvrier, les responsables de l’entreprise (et les dirigeants du siège social belge, quotidiennement informés) vécurent avec inquiétude la crise du printemps 1919 (grève de quinze jours accompagnée d’une remise en cause de la hiérarchie, de la discipline, des conditions de travail…) et la crise de reconversion d’après guerre, conscients aussi de la nouveauté de la période : loi de 8 heures et « ingérence de l’Etat », rigidité à la hausse des tarifs de fret des marchandises (sur mer et par chemin de fer) et du prix du charbon, l’augmentation de ce dernier ayant été relativement plus élevée dans le cas des houillères aveyronnaises dont Vieille montagne était cliente.

14Les atouts du procédé électrolytique étaient apparus lors de la guerre. Le manque de personnel et le relâchement des liens qui unissaient les salariés à leur poste de travail (et à l’usine elle-même) ainsi que l’accroissement des difficultés pour acquérir des minerais de qualité suffisante avaient été préjudiciables à la régularité de l’activité et au soin dans le travail nécessaire au procédé thermique. Surtout, il avait fallu produire plus de grosses quantités de zinc extra pur pour les armées (y compris anglaises et russes) dont les besoins en laiton pour les munitions s’étaient grandement accrus. L’entreprise avait pu faire face en investissant (nouvel atelier de réduction mis en service entre avril 1916 et décembre 1918), en élargissant les capacités de stockage des matières premières, en améliorant la manutention, de façon à économiser la main-d’œuvre, et en intensifiant en aval l’affinage du zinc obtenu, procédé très coûteux destiné à retraiter le zinc brut produit par « voie sèche » afin que sa pureté passe de 98 % à 99,8 %. Les responsables techniques avaient même réalisé divers essais par procédé électrométallurgique en vue d’obtenir cette qualité supérieure, de sorte que, y étant parvenus, on disait en 1918 que l’entreprise travaillait « à la petite électrolyse » lorsque, parallèlement à la masse de zinc thermique produit, on élaborait une modeste quantité de « zinc électro ».

15La guerre finie, il convenait de passer le pas, pour répondre à la demande accrue en zinc pur que chacun prévoyait dans un proche avenir et pour contourner les problèmes signalés, tout en faisant face aux nouvelles difficultés d’approvisionnement en charbon et en minerai, à la concurrence et aux questions liées au recrutement et à « l’état d’esprit » de la main-d’œuvre.

  • 14 Christophe Bouneau, Modernisation et territoire. L’électrification du grand Sud-Ouest de la fin du (...)

16La réflexion stratégique des dirigeants de Vieille montagne aboutit à profiter des avancées techniques et des recherches menées avant 1914 dans le domaine de l’électrométallurgie des métaux non-ferreux, en se fondant sur les essais réalisés durant le conflit. Pariant sur le développement de la production électrique régionale et sur la constitution d’un réseau de transport d’énergie électrique fiable, ils décidèrent de développer le procédé de réduction électrolytique. Ils prenaient en fait très au sérieux la stratégie de la Compagnie du Midi qui, dès 1920, avait demandé « la concession de lignes de transport d’énergie à haute tension dans le cadre de sa politique d’électrification élargie ». Vieille montagne couplait ainsi son avenir à la dynamique engagée alors par la compagnie de chemin de fer et par l’Union des producteurs d’énergie des Pyrénées-Orientales, dont l’association fut à la base du développement régional. Mieux, elle entendait elle-même participer à cette dynamique en tant que productrice et consommatrice d’électricité14.

  • 15 Cl. Dubois, L’Industrie[…], p. 805-806.

17Un autre facteur mérite d’être pris en compte : la société concurrente Penarroya s’intéressait alors aux Pyrénées avec des prétentions industrielles nouvelles. Encouragée par l’Etat, cette dernière avait acquis durant la guerre des chutes d’eau du coté de Saint-Lary. Le courant produit était transporté au plateau de Lannemezan et, en 1923, elle adhérait à l’IPEPO. Ses ambitions apparurent en 1925, lorsqu’une assemblée générale extraordinaire décida de doubler le capital de cette société afin de se lancer dans la métallurgie du zinc par voie électrolytique. Se confirmait ainsi le plan qu’elle avait étudié dès 1919 visant à créer une usine électrométallurgique dans les Pyrénées pour traiter le minerai de zinc de ses mines proches. Penarroya ne mena pas à bien ce projet, mais il y a tout lieu de penser qu’il a constitué un élément de réflexion des dirigeants de Vieille montagne dans l’immédiat après-guerre, puisque la société espagnole menaçait directement le groupe belge tant pour ses approvisionnements en minerais pyrénéens que pour ses produits de fonderie15.

18Quoi qu’il en soit, l’adoption du procédé électrolytique permettait à Vieille montagne d’être moins dépendante du charbon, d’adapter son plus important site de production français (1541 salariés en 1920 et 67 % de la production nationale de zinc brut) tout en lui donnant une nouvelle orientation.

  • 16 L. Munoz, Évolution […], p. 33-36. Concernant les techniques du zinc, cf. le site internet de la CN (...)
  • 17 François Caron, Les Deux révolutions industrielles du XXe siècle, Paris, 1997, p. 83.

19Rien, cependant, ne se fit dans la précipitation, puisque la décision prise, la mutation technique s’étala sur une décennie. L’ensemble du processus productif s’en trouvait simplifié. Son schéma élémentaire regroupait les opérations suivantes : 1) grillage ; 2) broyage ; 3) lixiviation : le minerai est attaqué à l’acide sulfurique pour être transformé en une solution de sulfate de zinc (appelée aussi « liqueur ») débarrassée d’impuretés par ailleurs récupérées ; 4) électrolyse, dans des bacs spéciaux, permettant de recueillir, par « décollage », le zinc déposé en une feuille sur les électrodes d’aluminium ; 5) refonte du zinc obtenu, destinée à transformer ces feuilles en lingots commercialisables selon deux qualités (99,95 et 99,99 %)16. L’électricité était bien, comme l’écrit François Caron, « l’accompagnatrice obligée des technologies nouvelles »17.

20L’adoption de ce procédé nouveau ne s’imposa pas sans difficultés et adaptations successives à partir du moment (décembre 1921) où la direction commença à dépasser le stade des essais et de la « petite électrolyse ». Les techniciens de l’usine durent ainsi interrompre plusieurs fois la fabrication à cause de la présence d’antimoine dans la « liqueur », pour réagencer divers éléments du dispositif ou pour remettre en état le convertisseur… Cette période fut mise à profit pour tester des minerais de moindre qualité ou d’autres provenances (Australie, mais aussi États-Unis et Mexique) et pour accroître et adapter la puissance électrique disponible, notamment l’été, pour régler la complémentarité des apports thermiques et hydrauliques. De plus la direction procéda à de nombreux « investissements d’accompagnement » de façon à tirer mois après mois les leçons du travail réalisé au sein de tous les ateliers jusqu’à l’abandon complet et définitif de l’ancien procédé : nouvelles cascades de bacs de traitement électrolytique, transformation des bâtiments de purification, atelier de broyage et de mise en solution, matériel de traitement des boues pour récupérer les sous- produits, « four tournant » pour le séchage des blendes…

21C’est finalement en 1928 que la direction de la société prit la décision d’arrêter à brève échéance l’usine de réduction thermique. Dès 1926, l’ingénieur en chef des mines de l’arrondissement minéralogique de Toulouse avait noté dans son rapport annuel qu’en raison du prix prohibitif de la calorie de charbon et de la main-d’œuvre, le prix de revient du zinc thermique produit à Viviez dépassait le prix de vente. On comprend dès lors pourquoi, après 1922, la part relative de la production de « zinc électro » ne cessa de progresser : 10,1 % en 1923, 25,8 % en 1925, 46 % en 1926 et 56,9 % en 1928. La conversion technique sera totalement réalisée en 1932, date à laquelle les derniers fours de la halle 3 furent définitivement éteints ; de fait, toute la production de zinc réalisée cette année-là sortit des ateliers d’électrolyse, contre 90,6 % en 1931.

22A court, moyen et long termes, les impacts de cette mutation technique et industrielle allaient s’avérer déterminants pour l’entreprise et importants, bien que contradictoires, pour le développement économique local et régional.

  • 18 Arch. dép. de la Haute- Garonne, Dossiers 2815-90 et 91.

23Le nouveau procédé permettait, dans un premier temps, de limiter puis de supprimer le travail coûteux et délicat de l’atelier des produits réfractaires. En outre, les frais d’entretien et de maintenance étaient considérablement réduits et l’embauche se trouvait facilitée par la moindre pénibilité et la simplification des tâches. Désormais, travailler à l’usine de Viviez n’était plus rédhibitoire pour les manœuvres des mines du bassin aveyronnais ; le travail harassant des fours ayant disparu, de même que la confection des produits réfractaires, ils étaient moins enclins à refuser d’intégrer le nouvel atelier de production. Surtout, l’ensemble de la chaîne productive avait pu être rationalisé, aboutissant au terme du processus à une augmentation de la productivité. Calculée grossièrement pour l’ensemble de l’entreprise (effectif/production), celle-ci avait baissé de 19,7 kg de zinc par ouvrier en 1913 à 17,2 kg en 1922, pour remonter ensuite à 19,5 kg en 1928 puis 34 kg en 1930 ; mesures auxquelles il convient de rajouter la réduction massive de personnel en 1930 (environ 400 salariés licenciés ou non remplacés) rendue possible par l’arrêt de l’usine de réduction, la mise en veilleuse de l’usine de superphosphates et la réorganisation des services productifs, avant même la grande crise (selon l’ingénieur en chef des mines, c’est en avril 1931 que les prix de vente du zinc brut passent sous les prix de revient, à 1 650 F contre 1 900 F)18. Vieille montagne-Viviez avait ainsi réglé en partie les problèmes de main- d’œuvre (embauche, formation, « état d’esprit ») qui préoccupaient ses responsables quelques années plus tôt, le syndicalisme ayant été liquidé (jusqu’en 1936) après l’échec de la grève du printemps 1919.

  • 19 Cl. Dubois, L’Industrie […], p. 1384.
  • 20 M. Pradalié, L’Industrie […], p. 52. Les frais de transport correspondaient en 1913 à 1/7e des dépe (...)

24A court terme, on se rend bien compte des effets de l’adoption du nouveau procédé en analysant l’évolution des coûts relatifs de main-d'œuvre : alors que ceux-ci, par tonne de zinc brut thermique produite, s’élevaient à 115,75 F en 1921, ils se situaient à 166,75 en 1930 et 144,35 en 1932 pour le « zinc électro », ce qui, compte tenu de l’inflation, correspondait à une chute de 25 %. Les gains les plus essentiels se situaient pourtant ailleurs, au niveau des dépenses en minerai et en énergie. Le procédé électrolytique, en autorisant l’emploi de minerai de qualité secondaire moins riche en métal (moins de 30 %) rendait possible la diversification des lieux d’approvisionnement et donnait la possibilité à Vieille montagne de s’adapter à la tendance générale d’une offre relative déclinante de minerai riche et de bonne qualité, tout en amortissant les fortes amplitudes des cours enregistrées sur le marché de Londres19. D’autant que l’investissement permettait d’économiser cette matière première pondéreuse et rare en Europe, chère à transporter20. En 1921, il fallait, à l’usine de Viviez, 2,5 t de minerai de zinc pour produire une tonne de zinc brut thermique, tandis que, pour produire une tonne de « zinc électro », il n’en fallait plus que 2,3 t en 1930 et 1,9 t en 1932, au terme du processus de substitution. Les répercussions de cette économie se firent rapidement sentir. Ainsi, alors que le prix de la tonne de minerai avait augmenté de 7,7 % en 1930 par rapport à 1921, le coût du minerai à la tonne de zinc brut (« électro ») produite avait baissé de 0,4 %, et en 1932, alors que la crise était là et que le prix de la tonne de matière première avait diminué de 22,5 %, ce même indicateur avait chuté de 40,5 %. Vieille montagne commençait à recueillir les fruits de ses efforts et de son pari industriel d’après-guerre. En outre, les gains réalisés dans le domaine de l’énergie venaient s’ajouter à ces économies en matière première, et leur importance confirmèrent les espérances de la direction de l’entreprise. Selon nos calculs, la dépense consacrée à l’énergie pour une tonne de zinc brut produite est passée de l’indice 100 en 1921 (pour l’achat du charbon nécessaire) à 31,9 en 1930 et 32,3 en 1932 (pour la production et l’achat d’électricité). En d’autres termes, pour une même quantité de production, l’entreprise a pu réduire sa facture énergétique des deux tiers en dix ans en substituant le procédé électrolytique au procédé thermique !

25Enfin, grâce à l’introduction de ce nouveau système technique et énergétique, l’entreprise a pu réaliser des produits à plus haute valeur ajoutée. D’une part, le zinc produit était de meilleure qualité ; d’autre part, la technique par voie humide permettait de récupérer et de valoriser la plupart des sous-produits contenus à l’état brut dans les différents types de minerais : cuivre, plomb, argent, or, rassemblés en une matte ferrugineuse expédiée en Belgique pour en extraire cadmium, blanc de zinc, germanium, cobalt et nickel. Ces sous-produits rares constituaient un revenu supplémentaire pour l’entreprise. Ils étaient vendus à des prix élevés à la clientèle, compensant ainsi la tendance à la baisse du prix du « zinc métal » sur le marché. Par ailleurs, la pureté du « zinc électro » a rapidement conduit la société à réserver une partie de la production à des emplois spéciaux et rémunérateurs jusqu’alors impossibles : zinc pour fonte d’art permettant d’obtenir des moulages parfaits ou alliages à base de zinc destinés à divers secteurs tels l’automobile, la mécanique de précision, les appareils électriques, la serrurerie, la robinetterie… De ce point de vue, le procédé électrolytique répondait aussi à une pression de la demande, plus diversifiée et plus exigeante, qu’il conviendrait d’analyser.

  • 21 L’étude déjà signalée de M. Pradalié est de cette veine, de même que l’enquête réalisée sur place, (...)
  • 22 Sur le cartel du zinc, cf. Cl. Dubois, L’Industrie […],p. 798.

26L’entreprise élargit aussi ses perspectives d’avenir. Elle se dota d’un laboratoire d’essais et d’analyses et noua dès cette époque-là des relations commerciales avec la société Kulhmann à qui elle livrait, au début des années trente, un tiers de sa production d’acide sulfurique et avec qui elle s’alliera vingt ans plus tard pour créer, à Viviez même, une usine de fabrication de lithopone. L’industrie du zinc devint ainsi une « véritable chimie des métaux » dont sut profiter l’unité de production aveyronnaise, la première entreprise du continent à employer ce procédé. Suscitant des appréciations élogieuses dont témoignent diverses publications21, cette dernière fut protégée durant la crise des années trente par cet investissement important engagé en période de croissance et réalisé au moment des premiers craquements du marché… Durant cette décennie, elle se comporta mieux que ses concurrentes du Nord et du Pas-de Calais. Grâce aux gains de productivité réalisés et à la baisse de ses prix de revient, elle avait reconquis une part notable du marché national en 1938, réalisant alors 55,4 % de la production totale de zinc brut, contre 32,6 % en 1930 et 49,2 % en 1935. Tout au plus pouvons nous constater, en contrepoint, que l’élan initial des années 1920 fut stoppé : en dépit de la mise en route d’une usine à blanc de zinc, les investissements marquèrent le pas et la croissance de la production ne reprit qu’en fin de période (en 1936, on considérait encore que l’usine ne tournait qu’à 60 % de ses capacités), après l’importante baisse enregistrée les deux premières années (-32 %). L’usine de Viviez conforta cependant sa position relative au sein du groupe des producteurs français et de la multinationale belge dans laquelle elle joua le rôle de laboratoire d’essai : en 1927-29 et en 1931-34, les dirigeants de Vieille montagne conservèrent une place de premier plan à la tête du cartel du zinc22 ; et c’est en 1935 que le procédé électrolytique fut introduit dans l’usine belge de Baelen-Wezel (Campine) appartenant elle aussi à Vieille montagne.

  • 23 A. Boscus, Économie […], chap. 2, p. 39-61.
  • 24 A. Boscus, Analyses syndicales d’une reconversion « ratée » : le cas du bassin nord-aveyronnais, co (...)

27Enfin, à moyen et long termes, les impacts favorables de cette réorientation stratégique et technique furent tout sauf négligeables, tant pour le développement économique local que régional. Ainsi, du point de vue des effectifs, les usines de Viviez et Penchot ne retrouveront jamais par la suite les hauts niveaux de la fin des années 1920 (environ 1500 salariés). Et la baisse de la population de Viviez après 1926 (3614 habitants) et, plus généralement, celle du bassin après 1931 (35021 habitants), est sans nul doute à mettre en relation avec la stagnation des emplois de l’usine aux alentours de 1 000/1 200 salariés. De même, l’abandon du charbon comme source d’énergie fragilisa les entreprises houillères locales (Société des mines de Campagnac, Société métallurgique de l’Ariège, Société des aciéries de France, Société Commentry-Fourchambault et Decazeville, Société Chatillon-Commentry et Neuves-Maisons). En une décennie, celles-ci durent s’adapter en réduisant leurs capacités de production, perdant ainsi du terrain au sein du secteur23. De ce point de vue, la stratégie globale du groupe belge se solda donc bien par un affaiblissement des structures productives locales. Pour autant, cet affaiblissement ne doit pas être considéré en lui-même puisqu’il fut contrebalancé par la bonne tenue ultérieure de l’entreprise, durant les années 1930 mais aussi jusqu’à la crise des années 1970 (l’usine produisait alors trois fois plus de zinc brut qu’à la fin des années 1920 et s’était engagée en 1968 dans de nouveaux investissements fort importants pour son avenir, en créant notamment un laminoir moderne)24.

  • 25 « La consommation de l’énergie électrique dans le Sud-Ouest », Revue géographique des Pyrénées du S (...)
  • 26 Ch. Bouneau, L’Industrialisation […], p. 91,143, 469-472, 516 et suiv., 538 et 542 et suiv. ; M. Lé (...)

28Cette réorientation stratégique a aussi contribué au dynamisme ultérieur et au positionnement industriel nouveau de l’économie régionale, jusqu’alors particulièrement atone ou même « en retard ». Pour au moins trois raisons liées à l’électrification du grand Sud-Ouest, chère à Christophe Bouneau, et aux effets de la stratégie adoptée au début des années 1920 par la Compagnie du Midi et par l’UPEPO (consortium de gros producteurs et de gros consommateurs d’électricité) ; stratégie qui fit de Vieille montagne un acteur du développement régional. D’une part, l’entreprise a participé à la constitution de diverses sociétés de production et de distribution régionales, créant elle-même dès 1898 l’usine hydroélectrique de Capdenac, sur le Lot, puis en 1908 une centrale thermique. Durant le conflit, en 1917, elle acquit aussi des chutes sur le Viaur, à 70 km de Viviez, avec l’encouragement du ministère de l’Armement. Ensuite, elle prit des intérêts dans diverses sociétés au sein desquelles elle fut active (Société pyrénéenne Hydro-Cère, l’Energie industrielle, Société de la Sorgue et du Tarn). De fait, elle était considérée à la fin des années 1920 comme étant l’un des plus gros consommateurs nationaux d’électricité. Du reste, parmi les onze départements constituant la IXe région économique dont le siège se situait à Toulouse, l’Aveyron était le seul, à la fin des années 1920, où l’énergie haute tension consommée était plus importante en force qu’en usage domestique. Troisième département du point de vue de la consommation totale haute et basse tensions, il se plaçait à la quatrième position pour la consommation par tête d’habitant25. Vieille montagne fut par ailleurs l’un des adhérents et l’un des clients principaux de l’UPEPO et la cheville ouvrière initiale de l’Energie électrique du Rouergue (constituée en 1923 et adhérente au consortium régional) à qui elle céda en 1927 son usine de Thuriès sur le Viaur. D’autre part, se livrant à « une véritable exploitation de l’énergie électrique », elle répartissait elle-même dès cette époque une partie de la production disponible (en surplus ou achetée pour l’occasion). Les communes du bassin aveyronnais en ont précocement bénéficié de même que celles des alentours (Capdenac, Bouillac, Livinhac, Figeac…, ainsi que Pampelonne dans le Tarn). Enfin, Viviez dont le poste de transformation portait le nom de Jacques Godin (directeur de l’ UPEPO jusqu’à sa mort accidentelle en 1938) devint le point de jonction incontournable du réseau de distribution du sud de la France. Cela est vrai pour les liaisons de faible capacité d’intérêt local et régional de 60 kv (lignes Lentin/Viviez et Decazeville/Viviez), ainsi que pour les liaisons incluses dans le super réseau régional et inter-régional à 150 kv (ligne Saint-Victor/Viviez mise partiellement en service en 1932 et totalement en 1934 et gérée par la société concessionnaire Transport d’énergie Rouergue-Auvergne, créée en 1930 dans le but de faire la jonction avec le Massif central). Et cela est aussi vrai pour les liaisons intéressant le super réseau national à 220 kv envisagé dès la fin des années 1920, dont les lignes Viviez/Rueyres et Montauban/Viviez, mises en service en 1938 et 1941, ont constitué la première (et la seule) interconnexion à grande capacité entre le Sud-Ouest et le Massif central26. C’est ainsi que, en optant aussi précocement en faveur de l’énergie électrique, Vieille montagne-Viviez s’est imposée comme un acteur à part entière de l’électrification régionale aux retombées industrialisantes et dynamiques non négligeables.

  • 27 Jean-Jacques Salomon, « La capacité d’innovation », dans M. Lévy-Leboyer et J.-C.Casanova (dir.), E (...)
  • 28 François Caron, « L’histoire de l’innovation », Où va l’histoire économique […], p. 157-166.

29Un tel sujet, à la croisée de l’histoire des entreprises et des secteurs industriels, de l’histoire de l’innovation et de la gestion, de l’histoire sociale et de l’histoire économique régionale permet de mesurer les raisons et les conséquences de l’adaptation d’une grande entreprise aux bouleversements technologiques, géo-économiques et sociaux du début du XXe siècle. Il renforce l’idée que la capacité d’innovation et l’innovation elle-même ne peuvent être traitées comme des variables indépendantes27 et qu’il convient de ne pas négliger les formes et les raisons d’adoption et d’application des procédés innovants qui, pas totalement autonomes de l’innovation elle-même, lui assurent son assise et son débouché. Enfin, une telle étude aide aussi à comprendre l’enchevêtrement et la complexité des déterminants qui poussent un grand groupe industriel à réaliser en un lieu déterminé un investissement majeur. La recherche ultime de la baisse des coûts de production et la volonté de maximiser les profits demeurent essentielles ; et la place de ces deux variables en aval de l’innovation est si importante qu’il me paraîtrait judicieux de les compter aussi comme des déterminants de l’innovation elle-même, alors qu’ils sont négligés dans les recherches contemporaines, notamment celles de F. Caron28.

Haut de page

Notes

1 C’est aussi l’appréciation de René Leboutte, Jean Puissant et Denis Scuto, Un siècle d’histoire industrielle. Belgique, Luxembourg, Pays-Bas. Industrie et sociétés - 1873-1973, Paris, 1998, p. 58.

2 Cf. 1837-1905. L’Industrie du zinc. Vieille montagne, Exposition universelle, Liège, 1905. On pourra aussi se reporter aux publications éditées par la société en 1910 et 1937. Pour l’histoire de la Vieille montagne, nous renvoyons aux pages pionnières écrites en 1961 par Rondo Cameron dans la version anglaise de son livre, La France et le développement économique de l’Europe. 1800-1914, Paris, 1971, p. 280 et suiv. et à Julien Turgan, Les Grandes usines de France, Paris, 1865, t. IV, p. 209-240.

3 Article réalisé grâce aux diverses études signalées et aux documents récupérés, voilà déjà plus de vingt ans, dans les archives de l’entreprise de Viviez qui ont été depuis partiellement versées aux Archives départementales de l’Aveyron.

4 Pour un aperçu actualisé des recherches et interrogations sur lesquelles nous nous appuyons, cf. le très riche dossier préparé par l’AFHE sous la dir. de Dominique Barjot, Où va l’histoire économique ?, Historiens et géographes, no 378, mai 2002 et no 380, octobre 2002.

5 Claude Dubois, L’Industrie minière du zinc en France, mi XIXe siècle à mi XXe siècle. Le cas de la mine de Sentein, Pyrénées ariégeoises, thèse de doctorat, Université Paris I, 2004, vol. 3, p. 719-733 et 797-813.

6 Léon Guillet, L’Industrie française. L’œuvre d’hier, l’effort de demain, Paris, 1920. Cf. aussi M. Molinié, « Les métaux et la guerre », Larousse mensuel illustré, n° 133 (mars 1918) et Camille Meillac, « La production de zinc », ibid., n° 210 (août 1924) et n° 276 (fév.1930).

7 Propos du directeur général devant son conseil d’administration, le 28 juillet 1871 (archives de l’usine de Viviez).

8 « On dut faire appel à des houilles étrangères importées par Bordeaux. Les prix de revient en furent assez lourdement grevés » écrivait en 1936 Martial Pradalié dans son article, « L’industrie du zinc à Viviez-Penchot (Aveyron) », Revue géographique des Pyrénées du Sud-Ouest, fasc. 1 (15 janvier 1936), p. 49-72.

9 La « technique révolutionnaire de la flottation » s’est imposée au début du siècle. Vieille montagne l’a adoptée de façon précoce dans ses mines. Elle permettait d’utiliser des minerais moins riches et d’en récupérer plus de métal. Cf. Cl. Dubois, L’Industrie […], p. 841-853.

10 D. Tersa-Robin, Questions sociales dans le bassin de Decazeville, fin XIXe-début XXe. Étude de l’usine de la Vieille montagne de Viviez dans ses aspects économiques et sociaux (1870-1920), mémoire de maîtrise, Toulouse, 1971.

11 L. Munoz, Évolution économique et sociale de Vieille montagne (Viviez) entre les deux guerres, mémoire de maîtrise, Toulouse, 1989.

12 D. Tersa-Robin, Questions sociales […], p. 53-117.

13 Alain Boscus, Économie et société dans le bassin industriel nord-aveyronnais (1900-1950), Institut CGT d’histoire sociale/Centre confédéral d’études économiques et sociales de la CGT, 1997, p. 422-516.

14 Christophe Bouneau, Modernisation et territoire. L’électrification du grand Sud-Ouest de la fin du XIXe siècle à 1946, Fédération historique du Sud-Ouest, 1997 ; Maurice Lévy-Leboyer et Henri Morsel (dir.), Histoire de l’électricité en France, t.II (1919-1946), Paris, 1994, notamment p. 39 et 590-601.

15 Cl. Dubois, L’Industrie[…], p. 805-806.

16 L. Munoz, Évolution […], p. 33-36. Concernant les techniques du zinc, cf. le site internet de la CNUCED (http://unctad.org/en/Pages/Home.aspx) et l’étude réalisée par l’ingénieur Michel Darcy (http://www.techniques-ingenieur.fr/).

17 François Caron, Les Deux révolutions industrielles du XXe siècle, Paris, 1997, p. 83.

18 Arch. dép. de la Haute- Garonne, Dossiers 2815-90 et 91.

19 Cl. Dubois, L’Industrie […], p. 1384.

20 M. Pradalié, L’Industrie […], p. 52. Les frais de transport correspondaient en 1913 à 1/7e des dépenses engagées.

21 L’étude déjà signalée de M. Pradalié est de cette veine, de même que l’enquête réalisée sur place, en 1934, par Lucien Castan (quatre articles parus dans La Dépêche de Toulouse les 1er, 2, 4 et 8 décembre 1934). La quasi-totalité des informations leur fut fournie par la direction de l’usine…

22 Sur le cartel du zinc, cf. Cl. Dubois, L’Industrie […],p. 798.

23 A. Boscus, Économie […], chap. 2, p. 39-61.

24 A. Boscus, Analyses syndicales d’une reconversion « ratée » : le cas du bassin nord-aveyronnais, colloque « Un bassin minier en Europe », Aix-en-Provence/ Gardanne, 2004.

25 « La consommation de l’énergie électrique dans le Sud-Ouest », Revue géographique des Pyrénées du Sud-Ouest, t. III-fasc. 4 (15 oct. 1932) ; J. Deveaud (dir.), La Vie économique d’une région française. Toulouse-Montpellier/ Pyrénées-Languedoc-Roussillon, Toulouse, 1947, p. 129-135 ; G. Jorré, « L’énergie électrique du Rouergue et l’électrification rurale de l’Aveyron », Revue géographique des Pyrénées du Sud-Ouest, t.II-fasc.2 (15 avril 1932).

26 Ch. Bouneau, L’Industrialisation […], p. 91,143, 469-472, 516 et suiv., 538 et 542 et suiv. ; M. Lévy-Leboyer, H. Morsel (dir.), Histoire de l’électricité […], p. 818-820, 825-827 et 838.

27 Jean-Jacques Salomon, « La capacité d’innovation », dans M. Lévy-Leboyer et J.-C.Casanova (dir.), Entre l’État et le marché. L’économie française des années 1880 à nos jours, Paris, 1991, p. 29.

28 François Caron, « L’histoire de l’innovation », Où va l’histoire économique […], p. 157-166.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Boscus, « L’adoption du procédé électrolytique par l’usine vieille montagne de Viviez (1922-1931) », Siècles, 22 | 2005, 109-123.

Référence électronique

Alain Boscus, « L’adoption du procédé électrolytique par l’usine vieille montagne de Viviez (1922-1931) », Siècles [En ligne], 22 | 2005, mis en ligne le 21 juillet 2014, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/siecles/1984

Haut de page

Auteur

Alain Boscus

Université Toulouse-Le Mirail

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • OpenEdition Journals