Navigation – Plan du site
Dossier

Vers une fédération européenne : le projet de Matteo Angelo Galdi (1798)

Towards a European Federation: Matteo Angelo Galdi’s project (1798)
Giuseppe Foscari

Résumés

Le démocratisme d’Angelo Matteo Galdi, exilé napolitain en France, s’exprima à travers son projet de fédération européenne, projet dont la France révolutionnaire aurait dû prendre la tête tant sur le plan politique que sur le plan spirituel. Remontant à 1798, il a été développé dans le traité intitulé Sur les relations politiques et économiques entre les nations libres dans lequel Galdi propose la création d’un Grand fédéralisme européen fondé sur une dimension démocratique de l’action politique, sur la cohésion des États républicains et sur un nouveau modèle économique : le libre-échange.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Europe, démocratie

Index géographique :

Royaume de Naples

Index chronologique :

XVIIIe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Bien que certaines interprétations historiographiques aient essayé d’en minimiser la portée, le Triennat (1796-1799) fut un moment crucial pour les démocrates italiens ainsi que pour les projets d’indépendance et d’unité nationale qui se développèrent alors. Vue sur le long terme, cette période fut également propice à de nouvelles réflexions sur l’ordre européen, avec le passage de la société des rois, des privilèges et des inégalités aux droits des Nations. Du côté des démocrates, il semblait essentiel de trouver une formule permettant une intégration parmi les États révolutionnaires et une modernisation du panorama politique européen, en considération des nouveaux mots d’ordre qui s’étaient affirmés. C’est ainsi que cette période historique fut caractérisée par un important débat sur la configuration des relations interétatiques, les modalités de coexistence entre la France et les monarchies européennes, l’expansion révolutionnaire française, les conditions d’une paix, les responsabilités politiques du Directoire et la redéfinition de la diplomatie en tant qu’instrument de diffusion de la culture et des aspirations cosmopolites en Europe. Ces questions devinrent alors un objet à part entière du débat historiographique sur l’époque jacobine et, de façon plus générale, sur la période courant de 1795 à 1802.

2C’est durant cette période que le principe de souveraineté des nations et le droit des peuples remplacèrent la légitimité monarchique, les guerres dynastiques du XVIIIe siècle et les accords entre les Cours européennes. Le « droit des gens », dont parlaient nombre d’écrivains politiques de l’époque, devint le point d’appui sur lequel se fondait le nouvel ordre européen. L’idée d’une concertation entre les nations européennes – surtout entre celles déjà unies par des valeurs communes – s’affirmait. Les démocrates imaginaient même construire un nouveau système de sécurité collective en adoptant la théorie du droit d’intervention comme produit d’un secours réciproque et mutuel. Le projet de rupture totale avec l’Ancien Régime n’envisageait aucune possibilité de compromis entre le vieux et le nouveau système politique, entre des régimes monarchiques et les principes démocratiques, et il était accompagné par une sorte de « révolution permanente » permettant la plus grande diffusion des principes démocratiques et républicains, principes devant constituer les bases sur lesquelles une fédération républicaine d’États alliés pourrait se construire. Le débat sur les projets européens contenait des références explicites à ces problématiques et il était fortement marqué par l’interaction de nombreuses réflexions théoriques, parfois même utopiques, et de stratégies à court et à moyen terme visant à construire le nouvel ordre européen comme base d’une universalisation des droits.

  • 1 Matteo Angelo Galdi, patriote républicain et écrivain, membre du groupe des démocrates unitaires, n (...)

3C’est dans ce contexte de grande agitation qu’émergea Matteo Angelo Galdi, un patriote républicain et écrivain politique de l’Italie du sud1. La période d’élaboration de son projet politique européen coïncida avec la phase la plus intense de son militantisme politique et intellectuel en Lombardie (1796-1798), loin de sa patrie napolitaine. Son activité d’essayiste et de journaliste fut inspirée par une foi républicaine vigoureuse, appréhendée comme un dogme et comme la seule alternative possible aux injustices de l’Ancien Régime. Ce credo politique caractérisé par une intense ferveur française découlait des impulsions données par la Révolution dont Galdi se considérait, comme il l’écrivit, « toujours un constant ami ». La France était en effet perçue comme un guide spirituel, comme un phare de la civilisation et comme une alliée indispensable de l’Italie. Mais Matteo Galdi était conscient qu’il fallait qu’elle devienne le moteur de la nouvelle Europe.

Aux sources du projet européen de Galdi

4Le rapport avec la France fut, en Italie, un motif de désaccord entre les démocrates les plus extrémistes, partisans de la diffusion de la Constitution de 1793 dans la péninsule, et ceux que l’on considérait comme modérés, qui défendaient la Constitution française de 1795. Galdi, qui appartenait au premier groupe avec Salfi, Lauberg, Abbamonti et Vitaliani, lança le Giornale dei patrioti italiani. Ce journal défendait les valeurs les plus innovantes de la civilisation des Lumières, mouvement qui se distinguait par une forte politisation de ses membres et était devenu ce laboratoire de la modernité dont la culture napolitaine fut l’une des expressions. Une modernité que Galdi reconnaissait dans les caractéristiques de son temps, siècle de la pratique, du fait et de l’application où, disait-il, « renaquit la culture de la vraie morale et de la politique saine », contrairement au XVIIe siècle qui lui semblait plutôt l’époque de la théorie, de l’imagination et de la spéculation.

5Le projet européen de Galdi remonte à 1798, mais il fut déjà théorisé et dégrossi dans plusieurs de ses essais antérieurs, engendrant un débat d’une certaine ampleur auquel participèrent des patriotes napolitains et lombards. C’est au cours de cette période, dans la République Cisalpine, que le patriote démocrate napolitain écrivit les Effemeridi Repubblicane, un recueil de textes publié en 1796, le Discorso sui rapporti politico-economici dell’Italia libera con la Francia e col resto d’Europa (1796), l’essai Sulla necessità di stabilire una repubblica in Italia. Saggio d’istruzione pubblica rivoluzionaria (1796) et le traité fondamental Dei rapporti politico-economici fra le nazioni libere (1798). Il s’agit ici d’œuvres illustrant l’ampleur de sa pensée politique, qui se concentra sur la question de l’indépendance italienne tout en proposant certaines réflexions à l’échelle européenne. En ce sens, elles méritent une lecture unitaire. Bien entendu, il faut considérer que l’histoire des années 1796-1799 représente une page tourmentée de la démocratie, autant du fait des limites imposées par une politique du Directoire souvent incertaine et répressive, que du fait du contraste entre une révolution qui finissait et une autre qui commençait.

  • 2 Anna Maria Rao, « Introduction : L’expérience révolutionnaire italienne », Annales historiques de l (...)

6Le fait que les intellectuels italiens de la période républicaine aient longtemps été considérés par les historiens « comme les représentants d’une minorité utopique et abstraite, quand ils ne les qualifiaient pas tout simplement de charlatans ou de fripons2 », mérite réflexion. Ils conduisent bien au contraire une expérience fondamentale pour la naissance de la culture démocratique en Italie, au sein de laquelle ils surent faire preuve d’un indéniable pragmatisme. Anna Maria Rao en convint d’ailleurs en 1998 lorsqu’elle écrivit :

  • 3 Ibid., p. 406.

« L’unité italienne quitte le terrain des rêves littéraires ou des stratégies diplomatiques pour devenir un projet politique, que la progressive républicanisation de l’Italie en 1796-1799 rend de plus en plus concret : le Triennio marque vraiment le début du Risorgimento3. »

  • 4 Matteo Galdi, Discorso sui rapporti politico-economici dell’Italia libera con la Francia e col rest (...)
  • 5 Paolo Frascani, « Matteo Galdi: analisi di una trasformazione ideologica durante il periodo rivoluz (...)
  • 6 Pierre Serna, « Introduction – L’Europe une idée nouvelle à la fin du XVIIIe siècle ? », La Révolut (...)

7Le Discorso sui rapporti politico-economici dell’Italia libera con la Francia e col resto dell’Europa de 1796 contient des thèmes que Galdi aborda de nouveau en 1798 dans le traité Dei rapporti politico-economici fra le nazioni libere. Il s’agit d’un court essai de 29 pages qu’il considérait comme « une espèce de programme de l’œuvre majeure » et dans lequel il avait déjà suggéré un projet proto-européen s’appuyant sur des républiques du sud de l’Europe unies par la Méditerranée, « cœur antique des modèles à construire, base future de la constitution des libertés supranationales et gouvernées ensemble4 » et où le rapport entre la France et l’Italie s’avérait fondamental. Dans ce bref essai, Galdi analysait trois questions centrales : 1) la nécessité pour l’Italie de se libérer des Anglais ; 2) la nécessité de créer une république en Italie ; 3) la nécessité de constituer une Ligue de la liberté en Europe, formée par la Hollande, l’Espagne, la France, l’Italie et l’Empire Ottoman, condition nécessaire à la création d’un vaste projet d’unité européenne sur des bases communes. Notons la liaison directe entre la question italienne et la question européenne. Selon Paolo Frascani5 et Pierre Serna – ce dernier a assuré la traduction et la publication en France de l’essai de Galdi de 1798 – le texte du patriote napolitain respectait un schéma bien connu de réflexion politique. Pour Serna, en effet, « il s’agit de trouver les bases d’un droit international qui puisse garantir l’indépendance des pays et l’égalité de leur rapport dans la recherche d’une paix inaltérable et de se rapprocher, ainsi, trait original mais somme toute logique, de la république des États-Unis6 ».

8Galdi développait l’idée d’affranchir l’Europe du joug des peuples du Nord. Il existait selon lui une civilisation politique de l’Europe méditerranéenne qui était en train de trouver son profil d’organisation dans l’idée républicaine. Dans un tel contexte, l’Italie et la France avaient une responsabilité de premier ordre face aux autres nations européennes et leur alliance devait être réglementée par une institution ayant une fonction d’arbitrage, capable d’atténuer les frictions entre les deux États, et que l’on aurait appelé Areopago. Il ne s’agissait donc pas seulement de garantir une forte entente diplomatique entre les deux pays limitrophes, mais également de créer une solide communauté de valeurs et d’intérêts.

9Comme nous l’avons dit, Galdi proposait également la fondation de la Ligue de la liberté en Europe, qui représentait un saut qualitatif décisif pour l’histoire des idées, par le biais de la constitution d’un nouveau code de diplomatie des nations libres. Il s’agissait en somme d’une fédération européenne d’États républicains reliée avec la fédération de l’Amérique du Nord. L’objectif était de fonder un système politiquement fidèle à ces mêmes principes, partagés, d’égalité et de construire un réseau commercial commun, réglementé par des ententes internationales. La condition nécessaire était une transformation graduelle des monarchies grâce à l’affirmation du droit des peuples, qui aurait favorisé leur adhésion progressive au projet européen.

10Ce « rêve » que Galdi décrit dans son essai consistait en un nouvel équilibre entre le nord et le sud de l’Europe, fondé sur un étroit rapport politique et économique entre l’Italie libre et républicaine et la France du Directoire pour lutter contre les deux puissances du Nord : la Russie et l’Allemagne. Pour cette raison, Galdi recourait souvent à l’histoire pour démontrer quelles avaient été les conséquences négatives de l’esprit de conquête persistant de ces peuples qui avaient détruit la civilisation grecque et romaine et menaçaient désormais les pays méditerranéens.

  • 7 Ibid.

11À ses yeux, le modèle anglais se révélait moins fascinant après les révoltes de 1797 et la brutalité avec laquelle les émeutes en Irlande avaient été réprimées. La Prusse lui apparaissait militarisée et féodale et la Russie lui semblait très despotique. C’est pour cela qu’une complète réhabilitation du Sud se révélait décisive. « Le cœur de l’Europe, a écrit Serna, retrouve son origine dans le bassin méditerranéen, comme épargné par la naissance chaotique et violente du monde libéral au nord7 ».

12En cette même année 1796, et dans un autre essai, Sulla necessità di stabilire una repubblica in Italia. Saggio d’istruzione pubblica rivoluzionaria, Galdi reprenait sur certains thèmes traités auparavant et les développait s’attardant sur d’autres questions d’importance : 1) le projet de création d’une république lombarde, point de départ pour envisager ensuite une république de l’Italie, une et indivisible, mais qui ne serait toutefois pas organisée sur une base fédéraliste ; 2) la liberté de commerce franco-lombarde en tant qu’action préparatoire visant à assurer le maximum de liaisons avec la patrie de la Révolution ; 3) la nécessité de combattre les tyrans italiens et les avantages de la liberté italienne ; 4) la nécessité pour les Italiens de proclamer les droits des hommes et des citoyens.

13Dans le cadre de notre réflexion, il est intéressant de constater combien Galdi repoussait l’idée d’un fédéralisme en Italie. Il s’agissait d’un refus à un niveau national et non pas d’une attaque contre les bases européennes du projet fédéraliste. Le patriote napolitain considérait comme malveillantes toutes les factions de la péninsule italienne et il redoutait la constitution d’une fédération de ducs, de princes, de contes et de marquis, c’est-à-dire de tous ces personnages et de toutes ces dynasties qui avaient opprimé les États régionaux italiens. Il est facile d’en déduire que d’après Galdi, seule une forte centralisation politico-administrative devait être en mesure de limiter efficacement les conflits entre les États régionaux italiens et que par conséquent, l’option fédéraliste laissait encore trop de marge aux causes des fractionnements qui affligeaient l’Italie.

Le traité Dei rapporti politico-economici fra le nazioni libere (1798)

14Galdi remodela son projet de Ligue de la liberté, une alliance limitée à des pays tels que la France, l’Italie, l’Espagne, la Hollande et l’Empire Ottoman et qui devait évoluer vers un « Grand fédéralisme européen ». Il ne s’agissait pas seulement d’une façon différente d’employer les mots « ligue » et « fédéralisme ». Le texte contenait également nombre d’aspects politiques et d’adaptations aux changements survenus durant ce triennat. Galdi imaginait un système fédéraliste à l’échelle européenne mais fondé sur une dimension républicaine de l’action politique et ayant comme référence les valeurs de la culture démocratique, la liberté, la souveraineté populaire, l’égalité, la participation. Il reconnaissait de cette façon une orientation démocratique et républicaine au fédéralisme européen, en évitant toutefois le risque qu’il devienne un modèle institutionnel modéré et contraire à la Révolution. Il s’agissait d’un débat qui avait beaucoup intéressé la France quelques années auparavant, en 1792-1793, au cours de la « révolte fédéraliste » et de l’insurrection des départements, insurrection interprétée comme un complot contre-révolutionnaire et réactionnaire ayant comme objectif d’attenter à l’unité de la République pour en favoriser la chute.

15L’accréditation de l’hypothèse fédéraliste par les démocrates contenait une idée différente, d’alliance politique entre les États européens : une alliance adossée à des valeurs telles que la liberté, l’organisation républicaine et démocratique et l’égalité entre les peuples. En outre, le fédéralisme avait l’avantage de ne pas être trop intrusif à l’égard de l’histoire et des traditions culturelles des États adhérents.

  • 8 Les citations de Galdi sont désormais toutes extraites de Dei rapporti politico-economici fra le na (...)

16Le fédéralisme de Galdi impliquait l’homogénéité politique des États adhérents, réunis sur la base de la pensée républicaine et démocratique. Mais cette utopie d’une société européenne puis internationale renfermait également une critique remarquable du système économique des États modernes. Les points saillants de cette critique formulée par l’intellectuel et écrivain napolitain étaient les suivants : 1) le refus du colonialisme et de la traite des Noirs, refus fondé sur une évaluation des coûts et des bénéfices propres à la culture des Lumières de la fin du XVIIIe siècle ; 2) une exigence humanitaire plus spécifique, le colonialisme et le mercantilisme ne s’accordant pas avec les principes du droit naturel et avec l’égalitarisme du siècle des Lumières ; 3) l’abolition de toute forme de monopole économique en faveur d’un passage rapide et radical au système économique du libre-échange. En outre, la découverte de la liberté, la naissance des républiques, les nouvelles lois qui avaient libéré les peuples de la tyrannie et du despotisme ne pouvaient demeurer la prérogative de quelques États, les peuples libres devant devenir les ambassadeurs des nouveaux idéaux et en faire le pivot des relations interétatiques. Ces derniers, comme le précisait Galdi, « devront, sur une base différente mais plus solide, fonder l’édifice des grands rapports sociaux, c’est-à-dire des relations politiques et économiques des nations8 ». Galdi savait donc parfaitement que les transformations en cours auraient dû concerner l’ensemble de la génétique des nations européennes et qu’une véritable révolution en Europe nécessitait aussi (et surtout) un changement radical de la conscience des citoyens, conscience dans laquelle était fortement ancrée la conception de l’inégalité sociale et juridique. La responsabilité principale retombait sur les souverains qui, des siècles durant, avaient imaginé et supposé que leurs actes politiques les plus significatifs consistaient à tyranniser les peuples et à engager des politiques d’expansion par le biais d’actions militaires. Promoteurs d’une discorde illimitée, les souverains se servaient de ministres sur lesquels Galdi portait un jugement qui était loin d’être tendre :

« [Ils] n’étaient que les satellites de la perfidie royale, les auteurs des entreprises les plus malencontreuses, les fils de la discorde. »

17Tout cela justifiait, de son point de vue, le recours à un geste fort tel que la Révolution, plutôt que de s’en remettre à des réformes d’ailleurs souvent entravées par la présence encombrante de souverains antilibéraux. Galdi laissa de côté l’option réformiste au bénéfice d’une action politique plus radicale. Mais bien que soulignant la nécessité d’une révision culturelle de l’histoire européenne, le cœur du projet de Galdi demeurait politique et se traduisait par la fédération des nations européennes, le « Grand fédéralisme », comme il l’appelait. C’est ainsi qu’il illustrait son fédéralisme européen : « Des rassemblements universels des nations libres et cultivées, les Amphictyonies du monde », c’est-à-dire une vaste assemblée d’États européens unis par des valeurs communes qui représentaient les paramètres sacrés de l’alliance politique.

18Galdi pensait toutefois qu’il existait des conditions préalables indispensables à la réalisation de son objectif politique. Il s’agissait : 1) de la nécessité de multiplier le nombre de nations libres en Europe, grâce au progrès de la culture et des Lumières ; 2) de la nécessité d’unir les hommes en Europe par les mêmes principes et les mêmes valeurs. Le point de départ était encore et toujours le lien indissoluble entre la France et l’Italie ; la première parce qu’elle avait inspiré et réalisé la Révolution, la deuxième en tant que territoire fertile pour l’application du modèle républicain.

19Six millions d’Italiens étaient libres mais partagés en trois républiques, la Ligure, la Cisalpine et la Romaine, tous soumis à la tutelle de la France, et ils auraient pu, selon Galdi, « aspirer au droit sacré d’une indépendance pleine et absolue ». Galdi n’hésitait pas à mettre de côté l’orgueil national, conscient du fait que « cette aventureuse entreprise, bien que tellement souhaitée devrait nous coûter beaucoup de sang, de massacres et de ruines, de réactions, de discordes ». De son point de vue, la faute n’en incombait qu’aux peuples italiens. C’est pour cette raison que la relation entre l’Italie et la France, dans cette période historique, devait se fonder sur des bases solides en évitant tout conflit grâce à l’action de l’Areopago, une institution que Galdi mettait à nouveau sur le devant de la scène et qu’il avait l’intention d’élargir progressivement à chaque nation libre. C’est à partir du moment où l’Europe aurait été libérée qu’une « régénération des gens » aurait pu commencer, conformément à des règles inspirées par la justice. L’idée d’atteindre une liberté universelle sans la création d’une fédération était pour Galdi peu envisageable : cette idée, cette valeur fondamentale dépendait, dans la pratique, des capacités des nations à se fédérer au sein d’un projet politique. Dans cette optique, le fédéralisme lui semblait un contexte propice à l’émancipation de la liberté et à l’amplification des valeurs républicaines, puisqu’il se présentait comme un modèle éthique et politique ainsi que comme un système de cohésion culturelle, d’identité partagée et d’universalisme.

20Le patriote italien était conscient de l’« impossibilité temporaire du projet ». Le langage, les différences de mœurs, la difficulté d’une intervention sur les gouvernements pour les rendre uniformes sur le plan normatif, la complexité de les réunir dans un projet unique, constituaient des barrières insurmontables dans l’immédiat. Il se rendait bien compte qu’il s’agissait d’une utopie. Toutefois, il ne voulait pas y renoncer.

21Malgré cela, il voulait à tout prix que la liberté et le progrès de la raison permettent aux « nations différentes de chaque continent » de se considérer comme des départements d’une seule république. Le « Grand fédéralisme » aurait assuré l’égalité et la liberté réciproque entre les États européens ainsi que leur indépendance.

22Les délais de réalisation du projet dépendaient donc de nombreuses variables et ils ne pouvaient être abrégés que grâce aux influences bénéfiques de la liberté et des progrès de la raison pour créer un esprit public, des lois, des coutumes et des mœurs uniformes. L’égalité politique entre les nations devenait un sujet fondamental dans le cadre du projet. Galdi craignait que la prévarication d’un État constitue un problème grave pour la réussite du projet fédératif et il soutenait donc qu’il était indispensable de réglementer leurs rapports. Il ne se limitait pas à souligner l’importance de l’égalité réciproque mais il affirmait que le concept même d’égalité était la garantie des droits et des devoirs des citoyens. La valeur fondatrice des républiques devait donc être l’égalité propédeutique, qui serait devenue par la suite la valeur de base de toute la structure fédérative européenne. L’égalité des droits, conçue en tant qu’égalité politique, restait fondamentale car son absence aurait entraîné la dégénérescence de la démocratie en aristocratie, en oligarchie ou en tyrannie, ainsi que de possibles guerres sociales. L’injustice et l’ambition de quelques-uns auraient pu donner lieu à des campagnes d’oppression. « On prépare des chaînes pour les citoyens innocents », écrivait Galdi, inquiet qu’un quelconque État soit tenté de manquer à ses obligations. En résumé, l’équilibre politique entre les États devait être soutenu par un lien d’arbitrage qui le protégeait des éventuels abus de pouvoir et qui devait s’inspirer de principes universels tels que la liberté et l’égalité.

23Configuré de cette façon, le fédéralisme de Galdi ne consistait pas en un engrenage ou en une forme extérieure d’organisation institutionnelle mais il devenait le point d’arrivée d’une sensibilité culturelle partagée et de valeurs politiques communes. Le fédéralisme s’enrichissait ainsi d’extraordinaires tensions communautaires, en poussant les peuples vers une fraternité célébrée grâce à des valeurs communes indissolubles et universelles. Tout en développant son idée sur la centralisation de l’égalité, Galdi définissait également les caractéristiques et même les conditions du « Grand fédéralisme ». L’homme aurait dû pratiquer l’égalité non seulement avec ses propres citoyens, mais aussi avec tous ses semblables.

Conclusion

24L’orientation de Galdi, partisan du mouvement des Lumières, vers une approche républicaine apparaît de manière évidente. Il s’était tout d’abord tourné vers des sujets à consonance sociale tels que l’esclavage et s’était ensuite consacré à des thématiques de nature politique comme le montre le projet de constitution qu’il publia en 1796 dans les Éphémérides Républicaines, dans la Ligue des États libres républicains et dans le Grand fédéralisme européen. Son radicalisme doit être étudié avec attention car il ne s’inspirait ni du jacobinisme français de Robespierre, ni du jacobinisme de l’an II, mais se rapprochait du néo-jacobinisme de l’époque directoriale, de ceux qui refusaient la dictature de ce même Robespierre et qui avaient comme référence la constitution républicaine de l’an I (24 juin 1793). Cette constitution française prévoyait un renforcement du pouvoir législatif, le suffrage universel, le référendum populaire, l’assistance aux malades et aux pauvres, le droit aux études dans une école laïque et publique.

25Le système européen que Galdi imaginait nous apparaît comme un modèle en quelque sorte hiérarchisé autour d’une puissance culturelle et politique hégémonique. Galdi défendait d’ailleurs l’idée d’un système politique indissociable du modèle français. Cependant, il tenait beaucoup à démontrer que les fondements du « Grand fédéralisme » prenaient appui sur l’arbitrage et sur des rapports pacifiques et égalitaires entre les nations adhérentes.

26D’après lui, la France avait vocation à assumer le rôle de guide dans la construction de l’échiquier européen, celui-ci étant toutefois réglé par des idéaux égalitaires ainsi que par des instruments de réciprocité culturelle et politique visant à démontrer aux États membres qu’il n’existait aucune domination française. Son idée de républicaniser l’Europe se fondait sur l’adoption d’un modèle politique et culturel dérivant d’une prise de conscience progressive des peuples, d’une éducation de l’esprit public. Il ne s’agissait pas d’un projet fédératif accueillant un universalisme respectueux des différences, en mesure d’accepter, selon l’aspiration du cosmopolitisme kantien, la possibilité d’une coexistence pacifique entre des Républiques et des nations qui ne l’étaient pas, mais qui développait plutôt l’idée d’une « république universelle » légitimée, à ses yeux, par la force de ses idées révolutionnaires, par la liberté et par l’égalité entre les peuples. Plus qu’un droit à la différence culturelle et politique, on trouvait plutôt chez Galdi la sanction du devoir de l’uniformité institutionnelle et l’adhésion aux principes de la Révolution. Cependant, la notion de fédéralisme laissait le champ libre aux identités nationales, au sein d’un modèle politique qui raisonnait sur les nécessités de l’Europe dans son ensemble, et qui tendait à concevoir les États du Vieux Continent comme une entité commune. Galdi voulait également démontrer que ce nouvel ordre européen pouvait assurer une paix stable et durable, en l’associant à un système républicain qu’il fallait réhabiliter, tant il était perçu comme un facteur de guerres et de conflits entre les États.

Haut de page

Notes

1 Matteo Angelo Galdi, patriote républicain et écrivain, membre du groupe des démocrates unitaires, naquit en Italie du Sud à Coperchia, Salerno, en 1765. Il fut acteur de la conjuration napolitaine de 1794 et s’enfuit en France. Après son enrôlement dans l’armée d’Italie, en 1796 il participa aux mouvements d’Alba. Il s’installa ensuite à Milan où il publia plusieurs œuvres. Devenu responsable (après en avoir été le fondateur) en 1797 du Giornale dei patrioti d’Italia, il fut éloigné pour ses idées radicales et envoyé en qualité de représentant de la République Cisalpine auprès de la République Batave. Revenu à Naples en 1808, il publia les Pensées sur l’instruction (1809) ayant comme objectif une réforme de l’école qu’il réalisa en 1812, en tant que responsable de l’instruction publique napolitaine. Il garda sa charge sous les Bourbons. La révolution de 1820 le conduisit au parlement dont il fut également le président. Il mourut à Naples en 1821.

2 Anna Maria Rao, « Introduction : L’expérience révolutionnaire italienne », Annales historiques de la Révolution française, no 313, 1998, p. 390.

3 Ibid., p. 406.

4 Matteo Galdi, Discorso sui rapporti politico-economici dell’Italia libera con la Francia e col resto dell’Europa, Milan, 1796.

5 Paolo Frascani, « Matteo Galdi: analisi di una trasformazione ideologica durante il periodo rivoluzionario-napoleonico in Italia », Rassegna storica del Risorgimento, V. 59, 1972, p. 207-234.

6 Pierre Serna, « Introduction – L’Europe une idée nouvelle à la fin du XVIIIe siècle ? », La Révolution française, « Dire et faire l’Europe à la fin du XVIIIe siècle », 2011-4, http://lrf.revues.org/252.

7 Ibid.

8 Les citations de Galdi sont désormais toutes extraites de Dei rapporti politico-economici fra le nazioni libere, Milan, 1798.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Giuseppe Foscari, « Vers une fédération européenne : le projet de Matteo Angelo Galdi (1798) », Siècles [En ligne], 41 | 2015, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/siecles/2552

Haut de page

Auteur

Giuseppe Foscari

Professeur en histoire européenne
Université de Salerne (Italie)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • OpenEdition Journals