Navigation – Plan du site
Varia

Du singulier à l’universel : la typologie duhamélienne des blessés de l’ambulance 9/3

From the Singular to the Universal: The Duhamel’s Typology of Wounded Men from the 9/3 Ambulance
Pauline Breton

Résumés

Vie des Martyrs marque un temps unique et décisif dans l’évolution de la pensée et de la création littéraire de Georges Duhamel. Après un an de renoncement aux lettres, l’homme reprend sa plume pour consigner les paroles et les faits révélateurs de ceux qui meurent sans autre témoin que leur médecin. Ce premier récit de guerre condense des motivations et des enjeux enchevêtrés, qui lui confèrent toute son originalité et sa puissance d’expression. Anti-acte de littérature, mémorial immatériel, acte cathartique, entreprise de remémoration, ode à la communion, témoignage médical, poétique et littéraire, symbole de charité, chant de pitié, Vie des Martyrs renvoie à un travail d’écriture unique, dont la plume se trempe dans la multitude des souffrances humaines générées par la guerre. Il dresse ainsi une typologie singulière des blessés rencontrés par Georges Duhamel, qui révèle les évolutions de son humanisme et la réaffirmation de ses fondements d’avant-guerre.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Georges Duhamel, Vie des Martyrs, Paris, Mercure de France, 1917, p. 9.

« Des campagnes défigurées où le canon règne jusqu’aux montagnes du Sud, jusqu’à l’Océan, jusqu’au rivage étincelant de la mer intérieure, le cri des hommes blessés retentit à travers le territoire et, de par le monde, un immense cri semblable s’élève et lui répond1. »

  • 2 G. Duhamel, Paroles de médecin, Paris, Mercure de France, 1944, p. 13.
  • 3 Ibid.
  • 4 G. Duhamel, La Pesée des âmes, Paris, Mercure de France, 1949, p. 140.

1Dès les premières lignes de Vie des Martyrs, Georges Duhamel annonce ainsi le paradoxe fondamental d’un récit hybride et singulier, qui subsiste toujours comme l’un des témoignages majeurs de la Première Guerre mondiale. Ce mémorial immatériel honore ainsi la multitude des « martyrs » déversés par la guerre tout en dessinant le portrait physique et moral de l’Homme souffrant, universel et intemporel. Publié intégralement en 1917 aux éditions du Mercure de France, Vie des Martyrs est rédigé au cœur du « colloque singulier2 » établi entre « l’être souffrant et celui dont il attend la délivrance3 ». C’est à partir de 1915, auprès des blessés de l’ambulance 9/3, formation médicale mobile dirigée par le médecin-chef Albert Martin, que Duhamel passe du scalpel à la plume pour consigner les paroles et faits révélateurs des « hommes placés en tête à tête avec la douleur4 ». Dès lors, le jeune médecin emprunte à ses souvenirs et au carnaval de douleurs déployé à son regard les éléments nécessaires à l’établissement d’une typologie originale et protéiforme. Les figures emblématiques de Vie des Martyrs constituent donc un panel représentatif des caractères rencontrés ainsi qu’une mosaïque révélant l’expression plurielle de la douleur.

2Entreprise re-personnalisante et démarche porteuse d’universalité, Vie des Martyrs semble bien cristalliser les principes fondamentaux de l’humanisme duhamélien. Nous analyserons ainsi le paradoxe inhérent à l’écriture de cette ode aux blessés de guerre, avant de nous attarder sur les modalités et les enjeux d’une peinture de l’Homme souffrant qui emprunte ses vecteurs à l’individu et au respect de la multitude.

Vie des Martyrs : le paradoxe d’un mémorial

L’hommage d’un individualiste à l’Homme universel

3L’individualisme défendu par Duhamel n’est qu’un incubateur de l’universel. On pourrait croire que cette conception rejoint la vision organiciste de l’Humanité qui préside le courant unanimiste. Cette doctrine littéraire impulsée par des écrivains tels que Jules Romains prône en effet l’expression d’une vie unanime et collective, dans laquelle l’Homme n’a de sens que pris dans ses rapports sociaux. Bien que similaire dans sa genèse, Duhamel considérant l’individu comme une entité dédiée à un sens qui la transcende, la pensée duhamélienne diverge de l’unanimisme dans son rapport au collectif. Aussi, le paradoxe de Vie des Martyrs n’est qu’apparent puisque Duhamel ne distingue pas l’individu de l’universel. Il défend au contraire sa conviction d’une essence fondamentale de l’Homme présente en chaque être, le souffle de l’Humanité tout entière pouvant être symboliquement contenu dans le cœur d’un seul individu. On constate que la guerre ne fait que consolider et étendre les fondements de l’humanisme duhamélien ébauchés en temps de paix. L’une des forces de Vie des Martyrs réside donc dans sa capacité à figurer une image de l’Homme souffrant sans nier la multitude d’individualités dont elle est composée. Néanmoins, si Duhamel envisage bien l’expression de la souffrance dans sa pluralité, il n’en va pas de même pour le mal qui ronge les corps blessés. La litanie des souffrances engendrées par les armes de la civilisation technicienne, par son caractère répété, aboutit à la perception d’une détresse collective. On peut ainsi lire dans Entretiens dans le tumulte :

  • 5 G. Duhamel, Entretiens dans le tumulte : chronique contemporaine, 1918-1919, Paris, Albert Guillot, (...)

« La détresse du monde demeure si grande, si profonde, si touffue que la misère individuelle est comme submergée5. »

  • 6 G. Duhamel, Vie des martyrs, p. 159.
  • 7 Ibid., p. 49.
  • 8 Ibid., p. 113.

4« Mal6 », « sombre empire de la nuit7 », « mort8 » sont autant de termes pour désigner l’adversaire invisible du médecin, l’ennemi commun à chaque individu atteint dans sa chair. Ainsi, la multiplication des épreuves individuelles de la souffrance physique et morale engendre une forme de désarroi et de douleur collective, l’Humanité étant atteinte à de trop nombreuses reprises.

Une entreprise re-personnalisante

5En 1934, lorsque Duhamel écrit ses Remarques sur les mémoires imaginaires, c’est encore la souffrance dans ses dimensions universelles qui est évoquée :

  • 9 G. Duhamel, Remarques sur les mémoires imaginaires, Paris, Mercure de France, 1934, p. 50.

« J’ai composé, pendant la guerre, un certain nombre de récits pour affirmer ce qui me semblait alors la seule certitude indiscutable, l’unique réalité parfaite, la souffrance des hommes. J’ai recréé cette souffrance pour qu’elle ne risquât point de périr9. »

  • 10 Nicolas Beaupré, Écrire en guerre, écrire la guerre : France, Allemagne, 1914-1920, Paris, CNRS Édi (...)

6Cette reconstitution de la souffrance dans ses expressions multiples aurait pu faire l’économie d’une mention de l’identité des blessés hissés au rang de « martyrs ». Si l’intention de Duhamel résidait tout entière dans l’établissement de fables contemporaines remémorant la souffrance et sa puissance de rédemption, la mémoire du nom importerait peu. En cet été 1915, l’impérieuse nécessité d’écrire qui saisit Duhamel naît d’abord d’une conscience aigüe du danger éthique et métaphysique engendré par la dissolution de l’identité individuelle dans la mort de masse dépersonnalisante10. Il justifie ainsi son acte scripturaire :

  • 11 G. Duhamel, Vie des Martyrs, p. 176.

« Car il ne suffit pas de porter le couteau bienfaisant dans la plaie, ou d’en renouveler les linges avec exactitude et adresse. Il faut encore, sans en rien altérer, pouvoir retracer dans sa vérité et sa simplicité votre histoire de victimes émissaires, l’histoire des hommes que vous êtes pendant la douleur. Si l’on ne faisait pas cela, vous guéririez certes aussi bien, ou n’en péririez pas moins ; mais le plus dur de la majestueuse leçon serait perdu, mais le plus beau de votre courage demeurerait stérile11. »

  • 12 Avishai Margalit, L’Éthique du souvenir, Paris, Climats, 2006, p. 33.
  • 13 Paul Voivenel, À Verdun avec la soixante-septième division de réserve. Notes d’un médecin-major, Na (...)

7Créer un mémorial immatériel, dans lequel chaque nom sera associé à un caractère spécifique : telle est la lutte du témoin contre la menace du néant. La mémoire du nom est fondamentale dans cette entreprise de remémoration et d’hommage pérenne. Comme le rappelle Avishai Margalit, la Bible lie étroitement le nom à l’essence de l’être auquel il se rattache12. Par conséquent, inscrire un nom sur un support pérenne confère une éternité symbolique à l’essence de l’individu. Mais contrairement à l’érection des monuments aux morts, le récit de Duhamel dépasse le simple cadre de la remémoration du nom. Les traits caractéristiques de la personnalité du « martyr » sont également reconstitués dans quelques anecdotes nourrissant une narration elliptique. Duhamel obéit alors à un élan du cœur autant qu’à un devoir éthique découlant de son devoir médical envers les blessés. On ne s’étonne donc pas d’observer d’autres médecins engagés aux armées livrer le récit de leur expérience auprès des blessés. Paul Voivenel, médecin mobilisé dès le mois d’août 1914 au 211e Régiment d’Infanterie de Montauban, s’attèle ainsi à la rédaction de notes regroupées en 1933 sous le titre À Verdun avec la soixante-septième division de réserve. Notes d’un médecin-major13. Moins approfondi que Vie des Martyrs dans sa peinture des individus, il restitue néanmoins, à l’instar de Duhamel, l’identité de certains moribonds et convalescents. Le 15 septembre 1916, il liste en ces termes les morts de la journée :

  • 14 P. Voivenel, À Verdun […], p. 177.

« Vidaud, petit, brun, malicieux, excitant son chœur des Limousins qu’il opposait aux Toulousains… Cayre, intelligent, mince, à la moustache fournie, aux muscles du visage détachés, énergique, froid… Que d’autres, que je ne connaissais pas14… »

Le « colloque singulier », creuset d’une typologie singulière

  • 15 Automobile chirurgicale dite « Autochir ».

8Vie des Martyrs forme sans conteste le prolongement et l’ultime manifestation du colloque singulier élaboré entre Duhamel et les blessés dont il a la charge. En ce sens, les aunes à partir desquelles le médecin-écrivain établit sa typologie des caractères et des souffrances sont à rechercher dans les structures et les manifestations de cette relation originale qui échappe aux normes traditionnelles de sociabilité. Pendant plusieurs mois, l’enlisement de l’ambulance 9/3 sur les bords de la Vesle offre à Duhamel le temps nécessaire pour observer l’attitude des malades face à la douleur ainsi que les échanges entre convalescents, solidaires, fraternels ou simplement cordiaux. Cette temporalité favorable au médecin lui permet d’établir des rituels rythmant l’application des protocoles de soin, facilitant ainsi l’émergence d’une affection et d’une confiance réciproques avec les malades. Le retrait et le changement du pansement, exercice propice aux confessions et à la révélation du caractère authentique des convalescents, sont aussi l’occasion pour ceux-ci d’évaluer l’empathie du médecin à l’égard de leurs souffrances. Les dizaines de lettres écrites par d’anciens blessés soignés à l’ambulance 9/3 et à l’Autochir 1615 à l’attention de Duhamel révèlent unanimement la délicatesse et la sympathie exceptionnelles du médecin, celui-ci étant toujours soucieux d’épargner la moindre douleur lors du traitement des plaies. Un soldat nommé René Berland manifeste ainsi une reconnaissance affectueuse à l’égard de Duhamel :

  • 16 Bibliothèque nationale de France (désormais BnF), Fonds Georges Duhamel, NAF 28275, Lettre du solda (...)

« Je n’oublierai jamais quant à moi avec quelles bonnes paroles vous m’avez rassuré et tranquillisé, puis une fois l’opération finie, quand le moment des pansements était venu, avec quelle douceur vous enleviez de la gouttiere [sic] ma pauvre jambe mutilée16. »

9Un autre soldat lui écrit également :

  • 17 BnF, Fonds Georges Duhamel, NAF 28275, Lettre adressée à Georges Duhamel le 29 janvier 1916 [signat (...)

« Je vous remercie tout particulièrement d’avoir pris, pour mes pansements, toutes les précautions que je pouvais désirer. […] Mais ce que je trouvais inestimable c’était le soin que vous mettiez à m’éviter la plus petite douleur17. »

10Duhamel livre dans Vie des martyrs tous les enjeux de ce temps riche du colloque singulier :

  • 18 G. Duhamel, Vie des martyrs, p. 13.

« L’heure du pansement est propice. L’homme est nu, sur une table. On le voit tout entier, et toutes entières aussi et béantes, ces grandes plaies, objets de tant d’inquiétude et d’espoir18. »

  • 19 Ibid., p. 10.

11Le blessé et Duhamel sont alors tous deux « frémissants », le premier de ressentir la souffrance, le second de l’infliger. Le médecin apprivoise progressivement la façon de souffrir de chacun de ses malades afin d’appliquer, à l’heure du traitement des plaies, un rituel de soin moral adapté à chaque blessé. Armé de sa faculté empathique, Duhamel atteint les profondeurs des âmes dévoilées par une souffrance annihilant toute attitude d’apparat. Les hommes deviennent alors « plus qu’eux-mêmes », le médecin affirmant que « nous n’avions aimé que des ombres heureuses19 ». Sans l’exploration et le développement de cette empathie exacerbée associée à une foi profonde en la capacité de rédemption et d’élévation de l’Homme, Duhamel n’aurait pu être cet interprète de faits en apparence anodins et ce porte-parole d’exception. C’est précisément la croyance en l’existence d’un Homme intemporel capable de se hisser à la hauteur du divin qui entraine Duhamel à mémoriser puis à consigner scrupuleusement l’histoire de Carré, Marie, Lerondeau, Léglise, Croin, Bride, Mercier et de tous ces martyrs anonymes couverts par l’écrivain du suaire de la sainteté. C’est ainsi qu’à l’été 1915, Duhamel reprend la plume après s’être donné comme consigne de renoncer, pendant la durée de son engagement aux armées, à toute œuvre littéraire afin de se consacrer pleinement à ses devoirs envers les blessés. Dans La Pesée des âmes, troisième volet de Lumières sur ma vie, il décrit le caractère soudain de la nécessité d’écrire :

  • 20 G. Duhamel, La Pesée des âmes, p. 140.

« Et voilà qu’une voix, soudain, me disait à l’oreille que ma tâche était sans doute non seulement de soigner ces hommes, mais de raconter leurs épreuves20. »

  • 21 Ibid., p. 141.
  • 22 Journal de l’Abbaye de Créteil, page écrite par G. Duhamel, publiée dans Les Cahiers de l’Abbaye de (...)

12Tout en souhaitant ne pas céder aux tentations du naturalisme, Duhamel veut être un réaliste de l’âme, prenant le parfait contre-pied de la « folie photographique de ressemblance21 » pour s’arrêter sur les aspects invisibles au regard. Par conséquent, les buts de Vie des Martyrs prolongent l’expérimentation, par l’ancien abbé de Créteil, d’une poésie immédiate, « aux portes de la peau22 », se saisissant de la sensation et de la perception humaines pour en tirer l’essence poétique évoquant l’Homme universel et éternel, dans la beauté et la vérité de ses émotions. Compagnons, L’Homme en tête et Selon ma loi, rédigés avant le premier conflit mondial, constituent ainsi des recueils de poèmes préfigurateurs de l’empathie et de l’observation humaniste duhaméliennes en temps de guerre. Compagnons constitue, en ce sens, une véritable esquisse préparatoire de Vie des martyrs, tant l’attention portée aux faits en apparence anodins mais révélateurs de l’authenticité d’une âme humaine est déjà présente :

  • 23 G. Duhamel, Compagnons : poèmes, Paris, Éditions de la NRF, 1912, p. 25.

« Oh ! Ne me cachez ni ce mouvement d’épaules
Que vous faites lorsqu’un chagrin nouveau vous vient.
Ni ce petit tremblement de votre menton
Qui trahit votre mal à retenir des larmes.
Laissez se déchirer, sous mes yeux fraternels,
Ce sourire meurtri, trop doux pour être amer
Qui fait votre face si belle […]
Je sens venir la minute,
La minute unique et parfaite,
Où le plus petit de tes gestes
Me cachera tout l’horizon23. »

13Ainsi, il semble que Duhamel offre un sens universel aux paroles et actes combattants détenant une puissance poétique intrinsèque.

Reconstituer la chair et l’âme de l’Homme souffrant

Le choix d’un panel

  • 24 Musée du Service de santé aux armées du Val-de-Grâce, Journal des marches et opérations de l’ambula (...)
  • 25 BnF, Fonds Georges Duhamel archivé NAF 28275, Correspondance Georges Duhamel-Alfred Vallette, Lettr (...)
  • 26 Dans une lettre adressée à Blanche Albane le 20 juin 1917, Georges Duhamel lui écrit : « On ne pens (...)
  • 27 G. Duhamel, Vie des Martyrs, p. 12.
  • 28 Ibid.

14La singularité de Vie des Martyrs ne réside pas seulement dans les enjeux testimoniaux et éthiques de son récit, mais également dans ses stratégies d’élaboration. Duhamel procède ainsi à la sélection d’un panel de blessés de guerre susceptible de représenter la diversité et la complexité du martyre engendré par l’usage d’éléments issus de la civilisation technicienne et scientifique. Ce sont plusieurs dizaines de blessés qui font l’expérience d’un « colloque singulier » avec Duhamel entre le 2 juin 1915, date d’arrivée du médecin à l’ambulance 9/324, et le mois de juin 1916, période d’achèvement du manuscrit de Vie des Martyrs25. De toutes ces victimes de l’usine dévoreuse en « chair humaine26 », Duhamel choisit d’immortaliser l’histoire et les noms de Carré, Lerondeau, Marie, Octave Croin, Mathouillet, Gaston Léglise, Auger, Bride. C’est à la fois l’homme, le poète et le médecin qui président à cette sélection originale, innervée par des sources inconscientes et des choix déterminés. En effet, l’élan primitif qui incline plus fortement Duhamel devant certains blessés procède d’un mécanisme spontané, guidé par une force de sympathie particulière, stimulée inégalement par les différents individus souffrants. Certains blessés émeuvent ainsi Duhamel davantage que d’autres et font l’objet – lorsque l’environnement s’y prête – d’un « colloque singulier » privilégié et approfondi. L’homme, dans ses émotions et instincts fondamentaux, est ainsi à l’origine d’une première esquisse du panel. Néanmoins, il est secondé et parfois même annihilé par le poète, qui privilégie la portée poétique et symbolique des paroles et des faits à l’affection ressentie à l’égard d’un blessé. L’âme du poète est alors étroitement entremêlée à celle du médecin, la contemplation créatrice du premier étant dépendante de l’empathie et de l’action salvatrice du second. L’expérience sensorielle que constitue le contact de Duhamel avec l’Autre souffrant est déterminante, comme l’illustre l’importante récurrence des champs lexicaux du regard, du toucher et de l’ouïe dans Vie des Martyrs. Le blessé nommé Carré est d’abord présenté comme « une petite tête édentée27 » d’où « sort une voix paysanne, au timbre brisé, mais émouvant et presque mélodieux28 ». Dans le « Mémorial de la vie des martyrs », troisième chapitre de l’ouvrage, on peut lire également :

  • 29 Ibid., p. 43.

« Le seul œil qui lui reste se remplit de larmes. Et, comme j’aperçois la main qui n’est pas blessée, je la serre doucement, avant de m’en aller29. »

  • 30 Musée du Service de santé aux armées du Val-de-Grâce, op. cit. L’ambulance 9/3 quitte Sapicourt le (...)
  • 31 Service des Archives médicales hospitalières des Armées à Limoges, Fiche signalétique de Gaston Lég (...)

15Les manifestations physiques d’une âme sont observées et interprétées par un regard et une analyse poétiques. Tout comme la poésie immédiate expérimentée à l’Abbaye de Créteil, Duhamel est à l’affût d’un geste ou d’une voix dans laquelle tiendrait l’Humanité tout entière, l’Homme universel dans son essence. L’intention de l’auteur de Vie des Martyrs n’est pas de tendre à l’exhaustivité mais à la représentativité. Le type de blessure des individus remémorés et honorés par la plume importe moins que la particularité et la « poéticité » de l’expression de la douleur. C’est pourquoi la diversité des plaies rencontrées par la formation du médecin-chef Albert Martin n’est que partiellement restituée. Cela indique une orientation testimoniale particulière : l’objectif est de peindre la réalité interne du martyre des blessés de guerre et non la réalité externe purement factuelle. En d’autres termes, la personnalité et l’intériorité du blessé l’emportent sur la blessure et sa description médicale. Néanmoins, la blessure à l’origine de la douleur n’est pas non plus un élément anecdotique. Son degré de gravité doit contribuer à fournir les « mesures-étalons » à partir desquelles Duhamel envisage le courage, la grâce, l’esprit de sacrifice : en somme, les vertus morales de l’homme confronté à la douleur. Il est significatif que les figures majeures de Vie des Martyrs soient des convalescents ou des mourants accueillis au château de Sapicourt, avant que l’ambulance 9/3 ne reçoive l’ordre de rejoindre les marches de la bataille de Verdun en février 191630. En effet, c’est dans cet hôpital de fortune installé sur les bords de la Vesle que l’ambulance reçoit des blessés pour la plupart graves, voire très graves, qui ne sont pas évacués rapidement et qui exigent des soins continus. Les mutilations et amputations à pratiquer abondent, tandis que le cimetière aménagé à proximité par les membres de l’ambulance est régulièrement nourri des dépouilles des soldats ayant accompli l’ultime sacrifice. Le « colloque singulier » est alors porteur d’enjeux paroxystiques, comme celui d’insuffler le sursaut de courage nécessaire à la survie d’un blessé. Gaston Léglise et Octave Croin, grands martyrs immortalisés deux fois par la main de Duhamel, d’abord par la photographie, puis par l’écrit, sont ainsi de grands blessés soignés à Sapicourt. Originaire de Bordeaux, Gaston Léglise est incorporé dès le 16 décembre 1914, nommé caporal le 10 mai 1915 et affecté au 8régiment d’Infanterie le lendemain. Blessé dans le secteur de Bois Mine le 22 juillet 1915 par des éclats de grenade, il souffre de plaies intra-articulaires aux genoux droit et gauche qui nécessitent un débridement puis l’amputation successive des deux cuisses31. Le 4 août 1915, Georges Duhamel écrit à son épouse Blanche Albane :

  • 32 G. Duhamel et B. Albane, op. cit., p. 344.

« Ce matin, nous avons dû couper la cuisse gauche à un de mes petits blessés, Gaston Léglise, dont je t’envoie la touchante photographie. Je lui ai annoncé la chose quelques minutes avant. Son désespoir résigné me déchirait le cœur, car il ne s’y attendait pas. Ce qu’il y a de plus terrible, c’est que sa cuisse droite ne vaut pas mieux, et est en grand danger32… »

  • 33 Ibid., p. 456.

16Le 24 septembre, il annonce à Blanche : « Léglise […] sera un de mes grands blessés, avec les Carré et les Marie33. »

  • 34 Service des Archives médicales hospitalières des Armées à Limoges, Fiche signalétique d’Octave Croi (...)

17Quant à Octave Croin, caporal au 1er régiment d’Infanterie, il est atteint par des éclats d’obus le 22 décembre 1915, dans le secteur de la côte 108, à proximité de Berry-au-Bac. Victime d’une plaie de la face au niveau de la racine du nez et de l’angle interne de l’œil droit, il est également blessé à l’avant-bras et à la main droite. Ses plaies entrainent une esquillectomie ainsi qu’une extraction de projectiles, puis l’énucléation de l’œil droit34. Une fois de plus, Duhamel évoque la souffrance physique et morale que ce sacrifice représente :

  • 35 G. Duhamel et B. Albane, Correspondance […], p. 693.

« Le petit Croin, qui a perdu l’œil droit, a une bien vilaine main droite. Je le prépare doucement à l’idée de l’amputation. Et c’est une lutte comme avec Léglise. Il me dit tout le temps en pleurant du seul œil qu’il possède : "S’il faut encore que je donne ma main !"35. »

18Une blessure particulièrement mutilante ou exigeant la réalisation d’une amputation constitue donc l’un des facteurs de sélection des « martyrs » parmi les dizaines de blessés traités par Duhamel. Expressions suprêmes du dernier sacrifice consenti avant la mort, la mutilation et l’amputation semblent être les vecteurs par excellence d’une transcendance de l’être souffrant, celui-ci abandonnant une partie de lui-même pour accéder à des vertus intemporelles qui dépassent sa propre individualité : l’abnégation, le courage, la confiance résignée en des temps meilleurs. La genèse de l’acte d’amputation, à savoir l’infection potentiellement mortelle d’une plaie, est également largement présente dans le récit de Vie des Martyrs. Cette menace infectieuse est présentée sous la forme d’une mort personnifiée, travaillant à même le corps toujours vivant :

  • 36 G. Duhamel, Vie des Martyrs, p. 113.

« La mort, qui s’était étendue sur tout le corps comme sur un pays conquis, s’est retirée, cédant peu à peu du terrain ; mais voilà qu’elle s’arrête : elle s’accroche aux jambes, elle ne veut plus les lâcher ; elle réclame quelque chose en partage ; elle n’entend pas être frustrée de toute sa proie36. »

19C’est à partir de l’observation de ce duel invisible de l’homme avec la Mort que Duhamel nourrit et étoffe son panel de martyrs exemplaires.

Typologie tragi-comique des caractères et des souffrances

  • 37 Ibid., p. 20.
  • 38 Ibid., p. 65.
  • 39 Voir chapitre IV intitulé « Mort de Mercier », p. 79-82.
  • 40 Ibid., p. 80.
  • 41 Ibid., p. 50-51.
  • 42 Ibid., p. 135.
  • 43 Ibid., p. 34.
  • 44 Ibid., p. 44.

20De ces hommes confrontés à la douleur, Duhamel établit bien une typologie et non une hiérarchie. L’intention n’est pas de dresser une échelle de valeurs, mais bien d’élaborer une mosaïque dans laquelle s’entremêlent les caractères et les différentes expressions de la souffrance. Les personnalités des blessés ne sont jamais présentées indépendamment de l’influence que l’événement guerrier et la douleur ont eue sur elles. Ce ne sont plus les hommes d’autrefois, leur identité ainsi que leur activité du temps de paix ne subsistent plus qu’à l’état de traces. Par conséquent, la mention de la profession n’est pas systématique et n’est présente que pour renforcer la dichotomie entre l’homme d’avant-guerre et le soldat blessé. On apprend ainsi que le jeune Marie Lerondeau, blessé à la cuisse par une balle, était paysan avant sa mobilisation37 tandis que M. Lévy, fantassin territorial touché par des éclats d’obus, était commerçant38. Le soldat Mercier, dont Duhamel raconte l’agonie précédant sa mort39, était quant à lui boulanger « dans un hameau du Cantal40 ». On note également la mention d’un ancien sténographe : le sergent Lécolle, devenu trop nerveux après l’observation de la mort de l’un de ses camarades41. Enfin, Auger est d’abord présenté comme un « humble vannier de la Charente42 ». Peu importent désormais les qualificatifs professionnels de ces hommes, stigmates d’un autre temps définitivement révolu. Au regard duhamélien, seule leur façon de souffrir et de se comporter avec les autres blessés est susceptible de traduire l’authenticité de leur personnalité. Il y a d’abord les blessés pudiques qui représentent autant de types différents de pudeur. Mouchon, « belle figure candide d’enfant bien élevé43 », dévoile une gêne devant le manque d’hygiène inhérent à sa présence prolongée sur le front. Sa pudeur relève ici davantage d’une forme de raffinement social que d’une réserve dans l’expression des ressentis, contrairement au blessé nommé Plaquet. C’est son « menu rire sec qui ne veut dire ni oui ni non44 » qui révèle à Duhamel l’étendue d’une pudeur délicate et complexe. Blessé à la jambe en 1915, Plaquet explique au médecin qu’il ne peut marcher à l’extérieur avec une jambe artificielle, trop honteux d’exhiber ainsi son amputation. Duhamel conclut :

  • 45 Ibid., p. 45.

« C’est un brave soldat et il n’est point sot. Mais il y a des sentiments très compliqués qu’il ne faut pas juger trop vite45. »

  • 46 Ibid., p. 53.
  • 47 Ibid., p. 54.

21Cette décence qui frôle l’absurde dans l’attitude pudique de Plaquet est significative de la complexité des transformations identitaires et psychiques des soldats blessés. Les normes sociales du temps de paix ne disparaissent pas totalement sous le poids de la guerre, et coexistent avec les nouvelles exigences imposées par la condition du soldat et celle, quelque peu différente, du blessé de guerre. Une autre forme de pudeur est étroitement liée à cette condition : la réserve dans l’expression de la douleur. Derancourt, amputé de la cuisse et éprouvé par une multitude d’autres blessures, tente de contenir la souffrance des mois durant et ne livre rien de lui-même ou de son infortune46. C’est sans compter sur la force de mutation induite par l’expérience de la souffrance, capable de transformer la réserve en une longue complainte sans limites. Après l’application d’une compresse de chloroforme sous le nez, Derancourt se mit ainsi à « sangloter d’une façon affreuse et à parler de tout ce dont il ne parlait jamais. La douleur contenue pendant des mois et des mois, se répandit ou plutôt éclata en lamentations désespérées, désespérantes47 ».

  • 48 Ibid., p. 38.
  • 49 Ibid., p. 64.

22Les blessés courageux, dont la bravoure est parfois étroitement liée à une forme de pudeur, ont aussi la part belle dans Vie des Martyrs. Selon la typologie duhamélienne, l’homme courageux est celui qui sait opposer à son mal un état moral qui emprunte tantôt à la résignation, tantôt à la combativité. Quoi qu’il en soit, ce courage est toujours une vertu temporaire, finalement toujours atteinte par l’excès de souffrance du blessé. Alors qu’il a supporté avec flegme et force morale de redoutables disgrâces causées par une plaie du flanc et la mutilation de ses mains, le blessé nommé Tricot se laisse gagner par le désespoir suite à l’apparition d’un bouton, « étincelle qui fait déborder le vase48 ». Il en est de même pour l’adjudant Figuet qui, après avoir fait preuve d’une endurance exceptionnelle dans l’épreuve de la douleur, s’abandonne dans la plainte et les gémissements49. Une fois de plus, l’absurdité des paradoxes humains de la guerre apparaît avec force. Par ailleurs, le courage n’adopte pas toujours le même visage et se cache parfois derrière un masque de passivité. Duhamel découvre ainsi auprès de certains grands blessés des qualités de bravoure originales et sujettes à des interprétations contraires. Nogue, blessé au bras et en proie à une forte fièvre, est présenté en ces termes :

  • 50 Ibid., p. 59.

« Courageux, mais Normand ; cela donne au courage une forme particulière qui n’exclut ni la réserve, ni la prudence, ni la modération dans les termes50. »

  • 51 Ibid., p. 43.

23Parmi les hommes distingués pour leur sang-froid, on note également la présence d’Octave Croin, dont la vaillance d’esprit ne parvient pas à s’étendre aux réactions instinctives du corps. Duhamel note que « l’homme n’a plus peur, mais la chair reste craintive51 ».

  • 52 Ibid., p. 135.
  • 53 Ibid., p. 143.
  • 54 Ibid., p. 136.

24Face à la douleur, Duhamel distingue ceux qui « savent souffrir » et ceux qui ne parviennent pas à vivre intelligemment leur mal. Afin de marquer visiblement cette dichotomie, Duhamel brosse le portrait croisé de deux blessés : l’histoire d’Auger et de Grégoire. Entrés le même jour à l’ambulance, ils sont tous deux atteints d’une blessure par balle à la cuisse qui s’infecte par la suite. Ce récit, qui emprunte pourtant ses éléments au réel, a, par bien des aspects, l’allure d’une fable. Alors qu’Auger semble « touché par la grâce52 » et souffre de façon « éclairée, intelligente53 », Grégoire, lui, n’est pas un « bon blessé54 ». Il exprime sa souffrance de façon anarchique et disproportionnée. Contre toute attente, c’est finalement Auger qui succombe à sa blessure, pendant que Grégoire revient peu à peu à la vie. La morale de ce chapitre peut se résumer ainsi : il ne suffit pas d’atteindre à l’intelligibilité de la douleur et d’instiller de l’harmonie à la souffrance, encore faut-il que les désordres organiques se résorbent. Le « colloque singulier » a démontré à Duhamel que le corps peut se dérober à l’influence de l’esprit. Duhamel emploie le qualificatif de « bon » blessé pour démontrer justement l’impuissance de l’être à agir sur ses instincts et ses réactions spontanées lorsqu’il est confronté à la douleur. Le blessé qui semble maîtriser son mal n’est pas, selon lui, supérieur moralement à celui qui reçoit la souffrance avec hébétude et impuissance.

  • 55 Ibid., p. 13.

25L’Homme demeure seul dans sa chair, ce qui entraîne une expression toujours individualisée de la souffrance. Cette pluralité des manifestations de la douleur se décline dans un récit tragi-comique, servi notamment par une typologie singulière des manifestations sonores de la souffrance. Carré extériorise ainsi sa douleur par une grande diversité de cris alors que Lerondeau n’en a que peu pour exprimer une « hébétude plaintive55 ». Quant au père Louarn, il vocifère des jurons en Breton lorsqu’il ressent les tourments de ses trois membres blessés. Cette attitude contraste avec celle des blessés Blaireau et Houdebine qui expriment leur mal en chantant. De cette observation, Duhamel tire le constat suivant :

  • 56 Ibid., p. 169.

« Je crois que, même au plus profond de l’enfer, les damnés chantent, plaisantent et jouent à la manille. Je l’imagine pour avoir vu ceux-ci ramer sur leur galère, où la fièvre et les plaies les tiennent enchaînés56. »

  • 57 Ibid., p. 47.
  • 58 Ibid., p. 48.
  • 59 Ibid., p. 66.

26Parmi ces « damnés », il y a également les excentriques comme Paga, soldat blessé à la jambe gauche et souffrant d’un pied droit endommagé. « Il ne souffre pas comme tout le monde57 », ce qui renvoie à une façon peu ordinaire de considérer la blessure et les tourments qu’elle provoque. En effet, alors que Gaston Léglise et Octave Croin redoutent l’inévitable amputation, Paga, lui, l’exige à grands cris58. En quelques traits, Duhamel offre l’image d’un caractère insolite, quelque peu loufoque, volubile dans la confrontation à la douleur. À côté des excentriques, des courageux, des pudiques, on observe également les blessés maussades et grincheux, tel le blessé Lévy qui accuse Duhamel d’être un « assassin » lorsque le médecin applique le protocole de soin59.

  • 60 Ibid., p. 125.
  • 61 Ibid., p. 126-128.
  • 62 Ibid., p. 64.
  • 63 Ibid., p. 39-41.
  • 64 Ibid., p. 70.

27Une catégorie transversale apparaît nettement dans cet éventail de « martyrs » : les blessés solidaires. Léglise, qui a fait le sacrifice de ses deux jambes, profite de sa convalescence pour s’enquérir du bien-être de ses camarades. Devenu « âme d’élite60 », il élabore des subterfuges avec la complicité de Duhamel afin de fournir quelques cigarettes à un blessé nommé Legrand61 sans heurter sa susceptibilité. Bien d’autres convalescents de l’ambulance 9/3 développent, malgré la douleur, un esprit altruiste et empathique à l’égard des autres blessés. Ainsi Bouchentou, contraint de soutenir en permanence son bras gauche douloureux partiellement désossé, offre sa main droite à l’adjudant Figuet afin de l’aider à endurer la douleur62. De même, Mehay, grand blessé à la tête, improvisé rapidement infirmier et gestionnaire de la salle des blessés63, ou Monet, seul capable de maintenir efficacement la jambe d’Hourticq, soulageant ainsi ses tourments64.

Les « martyrs » : rédempteurs de l’Humanité décadente ?

  • 65 A. Margalit, L’Éthique […], p. 161.

28Solidaires, pudiques, colériques, excentriques, optimistes ou gagnés par le défaitisme, ils sont tous hissés au rang de « martyrs », gages nécessaires de rédemption d’une Humanité malheureuse, jetée dans le précipice des mirages de la civilisation matérielle et technicienne. Aujourd’hui connoté religieusement, le terme de « martyr », selon son étymologie grecque ancienne, renvoie d’abord à la notion de « témoin ». Les blessés sont les témoins moraux par excellence du sort des hommes ordinaires plongés dans la tourmente. Selon Avishai Margalit, le témoin moral est celui qui assiste à la fois au mal et à la souffrance qu’il fait subir. Il a une « connaissance directe de la souffrance » dont il « n’est pas seulement témoin mais victime65 ». Vie des Martyrs constitue le porte-voix de ceux qui n’en ont pas ou qui n’en ont plus. On peut lire sur l’une des versions manuscrites primitives du récit :

  • 66 BnF, Fonds Georges Duhamel, NAF 28275, dernière version manuscrite de Vie des Martyrs.

« Au fond des plaies, au fond de la chair mutilée, s’agite et s’exalte une âme extraordinaire, furtive, qui ne se manifeste pas aisément, qui s’exprime avec candeur, mais que je voudrais faire parler pour vous66. »

  • 67 G. Duhamel, Vie des Martyrs, p. 10.

29Cette fin de phrase est finalement plus éloquente et appropriée que celle choisie pour la version définitive : « […] mais que je souhaiterais tant vous faire entendre67 ».

30Duhamel décide d’amoindrir l’importance de son intercession entre le témoin et le récit testimonial. Le médecin-écrivain ne se contente pourtant pas de narrer les paroles des blessés. Il y ajoute des interjections ainsi que des commentaires qui constituent autant d’altérations à la réalité brute. Duhamel ne retranscrit pas seulement les faits et gestes de certains blessés, il y ajoute parfois les siens. Mais contrairement aux blessés, il n’a pas vécu l’épreuve de la souffrance et ne peut en avoir une connaissance effective malgré son empathie. Comme l’écrit justement Maurice Genevoix :

  • 68 Maurice Genevoix, La Mort de près, Paris, Plon, 1972, p. 49.

« Les blessures, la mort des autres, si profondément qu’elles nous émeuvent, si approché que soit le retour sur nous-mêmes que provoque leur présence lamentable, ne peuvent être qu’autres en effet : le transfert est impossible, il y faut la blessure même68. »

31Conscient de cet obstacle à la connaissance véritable et absolue de l’Homme souffrant, Duhamel considère les « martyrs » comme seuls dépositaires de la vérité de la guerre. Victimes expiatoires de la folie guerrière, seuls les blessés ont matérialisé jusque dans leur chair le paroxysme de la violence déchaînée sur les hommes.

32Ils deviennent alors des « martyrs » au sens courant, sacrifiés sur l’autel d’une religion à visage humain, centrée sur l’Homme et sa survie morale. Ils doivent contribuer à imposer la nécessité d’une restauration de la « civilisation morale », déchue depuis la gloire croissante de la science et de ses promesses illusoires de bienfaits pour l’individu et la société. Cette conviction est clairement exprimée par Duhamel :

  • 69 G. Duhamel, Vie des Martyrs, p. 175.

« C’est pour avoir contemplé votre visage au fort de la souffrance que j’ai formé un espoir religieux en l’avenir de notre race. C’est surtout pour avoir admiré votre résignation, votre bonté native, votre confiance sereine en des temps meilleurs que je fais encore crédit à l’avenir moral du monde. […] Vous gardez, sur vos lits de douleur, une beauté, une pureté du regard qui rachètent, à elles seules, l’immense crime. Hommes de France, votre naïve grandeur d’âme disculpe toute l’humanité de son plus grand crime et la relève de sa plus profonde déchéance69. »

  • 70 Robert Dubarle, Paroles des vivants et des morts, dialogues avec la douleur, Paris, Les Belles Lett (...)

33L’omniprésence du champ lexical religieux appliqué à un hommage exclusivement laïc et humaniste est révélatrice d’une forme de crise métaphysique où la perte de l’idée de Dieu entraîne un surcroît de responsabilité morale pour l’Homme. Duhamel n’est pas le seul à comparer l’homme souffrant à un « martyr ». Personnifiant la douleur, Robert Dubarle la fait intervenir dans un dialogue avec les vivants et les morts de la guerre auxquels elle affirme : « Je suis l’épreuve salutaire, l’indispensable amie70. »

  • 71 Robert Vallery-Radot, L’Homme de douleur, Paris, G. Crès, 1918, p. 22.

34Dans L’Homme de douleur, Robert Vallery-Radot emploie le terme de « martyr » mais lui confère des enjeux différents. Il considère que le « martyr » est celui qui souffre, parfois jusqu’au sacrifice de sa vie, au nom de la Patrie. On lit que le blessé « comprend qu’il est là au cœur même de la souffrance humaine pour lui donner un sens ; que le salut du pays dépend peut-être de son adhésion à la douleur infinie, totale71 ».

35Dans le cas de Duhamel comme dans celui de Vallery-Radot, la figure du « martyr » est détournée de son sens religieux pour nourrir d’autres types de foi : foi en l’Homme pour le premier, en la grandeur patriotique pour le second. Au mot « martyr » est parfois préféré celui d’« apôtre », mais dans un sens toujours laïcisé. Dans une lettre adressée à Duhamel le 10 janvier 1917, le médecin-écrivain Luc Durtain écrit :

  • 72 BnF, Fonds Georges Duhamel, NAF 28275, Correspondance Georges Duhamel-Luc Durtain, lettre de Luc Du (...)

« Vous êtes là-bas entouré de ceux qui rachètent. Vous êtes avec les douze, les douze cent mille apôtres72. »

  • 73 David Le Breton, « Expérience de la douleur, expériences de la violence », dans De la violence, II  (...)
  • 74 Ibid.

36« Puissance de métamorphose73 », la douleur seule permet cette transcendance de l’Être inhérente à la figure du martyr. La douleur arrache l’individu à lui-même pour l’entraîner vers l’exploration de ressources morales inédites et, par conséquent, vers de nouveaux replis identitaires. La douleur impose ainsi une sorte de mort morale, qui permet la naissance d’une âme nouvelle porteuse d’une « métaphysique qui bouleverse l’ordinaire de sa relation aux autres et au monde74 ». Pendant la Première Guerre mondiale, cette transformation morale et identitaire de l’être souffrant est le plus souvent perçue comme une transcendance, une élévation vers des vertus supérieures. Albert Martin affirme au sujet des blessés qu’il a observés :

  • 75 Pierre-Albert Martin (présentés par), Souvenirs d’un chirurgien de la Grande Guerre : Albert Martin (...)

« Ils se plaignent peu ; ils souffrent avec une résignation et un calme qui m’émeuvent plus que les plaintes. […] Pas un seul ne récrimine et ne maudit le sort de la guerre. On croirait que le fait d’avoir été au feu et de s’être battu a façonné leur cœur ou leur caractère au sens le plus noble du mot75. »

  • 76 G. Duhamel, Vie des Martyrs, p. 216.
  • 77 Daniel-Rops, Le Monde sans âme, Paris, Plon, 1932, p. 53.

37La transformation morale de l’individu confronté à la douleur ne peut pas être une dépréciation puisqu’elle tend à révéler la vérité de l’essence humaine, dont le caractère est divin selon la métaphysique duhamélienne. Rien d’étonnant à ce que le martyr devienne parfois un « saint76 » dans le récit de Duhamel. Cette réaction est le fruit d’une nature humaine qui réclame l’existence d’un absolu. Si ce dernier n’est pas placé dans un Dieu, il est exalté dans l’individu ou dans les concepts qui en découlent tels que la race ou la nation. Comme l’écrit Daniel-Rops, « les esprits anti-religieux substituent à Dieu des données qui ne sont pas moins religieuses : culte du progrès, amour de l’humanité77 ».

38Le « culte du progrès » mis à mal par la force de destruction des outils de la civilisation technicienne, ne reste plus que « l’amour de l’humanité » pour maintenir la confiance de Duhamel en des temps meilleurs. C’est au contact des « ombres heureuses » de l’ambulance 9/3 qu’il trouve l’inspiration d’une religion à visage humain, d’un humanisme toujours plus désespéré et nécessaire.

Haut de page

Notes

1 Georges Duhamel, Vie des Martyrs, Paris, Mercure de France, 1917, p. 9.

2 G. Duhamel, Paroles de médecin, Paris, Mercure de France, 1944, p. 13.

3 Ibid.

4 G. Duhamel, La Pesée des âmes, Paris, Mercure de France, 1949, p. 140.

5 G. Duhamel, Entretiens dans le tumulte : chronique contemporaine, 1918-1919, Paris, Albert Guillot, 1948 [1re éd. Paris, Mercure de France, 1919], p. 137.

6 G. Duhamel, Vie des martyrs, p. 159.

7 Ibid., p. 49.

8 Ibid., p. 113.

9 G. Duhamel, Remarques sur les mémoires imaginaires, Paris, Mercure de France, 1934, p. 50.

10 Nicolas Beaupré, Écrire en guerre, écrire la guerre : France, Allemagne, 1914-1920, Paris, CNRS Éditions, 2006, p. 133-134.

11 G. Duhamel, Vie des Martyrs, p. 176.

12 Avishai Margalit, L’Éthique du souvenir, Paris, Climats, 2006, p. 33.

13 Paul Voivenel, À Verdun avec la soixante-septième division de réserve. Notes d’un médecin-major, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1991. Pour approfondir l’étude biographique de Paul Voivenel, voir Cécile Lestrade, Un médecin et son époque : vie et œuvre du Docteur Paul Voivenel (1880-1975), thèse de médecine soutenue le 20 mai 1998, Université Paul-Sabatier, Toulouse.

14 P. Voivenel, À Verdun […], p. 177.

15 Automobile chirurgicale dite « Autochir ».

16 Bibliothèque nationale de France (désormais BnF), Fonds Georges Duhamel, NAF 28275, Lettre du soldat René Berland adressée à Georges Duhamel le 20 février 1918.

17 BnF, Fonds Georges Duhamel, NAF 28275, Lettre adressée à Georges Duhamel le 29 janvier 1916 [signature illisible].

18 G. Duhamel, Vie des martyrs, p. 13.

19 Ibid., p. 10.

20 G. Duhamel, La Pesée des âmes, p. 140.

21 Ibid., p. 141.

22 Journal de l’Abbaye de Créteil, page écrite par G. Duhamel, publiée dans Les Cahiers de l’Abbaye de Créteil, « L’Abbaye de Créteil (1906-1908) », publications de l’Association des Amis de Georges Duhamel et de l’Abbaye de Créteil, no 15, décembre 1993, p. 120.

23 G. Duhamel, Compagnons : poèmes, Paris, Éditions de la NRF, 1912, p. 25.

24 Musée du Service de santé aux armées du Val-de-Grâce, Journal des marches et opérations de l’ambulance 9/3, non référencé.

25 BnF, Fonds Georges Duhamel archivé NAF 28275, Correspondance Georges Duhamel-Alfred Vallette, Lettre de Georges Duhamel à Alfred Vallette datée du 5 juin 1916.

26 Dans une lettre adressée à Blanche Albane le 20 juin 1917, Georges Duhamel lui écrit : « On ne pense pas, on ne songe qu’à abattre de la besogne, comme un bon ouvrier en chair humaine ». Voir G. Duhamel et Blanche Albane, Correspondance de guerre 1914-1919, Édition établie et annotée par Arlette Lafay, t. I, Paris, Honoré Champion, 2007, p. 414.

27 G. Duhamel, Vie des Martyrs, p. 12.

28 Ibid.

29 Ibid., p. 43.

30 Musée du Service de santé aux armées du Val-de-Grâce, op. cit. L’ambulance 9/3 quitte Sapicourt le 16 février 1916 et arrive à Baleycourt, hameau situé à quelques kilomètres de Verdun, le 27 février.

31 Service des Archives médicales hospitalières des Armées à Limoges, Fiche signalétique de Gaston Léglise ; Archives départementales de la Gironde, Fiche matricule de Gaston Léglise référencée 1 R 1524.

32 G. Duhamel et B. Albane, op. cit., p. 344.

33 Ibid., p. 456.

34 Service des Archives médicales hospitalières des Armées à Limoges, Fiche signalétique d’Octave Croin.

35 G. Duhamel et B. Albane, Correspondance […], p. 693.

36 G. Duhamel, Vie des Martyrs, p. 113.

37 Ibid., p. 20.

38 Ibid., p. 65.

39 Voir chapitre IV intitulé « Mort de Mercier », p. 79-82.

40 Ibid., p. 80.

41 Ibid., p. 50-51.

42 Ibid., p. 135.

43 Ibid., p. 34.

44 Ibid., p. 44.

45 Ibid., p. 45.

46 Ibid., p. 53.

47 Ibid., p. 54.

48 Ibid., p. 38.

49 Ibid., p. 64.

50 Ibid., p. 59.

51 Ibid., p. 43.

52 Ibid., p. 135.

53 Ibid., p. 143.

54 Ibid., p. 136.

55 Ibid., p. 13.

56 Ibid., p. 169.

57 Ibid., p. 47.

58 Ibid., p. 48.

59 Ibid., p. 66.

60 Ibid., p. 125.

61 Ibid., p. 126-128.

62 Ibid., p. 64.

63 Ibid., p. 39-41.

64 Ibid., p. 70.

65 A. Margalit, L’Éthique […], p. 161.

66 BnF, Fonds Georges Duhamel, NAF 28275, dernière version manuscrite de Vie des Martyrs.

67 G. Duhamel, Vie des Martyrs, p. 10.

68 Maurice Genevoix, La Mort de près, Paris, Plon, 1972, p. 49.

69 G. Duhamel, Vie des Martyrs, p. 175.

70 Robert Dubarle, Paroles des vivants et des morts, dialogues avec la douleur, Paris, Les Belles Lettres, 1922, p. 212.

71 Robert Vallery-Radot, L’Homme de douleur, Paris, G. Crès, 1918, p. 22.

72 BnF, Fonds Georges Duhamel, NAF 28275, Correspondance Georges Duhamel-Luc Durtain, lettre de Luc Durtain à Georges Duhamel datée du 10 janvier 1917.

73 David Le Breton, « Expérience de la douleur, expériences de la violence », dans De la violence, II : séminaire de Françoise Héritier, Paris, Odile Jacob, 1999, p. 129.

74 Ibid.

75 Pierre-Albert Martin (présentés par), Souvenirs d’un chirurgien de la Grande Guerre : Albert Martin (1866-1948), Luneray, Éditions Bertout, « La mémoire normande », 1996, p. 21.

76 G. Duhamel, Vie des Martyrs, p. 216.

77 Daniel-Rops, Le Monde sans âme, Paris, Plon, 1932, p. 53.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pauline Breton, « Du singulier à l’universel : la typologie duhamélienne des blessés de l’ambulance 9/3 », Siècles [En ligne], 39-40 | 2014, mis en ligne le 27 novembre 2015, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/siecles/2827

Haut de page

Auteur

Pauline Breton

Doctorante en histoire contemporaine et littérature
Université Paris-Ouest Nanterre la Défense, HAR (Histoire des arts et des représentations) et CSLF (Centre des Sciences de la Littérature française), EA 4414 et EA 1586

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • OpenEdition Journals