Navigation – Plan du site
Varia

Exultation festive et tristesse le 11 novembre 1918 : les paradoxes de la victoire dans le département du Puy-de-Dôme

Festive exultation and sadness on 11 November 1918: the paradoxes of the victory in the department of Puy-de-Dôme
Aline Fryszman

Résumés

Le 11 novembre 1918, à l’annonce de l’armistice, le département du Puy-de-Dôme a été le théâtre d’une extraordinaire liesse aux accents de communion nationale autour de la victoire. La journée donne lieu à de véritables grèves et manifestations spontanées. La nouvelle s’est répandue par les divers medias de l’annonce civique : la rumeur, la dépêche de presse, l’information administrative et les sonneries d’allégresse. L’enthousiasme révèle l’extrême anxiété des années de guerre et le soulagement que procure la fin des combats. Mais l’ambiguïté du moment, entre liesse et tristesse des deuils, génère des tensions sociales et témoigne des difficultés qui de la sortie de guerre.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Stéphane Tison, Comment sortir de la guerre ? Deuil, mémoire et traumatisme. 1870-1940, Rennes, Pre (...)
  • 2 Pierre Purseigle désigne par belligérance l’état d’esprit et l’ensemble des attitudes d’une populat (...)
  • 3 Pierre Purseigle, Mobilisation, sacrifice et citoyenneté. Angleterre-France 1900-1918, Paris, Les B (...)
  • 4 Pierre Purseigle le constate à Northampton et à Béziers : ibid., p. 385.

1L’historiographie de la Grande Guerre s’est intéressée à la manière dont les populations sont sorties du premier conflit mondial en privilégiant des approches régionales et comparatives et en s’intéressant particulièrement à la victoire et à ses célébrations1. L’échelle locale permet d’apprécier, en multipliant les sources, à la fois les perceptions de la victoire le 11 novembre 1918 et de suivre, de manière fine la façon dont l’annonce de l’armistice s’est répandue et ce qu’elle a déclenché. Or c’est un moment clef qui permet de réfléchir aux attitudes des populations et aux rapports complexes entre cultures de guerre, mobilisation sociale et belligérance des civils2. Situé loin des champs de bataille, le département du Puy-de-Dôme appartient au front de l’arrière et fut une terre de mobilisation politique, économique et culturelle au long du conflit. La perspective d’une victoire y est restée l’horizon d’attente, non dans une perspective héroïque du combat mais sans doute en relevant d’« une triste et sinistre détermination3 ». La victoire était aussi source de tous les possibles, de toutes les renaissances, après un conflit si meurtrier et mobilisateur. L’idée de victoire a remobilisé l’opinion en 1918. Pourtant, dans le département du Puy-de-Dôme, ce n’est que tardivement, en octobre 1918, qu’elle est apparue comme vraiment possible. Comme ailleurs, l’on n’osait croire à la fin imminente des combats4, si bien que la nouvelle provoque la liesse et l’exultation à Clermont-Ferrand le 11 novembre 1918. Elle semble avoir été très largement partagée dans la ville et l’ensemble du département et avoir provoqué une vague de manifestations spontanées. Toutefois la liesse rencontre la profonde tristesse d’une population endeuillée par la mort de masse, ce qui ne saurait éviter des tensions.

La communion dans l’exaltation victorieuse

  • 5 Georges Desdevises du Dezert (1854-1942), fut d’abord juriste avant de suivre une carrière universi (...)

2Desdevises du Dezert, historien et ancien doyen de la faculté des Lettres5, en témoigne. Cet intellectuel, bien présentatif des élites conservatrices clermontoises, relate la façon dont se propage l’annonce de l’armistice à Clermont-Ferrand :

  • 6 Collègue et ami de Desdevises du Dezert, Louis Bréhier, spécialiste d’histoire byzantine, est titul (...)
  • 7 Georges Desdevises du Dezert, « Récits de guerre », t. 15, fo 150, 11 novembre 1918, Ms. 976, Bibli (...)

« À 11 h. moins le quart Mlle Marguerite Bréhier rapporte chez son père la nouvelle de la signature de l’Armistice. Bréhier6 vient immédiatement me prévenir. Nous partons pour lire la dépêche. À mesure que nous nous rapprochons de la place de Jaude, nous voyons les fenêtres se fleurir de drapeaux.
On se crie d’un trottoir à l’autre : c’est signé !
Les gens sont fous de joie.
Les camions américains passent en chantant, en sifflant, en saluant.
C’est la délivrance ; c’est la victoire sûre, complète, totale, définitive.
Nous lisons la dépêche à L’Avenir (rue Blatin). Nous allons la lire au Moniteur (rue de l’Écu).
Nous rentrons sortir nos drapeaux. J’arbore mon grand pavois.
À midi, les cloches sonnent, le canon tonne ; les ouvriers ont déserté tous les ateliers ; c’est la marée populaire qui déferle dans les rues7. »

3Depuis trois jours, l’universitaire notait au jour le jour les possibles conséquences de la demande d’armistice :

« 9 nov [sic] - On attend. Le Kaiser abdique. Le Konprinz renonce à la couronne. La République semble gagner du terrain en Allemagne. »

4Même style le jour suivant :

  • 8 G. Desdevises du Dezert, « Récits […] », fos 149-150, 8 et 9 novembre 1918. Les deux journaux locau (...)

« 10 nov [sic]. Le Kaiser se réfugie en Hollande. Troubles à Berlin - à 6 h. 1/2 l’Avenir fait afficher une dépêche annonçant que les plénipotentiaires allemands ont été autorisés à signer l’Armistice. Le Moniteur déclare que rien n’est officiel. La ville reste absolument calme8. »

5Antidreyfusard, membre de la Ligue de la Patrie française, marqué adolescent par la défaite de 1870, trop âgé pour combattre en 1914, Desdevises du Dezert avait toutefois voulu, d’une certaine manière, faire son devoir. Voici comment il présentait en 1919, sa « mobilisation » de 1914 et ses « œuvres de guerre » :

  • 9 G. Desdevises du Dezert, « Récits […] », t. 18, fos 2-3 : « Lettre à un italien, sept. 1919 ». Voir (...)

« J’avais seize ans en 1870, j’avais donc pu me rendre parfaitement compte de tous les désastres qui accablèrent alors la France. Quand je vis la scélératesse d’un homme qui la rejetait dans la tempête, mon cœur se serra et je me promis de vivre pendant l’épreuve en homme de devoir et en bon citoyen. Je suis rentré à mon poste, je me suis donné à ma tâche de professeur, j’ai eu des étudiants serbes, des étudiants américains, jusqu’à 80 étudiants à mes cours fermés. J’ai fait des cours publics sur la question turque, sur la France et ses alliés. Je me suis institué dans ma région professeur de réconfort ; on venait chez moi quand on avait le cafard pour reprendre courage. J’ai porté la bonne parole partout où je l’ai pu, j’ai écrit dans tous les journaux, dans toutes les revues qui m’ont sollicité, j’ai recueilli sur ce que j’ai vu et entendu 18 volumes de notes ; je me suis occupé des blessés, j’ai été les voir, leur causer, les distraire dans les hôpitaux ; enfin, j’ai dirigé pendant trois ans une École de rééducation de soldats aveugles. 85 de ces malheureux ont passé par mes mains et ont rappris un état. Je leur ai amassé une petite fortune, une soixantaine de mille de francs, qui ont été placés en leur nom et qui me permettront de leur venir en aide tant qu’ils existeront9. »

  • 10 La rue de l’Écu a été baptisée en juillet 1918 avenue des États-Unis. Elle garde encore dans la pra (...)

6Prendre des notes sur la manière dont l’armistice a été connu relève donc d’une de ces activités en guerre, ici être un témoin civil en guerre. Il insiste sur l’explosion de joie et les mouvements de foule du 11 novembre qui ont donc contrasté avec une précédente réserve. Il montre aussi les dispositifs de circulation de l’information et leurs modes d’expression. D’abord, la rumeur. La nouvelle est attendue. Elle s’est transmise à travers un réseau à la fois professionnel et amical. Elle est colportée ici au sein du milieu universitaire mais aussi entre voisins, les deux collègues, Bréhier et Desdevises du Dezert, habitant le même quartier. Mais elle demande une confirmation par un média qui permet de l’officialiser. Le réflexe de ces deux universitaires est de se rendre à la salle des dépêches des deux journaux locaux, qui ont été à l’origine de la diffusion de la nouvelle et qui, du reste, leur apportent une double confirmation. Ils parcourent à pied une distance d’environ deux kilomètres, empruntant, en prolongement de l’avenue de Royat, la rue Blatin, où un premier arrêt est effectué au journal L’Avenir, poursuivant jusqu’à la place de Jaude, proche de la rue de l’Écu (siège du Moniteur)10. Ce trajet leur permet d’être aussi au cœur de la ville et de poursuivre ensuite leur pérégrination festive en partageant la nouvelle avec leurs collègues – ils vont à la faculté des Lettres – et plus globalement en participant aux manifestations spontanées.

  • 11 Voir les éditions du 12 novembre 1918 de L’Avenir du Puy-de-Dôme et du Moniteur du Puy-de-Dôme.

7L’on pourrait considérer que Desdevises du Dezert, ce bourgeois conservateur et patriote, interprète le spectacle de la foule clermontoise selon ses propres sentiments. La victoire lui procure une joie, lui qui a tant œuvré dans ce but, et il traque tous les signes d’une impression partagée. Mais d’autres témoignages corroborent sa description. Les récits des journaux locaux collent parfaitement avec elle11. Plus intéressant encore, les ouvriers saluent aussi l’annonce de l’armistice et de la victoire, au grand étonnement du patron de la firme de pneumatiques, Marcel Michelin, lui qui avait vu dans la lassitude des mois précédents les signes d’un défaitisme :

  • 12 A. D. du Puy-de-Dôme, M 3640 : État d’esprit. Rapports mensuels 1916-1918, Lettre du 13 novembre 19 (...)

« L’annonce de l’Armistice a été accueillie dans nos ateliers par le chant de la Marseillaise et les cris de : "Vive la France" et de "Vive Clemenceau". C’est vous dire que l’esprit défaitiste et pacifique à outrance, qui s’y était développé à un certain moment, a complètement disparu. Le bolchevisme a aucune chance [sic]12. »

  • 13 G. Desdevises du Dezert, « Récits […] », fos 150-151.

8D’ailleurs Desdevises du Dezert, facilement sujet aux préjugés à l’encontre des réactions populaires, semble aussi rasséréné par cette attitude commune. « C’est la marée populaire qui déferle dans les rues » déclare-t-il13. Il relate son parcours dans la ville en décrivant les signes d’un enthousiasme populaire. Il rencontre la concierge de la faculté :

  • 14 Ibid.

« Elle est bien contente de voir la guerre finie dans la victoire. Ses fils [qui sont au front] n’auraient pas voulu qu’elle finît autrement ; elle non plus ; elle comprend toute l’importance de la lutte et la nécessité de vaincre. La défaite, c’eût été la ruine absolue et le servage14. »

  • 15 Ibid.

9Il décrit place Delille « un ouvrier pavoisé comme un mât de cocagne : drapeaux piqués autour de la casquette, nœuds de ruban tricolore un peu plus bas ». Cet homme « passablement éméché », interpelle « une vieille bourgeoise archisolennelle. […] On rit et vieille bourgeoise [sic] hâte le pas15 ». Symboliquement, l’universitaire clermontois termine son récit du 11 novembre par la narration d’une autre scène montrant un ouvrier ivre, un cheminot, « son drapeau signal d’étoffe rouge, roulé autour du bâton ». Il est pris à parti par un autre passant :

  • 16 Ibid.

« - Eh bien, dit un loustic, qu’est-ce que tu fais ? C’est pas aujourd’hui la Révolution ? [sic]
- Il n’est pas déployé ! répond le poivrot avec dignité16. »

  • 17 L’alcool s’insère dans des pratiques collectives, dans des limites socialement établies. Par ailleu (...)
  • 18 Véronique Nahoum-Grappe, La Culture de l’ivresse. Essai de phénoménologie historique, Paris, Quai V (...)
  • 19 Ibid., p. 174-175.

10On le voit, la galerie de portraits n’est pas anodine. La concierge et son bon sens populaire, résumant à elle seule la quête victorieuse, la « vieille bourgeoise » partageant le moment, non sans effroi sans doute, avec l’ouvrier peut-être révolutionnaire – un cheminot, profession parmi laquelle le syndicalisme est bien implanté – évidemment aviné. C’est l’union nationale que veut décrire Desdevises du Dezert, dans une mise en scène d’union sacrée. Son récit de cette journée mémorable souligne d’ailleurs volontiers les excès de boissons alcoolisées17. L’ivresse est avant tout populaire mais elle transcende les clivages sociaux. L’on retrouve cette réalité soulignée avec justesse par Véronique Nahoum-Grappe pour qui « l’ivresse partagée rapproche en perturbant les distances dans un monde hiérarchisé18 ». Ainsi, « l’esthétique de l’ivresse19 » a envahi l’espace public : déguisements, jeux de rôle, mode de communication symptomatique (parler familier entre étrangers, voix forte, conversation débridée et apostrophes, plaisanteries, rires partagés… Ce style dominant participe de la réalisation d’un 11 novembre d’exaltation et de fraternisation festive. Communion nationale, unanimisme, folle joie, c’est ce que retient Desdevises du Dezert quand il décrit la journée à un correspondant italien, dix mois plus tard :

  • 20 G. Desdevises du Dezert, « Récits […] », t. 18, fo 2, 9 septembre 1919.

« Le 11 novembre fut une journée admirable. Quand la nouvelle de l’armistice fut connue, en vingt minutes toute la cité se couvrit de drapeaux, et ce fut une journée de joie folle, une journée de joie universelle. Ouvriers, bourgeois, soldats, Français, étrangers fraternisèrent dans la paix, dans la concorde, dans un même sentiment de délivrance, dans une même pensée de victoire et de salut. Et ce fut beau – pas une note discordante, pas un mot fâcheux – la joie de la victoire, la joie du marin qui touche le port après la tempête20. »

  • 21 A. D. du Puy-de-Dôme, M 0637 : Annonce de l’Armistice – 11 novembre 1918, Télégramme du ministère d (...)
  • 22 Ibid. Télégramme envoyé le 11 novembre à onze heures et quarante minutes. Le préfet fait confirmer (...)
  • 23 « Le pavoisement est un geste personnel qui présuppose, avant même sa réalisation, l’existence d’un (...)
  • 24 Olivier Ihl, « La rue pavoisée. Une acclamation républicaine de la souveraineté » dans Robert Belot (...)
  • 25 Le Moniteur du Puy-de-Dôme, 12 novembre 1918.

11L’euphorie générale a donc caractérisé des mouvements populaires alors décrits comme inédits. La nouvelle s’est propagée à travers le chef-lieu du département dès 10h00, heure de son affichage par les deux rédactions des quotidiens clermontois, L’Avenir et Le Moniteur, avant même sa réception par télégramme à la préfecture21. Les deux journaux locaux l’ont par ailleurs diffusée auprès de leurs correspondants. Desdevises du Dezert l’apprend moins d’une heure plus tard. Lui-même indique qu’en moins de vingt minutes la ville s’est pavoisée, c’est-à-dire le temps qu’il faut à un lecteur de la dépêche en centre-ville pour se rendre à pied dans tel ou tel quartier limitrophe. Ce n’est pourtant qu’une heure plus tard que le Préfet la rend officielle et diffuse par télégramme puis par téléphone cette annonce à l’échelle de tout le département et même au delà22, en prescrivant aux maires de prendre « toutes dispositions pour faire donner les cloches des églises et faire pavoiser et illuminer tous [les] édifices publics aux couleurs alliées ». Indépendamment de la prescription préfectorale, les habitants ont pavoisé. Desdevises du Dezert le fait dès qu’il s’est assuré de la signature de l’armistice. On pourrait donc s’interroger avec le sociologue Nicolas Mariot sur le sens du pavoisement comme signe d’un « enthousiasme civique ». Qu’est-ce que pavoiser le 11 novembre 1918 ? Un geste individuel patriotique, de communion nationale ? Ou un simple geste relevant de la routine festive sans dimension politique appréciable23 ? En dépassant l’interrogation méthodologique stimulante à laquelle invite le sociologue, il semble difficile pour autant de dénier au pavoisement domiciliaire tout sens politique parce qu’il serait coutumier. Dans le cas présent, le pavoisement appartient aux premiers gestes festifs de la liesse spontanée. O. Ihl en fait « une acclamation républicaine de la souveraineté », « une mise en scène fixée par une sociologie, façonnée par une histoire », celle d’une « fraternisation civique24 ». Il remarque que le drapeau domiciliaire, dont l’usage est largement répandu, est devenu « un instrument de légitimation à part entière ». Ce sont d’après Le Moniteur du Puy-de-Dôme « des drapeaux qui virent bien des Quatorze-Juillet25 ». Les comptes rendus de la journée du 11 novembre insistent sur l’aspect fraternel de la liesse. Le pavoisement en est un signe et un usage. Il intègre à la communauté nationale, celle qui, au fond, triomphe alors. Il est un élément du paysage civique de l’union patriotique qui s’exprime aussi dans le paysage sonore des cloches d’allégresse.

  • 26 A. D. du Puy-de-Dôme, M 06437, Lettre du maire de Ravel au préfet, 13 novembre 1918.
  • 27 L’Avenir du Puy-de-Dôme, 12 novembre 1918. C’est un chef-lieu de canton au nord de Riom.
  • 28 « La sonnerie de novembre 1918 constitue l’aboutissement d’une longue histoire de l’émotion collect (...)

12Les modes de diffusion de l’annonce de l’armistice ont varié selon la taille des localités, leur liaison médiatique avec la préfecture et les habitudes d’annonce de nouvelle publiques. Ainsi le maire du village de Ravel (590 habitants), n’ayant reçu aucun avis officiel, fait néanmoins sonner les cloches à deux heures de l’après-midi car il avait été prévenu indirectement et « cela avait lieu dans les communes voisines26 ». Au chef-lieu d’un canton, plusieurs modes ont pu être associés pour informer, et la population du bourg, et celle de la campagne environnante, comme à Combronde (1 798 habitants) où à la demande de l’adjoint au maire, « à son de caisse, les cloches, à toute volée, ont porté au loin dans la campagne la joyeuse nouvelle27 ». Les grands modes de sonnerie collective du XIXe siècle sont donc utilisés. Les cloches ont souvent été le média principal de diffusion de la nouvelle, redoublé par l’annonce publique du tambour civil. Elles jouent le rôle primordial à la campagne. Les cloches du 11 novembre 1918 s’inscrivent dans une histoire spécifique de l’émotion collective, comme l’a remarqué avec justesse Alain Corbin28 : elles rassemblent la communauté villageoise, elles intègrent à la communauté nationale en sonnant à l’unisson de toutes les églises. C’est dans cette perspective que le 11 novembre 1918 rappelle l’union sacrée d’août 1914. Le paysage sonore du 11 novembre est donc, comme à l’été 14, celui des sonneries des églises. Les cloches d’allégresse, sonnées à la volée, joyeuses et entraînantes, closent, au fond, le temps des combats annoncé par le tocsin lugubre au moment de la mobilisation générale. Les cloches d’allégresse associées aux drapeaux tricolores ont symbolisé l’union patriotique réalisée dans l’euphorie de la victoire. Ce ne sont pas les prescriptions des autorités politiques qui ont déclenché l’euphorie festive constatée. Il semble qu’il y ait eu un effet d’entraînement, à la fois des populations mues par le bouche-à-oreille, les rumeurs et les effets de foule, mais aussi des autorités locales, qui faute d’informations officielles improvisent ou copient les pratiques voisines ou habituelles.

Les « grèves » spontanées et les manifestations de rue du 11 novembre

  • 29 Selon les données archivées de météo France : http://www.meteofrance.fr/la-meteo-au-temps-de-la-gra (...)
  • 30 Journal de Thiers, 17 novembre 1918.
  • 31 G. Desdevises du Dezert, « Récits […] », fo 150.
  • 32 L’Avenir du Puy-de-Dôme, 12 novembre 1918.
  • 33 G. Desdevises du Dezert, « Récits […] », fo 151.
  • 34 L’Avenir, 12 novembre 1918.
  • 35 Remarque faite par Mona Ozouf dans La Fête révolutionnaire, Paris, Gallimard, 1988 (1re édition 197 (...)
  • 36 L’Avenir du Puy-de-Dôme, 13 novembre 1918.
  • 37 Le Moniteur du Puy-de-Dôme, 16 novembre 1918. Cette ville minière des Combrailles a accueilli des r (...)
  • 38 L’Avenir du Puy-de-Dôme et Le Moniteur du Puy-de-Dôme, 12 novembre 1918.
  • 39 Ibid.

13Un large mouvement collectif semble donc s’être déclenché au fur et à mesure que l’armistice était connu. Temps brumeux et basses températures, entre 3° et 7° C le matin, cette fraîche journée d’automne ne se prêtait pourtant pas forcément à la manifestation de rue29. On assiste à des arrêts de travail qui apparaissent comme des sortes de grèves spontanées. Toute affaire cessante, l’on se précipite dans les rues, dans la grande ville comme dans ces petites villes de sous-préfecture, ou au village quand on est dans les champs. Ainsi, à Thiers, « les places, les rues, furent immédiatement envahies par une foule joyeuse et cette animation ne fit que s’accentuer dans la soirée et se prolonger même une partie de la nuit. […] Les usines avaient fermé leurs portes et de nombreux groupes circulaient en chantant, manifestant leur joie et leur enthousiasme30 ». À Clermont, « à midi, les cloches sonnent, le canon tonne ; les ouvriers ont déserté tous les ateliers31 ». Des groupes défilent un peu partout dans la capitale régionale : « À leur sortie de l’atelier, les ouvriers se formaient en cortège et, drapeaux en tête, faisaient leur tour en ville, en chantant la Marseillaise dans les acclamations de la foule32. » Desdevises du Dezert décrit avec insistance les sentiments qui transparaissent dans ces rassemblements populaires clermontois : « Partout la même gaîté simple et inoffensive33. » La foule ne s’égaye pas dans toute la ville mais de véritables cortèges s’organisent spontanément. À Riom, les employés de la Société générale, les ouvriers de la manufacture de tabacs, forment un long cortège précédé de drapeaux, tambours et clairons et ils sillonnent les rues de la sous-préfecture tandis que la foule les acclame34. Ces groupes, définis par leur appartenance professionnelle, mettent en scène une allégresse de la victoire. La spontanéité festive trouve des formes rituelles héritées35 qui rendent la célébration reconnaissable et potentiellement attirante. Deux modèles s’entremêlent, celui des défilés du 14 juillet, musique en tête, et celui des cortèges des manifestations ouvrières. Cette impression d’improvisation joyeuse de la manifestation ouvrière se poursuit toute la journée. Mais ces défilés ne sont pas uniquement l’apanage des centres ouvriers. Dans les villages, les activités cessent également, comme en témoignent les quelques exemples relatés dans la presse tel celui des Martres-de-Veyre où tout le monde interrompt son travail aux champs et dans les ateliers36. Il faut revenir ici sur le rôle des sonneries d’allégresse qui souvent commandent cet arrêt du travail. À Saint-Éloy-les-Mines, « les mineurs du poste de deux heures firent demi-tour à l’annonce de l’Armistice, les ouvriers des ateliers suspendirent le travail37 ». Le caractère de grève spontanée est ici avéré. Quelles furent les réactions patronales ? Les sources ici manquent. À lire les comptes rendus de presse, le travail cessa essentiellement dans les ateliers, les mines, les administrations et les commerces, parfois pour quelques heures ou durant le reste de la journée. Par contre, il ne semble pas qu’il y ait eu une suspension de l’activité aux usines Michelin, sinon durant un court laps de temps quand la nouvelle de l’armistice fut connue. Toutefois, le lendemain fut un jour chômé dans la plupart des entreprises, des commerces et des administrations38. À Saint-Éloy, c’est la direction des Houillères qui annonça le jour de l’armistice que le lendemain serait une journée chômée et payée39. Les employés du tramway clermontois eurent également congé. Dans un second temps, les patrons s’étaient donc ralliés au premier mouvement populaire de manifestation. L’union sociale se réalisait autour de l’armistice.

  • 40 Il s’agit surtout de pilotes américains. Les frères Michelin ont, avant guerre, soutenu le développ (...)
  • 41 L’Avenir du Puy-de-Dôme, 12 novembre 1918.
  • 42 Ibid. et Le Moniteur, 12 novembre 1918.
  • 43 Les trois villages de Cournon, Lempdes et Le Cendre, situés au sud-ouest de Clermont-Ferrand, accue (...)
  • 44 L’Avenir du Puy-de-Dôme, 13 novembre 1918.
  • 45 Ibid. La commune de Pérignat est située à environ 12 kilomètres au sud-est de la capitale régionale (...)

14Au cours de la journée du 11 novembre, les festivités se poursuivirent de manière plus ou moins organisée. Dès 12 heures, les aviateurs alliés40 survolèrent Clermont-Ferrand à la grande joie de la foule qui les acclama, est-il encore souligné dans la presse. Dans l’après-midi, la musique militaire américaine donna un concert improvisé sur la place de Jaude et les musiciens furent portés en triomphe41. Puis ce fut le défilé d’étudiants serbes. En soirée, des concerts improvisés eurent lieu sur les places de la ville grâce aux formations militaires alliées cantonnées dans la région. Les groupes traditionnellement animateurs des fêtes accompagnèrent ensuite les rassemblements populaires du 11 novembre. On quitte le modèle de la manifestation de rue pour celui de la fête publique. Dès le soir du 11 novembre, les manifestations reprennent alors des gestes festifs traditionnels plus encadrés : retraites aux flambeaux, bals, concerts, cortèges, autant de réjouissances habituelles du 14 juillet ou des fêtes patronales de village. La Société lyrique, la Musique militaire italienne et l’Harmonie des usines Bergougnan animent ces festivités musicales. Un collaborateur du Moniteur du Puy-de-Dôme clame les conditions de l’armistice au milieu de la foule massée à Jaude42. Aux Martres-de-Veyre, la musique américaine des troupes cantonnées à proximité43 anime également, dans la soirée, une retraite aux flambeaux44. À Pérignat-ès-Allier (389 habitants en 1911), dans un premier enthousiasme spontané en début d’après-midi, des groupes de manifestants ont parcouru le village en chantant la Marseillaise et le Chant du Départ. Puis, le conseil municipal s’est réuni et a fêté la victoire au café du village. À sa demande, des fusées paragrêles ont été tirées en guise de salves45.

La victoire triste

  • 46 Je reprends dans ce paragraphe les conclusions d’une analyse approfondie dans la première partie de (...)
  • 47 Bruno Cabanes, La Victoire endeuillée. La sortie de guerre des soldats français (1918-1920), Paris, (...)

15Quel sens donne-t-on à la victoire46 ? Les comportements de liesse du 11 novembre ont pour matrice la remobilisation culturelle de 1918 constatée dans ce département dans la résolution à tenir jusqu’à la victoire, seule à même de porter l’espoir d’un monde nouveau. Une victoire perçue en novembre 1918 par la grande majorité de la population locale comme celle d’une cause juste et l’aboutissement d’un engagement patriotique défensif. Mais le poids des sacrifices consentis pèse sur la victoire et les combattants sont honorés comme les héros martyrs d’un conflit sanglant. Cette dimension sacrificielle de l’engagement sacralise la victoire qui, dès lors, doit remplir une autre fonction. Elle purifie de la violence exercée et subie, et de la défaite passée de 1870 : elle permet une sorte de résurrection de la nation. 1918 a ainsi marqué un sommet dans une « culture de l’engagement » des citoyens. Mais la victoire porte une double responsabilité ; elle est pharmakon, poison – car elle a exigé un sacrifice massif des combattants – et remède, car son succès, espère-t-on, permet d’accepter les deuils de masse en leur donnant un sens. Parce que mutilante, la victoire doit apporter une rétribution. Pour les milieux radicaux comme pour ceux de la droite, en dépit de nuances de ton, la rétribution de la victoire suppose de faire payer l’Allemagne, au nom de la justice. L’armistice apparaît ici aussi comme « le temps du jugement47 ». L’Allemagne doit moralement payer ; elle doit aussi financièrement payer les réparations. Pour certains, la victoire doit être vengeresse – surtout dans les milieux les plus nationalistes. Le 11 novembre apparaît comme le temps de la radicalité des représentations négatives de l’ennemi. En revanche, le monde ouvrier, sujet aux dissensions, apparaît de manière plus complexe. Il se démarque en partie de telles analyses, cherchant à faire la différence entre un patriotisme affirmé et toute exaltation chauvine de la France victorieuse. Dans ce département une minorité du mouvement syndical rejette l’engagement patriotique passé et projette sa lecture de la victoire dans la lutte des classes et dans une perspective révolutionnaire internationaliste.

  • 48 Les pertes militaires se sont élevées à 18 215 morts et disparus recensés en 1920, soit 11,5 % de l (...)
  • 49 Pierre Darmon, « Une tragédie dans la tragédie : la grippe espagnole en France (avril 1918-avril 19 (...)
  • 50 G. Desdevises du Dezert, « Récits […] », t. 15, fo 115, Notes du 17 octobre 1918 : « L’épidémie de (...)
  • 51 P. Darmon, « Une tragédie dans la tragédie […] », p. 167. Les chiffres montrent une grande disparit (...)
  • 52 L’Avenir du Puy-de-Dôme, 12 novembre 1918.

16Toute cette liesse de la victoire ne peut effacer les chagrins de la guerre. Or le département a été fortement touché par la mort de masse du premier conflit mondial48. En outre, l’armistice arrive après le pic de mortalité atteint en octobre par l’épidémie de grippe espagnole49. Les notes de Desdevises du Dezert permettent d’évaluer les pertes à ce moment-là autour d’une quarantaine de morts par jour dans l’agglomération clermontoise50. En octobre 1918, 154 grippés sur 2 400 sont décédés à l’hôpital militaire de Clermont-Ferrand, dans une « proportion honorable de 6,4 % » selon P. Darmon51. La ville a donc supporté une vague de décès exceptionnels qui viennent s’ajouter aux morts de la guerre. Le deuil imprègne la société locale au moment de la victoire, ce qui rend si ambivalente l’atmosphère du 11 novembre. Cette superposition d’exaltation festive et de tristesse des deuils explique aussi sans doute l’enthousiasme délirant du 11 novembre comme un moment de défoulement collectif. Toutes les descriptions des manifestations spontanées du 11 novembre insistent sur les liens indéfectibles qui associent des sentiments si contraires. L’Avenir du Puy-de-Dôme veut souligner l’omniprésence du souvenir des combattants décédés, écrivant que « dans cette journée de fête, la première journée de victoire, une pensée obsédait nos cerveaux, celle du souvenir des morts des champs de bataille52 ». Décrivant l’enthousiasme de la foule à Clermont, le journaliste F. Ronsérail, du Moniteur, s’arrête sur une image caractéristique du deuil de guerre :

  • 53 Le Moniteur de Dôme, 12 novembre 1918.

« On saluait au passage les femmes en deuil qui, elles, avaient des larmes au bord des cils : la tourmente qui a soufflé la mort de toutes parts a causé bien des tristesses et c’est un devoir, dans cette apothéose sublime, magnifique, de rendre hommage aux familles de ceux qui tombèrent en combattant pour nous et qui, jamais, ne doutèrent des destinées françaises53. »

  • 54 Ibid., éditorial du 12 novembre 1918.

17La victoire a été forgée dans les souffrances de la guerre et l’exaltation du triomphe se mêle à la tristesse et au deuil. Le jour de gloire, « nous l’avons payé de sacrifices douloureux et de pertes cruelles. […] Si nous le voyons luire aujourd’hui, dans l’éblouissement prestigieux de la victoire, c’est à cette foule de héros inconnus que nous devons cette joie souveraine, assombrie, hélas ! par tant de regrets et tant de deuils54 ».

  • 55 Il s’agit du monument commémoratif des morts de la guerre de 1870-1871. Il est situé au cimetière d (...)
  • 56 L’Avenir du Puy-de-Dôme, mercredi 13 novembre 1918.

18Dès le 12 novembre, les marques du deuil impriment encore davantage les commémorations. Entrent alors en scène les combattants, ceux présents à l’arrière, essentiellement des blessés et des mutilés. L’ambiance festive laisse place brusquement au recueillement et à la tristesse. La description du défilé clermontois est à ce titre saisissante. À treize heures trente, un défilé des mutilés de l’école professionnelle des blessés de guerre et de l’hôpital parcourt la ville de Clermont avant de rejoindre le cimetière pour déposer une couronne sur le monument des héros morts pour la patrie55. La presse décrit « l’impressionnant cortège […]. Drapeaux et clairons en tête, marquant le pas, bombant les poitrines constellées de décorations, ils passèrent fièrement à travers la foule. Ce fut un défilé d’épopée, une évocation poignante de la bataille d’où semblaient surgir ces héros glorieux. La foule ne criait plus. On s’inclinait, on se découvrait, beaucoup pleuraient56 ». Ce cortège des combattants blessés, marqués dans leur chair par la guerre, fut le moment le plus émouvant de ces journées festives. Il préfigure celui organisé à Paris quelques mois plus tard, dans le cadre des fêtes de la Victoire du 14 juillet.

19Des petits incidents, dont il est difficile de mesurer l’importance, montrent aussi comment ces deux sentiments contradictoires, joie de la victoire et tristesse des deuils, sont porteurs de tensions au sein des sociétés locales quand l’exultation bouscule un devoir de retenue. À cet égard l’épisode relaté par le maire de Tortebesse, une petite commune montagnarde située à une cinquantaine de kilomètres à l’ouest de Clermont-Ferrand (canton d’Herment) est exemplaire. Il s’est plaint, ainsi, de l’attitude de jeunes gens qui, le soir du 11 novembre, ont sonné les cloches une partie de la nuit, malgré ses ordres :

« Considérant que cette sonnerie joyeuse ravivait la douleur des nombreuses familles endeuillées par la guerre, après un certain laps de temps, vingt minutes environ j’ai jugé l’annonce suffisante et ai donné l’ordre de cesser la sonnerie. »

  • 57 A. D. du Puy de Dôme, M 06437 : Lettre du maire de Tortebesse au préfet, 12 novembre 1918. Le maire (...)
  • 58 A. Corbin, Les Cloches […], p. 218.
  • 59 Ibid., p. 199-200.
  • 60 A. D. du Puy-de-Dôme, M 06437 : Lettre du préfet, 15 novembre 1918. Il voulait sans doute relativis (...)
  • 61 Seul le journal conservateur L’Avenir aborde la question dans un « bloc-notes » du 26 novembre 1918 (...)
  • 62 A. M. de Clermont-Ferrand, 1 I2 13, Fêtes du 14 juillet 1919. Lettre de l’entreprise Counet-meubles (...)

20Son injonction n’ayant pas été respectée, il demanda au préfet l’autorisation de prendre des sanctions. Le maire dénonce « une mutinerie » et identifie les acteurs comme « des jeunes gens de familles non frappées par la guerre avec quelques meneurs toujours prêts à regimber contre l’autorité municipale57 », des jeunes hommes qui n’ont sans doute pas été mobilisés. Une « mutinerie » ? Le vocabulaire puisé dans le registre militaire n’est pas anodin. Sa réaction s’inscrit dans une crainte traditionnelle « de voir la jeunesse faire irruption dans la tour » et « s’emparer des cloches58 ». Le charivari juvénile déclenche un souci traditionnel de l’honneur et une crainte de l’humiliation chez ce maire qui a « le pouvoir de sonner », ce qui constituait déjà un enjeu fondamental dans les conflits liés aux sonneries au XIXe siècle59. Cet élu local craignait surtout une expression trop affirmée de la liesse qui eût pu désunir la communauté villageoise, déstabilisant l’équilibre précaire des sentiments mélangés de joie et de tristesse qui la traversent. Dans sa réponse, le préfet signala au maire de Tortebesse que l’annonce de l’armistice avait donné lieu « dans beaucoup d’autres localités, où la joie s’est manifestée très bruyamment, à de petits incidents », manifestations excusables, selon lui, dans les circonstances présentes60. Au-delà du caractère anecdotique, on constate que, dès ce jour, l’entremêlement de la joie et du deuil cause à la marge certaines tensions. Des débordements festifs sont avérés dès la folle journée du 11 novembre mais la presse ne s’en fait l’écho que tardivement et avec retenue61. L’entreprise chargée du pavoisement des rues pour les fêtes du 24 novembre s’en plaignit plus tard auprès de la mairie, regrettant « les scandaleuses pratiques de certains concitoyens qui, la veille de la dernière fête, ont arraché les drapeaux et autres décorations62 ».

  • 63 Le Moniteur du Puy-de-Dôme, 20 décembre 1917. Le chroniqueur accordait toutefois des « circonstance (...)
  • 64 Le Moniteur du Puy-de-Dôme, 9 décembre 1918 : « Dans leur joie, les étudiants pensent aux malheureu (...)
  • 65 La photothèque des archives départementales du Puy-de-Dôme recèle deux photographies de l’événement (...)
  • 66 Ibid.

21Plus manifestes encore sont les tensions qui semblent être apparues lors de la Saint-Nicolas fêtée par les étudiants clermontois le 8 décembre 1918. À cette occasion, la dérision par une représentation figurative de la mort dans l’espace public est insupportable à une population endeuillée. La fête traditionnelle de la communauté universitaire appartient au registre coutumier du carnaval estudiantin. Elle avait été suspendue le temps des hostilités. En 1917 toutefois, un bruyant monôme fut organisé par un groupe d’étudiants mais il avait soulevé la réprobation63. En décembre 1918, la manifestation retrouve un certain éclat tout en étant encore plongée dans l’atmosphère de la guerre. Elle commence par une cérémonie au cimetière participant ainsi de la multiplication précoce des commémorations64. Elle donne lieu également à des quêtes au profit d’œuvres de guerre. Le point d’orgue de la journée fut le défilé des chars confectionnés par les étudiants qui, ce jour-là, symbolisent les représentations de la France victorieuse. Le cortège comprend ainsi le char de l’Alsace-Lorraine, « les deux provinces sœurs accueillant les soldats de la liberté », précise le journaliste du Moniteur dans son compte-rendu. Les étudiants en médecine avaient mis en scène « le char de la Repopulation », préoccupation omniprésente de l’après-guerre. L’expression se libère : « débochons-nous » proclament les étudiants sur une banderole qui entoure un autre char, celui de « la ménagerie Foch-Clemenceau » présentant le Kaiser en cage. Un animal prisonnier ? Les étudiants avaient fait leurs les comparaisons animales de l’ennemi, figurant ainsi la victoire et l’attente du châtiment de l’empereur ennemi65. Enfin, sur un « char de la grippe espagnole », un médecin-major officiait66. C’est ce dernier ensemble qui fut la cause d’un courrier adressé par « un groupe de pères de famille » au Moniteur du Puy-de-Dôme qui le publia immédiatement à la suite de son article décrivant le cortège. Les auteurs de la protestation, dont le journal a supprimé « certains passages un peu trop… vigoureux », reconnaissaient l’héroïsme des étudiants morts au champ d’honneur et les sentiments charitables des organisateurs de la Saint-Nicolas clermontoise, mais déploraient la présence de ce dernier char. Représenter la mort dans un cortège étudiant de ce type était somme toute assez classique, mais ceci sembla cette fois-ci vraiment indécent aux auteurs de la lettre :

  • 67 Ibid.

« Hier nous avons vu passer dans nos rues, la Mort sous la forme d’un squelette revêtu d’un suaire et armée de la faulx [sic] classique. Était-ce le moment ! La grippe a fait bien des victimes dans notre région. Et puis il y a beaucoup de femmes en deuil dont les larmes ne sont pas séchées et qui gardent profondément dans leurs cœurs le souvenir d’êtres aimés. Cette évocation de la mort n’avait rien de drôle et a très douloureusement impressionné tous ceux qui pleurent l’un des leurs67. »

  • 68 Sur cette difficile question, voir Stéphane Audoin-Rouzeau et Annette Becker, Retrouver la guerre, (...)
  • 69 Stéphane Audoin-Rouzeau, « Clermont-Ferrand, décembre 1918, dérision et mort dans l’espace public » (...)

22Ces « pères de famille » regrettaient déjà, il est vrai, « l’exhibition de cercueils » lors du dernier cortège, en 1913. Mais le caractère ostentatoire d’une représentation allégorique de la mort après quatre années de guerre apparaissait comme une provocation d’une toute autre nature68. La culture des carabins de l’internat apparaissait alors en décalage complet. Ces étudiants tenaient au fond un discours de vérité sur la mort de masse mais qui n’était pas acceptable, tant il infligeait une douleur à une population touchée sans doute pour moitié voire aux deux tiers par le deuil de guerre69.

Conclusion

  • 70 B. Cabanes, La Victoire […], op. cit., p. 36-70.

23L’annonce de l’armistice a saisi la population locale qui n’osait plus y croire ; son soulagement fut alors profond. L’exultation s’est révélée à la hauteur des angoisses générées durant le conflit et à celle de la mobilisation sociale. Elle hérite de sa complexité. Qu’est-ce qui provoquait tant de joie ? La victoire ou simplement l’arrêt des combats et de ses dangers ? Sans doute les deux, à des degrés divers. L’armistice apparaît comme un événement trop ambigu pour satisfaire pleinement les populations locales. Le patriotisme s’exprime le 11 novembre 1918 avec la satisfaction de la victoire mais dans la douleur des sacrifices mortels consentis. Toutefois, la liesse a été largement partagée. Les cloches d’allégresse clôturent le temps du conflit ouvert par le tocsin d’août 1914. Mais elles poursuivent aussi une ritualisation commémorative commencée pendant le conflit. L’armistice a entraîné finalement près d’une semaine de festivités. Les municipalités ont en général prévu des fêtes officielles le dimanche suivant l’armistice. Mais, au gré du calendrier de la victoire, les fêtes se sont renouvelées les dimanches suivants, ici pour honorer l’Alsace-Lorraine, là pour saluer la venue en France du président Wilson. Les festivités et les commémorations se prolongèrent plus d’un mois, certes de manière plus atténuée : jusqu’en décembre avec le premier Noël de la victoire. On assiste ainsi à une haute ritualisation du 11 novembre, première étape de la sortie de guerre. Pourtant, l’enthousiasme civique du 11 novembre sur le front de l’arrière tranche avec les sentiments et les attitudes des soldats au front qui ont reçu la nouvelle avec un étonnement et une stupeur qui firent place à une joie retenue70. La sortie de guerre se fait donc dans des atmosphères bien différentes. Si le 11 novembre a bien été un moment exceptionnel de communion nationale, celle-ci se réalise toutefois sans les combattants, contrairement à l’entrée en guerre. Un moment exceptionnel resté inédit.

24Après la joie et la tristesse liées, dans la victoire, au moment de l’armistice, la tristesse a pris très vite le pas dans les années suivantes. Désormais, la victoire de 1918 sera associée au chagrin et à la douleur. L’euphorie de la victoire a progressivement disparu sous le poids du deuil de l’immédiat après-guerre.

Haut de page

Notes

1 Stéphane Tison, Comment sortir de la guerre ? Deuil, mémoire et traumatisme. 1870-1940, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011. Cette publication est tirée de sa thèse soutenue en 2002 et centrée sur les cas des Champenois et des Sarthois. Aline Fryszman, La victoire triste ? : espérances, déceptions et commémorations de la victoire dans le département du Puy-de-Dôme en sortie de guerre (1918-1924), thèse de doctorat sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau, EHESS, 2009, p. 286-289 et https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00739078 [dernière consultation le 22 juin 2015]. Une approche à l’échelle de l’Europe dans Stéphane Audoin-Rouzeau, Christophe Prochasson (dir.), Sortir de la Grande Guerre, le monde et l’après-1918, Paris, Tallandier, 2008. Une approche européenne et comparative au cœur des travaux de Victor Demiaux, La construction rituelle de la victoire dans les capitales européennes après la Grande Guerre (Bruxelles, Bucarest, Londres, Paris, Rome), thèse sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau soutenue en 2013 à l’EHESS.

2 Pierre Purseigle désigne par belligérance l’état d’esprit et l’ensemble des attitudes d’une population face à la poursuite de la guerre, en reconfiguration permanente selon les besoins de la guerre industrielle, et qui constituent la matrice des comportements collectifs et individuels composant la mobilisation en temps de guerre. Pierre Purseigle (dir.), Warfare and Belligerence. Perspectives in First World War Studies, Boston-Leyde, E. J. Brill, 2005, p. 18-19.

3 Pierre Purseigle, Mobilisation, sacrifice et citoyenneté. Angleterre-France 1900-1918, Paris, Les Belles Lettres, 2013, p. 389.

4 Pierre Purseigle le constate à Northampton et à Béziers : ibid., p. 385.

5 Georges Desdevises du Dezert (1854-1942), fut d’abord juriste avant de suivre une carrière universitaire en tant qu’historien, spécialiste de l’Espagne sous l’Ancien régime.

6 Collègue et ami de Desdevises du Dezert, Louis Bréhier, spécialiste d’histoire byzantine, est titulaire de la seconde chaire d’histoire à la faculté des Lettres de Clermont-Ferrand depuis 1900 (chaire d’histoire et géographie de l’Antiquité et du Moyen Âge).

7 Georges Desdevises du Dezert, « Récits de guerre », t. 15, fo 150, 11 novembre 1918, Ms. 976, Bibliothèque du Patrimoine Clermont Communauté.

8 G. Desdevises du Dezert, « Récits […] », fos 149-150, 8 et 9 novembre 1918. Les deux journaux locaux se livrent une bataille acharnée dans la course à l’annonce de l’armistice.

9 G. Desdevises du Dezert, « Récits […] », t. 18, fos 2-3 : « Lettre à un italien, sept. 1919 ». Voir également dans le tome 20 le bilan qu’il dresse des activités développées par la faculté, ses professeurs et leurs familles durant la guerre.

10 La rue de l’Écu a été baptisée en juillet 1918 avenue des États-Unis. Elle garde encore dans la pratique sa dénomination ancienne.

11 Voir les éditions du 12 novembre 1918 de L’Avenir du Puy-de-Dôme et du Moniteur du Puy-de-Dôme.

12 A. D. du Puy-de-Dôme, M 3640 : État d’esprit. Rapports mensuels 1916-1918, Lettre du 13 novembre 1918 au préfet.

13 G. Desdevises du Dezert, « Récits […] », fos 150-151.

14 Ibid.

15 Ibid.

16 Ibid.

17 L’alcool s’insère dans des pratiques collectives, dans des limites socialement établies. Par ailleurs, le discours sur l’alcool est souvent un discours sur la société. Véronique Nahoum-Grappe, « Le boire et l’ivresse dans la pensée "sociale" sous l’ancien régime (France XVIe-XVIIIe siècles) » dans T. Fillaut, V. Nahoum-Grappe, M. Tsikounas (dir), Histoire et Alcool, Paris, L’Harmattan, 1999, p. 15-99.

18 Véronique Nahoum-Grappe, La Culture de l’ivresse. Essai de phénoménologie historique, Paris, Quai Voltaire, 1991, p. 168.

19 Ibid., p. 174-175.

20 G. Desdevises du Dezert, « Récits […] », t. 18, fo 2, 9 septembre 1919.

21 A. D. du Puy-de-Dôme, M 0637 : Annonce de l’Armistice – 11 novembre 1918, Télégramme du ministère de l’Intérieur reçu à onze heures et vingt minutes.

22 Ibid. Télégramme envoyé le 11 novembre à onze heures et quarante minutes. Le préfet fait confirmer une heure plus tard par téléphone la nouvelle, car le télégramme n’a pas toujours été transmis, la mairie du village ou bien le bureau de poste étant fermé, comme certains élus s’en plaindront par la suite auprès du préfet. En outre, du fait de la mobilisation des hommes, élus et personnels administratifs manquent. Le télégramme est aussi envoyé aux maires des sous-préfectures des départements voisins : Moulins, Le Puy, Aurillac et Mende.

23 « Le pavoisement est un geste personnel qui présuppose, avant même sa réalisation, l’existence d’une contrepartie publique identifiable dans l’institution d’un usage préétabli et codifié du signe. Celui qui pavoise ne décide pas du sens de son action, quelles que soient les raisons qu’il peut (ou pas) lui donner. Autrement dit, le fait que le sens du pavoisement soit ainsi pris en charge (il est précisément dé-personnalisé en ce qu’il ne dépend pas des intentions des participants) offre l’avantage considérable de permettre à chacun, le cas échéant, de pouvoir se passer d’explication et de justification » : Nicolas Mariot, « Qu’est-ce qu’un “enthousiasme civique” ? », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 1/2008, p. 113-139.

24 Olivier Ihl, « La rue pavoisée. Une acclamation républicaine de la souveraineté » dans Robert Belot (dir.), Tous républicains ! Origines et modernité des valeurs républicaines, Paris, Armand Colin/Recherches, 2011, p. 107-124.

25 Le Moniteur du Puy-de-Dôme, 12 novembre 1918.

26 A. D. du Puy-de-Dôme, M 06437, Lettre du maire de Ravel au préfet, 13 novembre 1918.

27 L’Avenir du Puy-de-Dôme, 12 novembre 1918. C’est un chef-lieu de canton au nord de Riom.

28 « La sonnerie de novembre 1918 constitue l’aboutissement d’une longue histoire de l’émotion collective, tributaire d’une culture sensible, dont on n’a pas suffisamment analysé la spécificité. Les historiens du politique se doivent d’en tenir compte » : Alain Corbin, Les Cloches de la terre. Paysages sonores et culture sensible dans les campagnes au XIXe siècle, Paris, A. Michel, 1994, p. 168.

29 Selon les données archivées de météo France : http://www.meteofrance.fr/la-meteo-au-temps-de-la-grande-guerre/quel-temps-faisait-il-lors-de/armistice [page consultée le 24 juin 2015].

30 Journal de Thiers, 17 novembre 1918.

31 G. Desdevises du Dezert, « Récits […] », fo 150.

32 L’Avenir du Puy-de-Dôme, 12 novembre 1918.

33 G. Desdevises du Dezert, « Récits […] », fo 151.

34 L’Avenir, 12 novembre 1918.

35 Remarque faite par Mona Ozouf dans La Fête révolutionnaire, Paris, Gallimard, 1988 (1re édition 1976), p. 69, et reprise par Nicolas Mariot, « Qu’est-ce qu’un enthousiasme civique ? », op. cit., p. 127-128. Ce dernier ajoute : « Il n’y a pas table rase et invention d’une fête jamais vue ».

36 L’Avenir du Puy-de-Dôme, 13 novembre 1918.

37 Le Moniteur du Puy-de-Dôme, 16 novembre 1918. Cette ville minière des Combrailles a accueilli des réfugiés mineurs du Nord. Elle est localisée au nord-ouest du département, à la limite avec le département de l’Allier.

38 L’Avenir du Puy-de-Dôme et Le Moniteur du Puy-de-Dôme, 12 novembre 1918.

39 Ibid.

40 Il s’agit surtout de pilotes américains. Les frères Michelin ont, avant guerre, soutenu le développement de l’aviation. En décembre 1915-janvier 1916, leur société fait construire la première piste en dur existant au monde à Aulnat, à proximité de Clermont-Ferrand, pour répondre à leurs besoins créés par la production d’avions Breguet-Michelin. En juin 1916 est ouverte une école de bombardement pour l’armée française. Puis à l’automne 1917, les locaux sont laissés à la disposition des aviateurs américains, la société Michelin devant fournir des appareils BM XIV B2 à l’armée des États-Unis. Voir Annie Moulin-Bourret, Guerre et industrie : Clermont-Ferrand 1912-1922 : la Victoire du pneu, t. 1, Clermont-Ferrand, Publications de l’Institut d’Études du Massif central, 1997, p. 284 et 302.

41 L’Avenir du Puy-de-Dôme, 12 novembre 1918.

42 Ibid. et Le Moniteur, 12 novembre 1918.

43 Les trois villages de Cournon, Lempdes et Le Cendre, situés au sud-ouest de Clermont-Ferrand, accueillent la 31e brigade d’artillerie américaine.

44 L’Avenir du Puy-de-Dôme, 13 novembre 1918.

45 Ibid. La commune de Pérignat est située à environ 12 kilomètres au sud-est de la capitale régionale, sur la route de Billom.

46 Je reprends dans ce paragraphe les conclusions d’une analyse approfondie dans la première partie de ma thèse.

47 Bruno Cabanes, La Victoire endeuillée. La sortie de guerre des soldats français (1918-1920), Paris, Le Seuil, 2004.

48 Les pertes militaires se sont élevées à 18 215 morts et disparus recensés en 1920, soit 11,5 % de la population masculine du département. Jean-Christophe Gaurel, Le souvenir historique de la Grande Guerre chez les anciens combattants du Puy-de-Dôme, mémoire de maîtrise, Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand II, 1989, p. 5.

49 Pierre Darmon, « Une tragédie dans la tragédie : la grippe espagnole en France (avril 1918-avril 1919) », Annales de démographie historique, 2000, p. 153-175. Il évalue le nombre de décès en France à 210 000 pour 1918-1919. Le département du Puy-de-Dôme appartient au quart sud-est du pays, le plus touché, là où les départements comptabilisent 50 à 101 décès pour 10 000 habitants. Il apparaît donc comme un foyer important de l’épidémie. Est-ce dû à la présence importante des troupes américaines ? Une mise au point récente par Anne Rasmussen, « La grippe espagnole » dans Jay Winter (dir.), La Première Guerre mondiale, Paris, Fayard, 2014, t. 3 : Sociétés, p. 369-391.

50 G. Desdevises du Dezert, « Récits […] », t. 15, fo 115, Notes du 17 octobre 1918 : « L’épidémie de grippe espagnole à Clermont ».

51 P. Darmon, « Une tragédie dans la tragédie […] », p. 167. Les chiffres montrent une grande disparité des situations, y compris à l’intérieur d’un même département. La létalité moyenne des militaires atteints de la grippe et hospitalisés dans les établissements sanitaires atteint 7,5 %. À titre de comparaison avec le cas clermontois, la létalité est de 7 % à Toulon, 16 % à Caen, et 35 % à Angoulême.

52 L’Avenir du Puy-de-Dôme, 12 novembre 1918.

53 Le Moniteur de Dôme, 12 novembre 1918.

54 Ibid., éditorial du 12 novembre 1918.

55 Il s’agit du monument commémoratif des morts de la guerre de 1870-1871. Il est situé au cimetière des Carmes-Déchaux. Il est en pierre de Volvic, à base carrée surmontée d’un court obélisque.

56 L’Avenir du Puy-de-Dôme, mercredi 13 novembre 1918.

57 A. D. du Puy de Dôme, M 06437 : Lettre du maire de Tortebesse au préfet, 12 novembre 1918. Le maire Antoine Prunevieille est classé comme républicain de gauche par la sous-préfecture (cf. M 2743, Élections municipales 1912).

58 A. Corbin, Les Cloches […], p. 218.

59 Ibid., p. 199-200.

60 A. D. du Puy-de-Dôme, M 06437 : Lettre du préfet, 15 novembre 1918. Il voulait sans doute relativiser auprès de l’élu municipal les événements survenus dans sa commune.

61 Seul le journal conservateur L’Avenir aborde la question dans un « bloc-notes » du 26 novembre 1918 : « Nous n’avons pas voulu en parler alors ; mais il semble que certains éléments un peu turbulents de la population flottante ne voient dans ces fêtes que l’occasion de donner libre cours à leurs fringales de plaisirs, de joies bruyantes, de “rigolade”. […] Déjà dans les nuits de samedi et de dimanche, des bandes joyeuses se sont livrées, par la ville, aux pires excentricités. Hier soir, les mêmes fêtards ont recommencé à danser, à crier, à hurler. » Le billet est publié au lendemain des grandes fêtes clermontoises de la victoire organisées par la municipalité.

62 A. M. de Clermont-Ferrand, 1 I2 13, Fêtes du 14 juillet 1919. Lettre de l’entreprise Counet-meubles [B. Counet tapissier rue Pascal à Clermont-Ferrand], datée du 11 juillet 1919. L’auteur proteste contre le « vandalisme qui s’est produit le 11 novembre et entend ne pas être responsable des pertes, des vols qui pourraient se produire, et du sabotage des décors » lors des prochaines fêtes de la Victoire du 14 juillet 1919.

63 Le Moniteur du Puy-de-Dôme, 20 décembre 1917. Le chroniqueur accordait toutefois des « circonstances atténuantes » à ces étudiants dont certains appartenaient à la classe 19 prochainement appelée.

64 Le Moniteur du Puy-de-Dôme, 9 décembre 1918 : « Dans leur joie, les étudiants pensent aux malheureux de la guerre ; et surtout, hier matin, ils n’ont pas manqué d’aller au cimetière déposer une très belle palme sur le monument des Morts pour la Patrie. »

65 La photothèque des archives départementales du Puy-de-Dôme recèle deux photographies de l’événement. L’une montre le défilé rue Blatin. L’autre présente le char avec la cage du Kaiser. Patrick Cochet, Serge Seguin (infographiste), 1914-1918, Puy-de-Dôme en guerre, Clermont-Ferrand, Publication des archives départementales du Puy-de-Dôme - Photothèque, 2014, p. 202-203.

66 Ibid.

67 Ibid.

68 Sur cette difficile question, voir Stéphane Audoin-Rouzeau et Annette Becker, Retrouver la guerre, Paris, Gallimard, 2000, p. 206- 207 : « Tout se passe comme si une forme d’ostentation de la mort et du deuil avait paru de plus en plus inappropriée sous l’impact du massacre de masse provoqué par le premier conflit mondial, celui-ci s’inscrivant alors, à la suite d’une première inflexion sans doute sensible dès avant 1914, comme un tournant décisif de la relation des occidentaux à la mort elle-même. »

69 Stéphane Audoin-Rouzeau, « Clermont-Ferrand, décembre 1918, dérision et mort dans l’espace public ». Intervention aux journées d’études « J+1, lendemains d’événement », organisées par le musée de l’Armée et l’EHESS, Paris, 23 et 24 juin 2010.

70 B. Cabanes, La Victoire […], op. cit., p. 36-70.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aline Fryszman, « Exultation festive et tristesse le 11 novembre 1918 : les paradoxes de la victoire dans le département du Puy-de-Dôme », Siècles [En ligne], 39-40 | 2014, mis en ligne le 27 novembre 2015, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/siecles/2874

Haut de page

Auteur

Aline Fryszman

Professeur en lettres et premières supérieures, lycée Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • OpenEdition Journals